Toulouse La Ville...
Follow
Find
51.8K views | +11 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Suggested by Sandrine Mathon
Scoop.it!

Toulouse, future capitale mondiale du cinéma

Toulouse, future capitale mondiale du cinéma | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le projet de studios de cinéma sur le site de Francazal se dessine.

 

- La Dépêche :

 

Le projet de studios de cinéma sur le site de Francazal se dessine. Une délégation américaine des studios Raleigh vient de passer six jours à Toulouse. Cette visite faisait suite à la signature, cet été, d'un protocole d'accord entre Raleigh et la future société d'exploitation des studios de Francazal.

Après deux mois d'un silence perçu quelquefois comme un signal de mauvais augure, Bruno Granja, porteur du projet d'implantation de studios de cinéma sur la base de Francazal, sort de la réserve dans laquelle il s'était lui-même retranché.

« La semaine dernière, révèle-t-il à « La Dépêche du Midi », une délégation conduite par Michael Moore, le patron des studios Raleigh, a passé six jours à Toulouse. Les Américains sont repartis ravis de leur séjour qui leur a permis de découvrir la base aérienne bien entendu, mais également la ville et l'agglomération de Toulouse et quelques-uns des plus beaux sites naturels et patrimoniaux de la région. Cette visite faisait suite à la signature, cet été, d'un protocole d'accord entre Raleigh et la future société d'exploitation des studios de Francazal dont je suis le patron », a indiqué Bruno Granja.

Le projet de grande ampleur révélé par « La Dépêche du Midi » début juin 2011 est donc lancé. « L'été a été ponctué par de nombreuses rencontres avec Raleigh à Los Angeles et de séances de travail avec les élus et les services de l'Etat », souligne M. Granja. « Après une posture de prudence qui se conçoit lorsque se présente pareil projet, le préfet Comet, Martin Malvy, président du conseil régional, Pierre Cohen, maire de Toulouse et président du Grand Toulouse et Philippe Guérin, maire de Cugnaux, sont aujourd'hui des interlocuteurs attentifs à l'évolution du dossier ».

 

Un dossier dont on connaît désormais les grandes orientations. Raleigh qui souhaite pouvoir disposer en Europe de structures de nature à accompagner son développement, apporte son savoir-faire aux studios de Francazal dont la major sera cliente. « Il faut bien comprendre que la société d'exploitation du site de Francazal qui s'étendra sur 45 hectares sera française », explique Bruno Granja, qui s'emploie désormais à la constitution du tour de table des actionnaires et à la finalisation du cahier des charges qu'il présentera au propriétaire de la base - l'Etat - cet automne. Si le projet est validé sous une forme qu'il reste à déterminer (vente, bail emphytéotique, convention…), le patron de la société d'exploitation et ses partenaires américains souhaitent pouvoir démarrer l'opération dès que possible. « Courant 2012 », espère Bruno Granja. De source extérieure au dossier, le projet pourrait mobiliser 100 millions d'euros d'investissement environ, dédiés notamment à la construction de structures et la réhabilitation de bâti existant. A l'horizon 2013, Toulouse pourrait alors devenir l'une des capitales mondiales du cinéma.

 

Projet de studios de cinéma : «Les Américains ont adoré Toulouse»
Une délégation conduite par le patron des studios Raleigh a passé six jours dans la région. Quel était le but de cette visite ?

Bruno Granja : La découverte, en premier lieu, du site de Francazal sur lequel nous envisageons d'implanter les studios. Il importait également aux Américains de connaître notre région.

 

Quelles ont été leurs impressions ?

 

Je crois pouvoir dire qu'ils sont repartis ravis. Le site, avec ses 45 hectares, les a naturellement satisfaits, mais ils sont également tombés sous le charme de Toulouse et de Midi-Pyrénées. Le cadre de vie, l'énergie et la jeunesse et les joyaux patrimoniaux qu'ils ont observés dans la Ville rose ont été perçus comme des atouts au service de l'activité industrielle qu'ils souhaitent accompagner ici. Nous leur avons également présenté quelques-uns des plus sites naturels et architecturaux de Midi-Pyrénées pouvant constituer autant de superbes décors naturels tout proches des studios.

 

Ils ont également rencontré les élus locaux ?

 

Nous avons naturellement organisé des rendez-vous avec les services de l'Etat, Martin Malvy, président du conseil régional, Pierre Cohen, maire de Toulouse et président du Grand Toulouse, Philippe Guérin et Thierry Suaud, maires de Cugnaux et de Portet-sur-Garonne. Les représentants des studios Raleigh savent qu'ils peuvent compter sur le soutien de la puissance publique et politique locale. De la même façon, Michael Moore a clairement confirmé à ses différents interlocuteurs l'intérêt que ses studios témoignent à notre projet.

 

Quel rôle joueront les Américains dans ce dossier ?

 

Les studios Raleigh comptent parmi les plus puissants d'Amérique du nord. Il s'agit d'une entreprise qui gère pas moins de 230 000 m2 de studios en Californie, en Louisiane, en Géorgie, dans le Michigan et à Budapest en Hongrie. Ils nous apporteront donc leur expérience et leur savoir-faire, du travail certainement, mais également leur image de marque. Car ce qui nous importe, c'est de nous installer rapidement dans le paysage cinématographique français, européen, puis mondial. L'an dernier, plus d'un milliard a été investi dans la production cinématographique en France, quand par ailleurs, le pays est en déficit de studios».

Le chiffre : 1,4milliard
> Investissement. En 2010, c'est la somme qui a été investie dans la production cinématographique en France.

 

Granja : «Je ne porte pas un projet bling-bling»
Bruno Granja le confesse. « Hollywood-sur-Garonne », cette appellation que l'on a donnée à mon projet, m'agace un peu. « Je comprends que la participation des studios Raleigh à cette belle aventure puisse renvoyer à l'imagerie bling-bling - paillettes, stars, champagne et grosses limousines - qui surgit spontanément à l'évocation de l'industrie cinématographique américaine, mais mon projet est avant tout une affaire économique et industrielle, avec des centaines d'emplois à la clé », précise le patron de la société d'exploitation des futurs studios de Francazal. Des emplois directs, dont la plupart peuvent revêtir un caractère social et contribuer à l'insertion d'hommes et de femmes jusque-là sans perspectives professionnelles. « Des studios de cinéma font appel à des compétences diverses, dans l'artisanat et les métiers manuels notamment.

 

Dans la région, tout le monde ne peut pas obtenir un emploi dans l'aéronautique, la recherche, les technologies de pointe », déclare Bruno Granja, en ajoutant que « ce projet, c'est l'émergence, en Midi-Pyrénées, d'une nouvelle filière industrielle ».

Des emplois indirects également. En marge de l'activité cinématographique se grefferont d'autres projets. « Les Etats-Unis nous proposent un exemple dont nous pouvons nous inspirer, eux qui ont adossé à leurs studios des projets touristiques, hôteliers » qui irriguent également les régions où ils sont implantés. Enfin, conclut M. Granja, nous envisageons également de contribuer à l'enrichissement de l'offre de formation en Midi-Pyrénées en créant à proximité de nos studios une école du cinéma».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Il était une (seconde) fois Robert Baud, candidat à l’Elysée

Il était une (seconde) fois Robert Baud, candidat à l’Elysée | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Robert Baud, candidat à l'élection présidentielle, détaille son programme.

 

Toulousain d’adoption, il est à 63 ans candidat à l’élection présidentielle pour la seconde fois après 2007. Ancien conducteur à la RATP, il a tourné dans Dallas, pour Sergio Leone, a dirigé le magazine Ciné Boulevards et a connu la rue. Entre humanisme, indignation et politique il est l’un des « petits candidats » de la présidentielle.

Robert Baud pourrait être tortue et fourmi à la fois. Pour espérer aller loin, il est parti tôt en annonçant sa candidature dès juillet 2010. Pour engranger les signatures et même s’il ne veut « même pas prononcer le mot de parti politique », il en a créé un : Aux gens de bonne volonté. Une structure qui lui faisait défaut en 2007. Il n’avait recueilli aucun parrainage de maire. Mais aujourd’hui il ne profite ni de son temps ni de sa logistique pour faire la chasse aux signatures. « Si les gens sont au courant de mes idées, ce sont eux qui feront la démarche de venir vers moi et de me proposer leur signature. » En vérité, il a directement sollicité une commune : celle de Montcuq, dans le Lot. « Si je veux une signature, c’est celle-là. » Robert écrit sa propre fable.

Indigné est dispersé

Dans le petit jardin de son appartement du quartier de Soupetard, devant un café et une tartine de confiture de fraises à la violette, il explique pourquoi il a décidé de repartir en campagne. Il veut « défendre le parti de la vie », « pour que les générations futures puissent vivre décemment ». Il est avant tout indigné. Face aux hommes politiques à la vue basse, corsetés par des considérations « d’ego et de tractations », par le train de l’Etat qui « ne doit pas être aussi ostentatoire », par la condition trop précaire des jeunes.

Il propose de « relever les minima sociaux » mais en même temps de « baisser la TVA et les charges sociales », de « diversifier les sources d’énergie » et fait de l’eau une priorité. Il veut ainsi généraliser la récupération de l’eau de pluie à tous les bâtiments. « Je peux créer des milliers d’emploi avec ça. » Des considérations environnementales dans lesquelles se retrouve celui qui fut de la campagne présidentielle de René Dumont, premier candidat écologiste, en 1974.

Sa vie est à l’image de son programme : dispersée. Il dit avoir exercé près de cinquante métiers, déménagé quarante-sept fois, a été manœuvre, soigneur dans un zoo, conducteur à la RATP, organisateur de concerts, rédacteur en chef de Ciné Boulevards. Il aime rappeler son interview de Ray Charles pour le Quotidien de Paris et sa carrière dans le monde du spectacle mais s’agace des médias plus aimantés par ses seconds rôles dans Dallas, Il était une fois l’Amérique de Sergio Leone (« je n’ai pas donné la réplique à De Niro pour autant ») ou Delicatessen que par son programme politique. Le cinéma a pourtant permis à ce pupille de la nation de « s’extérioriser » et de se sentir « moins à l’écart ».

 

 

Il a aussi connu la rue mais n’en dit pas plus. Il s’avoue lui-même « atypique » mais fait valoir « son droit à la parole » et ne craint pas les paradoxes. Il possède ainsi une petite dizaine de téléphones portables, « pour rester joignable », mais n’a plus qu’une oreille valide. Homme de gauche, il était jusqu’à peu abonné au Point et ne serait pas contre le retour du petit coup de chapeau pour se saluer dans la rue.

« En 2007 j’étais entre le NPA, le PS, les Verts et le Modem ». A l’époque, il avouait d’ailleurs à Libération aimer la proximité avec les gens de François Bayrou, un homme qui « vient de la terre ». « J’ai dit une connerie ! » juge-t-il aujourd’hui.
« C’est un magicien, il est increvable »

Robert Baud est un caméléon. Un écologiste parfois réac. « En 2007 j’étais entre le NPA, le PS, les Verts et le Modem ». Il avouait d’ailleurs en ce temps-là à Libération aimer la proximité avec les gens de François Bayrou, un homme qui « vient de la terre ». Aujourd’hui, il en rigole : « J’ai dit une connerie ! ». Alors forcément son comité de soutien est au diapason : une mosaïque. Guy Ganesco l’a connu à Sarcelles il y a trente ans. Engagés dans la même liste aux municipales, ils avaient choisi au second tour un report de voix en faveur du candidat socialiste Dominique Strauss-Khan. Lui, se dit de droite. « Je le suis sur les idées écologistes. Mais Robert est ailleurs, plutôt dans un courant libertaire. C’est un anarchiste de gauche et moi de droite ! ». Eric Bos avait 15 ans lors de leur rencontre. Il collait des affiches pour les concerts d’Higelin ou des Rita Mitsouko qu’organisait Robert. « C’est un magicien. Il est increvable ». Il a en effet trompé un cancer une fois et résiste à une neuropathie qui l’a rendu invalide à 80% et fortement amaigri. « Je suis toujours là et j’avance » dit-il, même s’il doit aujourd’hui s’aider d’une canne. Pour Eric « il fait un petit peu avancer les choses et a le courage d’y croire ».

Tous savent qu’il ne sera pas président. Tous savent qu’il n’obtiendra pas les parrainages. Lui aussi. Il ne les entraîne pas dans son utopie, ils s’accommodent de sa candeur, ne savent pas vraiment « où ça va le mener », se disent « plus pragmatiques » mais sont toujours là. « Parce que c’est Robert » dit Eric Bos. Aussi, parce qu’il n’est pas dans un registre politique. Plutôt « dans une dimension anarcho-poétique » selon Guy Ganesco.

Cette campagne sera la dernière pour Robert Baud. Il le jure. Après, il profitera de sa retraite pour compléter encore son CV : il écrira un livre sur sa vie. Et trouvera peut-être une morale à son histoire.

 

 

[Note du Curateur] Il s'est depuis désisté pour Jacques Borie...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Stade Toulousain - Communiqué officiel du club

Stade Toulousain - Communiqué officiel du club | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Suite à la convocation de Jean-Marc Doussain au sein de l’équipe de France pour prendre part à la Coupe du Monde qui se déroule actuellement en Nouvelle Zélande, le Stade Toulousain tient à exprimer toute sa fierté de voir un nouveau membre de son effectif, pur produit de la formation du club, revêtir le maillot bleu.

Le Stade Toulousain précise par ailleurs que la décision de voir Jean-Marc Doussain participer à la rencontre de Top 14 Orange face à Biarritz, le 16 septembre prochain, a été prise en accord avec le staff de l’équipe de France. Le joueur partira dès le lendemain pour la Nouvelle Zélande.

Sportivement, et face à la pénurie de joueurs pouvant occuper le poste de demi de mêlée, le Stade Toulousain a étudié la possibilité de permettre à Jean-Baptiste Elissalde, actuel entraîneur des arrières, de rejouer en lieu et place de Jean-Marc Doussain. Une demande de dérogation a été adressée à la Ligue Nationale de Rugby en ce sens, et le Stade Toulousain annonce d’ores et déjà qu’aucun risque ne sera pris le cas échéant avec la santé d’un joueur qui n’a pas disputé de match professionnel depuis le 8 mai 2010.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Plus de 250 décideurs toulousains présents à la soirée anniversaire de ToulÉco

Plus de 250 décideurs toulousains présents à la soirée anniversaire de ToulÉco | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

- ToulÉco :

 

Pour fêter ses trois ans d’existence, ToulÉco a organisé une soirée anniversaire qui a réuni 250 décideurs à la Cité de l’espace ce mardi 13 septembre. Un évènement marqué notamment par la grande conférence sur « l’avion de demain » et par la projection inédite à Toulouse du film The future by Airbus, au Planetarium de l’Astralia.

 

A quoi ressemblera l’avion du futur ? Quels enjeux et contraintes pour les constructeurs ? Quelles améliorations pour les passagers ? Quid de l’environnement ? Autant de questions posées ce mardi 13 septembre lors d’une table-ronde sur la thématique de « l’avion de demain », organisée à l’occasion de la soirée anniversaire de ToulÉco qui fêtait ses trois ans d’existence.

Devant un parterre de plus de 250 invités, c’est d’abord l’économiste Valérie Rabault qui a pris la parole. La co-auteure de l’ouvrage à succès Les Trente Glorieuses sont devant nous en a profité pour définir sa vision du modèle économique français, qu’elle peut appuyer sur la devise « Liberté, égalité, fraternité » : « Si l’un de ces trois piliers tombe, cela ne fonctionne plus. La liberté, c’est la prise de risque. A court terme par le privé, à long terme par les pouvoirs publics. Concernant l’égalité, un euro-baromètre a montré que 40% des Français répondaient "oui" à la question "Les inégalités sont-elles nécessaires à la croissance ?", quand les Allemands n’étaient que 19%… La fraternité peut se représenter par le rapport aux autres. Dans le passé avec les questions d’immigration, aujourd’hui dans le rapport à l’Europe. »

Avion de demain : La question de l’énergie au cœur des priorités

L’environnement a tenu une place prépondérante dans les débats concernant l’avion de demain. « La maîtrise de la consommation de carburant et la gestion de l’énergie à bord sont des problématiques vitales pour ATR », a ainsi expliqué son vice-président engineering, Carmine Orsi.
D’autant qu’Alain Garcia, président de la commission prospective de l’Académie de l’air et de l’espace, a rappelé que « d’ici 2030 à 2050, nous n’aurons plus assez de kérosène à des conditions économiques viables ». Et ce malgré les progrès actuels. « Un A380 vers l’Asie, en volant à 850km/h, ne consomme que 2,7 litres de carburant aux 100 kilomètres par passager », a précisé Claude Terrazzoni, ancien dirigeant d’Airbus et de l’Aerospatiale et ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse.

Du point de vue des passagers aussi, la question énergétique a son importance car elle détermine notamment le coût du billet d’avion. Mais, selon Vincent Cassigneul, vice-président recherche et technologie, performance, qualité et environnement d’Airbus, les voyageurs doivent surtout s’attendre à des améliorations dans le confort. Si bien en vol qu’au sol, avec des procédures facilitées dans les aéroports.

 

Revivez la conférence en retrouvant le live-tweet proposé par ToulÉco sur son compte Twitter, @toulEco,

https://twitter.com/#!/toulEco

 

ou sur le hashtag #AnnivToulEco

https://twitter.com/#!/search?q=%23AnnivToulEco

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

TOULOUSE 10h17 le 21 septembre AZF : COMMÉMORATION DU DIXIÈME ANNIVERSAIRE

TOULOUSE 10h17  le 21 septembre AZF : COMMÉMORATION DU DIXIÈME ANNIVERSAIRE | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Dans la matinée du 21 septembre 2001, une terrible explosion détruisait entièrement le site de La Grande Paroisse, provoquant la mort de 31 personnes, faisant 2 500 blessés et laissant de considérables dégâts matériels dans la ville.

Pour commémorer le dixième anniversaire de cette catastrophe industrielle majeure, et afin de rendre hommage à l'ensemble des victimes, la Ville de Toulouse organise une cérémonie le 21 septembre à partir de 10h00, sur le site de l'ancienne usine d'AZF.
A 10h17, heure de l'explosion, l'ensemble des sirènes de la Ville retentiront, suivies d'une minute de silence et du dépôt des gerbes.

Cette cérémonie est ouverte à tous les Toulousains souhaitant venir se recueillir sur le site.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Deux Toulousaines primés par L'Oréal pour la science

Deux Toulousaines primés par L'Oréal pour la science | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Capfeminin.fr :

 

 

Pour changer de regard sur la science au féminin, L'OREAL FRANCE récompense 10 jeunes femmes scientifiques pour la qualité et le potentiel de leurs recherches avec la 5ème édition française des Bourses L'Oréal France-Unesco- Académie des sciences "pour les Femmes & la Science". Parmi ces heureuses, le 10 octobre prochain, 2 doctorantes de l'Université TOULOUSE III - Paul Sabatier seront récompensées à Paris pour la qualité de leur projet scientifique.

Amélie BEDUER, 25 ans et Désirée El Azzi, 26 ans seront toutes les deux primés par l’Oréal à l’occasion de la 5e édition des Bourses qu’octroie la multinationale. Elles recevront le 10 octobre prochain les Bourses Nationales L'OREAL FRANCE-Unesco-Académie des Sciences "pour les Femmes et la Science" qui ont pour ambition de révéler les nouveaux visages de la science en favorisant et soutenant l'accession des femmes aux carrières scientifiques et aux postes les plus élevés en France.
Cette mise en lumière a également pour objectif de susciter l'intérêt des plus jeunes et faire naître des vocations. Les bourses sont décernées par un jury de scientifique de renom présidé par Alain Carpentier, Président de l'Académie des Sciences. D'une valeur de 10 000 euros chacune, elles sont financées par la Fondation d'Entreprise L'Oréal, soutenues par la Commission Française pour l'UNESCO, l'Académie des sciences et parrainées par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.
La cérémonie de remise des bourses aura lieu le 10 octobre 2011 au Palais de la Découverte à Paris.
Selon l’Unesco, Les femmes représentent en France seulement 1/3 des chercheurs du public et 1/5e des chercheurs du privé. Elles sont également minoritaires dans les hautes fonctions scientifiques où elles ne représentent que 22% des directeurs de recherche et 16% des professeurs de science.

 

Amélie BEDUER, toulousaine d'origine, doctorante au LAAS (Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des Systèmes)-CNRS Chaque année en France entre 10 et 15 000 personnes sont victimes d'un Accident Vasculaire Cérébrale(AVC) à l'origine de nombreuses lésions dans les tissus du cerveau. Pour les patients atteint de déficit lourd après l'accident, la médecine ne dispose à l'heure actuelle d'aucune stratégie thérapeutique efficace . Amélie mise aujourd'hui sur l'innovation pour permettre la régénération locale des tissus lésés après un AVC. Elle travaille à mettre au point une bioprothèse cérébrale reposant sur l'implantation de nouveaux neurones dans la zone détruite grâce à l'utilisation de micro et de nanotechnologies. La mise en application dans le futur de cette technique constituerait une véritable révolution thérapeutique pour les milliers de patients victimes de lésions cérébrales.

 

Désirée EL AZZI, 26 ans, d'origine libanais, doctorante à l'Ecolab, un laboratoire écologie fonctionnelle et environnement Engagée contre la pollution des sols, notamment celle due à l'agriculture, Désirée souhaite traiter le problème "à la racine". Les pesticides utilisés pour traité les champs contiennent parfois des polluants inorganiques tels que les métaux lourds. Or, lors de pluies intenses, ces polluants infiltrent le sol et se déversent dans les rivières. Les travaux de Désirée cherchent ainsi à comprendre la dynamique des transferts de ces polluants en période de crue. Ses travaux pourront permettre, in fine, de proposer de nouvelles pratiques agricoles plus adaptées et responsables.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

à Toulouse une année de culture

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Résultats : le Toulousain Latécoère reprend de l’air

Résultats : le Toulousain Latécoère reprend de l’air | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 Sur la photo : François Bertrand, président du directoire, et Bertrand Parmentier, directeur général du groupe. Crédits : Remy Gabalda 

 

- ToulÉco :

 

Cinq trimestres consécutifs de croissance, un carnet de commandes au 30 juin 2011 représentant près de cinq années de chiffre d’affaires et une rentabilité opérationnelle attendue en 2011 supérieure à 7%. La mariée Latécoère se fait plus belle mais il faudra attendre fin 2011 pour connaître les prétendants.

 

Refusant toujours de communiquer sur le scenario de rachat ou de partenariat industriel dont l’échéance a été fixée à fin 2011, Latécoère annonce des résultats du premier semestre 2011 qui devraient cependant faciliter la conclusion du dossier. Le résultat opérationnel courant est en progression de 78% pour atteindre 23,8 millions d’euros, soit une marge de 7,5% du chiffre d’affaires. Le groupe confirme d’ailleurs son objectif de rentabilité opérationnelle sur l’ensemble de l’année 2011 supérieur à 7% contre 5,9% en 2010, et de 8% en 2012. Le résultat net part du groupe a bondi au cours du premier semestre à 15,5 millions d’euros, soit 39 fois plus élevé que les 400.000 euros réalisés un an plus tôt.

Un cycle haussier durable

Les perspectives de croissance du chiffre d’affaires pour 2011 sont de 20%, en cohérence avec la progression organique du CA au premier semestre de 20,4%.« Portés par une forte croissance du trafic aérien, la plupart des avionneurs, Airbus, Boeing ou Embraer, ont annoncé des augmentations de cadence de leurs programmes série. Et nous sommes en mesure de capter cette croissance : c’est d’ailleurs notre dette, conséquence des investissements des dix dernières années, qui nous le permet aujourd’hui. Notre endettement, stabilisé au premier semestre 2011 à 353 millions d’euros, devrait diminuer au fur et à mesure que les programmes vont arriver à maturité », explique François Bertrand, président du directoire. Les fonds propres du groupe ont par ailleurs progressé d’une trentaine de millions d’euros à 200 millions d’euros, ramenant le ratio de la dette de 200% à 175% des capitaux propres.

Un redressement favorable aux négociations

Dans ce contexte de hausse des cadences, les 400 recrutements prévus en 2011 dont 150 en région toulousaine (deux tiers en ingénierie et un tiers en production) sont toujours à l’ordre du jour. Près de 80 embauches sur les 150 ont déjà été effectuées.« Le marché a sanctionné les bonnes performances de Latécoère, le cours de l’action ayant culminé à 12 euros en juillet 2011 après les 5,70 euros de 2009. Une surperformance au vu des valeurs du CAC 40 », se félicite Bertrand Parmentier, directeur général du groupe. « Notre position est bien plus confortable aujourd’hui pour notre stratégie de rapprochement avec d’autres industriels. Le secteur des aérostructures est encore fragmenté avec beaucoup d’intervenants de taille moyenne. Il devra se consolider dans les prochaines années mais pour l’instant, aucune de nos discussions dans ce sens n’a abouti », conclut François Bertrand.
Isabelle Meijers

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

France bleu Toulouse invite les auditeurs à prendre l'antenne

France bleu Toulouse invite les auditeurs à prendre l'antenne | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Un été pour plancher, élaborer, affiner sa grille et finalement affirmer sa stratégie : être la station au service des Toulousains.

 

Sur la photo : Vincent Rodriguez, directeur de France Bleu Toulouse.

 

 ToulEco :

 

"Nous voulons répondre aux préoccupations et aux besoins des Toulousains", a rappelé le directeur de France Bleu Toulouse, directeur Vincent Rodriguez, lors de la présentation de la nouvelle grille des programmes de la station. Une grille qui fait donc la part belle à l’actualité locale (vingt cinq rendez-vous quotidiens), aux conseils et astuces pour mieux circuler ou consommer dans la ville rose, découvrir ses richesses, sa culture…

Les Toulousains parlent aux Toulousains

La station s’appuie pour ce faire sur son équipe de journalistes et d’animateurs, mais aussi de nombreux intervenants toulousains, parmi lesquels Florence Rigaud, première gagnante de l’émission de M6 "Un diner presque parfait", Bernard Vavassori, auteur entre autres de "Dictionnaire des mots et expressions de la langue française parlée dans le Sud-Ouest", Camille Dintrans (épouse du capitaine du Stade toulousain), dans "Les jeux du stade"… mais aussi des "experts" locaux, invités chaque matin, à participer à son émission éponyme. Partenaire de France Bleu Toulouse, ToulÉco anime tous les jours la chronique Éco dans la Matinale d’Alban Forlot..

Autant d’invitations faites à ses auditeurs à réagir et donc à être partie prenante de ses émissions, l’interactivité étant recherchée par la station. Une façon de conquérir et de fidéliser de nouveaux auditeurs pour la dernière-née des radios FM toulousaine (ils ont commencé à émettre le 23 février dernier), mais pas seulement. Services et proximité font plus largement partie de la stratégie du réseau France Bleu.

On notera toutefois une féminisation sensible des équipes de la radio locale, déclinaison là aussi d’une impulsion nationale, notamment incarnée par l’émission "week-end au féminin". Les femmes comme cible privilégiée… Un moyen supplémentaire de booster l’audience ?
Ingrid Lemelle

more...
No comment yet.
Suggested by Stephanie Lirand
Scoop.it!

Rue du futur : 12 innovations à suivre à Toulouse

Rue du futur : 12 innovations à suivre à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

ObjectifNews :

 

La Ville rose innove dans le domaine de la domotique urbaine, en collaboration avec des laboratoires de recherche et des entreprises locales. Focus sur 12 technologies qui préfigurent la rue de demain.

Dans les domaines de la voirie, de la propreté ou de l’éclairage urbain, Toulouse est en pointe. Au cours des trois dernières années, de nombreuses innovations ont été testées dans la ville. Des trottoirs producteurs d’énergie électrique aux plaques de rues communicantes sur les services rendus, en passant par la géolocalisation des places de parking : la plupart sortent de l’imagination d’Alexandre Marciel, adjoint au maire en charge de l’éclairage et de la logistique urbaine.

Aujourd’hui, douze projets allient développement durable et analyse des comportements urbains afin de répondre au mieux aux nouveaux besoins dans l’espace public. Des pilotes ont été lancés ailleurs qu'à Toulouse sur plusieurs innovations, un facteur important pour pérenniser l'emploi. Car pour mettre en œuvre ces innovations technologiques, les laboratoires de l’Institut National Polytechnique (INP), de l’Université Paul Sabatier (UPS), du CNRS ou du CNES avec des PME de la Ville rose et de la Région ont été associés aux projets. Certaines entreprises se sont même développées autour d’un de ces projets. C’est le cas de la société Lyberta, qui emploie une douzaine d’employés et travaille sur la géolocalisation non-satellitaire des places de parking. Au delà des bénéfices apportés à la collectivité, la lecture économique du projet est déterminante.

Autre point important, toutes ces innovations sont respectueuses de l’environnement au sens sanitaire et économie d’énergie. Les lampadaires à détection de présence permettent une économie d’électricité conséquente. Même au niveau des produits de nettoyage, l’ensemble des composants utilisés sont écologiques et mettent en avant la chimie verte. Et pour aller plus loin que les différents tests réalisés dans les rues de Toulouse, Alexandre Marciel ambitionne de créer un cluster autour de la domotique urbaine et rêve d’une rue pilote qui regrouperait l’ensemble des innovations. Une rue où l’électricité qui alimente les lampadaires serait fournie par des trottoirs producteurs d’énergie équipés de dalles podo-électriques… Une rue du futur.

Les 12 innovations à suivre

Statio lib
Pourquoi ? réduire la pollution urbaine automobile dont 60 % est due à la recherche de stationnement, via un système de géolocalisation de places de parking déjà testée dans la ville. Le quartier des Chalets possède plusieurs places équipées de capteurs.
Comment ? grâce à une technologie utilisée dans la recherche spatiale, le conducteur verra les places disponibles sur son téléphone portable.
Qui ? la start-up Lyberta, créée autour du projet ; la direction des programmes et de la stratégie du CNES

Degom’
Pourquoi ? améliorer la propreté de la ville avec un nouveau dispositif de nettoyage des chewing-gums et des traces sur les trottoirs. Testé à Jean-Jaurès et Saint-Aubin notamment, les résultats sont significatifs.
Comment ? en utilisant un produit issu de la chimie verte qui assure un nettoyage de qualité et une protection contre les tâches.
Qui ? le Laboratoire de chimie agro-industrielle (LCA) de l’Ensiacet et l’entreprise Dalta, basée dans le Tarn-et-Garonne.

Zapette
Pourquoi ? réduire les délais d’intervention des services qui gèrent la propreté des rues. Ce projet a reçu le prix de l’innovation à l’Assemblée Nationale le 6 juillet dernier. Il permet aux 300 agents « cyber-nettoyeurs » de signaler encombrants, tags ou autres dégradations.
Comment ? grâce à une zapette qui permet de localiser et de photographier toutes dégradations en temps réel.
Qui ? la société SQLI de conseil et technologie Internet basée à Toulouse.

Propec
Pourquoi ? améliorer la propreté de la ville en amenant les chiens à faire leurs déjections dans les espaces dédiés. Testé en laboratoire, le projet doit l’être aujourd’hui dans l’espace public.
Comment ? en utilisant un produit vert attractif pour le chien, mélange de phéromones et d’odeurs de nourriture.
Qui ? le LCA et l’entreprise Agronutrition, basée à Carbonne, en partenariat avec l’École vétérinaire de Paris.

Info City
Pourquoi ? améliorer la communication pour mettre en valeur la qualité des services (nettoyage…). Par exemple, informer en temps réel du dernier passage de la balayeuse. Testé en centre-ville de Toulouse, le projet n’est pas encore entré en application.
Comment ? une plaque de rue intelligente équipée d’un écran à LED, donc à faible consommation.
Qui ? l’ENSEEIHT et l’entreprise SLE.

Trotelec
Pourquoi ? récupérer l’énergie produite par l’activité de la ville. Marchez sur les dalles au sol et produisez de l’électricité ! Testé l’an dernier sur les allées Roosevelt, ce système suscite l’intérêt des politiques et de nombreuses villes dans le monde. Doit être rendu plus résistant, des améliorations doivent aussi être apportées sur le générateur.
Comment ? en utilisant des dalles podo-électriques qui transforment l’énergie mécanique des passants en énergie électrique alimentant des lampadaires.
Qui ? l’ENSEEIHT et l’entreprise Viha Concept.

Sensitive Lamp
Pourquoi ? éclairer mieux en consommant moins, avec 80 à 90 % d’économie annoncée. Ce produit déjà commercialisé depuis décembre détecte la présence de piétons. Un travail d’amélioration est mené sur la détection des formes.
Comment ? en utilisant des lampadaires de rue à LED avec détection de présence et veille continue.
Qui ? le laboratoire Laplace de l’Université Paul Sabatier et des entreprises toulousaines sur la détection de forme.

Anti-tâches
Pourquoi ? améliorer la propreté des trottoirs de la ville. Ce revêtement de sol est testé à Toulouse, avec des pilotes à Arcachon et Paris notamment.
Comment ? en utilisant des lasures de protection issues de la chimie verte qui limitent l’incrustation des tâches et facilitent le nettoyage.
Qui ? le Laboratoire Matériaux et durabilité des constructions (LMDC) de l’Université Paul Sabatier et l’entreprise LR Vision basée à Castanet.

Bordures solaires
Pourquoi ? mieux éclairer les trottoirs en consommant moins, baliser les zones à risques. Le projet pourrait s’étendre aux obstacles sur la chaussée.
Comment ? en utilisant des bordures de rue fonctionnant à l’énergie solaire.
Qui ? le laboratoire Laplace.

Liant vert
Pourquoi ? lier la problématique du recyclage du papier et la fabrication des routes. Testé sur des échantillons, la résistance de ce liant vert pour asphalter les routes est pertinente.
Comment ? en utilisant un liant végétal à base de papier recyclé en lieu et place du bitume.
Qui ? le LCA de l’Ensiacet et le groupe Colas.

Hibernatus
Pourquoi ? réduire les accidents liés au verglas. Toujours à l’état de projet, test possible cet hiver à Toulouse.
Comment ? en plaçant des capteurs de verglas dans les couches de la route, activés à distance en période de grand froid.
Qui ? le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS) du CNRS.

Captogel
Pourquoi ? caractériser et quantifier la pollution des eaux de pluie et de ruissellement. Expérimenté au niveau des avaloirs, ce projet pourrait à terme permettre de dépolluer l’eau se déversant dans la Garonne.
Comment ? grâce à un concentrateur de polluants, un organogel issu de l’huile de tournesol.
Qui ? le laboratoire des Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP) de l’Université Paul Sabatier.

Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un Monde sans Wall Street ? François Morin

Un Monde sans Wall Street ? François Morin | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
De la part d'un Toulousain qui cherche des idées pour rompre avec une finance devenue folle.

Paris le 17 janvier 2011

François Morin professeur émérite de sciences économiques à l'Université de Toulouse 1.

En vente depuis le 3 février 2011
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La carte Toulouse Cultures - toulouse.fr

La carte Toulouse Cultures - toulouse.fr | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

POUR QUI ?

- La carte Toulouse Cultures s’adresse à tous, sans distinction d’âge.

 

COMBIEN COÛTE T-ELLE ?

- Adulte : 7 €
- Moins de 25 ans : 5 €
- Plus de 65 ans : gratuite

 

Le  PRINCIPE 


Valable du 1er septembre 2011 au 31 août 2012, la carte Toulouse Cultures donne droit à des réductions sur le tarif des spectacles de nombreux équipements culturels toulousains (voir détails sur la plaquette)

 

Téléchargez la plaquette de présentation de la carte Toulouse Cultures 2011-2012 (format .pdf)

 

http://bit.ly/p6ckeP

 

 

Nota : Elle est obligatoire pour participer aux différentes activités proposées par les ateliers culturels de L'espace Croix Baragnon.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jackpot des radars : Toulouse sur le podium

Jackpot des radars : Toulouse sur le podium | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Les radars ne connaissent pas la crise. Leur recette ne cesse d'augmenter. Ils rapportent près de 568 millions d'euros par an à l'État. En matière de jackpot, ceux de Toulouse tiennent le haut du… pavé.

 

- La Dépêche :

 

En ces temps de crise, les radars sont une véritable poule aux œufs d'or pour l'état. Entre ceux relevant les excès de vitesse et ceux chargés de flasher les automobilistes qui grillent les feux rouges (ces derniers ne sont pas signalés), ils ont rapporté plus de 568 millions d'euros (dont 500 pour les premiers).

Certains de ces appareils sont beaucoup plus rentables que d'autres. Ainsi, à Toulouse, celui placé sur l'A62, à Croix-Daurade, avant la sortie 14 du périphérique intérieur, à un taux de flashage cinq fois supérieur à la moyenne nationale. Il faut dire que beaucoup d'automobilistes pensent que ce tronçon est limité à 130 km/h alors que la vitesse maximale autorisée y est de 90 km/h. Pas moins de 1 275 grands excès (plus de 50 km/h au-delà de 90 km/h) y ont été relevés en 2010.

 

CENT FLASHS PAR JOUR

 

Quotidiennement, 99 automobilistes se font flasher à Toulouse. Un score qui place la Ville Rose à la 3e place des villes françaises les plus flashées, derrière Bordeaux (134 flashs) et Marseille (116 flashs).

A Toulouse, encore, les radars feux rouges comptent parmi les plus « performants » de l'hexagone. Chaque jour, ils se déclenchent 44 fois en moyenne. En la matière cette ville se classe donc en 4e position derrière Montrouge (92 flashs), le quai de Gescres à Paris (91 flashs) et Eragny-sur-Oise, dans le Val-d'Oise (70 flashs). Est-ce à dire que dans cette métropole les conducteurs sont plus enclins à griller les feux tricolores ? Peut-être mais c'est surtout la conséquence de leur multiplication. On en dénombre pas moins de 13. L'an dernier, ils ont rapporté 1 400 000 €.

La question demeure : permettent-ils, cependant, de véritablement lutter contre l'insécurité routière ? Pas mal en doute, comme maître Éric de Caumont, avocat parisien spécialisé dans la défense des automobilistes : « La preuve est que malgré leur multiplication et la hausse de leur recette, le premier trimestre 2010 a été très mauvais en matière d'accidentologie. » L'avocat assure que « l'Etat se fiche de combattre les chauffards puisqu'il leur laisse la possibilité de dire, lorsqu'ils reçoivent l'amende, que ce n'étaient pas eux qui conduisaient mais un proche. Du coup ils sont toujours sur la route. » Éric de Caumont tient à faire savoir que selon « une étude de la police, les radars affichent une marge d'erreur qui peut aller jusqu'à 13 % de la vitesse relevée ».

 

Les ratés des radars pédagogiques

 

En mai, l'annonce de la suppression des panneaux annonçant les radars automatiques avait fait grand bruit. Face à la levée de boucliers des usagers de la route et de nombreux députés, le gouvernement avait finalement décidé le remplacement de ces panneaux par des radars pédagogiques. En Moselle, deux d'entre eux viennent de montrer leur limite : depuis leur installation, le nombre d'automobilistes flashés a doublé. Ces radars auraient sous-évalué la vitesse des automobilistes lorrains. Du coup, ces derniers auraient souvent accéléré au point de se précipiter dans la gueule du loup. Bilan : ils étaient 450 par jour à se faire flasher, contre 230 avant leur installation...

 

Le chiffre : 1275

 

grands > excès. C'est le nombre de ce type d'infraction (plus de 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée) enregistré par le radar situé sur l'A 62, à Croix Daurade à Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La stèle AZF de la route de Seysses à Toulouse déménage

La stèle AZF de la route de Seysses à Toulouse déménage | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Pour la commémoration des 10 ans de l’explosion d’AZF, le monument est déplacé sur le site de l’ex-usine -...

 

Erigée en 2008 à la mémoire des victimes, le bloc de granit, baptisé par certains "le menhir", quitte son emplacement actuel pour être installé provisoirement sur le site de la catastrophe. Une grue est chargée du déménagement car l'ouvrage pèse 10 tonnes.
Vidéo

 

En effet, certaines associations de victimes, toujours divisée par ailleurs, ne souhaitaient pas se reccueillir le 21 septembre prochain sur un terrain vague.

Les anciens salariés regroupés dans "Mémoire et Solidarité" se recueillent traditionnellement sur le site de l'usine où ont péri 21 des leurs, tandis que les "Sinistrés du 21 septembre" et "Plus jamais ça" dénoncent la responsabilité du groupe Total maison-mère du propriétaire de l'usine, un kilomètre plus loin. A mi-chemin - une forme de compromis - d'autres associations "Comité des victimes" ou "Familles endeuillées" se réunissaient jusqu'ici avec les élus autour d'une stèle portant les noms des 31 victimes.

"Nous allons transporter la stèle sur le site, avec l'accord des associations concernées, et à 10H17, heure de l'explosion, nous ferons une cérémonie ouverte à toutes les associations et à tous les Toulousains, il n'y aura pas de prise de paroles pour éviter les chamailleries, mais toutes les sirènes de la ville retentiront", a annoncé la mairie de Toulouse qui prend l'organisation de la commémoration en main.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La rentrée politique de Pierre Cohen

La rentrée politique de Pierre Cohen | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Pierre Cohen, député-maire de Toulouse (© Rémi Benoit) :

 

Objectif News :

 

Le député-maire de Toulouse Pierre Cohen a tenu sa conférence de presse ce mercredi 14 septembre au Capitole. Il en a profité pour réaffirmer sa méthode de travail et détailler les projets en cours, s’attardant notamment sur l’urbanisme et le Défi propreté avec la mise en place de sanctions au 1er octobre. Alors que les primaires de la gauche se rapprochent, il a de nouveau apporté son soutien à Martine Aubry.

« L’austère qui bosse » : le qualificatif que lui a attribué l’hebdomadaire Marianne en juin dernier semble convenir à Pierre Cohen. Le député-maire de Toulouse ne s'en est pas offusqué ce mercredi après-midi, en aparté à l’issue de sa conférence de presse de rentrée : « Au moins, tout le monde est d’accord pour dire que l’on bosse ! » Devant une petite trentaine de journalistes, Pierre Cohen s’est employé à battre en brèche ceux qui le taxent d’immobilisme. Son objectif : « Montrer nos ambitions à moyen et long terme, mettre en valeur tout ce qui s’est concrétisé. Les projets avancent, les noms de maîtres d’œuvre de renom tombent. Dans les prochains mois, le Schéma de cohérence territoriale et le Plan de déplacements urbains seront votés. »

En matière d’urbanisme, Pierre Cohen a évoqué la refonte du quartier Matabiau avec l’arrivée de la LGV prévue en 2020 : « C’est un projet qui impactera quasiment toute l’agglomération. Avec le préfet, nous réfléchissons d’ailleurs en faire une opération d’intérêt national ». A l’instar d’Euratlantique à Bordeaux ou de la Défense à Paris par exemple. Pierre Cohen souhaite aussi « partir de l’expérience du Grand Projet de ville » et de ses réhabilitations pour « le transférer à d’autres quartiers, aux Izards ou ailleurs ». Il a aussi annoncé que « le projet urbain de Joan Busquets pour Toulouse sera mis en débat avec les citoyens ».

Le Conseil d’État doit se prononcer sur le tramway Garonne le 26 septembre. Pierre Cohen a affirmé qu’il n’irait pas contre sa décision et défendu le tracé choisi. « L’idée de deux lignes de tram en croix est héritée d’une réflexion vieille de 15 à 20 ans et ne correspond plus aux attentes actuelles. Pour aller d’une zone périphérique de Toulouse à une autre, il faudrait obligatoirement passer par l’hyper-centre ! Le maillage en radiales tel que nous le portons est beaucoup plus pertinent. »

Concernant AZF, « l’artiste qui réalisera le mémorial sera connu dans les prochaines semaines, donc après la cérémonie du 21 septembre. » Enfin, d’après Pierre Cohen, un appel à candidature devrait être prochainement lancé pour trouver quelqu’un susceptible de superviser l’ensemble des branches médicale et scientifique de l’Oncopôle.

Le député-maire a aussi insisté sur le Défi propreté lancé par la municipalité l’an passé : « Nous sommes pratiquement à la fin du plan, il ne reste que quelques sanisettes à installer. » A partir du 1er octobre, un dispositif de sanctions sera mis en place en cas d’infraction à la propreté, de 35 € pour un affichage sauvage à 1 500 € pour l’abandon d’un encombrant sur la voie publique.

A propos des primaires de la gauche, Pierre Cohen n’a pas manqué d’apporter à nouveau son soutien à l’ex première secrétaire du PS Martine Aubry. Son retard sur François Hollande dans les sondages ne semblent pas l’inquiéter : « Elle a joué le jeu et suivi les règles qu’elle avait édictées, déclarant sa candidature plus tard que d’autres après avoir mis en suspens ses responsabilités au parti. Depuis un mois et demi, elle montre qu’elle est déterminée, avec du contenu. Il faut au plus haut niveau quelqu’un comme elle qui sait où elle va, sans quoi c’est la porte ouverte à tous les dangers. Elle a l’expérience, les qualités requises : Martine est la parfaite candidate contre Sarkozy. »

Mikaël Lozano

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Festoval : Toulouse fête le rugby

La Coupe du Monde de Rugby 2011, du 9 septembre au 23 octobre, en Nouvelle Zélande est un évènement pour tous les amoureux du ballon ovale.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Héliopôle de Gramont : 40.000 m2 de bâtiments innovants inaugurés ce mercredi

Héliopôle de Gramont : 40.000 m2 de bâtiments innovants inaugurés ce mercredi | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

ObjectifNews :

 

La Banque Populaire Occitane inaugurera demain mercredi 14 septembre l'Héliopôle de Gramont. Système de gestion de l’énergie, panneaux photovoltaïques, baies à rupture thermiques… Ce programme immobilier de bureaux est le premier en Midi-Pyrénées à décrocher le label BBC 2005 Effinergie. Réalisé par le groupe toulousain GA pour le compte de la Banque Populaire Occitane, il accueille déjà huit entreprises et devrait héberger à terme 2 000 emplois.

D’après Alain Condaminas, directeur général de la Banque populaire occitane, l’Héliopôle de Gramont est « le plus important programme de promotion immobilière de bureaux conçu en Midi-Pyrénées au cours de ces dernières années ». Implanté en lisière de Toulouse, dans le quartier émergent de Gramont à Balma, il offre 40 000 m2 de bureaux locatifs sur un site de 17 hectares.

L’Héliopôle a été le premier en Midi-Pyrénées à décrocher l’exigeant label BBC 2005 Effinergie. Alain Condaminas évoque un « projet phare de la banque dans le domaine du développement durable ». L'implantation de panneaux photovoltaïques sur la toiture des bâtiments devrait permettre de produire 200 000 kWh/an. GA a également développé spécifiquement un système automatisé de contrôle des équipements de confort destiné à optimiser la gestion de l'énergie consommée. Baptisé Gapeo, il gère de manière autonome l’énergie des bâtiments : programmation de la fermeture des stores en fonction de l'exposition des façades, extinction automatique de l'éclairage à midi et à 20 heures…

Conçu par l'Atelier de Marien et CDA architectes, ce projet largement végétalisé a été élaboré comme un campus autour du siège de la Banque populaire occitane et de sa filiale informatique iBP. Le programme a été commercialisé auprès de huit entreprises : Pôle Emploi, EGIS, Natixis, SHEM, Compass Group, AXA, Akerys, CA Consumer Finance. À terme, 2 000 personnes devraient travailler sur le site accueillant également un restaurant inter-entreprises d’une capacité quotidienne de 900 couverts géré par Compass Group / Eurest.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Frédéric Toubeau nommé directeur Régional Midi Pyrénées de Pôle Emploi

Frédéric Toubeau nommé directeur Régional Midi Pyrénées de Pôle Emploi | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
A compter du 12 septembre, Frédéric Toubeau succèdera à Yves Dunbrunfaut à la Direction Régionale de Pôle emploi Midi-Pyrénées.

 

ariegeNews.com :

 

A 42 ans, Frédéric Toubeau a déjà un long parcours dans le domaine de l’emploi.

Diplômé d’une école supérieure de commerce, il débute sa carrière en 1994 à l’Unédic à Paris, comme Chargé de mission à la Direction Déléguée Réseau.

En février 2000, il rejoint l’Assédic Vallées du Rhône et de la Loire à Lyon, comme Adjoint de Direction puis assure pendant 4 ans (juillet 2001 à janvier 2005) à Lille, la fonction de Directeur-adjoint de l’Assédic des Pays du Nord.

De févier 2005 à décembre 2007, il occupe à Nantes, la fonction de Directeur-adjoint de l’Assédic des Pays de la Loire,avant de devenir Directeur Appui Réseau à L’Unédic jusqu’en juillet 2008.

En juillet 2008, il est nommé à la tête de l’Instance Nationale Provisoire de la région Auvergne, structure qui préfigure la création de Pôle emploi.

Il occupera les fonctions de Directeur régional de Pôle emploi Auvergne de janvier 2009 jusqu’à septembre 2011, date de son arrivée à la Direction de Pôle emploi Midi-Pyrénées, comme nouveau Directeur régional.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc annonce les premiers candidats UMP aux législatives

Jean-Luc Moudenc annonce les premiers candidats UMP aux législatives | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jean-Luc Moudenc, président du comité départemental de l'UMP 31 (© Rémi Benoit)

 

ObjectifNews :

 

Lors de sa conférence de rentrée le 8 septembre à Toulouse, Jean-Luc Moudenc, président du comité départemental UMP 31, est revenu sur ses 8 premiers mois à la tête de la fédération. L’ancien maire de Toulouse a également évoqué le meeting de Martine Aubry et la prochaine venue dans la Ville rose du secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, le 14 septembre. Il a aussi fait le point sur les législatives.

Pour cette réunion, Jean-Luc Moudenc était notamment entouré de son porte-parole, Pierre Esplugas, qui a pris la succession de Dominique Baudis à la tête de l’association « Toulouse pour tous ». Guillaume Brouquières, responsable départemental des Jeunes Populaires, du conseiller fédéral Sacha Briand, du responsable communication Bertrand Serp et plusieurs délégués de circonscriptions étaient également présent. Il a profité de cette réunion pour dévoiler les noms des premiers candidats UMP aux législatives, pour lesquelles la parité sera respectée.

Sacha Briand sera candidat sur la 1re circonscription. Nicolas Bonleux (2e), Martine Rieu-Griffe (8e) et Elisabeth Pouchelon (9e) sont les autres candidats. Dans la 4e circonscription, la situation doit « se décanter », selon ses termes, entre les six prétendants. Sur la 3e, le tandem Jean-Luc Moudenc - Laurence Arribagé fait campagne commune sans que soit pour l’instant désignés le candidat et son suppléant. « Nous étudierons le climat politique, a expliqué l’ancien maire. Les législatives ont changé de nature, aujourd'hui il s'agit d'une sorte de troisième tour des présidentielles. Je suis de ceux qui veulent que les députés aient un rôle plus important. » En clair, le titulaire sera désigné en fonction du résultat de l’élection présidentielle. Sous-entendu, si Nicolas Sarkozy perd, Jean-Luc Moudenc cèdera sa place à Laurence Arribagé. Pour les autres circonscriptions, la situation devrait être finalisée d’ici Noël.

Actualité oblige, Jean-Luc Moudenc a également réagi au discours de Martine Aubry lors de son premier meeting de campagne à Toulouse : « Un discours fleuve sans rien de nouveau », selon lui. « Elle a déclaré qu'elle mettrait fin au cumul des mandats. C’est assez piquant quand on sait que Pierre Cohen, fidèle soutien, détient le record de France dans cet exercice selon Le Monde. » Le président du comité départemental de l’UMP a aussi souligné les références de la candidate à 1981 et 1988, ajoutant qu’il ne croyait pas aux solutions des années 80 et 90 comme « les 300 000 emplois précaires, le maintien de la retraite à 60 ans ou la sanctuarisation des 35 heures ».

 

Objectif 2 000 adhérents supplémentaires

 

Laurence Arribagé a quant à elle dressé le bilan des actions menées depuis 8 mois. La nouvelle équipe s’était fixé trois objectifs : rassembler, organiser et communiquer. Mission accomplie selon la chargée de mission qui s’est notamment félicitée de « la création d’un bureau politique départemental, de la réorganisation de la fédération autour de quatre pôles, de la naissance d’un nouveau journal dont le premier numéro est sorti il y a quelques jours ou encore de l’arrivée d’un nouveau site internet ».

La fédération UMP de Haute-Garonne, « qui compte actuellement 5 000 adhérents » selon Jean-Luc Moudenc, s’est fixé un objectif de 2 000 nouvelles adhésions à court terme. L’ancien maire de Toulouse a également évoqué la visite de Jean-François Copé le 14 septembre prochain à l’occasion de la fête départementale de l’UMP. Le secrétaire général du parti tiendra une réunion publique à 20h ce même jour à la médiathèque de Toulouse. « Le top départ de l’élection présidentielle », selon Jean-Luc Moudenc. Une venue décidée en juillet, lors d’une réunion de travail avec tous les délégués de circonscriptions.

Évoquant l'anniversaire d'AZF, Jean-Luc Moudenc a précisé qu'un membre du gouvernement serait présent à la cérémonie. Il a tenu à démentir les rumeurs de parachutage de personnalités comme Rachida Dati ou Luc Ferry lors des prochaines municipales. Il a également évoqué la perspective d’une candidature de Jean-Louis Borloo assurant que « s’il était candidat, il serait logique qu’il y ait des candidats aux législatives » rappelant toutefois que la majorité ne gagnerait que dans l’union. Enfin, Il est revenu sur la formation du groupe dissident de René Bouscatel à la mairie. « Quand je regarde leurs prises de position pendant 9 mois, je ne vois aucune différence. Et je leur dis, attention, cela s’appelle une division. »

Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Présentation du Fenix Toulouse HB : Renaissance et ambitions

Présentation du Fenix Toulouse HB : Renaissance et ambitions | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

| HandNews :

 

A l’approche du début du championnat, Handnews vous présente les équipes de LNH. Aujourd’hui, les Fenix de Toulouse, qui ouvrent le championnat contre Montpellier demain, sont à l’honneur.

 

Pourtant renforcé par de belles recrues (Karaboué, Kabengele, Andjelkovic, entre autres), Toulouse s’est effondré la saison dernière, avant de se relever, de justesse. Pas épargné par les blessures, l’équipe de Haute-Garonne a souffert jusqu’au bout. L’arrivée de Jérôme Fernandez a tout changé, tant sur le plan sportif qu’extra-sportif. L’équipe se sauve lors des toutes dernières journées de championnat. Depuis, les choses ont bougé.

 

Les changements

 

Arrivées
Joueur Poste En provenance de:
Salvador Puig Asbert Arrière Droit Granollers

 

Départs
Joueur Poste Départ pour:
Benjamin Briffe Ailier Droit Cesson
Martin Gaillard Demi-centre Saran (N1)
Lukas Butcha Arrière Gauche Angers (D2)

 

Le 7 majeur probable

 

Poste Joueur
Gardien Daouda Karaboué
Ailier Droit Valentin Porte
Arrière Droit Salvador Puig
Demi-centre Jérôme Fernandez
Arrière Gauche Damien Kabengele
Ailier Gauche Anouar Ayed
Pivot Jonathan Roby
Entraîneur Joel Da Silva

 

Une seule arrivée pour trois départs : pas de grands changements, donc, pour les toulousains. L’arrivée de l’espagnol Puig Asbert renforce considérablement une base arrière déjà solide, avec Fernandez, Kabengele, Andjelkovic ou encore Calvel. Aux ailes, on retrouve l’expérimenté capitaine Anouar Ayed à gauche et le jeune Valentin Porte à droite. Avec Roby en pivot et un Karaboué dans les buts, cette équipe aux fières allures veut viser haut, tout en restant prudent. « Par rapport à notre effectif, on se doit de jouer la première moitié du classement. Le reste dépend de beaucoup de choses mais si cela veut sourire on peut aussi se battre pour une place européenne comme Nantes avait su le faire l’année dernière » confiait Jérôme Fernandez à La Depêche en juillet dernier. Confirmé par le jeune entraîneur Joel Da Silva, l’objectif est clair et les ambitions sont présentes. Des ambitions nées d’une renaissance voulue. Quoi de mieux que le phénix pour représenter cette ambition ? «Nous souhaitions créer une nouvelle identité afin de poursuivre le développement économique du club à travers une marque à laquelle les gens puissent s’identifier. ( …) Nous sommes ambitieux pour le futur et, afin d’accompagner cette nouvelle dimension, il fallait faire évoluer l’identité du club » précisait Patrick Salles, président du nouveau FTH. Un président qui espère que ce projet portera Toulouse vers les sommets français.

L’effectif complet du Fenix Toulouse HB sur le site de la LNH.

http://lnh.fr/club2010.php?valeur=TOULOUSE

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Travaux dans les écoles : la Mairie ne tient pas ses promesses

Travaux dans les écoles : la Mairie ne tient pas ses promesses | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Depuis son arrivée aux affaires, la municipalité entretient une polémique au sujet des écoles, aussi énorme que mensongère : nous n’aurions quasiment pas fait de travaux dans les 200 écoles maternelles et primaires de la Ville, abandonnées à un état de « délabrement », c’est-à-dire de ruines.

Deuxième affirmation de sa part : la promesse, proclamée haut et fort au printemps 2009, de faire beaucoup plus et d’investir 60 millions sur 3 ans, soit 20 millions par an.

Qu’en est-il en vérité ?

Avec mes amis élus du groupe « Toulouse pour Tous », nous avons travaillé à rassembler preuves et documents officiels pour démontrer l’inconsistance de cette fallacieuse campagne de communication des maitres actuels du Capitole, grâce au recul que procure 3 ans et demi de gestion du mandat en cours ; hier, nous les avons remis à la presse à travers un dossier de 31 pages que je ne peux reproduire ici mais que je tiens à la disposition de tous ceux d’entre vous qui me le demanderont.

Ces documents (comptes administratifs attestant des budgets tels qu’ils ont été réellement dépensés) prouvent que nous avions consacré en moyenne 7,7 millions d’euros à ces travaux au cours des deux dernières années placées entièrement sous notre gestion, 2006 et 2007. Nous ne faisions donc pas rien, sans parler de tout ce que nous avions réalisé avant !

Pour comparer de façon équivalente, nous avons produit les comptes administratifs présentés au Conseil municipal par mon successeur pour les deux premières années placées entièrement sous sa gestion, 2009 et 2010 : l’effort supplémentaire est modeste, 2 millions d’euros par an en moyenne, ce qui n’a rien à voir avec un vaste plan pour relever des ruines !

Les élus en place, la dogmatique adjointe aux affaires scolaires en tête, se gargarisent du plan soi-disant exceptionnel annoncé en 2009 et mis en œuvre depuis pour rénover et « remettre à niveau » le bâti scolaire municipal, les fameux 60 millions sur 3 ans, soit 20 millions annuels.

Les comptes administratifs prouvent que seuls 11,5 millions ont été investis effectivement à ce titre au cours des deux dernières années, soit…28,5 millions d’euros de moins que promis !

Deux évolutions très négatives sont à noter, révélées par ces pièces officielles : l’effort sur l’équipement mobilier, bureautique et informatique, important pour le confort des élèves et la qualité du climat pédagogique a baissé de 46 % depuis 2008, tandis que la construction d’écoles nouvelles ralentit fortement, les crédits baissant de 60 % sur 2009-2010. J’y reviendrai dans le prochain billet du blog.

Jean-Luc MOUDENC
Maire de Toulouse de 2004 à 2008
Président du Groupe d’Opposition municipale “Toulouse pour Tous”

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Grand Hôtel de Toulouse inauguré le 15 septembre

Le Grand Hôtel de Toulouse inauguré le 15 septembre | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

ObjectifNews :

 

Le Grand Hôtel, dont le chantier a débuté en 2009, sera inauguré le 15 septembre. L’ancien hôtel de luxe abrite aujourd’hui des commerces et des bureaux mais aussi logements sociaux et logements privés à 6.500 € le m⊃2;, un record pour Toulouse. Un renouveau pour ce bâtiment emblématique de la Ville rose.

Le 15 septembre prochain, les Toulousains pourront assister à l’inauguration du Grand Hôtel nouvelle version. A cette occasion, la rue de Metz sera fermée à la circulation entre 10 heures et minuit pour permettre la projection du film retraçant l’histoire du lieu et les différentes étapes du chantier. Un concert de rue sera également organisé autour du swing et du jazz avec le parrainage de Cécile Nougaro.

Ouvert en 1901, le Grand Hôtel a longtemps été un hôtel de luxe de 150 chambres. Entièrement restructuré, le bâtiment a retrouvé tout son lustre après un chantier de plus de 2 ans mené par Pitch Promotion. « Nous avons choisi Jean-Jacques Ory, un architecte spécialiste de l’architecture haussmanienne, explique Bruno Saulière, directeur Sud Ouest de Pitch Promotion, qui a remporté le concours lancé en 2007 par la Mairie de Toulouse pour la rénovation du Grand Hôtel. Et nous avons eu la chance de bénéficier du concours de l’architecte des bâtiments de France, Eric Radovitch. »

Les travaux ont commencé en 2009. Seules les façades sont restées debout pour permettre une réhabilitation complète de l’intérieur. Le dôme et la verrière ont ainsi été démontés et restaurés avant d’être réinstallés. Chaque élément a dû être remis en état par des artisans d’art afin de rendre au bâtiment son luxe passé. « Un chantier très risqué et très technique, avoue Bruno Saulière. Mais c’est certainement nos compétences techniques qui nous ont permis d’être choisis.

Et puis, j’ai mis de l’affectif dans cette opération puisque mes parents ce sont rencontrés dans cet hôtel. »

 

Deux moyennes surfaces ont aujourd’hui investi les lieux. Hugo Boss bénéficie de 800 m⊃2; sur deux niveaux (rez-de-chaussée et 1er étage) et Habitat de 2000 m⊃2; répartis entre le rez-de-chaussée et un sous-sol. « Deux enseignes qui vont redynamiser la rue de Metz et le quartier », selon le directeur Sud Ouest de Pitch Promotion, pour qui le coût global de l’opération s’élève à 60 millions d’euros. « C’est plutôt une question d’image qu’une affaire très rentable. »

Au-delà des surfaces commerciales, une partie des locaux (800 m⊃2;) est occupée par les bureaux de l’étude de notaires Aymard, Lalanne-Camman, Davèze&Gibault. Le reste du bâtiment est réservé à des logements. On compte ainsi 38 logements sociaux sur 2500 m⊃2; et 25 logements privés du T1 bis au T5 sur 2500 m⊃2;. « Une répartition à part égale qui faisait partie du cahier des charges lors de la vente de l’immeuble par l’Etat à la municipalité toulousaine », précise Bruno Saulière.

Tous ces logements ont trouvé preneur malgré un prix d’environ 6 500 euros le m⊃2; pour les appartements privés, ce qui constitue un record pour la Ville rose. Les logements sociaux ont eux été loués en partie par des étudiants. Cette mixité des produits, qui faisait partie du cahier des charges, correspond également aux caractéristiques de Pitch Promotion.

« Nous réalisons indifféremment des opérations de bureaux, de logements, de commerce ou d’industrie », développe le directeur Sud Ouest de ce groupe national à capital familial. En 2011, Pitch Promotion, qui emploie 110 personnes, prévoit 280 millions d’euros de chiffre d’affaires. La division Sud Ouest, créée en 2006 et basée à Toulouse, devrait quant à elle afficher 60 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 13 salariés.

Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nominations : le mercato économique de l'été toulousain

Nominations : le mercato économique de l'été toulousain | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le paysage économique toulousain change, nominations, départs, nouveaux postes...

 

- ToulÉco :

 

Voici un récapitulatif non exhaustif des personnalités qui quittent la région et de celles qui les remplacent.

 

La Banque de France en Midi-Pyrénées change de direction. Patrick Berger 57 ans, remplacera Chantal Boucher qui part à Paris pour prendre la direction des grands projets. Patrick Berger était depuis juillet 2009 le directeur départemental de la Banque de France pour les Alpes-Maritimes.
Le nouveau directeur a effectué une partie de sa carrière en Amérique centrale et latine. Il a été entre 2005 et 2008, conseiller financier régional pour l’Amérique centrale, andine et Caraïbes. Puis durant trois ans entre 2002 et 2005, il avait entre autres pour mission d’accompagner les entreprises françaises désireuses d’investir au Brésil. Entre 1999 et 2002 Patrick Berger était chargé de nouer des partenariats industriels franco-russe en particulier dans l’aéronautique et le spatial.

 

Serge Bruhat, âgé lui aussi de 57 ans, est le nouveau directeur régional grand Sud-Ouest de la Société Générale. Il a rejoint la banque en 1973 pour prendre en 2000 la direction régionale du réseau d’agences de Corrèze, du Lot et de la Dordogne. Avant d’arriver dans le Sud-Ouest, il était en charge des agences des régions Nord, Haute-Normandie et Picardie.

 

Il y a eu des changements chez Orange. Marc Le Pennec, 44 ans est désormais le directeur de l’agence entreprises Sud-Ouest Méditerranée. Il est responsable du marché entreprises en Midi-Pyrénées et en Languedoc-Roussillon. Thierry Jeanselme est lui le nouveau directeur commercial régional pour le grand public.

 

Julien Venne était chargé de mission à Castres-Mazamet Technopole. Il avait également participé à l’organisation de l’université d’été de la e-santé. L’homme de 30 ans est le nouveau directeur du centre e-santé Il remplace Anne Decq affectée à la direction de la stratégie du CHU de Grenoble.

 

Gregory Dechamp-Guillaume qui assurait déjà la vice-présidence depuis 2008 de l’INP-ENSAT ( Ecole supérieure agronomique de Toulouse ) a été nommé directeur de l’établissement pour 5 ans.

 

Christian Desmoulins, 60 ans, a été élu président du Cercle d’Oc. Il succède à Alain Di Crescenzo, président de la CCI de Toulouse. Le nouveau président est membre de l’association depuis 2006 et il en est l’administrateur depuis 2009. Christian Desmoulins est également président du directoire d’Actia Group et président du comité régional des conseillers du commerce extérieur de la France.

 

Pôle Emploi accueillera à la rentrée son nouveau directeur pour Midi-Pyrénées en la personne de Frederic Toubeau. Nul doute qu’avec un taux de chômage de 9,4 % en Midi-Pyrénées au 1er trimestre 2011, le directeur aura du travail.

 

Wilfried Pinson

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

FestOval Toulouse

FestOval Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La Coupe du Monde de Rugby 2011, du 9 septembre au 23 octobre, en Nouvelle Zélande est un évènement pour tous les amoureux du ballon ovale. La Ville de Toulouse sera du 9 au 24 septembre, capitale du rugby et propose une série d’animations avec le « Festoval » : sport, culture, histoire, actions humanitaires…

 

La forte identification de Toulouse et de la région au rugby mérite une manifestation d’envergure et la Ville de Toulouse a imaginé une Quinzaine, baptisée « Festoval » : la cité va vivre au rythme de la Coupe du Monde mais pas uniquement sur le plan sportif !
Au programme : (cliquez sur les liens pour découvrir le détail des animations)
l' exposition « 1ère ligne » sur le Quai de la Daurade », avec des portraits de joueurs première ligne de clubs toulousains, photographies de Patrice Nin ;
des animations dans les écoles avec l’implication et la participation des Centres d’accueil et de loisirs à une grande opération charitative ;
des initiations au rugby pour les enfants sur différentes places de la ville ;
des concerts avec des ensembles représentatifs des « Musiques du monde du rugby » : Ecosse, Irlande, Pays basque… ;
une nuit des « rugbyvores » au TNT ;
un tournoi à 7 : ouvert à tous, il permettra aux étudiants, associations et entreprises de se défier en toute convivialité…

 

LES DATES À RETENIR

...Pour ne rien manquer du FestOval !

>> du 9 au 24 septembre : « FestOval Images »
- Exposition photos : "1ère ligne", quai de la Daurade
- Exposition nature : "Naturellement rugby" au muséum (du 6 septembre au 9 octobre)

>> le 23 septembre : « La nuit des Rugbyvores »
2 séances au TNT : de 18h à 22h et de 22h30 à 2h30
>> le samedi 24 septembre :
- «Rugby FestOval Challenge » : de 13 à 19h30 : tournoi enfants et phases finales.
- Exposition de ballons de rugby géants place du capitole

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Affluence record de visiteurs à Toulouse cet été

Affluence record de visiteurs à Toulouse cet été | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
La ville a connu cet été une forte activité touristique, constatée par l'Office de tourisme.

 

- La Dépêche :

 

La ville a connu cet été une forte activité touristique, constatée par l'Office de tourisme. Les visiteurs sont en majorité des Français venus découvrir Toulouse en famille. Les hôtels du centre-ville annonçaient un taux d'occupation de 65 % dans cette période habituellement plus calme.

L'été 2 011 à Toulouse a été marqué par une « forte affluence touristique », d'après le premier bilan estival réalisé mi-août par l'Office de tourisme. La présence de nombreux touristes a été ressentie notamment dans les principaux sites culturels de la ville, qui jouent ici le rôle de baromètre. Toujours premier au hit-parade des incontournables de Toulouse le Muséum d'Histoire naturelle a ainsi vu sa fréquentation augmenter de 26 % en juillet par rapport à la même période en 2010 (18 700 entrées), tandis que la basilique Saint-Sernin et la salle des Illustres avec l'exposition sur Saint-Exupéry affichent respectivement +14 % et +10 % durant la première partie des grandes vacances. « Les résultats d'août sont aussi globalement positifs et confirment ce net développement du tourisme d'agrément que nous constatons depuis sept mois » dit Jean Micoud, directeur adjoint en charge de la promotion et du marketing à l'Office du Tourisme. Toulouse, destination d'affaires et ville étape, cherche depuis des années à séduire et retenir une clientèle de loisirs. Les résultats de l'été 2 011 sont encourageants. « Les taux d'occupation dans l'hôtellerie, proches de 65 % cet été, sont satisfaisants et plutôt élevés pour une ville de tourisme d'affaires », constate-t-on à l'Office de tourisme où la centrale de réservation RésaToulouse, créée l'an dernier, a vendu à elle seule 1 500 nuitées depuis le 1er juillet. Les hôtels de catégorie moyenne situés au centre-ville ont été plébiscités, avec une demande particulière pour des chambres familiales ou communicantes. Le passage du Tour de France a sans doute contribué à ces bons résultats fin juillet, estime Joëlle Pellata, porte-parole des hôteliers toulousains (ci-dessous). Les Français ont été les plus nombreux à venir découvrir la Ville rose, qui a visiblement la cote aussi avec les Espagnols (+45% d'internautes et visiteurs) et les Anglais (+43%).

À la hausse
Le petit train touristique de Monsieur Cheval qui propose au départ du square Charles-De-Gaulle une promenade commentée en ville de 35 minutes a vu sa clientèle augmenter de 25 % cet été.

L'aéronautique passionne : le nombre de visiteurs sur le site des usines Airbus a doublé en juillet par rapport à 2010.

La Cité de l'Espace annonce de bons résultats en juillet. Le cap des 30 000 entrées a été franchi.

trois questions à….
Joëlle Pelata, porte-parole des hôteliers toulousains
L'Office de tourisme annonce un taux d'occupation des hôtels de 65 % cet été de juillet jusqu'à mi-août. Est-ce un bon résultat ?

65 % cela me paraît beaucoup. C'est vrai seulement pour certains hôtels du centre-ville qui ont bénéficié de l'activité habituelle du tourisme d'affaires jusqu'au 15 juillet et peut-être des retombées du passage du Tour de France à Cugnaux. La venue du Dalaï-Lama a également attiré beaucoup de monde, le temps d'un week-end, mais ce sont essentiellement les hôtels de catégories 1 et 2 étoiles qui étaient complets. Beaucoup de monde s'est logé chez l'habitant.

La profession des hôteliers que vous représentez est-elle satisfaite de cet été 2011 ?

Pas vraiment. Selon nous l'été 2011 a été très atone. Il y a eu sans doute du passage au Donjon du Capitole mais cette affluence ne se ressent pas dans les hôtels. Pourtant il faut reconnaître que l'Office de Tourisme se donne du mal. Ils ont créé des visites originales sur des thématiques intéressantes. Nous avons de bons échos.

Que manque-t-il à Toulouse pour devenir une destination touristique d'été ?

Toulouse a un patrimoine magnifique mais elle est encore perçue comme une petite ville de passage, où l'on fait étape durant une journée. Pour attirer du monde, il nous faudrait une grande manifestation estivale susceptible de remplir les hôtels et les restaurants de la ville, comme la braderie de Lille, les Francopholies de La Rochelle, ou Jazz in Marciac.

more...
No comment yet.