EXCLUSIF. Une première piste dans l'enquête de Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

En 2008, des soldats réputés néonazis avaient été renvoyés du 17e RGP, lieu de la deuxième tuerie...

Selon les déclarations du procureur de la République, Michel Valet, des éléments accréditent l'hypothèse que l'homme responsable de la tuerie dans un collège juif de Toulouse, lundi matin, serait le même que l'assassin de trois militaires, la semaine dernière, à Toulouse et à Montauban.

En 2008, le 17e régiment de génie parachutiste de Montauban s'était fait tristement connaître. La hiérarchie militaire y avait identifié des "branquignols" proches des mouvements "néonazis" et avait lancé une opération de nettoyage. Jamel Benserhir, un ancien militaire, avait dénoncé à sa hiérarchie les agissements de trois "frères d'armes", qui avaient poussé le mauvais goût jusqu'à se faire prendre en photo faisant le salut nazi derrière un drapeau à croix gammée. Ce cliché avait alors été publié par Le Canard enchaîné.

Le colonel Michel Esparsa, chef de corps du 17e RGP, avait donc porté plainte contre ces trois militaires, qui ont "reconnu les faits" et devaient être "lourdement sanctionnés". Ces individus avaient ensuite été renvoyés. Le portrait type de ces sinistres personnages correspond aux maigres signalements dont disposent les enquêteurs pour identifier le tueur fou de Toulouse : tout en muscle, tatoué et vêtu de noir. "Plusieurs soldats ont des tatouages particulièrement explicites", avait à l'époque affirmé leur accusateur...

Plus troublant encore, les militaires abattus à Montauban et à Toulouse sont trois Français d'origine maghrébine tandis que le soldat blessé est d'origine antillaise. Ce matin, le tueur - sans que l'on ait la preuve qu'il s'agit du même homme - s'en est pris à une école juive, tuant trois enfants et un adulte de confession israélite. Cette piste est bien entendu suivie avec intérêt par les autorités civiles et militaires. Une chose est certaine, le ou les mystérieux tueurs semble(nt) aguerri(s) au maniement des armes et d'un sang-froid inquiétant. L'homme a été capable d'achever de trois projectiles l'une de ses victimes à terre et de tuer des enfants.