Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Bio"
60.6K views | +9 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : les producteurs régionaux lancent leur drive fermier

Toulouse : les producteurs régionaux lancent leur drive fermier | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Faire ses courses en un clic parmi 600 produits tous issus d'exploitations régionales, avec retrait des paniers chaque vendredi après-midi à Toulouse, est désormais possible avec le premier drive fermier.

 

Le drive fermier toulousain est opérationnel depuis une quinzaine de jours. Porté par la chambre d’agriculture de Haute-Garonne et géré par l’association Drive fermier toulousain, qui regroupe 42 producteurs de la région, ce site internet a pour ambition de proposer aux consommateurs toulousains des produits (vin, viande, poisson, fruit, légume, pain… ) de qualité issus des fermes de proximité.

 

Il suffit de passer commande jusqu’au mardi 23 heures,

de payer en ligne

puis de venir chercher son panier tous les vendredis après-midi entre 13 et 18h30 heures,

- soit au domaine de Candie,

- soit au 61 allée de Brienne, au siège départemental de la chambre d’agriculture.

 

« Nous proposons 600 références, assure Gaëlle Gousse, salariée de l’association, qui se félicite du bon démarrage de l’initiative qui a enregistré 86 commandes. Les producteurs inscrits dans la démarche respectent une charte éthique et les conditions ». En effet, chacun d’eux s’engage à livrer le consommateur toutes les semaines s’il propose ses produits à la vente. « Je m’organise, précise Bertrand Ducros, producteur de canard gras à Poucharramont. Car mon objectif est de faire connaitre mes produits. Comme je dépends de la vente directe, je me donne un an de test avec le drive ».

D’autres points de retrait fin 2014

Si le producteur fixe lui-même leur prix, Gaëlle Gousse veille cependant qu’il soit « correct ». « Avant de nous lancer, j’ai fait le tour des marchés de plein vent et des supermarchés pour me tenir au courant des tarifs », ajoute la jeune femme, qui précise que de nouveaux points de retrait seront ouverts d’ici la fin de l’année. Les pistes se dirigent vers Ramonville, Muret ou encore Blagnac.
Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:


Des produits bio sont d’ores et déja vendus. Visitez leur site :

www.drivefermiertoulousain.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le bio a la cote, le label européen, moins à Toulouse

Le bio a la cote, le label européen, moins à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Site d'actualité sur Toulouse et sa région, créé et alimenté par les étudiants de l'École de Journalisme de Toulouse. Sans publicité.

"Le bio a la cote, le label européen, moins" un article de @marcpedeau
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cantines scolaires toulousaines : le bio au régime sec

Cantines scolaires toulousaines : le bio au régime sec | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Plus d'une demi-douzaine d'aliments servis aux écoliers toulousains provient de l'agriculture biologique locale./Photo DDM, archive, Xavier de Fenoyl

En 2008, le bio a fait son entrée dans les cantines scolaires toulousaines. Pour la rentrée 2014, la mairie a décidé de diviser de moitié l'enveloppe allouée aux denrées bio par rapport à 2013.

Le contenu des assiettes des petits écoliers toulousains a été voté lors du dernier conseil municipal. Alors, bio or not ? Oui, mais… La nouvelle municipalité a effectué une coupe franche dans le budget. À la rentrée 2014, l'enveloppe réservée au bio dans les cantines est divisée de moitié au regard de 2013. Elle passe ainsi de plus de 3,2 millions d'euros à «seulement» 1, 6 million d'euros environ.

À noter aussi, 26,54 % du budget alloué aux cantines scolaires (plus de 11 millions d'euros pour l'achat des denrées par la cuisine centrale) sont réservés au bio, contre 33 % en 2013. «La raison de cette inflexion est certes économique mais pas seulement, justifie Martine Susset, conseillère municipale en charge de la restauration. On trouvera toujours du bio dans les cantines mais nous privilégions le bio local».

Servir du bio pour servir du bio ? La mairie dit non. Et en cela, elle se place dans la continuité de la volonté impulsée par la précédente municipalité. Plus des deux tiers du budget bio est consacré à la production locale. Parmi les denrées distribuées aux petites têtes blondes seront garantis bio et de nos régions, le pain, les pâtes fraîches, le fromage, le potage, le poulet, les yaourts brassés… Les légumes, le bœuf, le veau, l'agneau, eux, seront partiellement bio local. «Les producteurs bio locaux commencent à se développer, poursuit Martine Susset. Mais parfois, les quantités produites sont insuffisantes. Nous ne voulons pas du bio qui viendrait d'Europe du Nord. Nous voulons du bio local». Des arguments que réfute Élisabeth Belaubre, élue chargée de la restauration scolaire du temps de Pierre Cohen (voir notre encadré).

De 1,39 € à 3,87 € le ticket de cantine

On est donc loin du tout labellisé bio dans les assiettes. Deux raisons à cela selon la municipalité, d'une part, la production ne serait pas encore à l'échelle de la consommation ; d'autre part, le bio coûte cher. «On serre les prix au maximum», affirme Martine Susset. L'objectif ? Que la facture soit la moins salée possible pour les parents. «Les tarifs pour la rentrée 2014 n'ont pas beaucoup changé comparé à 2013. Mais il faut tenir compte de l'augmentation des prix des denrées», souligne la dame cantine de la mairie.

Publiés en début de semaine sur le site de la Ville, les tarifs tiennent compte des revenus mensuels du ménage (hors prestation Caf), du nombre d'enfant profitant du service, et du degré : maternelle ou élémentaire. Ainsi, les enfants des familles dont les revenus n'excèdent pas 914 euros par mois ne paient pas la cantine. Et un écolier dont les parents gagnent plus de 5 500 euros mensuels paiera 3,87 euros, soit 5 centimes de plus que l'an passé. Les enseignants, eux, devront s'acquitter de 3,97 euros.

Le chiffre : 1,6

million d' euros >Alloués au bio. Cette année, c'est le montant réservé à l'achat de denrées bio qui seront servies dans les cantines scolaires toulousaines. Un budget divisé par deux comparé à 2013. L'an passé, 5 140 700 repas ont été servis dans les écoles (maternelles et élémentaires) publique toulousaines. Un chiffre qui a augmenté de25 % depuis 2009.

«Le bio dans les cantines scolaires ce n'est pas du dogmatisme. C'est une question de santé publique et environnementale. Il y va de l'intérêt général».

Élisabeth Belaubre, ancienne élue municipale (EELV) en charge de la restauration.

Le faux argument du manque de productivité

Élisabeth Belaubre était la Dame cantine durant le mandat de Pierre Cohen. Elle avait fait du bio dans la restauration scolaire une de ses priorités : «En 2008, nous avons impulsé des changements dans les pratiques, il faut continuer aujourd'hui la démarche. La cantine municipale est un consommateur de poids, mais elle ne consomme qu'une infime partie du bio produit en Midi-Pyrénées. Parler de manque de productivité est un mauvais argument. Le bio local ne coûte pas plus cher. Sous l'ancienne municipalité, 33 % du budget de la cantine allait au bio, pourtant le coût du repas n'a pas augmenté depuis 2008. Je pense que le budget alloué aux denrées est une question de choix pour les municipalités.»

more...
No comment yet.