Toulouse La Ville Rose
74.8K views | +2 today
Follow
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron

Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le peintre aveyronnais Bernard Cadène a réalisé l'affiche de la 81ème édition de la Foire internationale de Toulouse, qui se tiendra du 06 au 15 avril prochain.

 

En deux essais. Seulement. Comme toutes ses autres œuvres, Bernard Cadène a créé l'affiche de la Foire internationale dans son lit. Lorsque les organisateurs ont contacté l'artiste de 70 ans, en lui demandant de réaliser une affiche moderne, ça l'a d'abord beaucoup amusé. Et il s'est mis au travail.
Il nous en parle en avant-première.

 

more...
Philippe Trebaul's curator insight, February 19, 2013 4:45 AM
Foire internationale de Toulouse: une affiche faite en Aveyron.

Le peintre aveyronnais Bernard Cadène une affiche Réalisé l'édition de la 81ème Foire internationale de la de Toulouse, Qui se tiendra du 06 au 15 avril Prochain.

 

En Deux essais. SEULEMENT. Comme TOUTES SES other d'oeuvres, Bernard Cadène un Cri l'affiche de la Foire internationale DANS fils allumé.When les organisateurs have contacte l'artiste de 70 ans, en Lui très demandé de juin Réaliser affiche moderne, ça l'a beaucoup amusé d'Abord.Et il S'est mis au travail. 
BNO Il en parle en avant-première.


Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron via @JMFLB http://sco.lt/...


Bob TSUC's comment, February 19, 2013 4:48 AM
Faire appel à un vieux libidineux pour faire la promotion de la Foire Internationale de Toulouse et cela devient vite une partie de fesse à fesse...
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Je suis nouvel arrivant - Toulouse.fr

Je suis nouvel arrivant - Toulouse.fr | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

JE SUIS NOUVEL ARRIVANT

 

Chaque année, près de 7 000 personnes viennent s'installer à Toulouse pour y trouver la douceur de vivre. Retrouvez toutes les informations utiles pour vous installer à Toulouse.

 

EN 1 CLIC

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grande région : c'est fait, le nom Occitanie est officiellement adopté

Grande région : c'est fait, le nom Occitanie est officiellement adopté | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

C'est le véritable acte symbolique de la naissance d'une nouvelle grande région. Ce jeudi 29 septembre, après validation par le Conseil d'Etat, l'adoption du nom Occitanie a été publié au Journal Officiel, sur fond de contestation. 

C'est officiel, la nouvelle région créée par la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées s'appelle l'Occitanie. Ce jeudi 29 septembre, l'adoption de ce nouveau nom a été publié au Journal officiel, véritable acte de naissance de cette nouvelle région. Son chef-lieu, comme attendu, a été fixé à Toulouse.

 

 
Décision du Conseil d'Etat

Selon nos sources, le Conseil d'État, qui devait rendre son avis le 1er octobre, l'aurait fait il y a quelques jours à peine, sans que le verdict soit rendu public. Le gouvernement n'était de toute façon pas contraint de suivre l'avis du Conseil d'État. ce dernier peut même s'être opposé au choix d'Occitanie.  "On est serein, le Premier ministre a toujours dit que le nom s'appuyait sur une consultation citoyenne", assurait déjà ce mercredi l'entourage de la présidente Carole Delga.

 

Vaine contestation

La Région fait face, depuis des semaines, à une opposition catalane. Le 10 septembre, une manifestation appelant à rajouter “Pays catalan” au nom “Occitanie” avait rassemblé près de 10 000 personnes. Certains occitanistes contestaient aussi à la nouvelle région de s'appeler ainsi, estimant que le territoire de l'Occitanie est bien plus large que le périmètre géographique de la nouvelle grande région. La contestation sera restée vaine.

 

Le recours du FN Retoqué

De plus, le FN avait déposé un recours contre cette dénomination. Le tribunal administratif l'a rejeté ce mercredi "au motif que la consultation citoyenne que nous dénoncions n'était pas une décision définitive mais juste un avis donné au conseil régional" affirme France Jamet, chef de file du groupe FN à la Région. 

 

La Région a cependant promis d'accoler les termes "Pyrénées-Méditerranée". Une pirouette pour tenter de satisfaire le plus grand nombre. 

Jacques Le Bris's insight:
Les noms de toutes les grandes régions

Le nom des sept nouvelles grandes régions, issues de la réforme territoriale qui a réduit le nombre de régions métropolitaines, est entériné jeudi au Journal officiel. Le nombre de régions métropolitaines est passé de 21 à 12, via la fusion de certaines d'entre elles. Sept décrets officialisent le nom définitif des nouvelles régions ainsi créées, qui avait été approuvé par les conseils régionaux respectifs.

La région "Grand Est" (chef-lieu Strasbourg) désigne ainsi la région issue des anciennes régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine.

La région issue du regroupement de la Basse-Normandie et de la Haute-Normandie a été baptisée "Normandie" (chef-lieu Rouen).

Le nom "Occitanie" (chef-lieu Toulouse) correspond à la région issue du regroupement des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

"Hauts-de-France" (chef-lieu Lille) désigne la région issue du regroupement des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie.

Le nom "Auvergne-Rhône-Alpes" (chef-lieu Lyon) correspond à la région issue du regroupement des régions Auvergne et Rhône-Alpes.

La région issue du regroupement des régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes s'appelle désormais "Nouvelle-Aquitaine" (chef-lieu Bordeaux).

Enfin le nom "Bourgogne-Franche-Comté" (chef-lieu Dijon) désigne la région issue du regroupement des régions Bourgogne et Franche-Comté.

Les autres régions de France métropolitaine sont Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Ile-de-France. La Corse n'a pas la dénomination de région.

 

Les régions se réunissent en congrès ce jeudi à Reims, le premier depuis la mise en place des grandes régions.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

À Toulouse, une course géante de robots va animer le centre-ville 

À Toulouse, une course géante de robots va animer le centre-ville  | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Une course de robots en plein centre de Toulouse le 28 septembre ! Toulouse Robot Race : c'est le nom d'une course de robots insolite qui va animer les allées Jules-Guesde, le 28 septembre 2016. Une initiative qui ne devrait pas passer inaperçue !

Les fans d’athlétisme connaissent le 110m haies, l’un des moments toujours très attendus dans les compétitions internationales. Mais connaissez-vous le 110m robots ? C’est normal, la discipline ne s’est pas encore banalisée ! Mais vous aurez un très bon aperçu de cette initiative… et c’est à Toulouse que ça se passe !

 

Organisé par Robotics Place, La Mêlée, Artilect…

Rendez-vous est pris le 28 septembre 2016 sur les allées Jules-Guesde pour le Toulouse Robot Race. Organisée par un collectif d’associations et de structures autour sciences (le cluster Robotics Place, La Mêlée, Science Animation, le Fab Lab Artilect…), « la Toulouse Robot Race est une course de vitesse : le gagnant sera celui qui aura obtenu le meilleur temps sur un parcours prédéfini, à l’issue de plusieurs manches », indiquent les organisateurs.

 

Trois catégories

La course, divisée en trois catégories (« roulant », « piéton » et multi-pattes »), possède un règlement on ne peut plus limpide : « Les robots doivent concourir aux épreuves de manière totalement autonome et ne doivent être ni pilotés, ni guidés, ni téléguidés, par un être humain », poursuivent les promoteurs de l’événement. Des robots qui devront rouler à l’électricité, les moteurs thermiques étant interdits.

Des robots dans la place : il faudra vous armer de patience d’ici le 28 septembre.

 

Infos pratiques : 
Toulouse Robot Place, le 28 septembre 2016
Sur les allées Jules-Guesde, à Toulouse 
Infos sur le site www.toulouse-robot-race.org

 

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le groupe de presse de Jean-Michel Baylet va imprimer le journal du Conseil Régional

Le groupe de presse de Jean-Michel Baylet va imprimer le journal du Conseil Régional | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le groupe de presse de Jean-Michel Baylet a remporté, le 13 septembre dernier, un marché public : la publication du journal du Conseil Régional d’Occitanie. Montant de la prestation : 4 320 000 euros.

 

L’attribution doit être ratifiée par un vote de la Commission Permanente (CP) du Conseil Régional. Mais il s’agit d’une formalité. La Commission Permanente est composée de vice-présidents et de conseillers régionaux parmi lesquels on compte des membres du parti de Jean-Michel Baylet. Parmi eux, la nouvelle présidente du PRG et 1revice-présidente du Conseil Régional, Sylvia Pinel.

Jean-Michel Baylet dans son bureau de La Dépêche en 2014 (Photo : MaxPPP)

Un marché plus important grâce à la fusion de deux régions

Sous le mandat de Martin Malvy, l’entreprise de Jean-Michel Baylet éditait déjà le journal du Conseil Régional de Midi-Pyrénées. Selon nos informations, l’enveloppe représentait 2,8 millions d’euros.

La fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées alourdit la facture. Sous la présidence de la socialiste Carole Delga (élue notamment sur la base d’un accord PS-PRG), ce sont plus de 4 millions d’euros qui vont finir dans les caisses de La Dépêche du Midi, désormais présidé par son ex-compagne Evelyne Marchand-Baylet depuis l’entrée du patron du journal au gouvernement. 

C’est une bonne nouvelle pour l’entreprise du ministre des Collectivités Locales de François Hollande. Le groupe de presse de Jean-Michel Baylet a subi des revers commerciaux dans des communes de la Région. La bascule à droite de plusieurs municipalités s’est traduite par la perte de plusieurs marchés publicitaires. La manne de l’organisation d’événements (au travers de la filiale La Dépêche Events) traverse également des turbulences. La perte du Festival Jazz In Marciac a notamment été un coup sévère.

 

Un marché « sans minimum ni maximum »

Dans ce contexte, un marché de 3 ans avec le Conseil Régional est le bienvenu. Jean-Michel Baylet peut même sortir le champagne. Le marché obtenu est un marché dit « sans minimum ni maximum ». Autrement dit, la somme de 4,2 Millions d’euros est ….indicative. Il est parfaitement possible (sans la moindre formalité) de gonfler l’enveloppe. Le groupe La Dépêche du Midi peut percevoir 5, 6 ou 7 millions sans qu’il soit nécessaire de lancer la moindre consultation. Cette technique a été employée dans un marché attribué par le Conseil Régional de Midi-Pyrénées et qui alimente l’actualité judiciaire : l’affaire AWF.

 

Autre bonne nouvelle pour Jean-Michel Baylet. Ce n’était pas gagné. Du moins sur le papier. Un mastodonte de l’imprimerie lorgnait le marché. Il s’agit de l’imprimerie Maury SAS. Le groupe Maury édite : Paris Match, Le Point, L’Express, France Football, Madame Figaro, Le Monde, Marianne, Gala, Libération, Télé Z, 20 Minutes, Courrier International…

 

 

Un autre concurrent était moins cher et plus respectueux de l’environnement

 

Un autre concurrent était également sérieux. Il devance l’offre de La Dépêche du Midisur des points essentiels : le prix et la qualité environnementale. S’agissant du prix,l’offre est 10%… inférieure à celle du groupe La Dépêche du Midi. 10% sur un montant de 4,3 millions d’euros : 430 000 euros d’économies, ce n’est pas rien. Sur le critère environnemental, même chose. Le concurrent de La Dépêche du Midi est le plus compétitif. La commission est claire : « le procédé d’impression (ndlr de La Dépêche du Midi) est moins respectueux par rapport à l’offre » (ndlr du concurrent évincé).

Malgré l’existence d’une offre plus économique et écologique et la candidature d’un poids-lourd de l’imprimerie, c’est le groupe de Jean-Michel Baylet qui a raflé la mise. Une notation a été mise en place par la commission d’appel d’offre. Une notation qui a permis le classement des candidats et la détermination du vainqueur. Le concurrent évincé a étéécarté sur une question de délai de livraison. supérieur… de 3 jours à celui de La Dépêche. 

Le groupe La Dépêche du Midi a obtenu 92,20 points sur 100. Le concurrent classé en seconde position décroche un 91 sur 100. 0,80 point d’écart. Un écart à 4 millions d’euros.

 

Laurent Dubois (@laurentdub)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un sac abandonné fait évacuer le tribunal de Toulouse : il appartenait à un fiché S

Un sac abandonné fait évacuer le tribunal de Toulouse : il appartenait à un fiché S | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le palais de justice de Toulouse a été évacué mardi 20 septembre 2016, à cause d'un sac abandonné par un individu fiché S. 

 

 

Un sac abandonné dans une salle d'audience du tribunal de grande instance a semé un vent de panique, mardi 20 septembre 2016, à Toulouse. Il appartenait à un homme fiché S.

 

Alerte au palais de justice de Toulouse, mardi 20 septembre 2016. Peu après 20 heures, les policiers ont été sollicités pour intervenir au tribunal de grande instance où un sac considéré comme suspect a été repéré dans une salle d’audience.

Rapidement, la décision est prise de faire évacuer les lieux et d’établir un périmètre de sécurité le temps que les services de déminage se rendent sur place.

 

Il se présente lui-même au tribunal…

Très vite, les policiers remontent la trace du propriétaire du sac. Il s’agit d’un individu bien connu de leurs services, fiché S et qui comparaissait en audition libre devant le tribunal de grande instance, dans cette même salle d’audience, plus tôt dans l’après-midi. L’homme avait d’ailleurs été aperçu en possession de ce sac.

Alors que l’alerte est toujours en cours et que les services de déminage arrivent sur place, l’individu en question se présente, quasiment au même moment, au tribunal, indiquant qu’il vient récupérer un sac, oublié dans la salle où il comparaissait plus tôt dans la journée.

 

…et termine en garde à vue

Une fausse alerte qui lui a valu un placement en garde à vue pour « fausse alerte, violences avec préméditation et voie de fait ». Autre élément retenu contre lui : le « non respect d’une assignation à résidence ». En effet, pendant qu’il était auditionné au tribunal, l’homme n’a pas pu se rendre au commissariat pour pointer, dans le cadre de son assignation à résidence… Il s’est bel et bien présenté au commissariat mais en retard.

Examiné par les démineurs, le sac abandonné, lui, ne contenait rien de suspect.

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse vue du ciel : les magnifiques images des berges de la Garonne filmées par un drone

Toulouse vue du ciel : les magnifiques images des berges de la Garonne filmées par un drone | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

En juillet 2016, la société La France vue du drone avait fait décoller les Toulousains avecune vidéo inédite de la basilique Saint-Sernin. En un peu moins d’un minute, les images filmées par un drone montraient l’église romane de la rue du Taur sous un nouvel angle donnant une dimension particulière à l’édifice.

 

Deux mois plus tard, la société qui effectue un tour de France des grands monuments de l’Hexagone, réitère et pose à nouveau ses caméras dans la Ville rose. Cette fois-ci, ce sont les berges de la Garonne qui sont mises à l’honneur. Du quai de la Daurade au dôme de la Grave en passant par le Pont-Neuf et les eaux de la Garonne… les images offrent un nouveau point de vue sur la ville.

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Vidéo de présentation du débat sur le projet 3e ligne métro à Toulouse

Présentation du débat public, sur le projet de 3e ligne de métro à Toulouse.
Jacques Le Bris's insight:

 

Participez au débat sur https://metroligne3toulouse.debatpublic.fr/ 

 

rubrique "Exprimez-vous"

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Manifestation contre la loi Travail : les cantines scolaires fermées à Toulouse, jeudi 15 septembre

Manifestation contre la loi Travail : les cantines scolaires fermées à Toulouse, jeudi 15 septembre | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le service de cantine ne sera pas assuré dans les écoles toulousaines, jeudi 15 septembre 2016. En cause, une journée de mobilisation contre la loi Travail, qui marquera la rentrée sociale dans la Ville rose.
Les parents devront fournir un panier repas pour leur enfant, sous réserve qu’il y ait suffisamment de personnels de CLAE pour encadrer le déjeuner.

> Plus d'informations sur la manifestation, ci-dessous :

Lien : http://bit.ly/2ceAsQ2

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les nouveautés de la rentrée chez Tisséo

Les nouveautés de la rentrée chez Tisséo | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
A compter du lundi 29 août 2016, Tisséo propose des nouveautés sur le réseau :
lignes de bus renommées, prolongements de lignes, modifications d'itinéraires,
optimisation de l'implantation des ar... by c3te3toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

LE RETOUR TRIOMPHAL DE SOFIANE OUMIHA À TOULOUSE

LE RETOUR TRIOMPHAL DE SOFIANE OUMIHA À TOULOUSE | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le boxeur, médaillé olympique à Rio, était attendu à l'aéroport pour son grand retour à Toulouse.

 

Par Michel Viala

 

Jacques Le Bris's insight:

http://www.ladepeche.fr/diaporama/le-retour-triomphal-de-sofiane-oumiha-a-toulouse/2106300-image21202659.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Élargissement du périphérique à Toulouse : installation en cours des murs anti-bruit

Élargissement du périphérique à Toulouse : installation en cours des murs anti-bruit | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Les travaux sur le périphérique vont se poursuivre jusqu'en 2020. (Photo Côté Toulouse/D.S-S)

 

 

Les travaux d'agrandissement du périphérique à Rangueil se poursuivent et entrent dans une nouvelle phase. La fin du projet est prévue pour 2020. Voici ce qui vous attend.

 

Une nouvelle phase de l’élargissement du périphérique à 2×3 voies vient de débuter à Toulouse, mardi 16 août 2016. Visant à en finir avec le goulot d’étranglement que représente le rétrécissement à 2×2 voies du côté de Rangueil-Lespinet, ces travaux devraient s’achever à l’horizon 2020.

Après des opérations de déboisement, les équipes s’attèlent actuellement à l’installation de murs anti-bruits. Les fondations devraient être créées dans les prochains mois pour une installation des murs acoustiques en novembre. Ce n’est qu’une fois ces panneaux posés que les travaux d’élargissement à proprement parler commenceront.

Les services et les entreprises essaieront de minimiser le plus possible l’éventuelle gêne occasionnée aux riverains lors de ces travaux, indiquent les services de l’État qui assurent la maîtrise d’ouvrage du projet.

 

Prudence

Pendant la durée des travaux, qui vont s’étaler sur les prochaines années, la préfecture invite par ailleurs les usagers  « à respecter la signalisation, les déviations, les limitations de vitesse, et les règles de prudence, afin d’assurer leur propre sécurité et de ne pas compromettre celle des personnels travaillant sur le chantier ».

Ces travaux d’agrandissement du périphérique toulousain entrent dans le cadre du contrat de plan État-Région 2015-2020 avec un cofinancement État, Conseil régional, Conseil départemental et Toulouse Métropole. La maîtrise d’ouvrage est assurée par l’État (DREAL).

 

Xavier Lalu

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quatre dates pour donner votre avis sur la troisième ligne de métro à Toulouse

Quatre dates pour donner votre avis sur la troisième ligne de métro à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Quatre réunions publiques sont organisées à Toulouse, Colomiers et Labège. C'est le moment de donner votre avis !

 

 

Du 12 septembre au 17 décembre 2016 se tiendra le débat public sur le projet de troisième ligne de métro à Toulouse. On connaît désormais les dates des quatre réunions publiques.

Pendant que la torpeur estivale s’est emparée de Toulouse, le débat public autour du projet de troisième ligne de métro se prépare activement en coulisses. La Commission nationale de débat public (CNDP), qui avait déjà dévoilé la date de la première réunion publique (le 13 septembre à l’espace Vanel de l’arche Marengo), a donné les dates de trois autres soirées de débats.

Les voici :

  • Mercredi 19 octobre à Labège, de 20 h à 23 h (centre de congrès Diagora. 150, rue Pierre-Gilles-de-Gennes)
  • Mardi 15 novembre à Colomiers, de 20 h à 23 h (salle Gascogne. Allée du Rouergue)
  • Mardi 13 décembre, de 19 h à 22 h (lieu indéterminé)

 

> LIRE AUSSI : Toulouse. Le débat sur la troisième ligne de métro déterminera « s’il faut faire le projet »

Mais aussi débats mobiles, atelier de cartographie…

Les réunions publiques ne sont pas les seuls rendez-vous prévus au programme. Dans votre agenda, vous pouvez aussi noter un atelier de cartographie, qui se déroulera à la Cantine le jeudi 15 septembre à partir de 9 h (27, rue d’Aubuisson) sur le thème « Comment cartographier, représenter, simuler la troisième ligne de métro ? ».

Enfin, des débats mobiles seront mis en place du 2 au 12 octobre, ainsi que du 5 au 10 novembre, dans des lieux encore indéterminés.

 

Un projet à plus de deux milliards d’euros

Le projet de troisième ligne de métro, baptisé Toulouse Aerospace Express (TAE), doit relier, en 2024, Airbus Colomiers à Airbus Defense and space en traversant Toulouse en un peu moins de 40 minutes. Un trajet qui pourrait être étendu à la gare de Colomiers à l’ouest, et à la gare de Labège à l’est si Tisséo, avec le concours des collectivités locales, arrive à boucler son plan de financement, qui atteint plus de deux milliards d’euros.

 

> LIRE AUSSI : Troisième ligne de métro à Toulouse. Combien ça va coûter et qui va payer

 

Infos pratiques : 
Plus d’informations sur le site internet dédié au débat public sur le projet de troisième ligne de métro

 

Anthony Assemat

Journaliste, chef d'édition à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Évincée le temps de l'Euro, une figure de la mouvance islamiste de retour à Toulouse

Évincée le temps de l'Euro, une figure de la mouvance islamiste de retour à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

De retour à Toulouse, Farouk Ben Abbes reste sous le coup d'un contrôle judiciaire.

 

C’est une figure bien connue des services de renseignement français, surveillée pour sa proximité avec la mouvance islamiste. Après un séjour de deux mois à Brienne-le-Château, dans l’Aube (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine), Farouk Ben Abbes est de retour à Toulouse, où il est toujours assigné à résidence, du fait de sa proximité avec des affaires terroristes.

 

Une décision qui soulage le maire de Brienne-le-Château, Nicolas Dhuicq, qui s’était vivement positionné contre le transfert de Farouk Ben Abbes de Toulouse vers l’Aube, qu’il jugeait extrêmement dangereux. Un transfert effectué sur ordre du ministère de l’Intérieur et censé durer le temps de l’Euro 2016 de football, la présence du trentenaire dans la Ville rose pendant cette période étant considérée comme une « menace particulièrement grave pour l’ordre public ».

Lundi 8 août 2016, alors que Farouk Ben Abbes quittait Brienne-le-Château escorté par les gendarmes, le maire de la ville a posté le message suivant, sur sa page Facebook.

« Il avait toute liberté de circulation dans la commune, à condition de pointer à la gendarmerie. Les gens l’ont vu faire son footing aux alentours du château ou se promener en ville et il aurait même reçu des visites », raconte Nicolas Dhuicq à Côté Toulouse, tout en indiquant avoir reçu de nombreux messages, « notamment de la part de jeunes mères de famille », qui demandaient le départ de Farouk Ben Abbes de la commune.

Un jeune homme de Brienne-le-Château, que je connais bien, a même menacé M. Ben Abbes avec un fusil qui n’était pas chargé, poursuit Nicolas Dhuicq. Il a terminé en garde à vue mais au lieu de calmer les esprits, cet événement a ravivé les tensions. Les habitants ont continué à demander l’expulsion de Farouk Ben Abbes.

Son nom cité dans plusieurs affaires terroristes

Jamais condamné pour des faits de terrorisme, Farouk Ben Abbes, la trentaine, a vu son nom cité dans plusieurs affaires récentes : en 2009, d’abord, lors de l’attentat du Caire, en Égypte où une jeune lycéenne française, Cécile Vannier, avait perdu la vie. Puis en 2010, lorsqu’un projet d’attentat contre une salle de spectacle, le Bataclan, est découvert. Deux ans plus tard, il bénéficie d’un non-lieu.

En 2015, après les attentats du 13 novembre, à Paris, il est assigné à résidence et fait l’objet d’une surveillance, les autorités mettant en cause sa proximité avec Fabien Clain, une autre figure locale du djihadisme dont la voix a été identifiée sur la revendication audio des attentats de Paris.

 

Parce qu’il ne respecte pas son assignation à résidence, Farouk  Ben Abbes est interpellé et condamné, en mars 2016, à trois mois de prison ferme. Incarcéré à Seysses, il est exfiltré de la prison toulousaine avant l’Euro de football et le Tour de France, pour être transféré dans l’Aube, dans le fief de Nicolas Dhuicq, maire de Brienne-le-Château et député de la première circonscription de l’Aube.

 

Une expulsion vers la Tunisie annulée au dernier moment

Le 22 juillet 2016, le Belgo-Tunisien a bien failli être expulsé vers la Tunisie. Sous le coup d’un arrêté d’expulsion émanant du ministère de l’Intérieur, l’homme a été escorté par les gendarmes jusque dans l’avion. Mais au dernier moment, l’appareil a reçu l’ordre de ne pas décoller, l’arrêté d’expulsion étant incompatible avec l’interdiction de quitter le territoire dont Farouk Ben Abbes fait encore l’objet.

D’après les informations du Parisien-Aujourd’hui en France, le ministère de l’Intérieur estimait que Farouk Ben Abbes était « susceptible, à tout moment, de fomenter, commettre ou apporter un soutien logistique à une action terroriste en France ». Malgré cela, Farouk Ben Abbes, sous contrôle judiciaire en France, n’a pas quitté le territoire.

Ça a été malheureusement un raté. Une erreur de procédure regrettable dans un cas comme celui-ci… dénonce Nicolas Dhuicq.

Le ministère de l’Intérieur, qui publie régulièrement sur son compte Twitter, des avis d’expulsion de personnes suspectées d’appartenir à la mouvance islamiste, n’a pas commenté le cas de Farouk Ben Abbes. Il n’a pas non plus répondu au courrier de Nicolas Dhuicq, qui s’étonnait d’avoir été mis devant le fait accompli. Le maire de Brienne-le-Château avait en effet été informé du transfert de Farouk Ben Abbes 48 heures avant son arrivée dans l’Aube.

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : Crottes, tags, nids-de-poule… La ville dégaine son appli de signalisations

Toulouse : Crottes, tags, nids-de-poule… La ville dégaine son appli de signalisations | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Signaler un nid-de-poule à la mairie prend moins de trois minutes. - F. Scheiber/20 Minutes

Beatrice Colin

Marre de ce lampadaire qui ne fonctionne pas au pied de votre immeuble ? Enervé de prendre chaque matin le même de nid-de-poule ? Des désagréments du quotidien qui mettent parfois les nerfs à vif des Toulousains, mais, qui, faute de savoir à qui s’adresser, préfèrent souvent laisser tomber.

>> A lire aussi : Récupérer les meubles abandonnés sur les trottoirs, c'est simple comme une appli

A partir de samedi, plus la peine de se prendre la tête pour trouver le service qui résoudra le problème du moment. Les Toulousains équipés d’un smartphone vont pouvoir grâce à la nouvelle application Allô Toulouse prendre une photo et signaler à la mairie ce qui ne va pas.

 

Uniquement sur des problèmes de voie publique

Jusqu’à présent, seuls les fonctionnaires municipaux avaient une version interne de cette appli. Plutôt que de faire appel à des applications déjà existantes, la mairie a fait le choix de développer la sienne en la rendant ludique et facile d’utilisation pour le grand public. Elle sera disponible en version Android et sur l’Apple Store.

 

>> A lire aussi : Une appli pour signaler les dégradations à la mairie

« Elle a été conçue comme une application de signalement. En quelques clics, on a fait son devoir citoyen », estime Olivier Arsac, adjoint au maire en charge d’Allô Toulouse.

Loin d’être une appli fourre-tout, elle concerne tout ce qui a trait à la voie publique, que ce soit pour les tags, les déjections canines, le dépôt illicite d’objets, la prise de rendez-vous pour les encombrants et les déchets verts, les dégradations diverses ou encore les voitures ventouses. Le signalement est envoyé au service concerné, afin que celui-ci intervienne au plus tôt, après avoir transité par la plateforme d’appels téléphoniques Allô Toulouse, qui fonctionne 24 heures/24.

Cette dernière a vu sa fréquentation grimper ces derniers mois. Elle est passée de 267.437 appels reçus entre octobre 2014 et octobre 2015 à 295.026 appels d’octobre 2015 à aujourd’hui, soit 10 % d’augmentation.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Plus de 1 000 pièces du Concorde vont être vendues aux enchères à Toulouse

Plus de 1 000 pièces du Concorde vont être vendues aux enchères à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le Concorde au cœur d'une vente aux enchères à Toulouse début novembre 2016.

 

Une vente aux enchères de pièces du Concorde et d'objets aéronautiques aura lieu à Toulouse les 3, 4 et 5 novembre. Un événement qui va attirer les collectionneurs.Publié le : 14/09/2016 à 07:16



C’est une vente aux enchères très attendue des collectionneurs… Les 3, 4 et 5 novembre 2016, l’Hôtel des Ventes de Saint-Aubin, près du canal du Midi à Toulouse, organise une vente aux enchères de pièces de Concorde et d’objets de collection aéronautiques.

La dernière vente de ce type, qui s’était déroulée en 2007, avait rencontré un fort succès auprès des fans du mythique supersonique européen.

 

Une maquette dédicacée du premier pilote du Concorde

Plus de 1 000 lots vont ainsi être mis à la vente début novembre. On trouvera entre autres des instruments de bord (anémomètre, machmètre, horizon de vol…), des pièces mécaniques ou des souvenirs de l’époque glorieuse du Concorde tels que des maquettes ou des assiettes.

Il y aura aussi des pièces plus importantes, comme des pièces de structure et des sièges, en passant par une exceptionnelle maquette en bois du supersonique, dédicacée par André Turcat, le tout premier pilote de Concorde disparu en janvier 2016.

Des objets de collection liés à l’aviation et des pièces provenant d’autres avions, non moins prestigieux, seront également mises en vente, comme des sièges d’Airbus A300 (le tout premier Airbus) ou des photos, maquettes, ou même boulons d’Airbus A380…

 

Des lots estimés entre 15 et 10 000 euros

Pour autant, il ne faudra pas forcément être milliardaire pour mettre la main sur l’un de ces petits trésors de l’histoire aéronautique. En effet, les estimations démarrent à 15 euros pour les plus petites pièces (pin’s ou porte-stylo). Il faudra cependant compter jusqu’à 10 000 euros par exemple pour le machmètre.

Entre ces deux extrêmes, tous les prix seront proposés selon qu’il s’agit de photographies, plans et croquis, livres, ou pièces d’avion, structurelles, électroniques ou mécaniques…

Les petits budgets pourront se faire plaisir avec un menu Concorde Air France, illustré par Christian Lacroix ou Raymond Moretti (estimation 50-80 €), ou une assiette dessinée par Andrée Putman (150-300 €), tandis que les plus audacieux pourront acquérir une paire de fauteuils, un pneu ou un lavabo de Concorde. Des pièces rarissimes, propices aux créations les plus diverses à l’heure où le design industriel fait fureur…

 

Des pièces exposées à l’avance

Notez que toutes les pièces mises aux enchères seront préalablement exposées à l’Hôtel des Ventes Saint-Aubin, dans les semaines précédant la vente. Il est également possible de les découvrir dès à présent sur le site internet du commissaire priseur.

 

Les ordres d’achat pourront se faire sur place, par téléphone ou par internet.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

116 personnes verbalisées en deux heures à Toulouse, parce qu'elles buvaient de l'alcool

116 personnes verbalisées en deux heures à Toulouse, parce qu'elles buvaient de l'alcool | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Jeudi 22 septembre 2016, 116 personnes ont été verbalisées place Saint-Pierre et quai de la Daurade, à Toulouse, parce qu'elles étaient en train de consommer de l'alcool. Détails.Publié le : 23/09/2016 à 14:19
 
Une vaste opération de contrôles s'est déroulée jeudi 22 septembre 2016, à Toulouse. (photo d'illustration : Côté Toulouse/Mylène Renoult)

116 personnes verbalisées. C’est le lourd bilan d’une soirée de contrôles en plein centre-ville de Toulouse, jeudi 22 septembre 2016.

Ce soir-là, dès 22 h 30 et jusqu’à minuit, policiers nationaux et municipaux ont en effet participé à une vaste opération de contrôles. En ligne de mire : la consommation d’alcool sur voie publique, interdite par un arrêté municipal datant de fin juin 2015 et prolongé en janvier 2016. Le texte cible notamment les lieux de l’hypercentre identifiés comme problématiques.

Jeudi soir, la place Saint-Pierre et les quais de la Daurade étaient notamment visés par le contrôle. Au-delà des 116 personnes verbalisées, les policiers ont également procédé à trois verbalisations pour « mictions sur la voie publique » (autrement dit, pour avoir uriné sur la voie publique), à une verbalisation pour tapage nocturne, et à un placement en foyer.

 

Des amendes de 38 euros pour les contrevenants

L’arrêté municipal pris en juin 2015 a succédé à un premier arrêté en date de 2011, instauré par l’ancienne municipalité de Pierre Cohen. À l’époque, cet arrêté s’étendait à l’intérieur des boulevards, y compris ceux bordant le canal du Midi. Un périmètre trop étendu qui avait conduit le tribunal administratif à annuler cette première mouture suite à un recours.

L’arrêté anti-alcool ne s’applique pas aux terrasses des établissements titulaires d’une licence de débits de boissons alcoolisées. Tout usager de la voie publique qui contrevient à cette interdiction s’expose à une amende de 38 euros.

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse, un 21 septembre, 10h17

Toulouse, un 21 septembre, 10h17 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

"Tu n'as pas senti le sol trembler ?"

 

 

Nous sommes  trois au bureau de l’AFP à Toulouse, en train de discuter de choses et d'autres, quand Philippe Alfroy, un des journalistes de l'équipe, me pose cette question. Il est 10h17, un vendredi matin. Il passe un coup de fil et me dit: « Il y a eu une explosion, ce serait vers le Palais de justice ».

Je prends aussitôt mon boîtier, enfourche mon scooter et pars. Nous sommes dix jours après le 11 septembre, donc le terrorisme est un peu dans la tête de tout le monde, mais sur le moment je ne pense pas pas forcément ça. Il fait très beau ce 21 septembre à Toulouse, c'est le printemps en septembre. On ne le sait pas encore, mais une explosion dans le complexe chimique AZF a fait au total 31 morts et quelque 2.500 blessés. Une des plus grandes catastrophes industrielles en France.

 

Sur les boulevards, je vois des gens inquiets, hagards. Je traverse la Garonne et j’arrive au Palais de justice. Je constate aussitôt que cela ne peut pas être là: il n'y a pas de bâtiments gravement endommagés, seulement des gens affolés.

Une poussière jaunâtre qui recouvre tout

Je reviens sur mes pas, de l'autre côté du pont. A l'entrée de l'avenue de Muret, je vois des personnes remonter l'artère. Une jeune femme, peut-être dans les 17 ans, marche, le visage plein de sang. Elle a probablement reçu des éclats.

- Vous savez où c'est ? 

- C'est à l'ONIA.

L'ONIA, l'Office national industriel de l'azote, c'est l'ancien nom d'AZF. A Toulouse, jusqu'à l'explosion, tout le monde dit encore l'ONIA. Depuis, on dit AZF. 

A mesure que je remonte l'avenue, une poussière jaunâtre recouvre progressivement le bitume. Des véhicules, parebrises explosés, ont été stoppés net. Je me souviens de cette perspective, le pont de la rocade sous laquelle il faut passer pour aller chez AZF. C'est un paysage lunaire sous un ciel jaune, avec une forte odeur d'ammoniac.

(AFP / Eric Cabanis)

Je me gare là où je peux, le plus près possible, à proximité d'un restaurant dévasté, et je continue à pied. Quelqu'un - je ne sais pas d'où il sort, ni qui il est – me donne un masque, me dit « prenez ça ». Je me le mets autour du cou.

"N'y allez pas monsieur, ça va re-sauter !"

A mesure que je progresse, des gens arrivent face à moi, trois ou quatre bonshommes blessés, certains se tenant la tête.

- N'y allez pas monsieur, ça va continuer, ça va re-sauter !

Mais je continue. Ce qui m'intéresse, c'est d'arriver sur le site, sur les lieux. Je me dis qu'il faut que j'aille jusqu'au bout, pour voir où c'est.

Et je tombe sur le portail de l'usine AZF, qui n'existe plus.

(AFP / Eric Cabanis)

Je le connais, ce portail, je suis passé souvent devant. Après coup, je me souviens de cette superbe image du photographe Jean Dieuzaidequi avait pris dans les années 1950 les ouvriers à la sortie de l'ONIA.

Comme si une bombe avait sauté

Ce jour-là, il n'y a plus rien. C’est un champ de poussière sur des ruines. Quelques silhouettes émergent dans cette usine en lambeaux. Vingt minutes plus tôt, il faut s'imaginer que tout ça c’était une usine avec ses ouvriers, ses bâtiments, ses routes.

L'ONIA date du début du siècle, c'étaient des vieux bâtiments en brique toulousaine, et pour les plus récents, en ferraille. Tout s'est écroulé, comme si une bombe avait sauté. Je ne sais même pas où je marche, et toujours ce nuage jaunâtre qui flotte au-dessus du site. 

(AFP / Eric Cabanis)

Je croise Pierre Nicolas, un journaliste de France 3, qui a été le premier sur place, je pense, avec Thierry Bordas, le photographe de la Dépêche du Midi qui passait sur la rocade ce jour-là, juste au moment où ça a pété. Dix fois, j'essaye d'appeler mes collègues de l'AFP, pour dire où je suis, ce que je vois, mais c'est impossible. Il n'y a plus de réseau, plus de communication.

"Vautours, rapaces"

Je commence à tourner sur le site. Certains ouvriers nous traitaient de « vautours », de « rapaces », nous demandent de partir, une réaction que je comprends face au choc, à leurs collègues blessés ou peut-être morts, à leur outil de travail disparu. Je prends des photos de l'usine en poussière, des sauveteurs, des voitures défoncées, stoppées par la catastrophe sur la route nationale. 

(AFP / Eric Cabanis)

En voyant les premières victimes devant l'usine, j'imaginais trouver des cadavres partout à l'intérieur, un carnage. En réalité, on voit peu les victimes, sans doute ensevelies, recouvertes par les débris.  

(AFP / Eric Cabanis)

Je prends des photos de la dévastation, des ruines, mais il faut aussi montrer qu'il y a des morts dans cette catastrophe. Et ne pas le faire de façon trash, mais en gardant une distance. Par exemple, je me refuse à faire des photos de près, de montrer les visages des corps, cela serait indécent. C'est toujours délicat, la distance à prendre par rapport à ce type d'événements, surtout au regard des victimes.

(AFP / Eric Cabanis)

Bien sûr, on a toujours envie de les aider. Mais au moment de mon arrivée sur les lieux, je pense surtout que je dois témoigner, envoyer des photos au plus vite, parce qu'une catastrophe vient de se produire, et que le monde, les gens, ont besoin de voir ce qui s'est passé. 

(AFP / Eric Cabanis)

Avant AZF, je me suis retrouvé dans des situations bien plus terribles: la catastrophe du stade de Furiani, la guerre à Sarajevo, la Somalie. Mais là, je viens d'être nommé, ça fait un mois que je travaille au bureau et Toulouse, c'est ma ville. Et il me tombe ça. Je suis choqué, comme tous les Toulousains, je suis un peu hagard moi-même. Je pense à ma famille, à mes amis, je m'inquiète pour eux.

Ne plus être "extérieur"

Dans la mesure où cela se passe chez moi, je ne suis plus « extérieur ». Quand on est sur une guerre, un conflit, en Afrique ou ailleurs, on est « extérieur ». On a de l'empathie pour les gens qui souffrent, de l'humanité, forcément, mais malgré tout on sait pourquoi on est là. On a choisi d'y être. Là, je n'ai pas choisi, c'est peut-être la différence.

(AFP / Eric Cabanis)

Rapidement, je veux envoyer mes photos. Je décide de revenir au bureau. Je n’ai pas pris mon ordinateur portable. Et de toutes façons, il n’y a plus de réseau.

Dans les rues, les gens sont dehors, les vitres soufflées, c'est l'affolement, l'inquiétude dans les regards. Les bâtiments qui étaient autour de l'usine ont été touchés, mais aussi les voitures sur la rocade. Des gens dans des cités avoisinantes resteront sans fenêtres pendant des mois et des mois, en plein hiver. 

(AFP / Eric Cabanis)

Au bureau évidemment, c'est la ruche. Tout le monde est revenu, même les gens qui ne travaillaient pas. A ce moment-là, on sait à peu près ce qui s'est passé. Mais au début, il y a eu beaucoup de confusion: on a parlé de deux explosions, que ça avait sauté au Palais de justice, au Monoprix, dans le centre-ville …

Tout le monde a pensé que l'explosion avait eu lieu près de chez lui, parce que ça a résonné dans toute la ville et même à l'extérieur. Le 21 septembre à Toulouse, c'est comme le 11 septembre dans le monde, ou pour les plus anciens, la mort de Kennedy. Chacun, chaque Toulousain, se souvient exactement de ce qu'il faisait et où il était, ce vendredi 21 septembre, à 10h17.

(Cet article a été écrit avec Anne Lec'hvien à Toulouse).

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Métro bloqué. Pourquoi y avait-il autant de monde à la station Jean-Jaurès ce matin ?

Métro bloqué. Pourquoi y avait-il autant de monde à la station Jean-Jaurès ce matin ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
TransportsMétro bloqué. Pourquoi y avait-il autant de monde à la station Jean-Jaurès ce matin ?Grosses difficultés dans le métro toulousain, mardi 20 septembre 2016. Un incident technique sur la ligne A a réduit le nombre de rames en circulation. Explications.Publié le : 20/09/2016 à 09:26
154
partages
FacebookTwitterGoogle +Email
Grosses difficultés à la station de métro Jean-Jaurès, à Toulouse, mardi 20 septembre. (photo : Twitter/Michel Truong)

Vous aussi, vous êtes restés bloqués dans la galerie du métro toulousain, mardi 20 septembre ? Ce matin-là, il a parfois fallu attendre plus de 20 minutes pour pouvoir espérer entrer dans une rame…

En cause, « un incident technique sur la ligne A », rapporte Tisséo, sans pour autant pouvoir donner plus de détails, pour l’instant. Conséquence de cet incident technique, le nombre de rames en circulation, mardi matin, était moins important que prévu et bien que le métro n’ait pas été arrêté, il a néanmoins fallu attendre les rames plus longtemps.

C’est à la station Jean-Jaurès qu’ont été enregistrées les plus grosses difficultés, avec une foule amassée derrière les portiques de sécurité, en attendant de pouvoir atteindre les rames… Les autres stations de la ligne A ont également vu beaucoup de monde rassemblé sur les quais et il fallait parfois attendre plusieurs rames avant de pouvoir prendre le métro.

Manque d’information

Après de grosses difficultés, en pleine heure de pointe, la situation est finalement revenue à la normale aux alentours de 8 h 30, indique finalement Tisséo. Du côté des usagers, on regrette le manque d’informations et un filtrage effectué dans de mauvaises conditions.

Sur le réseau social Twitter, les réactions des usagers ne se sont pas faites attendre.

#Tisseo Les passagers ne peuvent pas entrer dans le métro à#Arènes car "le réseau est saturé ". Bonne chance#SurLaRouteDuTravail !

 

Bon courage à tous ceux qui doivent prendre la ligne A dans le sens Balma>Basso. Toutes les stations sont noires de monde#Toulouse #Tisseo

 

Metro saturé ce matin à Toulouse (ligne A), il se passe quelque chose de spécial ?

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Welcome to Toulouse: The Student Guide

Ajoutée le 5 mai 2015
This video have been made for a school project: Giving tips for a foreign student who will come next year in Toulouse. We are two french students from Toulouse Business School.

The Student Guide:

Accommadation:
Le bon coin
AirB&B
Check student facebook groups (some are leaving Toulouse like you)

Place to eat:
L'entrecôte
L'Athelier du Burger
La Belle Verte
The bakery of Gambetta Street

Pub:
Café Pop
St Pierre
De Danu

Place to chill:
Canal du Midi
St Georges
Prairie des filtres
Jardin Japonais
Capitol (let's try to find your astreologique sign on the place!)

Culture:
Citée de l'Espace
Musée de l’aéronautique
Salle des Illustres
St Sernin

Work:
Bookshop: Ombres Blanches
Library: José Cabanis

Place to go outside of Toulouse:
Stade Toulousain
2 hours from montains and the ocean
Ski: Skirail to Ax les Thermes
Carcassonne

Great websites:
http://www.lepetittou.com/
http://www.boudu-toulouse.com/

Enjoy Toulouse next year!
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« La troisième ligne de métro de Toulouse sera la ligne des entreprises et des salariés »

« La troisième ligne de métro de Toulouse sera la ligne des entreprises et des salariés » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Jacques Archimbaud, président de la commission particulière du débat public.
 
Cette semaine le premier débat sur la troisième ligne de métro à Toulouse marque le début d’une longue série d’événements jusqu’au 17 décembre. Jacques Archimbaud, président de la commission du débat public, aborde avec ToulÉco les enjeux des discussions liées notamment au tissu (...)
 
 

Comment les entreprises toulousaines vont-elles êtres consultées dans le cadre du débat public ?
La logique est que cette troisième ligne est la ligne des entreprises. Après les lignes A et B dédiées à relier le centre-ville de Toulouse à la périphérie, ainsi qu’aux différents équipements et services publics, ce projet est plus axé sur les besoins domicile-travail. Il y a deux types de dispositifs : le premier concerne les entreprises dépendantes de la CCI mais aussi les artisans et les métiers du ressort de la Chambre des métiers. On recueille les avis des artisans, des DRH et des chefs d’entreprises en fonction des habitude de leurs salariés et des PDE (Plans de déplacement d’entreprises, NLDR).

Ce qu’il ressort des premières réponses est que cette troisième ligne est nécessaire pour éradiquer les bouchons. Enfin le second dispositif va consister à aller au devant des salariés, des comités d’entreprises et des syndicats directement dans les sociétés. Sept seront ciblées (Airbus, Oncopôle, Thalès, Orange, etc.). On a également prévu de rencontrer les dirigeants du TFC, du Stade Toulousain et leurs supporters afin d’évoquer les habitudes de déplacements. Nous sommes très observés car c’est la première fois en France qu’un débat public est aussi ciblé et segmenté.

 

Que pensez-vous de l’initiative de l’aéroport Toulouse-Blagnac qui a lancé un site Web en faveur du prolongement de la troisième ligne vers la plate-forme aéroportuaire ?
C’est une méthode de lobbying dont on comprend les enjeux. Tant qu’à faire une troisième ligne de métro, autant desservir l’aéroport, mais la vraie question est qui paye ? L’usager ? Le contribuable ? L’actionnaire principal ? C’est un moment de « tir à la corde ». Nous connaissons le même enjeu sur les communes de Labège et de Colomiers qui ne veulent pas payer davantage : cela fait partie du jeu. L’avantage est que les choses sont transparentes. Le débat public est un moment de trêve où chacun expose ses arguments, cela ne doit pas être la foire d’empoigne.

 

La troisième ligne relie deux pôles économiques de l’agglomération toulousaine (Labège Innopole et Airbus). Cela veut-il dire que les arguments des entreprises seront davantage pris en compte ?
La parole des entreprises et des salariés sera davantage prise en compte, ça sera même une priorité. Mais en même temps cette ligne de métro concerne aussi les autres usagers : le supporter, celui qui va au théâtre… Cela doit donc s’articuler avec les autres usagers.

 

Au cours des prochaines semaines, quelles sont les questions que vous attendez de la part du monde économique ?
Est ce que cette ligne est la bonne réponse au problème posé ? Est ce que ce métro va développer l’attractivité économique ? Va-t-il remédier à l’étalement urbain ? Car Toulouse a une grande capacité d’attractivité, avec une certaine qualité de vie. Mais aujourd’hui elle est remise en cause car il y a trop de bouchons. A cela s’ajoute deux éléments : le coût de l’équipement. Pour le même prix aurait-on eu la même chose ?
La seconde concerne les délais : que fait-on d’ici 2024 en terme de transports ?

 

Cette semaine a eu lieu le premier débat. Quel bilan en tirez-vous ?
Tout d’abord, les questions qui ont été posées sont celles que nous avions prévues, ce qui signifie que nous sommes dans le vrai et que nous avions vu juste lors des réunions de préparation. La deuxième leçon est que le débat est légitime, et que les dés ne sont pas pipés : même chez les sceptiques, nous avons un gros crédi. Les différentes organisations étudiantes ont pu exposer leurs griefs par rapport à la suppression du tarif étudiant, les écologistes ont mis en avant la place du vélo. Au total nous attendons 10.000 contributions, même si on sait qu’au final, nous toucherons beaucoup plus de monde.


Propos recueillis par Philippe Font

 

 

Jacques Le Bris's insight:

P.S. :
D’ici le 17 décembre, pas moins de soixante-dix réunions publiques, rencontres avec des experts, des ateliers ou des débats sur la troisième ligne de métro seront organisés.


Le 5 octobre de 18h30 à 20h30, la CCI rassemblera des représentants de PME/PMI pour connaître leurs attentes par rapport au projet. Les conclusions du président de la commission seront rendues lors du premier trimestre 2017, le porteur du projet SMTC-Tisséo a ensuite trois mois pour prendre en compte ou non ces observations dans le futur projet.

 

 

 

 

Om me glisse dans l'oreillette :

 

Participez au débat sur https://metroligne3toulouse.debatpublic.fr/  

 

rubrique "Exprimez-vous"

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. Le projet Saint-Sernin, un argument supplémentaire pour décrocher le label Unesco

Toulouse. Le projet Saint-Sernin, un argument supplémentaire pour décrocher le label Unesco | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le projet de grand parvis de la basilique Saint-Sernin.

 

La mairie de Toulouse a présenté ce mardi 13 septembre le projet Grand Saint-Sernin. Le chantier de revalorisation de ce site majeur de la ville démarrera en janvier 2017 et doit lui donner un argument supplémentaire pour sa candidature au classement par l’Unesco.

 

Après la place Saint-Pierre, la Daurade ou encore la rue des Lois, c’est un autre grand chantier d’aménagement du centre-ville de Toulouse qui commencera début 2017. Dessiné par l’architecte-urbaniste catalan Joan Busquets dont la mission a été élargie à ce site majeur du patrimoine toulousain, le projet Grand Saint-Sernin a reçu en mai dernier l’avis favorable du ministère de la Culture.

La phase de concertation qui démarre ce mardi 13 septembre, va permettre aux riverains, commerçants et Toulousains en général de donner leur avis et leur contribution en ligne, sur un site dédié, jusqu’au 15 octobre. Le permis d’aménagement devrait intervenir en novembre et le début des chantiers concessionnaires en janvier 2017 pour un démarrage au mois d’août, des travaux d’aménagement proprement dits de la place, qui courront jusqu’en septembre 2019.

 

Une centaines d’arbres plantés

Ce projet de requalification autour de la basilique Saint-Sernin, qui accueille chaque année quelque 300.000 visiteurs, vise à revaloriser ce quartier historique dont une grande partie de l’espace est aujourd’hui occupée par un parking destiné à disparaître. Végétalisée avec la plantation d’un centaine d’arbres, la place repensée s’organisera avec, au nord de l’édifice roman, un périmètre engazonné sur l’emplacement de l’ancien cloître.

Il sera bordé par un espace arboré, relevé de 40 cm, à l’endroit où s’élevait autrefois le logis abbatial. Un jardin public sera créé au chevet de la basilique et à l’opposé, côté musée Saint-Raymond, le parvis de la basilique, pavé et agrémenté d’une fontaine, contribuera à faire de cette place un lieu « apaisé », épargné par le trafic automobile de transit. Le chantier, qui durera deux ans et demi, sera aussi l’occasion pour la ville de restaurer le massif occidental, caché depuis 2008 par un filet pour prévenir la chute de pierre, les peintures du transept nord et d’assainir la crypte. Il prévoit également l’installation d’un « musée de l’oeuvre » à proximité de la basilique, destiné à présenter l’histoire de l’édifice.

 

Déjà deux classements

Pour la Ville qui va consacrer au total 15 millions d’euros à ce projet, l’enjeu est double. « Le Grand Saint-Sernin s’inscrit dans un double rendez-vous, celui de l’embellissement et de l’attractivité de Toulouse et celui de la candidature au classement au patrimoine mondial dont la thématique sera présentée à la fin de l’année », a annoncé le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc.

 

http://www.touleco.fr/local/cache-vignettes/L470xH288/image-27-14490.jpg

 

L’architecte Joan Busquets et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc lors de la présentation du projet Saint-Sernin.

 

Une chose est acquise, elle sera en cohérence avec les classements Unesco dont bénéficie le canal du Midi depuis 1996 et les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est au titre de ces voies de pèlerinage que l’Hôtel-Dieu et Saint-Sernin figurent déjà sur les listes du patrimoine mondial depuis 1998. La mise en valeur de l’édifice pourrait donc être l’un des arguments de choc dans le dossier toulousain.

 

Johanna Decorse

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Star Wars à l'honneur, bal populaire et pauses gourmandes : que faire à Toulouse, ce week-end ?

Star Wars à l'honneur, bal populaire et pauses gourmandes : que faire à Toulouse, ce week-end ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Championnats de France de Star Wars, spectacles, concerts et bal aux Argoulets, virées à la plage et nouvelles adresses : voici nos idées de sorties à Toulouse pour le week-end.

 

Bonjour à tous et bon week-end ! Il va faire beau à Toulouse pour le dernier week-end d’août. Au programme, beaucoup de soleil et jusqu’à 35°C samedi puis quelques nuages à l’horizon, dimanche.

> Les prévisions météo du week-end à Toulouse <

 

Si vous restez dans la Ville rose ou dans les environs ce week-end, voici toutes nos idées de sorties pour en profiter un maximum avant la rentrée (cliquez sur les liens orange pour plus de détails sur chaque événement).

 

Star Wars à Labège et des fêtes de quartier à ne pas manquer

LES CHAMPIONNATS DE FRANCE STAR WARS DÉBARQUENT À LABÈGE CE WEEK-END
Samedi 27 et dimanche 28 août 2016 a lieu la deuxième édition des championnats de France Star Wars. C’est à Labège, près de Toulouse que cela se passe et c’est ouvert à tous les amoureux de la saga.

CINÉMA, CONCERTS, THÉÂTRE ET BAL POPULAIRE DANS LA ZONE VERTE DES ARGOULETS, CE WEEK-END
L’Agit au Vert des Ogres investit du 26 au 28 août 2016 la zone verte des Argoulets, près du Lido. Cinéma et théâtre sur le thème de l’ogritude sont à découvrir sous son chapiteau.

 

C’EST LE TOP DÉPART POUR LA TRADITIONNELLE FÊTE DES FLEURS À BAGNÈRES-DE-LUCHON !
La fête des fleurs a lieu du 25 au 28 août à Bagnères-de-Luchon. Au programme : quatre jours de fête clôturés le dimanche par le traditionnel défilé des chars fleuris.

 

[SORTIES] CADOURS FÊTE SON AIL VIOLET AOC, LES 27 ET 28 AOÛT !
La traditionnelle fête de l’ail de Cadours se déroule samedi 27 et dimanche 28 août 2016. L’occasion d’un bon bol d’air et de célébrer la récente obtention du label AOC.

 

Animations, spectacles, concerts… c’est la Fête du cassoulet à Castelnaudary !
Jusqu’au dimanche 28 août 2016, la Fête du cassoulet va faire vibrer Castelnaudary. 60 000 personnes sont attendues pour cette 17e édition qui se déroulera sous haute surveillance.

Des sorties 100% sportives

DELTAPLANE, CANI-KART… SEPT IDÉES DE SORTIES INSOLITES PRÈS DE TOULOUSE POUR LE WEEK-END
En panne d’idées de sorties pour le week-end ? Festival, activités, baignades… On vous propose sept activités insolites à découvrir, au choix, autour de Toulouse.

 

ON A TESTÉ POUR VOUS… LA DESCENTE DE L’ARIÈGE EN CANOË KAYAK
Descendre la rivière Ariège en canoë kayak, c’est possible au départ de la base de loisirs La Belle Verte, à 40 minutes de Toulouse. On s’est jeté à l’eau pour vous. Bilan.

 

VTT, ACCROBRANCHE, RAFTING… DES PACKS LOISIRS POUR PARTIR À L’AVENTURE PRÈS DE TOULOUSE
Faire le plein d’aventures sans partir très loin de Toulouse, c’est ce que proposent les Packs Loisirs cet été. Au programme : rafting, canöe, VTT… et découverte du patrimoine.

 

Virées à la plage (ou presque)

NOS IDÉES POUR PARTIR À LA PLAGE DEPUIS TOULOUSE, À LA JOURNÉE OU EN WEEK-END
Que ce soit pour une seule journée ou le temps d’un week-end, la plage n’est qu’à quelques encablures de Toulouse. Petit débrief sur les spots les plus proches de la Ville rose.

 

ON A TESTÉ POUR VOUS LE « TRAIN DES PLAGES » AU DÉPART DE TOULOUSE
Rallier les plages méditerranéennes depuis Toulouse ? C’est possible avec le « Train des plages », au départ de Toulouse-Matabiau. On a testé pour vous le TER, direction la plage.

 

C’EST LE DERNIER WEEK-END POUR TESTER LA BAIGNADE AU LAC DE LA RAMÉE
Le lac de la Ramée, à l’ouest de Toulouse, est autorisé à la baignade depuis le 2 juillet 2016. Vous pouvez découvrir cet endroit jusqu’au dimanche 28 août. De notre côté, on a testé et dressé les points forts et les points faibles de ce nouveau spot de baignade.

 

Pauses gourmandes et nouvelles adresses à découvrir

OÙ MANGER UNE GLACE À TOULOUSE ? NOS ADRESSES POUR UNE PAUSE GOURMANDE CET ÉTÉ
Pendant la période estivale, rien de mieux qu’une bonne glace pour combattre la chaleur ! On vous donne quelques bonnes adresses toulousaines…

 

L’ÉPHÉMÈRE GUINGUETTE DE RETOUR À LACROIX-FALGARDE !
L’Éphémère Guinguette en bord de Garonne ressort ses grandes tablées et sa piste de danse pour de nouvelles animations du 19 août au 3 septembre. Au menu, concerts et petits plats.

 

NOUVEAU. BISTRO RÉGENT OUVRE DEUX RESTAURANTS À TOULOUSE ET MURET !
Deux restaurants Bistro Régent franchisés ouvrent dans l’agglomération toulousaine. Le premier a ouvert vendredi, à Muret. Pourquoi ne pas le testé ?

 

RAVIGOTE, LA TABLE D’HÔTE QUI VOUS RÉGALE DANS LE QUARTIER SAINT-AGNE
Peu répandu à Toulouse, le concept de table d’hôte fait néanmoins des émules dans la Ville rose. Quartier Saint-Agne, Ravigote en est un bel exemple. On vous présente ce lieu.

 

NOUVEAU. LA COCOTTE, RESTAURANT « RUSTIQUE CHIC », S’INSTALLE AUX CARMES À TOULOUSE
Manger des produits frais dans un restaurant à l’ambiance « nature », c’est ce que propose La Cocotte, qui s’installe dans le quartier des Carmes, à Toulouse, à partir du 25 août.

 

NOS ADRESSES POUR BIEN « BRUNCHER » LE WEEK-END À TOULOUSE
Phénomène de mode ou pas, la folie du brunch s’est emparé de la Ville rose. Nos bons plans et la carte de tous les lieux proposant ce petit-déjeuner tardif et copieux.

 

Expos et nocturnes

AU SQUARE DE-GAULLE, UNE EXPOSITION DÉVOILE LES « 12 VISAGES » DU CANAL DU MIDI
Jusqu’au 18 septembre, le canal du Midi est l’objet d’une exposition photo sur le square Charles-de-Gaulle. Pour ses 350 ans, l’édifice dévoile ses « 12 visages » aux Toulousains.

 

CROISIÈRES, SPECTACLES, MUSÉES… TOUT L’ÉTÉ, TOULOUSE SE DÉCOUVRE AUSSI LA NUIT
Son et lumière, balades sur la Garonne, nocturnes dans les musées… Tout l’été, Toulouse se vit et se découvre aussi de nuit. Voici nos idées de nocturnes.

 

CET ÉTÉ, TOULOUSE SE DÉVOILE AVEC UN SON ET LUMIÈRE SUR LES FAÇADES DE L’HÔTEL D’ASSÉZAT
Jusqu’au 17  septembre 2016, chaque soir, deux projections d’un son et lumière inédit vous permettent de voyager dans l’histoire de Toulouse et de redécouvrir l’hôtel d’Assézat.

 

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Séisme en Italie. Proche des Pyrénées, Toulouse est-elle exposée au risque sismique ?

Séisme en Italie. Proche des Pyrénées, Toulouse est-elle exposée au risque sismique ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un séisme de magnitude 6,2 a frappé tôt mercredi 24 août le centre de l'Italie. Le sismologue Matthieu Sylvander revient sur le risque sismique à Toulouse et dans les Pyrénées.

 

Un séisme de magnitude 6,2 a frappé, mercredi 24 août 2016, le centre de l’Italie, à environ 150 kilomètres de Rome. On ignore encore le nombre de victimes (au moins 38 d’après un bilan provisoire à la mi-journée) mais des dizaines de bâtiments ont été détruits laissant supposer un lourd bilan parmi les habitants de cette région d’Ombrie.

Le sismologue Matthieu Sylvander, membre du réseau de surveillance sismique des Pyrénées, revient sur le risque sismique à Toulouse et dans les Pyrénées. Interview.

Côté Toulouse : Toulouse, à proximité immédiate des Pyrénées, est-elle menacée par un risque sismique ?

Matthieu Sylvander : Le risque sismique est quasi nul à Toulouse. Avec le bassin parisien, c’est même l’une des régions les plus stables de l’Hexagone lorsque l’on observe une cartographie des tremblements de terre. Toulouse fait partie de la zone blanche du bassin aquitain. De mémoire, nous n’avons jamais enregistré de dégâts sur Toulouse. Cependant, un séisme comme celui de l’Italie serait probablement largement ressenti, à l’image des habitants de Rome mercredi 24 août.

La sismicité se concentre sur les Pyrénées et la région de Lacq (Pyrénées-Atlantiques) qui est liée au gisement de gaz. Ce gisement peut occasionner des tremblements de terre en raison de l’activité humaine.

 

http://actu.cotetoulouse.fr/files/2016/08/2016.08.24_VIEF-630x0.png

Enregistrement du séisme d'Italie par la station de Viey, Hautes-Pyrénées.

 

Côté Toulouse : Que dire des villes au pied des Pyrénées ?

Matthieu Sylvander : Plusieurs tremblements de terre ont eu lieu dans le passé. La possibilité qu’un séisme tel que celui de l’Italie se produise un jour dans les Pyrénées est bien réelle. En 1660, un séisme de magnitude comparable avait été constaté du côté de Lourdes entraînant la mort d’une trentaine de personnes. En 1428, de l’autre côté des Pyrénées, en Catalogne, un séisme de magnitude entre 6,5 et 7 s’était également produit.

Les régions de Bigorre et le Béarn sont les plus exposées au risque sismique. Des dégâts importants pourraient être constatés. Je pense bien sûr au village d’Arette (Pyrénées-Atlantique) et au séisme de 1967. Le village avait connu de graves dégâts ainsi que la mort d’un habitant.

 

Côté Toulouse : Quels sont les régions de France les plus menacées ?

Matthieu Sylvander : Un zonage sismique a été réalisé en France. Le risque est présent de la chaîne des Pyrénées à la plaine du Rhin, en passant par les Alpes. À moindre échelle, le Massif central, le Massif armoricain et les Ardennes sont également concernés.

 

http://actu.cotetoulouse.fr/files/2016/08/Capture-decran-2016-08-24-a-11.48.16-630x0.png
La carte du zonage sismique de la France
 

Côté Toulouse : Quelles sont vos missions en tant que sismologue au sein de l’Observatoire Midi-Pyrénées ?

Matthieu Sylvander : Je participe à la construction de carte de sismicité pour la surveillance et l’étude du risque sismique. Notre équipe s’attache également à mieux comprendre ces séismes pyrénéens, dont le fonctionnement est assez mystérieux.

La collision entre l’Afrique et l’Eurasie à l’origine de la construction des Pyrénées est au point mort et ne fournit donc pas de mécanisme satisfaisant. Aujourd’hui, les hypothèses penchent plutôt vers un réajustement des contraintes à l’échelle de la chaîne, où l’érosion pourrait jouer un rôle prépondérant.

 

Hugues-Olivier Dumez

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse et la Franc-maçonnerie : radiographie d'une tradition chevillée à la Ville rose

Toulouse et la Franc-maçonnerie : radiographie d'une tradition chevillée à la Ville rose | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Au moins 4 000 Toulousains sont Francs-maçons et pratiquent dans plus de 80 loges. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Quels sont leurs secrets ? Radiographie.

 

Formant une société ouverte à peu de membres et s’enfermant à double tour dans la discrétion, la Franc-maçonnerie constitue une nébuleuse peu connue.

Cette famille spirituelle parmi d’autres n’en reste pas moins bien ancrée dans notre société en raison d’une histoire vieille de trois siècles, l’inscrivant au patrimoine national, et des valeurs qu’elle a porté et continue de cultiver, à l’instar de la laïcité, de la tolérance et de l’humanisme.

À Toulouse, elle est une réalité forte. La Ville rose est en quelque sorte une capitale de la Franc-maçonnerie, annonce l’historien Paul Pistre, auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la franc-maçonnerie à Toulouse.

« Depuis la fondation de la première loge, La Française des Arts en 1745, la présence de la Franc-maçonnerie est restée continue tandis qu’ailleurs elle a souvent été interrompue, notamment au moment de la Révolution française », abonde l’historien.

 

De fortes connections avec l’Espagne

Sous la IIIe République, Toulouse ne compta presque aucun maire qui ne soit pas passé sous le bandeau. Ils s’appelaient Jules Julien, Honoré Serres ou Albert Bedouce… D’autres personnages dont la postérité a retenu le nom ont été initiés, à l’instar de l’antifasciste italien Silvio Trentin, libraire à Toulouse après avoir fui le régime de Mussolini.

D’autres exilés ont joué un rôle certain dans la Franc-maçonnerie toulousaine : les républicains espagnols qui ont participé à la renaissance des loges de la Ville rose après l’occupation allemande. «  Grâce aux liens tissés à cette époque, le Grand Orient de France (GODF) a ensuite aidé à relever la franc-maçonnerie espagnole après l’ère franquiste. La province de Toulouse du GODF patronne aujourd’hui 11 loges en Espagne », révèle Paul Pistre.

 

Un fort développement depuis 1945

Au XXe siècle, la confrérie toulousaine a globalement connu une importante progression en terme d’effectif. Toulouse comptait moins de 10 loges en 1939. L’agglomération en héberge aujourd’hui plus de 80. 4 000 initiés s’y côtoient.

Qui sont-ils ? Les loges accueillent tous les profils depuis l’homme public jusqu’à l’individu seulement connu du fichier de la sécurité sociale. « On est tous différents, c’est une formidable richesse », devise un frère du GODF.

Que font-ils ? Entourés d’un cérémonial désuet et d’un symbolisme prégnant, ils polissent leur pierre et l’apportent à l’édifice. «Ils construisent leur temple intérieur considérant que leur personne est toujours perfectible et ils construisent le temple extérieur voulant humaniser au maximum la société », décode Paul Pistre.

La Franc-maçonnerie est une école de réflexion approfondie sur l’homme, de son passage à la nature qu’il reçoit par son corps à la culture que lui propose la société. Elle propose une philosophie humaniste, un approfondissement de soi, pour et avec les autres, la connaissance de soi et le travail sur soi-même passant par la reconnaissance de l’autre. Sans l’autre, je ne suis rien. Chaque loge est une petite humanité qui chemine ensemble. Nous ne détenons aucune vérité, nous cherchons ensemble. C’est un pari au fond, abonde un Franc-maçon initié au Droit Humain.

Les grands sujets de société s’invitent au temple et font l’objet d’exposés, les fameuses « planches », dont les conclusions ont pu parfois résonner jusqu’en très haut lieu. Les loges seraient-elles l’antichambre du pouvoir politique ? « Sous la IIIe République, il y avait effectivement des lobbies comme la défense de la laïcité. Aujourd’hui, les Francs-maçons sont moins politisés. Ils cherchent à donner du sens à leur vie », assure Paul Pistre.

 

Le fameux Grand Orient n’est plus majoritaire…

La pratique diffère selon les rites et selon les obédiences. Sept obédiences sont représentées à Toulouse. Le Grand Orient de France, plus penché sur les sujets d’actualité que les autres, compte 23 loges dans l’agglomération toulousaine dont 14 à Toulouse et 6 à Pechbonnieu. À Toulouse, les tenues maçonniques se tiennent au plus vieux temple de la ville, sis au 5 de la rue de l’Orient.

Longtemps majoritaire, cette obédience est aujourd’hui dépassée par la Grande Loge nationale de France (GLNF), imposant à ses membres de croire en Dieu et dont les 34 loges toulousaines se partagent le temple du 33 de la rue Gabriel-Péri.

Viennent ensuite la Grande Loge de France (GLF) comptant 9 loges, le Droit Humain, obédience mixte et la Grande loge régulière de France, récemment créée, patronnant 6 loges chacune. La Grande loge féminine de France, exclusivement réservée à ces dames, et l’obédience Memphis ferment la marche avec quelques loges.

 

Des symboliques maçonniques en ville

Au-delà des temples de l’agglomération affichant une certaine neutralité vu de l’extérieur, c’est probablement à l’hôtel du Département, siège du Conseil départemental boulevard de la Marquette que s’arbore, à Toulouse, le symbole maçonnique le plus connu.

Ce sont les deux piliers encadrant l’entrée qui doivent retenir l’attention. Ils rappellent les deux colonnes du temple de Salomon. « Il dressa les colonnes sur le devant du Temple, l’une à droite, l’autre à gauche : il nomma celle de droite Jakin, et celle de gauche Boaz… (Les Chroniques, II – 3 – 17) ». Présentes dans tous les temples maçonniques, ces colonnes sont le premier symbole que découvre le nouvel initié à sa sortie du cabinet de réflexion. Elles représentent la construction du temple intérieur et moral.

À Blagnac, c’est un rond-point dit de la Révolution qui présente des signes maçonniques et interpelle les amateurs d’ésotérisme. Cet ouvrage présente une grande pyramide et une plaque censée représenter les tables de la Loi reçues par Moïse. Cette plaque se trouve scindée en 11 tablettes de bronze. Pour certains, une douzième tablette existait et aurait disparu suite à une dégradation. Pour d’autres, il n’y a toujours eu que 11 tablettes.

11, un chiffre chargé de symboles pour les francs-maçons dixit, notamment, le philosophe Pierre Dortiguier qui l’interprète à partir du fameux rond-point blagnacais… Pour lui cette représentation du chiffre 11 est, dans l’esprit maçonnique, une mobilisation des « initiés », une sorte de mobilisation révolutionnaire pour lutter contre la loi établie.

 

La rédaction

 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le pont Saint-Michel : retour sur 170 ans d’histoire à Toulouse

Le pont Saint-Michel : retour sur 170 ans d’histoire à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Retour sur l’histoire du pont Saint-Michel, inauguré une première fois en 1844 avant d’être reconstruit en 1890, puis en 1961 et d’être traversé par la ligne T1 du tramway en 2013.
more...
No comment yet.