Toulouse La Ville...
Follow
Find
54.9K views | +18 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

France – Norvège à Toulouse ! | Fenix Toulouse Handball

France – Norvège à Toulouse ! | Fenix Toulouse Handball | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
L' #EdF revient à Toulouse ! RT @FENIX_HB: France - Norvège 10/01/12 au Palais des Sports de #Toulouse !

Les amateurs de handball de Toulouse et de la région auront la chance de pouvoir assister prochainement à un match international au Palais des Sports André Brouat.

Le mardi 10 janvier aura lieu la rencontre France-Norvège, match aller du Trophée FDJ. Le match retour se déroulera deux jours plus tard à Paris Bercy.
Les joueurs internationaux du FENIX, Daouda Karaboué et Jérôme Fernandez, et leurs coéquipiers, joueront ainsi leur avant-dernier match de préparation avant le début de l’Euro 2012 (du 15 au 29 janvier 2012 en Serbie), au cours duquel ils remettront en jeu leur titre de Champions d’Europe 2010.

Une belle fête du handball se profile au Palais des Sports, l’occasion d’assister à une rencontre de haut-niveau où le spectacle sera sans aucun doute au rendez-vous.

Les billets pour le match France-Norvège seront disponibles à la vente à partir du jeudi 20 octobre.
Vous pourrez acheter vos billets :
- sur la billetterie en ligne du FENIX
- dans les réseaux Ticketnet et France Billet

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'emploi régional passera-t-il l'hiver ?

L'emploi régional passera-t-il l'hiver ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

- Toulemploi - Emploi, Formation, Carrière en Midi Pyrénées :

 

Des offres d’emploi en nette augmentation, des entreprises qui recrutent à nouveau, un marché du travail temporaire qui retrouve son niveau d’avant-crise…

 

Depuis le début de l’année, Midi-Pyrénées semblait enfin renouer doucement mais sûrement avec la croissance. Un regain de confiance que la conjoncture économique européenne et internationale a rapidement balayé. En cette rentrée, c’est de nouveau l’inquiétude qui prévaut. Un climat qui pourrait entraîner une réaction en chaîne : réduire les capacités d’investissements des entreprises, les inciter à reporter ou à geler des embauches, voire provoquer de nouvelles vagues de licenciements. Nous avons demandé à quatre experts du marché de l’emploi régional de nous faire part de leurs sentiments. Leurs analyses témoignent de la situation très paradoxale dans laquelle de nombreux dirigeants se retrouvent désormais, c’est-à-dire contraints à recruter pour pouvoir accompagner leur activité mais sans en avoir cependant les moyens…

 

Pierre Brossier, responsable du service Statistiques, Études et Évaluations de Pôle emploi Midi-Pyrénées :

"Plusieurs éléments laissent présager une amélioration"

Comment analyser les derniers chiffres de l’emploi ?
C’est très particulier en ce moment. Tous les indicateurs sont au vert depuis quelques mois, qu’il s’agisse des offres d’emploi, de l’évolution de l’emploi salarié, de l’intérim… et pourtant, la situation s’est dégradée pour les demandeurs d’emploi (+ 6% entre juin 2010 et juin 2011), la croissance étant restée trop modérée pour inverser la tendance. Mais je pense que cela ne va pas durer.

Pourquoi ?
Plusieurs éléments laissent présager une amélioration, à l’instar de la nette reprise du marché du travail temporaire, l’intérim étant traditionnellement un indicateur avancé du marché du travail. Les offres d’emploi continuent en outre à progresser, surtout celles de plus de six mois (+ 23,1% de variation annuelle en août dernier, contre + 17,5% pour l’ensemble des offres). C’est là encore un bon signe. Le marché, qui était essentiellement soutenu par le tertiaire pendant la crise, est de nouveau porté aussi par l’industrie et la construction. Enfin si la demande d’emploi continue à augmenter depuis quelques mois, on observe que les variations sont moins marquées que par le passé.

Pourtant, les derniers évènements économiques semblent peser sur la confiance des dirigeants…
S’ils focalisent sur la crise, oui, c’est vrai que cela peut avoir un impact sur les recrutements. Mais la réalité économique régionale, c’est que de nombreux secteurs (et pas seulement l’aéronautique) enregistrent une reprise d’activité, et que beaucoup d’entreprises n’ont pas d’autre choix que de recruter pour accompagner cette croissance… Ce qui est certain c’est que Midi-Pyrénées joue actuellement en dessous de son niveau !

 

Jean-Sébastien Fiorenzo, responsable service aux entreprises Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Limousin de l’Apec :

"Nous n’observons pas encore de baisse"

L’emploi cadre connaît une nette reprise depuis le début de l’année, qu’en est-il en Midi-Pyrénées ?
Les seuls éléments sur lesquels nous pouvons nous appuyer à ce jour sont les offres d’emploi enregistrées sur apec.fr, et sur ce point, la reprise est très nette en Midi-Pyrénées et même légèrement supérieure à celle observée au national. Sur le premier semestre 2011, le volume d’offres a ainsi progressé de 74% contre 69% pour l’ensemble de la France. Et la région se révèle toujours très dynamique pour les cadres puisque Midi-Pyrénées représente 4,1% des offres diffusées au national, contre 2,6% pour Aquitaine ou 1,7% pour Languedoc Roussilon. Mais encore une fois, il ne s’agit que d’offres et donc d’intentions, et puis le marché de l’emploi cadre régional reste très spécifique…

C’est-à-dire ?
Qu’il ne profite, comme toujours, qu’à quelques fonctions, principalement à celles liées à l’aéronautique, l’ingénierie et l’informatique. Les profils qui sont les plus recherchés actuellement sont d’ailleurs les ingénieurs aéronautiques (les offres ont augmenté de 115% !), les informaticiens spécialisés dans le Web (+ 52%), les ingénieurs en R&D (+ 48%)… Autrement dit des niches. Pour tous les autres en revanche, les opportunités restent rares.

Quel est votre sentiment en cette rentrée, comment les entreprises régionales réagissent-elles au contexte économique international ?
Pour l’instant, nous n’observons pas encore de baisse au niveau des offres et les programmes de recrutement des sociétés de services en ingénierie et en informatique (SSII) semblent se poursuivre comme prévu. Si conséquences il y a, je pense que nous devrions le sentir dans quelques semaines…

 

Bernard Petit, délégué régional du Prisme (Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi) Midi-Pyrénées :

"La tendance reste bonne et augure une bonne fin d’année"

Comment se porte le marché de l’intérim en Midi-Pyrénées ?
Depuis le début de l’année, le marché enregistre des évolutions supérieures à 10% tous les mois (jusqu’à + 17% en mai), le nombre d’intérimaires en mission ayant progressé de 14,4% sur le premier semestre 2011. Midi-Pyrénées fait donc toujours partie des régions les plus dynamiques en matière de travail temporaire, mais surtout, si le marché était essentiellement soutenu par les services l’année dernière, son dynamisme est désormais porté par tous les secteurs.

Avez-vous observé une baisse depuis quelques semaines ?
Non, l’activité est restée soutenue cet été et l’incertitude joue plutôt en faveur du marché. Si l’intérim s’est développé dans l’industrie ou le bâtiment ces derniers mois, c’est pour faire face à une croissance d’activité, or leurs carnets de commande restent fournis pour les mois à venir. La crainte d’embaucher en CDI va certainement s’accentuer dans le contexte économique actuel, mais les besoins sont bien là et les entreprises vont devoir continuer à recruter pour assurer leur activité.

Vous restez donc optimiste pour les mois à venir ?
Oui, la tendance reste bonne et augure une bonne fin d’année, indépendamment de la crise dont l’outil industriel régional ne tient pas compte.

 

Corinne Cabanes, directrice du cabinet conseil en recrutement Menway Sud-Ouest :

"Les candidats doivent se positionner rapidement avant que les embauches ne soient gelées" 

Quel regard portez-vous sur la conjoncture actuelle ?
En vingt ans de métier, je n’ai jamais connu une situation aussi contrastée ! Nous observons une forte tension dans l’aéronautique et certains métiers connexes, certains métiers de la comptabilité, l’énergie ou la santé, pour lesquels nous allons même recruter à l’étranger désormais… et dans le même temps, une récession qui s’annonce et va probablement entraîner de nombreux plans sociaux, tous secteurs confondus. Car actuellement le problème des entreprises est davantage financier que lié à leur activité, la crise de confiance ayant des répercussions sur leurs relations avec les banques et ce, alors même que leur trésorerie est déjà en flux tendu…

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?
De se positionner rapidement avant que les embauches ne soient gelées, mais aussi de doubler leur candidature après des sociétés de travail temporaire car cette situation va profiter à l’intérim. Les entreprises vont également être tentées de privilégier la mobilité interne, donc c’est le bon moment pour ceux qui se sentent à l’étroit dans leur poste de se positionner et de se former pour renforcer leurs compétences. Enfin, à défaut de trouver du travail, que les moins qualifiés se dirigent eux aussi vers la formation, les périodes de crise impactant toujours les moins qualifiés et les plus qualifiés.

Et aux entreprises ?
De miser sur leurs seniors, car c’est ça l’avenir ! De les former pour qu’ils puissent prendre le relais et former à leur tour les jeunes recrues, les faire gagner en compétences et les fidéliser, enjeux essentiels pour certains secteurs comme les SSII…

Dossier réalisé par Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Suggested by Sandrine Mathon
Scoop.it!

Le Stade Toulousain a la cote en Nouvelle-Zélande

Le Stade Toulousain a la cote en Nouvelle-Zélande | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

 

- La Dépêche :

 

Dans les pubs et restaurants d'Auckland et Wellington, supporters et amateurs de rugby y vont de leurs pronostics. Ici où le rugby est vécu comme une religion, le ballon ovale fait la une de l'actualité de février à novembre ! Coupe du monde ou pas. Les Néo-Zélandais s'intéressent à tous les niveaux du rugby, des pros aux amateurs en passant par les scolaires. Le bouquet Sky, ou la télévision nationale ou encore celle Maori, chaque « network » propose ses programmes rugbystiques. L'offre est mondiale et pantagruélique, si bien qu'il est possible de suivre des rencontres de Premier League, de Ligue Celtique et même de Top 14 en direct.

Une sorte de Mecque rugbystique
Au milieu du flots d'informations sur le Mondial, le début de saison tambour battant du Stade toulousain ne passe pas inaperçu. Les « rouge et noir » côtoient les tous noirs néo-zélandais sur Rugby Channel, Sky Sport ou Maori TV. La raison ? Luke McAlister bien sûr mais pas seulement.

« Toulouse est une sorte de Mecque rugbystique pour nous autres Néo-Zélandais. Depuis longtemps nous suivons les résultats de cette formation », explique l'ex-deuxième ligne all Blacks Ian Jones (78 sélections) devenu l'un des présentateurs vedettes de Skysports. « Pour mon peuple, c'est le club de Lee Steness, Byron Kelleher et Luke McAlister, mais c'est aussi et surtout une très belle école de jeu ». Le bouquet Sky dispose des droits de retransmission d'une rencontre de Top 14 par journée… « Et bien si mes patrons le pouvaient, ils mettraient à chaque fois le Stade. Succès d'audience garantie » rajoute-t-il.

Le succès de Ntamack
La notoriété du Stade toulousain ne s'arrête pas là. Ainsi, le spécialiste de la mêlée des Blacks, Mike Cron nous a indiqué avoir été « impressionné par les structures du club », lors d'une visite il y a quelques mois du côté d'Ernest-Wallon. Et au pays où la marque aux trois bandes vend comme des petits pains les maillots All Blacks, la tunique des Champions de France 2011 connaît un certains succès.

De la même manière, si Emile Ntamack se fait assez discret devant la presse française, il est très demandé par les médias locaux. Il est certes l'un des membres de l'équipe de France de 94 victorieuse de deux tests, mais aussi parce qu'« il est un ancien grand joueur de Toulouse. Le Stade c'est l'image de marque de votre rugby » dixit Chris Rattu, journaliste au New Zealand Herald, le principal quotidien du pays au long nuage blanc.

Le maillot des champions de France 2011 connaît même un certain succèss mettraient à chaque fois le Stade. Succès d'audience garantie » rajoute-t-il.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

François Hollande à Toulouse : dernier round avant premier tour

François Hollande à Toulouse : dernier round avant premier tour | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Dernière ligne droite pour les candidats à l'investiture socialiste. Le favori des sondages, François Hollande est à Toulouse pour son dernier meeting avant le premier tour.

 

Un choix pas anodin qui tente de placer la démarche de l’ancien premier secrétaire dans les pas de François Mitterand, un autre habitué des salles toulousaines où il avait l’habitude d’y jouer son dernier acte de campagne. Prévus ce soir à la tribune et dans les premiers rangs : Robert Hue, l’ex patron du Parti communiste, Jean-Pierre Bel, l’ariégeois devenu second personnage de l’Etat et tous les lieutenants de campagne : Pierre Moscovici, Stéphane Le Foll et bien d’autres.

Des personnalités locales seront également au rendez-vous, notamment le président du conseil général Pierre Izard, les parlementaires Kader Arif, Jean-Jacques Mirassou, Bertrand Auban et Monique Iborra.


Rendez-vous à 19h30 ce soir à la salle Jean-Mermoz

 

[Note du Curateur] La bataille des chiffres au PS :

 

@jeanmarcayrault sur Twitter :
3000 personnes au dernier meeting de @fhollande à #Toulouse avant ler 1er tour de la #PrimairePS #FH2012 http://yfrog.com/nwjrcdj 

 

@fhollande sur Twitter :

Je tiens à remercier les 4 000 personnes présentes hier à Toulouse. Dès le 9 octobre faisons gagner la gauche! http://t.co/bbRKwZhn #FH2012

 

 

more...
No comment yet.
Suggested by Sandrine Mathon
Scoop.it!

La réaction de Pierre Cohen à la décision du Conseil d'Etat.

La réaction de Pierre Cohen à la décision du Conseil d'Etat. | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

« Le Conseil d’Etat a doublement donné raison à notre projet. Il a confirmé l’intérêt général du tramway Garonne et la qualité des études fournies. Il encourage la nécessité de poursuivre la réalisation d’un réseau de transports en commun ambitieux. Nous avons eu raison de contester la décision du juge des référés du Tribunal administratif de Toulouse qui a fait une mauvaise analyse du dossier, a précisé Pierre Cohen. C’est une victoire sur les conservatismes et ceux qui privilégient l’intérêt particulier à l’intérêt général. Les transports en commun sont plus que jamais notre priorité. La ligne Garonne, dans le prolongement de la ligne T1 mise en service il y a quelques mois, constitue la première étape du maillage de l’agglomération en transports en commun. Elle est synonyme d’une mobilité urbaine respectueuse de l’environnement, luttant contre la pollution et la congestion urbaine, accessible à tous, induisant un nouveau partage de l’espace public.
Je demande maintenant au tribunal administratif de se prononcer rapidement sur le fond de ce dossier. » a rajouté Pierre Cohen.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Feu vert du Conseil d'Etat au prolongement du tramway de Toulouse

Feu vert du Conseil d'Etat au prolongement du tramway de Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le Conseil d'Etat a donné son feu vert lundi 3 octobre aux travaux de prolongation du tramway de Toulouse en jugeant que le projet, bien que coûteux, présentait de nombreux avantages.

 

- Aménagement - Le Moniteur.fr:

 

Le Conseil d'Etat a annulé lundi 3 octobre une ordonnance rendue le 1er juin par le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse, qui avait infligé un camouflet à la mairie socialiste de la ville en exigeant la suspension des travaux prévus pour la prolongation du tramway, à la demande de riverains et de commerçants. Le TA avait trouvé que ce nouveau tronçon doublonnait avec le métro, ne garantissait pas une réduction significative du nombre de voitures et donc ne valait pas l'investissement prévu.
Contrairement au juge de première instance, le Conseil d'Etat a estimé que le prolongement de 3,8 km de la ligne existante servait bien l'intérêt général et que les études d'impact menées en vue du projet étaient suffisantes.
Le coût estimé des travaux de prolongation (120 millions d'euros) pourrait être "regardé comme élevé" mais le projet permet de compléter le maillage du réseau de transports en centre-ville en accueillant un trafic excédant les simples besoins des secteurs traversés, note le Conseil d'Etat.
Il n'est pas non plus possible d'estimer que le nombre prévisionnel de voyageurs sur la ligne aurait été surévalué par les défenseurs du projet ou que l'hypothèse d'un changement de comportement des automobilistes en centre-ville serait dénuée de fondement, ajoute-t-il.

La décision du Conseil d'Etat permettra donc la reprise des travaux sur ce chantier controversé qui prolonge vers le centre de Toulouse la ligne de tramway de 11 km en service depuis décembre 2010. La mise en service de cet équipement censé faire la fierté de Toulouse et enrayer l'engorgement routier grandissant dans et autour de la quatrième ville de France avait été retardée de deux semaines par une grève.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le candidat à la primaire socialiste Jean-Michel Baylet renvoyé devant le tribunal

Le candidat à la primaire socialiste Jean-Michel Baylet renvoyé devant le tribunal | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
En pleine primaire socialiste, Jean-Michel Baylet a été renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "prise illégale d'intérêt" au lieu de "favoritisme". Le parquet a dû faire appel de cette décision a priori mal rédigée par le juge.

AFP - A une semaine des primaires, le président du Parti radical de gauche (PRG) Jean-Michel Baylet, l'un des candidats, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel, mais le parquet a dû faire appel de cette décision, mal rédigée apparemment par le juge.

"Après deux ans et quatre mois d'une instruction où il ne s'est rien passé, le juge d'instruction décide brutalement pendant les primaires de renvoyer M. Jean-Michel Baylet devant le tribunal, mais, malheureusement pour lui, il se trompe car il le renvoie pour un délit (de prise illégale d'intérêt) pour lequel il n'a pas été mis en examen", et "c'est pourquoi le parquet a été obligé de faire appel pour demander l'annulation de ce renvoi", a déclaré son avocat Me Jean-Yves Dupeux vendredi à l'AFP.

Le parquet de Bordeaux était muet pour sa part.

Jean-Michel Baylet, par ailleurs président du conseil général du Tarn-et-Garonne et PDG du groupe Dépêche du Midi, avait été mis en examen le 23 juin 2009 pour "infraction au code des marchés publics", c'est-à-dire favoritisme, dans une affaire concernant les conditions de mise en concurrence pour le marché du bulletin trimestriel du conseil général.

Il n'aurait pas tenu compte, pour les deux derniers numéros d'une série de 12 bulletins, d'une nouvelle loi sur les sommes-planchers de mise en concurrence.

Avant cela, l'enquête préliminaire avait été ouverte du chef de favoritisme, mais aussi de celui de prise illégale d'intérêt, la famille Baylet ou la Dépêche du Midi possédant ensemble 20% de la société éditrice HIMA COM au moment de la sortie des deux derniers numéros, a expliqué Me Dupeux.

Selon l'avocat, en effet, le 11ème numéro était sorti "car il était prêt" au moment où M. Baylet et la Dépêche sont montés à 20% d'HIMA COM, et le 12ème "parce qu'il était dans les tuyaux".

Mais ensuite, "Jean-Michel Baylet a dit +on ne travaille plus avec cette société puisque nous sommes à 20%" du capital+", assure l'avocat.

Selon lui, le parquet avait été convaincu par cet argument puisqu'il avait laissé tomber l'incrimination de prise illégale d'intérêt, M. Baylet ne se trouvant plus poursuivi que pour favoritisme, dans un dossier où les sommes en jeu ne dépassent pas quelques milliers d'euros, assure Me Dupeux.

"Mais je ne sais pas pourquoi, ça ressort dans cette ordonnance de renvoi", a-t-il déploré. Celle-ci, selon Sud Ouest qui la révèle, a été notifiée le 21 septembre.

Me Dupeux a affirmé qu'il s'était rendu compte du problème en même temps que le parquet. Il a indiqué qu'il se joindrait à l'appel de celui-ci devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, et qu'il demanderait un non-lieu pour son client à cette occasion.

La gestion de M. Baylet, dont la famille est très implantée dans le Tarn-et-Garonne, a fait l'objet ces dernières années de multiples attaques de ses opposants politiques, au point que ces affaires ont été dépaysées à Bordeaux dans un souci de bonne administration de la justice.

Un autre dossier le concernant, visant son utilisation d'une voiture et d'un chauffeur du conseil général, s'est clos par un non-lieu le 1er août 2011. Un troisième dossier dans lequel il n'était récemment pas mis en examen, concerne des frais de réception au conseil général. Il a été ouvert sous le chef d'infraction au code des marchés publics le 17 décembre 2007.

Ce nouveau rebondissement s'ajoute à la myriade d'affaires politico-judiciaires qui surgissent actuellement. Le juge bordelais auteur de l'ordonnance contestée est Jean-Michel Gentil... celui qui instruit principalement en ce moment la nébuleuse des dossiers Bettencourt.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Primaires. Ségolène Royal à Toulouse : "Changer les règles du jeu économiques "

Primaires. Ségolène Royal à Toulouse : "Changer les règles du jeu économiques " | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 En photo : Ségolène Royal a invité des salariés de Freescale à prendre la parole lors de son meeting à Toulouse (© Rémi Benoit)

 

Objectif News :

 

Après Martine Aubry il y a trois semaines, c’était au tour de Ségolène Royal de rassembler ses militants jeudi soir à Toulouse, à la Halle aux grains. Dans une ambiance surchauffée, la candidate aux primaires socialistes a présenté son « contrat pour la nation », un programme qui veut notamment «revenir à de justes valeurs économiques et humaines.»

« Présidente, présidente ». Elle n’est pas encore rentrée dans la salle que déjà les slogans fusent. Ségolène Royal a reçu un accueil de rock-star jeudi soir à la Halle aux grains. Si aucun grand élu local ne la soutient plus officiellement, les militants eux ont donné de la voix. Un bon millier de personnes - soit deux fois moins que lors de la venue de Martine Aubry le 7 septembre - a assisté au meeting.

Drapeaux français virevoltants parmi le public, son programme (« un contrat pour la nation ») décliné en bleu, blanc, rouge sur les murs de la salle. Ségolène Royal réaffirme, comme lors de la campagne de 2007, que les « symboles de la France appartiennent à tout le monde. »

Mais depuis 2007, le programme a changé. La crise est passée par là. A moins de dix jours du premier tour des primaires citoyennes, la candidate promet de « changer les règles du jeu économiques. » A commencer par sa proposition « d’interdire les licenciements boursiers », déjà formulée la veille lors du débat télévisé, qui vise à rendre impossible tout licenciement dans une entreprise qui obtient des résultats positifs. « Le projet de loi est déjà rédigé, prévient-elle. Nous ne voulons pas d’une économie casino où les spéculateurs vont plus vite que l’Etat. »

C’est pour défendre cette même idée que la présidente de la région Poitou-Charentes veut « l’entrée de l’Etat au capital des entreprises stratégiques ». Ségolène Royal invite sur scène des représentants des ouvriers de Freescale, dont l’usine toulousaine a fermé ses portes il y a deux ans. Depuis, 821 suppressions d’emplois ont été décidés. « Nous n’avons pas envie de mourir dans un silence total », dit l’un d’eux.

Grenelle des PME

Ségolène Royal appelle ensuite à « faire de la France un pays d’entrepreneurs. Dès mon arrivée au pouvoir je convoquerai un Grenelle des PME, avec la création d’une banque d’aide publique aux petites et moyennes entreprises". Autre domaine à sauver, celui de la recherche. La candidate laisse la parole quelques minutes à des chercheurs de l'Onera, le centre de recherche aérospatiale à Toulouse, qui luttent contre la privatisation de leur secteur.

Le retour à la retraite à 60 ans, le rétablissement de l’année de formation pour les enseignants…La promesse est faite de revenir sur les réformes de l’ère Sarkozy. La candidate n’oublie pas de lancer quelques piques à ses camarades socialistes engagés dans les primaires, « des cumulards qui appellent chaque année à la fin du cumul des mandats sans que rien ne change. »

En présence des parlementaires Catherine Lemorton, Bertrand Auban, Gérard Bapt et Sébastien Denard, Ségolène Royal promet, elle, de « mettre en accord le discours et les actes » et appelle les Français à « avoir l’audace de voter pour une femme en 2012. » Elle sort sous les acclamations de la salle, qui continue de scander son nom. Puis c'est un bain de foule avant une séance de dédicace d’une demi-heure. Le 7 septembre, Martine Aubry avait elle quitté la salle dès la fin de son discours.

Victor Matet

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

CINÉMA CINESPAÑA

CINÉMA CINESPAÑA | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Du 30 septembre au 9 octobre, honneur au cinéma espagnol à Toulouse et dans la région Midi-Pyrénées, avec près de 130 films inédits pour le festival Cinespaña.

 

Le festival de cinéma espagnol de Toulouse et Midi Pyrénées aborde sa 16e édition en confortant sa place éminente de vitrine de la production d’outre Pyrénées.
Cette année, ce sont près de 130 films qui seront projetés sur les écrans de la ville, que le public français pourra apprécier tout comme les jurys désignés pour décerner la Violette d’Or et les différents prix (compétition de court métrages, compétition documentaire, prix du public, prix du jury étudiant).
De nombreuses rencontres, des hommages à Jorge Semprun récemment disparu et à Juan Diego Botto, une rétrospective hommage à la réalisatrice Pilar Miró, une carte blanche à Diego Galán (critique de cinéma, réalisateur et directeur du Festival international de San Sébastian jusqu’en 2000) et une foule d’autres moments d’échange et de découverte entre public et professionnels ponctueront le déroulé de la manifestation.
En juin dernier, le festival a reçu le prix González Sinde remis par l’Académie espagnole des Sciences et des Arts cinématographiques afin de récompenser ses équipes pour le travail de promotion du cinéma espagnol effectué depuis 15 ans.
Cinespaña
Du 30 septembre au 9 octobre
Lieux : Cinémathèque de Toulouse, ABC, UGC, Utopia, Cratère, ESAV, Institut Cervantès, Casa de España et la FNAC.
http://www.cinespagnol.com 

 

more...
No comment yet.
Suggested by Philippe Gassmann
Scoop.it!

Gazon maudit au Stadium

Gazon maudit au Stadium | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Deux ans après avoir fait peau neuve, et un mois après la pose de nouvelles bandes de gazon, la pelouse du Stadium est de nouveau défectueuse. L'ancien entraîneur de l'AJ Auxerre, Guy Roux, ne s'est d'ailleurs pas privé pour apostropher le maire lors du match TFC-Nancy.

«Monsieur le Maire, votre pelouse n'est pas digne d'un stade de Ligue 1 mais de celle d'un stade de Division honneur ! »

Le tacle lancé par Guy Roux à destination du maire de Toulouse lors du match de samedi entre le Téfécé et l'AS Nancy-Lorraine relance le débat : la pelouse du Stadium est-elle digne d'un club de Ligue 1 qui joue les premiers rôles de son championnat ? Un constat partagé par le site football.fr qui notait au début du match de samedi: « des mottes apparaissent déjà alors que le coup d'envoi n'a pas encore été donné. »...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bateau Lavoir, Toulouse

Bateau Lavoir, Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Description :
plaque négative au gélatino-bromure d'argent.
format 13x18cm..
inscription manuscrite par Eugène Trutat sur enveloppe :.
"Toulouse bateau lavoir".
ajout au crayon, d'une autre main :.
"cliché inversé"

Fond ancien du Muséum de Toulouse. Domaine public.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Balade au coeur de la Novela 2010 et téléchargement programmes 2011 Toulouse

Thibault, 13 ans, a adoré la Novela 2010, le festival des saveurs partagés de la ville de Toulouse.

 

Festival des savoirs partagés du 7 au 23 octobre 2011

 

Télécharger les programmes par thème :

 

La Novela au coeur du spatial 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/235435f3-2b0d-401e-93e0-e564cb2329c2 

 

La ruse au coeur du festival 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/d758e6ab-605e-4f55-af62-5dbe2c405f5c 

 

Rendez-vous savants au Muséum 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/2f28a06c-e423-48bd-b30e-faa9a4875043 

 

La Novela Toulouse numérique 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/1a90c945-48a7-4cc4-9fa6-5fb606192afe 

 

La Novela partout en ville 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/faf7bc5f-fa68-4dc2-be30-694d37e13994 

 

Les robots débarquent à Paul Sab... 

http://novela.toulouse.fr/documents/10151/8d8feb31-9322-4d39-abc9-d6e27e2b4381 

 

 

 

more...
No comment yet.
Suggested by Deloste
Scoop.it!

AFZ : 10 h 17 l'usine explose, Toulouse tremble

AFZ : 10 h 17 l'usine explose, Toulouse tremble | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un premier bang… Pour les uns, c'est un bruit de pneu crevé, d'autres décrivent un son plus sourd. Les Toulousains ont à peine le temps de s'interroger, ce matin du 21 septembre 2001, qu'un autre bang crève les tympans. Des plafonds tombent, des vitres explosent. Du sang. C'est la panique.

À 10 h 17, ce 21 septembre 2001, Toulouse bascule dans l'horreur. Nous sommes dix jours après les attentats de New York. Chaque Toulousain pense qu'une bombe vient d'exploser près de chez lui. À la maison, au supermarché, dans son entreprise, près de l'école… En levant les yeux au ciel, pourtant, on remarque un champignon orange s'élever au sud… dans la zone du pôle chimique.

C'est l'usine AZF qui vient d'exploser. Le hangar 221, où sont stockés des ammonitrates déclassés. À la place de l'entrepôt, un immense cratère. Autour, des squelettes de bâtiments, de la fumée, de la poussière....

 

31 morts, des milliers de blessés

 

Les survivants sont hébétés, sous le choc. Les blessés sont hagards ; certains sont encore sous les décombres, inconscients. « J'étais sur un chariot élévateur. Je me suis retrouvé projeté à plusieurs mètres, derrière des wagons. Je ne sais pas comment j'ai atterri là », raconte un ouvrier. Des salariés ou sous-traitants d'AZF, vingt-deux, sont tués par le souffle de l'explosion. Le lieutenant-colonel Patrice Gerber, alors chef du centre de secours à la caserne Boulingrain, est le premier sapeur-pompier toulousain à pénétrer dans l'usine. Il raconte : « C'était l'apocalypse ! Sur le moment, on a du mal à comprendre qu'on n'est pas dans un film. Puis les réflexes opérationnels se mettent en place : notre mission, c'est de porter secours .»

Rejoint par d'autres sapeurs-pompiers, le lieutenant-colonel Patrice Gerber avance dans les décombres de l'usine : « Il y a de la fumée. On ne voit pas bien. Le paysage est lunaire. On découvre un cratère. Puis on aperçoit des ombres : ce sont des gens. Ils sont couverts de poussière et de sang »…

 

Les secours s'activent dans les décombres

 

Dix ans après, Patrice Gerber se souvient du « silence » impressionnant qui règne sur le pôle chimique. Une chape de plomb qui succède au fracas de l'explosion.

« Notre obsession : porter rapidement secours à ces personnes qu'on sentait autour de nous prisonnières des décombres, et dont on nous disait qu'elles étaient là », poursuit le lieutenant-colonel Gerber. Qui ajoute : « Notre culture de sécurité civile nous a permis de faire face à la plus grande catastrophe industrielle qu'ait connue la France depuis la Deuxième Guerre mondiale ».

Autour de l'usine, c'est la désolation. Voitures défoncées sur la rocade, toitures arrachées, maisons détruites, immeubles ravagés. Une fumée âcre râpe les gorges. Des grêlons brunâtres pleuvent du ciel : ce sont les grains d'ammonitrates carbonisés du hangar 221 de l'usine AZF.

 

L'équivalent de 100 tonnes de TNT

 

Toulouse a tremblé : comme un séisme de force 3,3, l'équivalent de l'explosion de 100 tonnes de TNT. Les ondes secouent les sous-sols de la ville. L'hôpital psychiatrique Gérard Marchant, situé en face de l'usine, est sens dessus dessous. Dans certaines chambres de patients, les plafonds sont éventrés.

D'une salle de réunion fort heureusement inoccupée, il ne reste que des gravats : des bris de vitres, comme des poignards, ont lacéré les bureaux et les fauteuils. Un gardien de l'hôpital racontera plus tard : « J'ai cru que c'était la fin du monde. Je me suis avancé, les bras en croix, et j'ai attendu »…

 

Les écoles tremblent

 

Il n'est pas le seul à avoir cru que sa dernière heure était arrivée. À l'École de chimie, de l'autre côté de la rocade, le souffle dévaste les bâtiments. Berthe Ratsimba, maître de conférences, est victime du blast : « Il me semblait que mes poumons allaient imploser… J'avais l'impression d'être un insecte qu'on écrase. Le mur me soutenait… »

Au moment de l'explosion, l'enseignante tournait le dos à la fenêtre et s'est mise en boule… « J'ai vraiment cru que j'allais mourir. Lorsque je suis sortie du bâtiment, je me suis trouvée dans un brouillard noir… à respirer ces cochonneries, qui sans doute, un jour, vont ressortir ».

Dans les écoles proches, c'est la terreur. Les salles de classe sont détruites. Par chance, les enfants sont en récréation, et échappent, pour la plupart, aux éclats de verre qui se projettent comme autant de petits poignards. Elle n'y a pas échappé. Professeur des écoles aux Oustalous, un établissement scolaire situé près du pôle chimique, Jacqueline Travers était restée à l'intérieur de l'établissement. Elle faisait des photocopies : « Nous venions de terminer les évaluations du CE2. Les enfants étaient dehors. Je profitais de la récréation pour préparer le travail du lundi ».

À 10 h 17, l'enseignante ressent le sol trembler : « Angoissant. Instinctivement, je me suis retournée ». Ce mouvement l'a sans doute sauvée. Les impacts de verre brisé l'ont atteinte sur l'arrière du crâne et dans le dos. Elle est en sang, mais ne le voit pas. Jacqueline Travers pense d'abord aux enfants. Dans le primaire, aucun n'est blessé. Tandis qu'à la maternelle, quelques bambins ont reçu des éclats de verre. Les « instits » comptent les enfants, quittent l'école dévastée, et vont se réfugier sur un terrain, en attendant les parents, affolés.

Au lycée Gallieni, alors qu'il se trouve encore dans la cour au moment de l'explosion, un lycéen est fauché par un bout de ferraille projeté comme une fusée depuis l'usine AZF. Le corps de Mousthoupha Bourra, 24 ans, est littéralement coupé en deux. Ce lycéen de 24 ans, originaire de Mayotte, est tué sur le coup.

La mort guette d'autres Toulousains, comme Huguette Amiel, une retraitée, qui se recoiffait dans son appartement avant de partir au marché. Christophe Esponde, un jeune électricien d'EDF, ne survit pas à l'explosion. Une cliente qui se trouve dans le hall d'accueil du garage Speedy, un autre chez Brossette, un employé de la SNPE, située près d'AZF, figurent au nombre des victimes.

La justice retient le nombre de 31 morts.

 

Tout Toulouse est dévastée

 

Et de 20 800 blessés. Le souffle de l'explosion a fait des ravages. Du garage Speedy, il ne reste qu'un squelette de charpente ; les murs sont éventrés. Le magasin Midi Papier Peint est détruit. La toiture du restaurant « Le Pic » s'est effondrée. Au dépôt de la Semvat, plus de cent bus sont déchiquetés.

La zone commerciale et industrielle qui ceinture l'usine AZF est détruite. Les quartiers populaires construits dans les années soixante près du pôle chimique subissent l'explosion de plein fouet. À la Reynerie, à la Faourette, à Papus, les vitres explosent, les plafonds tombent. Les habitants sortent, apeurés. Toujours ce silence de mort… La ville s'arrête. Les blessés sortent ahuris de leur voiture, de leur maison. Plus aucun bus ne circule. La rocade est coupée. Comme le téléphone. Le chaos. Les Toulousains sont sous le choc. Certains fuient. Ils vont chercher leurs enfants à l'école, leur conjoint au bureau. Ils rentrent chez eux, pour découvrir, parfois, la maison détruite.

 

D'autres portent secours.

 

Tout le monde aide tout le monde
Bien que lui-même blessé dans l'explosion, Georges Paillas, salarié d'AZF, pose un garrot au bras d'une jeune livreuse grièvement blessée devant l'usine. Il lui sauve la vie.

Des sapeurs-pompiers bénévoles arrivent pour prêter main-forte à leurs collègues. Des policiers de repos reprennent du service.

Les psys de l'hôpital Marchant retrouvent leurs gestes d'urgentistes pour soigner des victimes. Des infirmiers s'attachent avec leurs patients, de grands psychotiques : ils font corps avec les malades pour les protéger.

Une postière, Sylvie Kichenassamy, 44 ans, s'improvise ambulancière. Elle transporte dans sa voiture 17 personnes d'AZF vers le centre de secours installé à La-Croix-de-Pierre : trois blessés ne survivront pas.

Sur des avenues vides de voitures, on croise des adolescents ; ils sont couverts de poussière, parfois de sang. Ce sont des élèves du lycée Déodat de Séverac qui cherchent à rentrer chez eux. Certains feront des kilomètres à pied.

"J'ai cru que c'était la guerre"
L'air est chargé de menaces. Les poumons sont irrités. La crainte d'un nuage de gaz toxique effraie les Toulousains dans la zone sud. Ils mettent des mouchoirs mouillés devant leur nez. À la radio, un message leur recommande de rester confinés chez eux. Confinés ? Ils n'ont plus de fenêtres…

Les secours sont débordés. Et voilà que les ministres débarquent. Le chef de l'État, Jacques Chirac, aussi.

Le soir tombe sur une ville dévastée, en proie aux pilleurs.

Dans le ciel, on entend le bruit des hélicoptères.

L'angoisse étreint le cœur d'une octogénaire : « J'ai cru que c'était la guerre ».

 

L'explosion de l'usine AZF a fait 31 morts le 21 septembre 2001

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

ATTENTION, MARATHON !

ATTENTION, MARATHON ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
SPORT : Le 5e marathon du Grand #Toulouse s’élance dimanche 23 octobre 2011!

 

http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/plan_general.pdf 

 

3, 2, 1 départ ! Le 5e marathon du Grand Toulouse s’élance dimanche 23 octobre 2011. Le rendez-vous sportif devenu incontournable, parrainé cette année par l’athlète Yohann Diniz, est aussi prétexte à trois jours d’animations dès le 21 octobre, avec le village du marathon place du Capitole. Rendez-vous, au fil du parcours pour un "Tour du Monde en 42,195 kilomètres", les communes de l’agglomération vibrent au rythme des six continents.

 

Attention à la circulation modifiée pour l’occasion.

 

Pour cette cinquième édition, on attend 5000 coureurs, en relais ou en solo, dont de nombreux athlètes de haut niveau. Récompensé en 2008 par le label national de la Fédération française d’athlétisme, il est qualificatif pour les championnats de France et s’impose aujourd’hui comme un rendez-vous sportif incontournable au niveau local, national et international.
Les coureurs d’élanceront à 8h40 pour la course handisport et à 8h45 pour le marathon, depuis le pont Pierre de Coubertin. La course en relais partira à 10h45 heures de la place Esquirol.

 

YOHANN DINIZ, PORTE LES COULEURS DU MARATHON DU GRAND TOULOUSE !

Le Grand Toulouse est honoré d’accueillir Yohann Diniz comme parrain de la 5e édition de son marathon. Le double champion d'Europe du 50 km marche à Göteborg (2006) et Barcelone (2010) sera présent durant tout le week-end du marathon sur le Village Expo place du Capitole du vendredi 21 au dimanche 23 octobre.
Plus d'infos

http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/parrain-2011.html 


« TOUR DU MONDE EN 42.195 KM »

Il y a le marathon côté sport et côté ville. De 8h à 15h30 : tout le long du parcours, découpé en 6 continents, de nombreuses animations vous emmèneront en voyage : Afrique, Océanie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie sur des airs de samba, flamenco, Hip Hop, capoeira, jazz… Prés de 40 animations jalonnent le parcours dimanche 24 octobre !
Programme des animations

http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/anim-tourdumonde.html 


LE VILLAGE

Centre névralgique du week-end, un village s’installe sur la place du Capitole, les 21, 22 et 23 octobre. Accueillant animations musicales, danses, écran géant, défi avec le parrain, elle sera aussi le théâtre de la remise des dossards, du petit déjeuner d’avant course ainsi que de l’arrivée du marathon et du relais. Les spectateurs pourront également assister à la retransmission en direct du départ de la course.
Ouverture du village au public:
le vendredi 21 et samedi 22 octobre de 9h à 19h,
et le dimanche 23 octobre de 7h à 18h.
Découvrir le village

http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/presentation.html 

 

LE MARATHON

Le Marathon du Grand Toulouse a lieu le dimanche le 23 octobre 2011. Les coureurs traverseront 6 des 37 communes du Grand Toulouse : Aucamville, Fonbeauzard, Saint Alban, Castelginest, Launaguet et Toulouse. Au programme : départ et arrivée au cœur de Toulouse, passage par le centre historique, la place du Capitole, les berges de la Garonne... Le détail du parcours
Départ marathon : 8h45 (pont Pierre de Coubertin)
Départ marathon handisport : 8h40 (pont Pierre de Coubertin)
Départ Relais : 10h45 (place Esquirol)

 

CIRCULATION PERTURBÉE DANS VOTRE QUARTIER

De 5h à 16h (horaires pouvant fluctuer selon le déroulement de la manifestation), plusieurs axes de circulation seront fermés.
Afin de faciliter vos déplacements ce jour là :
- Utilisez les itinéraires conseillés : des axes de déviations seront mis en place permettant de rejoindre les grands axes routiers.
- Pensez à vous garer hors des zones fermées par le marathon et à proximités des itinéraires conseillés.
- Pendant le passage de la course la circulation est interdite aux véhicules, motos et vélos.
- Respectez la signalisation et les règles de prudence afin d'assurer votre propre sécurité et de ne pas compromettre celle des personnels d'exploitation et des entreprises.

 

 

CIRCULATION DIFFICILE EN CENTRE-VILLE

La circulation et le stationnement sur les communes traversées par le marathon seront fortement réduits. Il est donc vivement conseillé de privilégier les transports en commun, d’utiliser les parkings de la périphérie ou de se déplacer en vélo.
Accès aux marchés de Toulouse Cristal, Victor Hugo, Carmes, St Sernin, Saouzelong... par le métro.
Consultez les plans de déviations

http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/communication_riverains.html 


Certaines trajectoires des bus peuvent être modifiée, pour toute information consultez Tisséo

http://www.tisseo.fr 

 

Plus d'infos sur le Marathon du Grand Toulouse
http://www.lemarathondugrandtoulouse.fr/ 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

LGV Bordeaux - Toulouse : les concertations vont débuter

LGV Bordeaux - Toulouse : les concertations vont débuter | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
A partir de ce lundi 10, et jusqu'au 29 octobre, le public va pouvoir être consulté sur la Ligne à Grande Vitesse Bordeaux - Toulouse.

A partir de ce lundi 10 octobre, et jusqu’au 29 de ce même mois, le public va être consulté sur la Lignes à Grande Vitesse Bordeaux - Toulouse. Patrick Stefanini, préfet d’Aquitaine : « C'est le quatrième et dernier temps de consultation du public après l'approbation ministérielle du fuseau de 1.000 mètres. »

En jeu, au-delà du resserrement du fuseau de 1 000 mètres du tracé de la nouvelle LGV, la réalisation et/ou l’aménagement des 11 gares et haltes concernées. Le 9 janvier prochain, un comité de pilotage en présence des deux présidents de région proposera un tracé, soumis à une approbation ministérielle au printemps 2012 (source : AFP).

more...
No comment yet.
Suggested by Philippe Gassmann
Scoop.it!

Le Sicoval débloque plus de 100 millions pour avoir son métro en 2018 - La Dépêche

Le Sicoval débloque plus de 100 millions pour avoir son métro en 2018 - La Dépêche | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le Sicoval a décidé de la jouer modeste. Mais au cours de la conférence de presse sur « l'actualité » de la communauté d'agglomération du Sud-Est toulousain, Christian Lavigne, vice-président chargé des Transports, a lâché une bombe : le métro arrivera à Labège Innopole en 2018. Pour en arriver à prolonger la ligne B, projet qui constitue la priorité des priorités, l'intercommunalité a décidé de mettre la main à la poche et de mettre plus de 100 millions d'euros au pot commun. « Le montage financier n'est pas si simple. Et le fait qu'une intercommunalité y participe constitue une première en France. Mais nous avons enfin clarifié le coût de l'opération et le dossier a changé de nature. »

 

Le coût total de l'opération se montera à 350 millions d'euros (valeur estimée au 1er janvier 2 011), frais de main-d'œuvre non inclus.

Et le Sicoval propose de partager la poire en trois : un tiers pour lui, un tiers pour le conseil général, un tiers pour Tisséo-SMTC.

Christian Lavigne se montre confiant : « Pour en arriver là, nous avons déjà travaillé avec Tisséo. Quant au conseil général, il a toujours été en appui du Sicoval. Et tout compte fait, sa participation paraît raisonnable, environ du même ordre que les investissements routiers qu'il avait prévus sur le secteur ».

 

UN ACCORD EN DÉCEMBRE

 

Reste à déterminer la marche à suivre et à signer un accord. « Il est évident que Tisséo-SMTC conservera la maîtrise d'ouvrage. Il va falloir aussi que le plan de déplacement urbain (PDU) soit modifié de façon définitive dans le sens su prolongement de la ligne B du métro. Le compte à rebours a d'ores et déjà commencé », lance, optimiste, Christian Lavigne.

Selon le calendrier « prudemment élaboré », un accord entre les trois parties doit être signé dès le mois décembre. Ensuite, il restera six ans et demi de chantier pour prolonger la ligne. De quoi, probablement, provoquer de joyeux embouteillages. Mais les habitants du Sud-Est toulousain ont tellement envie et besoin du métro qu'ils sont prêts, comme le Sicoval, à tous les sacrifices.

 

Le Grand Toulouse : "On va étudier le montage financier"

 

Le projet de prolongation de la ligne B a longtemps suscité la polémique entre le Sicoval et les autres collectivités, notamment le Grand Toulouse. Le ton s'est apaisé. « Le climat est plus constructif qu'auparavant » reconnaît Joël Carreiras, vice-président du Grand Toulouse. Par ailleurs président de la SMAT, il rappelle la délibération du syndicat Tisseo, avant l'été : « Nous étions favorables à un bus à un haut niveau de service (BHNS), évolutif, pour un passage en métro vers 2020. Nous sommes prêts à réviser le calendrier, sans passer par la case BHNS, si le Sicoval trouve des financements complémentaires ». Pour le vice-président du Grand Toulouse, « la balle est dans le camp du Sicoval. On va se rencontrer, voir comment on peut élaborer le montage financier pour un projet estimé à 370 M€, hors maîtrise d'œuvre. Par contre, sur le VAL de Labège, Tisseo ne pourra mettre guère plus que l'enveloppe affectée à un BNHS, soit 90 M€. Il n'est pas question de remettre en cause les autres projets de transports de l'agglomération, d'autant qu'avec la crise, il est difficile de trouver des liquidités auprès des banques ».

 

LE CONSEIL GÉNÉRAL ATTEND LA CONCERTATION

 

De son côté, le conseil général reste prudent. « Aucun commentaire tant qu'une table ronde entre toutes les collectivités partenaires n'aura pas eu lieu et que rien n'aura été décidé, en particulier une éventuelle participation financière du conseil général. Nous sommes dans l'attente de cette concertation » indique le cabinet du président Izard.

J.-F. Lardy-Gaillot

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

RÉVISION DU PLAN LOCAL D'URBANISME : RÉUNION PUBLIQUE JEUDI 6 OCTOBRE

RÉVISION DU PLAN LOCAL D'URBANISME : RÉUNION PUBLIQUE JEUDI 6 OCTOBRE | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La Communauté Urbaine du Grand Toulouse a prescrit la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) du Grand Toulouse – Commune de Toulouse, par délibération du conseil communautaire du 17 mars 2011.

Objectif ?

Apporter une réponse à l'explosion démographique et l'urbanisation croissante de la ville.

Afin d'exposer la démarche globale mise en place pour élaborer ce nouveau texte, Pierre Cohen préside une réunion publique jeudi 6 octobre ouverte à tous.

 

Principal document d'urbanisme de la Ville, le Plan Local d'Urbanisme (PLU) fixe les règles et les orientations générales d'occupation et d'organisation du territoire, tout en veillant à respecter le développement durable. Il est élaboré à l'initiative et sous la responsabilité de la Communauté urbaine du Grand Toulouse. La 8e révision du PLU lancée le 17 mars 2011 apportera une réponse à l'explosion démographique et l'urbanisation croissante de la ville. Parce que le PLU va engager la Ville pour les années futures, une démarche de co-construction impliquant les Toulousains est mise en place.

 

UNE RÉUNION PUBLIQUE 

Une réunion publique ouverte à tous et présidée par Pierre Cohen a eu lieu le Jeudi 6 octobre 2011 à 19 h à la salle Garonne (sous-sol) du Grand Toulouse.

A l'ordre du jour :
- explication de la démarche globale d'aménagement du territoire entreprise par l'équipe municipale à travers le Plan Local d’Urbanisme ;
- présentation détaillée de la concertation ;
- enjeux et objectifs de cette révision.
Rendez-vous au Grand Toulouse
6 rue René Leduc
31505 Toulouse
Métro : ligne A, station Marengo

 

DES ATELIERS DE CO-CONSTRUCTION

 

Parce que le PLU concerne tous les citoyens, des ateliers vont également être organisés afin de débattre des grandes orientations données à ce nouveau PLU. Si vous souhaitez participer à l’un de ces ateliers merci de confirmer votre présence en envoyant un mail.

 

Mardi 11 octobre ~ 18h – 20h30 Salle polyvalente de la Maison de Quartier Arènes Romaines
107 avenue des Arènes Romaines. Tramway : T1 - arrêt Arènes Romaines
Atelier Patrimoine :
Quel patrimoine doit-on protéger ?
Quel niveau de protection doit-on y associer ?
Atelier Nature dans la ville :
La place des espaces verts et des espaces de nature
La place de l’agriculture économique et de loisirs

 

Samedi 15 octobre ~ 9h – 11h30 ~ Salle polyvalente de Limayrac
20 rue Xavier Darasse Bus : ligne 23 – arrêt Firmis (devant la salle) et ligne 37 – arrêt Baroux
Atelier urbanisme de projets :
Qu’est-ce qu’une orientation d’aménagement programmatique (OAP) et la démarche écoquartier
Quelle démarche dans le diffus ?
Atelier centralité :
Quelle diversité d’habitat ?
Comment accueillir le commerce ?

 

Mardi 18 octobre ~ 18h – 20h30 ~ Salle Barcelone
22 allée de Barcelone. Métro : Ligne B - station de la plus proche : Compans Cafarelli. Bus : ligne 1 : arrêt Arsenal
Atelier espace public de qualité :
Espace public / espace privé
Transports en commun / modes doux / accessibilité
Atelier formes urbaines :
Formes existantes du bâti
Cohérence (et incohérence) urbanisme et transport

 

Inscription aux ateliers
Si vous souhaitez participer à l’un de ces ateliers merci de confirmer votre présence en envoyant un mail :

revisionplu @ mairie-toulouse.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Conseil d'État : Tramway de Toulouse

Le Conseil d’État annule la suspension de la déclaration de projet prononcée par le tribunal administratif.

 

Par une délibération du 28 mars 2011, le comité syndical du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) Tisséo a adopté une déclaration de projet portant sur la réalisation, à Toulouse, d’une ligne de tramway baptisée « Garonne ». Aux termes de l’article L. 126-1 du code de l’environnement, les personnes publiques voulant réaliser des opérations d’aménagement doivent en effet, dans le délai d’un an suivant l’enquête publique organisée sur le projet, se prononcer sur l’intérêt général de l’opération envisagée. Cette déclaration de projet est un préalable indispensable à l’obtention des autorisations nécessaires à la réalisation des travaux. En l’espèce, la décision du SMTC Tisséo a fait l’objet d’un recours en annulation devant le tribunal administratif de Toulouse par l’association pour un autre tracé (APAT) et par un particulier exploitant un commerce sur le tracé de la future ligne, qui avaient également déposé une demande de suspension en référé.
Cette procédure de référé permet aux requérants qui déposent une demande tendant à l’annulation d’une décision administrative d’en obtenir la suspension, le temps que l’affaire soit instruite et jugée, si deux conditions cumulatives sont remplies : il faut d’une part qu’une situation d’urgence soit caractérisée, et, d’autre part, qu’un moyen soit de nature à créer, en l’état de l’instruction du dossier, un doute sérieux quant à la légalité de la décision contestée.
Dans l’ordonnance qu’il a rendue le 1er juin 2011 sur la requête en référé de l’APAT et de l’autre requérant, le juge des référés du tribunal administratif avait estimé, d’une part que la condition d’urgence était remplie, et d’autre part, que deux moyens étaient de nature, en l’état de l’instruction, à créer un doute sérieux sur la légalité de la décision litigieuse : celui tiré de l’insuffisance de l’étude d’impact jointe au dossier d’enquête publique et celui tiré du défaut d’intérêt général de l’opération projetée. En conséquence, il avait suspendu l’exécution de la délibération du 28 mars 2011 et enjoint au SMTC Tisséo ainsi qu’à la société de la mobilité de l’agglomération toulousaine (SMAT) de cesser tous travaux en vue de la réalisation de cette ligne.
Saisi, ainsi que le prévoit le code de justice administrative, directement en cassation de cette ordonnance par le SMTC Tisséo et le SMAT, le Conseil d’Etat a, par sa décision du 3 octobre 2011, inversé la solution retenue par le juge des référés.
Pour ce faire, il a d’abord annulé l’ordonnance qui était attaquée devant lui en estimant :
- d’une part, que le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse avait dénaturé les pièces du dossier qui lui étaient soumis en retenant le moyen tiré de l’insuffisance d’impact, alors que celle-ci ne souffrait d’aucun des manques qui lui étaient reprochés ;
- d’autre part, qu’il avait également dénaturé les pièces du dossier en retenant le moyen tiré de l’absence d’intérêt général de l’opération alors que, malgré son coût, le projet présente plusieurs avantages. Il vise notamment à compléter le maillage du réseau de transports de l’agglomération en centre-ville de Toulouse, en particulier entre la ligne A et B du métro, en accueillant un trafic excédant les seuls besoins de la desserte locale, mais aussi à absorber une partie du trafic de la ligne A, saturée par endroits. Par ailleurs, le projet repose sur des hypothèses de fréquentation de la ligne et de modification des comportements des automobilistes non dénuées de pertinence.
Statuant ensuite lui-même sur la demande de suspension, le Conseil d’Etat a considéré qu’aucun des moyens soulevés par l’APAT et l’autre requérant n’était de nature à créer, en l’état de l’instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la délibération litigieuse. L’une des deux conditions posées par l’article L. 521-1 du code de justice administrative n’étant ainsi pas remplie, le Conseil d’Etat a rejeté la demande de suspension.
Cette décision a pour effet de permettre la reprise des travaux de réalisation de la ligne. Le tribunal administratif de Toulouse devra, quant, à lui statuer sur la requête en annulation de l’APAT, qui est actuellement en cours d’instruction.
CE, 3 octobre 2011, Syndicat Mixte des Transports en Commun Tisséo, n°350210.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse buissonnière, 30 septembre

Toulouse buissonnière, le magazine de la culture et des arts de la Ville de Toulouse, entame vaillamment sa deuxième saison.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Défi propreté : les PV vont tomber… de 35 à 1500 euros !

Défi propreté : les PV vont tomber… de 35 à 1500 euros ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

- La Dépêche:

 

Toulouse :

Il va falloir redoubler de civisme à Toulouse. À compter d'aujourd'hui, des procès-verbaux pour infraction à la propreté pourront être dressés dans le cadre du défi propreté lancé par la mairie de Toulouse. Dix infractions rentrent dans le cadre de cette mesure, avec des sanctions de 35 €, pouvant aller jusqu'à 1 500 € en cas de récidive.

Pour appliquer le défi propreté, la mairie a décidé d'augmenter les prérogatives des agents municipaux. En plus des policiers municipaux, les agents de surveillance de la voie publique (ASVP) et les agents affectés à la voirie et à la propreté pourront verbaliser les contrevenants. Selon la mairie, ce sont 80 à 100 agents qui seront opérationnels chaque jour dans les rues de la ville pour faire appliquer ces mesures.

Plusieurs niveaux de sanctions pénales et civiles sont prévues.

Jets de papiers ou de mégots, distribution de prospectus dans le centre ville, utilisation de mobiliers urbains pour la publicité, dégradation de mobiliers urbains seront passibles d'une amende de 35€. De même que le fait de ne pas rentrer ses bacs de collecte ou de sortir ses ordures ménagères avant 19 heures. L'affichage sauvage sera sanctionnable de 12 € par affiche, en plus des 35 € de timbre-amende.

Enfin, les déjections humaines et animales (à la charge du propriétaire de l'animal) ainsi que les dépôts sauvages d'ordures peuvent aller jusqu'à 450 € en cas de récidive et même 1 500 € si le dépôt d'ordures est effectué avec un véhicule.

Le message est clair, il faudra faire preuve de civisme...ou mettre la main au portefeuille.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Let'sMotiv Toulouse n°129 - septembre 2011

Let'smotiv magazine des cultures et tendances urbaines : musique, spectacle, théâtre, art, exposition, mode, design, portfolio, agenda culturels...

Reportage Camouflage urbain, pas vu pas pris
Portfolio Mc Bess
Musique 30 ans de Canal Sud, Electro Alternativ, Rock in Opposition…
Cinéma Cinespaña, La Grotte des rêves perdus, Putty Hill...
Événement Festival ManifestO
Exposition Printemps de Septembre, le bois de Sherwood… Agenda
Théâtre & danse Entretien Myriam Naisy, Festival de rue… Agenda
Chroniques livres, cd, dvd et jeux vidéo

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

JOB aux 7 deniers, cela se fête à Toulouse

JOB aux 7 deniers, cela se fête à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Samedi 1er octobre, le quartier Sept-Deniers fête l'ouverture du "vaisseau Amiral" Job. Le bâtiment, une ancienne fabrique de papier à cigarette en rénovation depuis 2009, accueille aujourd'hui la maison des jeunes et de la culture des Sept-Deniers, l'école de musique Music'Halle, une piscine, une salle de spectacles...

 

Cette bâtisse, située au 105 route de Blagnac, était initialement vouée à la production de papier à cigarette. Elle est indéfectiblement liée à l’histoire du quartier. Ses habitants et ses associations* ont su se mobiliser à plusieurs reprises pour sauver tout d’abord l’emploi, puis le patrimoine industriel que représentait cet ensemble.
Classé au patrimoine industriel du XXe siècle, le bâtiment JOB entame une deuxième vie !
Le projet de réhabilitation a été mené par le Cabinet d’architectes Puig/Pujol. L’intérieur du bâtiment a été entièrement restructuré pour que s’y côtoient de nombreux équipements à vocations différentes mais accueillant tous du public et nécessitant d’ingénieux plans de circulation et des accès spécifiques.

Le bâtiment « Amiral » Job, restructuré, abrite désormais :
- l'école de musique Music'Halle
- la maison des jeunes et de la culture (MJC) des Sept-Deniers
- une piscine
- une salle de spectacles
- l'association 7 Animés.
*Alliances et Cultures, Collectif Contre Le Plan Ginestous 2000, 7 Animés, Le Comité de Quartier des Sept Deniers, le Mouvement des Chrétiens retraités, Les Parents d'élèves des Ecoles & Collège et l'Association des salariés "Après JOB".

 

 

INAUGURATION : SAMEDI 1ER OCTOBRE

>> 16h
Grande Parade Républicaine de quartier : départ devant La Poste des 7 Deniers
>> 17h30
Inauguration officielle par Pierre Cohen, député maire de Toulouse et les élus de la Ville et des collectivités territoriales.
>> 18h30-20h30
Visites guidées du bâtiment ponctuées de créations : danse, musique, photos, théâtre, arts plastiques
Pendant ce temps-là, sur l’Esplanade....
Restauration / conversations / projection de photographies / labyrinthe de papier / rencontre-signature .
Concerts acoustiques / Réalisation d’une fresque par des graffeurs
>> 20h30
Paroles associatives et citoyennes
>> 21h
Ciné-Concert : Que serait la vie sans papier ?. Composition audiovisuelle et musicale retraçant la transformation de l’arbre au papier.
>> à partir de 22h30
Concert : Sing Sing My Darling (Pop/Rock) et Trio de Moonlight Benjamin (Chansons Vaudou)
DIMANCHE 2 OCTOBRE

>> Matin
Visites libres et portes ouvertes pour l’École de Musiques et la partie «ateliers»
Ouverture de la piscine pour les nageurs
Marché « manif-festif » et marché de plein vent avec animations musicales
Apéro final
Plus d'informations
Music’Halle - L’école des musiques vivaces
www.music-halle.com
Association 7Animés
www.7animes.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des machines géantes à l'aérodrome de Montaudran à Toulouse

Des machines géantes à l'aérodrome de Montaudran à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Deux cents machines de spectacle géantes sorties tout droit de l'imaginaire de François Delarozière et de la compagnie la Machine, pourraient être installées bientôt le long de la piste mythique de Toulouse-Montaudran. Un projet qui ne craint pas la démesure, et que portent ensemble la mairie de Toulouse, l'urbaniste David Mangin à la tête de l'opération urbaine Montaudran Aerospace, mais surtout Delarozière dont on connaît les monumentaux sujets en mouvement. Qui n'a vu les images du fameux éléphant de l'Ile de Nantes? « C'est un projet national et j'espère même international. Pour l'instant, la décision n'est que politique et reste à concrétiser », nous indiquait hier Delarozière depuis les Etats-Unis où il donnait une série de conférences. « Le maire de Toulouse Pierre Cohen, a décidé de se lancer dans l'aventure. J'en suis heureux. C'est fabuleux d'avoir à mettre en mouvement, en vie, ce projet urbain… »

Il s'agit en effet d'installer à Montaudran l'activité spectacles de la compagnie et, en quelque sorte, son fonds artistique. On y retrouverait les girafes, le rhinocéros… qui ont fait la réputation de ce fabricant de rêve. Deux araignées de 38 tonnes chacune, de 13 mètres de haut et 20 de large y tisseront leur toile ! Mais Delarozière ne quitte pas Nantes pour autant. Il y conserve un atelier, tout comme il garde son siège social à Tournefeuille (31). Plasticien, inventeur, constructeur depuis des années 80, le directeur artistique de La Machine reste identifié au créateur des machines les plus emblématiques de la compagnie Royal de Luxe, comme le Géant tombé du ciel ou la catapulte à piano…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

UNE CHARTE POUR FAIRE RIMER FÊTE AVEC RESPECT à Toulouse

UNE CHARTE POUR FAIRE RIMER FÊTE AVEC RESPECT à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le conseil municipal a adopté le vendredi 23 septembre 2011, la Charte de la vie nocturne. Elaborée avec les acteurs de la nuit toulousaine, elle permettra à Toulouse de concilier sa tradition festive avec le respect des intérêts de chacun.

Ville préférée des étudiants, ville du sud, Toulouse aime la fête et les soirées où l’on refait le monde autour d’un verre. C’est une des manifestations de son art de « vivre ensemble ». Riverains, fêtards et professionnels doivent donc pouvoir cohabiter dans le respect de l’autre. C’est tout le sens du travail mené depuis des mois par la mairie en concertation avec les organisations représentant les exploitants de débits de boissons pour élaborer la Charte de la vie nocturne.
« Une des forces de cet outil, pour Jean-Paul Makengo adjoint au maire chargé du dossier, c’est qu’il n’est pas figé. Il s’enrichira, au fil du temps, des expériences et des échanges entre ses signataires. »

ENGAGEMENT À MIEUX VIVRE ENSEMBLE

Avec ce texte, le respect de l’autre se construit plutôt qu’il ne se décrète, dans un esprit gagnant-gagnant entre professionnels, usagers et riverains.
Pour les professionnels, cette Charte c’est l’engagement d’accueillir tout le monde, sans discrimination d’aucune sorte. C’est aussi des objectifs en termes de prévention des nuisances sonores, de lutte contre la consommation excessive, ou encore de tri des déchets. C’est enfin et surtout la certitude de disposer d’un espace de concertation avec les autorités municipales pour discuter problèmes et projets.
Pour les usagers, la Charte est l’assurance que la fête ne sera pas bannie de Toulouse à cause de ses excès. Elle est aussi le cadre qui doit permettre d’assurer aux riverains des nuits tranquilles.
Vous pouvez télécharger cette Charte de la vie nocturne (format pdf)

http://bit.ly/r6qGM9 


Consultez notre dossier Toulouse plus tranquille

http://www.toulouse.fr/municipalite/dossier-toulouse-plus-tranquille 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Primaires Citoyennes : Jean-Michel Baylet en meeting à Toulouse

Primaires Citoyennes : Jean-Michel Baylet en meeting à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

- La Dépêche :

 

Jean-Michel Baylet, président du PRG et candidat radical aux primaires citoyennes, a animé un meeting de campagne le vendredi 23 septembre 2011, à partir de 18 heures, salle Duranti à Toulouse (1).

« Jean-Michel Baylet qui sera accompagné par les sénateurs radicaux Françoise Laborde et Jean-Pierre Plancade, et bénéficie, en Haute-Garonne, du soutien de tous nos élus, a souhaité venir à la rencontre des militants, sympathisants et citoyens, non seulement pour promouvoir le processus des primaires, mais encore pour développer et débattre du programme présenté par le PRG à l'occasion de ce rendez-vous politique. Un programme marqué du sceau de la modernité et de l'audace », ont indiqué hier Christohe Delahaye, président, et Pierre-Nicolas Bapt, secrétaire général du PRG 31.

Les deux cadres du Parti radical de gauche rappellent ainsi que leur candidat a été le premier à militer pour une VIe République dont le Parlement sortirait renforcé. « C'est encore lui qui s'est exprimé avec le plus de clarté et de conviction sur la montée en puissance du fédéralisme européen, sur un rééquilibrage des droits entre homosexuels et hétérosexuels, sur la remise à plat de notre système fiscal ou sur le droit de vote des étrangers », ont par exemple souligné Christophe Delahaye et Pierre-Nicolas Bapt.

(1) 6, rue du Lieutenant-Colonel Pélissier à Toulouse.
more...
No comment yet.