Toulouse La Ville...
Follow
Find
56.1K views | +5 today
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron

Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le peintre aveyronnais Bernard Cadène a réalisé l'affiche de la 81ème édition de la Foire internationale de Toulouse, qui se tiendra du 06 au 15 avril prochain.

 

En deux essais. Seulement. Comme toutes ses autres œuvres, Bernard Cadène a créé l'affiche de la Foire internationale dans son lit. Lorsque les organisateurs ont contacté l'artiste de 70 ans, en lui demandant de réaliser une affiche moderne, ça l'a d'abord beaucoup amusé. Et il s'est mis au travail.
Il nous en parle en avant-première.

 

more...
Philippe Trebaul's curator insight, February 19, 2013 4:45 AM
Foire internationale de Toulouse: une affiche faite en Aveyron.

Le peintre aveyronnais Bernard Cadène une affiche Réalisé l'édition de la 81ème Foire internationale de la de Toulouse, Qui se tiendra du 06 au 15 avril Prochain.

 

En Deux essais. SEULEMENT. Comme TOUTES SES other d'oeuvres, Bernard Cadène un Cri l'affiche de la Foire internationale DANS fils allumé.When les organisateurs have contacte l'artiste de 70 ans, en Lui très demandé de juin Réaliser affiche moderne, ça l'a beaucoup amusé d'Abord.Et il S'est mis au travail. 
BNO Il en parle en avant-première.


Foire internationale de Toulouse : une affiche made in Aveyron via @JMFLB http://sco.lt/...


Bob TSUC's comment, February 19, 2013 4:48 AM
Faire appel à un vieux libidineux pour faire la promotion de la Foire Internationale de Toulouse et cela devient vite une partie de fesse à fesse...
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ma belle Toulouse.....

Ma belle Toulouse..... | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Charming French windows, ornate street lamps, medieval red brick buildings – unmistakably Toulouse!




La ville rose (or ‘the pink city’ as it is called) is located on the banks of the Garonne river. The lifeline of Toulouse, this river springs from a source in the Pyrenees, flows right through the city and ultimately, joins the Atlantic Ocean.

The La Grave hospital complex (built in the 1600s) on the banks of the Garonne river

A key landmark of Toulouse is the Canal du Midi (a UNESCO World heritage site) which connects Toulouse to the Mediterranean Sea. This 240km long canal built in the 17th century, facilitated trade between the Atlantic and the Mediterranean. Today, the Canal du Midi is a popular waterway for cruises and sightseeing.

The tree-lined banks of the Canal du Midi

Toulouse is a city with character and soul. The poetry in the air is palpable. Here, ancient cathedrals co-exist harmoniously with the headquarters of the European aerospace industry.

The Basilica of St. Sernin, a UNESCO World Heritage site – a key stop on the Way of St. James (Santiago de Compostela), built from the 11th to the 14th century

Retired Air France Concorde F-BVFC on display at the Toulouse-Blagnac airport

A full scale model of the Ariane 5 rocket at the Cite de l’espace (City of Space) theme park

Toulouse’s recorded history goes way back to 2BC. Its magnificent churches are silent witnesses to all that has transpired over the ages.

St. Etienne’s Cathedral, built from the 13th to the 17th century

The stunning ‘palm tree’ architecture of the Jacobins Convent (built in the 13th/14th century)

Modern day Toulousians are a friendly bunch, enjoying a relaxed pace of life. Their favorite food includes gourmet specialties like the Toulouse cassoulet, Margret de canard and duck confit along with some of the finest local wines.

Margret de canard (duck breast)

No discussion about Toulouse is complete without a mention of its colorful markets.

The clothing & accessories market at the Place du Capitole square

Fresh produce market near Place St. Georges

The highlight of our time in Toulouse was spotting this rainbow crowning the 16th century Capitole building.


(Rainbow spotting has now become a regular feature with us. Remember the double rainbow in Seychelles?)

The south of France has inspired so many legendary painters (including Cezanne, Van Gogh, Renoir, Matisse and more recently, Picasso). After my visit to Toulouse and the surrounding countryside, I finally understood why!


Adieu ma chère Toulouse! À bientôt!


Must buy: The soaps, perfumes, bonbons and other confectionaries made with touches of the violet flower. The delicate violet is the official flower of Toulouse.

Jacques Le Bris's insight:

From Travel Junkie by Anne Pinto

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse prend la clef des champs...

Toulouse prend la clef des champs... | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Dimanche 5 octobre, vous êtes invités à prendre la Clef des champs dans les allées du Jardin des plantes. Cette journée est organisée autour du thème : le jardinage à la portée de tous. Ateliers, exposition, marché de producteurs sont annoncés. Toutes les activités proposées sont en libre accès  !

 

Le rendez-vous annuel "Toulouse prend la clef des champs" a pour objectif de valoriser la nature en Ville. Cette édition 2014 décline le jardinage à la portée de tous et propose aux petits et grands de nombreux ateliers dans les allées du jardin des Plantes.
Au programme :  animations, informations, ateliers créatifs proposés par les services des Jardins et Espaces Verts de la Ville de Toulouse et par de nombreuses associations impliquées dans la valorisation de la nature en ville.

Les services des Jardins et Espaces Verts vous proposent

- Travail d'un potager
- Techniques de jardinage
- Exposition photos sur le fleurissement 2014 sur le thème du jardin potager
- Vieux outils, pressoir (jus de raisin)
- Ateliers enfants (rempotage de salades, création de sachets de lavande, fabrication d'animaux à base de légumes)
- Jeu de piste pour tous et jeux anciens.

Animations organisées par les associations

- Pédagogie et sensibilisation à l'environnement, gestion du sol, conseils en jardinage, compostage
- Jardins partagés, jardins familiaux, balcons fleuris
- Art et jardinage
- Faune et flore, fleurs sauvages rares en ville
- Légumes du monde entier
- Jeu des sens, dessins, jeu de l'oie, contes autour du jardin.

Marché de producteurs 

- 12 variétés de pommes à découvrir et à déguster
- Ail, oignon, échalotes, lentilles, courges, châtaignes, miel..
- Plantes aromatiques, plantes vivaces rustiques, grimpantes, arbustes, rosiers.


Jacques Le Bris's insight:

Dimanche 5 octobre 2014
de 11h à 19h
Accès libre
Jardin des Plantes

Entrée par les allées Jules Guesde ou allée Frédéric Mistral

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sénatoriales, la droite l'emporte face à une gauche désunie. Enseignements et réactions au scrutin d'hier

Sénatoriales, la droite l'emporte face à une gauche désunie. Enseignements et réactions au scrutin d'hier | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


La droite a repris la majorité au sénat. En Haute-Garonne, l'UMP et l'UDI ont remporté trois sièges sur les cinq en jeu. Un score historique dans le département.


 

La droite a repris la majorité au sénat. En Haute-Garonne, l'UMP et l'UDI ont remporté trois sièges sur les cinq en jeu. Un score historique dans le département. Le socialiste Claude Raynal estime que "la réforme territoriale doit être profondément remise en cause". Au niveau régional, le scrutin est marqué par la défaite de Jean-Michel Baylet dans le Tarn-et-Garonne et l'élection de Franck Montaugé dans le Gers et de Philippe Bonnecarrère et de Thierry Carcenac dans le Tarn.

"Une belle claque !" Françoise Laborde, sénatrice PRG de Haute Garonne réélue ce dimanche, le reconnaît : les résultats de la liste PS-PRG sont "décevants". Celle-ci a recueilli 39,82 % des voix, contre 42,66 % pour la liste UMP-UDI-Modem.

"Nous étions quatre élus de gauche sur cinq dans le département. Nous ne sommes plus que deux, déplore-t-elle. Il nous manque 80 voix. La désunion de la gauche nous a fait perdre en Haute-Garonne." Les listes EELV et Front de gauche ont respectivement recueilli 6,59 % et 6,41 % des voix des grands électeurs.

Au-delà de la désunion de la gauche, les bons scores de la droite aux municipales expliquent le résultat de dimanche. "C'est mathématique, explique la sénatrice PRG. Rien qu'à Toulouse, cela faisait 480 électeurs pour la droite."

Autre explication : le mécontentement lié à la politique du gouvernement. "Il y a trop de choses qui créent un ras-le-bol. Les citoyens et les grands électeurs attendent des mesures sur l'économie et l'emploi plutôt que des réformes sociales et territoriales", estime Françoise Laborde, qui ironise au sujet de la réforme territoriale. "On a beaucoup réfléchi à haute voix ces derniers mois. La communication était brillante. Pourtant, entre la proposition de loi sur la clarification des compétences du département et l'avancée sur les départements ruraux, la réforme avance. Alain Chatillon a beaucoup travaillé cette question pendant la campagne alors qu'il a lui-même voté la loi sur les conseillers territoriaux il y a quelques années." Celle-ci prévoyait déjà de supprimer les départements.

Seule élue PRG de Midi-Pyrénées, Françoise Laborde se réjouit tout de même de sa réélection : "Je repars pour six ans avec passion et conviction. Je vais porter les couleurs de mon parti et je ne m'interdirai pas de dire ce que je pense." La sénatrice se montre moins loquace concernant Jean-Michel Baylet, son président, battu dans le Tarn-et-Garonne, à l'issue du second tour du scrutin. Un résultat qu'elle se refuse à commenter.

Même silence au siège du Parti radical de gauche où "aucune déclaration n'est faite pour l'instant" ou encore dans le quotidien régional (propriété de Jean-Michel Baylet), qui n'évoque pas directement la défaite et écrit : "la coalition 'anti-Baylet' a permis l'élection des opposants de toujours".

De son côté, unique socialiste élu au sénat en Haute-Garonne, Claude Raynal voit dans la défaite de Jean-Michel Baylet  "un coup dur pour le PRG sur le plan national". "Que le président de ce parti ne soit plus élu membre d'une assemblée parlementaire, c'est un affaiblissement, une complication. Ce n'est pas bon pour nous dans la mesure où nous avons une alliance avec le PRG."

Pour le maire de Tournefeuille et président du groupe d'opposition à Toulouse-Métropole, le recul de la gauche en Haute-Garonne n'a rien d'historique. "En nombre de voix, la gauche est majoritaire, insiste-t-il. Mais quand la droite est unie et que la gauche est désunie, nous perdons des sièges. Il n'y a pas eu d'accord national, il ne pouvait pas en avoir au niveau local."

Concernant la réforme territoriale, le nouveau sénateur socialiste estime "qu'elle doit être profondément remise en cause". "Nous avons besoin d'une structure départementale sans séparation entre les métropoles et le reste du territoire", ajoute-t-il.

"Étant donnés les résultats aux municipales, on pouvait s'attendre à ces résultats, note Charles Marziani, tête de liste Front de gauche. J'ai senti beaucoup de colère chez les maires ruraux. Cela s'est d'ailleurs traduit par les résultats de notre liste qui a compensé ses pertes en milieu urbain, par de meilleurs scores en milieu rural." Et de conclure : "Le PS doit changer de politique. Cette élection est un signal qui lui a été envoyé. Depuis les Européennes, il y a un désaveu qui ne s'exprime pas forcément dans un espoir à gauche."

Pour EELV, "notre résultat est l'un des meilleurs au niveau national, se félicite Henri Arévalo, tête de liste écologiste. Mais nous restons sur notre faim. Nous n'avons pas pu faire barrage à l'UMP. Cette défaite est incarnée par le PS. Il ne faut pas chercher de prétextes ailleurs. Les socialistes pensaient gagner seuls. Tant qu'ils ne considèreront pas leurs partenaires avec respect, on y arrivera pas."

Satisfaction à droite
En Haute-Garonne, l'UMP et l'UDI sont les grands gagnants du scrutin. Leur liste d'union recueille 42,66 % des suffrages. Tête de liste, le sénateur sortant UDI  Alain Chatillon est réélu. Deux autres sénateurs UMP le rejoignent au palais du Luxembourg : Brigitte Micouleau, ajointe à Toulouse et proche de Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, et Pierre Médevielle, maire divers-droite de Boulogne-sur-Gesse.

"C'est une grande satisfaction pour le centre et la droite républicaine, assure Alain Chatillon. Le combat n'a pas été facile. C'est le travail que j'ai pu faire pendant six ans et le souci d'accompagner les petites communes. Il y a un grand déséquilibre. Une désespérance. Tout le travail reste à faire."

"Après une campagne à la rencontre des grands électeurs dans le département, nous obtenons trois sièges, s'enthousiasme Brigitte Micouleau. C'est une victoire historique. C'est aussi la défaite de Claude Raynal qui n'a pas su unir à gauche et qui a fait les frais de la politique gouvernementale."

 "C'est un résultat historique qui a été enregistré par la liste UDI, UMP, Modem, conduite par Alain Chatillon, écrivent Jean Iglesis et Laurence Massat, les dirigeants de l'UDI en Haute-Garonne. Jamais le centre et la droite n'avait été majoritaires sur notre territoire aux élections sénatoriales. Cette victoire en préfigure et en appelle d'autres !"

Même sentiment de la part de Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse : "Je suis très satisfait du résultat des élections sénatoriales, tant dans notre département qu’au plan national. Les élus locaux ont sanctionné sans appel le gouvernement pour son projet de réforme territoriale et pour le brutal coup de hache dans les dotations aux collectivités, qui va faire reculer leurs investissements et doper le chômage."

Gael Cérez

Jacques Le Bris's insight:

Les résultats en Midi-Pyrénées :
En Ariège, le socialiste Alain Duran succède à Jean-Pierre Bel (premier président socialiste du sénat) avec 61,64 % des voix dès le premier tour.

En Aveyron, l'UDI Jean-Claude Luche, le président du conseil général, est élu avec 60,80 % des suffrages au premier tour. L'UMP Alain Marc est élu avec 57,33 % au second tour.

Dans le Gers, Frank Montaugé (PS) est élu avec avec 48,14 % des voix et Aymeri de Montesquiou (UDI) réunit est réélu avec 42,42 % des voix, tous deux au second tour.

Dans le Tarn, l'UDI Philippe Bonnecarrere est élu avec 51,4 % des voix au second tour. Le socialiste Thierry Carcenac est élu avec 46,12 % des suffrages.

Dans le Tarn-et-Garonne, le dissident PRG Yvon Collin est réélu avec 55,96% des voix dès le premier tour. Le divers droite François Bonhomme recueille 50,84 % des voix au second face à Jean-Michel Baylet.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les Sénatoriales, c'est dimanche

Les Sénatoriales, c'est dimanche | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Dimanche prochain, les élections sénatoriales devraient permettre à la droite de retrouver la majorité au Palais du Luxembourg à la suite de son ample victoire aux municipales. Mais la gauche ne s'avoue pas battue, misant sur les dissidences dans le camp de l'opposition.

Le balancier va-t-il retourner à droite au Sénat à l'issue des prochaines élections dimanche ? C'est fort probable, sauf coup de théâtre. La large victoire de la droite aux municipales devrait lui profiter lors de ce renouvellement par moitié des sièges de la Haute Assemblée dans la mesure où l'écrasante majorité des grands électeurs est issue des communes. Fort de sa percée aux municipales, le Front national espère faire son entrée pour la première fois au Palais du Luxembourg, mais il ne semble pas en mesure de gagner plus d'un siège dans les Bouches-du-Rhône ou dans le Var.

Au total, 178 sénateurs dans la moitié des départements seront renouvelés par un collège de 87 500 «grands électeurs» formés par les élus locaux. Des dizaines de municipalités de plus de 9000 habitants ayant basculé de gauche à droite en mars, l'opposition escompte sortir des sénatoriales avec une dizaine de sièges d'avance sur la gauche, actuellement majoritaire de six sièges seulement. Cela n'empêcherait pas celle-ci d'appliquer sa politique, l'Assemblée nationale où le PS dispose de la majorité, ayant le dernier mot. Mais le contexte politique et économique n'est guère favorable à la gauche, et la confusion qui règne autour de la réforme territoriale a suscité une «fronde» des élus que le gouvernement a bien du mal à contenir. Autant de facteurs qui seront préjudiciables aux formations de la majorité.

L'UMP table sur environ 90 sièges remportés, ce qui porterait son total à 140, voire 145, tandis que les centristes de l'UDI devraient progresser de cinq à huit sièges, selon des responsables de la droite sénatoriale, et faire l'appoint pour la majorité (174 sièges). Dans ce camp, le principal danger vient des dissidences qui pourraient faire le jeu de la gauche. «Tout le monde à droite se dit que c'est le moment où jamais d'être candidat : le succès des municipales a rendu tout le monde optimiste. Mais c'est ce qui nous a fait perdre en 2011», confie un responsable de l'UMP.

La gauche ne s'avoue pas vaincue. Pour le président du groupe PS au Sénat, Didier Guillaume, «ce sera juste» : avec les divisions à droite, la montée du FN et les nouvelles règles de scrutin, le Sénat peut rester à gauche. Désormais l'élection se déroule à la proportionnelle dans les départements comptant au moins trois sénateurs (contre deux auparavant). Pensant qu'ils peuvent encore arracher la victoire, les candidats socialistes et radicaux de gauche font une campagne de terrain des plus actives, même si à gauche aussi, on note des cas de dissidence.

Le Sénat étant renouvelé par moitié tous les trois ans, aucun siège détenu par les écologistes n'est en jeu le 28 septembre, et seuls cinq sièges occupés par les communistes le sont.

Seule certitude, le socialiste ariégeois Jean-Pierre Bel a annoncé qu'il quitterait la présidence du Sénat. Pour le reste, même si la droite fait figure de favorite, les urnes peuvent toujours réserver des surprises.

Les règles de l'élection

Les sénateurs sont élus pour un mandat de six ans. Parmi les 178 sièges concernés par ce scrutin, 119 sont à pourvoir à la représentation proportionnelle (dans les départements élisant trois sénateurs ou plus), et 59 au scrutin majoritaire (dans les départements élisant un ou deux sénateurs). Dans chaque circonscription, le collège électoral est composé des parlementaires, des conseillers généraux, des conseillers régionaux, mais principalement par les délégués des conseils municipaux qui représentent 95 % des élus appelés à voter.

Ariège : qui pour succéder à Jean-Pierre Bel (PS) ?

Sept candidats sont sur les rangs pour succéder à Jean-Pierre Bel, qui ne se représente pas. Alain Duran, qui l'a déjà remplacé à la présidence de l'Association des maires et des élus de l'Ariège, a l'investiture du PS. Comme lui, les six autres personnes sont candidates pour la première fois au Sénat : J.-Marc Salvaing (UMP), Bernadette Dedieu (UDI), Florence Cortès (EELV), Denis Puech (PG), Didier Calvet (PCF/FDG) et Aimé Deléglise (FN). Le PS devrait garder son siège mais avec plus de candidats et un contexte politique compliqué, il pourrait y avoir un second tour.

Le sénateur sortant

Jean-Pierre Bel (PS), réélu en 2008, a été le premier le premier président de gauche du Sénat sous la Ve République.

Tarn-et-Garonne : Baylet-Labruyère, seul ticket au départ

Le sortant radical Jean-Michel Baylet, fait équipe avec le président de l'Association départementale des maires, Francis Labruyère. Il s'agit là de la seule configuration conforme à la tradition et à l'enjeu de l'élection (deux postes), dans le total respect de l'accord national PS-PRG. L'UMP n'a en effet désigné qu'un seul candidat, François Bonhomme (maire de Caussade) et soutient ouvertement la candidature isolée d'Yvon Collin. Participent également Michel De Grande (UDI), Marie-Claude Bouyssi (FDG), Annie Bonnefont (EELV), Jean-Louis Matharan (MUR), Thierry Viallon (FN) et Pierre Verdier (DLR).

Les sénateurs sortant

Jean-Michel Baylet

Yvon Collin

Aude : Bataille pour le second siège

Si un quatrième mandat devrait en toute logique revenir à Roland Courteau (PS), qui siège au Palais du Luxembourg depuis le 28 septembre 1980, la succession de Marcel Rainaud (PS), qui a décidé de se retirer de la vie politique, n'est pas exempte de supputations. Gisèle Jourda au titre de la parité, adjointe au nouveau maire de Trèbes, doit faire face à l'entrée en dissidence d'un autre élu socialiste, Didier Combis, maire de Magrie. Le Front national alignera deux candidats en espérant enfoncer un peu plus profond son ancrage dans ce territoire à gauche par tradition.

Les sénateurs sortants

Roland Courteau (PS) et Rainaud Marcel (PS), qui a décidé de ne pas se représenter.

Gers : douze candidats pour un scrutin très ouvert

Le centre droit mise sur le sénateur sortant UDI Aymeri de Montesquiou qui espère être réélu dès le premier tour lors d'une élection qui compte douze candidats. Une ambition qui pourrait être contrariée par la candidature de Gérard Bezerra, maire de Montréal et secrétaire départemental de l'UMP. L'autre sénateur sortant, le maire PRG de Fleurance Raymond Vall espère capitaliser au-delà du clivage droite/gauche en ayant axé sa campagne sur la ruralité et l'égalité des territoires. Dans une élection très politique, le PS a confié à Franck Montaugé, le maire d'Auch réélu au printemps, la mission de conserver un siège au Palais du Luxembourg pour la gauche gersoise.

Les sénateurs sortants

Aymeri de Montesquiou (UDI) et Raymond Vall (PRG), maire de Fleurance.

Tarn : droite et gauche au coude-à-coude

Le Tarn aura deux nouveaux sénateurs. Les socialistes Jacqueline Alquier et Jean-Marc Pastor ne se représentent pas. Dix candidats sont en lice. Le PS a investi Thierry Carcenac, président du conseil général et Catherine Pinol, conseillère régionale. Mais la gauche part divisée avec 6 candidats. Sylvain Fernandez (DVG), président des maires du Tarn, pourrait troubler le jeu. A droite, UDI et UMP se sont entendus pour ne présenter chacun qu'un seul candidat : Philippe Bonnecarrère (DVD) président de l'agglo d'Albi, pour les centristes, et l'élu castrais Jacques Thouroude pour l'UMP.

Les sénateurs sortants

Jean-Marc Pastor (PS) et Jacqueline Alquier (PS) ne se représentent pas.

Aveyron : la division à droite au soutien de la gauche

Avec les dernières municipales, la gauche a perdu une centaine de suffrages sur les 881 grands électeurs que compte l'Aveyron. La division à droite pourrait cependant s'avérer un atout. Certes le «patron» du département, J.-Claude Luche (UDI), en homme de terrain, bat la campagne depuis près de 6 ans, et paraît bien placé. Mais à ses côtés, Alain Marc (UMP) n'a pas la même aura et traîne comme un boulet sa tentative d'échanger son siège de député contre celui de sénateur. Le président de l'Association des maires de l'Aveyron J.-Louis Grimal (DVD) pourrait brouiller les cartes.

Les sénateurs sortants

Anne-Marie Escoffier (PRG) et Alain Fauconnier (PS) ont été élus en 2008, battant les sortants Puech-Godfrain (UMP).

Haute-Garonne : la droite vise le troisième siège

Cinq sièges sont à pourvoir en Haute-Garonne. La gauche, qui dispose actuellement de trois sièges au Palais du Luxembourg, et même d'un quatrième avec le sénateur radical Jean-Pierre Plancade élu en dissidence du PS, est en grand danger. À droite, la liste d'union UDI-UMP-Divers droite conduite par le sénateur sortant Alain Chatillon (UDI) veut tirer profit des dernières élections municipales avec les conquêtes de Toulouse, Balma, Cugnaux, Saint-Gaudens et Saint-Orens. Elle espère emporter le troisième siège de la liste PS-PRG conduite par le maire de Tournefeuille, Claude Raynal. PCF, écologistes et FN sont en embuscade.

Les sénateurs sortants

Mme Françoise Laborde (PRG); MM. Plancade (PRG); Auban (PS); Mirassou (PS); Chatillon (UDI).

Jean-Pierre Bédéî
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un cas suspect de virus Ebola à Toulouse

Un cas suspect de virus Ebola à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Par Pascal Pallas

Ce vendredi 26 septembre, le bâtiment C du Conseil général de la Haute-Garonne, situé boulevard de la Marquette à Toulouse a été fermé pour raison sanitaire.

Cette décision fait suite à l’accueil, par les services du Conseil général, d’un jeune Africain originaire de Guinée qui a expliqué avoir fui son pays pour échapper au virus Ebola, lequel aurait contaminé toute sa famille, et s’est plaint d’être souffrant.

Il a été immédiatement signalé aux pompiers et au Samu qui l’ont pris en charge.

L’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de Haute-Garonne ont été saisies. « Pour le moment, nous ne pouvons ni confirmer, ni infirmer que le jeune pris en charge soit infecté du virus Ebola», annonce les services de la préfecture.

Jacques Le Bris's insight:



Le jeune Guinéen qui s'est présenté ce vendredi au conseil général de Haute-Garonne n'est pas porteur du virus Ebola. C'est ce qu'ont révélé les premières analyses pratiquées sur le jeune homme.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : les producteurs régionaux lancent leur drive fermier

Toulouse : les producteurs régionaux lancent leur drive fermier | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Faire ses courses en un clic parmi 600 produits tous issus d'exploitations régionales, avec retrait des paniers chaque vendredi après-midi à Toulouse, est désormais possible avec le premier drive fermier.

 

Le drive fermier toulousain est opérationnel depuis une quinzaine de jours. Porté par la chambre d’agriculture de Haute-Garonne et géré par l’association Drive fermier toulousain, qui regroupe 42 producteurs de la région, ce site internet a pour ambition de proposer aux consommateurs toulousains des produits (vin, viande, poisson, fruit, légume, pain… ) de qualité issus des fermes de proximité.

 

Il suffit de passer commande jusqu’au mardi 23 heures,

de payer en ligne

puis de venir chercher son panier tous les vendredis après-midi entre 13 et 18h30 heures,

- soit au domaine de Candie,

- soit au 61 allée de Brienne, au siège départemental de la chambre d’agriculture.

 

« Nous proposons 600 références, assure Gaëlle Gousse, salariée de l’association, qui se félicite du bon démarrage de l’initiative qui a enregistré 86 commandes. Les producteurs inscrits dans la démarche respectent une charte éthique et les conditions ». En effet, chacun d’eux s’engage à livrer le consommateur toutes les semaines s’il propose ses produits à la vente. « Je m’organise, précise Bertrand Ducros, producteur de canard gras à Poucharramont. Car mon objectif est de faire connaitre mes produits. Comme je dépends de la vente directe, je me donne un an de test avec le drive ».

D’autres points de retrait fin 2014

Si le producteur fixe lui-même leur prix, Gaëlle Gousse veille cependant qu’il soit « correct ». « Avant de nous lancer, j’ai fait le tour des marchés de plein vent et des supermarchés pour me tenir au courant des tarifs », ajoute la jeune femme, qui précise que de nouveaux points de retrait seront ouverts d’ici la fin de l’année. Les pistes se dirigent vers Ramonville, Muret ou encore Blagnac.
Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:


Des produits bio sont d’ores et déja vendus. Visitez leur site :

www.drivefermiertoulousain.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : Jean-Luc Moudenc vise le label "patrimoine mondial de l'Unesco" pour le centre-ville dans 10 ans

Toulouse : Jean-Luc Moudenc vise le label "patrimoine mondial de l'Unesco" pour le centre-ville dans 10 ans | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le maire UMP de Toulouse a annoncé ce mardi la mise en place d'un "plan cohérent pour le patrimoine public et privé" pour viser le label Unesco d'ici une dizaine d'années.


Comme Bordeaux, ou encore plus près Albi, la ville de Toulouse se lance dans une longue course pour l'obtention du label patrimoine mondial de l'Unesco pour "la partie la plus remarquable du centre-ville" a indiqué Jean-Luc Moudenc lors de sa conférence de presse de rentrée. 

Le maire de Toulouse a annoncé ce mardi matin lors de sa conférence de presse de rentrée qu'il voulait doter Toulouse d'un "plan cohérent de mise en valeur du patrimoine public et privé avec la création d'une mission patrimoine", qui va regrouper des compétences aujourd'hui dispersées dans différents services de la ville.

Selon le maire de Toulouse, cette mission et ce plan auront pour objectif l'obtention du label Patrimoine Mondial de l'Unesco "dans une dizaine d'années".

La cité épiscopale d'Albi, le Canal du Midi, les chemins de Saint-Jacques ou encore le cirque de Gavarnie figurent sur la liste des sites classés Unesco en Midi-Pyrénées.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Premier vol pour l'A320neo programmé le 25 septembre au départ de Toulouse

Premier vol pour l'A320neo programmé le 25 septembre au départ de Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


A320neo avait subi des tests de roulage avant le premier vol d'essai


 

Le premier exemplaire sorti cet été des hangars a subi une série d'essais au sol et des tests de roulage. Plus de 3.250 exemplaires de cette version remotorisée du A320ceo ont déjà été commandés.

Le A320neo touchera bientôt les nuages. Le premier vol de la version remotorisée du moyen-courrier d'Airbus, devrait avoir lieu jeudi 25 septembre à 10h30 à Toulouse si les conditions météorologiques le permettent, a déclaré lundi 22 septembre John Leahy, directeur commercial du constructeur aéronautique européen.

Le premier exemplaire sorti cet été des hangars a subi une série d'essais au sol (vibration, carburant) ainsi que des tests de roulage à basse puis à haute vitesse, préalables au premier vol.

Entrée en service fin 2015
Le constructeur avait lancé en décembre 2010 cette version, qui promet une économie de carburant de 15 % par rapport au monocouloir du A320ceo. Le neo (pour "new engine option") bénéficie aussi des améliorations aérodynamiques expérimentées depuis 2012 sur l'A320ceo. Plus de 3.250 exemplaires ont été déjà commandés pour le nouvel appareil qui doit entrer en service au quatrième trimestre 2015. Toutefois, il sera concurrencé par la nouvelle version du Boeing 737.

À l'occasion de la conférence Istat sur le financement aéronautique qui se tient à Istanbul jusqu'au 23 septembre, John Leahy a déclaré par ailleurs être en négociation avec quatre compagnies aériennes qui envisagent d'acquérir des A330neo, là aussi une nouvelle version remotorisée de ce long-courrier de la gamme Airbus.

LaTribune.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A Toulouse, l'ancienne discothèque Le Clapotis se met à table

A Toulouse, l'ancienne discothèque Le Clapotis se met à table | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Xavier Robert et Julie Viala, les deux créateurs-associés du nouveau Clapotis


 


L'ancienne discothèque des bords de Garonne, qui a donné dans tous les styles musicaux, a éteint le son définitivement pour devenir un restaurant de poissons et de crustacés qui entend, par son concept « unique à Toulouse », faire parler de lui.

 

De l’ancienne discothèque du 146 chemin des Etroits, surplombant la Garonne, ils n’ont gardé que le nom, familier pour plusieurs générations de Toulousains. Ouvert depuis le 10 septembre dernier, Le Clapotis est aujourd’hui un restaurant de poissons et de crustacés de 140 couverts qui revendique un concept novateur à Toulouse : une formule unique à 39 euros comprenant huîtres, fruits de mer à volonté, deux poissons au choix et dessert, le tout fait maison.

Après des carrières dans le commercial et la restauration pour l’un, et le management pour l’autre, ses créateurs, le néo-Toulousain Xavier Robert et Julie Viala, d’origine ariégeoise, ont investi plus de 2 millions d’euros pour concrétiser « l’endroit de leurs rêves ». Mais l’affaire a pris du temps depuis le rachat de l’ancienne boîte de nuit en 2010 à Jean-Jacques Lasserre, patron du Studio One. L’obtention des permis sur cette zone inondable n’a pas été sans difficulté et les travaux de rénovation, commencés à l’été 2013, ont duré une année entière. Aujourd’hui, une SARL d’exploitation détenue à 85% par Xavier Robert et à 15% par son associée assure la gestion de l’établissement. Une SCI au capital familial et « amical » en est le propriétaire.

Clientèle d’affaires en vue

Idéalement situé en bord de Garonne, sur laquelle donne une grande baie vitrée en forme de vague, la Clapotis proposera en plus dès le printemps prochain une terrasse d’une capacité de soixante-dix couverts. Le restaurant, aménagé en estrade, assure une vue imprenable sur le fleuve mais aussi sur les cuisiniers qui travaillent sous les yeux des clients.

Les deux créateurs du restaurant ont aussi soigné la décoration et le mobilier. Les tables et chaises ont été fabriquées sur mesure et les luminaires en papier japonais aux formes aériennes, dessinés par la designer parisienne Cécile Wright. « Nous avons voulu un lieu esthétique mais pas froid, où les gens se sentent bien tout en ayant la garantie de consommer des produits frais, tous livrés le matin », explique Xavier Robert, passé par tous les métiers dans la restauration, qui assure aller vérifier lui-même la température des frigos de ses fournisseurs. Quelques jours à peine après son ouverture, le nouveau Clapotis est déjà prisé de plusieurs entreprises toulousaines qui ont prévu d’y programmer des évènements et de particuliers qui souhaitent privatiser la salle pour des mariages ou des baptêmes.
J.D.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Alerte au fumier cette nuit à Toulouse

Alerte au fumier  cette nuit à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jardiniers, à vos seaux, à vos pelles, à vos fourches et autres brouettes, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne offriront de nouveau cette nuit, du fumier à leurs concitoyens, tout simplement pour demander à être associés dans les débats et travaux sur la directive Nitrates. Cette action, déjà menée dans notre département au mois d'avril dernier, s'inscrit dans le cadre d'un mouvement des 22 départements du bassin Adour-Garonne. Les raisons d'un tel don ? Alors qu'après plus de deux ans de travaux et de concertation avec les services de l'Etat, les Jeunes Agriculteurs (JA) avaient trouvé un consensus sur le zonage et la réglementation «nitrates» au printemps 2014, le gouvernement français vient de proposer un nouveau zonage à la Commission européenne dans l'été sans associer la profession agricole aux discussions, protestent les JA. «Si nous sommes conscients que la situation actuelle de notre pays ne lui permet pas de payer de lourdes amendes à l'Europe, nous dénonçons une fois de plus l'acharnement de l'Etat français à aller plus loin que les demandes de Bruxelles, indique les JA dans un communiqué, «nous ne sommes aucunement contre la performance environnementale des exploitations, nous voulons tout simplement un zonage fondé sur des données scientifiques et agronomiques», poursuivent-ils.

«Cette directive met en péril la moitié des éleveurs bovins et le tiers des éleveurs laitiers du département», argumente Guillaume Darrouy, secrétaire général des JA31, «en effet, s'ils ne peuvent plus épandre leur fumier naturel, avec des périodes restreintes et la nécessité d'investir dans des lieux de stockage, nombre d'entre eux ne pourront pas financer ces investissements».

Si vous cultivez votre jardin, vous pourrez soutenir les agriculteurs et récupérer du fumier dans les lieux de déversement, en Haute-Garonne, indiqués vendredi matin sur le site Internet www. ja-31.fr

La Dépêche du Midi

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Groland annexe l'Occitanie - Lire - Toulouse cultures

Groland annexe l'Occitanie - Lire - Toulouse cultures | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Du 15 au 21 septembre 2014. C'est parti pour une GROsse semaine, ou plutôt une semaine Fifigrote : projections et compèt', concerts et Groz'apéros. Dans les50 films présentés, des sujets lourds et des légers, et une sélection clin d'oeil aux films des jeunes caméras occitanes  : " Gardarem Lou Groland. 


Comment décrire un film Grolandais ? Difficile tâche ! Disons qu'outre son côté décalé, foutraque, ou barré, il parle de sujets grave ou actuels sans en avoir l'air et sans vous coller grise mine. 

Le Fifigrot propose donc de réfléchir en riant et vice versa à travers sa compétition de 10 long-métrages et 14 courts. Au total, une cinquantaine de projections bêtes, méchantes et décalées dans les cinémas toulousains. Bref, des moments grolandais.

 

Le film d'avant-première, Pride, symbolise à merveille l'esprit de Groland : une comédie sociale anglaise et l'humour qui va avec :  on y aborde la lutte des mineurs contre la dame de fer  et sa rencontre avec le mouvement gay et lesbien ( le 15 septembre à 20h30 à Utopia Toulouse). Idem pour le film de clôture Discount ( le 21 septembre)  :  la lutte originale et organisée des salariés d'un supermarché, face au rouleau compresseur de la concurrence et de la mondialisation. 

Une sélection Gardarem Lou Groland

Parmi les sélections thématiques ( Les Stakanovistes de la bobine,  Made in ici…)  citons le Gardarem lou Groland qui fait la part belle au rare mais talentueux cinéma occitan, et notamment celui d'Amic Bedel, l'une de ses figures. Ici Groland zoome sur la Seria, la série à (futur) succès présentée à l'Estivada de Rodez.  

La Séria, c'est une série drôle, foutraque et en occitan. Une aventure rocambolesque entre Toulouse et Barcelone en BX,ou l'histoire de deux Toulousains qui réalisent une série en occitan : Montsegur de mar. Une série dans la série donc, et un pari pour ce projet pour lequel l'équipe a lancé il y a peu une souscription pour terminer le pilote.  

Le scénario est écrit à 4 mains par Julien Campredon, auteur de nouvelles déjantées, et Amic Bedel,co-fondateur de Dètz, un collectif créatif de professionnels de l'audiovisuel occitanophones et réalisateur de la série Còp d'ala. 

 

Autre rendez-vous de la thématique Gardarem, La banana del Segalar, du collectif Detz, ou vous apprendrez qu'entrel e TArne et l'Aveyron, oui, la banane se cultive depuis 180 ans. 

La Seria et La banana del Segalar. Vendredi 19 septembre à 20h15 à l'Esav. 

 

LA SERIA x ULULE fr from PIGET TOLOSA on Vimeo.

Le Fifigrot à la Cave Po

Du mardi 16 au  vendredi 19 septembre, la Cave Po est Fifigrote. Le mardi, mercredi à 19h30, jeudi à 21h et le vendredi 19h30 et 21h00 : projections, chansons, avec des spectacles et artistes aux noms aussi évocateurs que Boudin & Chanson, Les Ronces Artificielles pour la chanson, et le film  Ne pleurez pas sur mon cadavre

 

Infos pratiques

Fifigrot

Du 15 au 21 septembre 2014

GrosVillage dans la cour de l'esav  : buvette, librairie, vente de billets. 


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le secrétaire d'État Kader Arif affirme qu'il n’a "rien à voir" avec l’affaire AWF

Le secrétaire d'État Kader Arif affirme qu'il n’a "rien à voir" avec l’affaire AWF | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Kader Arif, secrétaire d'État aux Anciens combattants


 


Kader Arif s’est exprimé hier au sujet de l’enquête préliminaire ouverte à Toulouse concernant des marchés publics attribués par la région Midi-Pyrénées. Le groupe d'opposition Osons Midi-Pyrénées avait signalé au procureur des "anomalies" suggérant un favoritisme en faveur de la société d’événementiel AWF. Celle-ci est dirigée par des proches du secrétaire d’État aux Anciens combattants qui regrette les "amalgames et insinuations" et appelle à la "transparence". Ce matin des policiers de la PJ se sont rendus au Conseil régional.

Interrogé par des médias locaux lors d’un déplacement à Boulogne-sur-Mer, Kader Arif s’est exprimé hier sur l’enquête concernant la société AWF, dirigée par son frère Aissa Arif et son neveu Nassim Arif. Cette enquête préliminaire a été ouverte mercredi 10 septembre par le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet, à la suite du signalement d'"anomalies graves dans les appels d'offres" par le groupe d'opposition au Conseil régional Osons Midi-Pyrénées. Anomalies également évoquées par le Canard Enchaîné, ce mercredi. Le journal faisait état de soupçons de favoritisme du Conseil régional de Midi-Pyrénées pour AWF dans le cadre d’appel d’offres pour des prestations événementielles. Kader Arif s’est dit gêné par "les amalgames et insinuations. Il y a une enquête préliminaire qui a été ouverte. Je crois que le mieux, c’est de faire que cela se passe avec transparence et en même temps avec beaucoup de sérénité."

Manuel Valls défend Kader Arif
Ancien premier secrétaire de la fédération du Parti socialiste de Haute-Garonne, ex député du département et désormais secrétaire d'État aux Anciens combattants, il réfute toute implication dans l'affaire AWF : "Je ne suis pas conseiller régional et je ne l’ai jamais été." Et ajoute, "mon frère est autonome. Je n’ai rien à voir avec cela." Hier, le Premier ministre, Manuel Valls avait pris la défense de Kader Arif : "Ne mélangeons pas tout. Il n’est en rien concerné par cette information. Que chacun regarde bien les faits et les événements."

Martin Malvy de son côté était invité sur le plateau de France 3 Midi-Pyrénées mercredi soir. Il "se félicite que la justice se soit saisi de ce dossier, car il n'y a aucun favoritisme". Il confie "recevoir très mal ce genre de polémiques" et soupçonne les élus du groupe Osons Midi-Pyrénées d'avoir eux-mêmes fourni des informations au Canard Enchaîné.

Ce matin, le Conseil régional a reçu la visite de la police judiciaire, venue chercher certains documents relatifs aux appels d'offres concernés." Il ne s'agit pas d'une perquisition mais d'un contrôle sur pièces" précise le service communication.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse prépare une charte locale des marchés publics, une première en France. Précisions de Jean-Luc Moudenc

Toulouse prépare une charte locale des marchés publics, une première en France. Précisions de Jean-Luc Moudenc | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Jean-Luc Moudenc lundi 8 septembre à la Cité de l'espace


 

Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse, était le 9 septembre l’invité du Club Galaxie. Il est intervenu à la Cité de l’espace de Toulouse devant 90 personnes représentant le secteur spatial toulousain. Il évoque ses projets dans le domaine économique, notamment la création d'une charte locale des marchés publics. Jean-Luc Moudenc exprime également ses inquiétudes en matière de sécurité. Interview.

Vous souhaitez favoriser l’accès des PME régionales à la commande publique, comment comptez-vous faire ?
Nous souhaitons élaborer une charte des marchés publics qui sera votée cet automne par délibération au conseil municipal, au conseil de communauté de Toulouse Métropole et au conseil syndical du SMTC Tisséo. C’est une première en France qui devrait faciliter l’accès à la commande publique des PME fragilisées par la crise. Celles-ci doivent pouvoir accéder plus facilement et plus massivement aux marchés publics de la collectivité.

Les entreprises ont-elles été consultées ?
Le texte a été préparé cet été par les services de la Mairie de Toulouse, de Toulouse Métropole et de Tisséo. Je l’ai envoyé à toutes les organisations professionnelles (fédérations du bâtiment, des travaux publics, la CCI, la Chambre de métiers, la CGPME, etc.). Nous nous retrouvons le 19 septembre pour mettre en commun nos réflexions et aboutir à un texte commun. Cette charte nous accompagnera à partir du 1er janvier 2015 pour la rédaction de tous les cahiers des charges et tous les appels d’offres de la collectivité.

Pourquoi lancer cette mesure ?
Chacun a en mémoire plusieurs dossiers qui ont choqué l’opinion pendant la mandature précédente : les pavés chinois ou angolais, ou encore les travaux de voirie du tramway confiés à une entreprise espagnole. Quand j’ai proposé cette démarche aux professionnels, ils ont été très enthousiastes.

Quelles sont les marges de manœuvre de Toulouse en matière d’économie ?
J’aimerais que la métropole ait une feuille de route précise pour les six années à venir et, pour cela, je souhaite organiser des Assises économiques au 1er semestre 2015. Je veux que les entreprises et les collectivités travaillent ensemble plus intensément, ce sera donc une démarche collaborative. Tous les acteurs économiques, les clubs et la Région seront associés et je propose que nous écrivions ensemble le projet économique de la métropole. Une relation de confiance est en train de s’instaurer entre mon équipe et le monde économique. Le développement économique doit être un axe central de la mandature. Il nous faut ensemble clairement identifier les priorités car on ne pourra pas tout faire.

Toulouse est-elle devenue une deuxième Marseille, connue pour ses règlements de compte et ses atteintes aux personnes ?

Je n’irai pas vers des slogans de ce type, je dis juste que, depuis plusieurs années, il y a une dégradation de la situation à Toulouse. Nous avons atteint un niveau de violence inédit.

5 mois après votre élection, vous pouvez être tenu comptable de la recrudescence d’actes de violence à Toulouse ?
Il ne vient à l’idée de personne de croire qu’un maire aurait vocation à démanteler les trafics de drogue. Il ne faut pas raconter n’importe quoi. Mais ce qui se passe me conforte dans mon analyse. Je demande à l’État de faire un effort supplémentaire pour Toulouse.     

Qu’avez-vous demandé au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve ?
J’ai demandé le classement du centre-ville en Zone de sécurité prioritaire (ZSP). J’ai donné au ministre la cartographie de la délinquance à Toulouse qui est frappante et qui montre que c’est bien dans le centre-ville qu’il y a le plus de délits. Le ministre a été frappé par ce document qui émane de la police nationale. Il m’a promis d’y réfléchir sérieusement. Quand il aura fait ses arbitrages, j’invite Bernard Cazeneuve à venir à Toulouse pour une réunion de travail et pour qu’il puisse annoncer des décisions.

Propos recueillis par Emmanuelle Durand-Rodriguez

Jacques Le Bris's insight:


En savoir plus : Jean-Luc Moudenc et Jean-Pierre Madier, président du Club Galaxie, ont signé le renouvellement de la convention de partenariat entre le club et la Cité de l’espace, présidée par le maire de Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ TEASER NOVELA 2014

Bande annonce de La Novela 2014 réalisée par Catherine Aïra. Où pouvez-vous voir...


du 2 au 19 octobre à Toulouse

Jacques Le Bris's insight:


En savoir plus : http://www.fete-connaissance.fr/?cadre=festival-la-novela

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Airbus A350: après la certification, le défi de la montée en cadence

Airbus A350: après la certification, le défi de la montée en cadence | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Après 13 mois d'essais en vol, l'agence uropéenne de sécurité aérienne (AESA) a certifié l'A350-900. Il pourra être livré à Qatar Airways en fin d'année.


L'A350 XWB est certifié!


L'agence européenne de sécurité aérienne (AESA) l'a déclaré bon pour le service treize mois seulement après le début de la campagne d'essais le 15 juin 2013. La certification des autorités américaines devrait suivre. Cette campagne rapide, qui a mobilisé 5 avions, va permettre à Airbus de livrer le premier exemplaire de ce biréacteur long-courrier (de 270-350 sièges selon les versions) d'ici à la fin de l'année à Qatar Airways.

Une étape redoutée par les constructeurs

Airbus a donc franchi sans encombre cette étape tant redoutée par tous les constructeurs. Une performance d'autant plus importante que l'A350 constitue un saut technologique important, même si Airbus a été plus conservateur que Boeing sur le B787.

"Notre flotte de cinq avions d'essai a achevé sa campagne de certification dans le respect des délais, des coûts et des standards de qualité. Avec plus de 2.600 heures de vol au total, nous avons développé et réalisé avec succès l'un des programmes d'essais les plus rigoureux et efficaces jamais élaborés pour un avion civil", a déclaré Fabrice Brégier, PDG d'Airbus.

Plus précisément, c'est l'A350-900, un appareil de 314 sièges en version triclasses, qui a été certifié.

Montée en cadence

Reste aujourd'hui l'étape tout aussi cruciale de la montée en cadence. Airbus vise une production de 3 avions par mois fin 2014 pour monter à 10 d'ici à 2018. Airbus ne donne pas d'informations sur la montée en cadence entre ces deux périodes. Selon des analystes, l'avionneur devrait livrer une vingtaine d'appareils en 2015, entre 45 et 50 en 2016, près de 80 en 2017. Pour réussir cette phase de montée des cadences, Airbus disposera, au moment de la livraison du premier exemplaire, de 20 à 25 appareils à différents stades de la production, que soit sur la chaîne d'assemblage Roger Béteille à Toulouse (14 aujourd'hui) ou dans les usines pour les étapes en amont.

Ce nombre permet de gérer la production entre le moment de l'obtention de la certification et celui de la première livraison prévue contractuellement avec le client (décembre officiellement, peut-être novembre). En effet, le défi était d'avoir suffisamment d'appareils dans les tuyaux au moment de l'obtention de la certification pour pouvoir livrer les appareils, mais pas trop non plus en cas de problème détecté pendant les essais qui aurait nécessité d'apporter des modifications coûteuses sur tous les appareils étant à un stade avancé de fabrication.

L'A350-1000 en 2017

En parallèle, Airbus doit s'atteler à l'A350-1000, la version de 365 sièges prévue pour 2017. Cet appareil est stratégique puisqu'il a la lourde charge de détrôner le Boeing 777 sur le marché des 350-400 sièges. Certes, initialement l'A350-800, la plus petite des trois versions, était prévu en 2016, mais son avenir est incertain en raison de son faible niveau de commandes (34). Un nombre dérisoire par rapport aux 750 commandes globales que compte l'A350.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nos 5 Sénateurs de la Haute-Garonne

Nos 5 Sénateurs de la Haute-Garonne | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Nos 5 sénateurs de Haute-Garonne

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un cas suspect d'Ebola fait fermer un bâtiment du conseil général

Un cas suspect d'Ebola fait fermer un bâtiment du conseil général | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le bâtiment C a été évacué hier après-midi.

 


«Nous avons reçu un mail nous demandant de quitter le bâtiment pour des raisons sanitaires. Nous sommes sortis. Ensuite, on a pris qu'il y avait un cas suspect d'Ebola.»

Cette employée du conseil général de Haute-Garonne, boulevard de la Marquette à Toulouse, n'a pas travaillé hier après-midi. Et pour cause, le bâtiment C a été évacué et fermé au public à partir de 14 heures.

Un jeune usager de 16 ans, tout juste rentré de Guinée, venait d'expliquer à une assistante sociale qu'il avait été exposé au virus Ebola et qu'il souffrait de fièvre. Immédiatement, celle-ci, a fait le nécessaire et prévenu les services compétents. Le Samu, compétent de ce type de situation, a été appelé et s'est rendu sur place.

Le jeune homme ainsi que l'assistante sociale et l'agent d'accueil qui avait eu affaire au malade, sont restés confinés dans les locaux avec le personnel soignant.

En lien avec une cellule dédiée à Paris, les médecins ont suivi le protocole d'usage dans ce type de situation tandis qu'une partie des agents du bâtiment C est restée à l'extérieur afin de connaître l'évolution de la situation. «La procédure d'évacuation s'est déroulée sans affolement», a décrit l'une des personnes présentes.

Peu après 18 heures, la suspicion de virus Ebola a été levée. Le bâtiment accueil divers services dont celui dédié à l'accueil des mineurs isolés et l'aide sociale à l'enfance.

Claire Lagadic

Jacques Le Bris's insight:



Le jeune Guinéen qui s'est présenté ce vendredi au conseil général de Haute-Garonne n'est pas porteur du virus Ebola. C'est ce qu'ont révélé les premières analyses pratiquées sur le jeune homme.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Depuis Toulouse, l'A320neo d'Airbus effectue son premier vol d'essai

Depuis Toulouse, l'A320neo d'Airbus effectue son premier vol d'essai | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Depuis Toulouse-Blagnac, l’Airbus A320neo MSN6101 s’est élancé dans les airs pour la première fois ce jeudi 25 septembre.

 

L'A320neo, la version remotorisée de l'A320, a réalisé son premier vol d'essai depuis Toulouse ce jeudi 25 septembre. Plus économe en carburant, il compte d'ores et déjà plus de 3257 commandes au compteur émanant de soixante clients. Jour J pour l'A320neo.

Jour J pour l’A320neo [1]. La version remotorisée du moyen courrier monocouloir d’Airbus a effectué, ce jeudi 25 septembre à midi, son premier décollage depuis l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Ce vol inaugural, qui a duré plus de deux heures, a permis de tester pour la première fois les équipements et les systèmes (altitude, vitesse, angle d’attaque, train d’atterrissage) apportés au moyen-courrier. Cela, après que le premier exemplaire de l’A320neo sorti cet été de la chaîne d’assemblage, ait déjà subi une série d’essais au sol et de tests de roulage à basse puis à haute vitesse. Ainsi, le test de cet appareil - le MSN6101- donne le coup d’envoi d’une campagne d’essais en vol de plusieurs mois qui devrait aboutir à une re-certification avant sa livraison fin 2015 à la compagnie Qatar Airways.

L’A320neo, qui se décline à l’ensemble de la famille de monocouloirs d’Airbus (A319, A320, A321), fait un carton. Il est l’avion qui se vend le mieux en un temps record, précise-t-on chez Airbus, ayant enregistré plus de 3257 commandes fermes de soixante clients depuis son lancement en décembre 2010. « Soit 60 % des commandes nouvelles dans sa catégorie », souligne Fabrice Brégier, le patron d’Airbus. Pour faire face à ce carnet de commandes, l’avionneur prévoit une hausse des cadences, de quarante-deux avions par mois aujourd’hui à quarante-six au second trimestre 2016 grâce notamment à l’ouverture d’une usine aux États-Unis, à Mobile en Alabama.

Améliorations environnementales

Ce succès s’explique par les performances de l’avion. Moins bruyant, et plus respectueux de l’environnement, il permettra une réduction de la consommation de carburant de 15% par siège dès sa mise en service en 2015, jusqu’à 20 % à l’horizon 2020 grâce à une combinaison d’innovations : l’utilisation de nouveaux moteurs (le LEAP X de CFM, la coentreprise de General Electric et de Safran, et le PurePowerPW1100t de Pratt&Whitney), de "sharklets" (des ailettes à l’extrémité des ailes) et de nouveaux aménagements des cabines (sièges nouvelle génération, nouvelle configuration des toilettes et des galleys).
Audrey Sommazi

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Enquête au cœur de l'islam radical à Toulouse

Enquête au cœur de l'islam radical à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
«Je suis inquiet. Les choses ont évolué. On se retrouve face à quelques individus qui sont méconnaissables. Et pourtant, nous essayons de donner à nos enfants une éducation positive…»


 

Djamel Sekkak, solide quinquagénaire aux cheveux gris, reçoit dans son modeste bureau du faubourg Bonnefoy à Toulouse. Il a un sourire bienveillant. Il dirige une entreprise de pompes funèbres musulmanes. Beaucoup de paperasses, mais aussi beaucoup de chagrins, de douleurs, qu'il faut savoir adoucir.

En mars 2012, Djamel s'est retrouvé dans une situation terrible : il a été chargé d'organiser les obsèques de deux soldats assassinés par Mohammed Merah. Et c'est également à lui qu'on a fait appel pour les funérailles du tueur au scooter…

«Entre ces trois familles, j'ai vécu les journées les plus difficiles de toute ma vie.» Rien que d'y repenser, son visage se crispe. Et lorsqu'il constate que des jeunes veulent partir pour le jihad, il se désole : «Pourtant, l'Islam, c'est aussi une richesse pour la France ! Regardez, moi, je crée des emplois. Le halal, cela crée des emplois ! Mes enfants ont fait de bonnes études, et en France, les portes nous sont ouvertes !» Son ami, Mohamed Ben Ramdane Khemliche, président du Football Algérie-Toulouse affirme : «Nous nous voulons un corps sain dans un esprit sain. Le sport, c'est la sagesse, il faut éliminer les mauvais esprits.»

Jihad ? Guerre sainte ? Les musulmans de Toulouse, dans leur immense majorité, ne se reconnaissent absolument pas dans ces combattants fanatiques qui tentent de recruter leurs enfants – comme du reste, des enfants d'autres religions. Mais ils savent tous que l'extrémisme religieux est là, très près de chez eux. Et depuis longtemps.

Filières ariégeoises, toulousaines, tarnaises…

L'islam radical est arrivé à Toulouse à l'état embryonnaire il y a une vingtaine d'années. À l'époque, le Groupe islamique armé (GIA) terrorisait l'Algérie, et ses actions avaient largement débordé sur la France. En 2001, juste après les attentats du 11 septembre, à Toulouse, a lieu l'explosion de l'usine AZF. Un groupuscule islamiste toulousain est soupçonné brièvement, et ses membres sont interpellés près d'Agen. La preuve que déjà, la police avait à l'œil cette mouvance.

En 2007, c'est un coup de filet que la police va lancer chez les islamistes, soupçonnés de vouloir partir pour le jihad en Irak contre les Américains. Une dizaine de personnes est arrêtée. Dont des Toulousains et des Tarnais convertis à l'Islam. C'est la filière «ariégeoise», autour du «cheik» d'Artigat, Olivier Corel. Dans l'équipe, il y avait déjà Abdelkader Merah, frère de Mohammed… Beaucoup ont depuis disparu de la circulation. Peut-être morts entre Irak et Syrie. Mais, eux aussi, avaient été surveillés de près, lorsqu'ils prêchaient dans les mosquées ou quand ils vendaient sur les marchés des exemplaires du Coran et des petits bouquins prêchant une foi aveugle. Ceux sont eux qui ont, en partie «élevé» Mohammed Merah.

Aujourd'hui, il y a sans doute entre 50 et 100 salafistes à Toulouse. «Mais», explique Boris – source proche des milieux judiciaires –,«salafiste ne veut pas forcément dire jihadistes. Ce sont des fondamentalistes qui veulent vivre comme au temps du Prophète. Bien sûr, parmi eux, on peut trouver des personnalités violentes, que la misère sociale va radicaliser.» Un discours radical sur une personnalité psychopathique : voilà qui donne la bombe Merah.

A l'université

Les plus radicaux des islamistes peuvent se mêler aux musulmans modérés qui pratiquent leur culte à Toulouse, dans les quartiers d'Empalot, Bagatelle, les Izards. «Le quartier du Mirail est plutôt proche des Frères musulmans», estime Boris. Un islam réputé plutôt rigoriste. Chaque vendredi après-midi, le parking de Basso-Cambo se remplit. Les voitures débordent sur les ronds-points avoisinants. Des centaines de fidèles sont là pour la prière.

«Les «recruteurs» bougent beaucoup», constate Patrick, un collègue de Boris. «En France, tout d'abord. Ils sont étudiants à Lyon, puis à Paris, puis Toulouse. Ils sont présents dans les facultés. Ils font de la propagande. Ils ont toujours deux ou trois téléphones, sont prudents et méfiants. Les filles sont voilées de pied en cap. Les garçons eux, peuvent être en jean. Mais lorsqu'on discute avec eux, on voit qu'ils ont un discours radical. Ils sont aussi bien à la fac du Mirail qu'à Rangueil ou à l'Arsenal.»

«Certains profs ont été intimidés», observe Maria, une étudiante du Mirail. «Les salafistes n'aiment pas qu'on les dénonce comme des extrémistes. Mais ils ont quelque chose de sectaire.»

«Beaucoup se déplacent aussi à l'étranger, à la Mecque, à Médine, et puis en Égypte qui est le berceau des Frères musulmans», poursuit Boris. «Et on voit qu'ils peuvent avoir de solides moyens financiers derrière eux…» Certains propagandistes, qui touchent officiellement le RSA, disposent de belles villas dans les banlieues chics de Toulouse, avec de belles voitures… «D'où vient l'argent ? Sans doute des pays du Golfe !», soupire Patrick.

«On a aussi beaucoup dit que les intégristes bénéficiaient de l'argent de la drogue : pour moi, c'est une chimère», assure Boris. «Cela n'a jamais été prouvé, il n'y a jamais eu d'éléments matériels dans les enquêtes menées. En revanche, ce qui est une des caractéristiques du salafisme toulousain, c'est son infiltration au sein de bandes de délinquants. Beaucoup de conversions auraient lieu en prison : là encore, ce n'est pas forcément exact.»

«Car ces recruteurs ont souvent du charisme», estime Louis, éducateur dans une cité de Toulouse. «Et ils tiennent un discours qui plaît aux jeunes en galère : «Tu n'as jamais été accepté dans ce pays, pas même à l'école, et tu ne seras jamais accepté»… Ils jouent sur du velours. Et ils intimident les mamans plus modérées, en affirmant que ce sont eux, les bons musulmans.»

Intimidations ? Il y a quelques semaines, à Albi, un groupe de jeunes d'origine kurde (donc musulmans) a été interpellé par un autre groupe d'origine maghrébine. De toute évidence, tout le monde se connaissait : «Vous êtes des mécréants, des ennemis de Dieu. Vous avez tué des frères», ont-ils lancé à propos de ce qui se passait en Irak. «Ces garçons-là n'ont rien d'intégristes, j'en suis sûr», observe un témoin. «Mais, ce discours-là, ils ne l'ont pas inventé ! Est-ce qu'ils ont entendu de la bouche des intégristes ? Est-ce un discours entendu sur les réseaux sociaux ?»

Évidemment, à Albi, Toulouse ou ailleurs, toute une jeunesse est branchée sur Facebook ou d'autres réseaux sociaux, où s'échangent des idées dangereuses et des images ignobles. On se souvient que Merah avait été poursuivi pour avoir montré des scènes de décapitation à un jeune voisin de 15 ans, qui en avait été traumatisé. Mais effectivement, à Toulouse, il y a des hommes et des femmes qui n'ont rien de virtuel et qui peuvent ouvrir les portes des filières. Au mieux pour un embrigadement religieux rétrograde et sectaire. Au pire pour un engagement jihadiste ou terroriste.

Certains prénoms ont été changés.

2007-2014 : les mêmes...

Décembre 2006, à Hamah en Syrie, la police d'Hafez el-Assad arrête deux Français de 23 et 25 ans. Toulouse et Albi se trouvent loin du jihad et de la révolte des islamistes radicaux. Pourtant, ces deux garçons qui voulaient se battre en Irak contre les Américains ont grandi à Toulouse et Albi. Et si Sabri Essid et Thomas Barnouin, plus Miloud Chachou un autre Toulousain vraissemblablement mort en Irak, ont pu «faire le voyage», c'est grâce à l'aide de leurs «frères» de Toulouse et d'Artigat – du nom du petit village de l'Ariège où «l'émir blanc» Olivier Corel dispense ses prêches et sa connaissance du Coran à quelques initiés .

Février 2007. La sous-division anti-terroriste de la police judiciaire démonte la «filière d'Artigat». Des ramifactions vont jusqu'en Belgique, en Egypte et en Syrie. Parmi les suspects : Sabri Essid, Thomas Barnoin ou encore Imad Djebali. Ce dernier semble être considéré comme le leader du groupe. On retrouve déjà Abdelkader Merah, le frère de Mohammed et de Souad, qui sera inquiété par les investigations du juge anti-terroriste mais finalement pas poursuivi.

Juillet 2011. Sabri Essid sort de prison et rejoint Toulouse. «J'avais été approché par un de ses proches pour essayer de l'aider pour un boulot pour accélérer sa sortie», glisse un témoin. «Je me suis renseigné et j'ai vite compris qu'il était encore plus fanatisé que lorsqu'il est partie vers la Syrie.» Le père de Sabri Essid est une personnalité active du milieu salafiste, et il a épousé la mère de Mohammed Merah. C'est Sabri Essid qui, pendant la semaine qui a précédé le massacre de l'école Ozar Hatorah, a échangé plus de 60 conversations avec «le tueur au scooter» avant d'organiser ses obsèques. Sabri Essid a par ailleurs été vu en train de s'entraîner avec des membres de la filière des «Albigeois» dans un parc de la Reynerie à Toulouse fin 2013. Enfin Sabri Essid est parti en Syrie avec son jeune frère Wallid, mais également Thomas Barnoin, entre février et mars 2014.

 

Dominique Delpiroux et Jean Cohadon

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grève chez Air France : l'aéroport de Toulouse Blagnac accuse le coup

Grève chez Air France : l'aéroport de Toulouse Blagnac accuse le coup | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Au neuvième jour de grève des pilotes d'Air France, l'aéroport de Toulouse-Blagnac enregistre une perte de 1% de son chiffre d'affaires pour l'exercice en cours. Les commerçants implantés sur la plateforme estiment eux à près de 10% la baisse de leur activité.

 

Nombreux ont été ceux envisageant la fin du conflit entre la direction et les pilotes d’Air France en fin de matinée, ce lundi 22 septembre. Leurs espoirs ont été douchés quelques heures plus tard. Les propositions du P-DG d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac, relatives à une suspension jusqu’en décembre 2014 du « projet de création de filiales de Transavia en Europe » n’ont pas apaisé la colère de ses pilotes. La grève est donc reconduite pour le neuvième jour consécutif ce mardi.

Le trafic en est particulièrement affecté sur la plateforme toulousaine, où 75% des vols de la compagnie sont annulés chaque jour en moyenne depuis le 15 septembre. Vingt-deux vols sur vingt-huit prévus ce lundi. Le manque à gagner commence à chiffrer, quand près de la moitié de l’activité du terminal est portée par le groupe Air France. Selon la direction de l’aéroport, ce sont 8000 passagers qui sont perdus quotidiennement. Autant de redevances qui n’entrent donc plus dans les recettes. De même, la part des parkings, moins pratiqués, est en repli. 1,2 million d’euros de chiffre d’affaires sera donc perdu à l’issue de cette nouvelle journée de protestation. Soit 1% du chiffre d’affaires escompté à la fin de l’exercice.

Toutes les activités induites touchées

Les activités connexes au premier aéroport business de France sont également impactées par la baisse de fréquentation du site. Les commerçants de la galerie marchande estiment à 10 % la baisse de leurs recettes. Les entreprises de location de véhicules, les taxis et les hôteliers attendent eux aussi impatiemment le retour à la normale.

La sortie de crise n’est pas attendue avant la fin de cette semaine malgré l’appel à la reprise du travail par le Premier ministre Manuel Valls. Car pour le SNPL AF Alpa, syndicat majoritaire chez les pilotes, l’annonce d’Alexandre de Juniac « n’est qu’un écran de fumée qui n’offre pas plus de garanties que les annonces précédentes, et ne résout aucun problème ».
Pour rappel, les pilotes d’Air France sont en grève afin de protester contre le projet du groupe Air France-KLM de déployer la flotte de Transavia sur plusieurs plateformes en Europe, notamment au Portugal et en Allemagne dès 2015. Ceci avec des pilotes sous contrats locaux.
Nathalie Malaterre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Avec Toulouse à table, la Ville rose espère tenir son événement identitaire

Avec Toulouse à table, la Ville rose espère tenir son événement identitaire | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

A l'occasion de la Fête de la gastronomie, du 26 au 28 septembre, se tient la première édition de Toulouse à table. Une grand messe populaire autour des valeurs culinaires du sud-ouest, qui ambitionne de devenir un atout de rayonnement pour la ville. 

 

« Lille a sa grande braderie, Lyon a sa Fête des lumières. Nous souhaitons que la Ville rose ait Toulouse à table ». Lors d’une première présentation à la chambre de commerce et d’industrie en mai dernier, les organisateurs de ce nouveau rendez-vous gastronomique affichaient leurs ambitions. Et le projet semble avoir convaincu la mairie, qui s’implique fortement. « Nous voulons en faire un événement national voire international », avance d’ailleurs Jean-Jacques Bolzan, adjoint au maire chargé du commerce.

« Des tests sur les événements qui correspondent à l’image de la ville »

Si les pouvoirs publics affichent un tel soutien, c’est que Toulouse est encore et toujours en quête d’un grand rendez-vous identitaire de notoriété mondiale. « Aujourd’hui, il n’y a pas de telle manifestation même si certaines fonctionnent très bien comme le festival Rio Loco », confirme Sylvie Rouillon-Valdiguié, adjointe au maire et présidente de So Toulouse, la marque de l’office de tourisme. « Nous effectuons donc des tests sur les événements qui correspondent à l’image de la ville. Toulouse a une identité, reste à la mettre en lumière, à la faire rayonner. La dimension universelle dépendra ensuite des moyens mobilisés. »

Ainsi, cette première édition de Toulouse à table doit avant tout servir à étalonner son potentiel. Aussi bien en termes de fréquentation que de mobilisation des commerçants, des restaurateurs et des autres acteurs des métiers de bouche. Car à l’image du Festival d’Avignon, la nouvelle grand messe des gourmets toulousain comportera également un Off, rassemblant toutes les initiatives autonomes.

Un budget d’au moins 200.000 euros

L’idée de Toulouse à table a germé dans la tête de deux hommes : Charles de Villepoix, dirigeant-fondateur de l’agence CDV Évènements, et Guy Pressenda, président régional de l’Umih, le premier syndicat de l’hôtellerie-restauration, qui intervient en nom propre dans cette opération. Les deux coprésidents de l’association Toulouse à table estiment le coût de cette première édition à 200.000 euros. Dont 20.000 euros de subvention municipale, « le reste étant essentiellement apporté par les petits partenaires » dixit Charles de Villepoix. À ce budget, il convient toutefois d’ajouter toute la partie non-monétaire : fourniture de produits, mobilisation de moyens logistiques et autres prestations délivrées par les partenaires institutionnels et privés de la manifestation. Soit, a minima, une centaine de milliers d’euros supplémentaires selon les estimations de certaines sources.

Uniquement pour le In du festival (lire ci-dessous), les organisateurs anticipent 1500 participants. Pour quelles retombées ? « Elles sont réelles mais difficilement mesurables. En tout cas, nous savons que l’afflux de monde bénéficiera aux commerçants du centre-ville. Et nous comptons sur une forte mobilisation de nos sympathisants sur les réseaux sociaux », explique Sylvie Rouillon-Valdiguié. Si cette première mouture est couronnée de succès, elle pourrait surtout permettre de drainer les excursionnistes vers la Ville rose lors des prochaines éditions. Une population touristique qui, selon les études réalisées, dépense en moyenne de 80 à 90 euros par jour et par personne.
Thomas Gourdin

Jacques Le Bris's insight:
Les temps forts du In Toulouse à table

Huit grands rendez-vous marqueront le In de Toulouse à Table. Le plus emblématique est sans doute le grand banquet solidaire proposé le vendredi 26 septembre au soir, salle Mermoz, par l’Épicerie solidaire du quartier de Maillol. « C’est l’unique manifestation solidaire de la Fête de la gastronomie en France », s’enorgueillit Guy Pressenda. Le coorganisateur de Toulouse à table annonce par ailleurs qu’au cours de cette soirée sans table d’honneur, où tout le monde sera mêlé, « le cadre, la cuisine et la vaisselle seront dignes d’un deux étoiles ».

Parmi les autres moments forts, à signaler aussi le grand banquet du samedi soir, rue d’Alsace-Lorraine, autour d’un bœuf à la broche. Côté animations, les plus nostalgiques ne rateront pas la course des garçons de café le dimanche matin, tandis que les aventuriers gourmands s’essaieront au Rallye des chefs le samedi, un grand jeu de piste citadin pour plus de 1000 participants.

A noter enfin que durant toute la semaine, du 22 au 28 septembre, un grand concours de repas à la Toulousaine sera organisé partout dans le monde via les réseaux sociaux.

Du 26 au 28 septembre. Renseignements, programme du Off et inscriptions sur le site de Toulouse à table.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

À Toulouse, Aeromart réunira en décembre l'ensemble des acteurs de l'industrie aéronautique mondiale

À Toulouse, Aeromart réunira en décembre l'ensemble des acteurs de l'industrie aéronautique mondiale | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Aeromart 2014 réunira à Toulouse, du 2 au 4 décembre, 12.000 acteurs de la filière aéronautique et spatiale mondiale. La convention d’affaires co-organisée par l’agence MPE et la CCI de Toulouse se présente comme le "1er rendez-vous de l’industrie aéronautique mondiale." Les nouveautés de cette 10e édition seront notamment la mise en place d’un village "Usine aéronautique du futur" ou encore la création d’un pavillon dédié au handicap.

12.000 entreprises dont 800 étrangères participeront, du 2 au 4 décembre, à la convention d’affaires Aeromart. Constructeurs, équipementiers, sous-traitants et fournisseurs seront réunis à Toulouse pour ce rendez-vous B to B qui pourrait aussi permettre d’ "attirer des investisseurs potentiels sur notre territoire" fait remarquer Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, partenaire d’Aeromart. L’événement, co-organisée par l’agence Midi-Pyrénées Expansion et la CCI de Toulouse, est également soutenu par Toulouse Métropole et l’Union Européenne.

Tous les acteurs majeurs répondent présents
L’enjeu d’Aeromart est surtout pour les participants de se faire connaître des donneurs d’ordre et ainsi engranger des commandes. L’opportunité est d’autant plus à saisir que "le top 8 des avionneurs mondiaux et le top 4 des motoristes seront présents. Il ne nous manque personne" se réjouit Stéphane Castet, PDG d’ABE, société en charge de la commercialisation d’Aeromart. L'événement, né à Toulouse en 1996, y revient tous les deux ans. Stéphane Castet estime que la convention "a su trouver à Toulouse un terrain et un terreau fertile." Il ajoute qu’ "Aeromart a également su s’exporter". En effet, l’événement s’est déjà délocalisé au Mexique, en Turquie ou encore au Canada et se déroulera au Japon à la fin du mois de septembre.

Nouveautés 2014
L’édition 2014 d’Aeromart à Toulouse sera marquée par deux nouveautés : un pavillon dédié au handicap et la mise en place d’un village "Usine aéronautique du futur" visant à mettre en valeur le savoir-faire régional et les innovations de demain. Seront également déployés : un espace emploi/formation et un "Green Village", dédié aux innovations et nouvelles technologies environnementales.  

Adrien Serrière

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Journées européennes du Patrimoine 2014 Les circuits et visites à Toulouse

Journées européennes du Patrimoine 2014 Les circuits et visites à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Circuits proposés par l'Office de Tourisme de Toulouse
Départ de l'Office de Tourisme
Place Square Charles de Gaulle sauf mention contraire 
Réservation au 0 892 180 180 
Tarif 4 €, gratuit pour les moins de 18 ans, sauf mention contraire 
 

> tous les circuits 

Circuit proposé par le Musée Saint-Raymond 
"Sur les traces de l'enceinte romaine de Toulouse"  
Une visite de découverte du patrimoine au départ du musée
Samedi et dimanche, de 14 h à 16 h  
Gratuit. Sans réservation, dans la limite des places disponibles.
Départ du musée, place Saint-Sernin 
Renseignement :  05 61 22 31 44
 
Circuits proposés par l'association La Gargouille 

Durée 2 heures. Gratuit – Renseignement :  05 34 60 12 75

L'art en marchant à La Reynerie
Randonnée artistique et historique avec des interventions artistiques de l'association Le tambour et de la compagnie de danse La Baraque. 
Samedi à 15h - départ du métro Bellefontaine
Dimanche à 15h - départ du métro Reynerie 
 
L'art en marchant à Bagatelle
Découverte du patrimoine du quartier en compagnie du poète et slameur Miloud Chabane, en partenariat avec le centre culturel Henri Desbals. 
Samedi à 11h - départ du métro Bagatelle 
 
Circuit proposé par l'Université de Toulouse

Service diffusion de la culture des sciences et des techniques 

Départ de l'Hôtel Dieu  - 2, rue de la Viguerie
Durée 2 heures. Gratuit – Renseignement : 05 61 14 44 70
 
Aux grands maux les grands remèdes : histoire de la médecine à Toulouse
Visite guidée de lieux emblématiques comme l'Hôtel Dieu ou la faculté de médecine
Samedi à 10h 
 
Circuit proposé par le collectif artistique Urbain, trop urbain
Périph'strip, le Tour operator
Circuit en bus du périphérique intérieur, performance entre la visite patrimoniale et l'expérience poétique, qui donne l'occasion de questionner les interactions entre les humains et leur milieu. 
Samedi à 11h, 14h et 16h30
Départ du métro Argoulets 
Gratuit – sur réservation www.periphstrip.fr - Renseignement  par mail
 
Circuits et visites proposés par l'association Mirabili'Art 
(Université Toulouse Jean-Jaurès)
Gratuit
Circuits et visites proposés par l'Apha 
(Association Patrimoine et Histoire de l'Art en Volvestre et Midi-Pyrénées) 
Durée 2 heures - Tarif : 3 €. Gratuit pour les scolaires -Sans réservation 
 
L'architecture civile de la Renaissance à nos jours
Découverte du Capitole, des rues Saint-Rome, des Changes, des Marchands, des Filatiers
Dimanche à 10h. Départ de la place du Capitole, sous les arcades, devant la bijouterie. Accessible aux personnes en situation de handicap
 
Le cimetière Terre Cabade, art funéraire et Toulousains (es) célèbres
Dimanche à 15h. Départ de l'entrée principale, 1, avenue du Cimetière 
Renseignement : 05 61 62 95 22
 
Exposition présentée par l'association ASPTUIT 
Deux autobus urbains d'autrefois seront présentés, un SC10 à plateforme, et un PR100 réaménagé en espace muséographique itinérant, dans lequel une exposition retraçant l'histoire des moyens de transports en commun toulousains sera proposée. 
La découverte se fera à bord d'un GX427 du réseau TISSEO, au départ de Balma Gramont
Renseignement : 06 64 83 15 36
 
Les Journées européennes du Patrimoine 2014 à Toulouse
 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Social MeetUp #5 Edition : “La démocratie 3.0” à La Cantine Toulouse le 3/10

Social MeetUp #5 Edition : “La démocratie 3.0” à La Cantine Toulouse le 3/10 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La généralisation du numérique dans la sphère privée a donné naissance à de nouvelles façons de communiquer, à tisser de nouveaux liens entre chaque citoyen et la cité. Cette évolution est notamment illustrée par la montée en puissance des réseaux sociaux dans les échanges. En la matière, le citoyen est souvent allé plus vite que la cité. Aujourd’hui, les grandes entreprises, les collectivités et l’ensemble du secteur public se sont dotés ou se dotent des outils et des compétences nécessaires pour que ces communications soient interactives. Qu’est-ce que la « démocratie 3.0 » ? Les définitions sont multiples mais les points de convergence sont évidents : elle concerne l’implication directe des citoyens dans le débat public, via Internet et les réseaux sociaux le plus souvent (dans un premier temps, Internet a permis de s’informer, dans un deuxième temps de réagir et, avec la démocratie 3.0, de proposer).

Concrètement, les différentes briques qui doivent aboutir à une « démocratie 3.0 » sont là : reste à les mettre en place. Cette 5ème édition du Social MeetUp a pour but d’aborder ces thématiques et de permettre aux différents intervenants de la « démocratie 3.0 » de nourrir et de se nourrir de cette formidable source d’innovations et d’idées neuves qu’est « la foule » (crowd, en anglais).

Jacques Le Bris's insight:
Programme
  • 11h15 : Accueil café
  • 11h30 : Intro de la thématique par Martin Venzal, Touléco
  • 11H40 : Pitches de porteurs de projets
    • Equivote par Jeremy SIMONKLEIN - EQUIVOTE - service de référendum en temps réel pour voter et commenter les lois proposées à l'Assemblée Nationale.
    • Hack The City : les citoyens réinventent leur démocratie par Carole Maurage ( La Mêlée).
    • Témoignage Citoyen
  • 12h00 : Conférence
    • “Qu’est ce que la Démocratie 3.0”: Jean-François Audiguier, Chef de projet Numérique / Web Social à l’ARPE Midi-Pyrénées

“A l’heure où le numérique favorise le dialogue direct entre citoyens, collectivités, politiques, une nouvelle forme de démocratie émerge. Les citoyens interpellent les acteurs publics, participent plus activement aux concertations ou peuvent avoir accès aux données publiques. Les cadres de la démocratie se transforment. Etat des lieux.”

    • “ Exemple d’application” Franck Menigou, Responsable des Médias Digitaux / Médias Sociaux et Sandrine Mathon, Chef du service Administration, Direction des Systèmes d'Information présentent les projets Democratie 3.0 de Toulouse Metropole.
    • “Gestion de la relation citoyenne” par Christophe ROUESNÉ, Expert solutions numériques de DOCAPOST,filiale du Groupe LA POSTE

Christophe Rouesné

“Après 10 ans au contact des élus et au sein des collectivités (assistant parlementaire d’un Député en Bretagne, puis directeur de cabinet et directeur de la communication dans une ville des Yvelines), Christophe ROUESNÉ a créé en 1998 une start-up pionnière des solutions internet pour les Collectivités Territoriales. Depuis 2003, il a contribué à l’élaboration et la commercialisation de solutions innovantes pour le secteur public et territorial, en France et en Europe. Il a rejoint Docapost (Groupe La Poste) en 2011 pour étoffer l’offre de services numériques pour les collectivités territoriales. »

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Dominique Faure, Toulouse Métropole : « Nous allons construire un schéma de développement économique avec tous les acteurs »

Dominique Faure, Toulouse Métropole : « Nous allons construire un schéma de développement économique avec tous les acteurs » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Si les compétences économiques ont été réparties entre plusieurs élus de Toulouse Métropole, c'est Dominique Faure, septième vice-présidente, qui est chargée de la coordination et de la cohérence globale. La nouvelle maire de Saint-Orens-de-Gameville détaille son plan d'action.

 

Dominique Faure, comment sera bâti le projet économique de la métropole ?
Des réunions avec tous les élus concernés de la Métropole vont permettre de dresser un diagnostic partagé. Des indicateurs que nous définirons ensemble comme l’emploi ou la production locale de richesse permettront d’évaluer régulièrement notre politique publique en faveur du développement économique. Ensuite, nous allons travailler sur un schéma de développement économique, sorte de feuille de route pour les six ans à venir. Il pourrait être la composante métropolitaine du schéma régional et nous souhaitons finaliser ce travail avant la fin de l’année. Nous voulons y associer tous les acteurs : chambres consulaires, services de l’État, collectivités territoriales, syndicats patronaux et salariés, pôles de compétitivité, clusters, clubs d’entreprises, etc..

 

Quels sont les principaux objectifs ?
Il s’agit de créer les meilleures conditions de développement pour tous les segments d’entreprises : aider à l’éclosion de jeunes pousses au travers de nos pépinières et hôtels d’entreprises, accompagner les TPE mais aussi trouver des solutions aux besoins des PME, qui restent les grandes oubliées. Concernant les grands groupes, nous allons cibler des acteurs-clé envers qui nous voulons assumer et nous montrer à la hauteur des richesses qu’ils apportent à la Métropole, en essayant de répondre à leurs attentes. On peut citer Airbus, Latecoère, Pierre Fabre, EDF, Air France, mais aussi Sanofi qui continuera au travers de ses trois plateformes à jouer un rôle localement. Nous allons aussi travailler avec Jean-Claude Dardelet (vice-président de Toulouse Metropole en charge des affaires européennes et développement international, NDLR) à l’amélioration de l’attractivité du territoire pour avoir une offre pertinente vis-à-vis de grandes entreprises internationales.

 

Quelles filières sont à consolider ?
Nous portons beaucoup d’attention aux pôles de compétitivités Agri Sud-Ouest innovation et Eau - pôle que nous partageons avec la région Languedoc-Roussillon -, mais aussi au cluster Tourisme d’affaires ou encore au label French Tech, projet sur lequel les différents acteurs locaux du numérique doivent absolument jouer la complémentarité. Enfin, il faudra aider le BTP en relançant rapidement un certain nombre de projets. Avant de faire émerger de nouvelles filières, il nous faut nous atteler collectivement au bon fonctionnement, à la consolidation et au développement de celles déjà existantes.

 

Justement, quel avenir pour les grands projets de la région toulousaine ?
Jean Luc Moudenc,(maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, NDLR), a commencé à arbitrer ces questions et d’autres réponses interviendront dans les mois qui viennent. Concernant le campus Montaudran Aerospace et l’Oncopole, je sais qu’il souhaite que ça aille vite et nous y contribuons. Le projet du parc des expositions pourra être revisité s’il se confirme que nous sommes dans l’obligation de réduire significativement les coûts ou d’en augmenter les recettes ! A
noter aussi qu’avec l’Établissement public foncier de Toulouse, nous continuons à acheter du foncier pour le réaménagement du quartier Matabiau en vue de l’arrivée du TGV.
 

Propos recueillis par Thomas Gourdin

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bonne conjoncture estivale pour Airbus

Bonne conjoncture estivale pour Airbus | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L’A350 XWB de Qatar Airways devrait être livré fin 2014.


Après un mois de juillet pléthorique en terme de commandes grâce au salon aéronautique de Farnborough, Airbus a encore engrangé de nouvelles promesses au mois d’août. Ainsi, au cours du rendez-vous britannique, le constructeur a signé près de 500 commandes pour quelque 55 milliards d’euros. A ces contrats sont venus s’ajouter celui de International Airlines Group (IAG), portant sur huit gros-porteurs A350-900 pour Iberia début août. Le 21 août, la compagnie Himalaya Airlines annonçait à son tour son intention d’acquérir quinze A320 d’ici cinq ans. Fort de cette saison, Airbus pourrait vendre plus de 1000 appareils en 2014, soit un excellent cru.

L’A350 a fini son tour du monde

Les commerciaux de l’avionneur ne sont pas les seuls à avoir planché durant ces vacances. Après quatorze mois de tests, l’A350 a achevé sa campagne de vols d’essais un peu avant le 15 août. De quoi augurer une certification européenne, synonyme du cachet « bon pour le service » dans le courant de ce mois de septembre. Et fixer encore un peu plus le calendrier des livraisons de ce nouvel appareil, puisqu’aucune modification technique majeure n’a été annoncée par Airbus.

Taux de change favorable

Par ailleurs, Airbus pourrait profiter d’une conjoncture financière favorable au sortir de cet été, grâce à la baisse de l’euro par rapport au dollar. Comme pour tous les grands exportateurs, la faiblesse de la monnaie européenne va avoir un impact positif sur sa marge opérationnelle. Le secteur aéronautique estime ainsi qu’une baisse de 20 centimes de l’euro par rapport au dollar pourrait permettre au secteur de regagner plusieurs milliards d’euros de capacité d’autofinancement. Prudence toutefois car en un an, la volatilité de l’euro par rapport au dollar n’a été « que » de 8 centimes, passant de 1,39 dollar en mai à 1,31 en août…
M.V.

more...
No comment yet.