Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Belloubet"
64.8K views | +17 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Midi-Pyrénées. Pourquoi Nicole Belloubet entre au Conseil constitutionnel

Midi-Pyrénées. Pourquoi Nicole Belloubet entre au Conseil constitutionnel | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Nicole Belloubet s’apprête à changer de conseil. Elle quitte l’Hôtel de région de Midi-Pyrénées, où elle est première vice-présidente, pour rejoindre le Conseil constitutionnel. Elle y siègera aux côtés des autres membres, comme les anciens présidents Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing.

 

C’est un petit événement politique qui vient de se dérouler à l’Hôtel de région de Midi-Pyrénées. Ce mardi 12 février, la vice-présidente du Conseil régional vient d’être nommée au Conseil constitutionnel, sur proposition de Jean-Pierre Bel, le président du Sénat. Elle devrait officiellement occuper ses nouvelles fonctions à compter du 12 mars. Elle y remplacera Jacqueline de Guillenchmidt, dont le mandat arrive à expiration.

Nicole Beloubet n’a jamais vu sa carrière comme un long fleuve tranquille. Femme de caractère, elle démissionne de son poste de rectrice d’académie en 2005. Elle se lance deux ans plus tard en politique, en briguant un poste d’élue socialiste aux municipales de Toulouse qu’elle décroche aux côtés de Pierre Cohen. Puis elle quitte son fauteuil du Capitole pour rejoindre Martin Malvy et le Conseil régional en 2010. Elle est nommée première vice-présidente, en charge de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

En partant au Conseil constitutionnel, elle démissionne pour la deuxième fois de ses mandats électifs. Récemment, elle était citée parmi les favoris dans la course à la présidence du Conseil régional en vue des prochaines élections. Une orientation qui devra cependant attendre, celle-ci partant désormais pour d’autres aventures à Paris, et qui pourrait conforter Martin Malvy dans son souhait de se représenter.

 Membre de la revue Pouvoir depuis 1995

 

À 57 ans, Nicole Belloubet s’est dit « très honorée et surprise » de cette nomination « qui ne se refuse pas », et qui augure « un bouleversement radical » dans son parcours professionnel. Son expérience, cependant, légitime cette nomination. Professeur agrégée de droit, elle est une fidèle de la revue Pouvoir où elle est membre du comité de rédaction depuis 1995, aux côtés d’autres membres éminents du Conseil constitutionnel, comme Olivier Duhamel ou Guy Carcassonne. Ses origines régionales, tout comme le président du Sénat, ariégeois, peuvent aussi en partie expliquer sa nomination. « Je connais Jean-Pierre Bel depuis dix ans », poursuit-elle. « A l’époque, en tant que recteur, j’étais allée à Lavelanet où il avait des soucis avec ses écoles… » Elle rajoute, malicieuse : « Mais je connais François Hollande depuis plus longtemps encore ».

La nomination de Nicole Belloubet a suscité de nombreuses réactions à gauche. Le président du Ceser, Jean-Louis Chauzy, salue cette nomination mais regrette « une perte pour la région ». Le maire de Toulouse, Pierre Cohen, évoque une « reconnaissance méritée qui vient récompenser un parcours exemplaire », tandis que les élus EELV du Conseil régional la félicitent, en espérant que son « expérience et sa personnalité permettront certainement de faire évoluer cette institution qui en a grandement besoin. » Enfin, Martin Malvy se dit satisfait du choix des Sages : « On se souviendra entre autre de son engagement à la concrétisation des contrats de sites universitaires que nous aurons tous signés, je l’espère, avant son départ ». Nicole Belloubet doit siéger au conseil des Sages pendant neuf ans.
M.V.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Toulousaine Nicole Belloubet nommée au Conseil Constitutionnel

La Toulousaine Nicole Belloubet nommée au Conseil Constitutionnel | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Nicole Belloubet lors de la conférence de presse au Conseil régional suivant sa nomination au Conseil constitutionnel

Nicole Belloubet, élue incontournable de Midi-Pyrénées, a été nommée au Conseil constitutionnel ce mardi 12 février par le président du Sénat Jean-Pierre Bel, et le président de la République, François Hollande. La première vice-présidente du Conseil régional quitte ses fonctions pour rejoindre "les sages".

Ancienne rectrice des académies de Limoges et de Toulouse, Nicole Belloubet, 57 ans, fait son entrée au Conseil constitutionnel. "Je l'ai appris à midi, c'est Jean-Pierre Bel qui me l'a annoncé", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse au Conseil régional. Elle prendra ses fonctions "le 10 ou 12 mars", sous réserve d'acceptation après audition de la Commission des lois du Sénat.

Engagée dans la vie régionale
Femme politique Objectif News de l'année en 2012, Nicole Belloubet avait été élue en 2008 sur la liste de Pierre Cohen à la mairie de Toulouse. Elle siégeait au conseil municipal en tant que première adjointe chargée de la Culture. Ce soir Pierre Cohen félicite son ancienne élue : "C’est une reconnaissance méritée qui vient récompenser un parcours exemplaire dans son engagement pour la République. Je sais qu’elle mettra toute sa rigueur et son éthique au service de cette institution, qualités que j’ai pu apprécier quand elle était ma première adjointe ».

En 2010, Nicole Belloubet également professeure de droit public à Sciences Po Toulouse, a quitté la mairie de Toulouse. Elle est alors devenue première vice-présidente de la Région Midi-Pyrénées auprès de Martin Malvy, où elle avait la responsabilité de l'Éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Une fonction que Nicole Belloubet a choisi de quitter car "il y a une incompatibilité entre les fonctions au Conseil constitutionnel et les mandats électoraux. On ne refuse pas une nomination au Conseil constitutionnel", a-t-elle ajouté ce soir.

Très engagée dans la vie de la Région, Nicole Belloubet s'est notamment beaucoup investie dans la construction du Schéma régional de l'enseignement et de la recherche. Elle était également très présente auprès des entreprises de Midi-Pyrénées, où elle représentait régulièrement Martin Malvy. Un attachement à la région qu'elle a d'ailleurs tenu à rappeler lors de sa réaction. "C'est un bouleversement radical dans ma vie. Je suis honorée de cette nomination mais en même temps attachée à la région Midi-Pyrénées. Donc cette nomination n'est pas sans incidence du point de vue émotionnel."

Le président du Conseil régional Martin Malvy a quant à lui réagi quelques minutes après cette annonce. "J’en suis très heureux pour Nicole dont j’ai pu apprécier les grandes qualités comme Rectrice de l’Académie de Toulouse puis au cours de ces dernières années comme première Vice-présidente de la Région. Mais très satisfait aussi d’un choix qui amènera à siéger au Conseil constitutionnel une universitaire de talent et une Midi-pyrénéenne qui sera regrettée dans la région pour son action et au Conseil régional ou l’on se souviendra entre autre de son engagement à la concrétisation des contrats de sites universitaires que nous aurons tous signés, je l’espère, avant son départ."

"Une nomination au Conseil constitutionnel, ce sont des qualités et un moment. Il était nécessaire qu'il y ait des femmes, donc c'est la conjoncture d'un moment et de qualités", a rappelé Nicole Belloubet. Le mandat de trois des neuf membres du Conseil constitutionnel, dont ceux des deux seules femmes de l'institution, arrive en effet à son terme au mois de mars. Une présence féminine qui lui tient à cœur. Elle a ainsi précisé qu'elle serait en charge des dossiers de "l'égalité hommes-femmes et du mariage pour tous". Elle devra notamment juger de la constitutionnalité de ces textes.

Nicole Belloubet va notamment siéger aux côtés des anciens présidents Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing, membres de droit du Conseil constitutionnel, aujourd'hui présidé par Jean-Louis Debré. À noter que Nicole Maestracci, jusqu’à présent Première présidente de la Cour d’appel de Rouen, fait également son entrée au Conseil constitutionnel.

Sophie Arutunian, Paul Périé et Vincent Pléven

more...
No comment yet.