Toulouse La Ville...
Follow
Find
70.4K views | +39 today
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

Reflets toulousains

La photo du jour de #toulouse #garonne #hiver
franckmen's photo on Instagram
more...
No comment yet.
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse au détail

Une vidéo pour regarder Toulouse autrement et pour la scruter dans ses moindres recoins.
Parce que Tou(louse) est dans le détail.

Réalisée par Manon Bril et Bart dans le cadre du concours de courts-métrages, organisé par l'association Périples, pour les 2000 ans de la ville.


Suivre @BrilManon


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Guide Michelin : deux nouvelles étoiles à Toulouse (Le Py-R) et Castanet-Tolosan (La Table des Merville)

Guide Michelin : deux nouvelles étoiles à Toulouse (Le Py-R) et Castanet-Tolosan (La Table des Merville) | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Pierre Lambinon, chef du Py-R à Toulouse

 

Le Guide Michelin a attribué 54 nouvelles étoiles ce lundi 1er février dont 2 en Midi-Pyrénées. Notre région conserve son unique 3 étoiles, Michel Bras à Laguiole (Aveyron), désigné récemment meilleur chef du monde. 

 

Pierre Lambinon, chef du Py-R à Toulouse, et Thierry Merville de la Table des Merville à Castanet-Tolosan ont décroché tous les deux leur première étoile au Guide Michelin ce lundi 1er février 2016.

Le Guide a attribué 54 nouvelles étoiles dont deux, donc, en Midi-Pyrénées, à ces deux chefs établis dans la région toulousaine.

Midi-Pyrénées conserve son unique 3 étoiles, Le Suquet de Michel Bras, dirigé par son fils Sébastien, à Laguiole (Aveyron). Michel Bras a été élu récemment meilleur chef du monde par ses pairs.

Trois établissements 2 étoiles sont établis dans la région : Michel Sarran à Toulouse, Yannick Delpech de L'Amphitryon à Colomiers et Bernard Bach du Puits Saint-Jacques à Pujaudran dans le Gers. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En gare Matabiau de Toulouse, vous pourrez bientôt pédaler pour... recharger votre téléphone !

En gare Matabiau de Toulouse, vous pourrez bientôt pédaler pour... recharger votre téléphone ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le « We Bike » est déjà utilisé par les voyageurs en gare de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, à 1 h 30 de Toulouse

 

Courant février 2016, la gare Matabiau de Toulouse sera équipée de « We Bike », un système où vous pourrez pédaler pour recharger votre téléphone ou ordinateur ! Explications.

 

Imaginez la situation. Vous êtes en gare Matabiau, à près de trente minutes ou une heure du départ de votre train et vous devez impérativement recharger votre téléphone portable – ou ordinateur – car vous attendez un appel ou une transmission urgente. Problème : toutes les prises de la gare sont utilisées. Péril en la demeure ? Que nenni !

Courant février 2016, la SNCF va installer l’une de ses dernières innovations en faveur des usagers, qui prendra place dans le hall départs. Son nom : le « We Bike ».

15% de recharge en dix minutes de vélo !

Le principe est simple : vous connectez, via vôtre câble USB, le téléphone portable, tablette, smartphone, l’ordinateur portable, et ensuite c’est à vous de pédaler via ce vélo écologique pour redonner des barres à votre batterie exsangue. Il n’y a que des avantages : ça occupe le temps d’attente, vous faites votre sport quotidien… et votre appareil est rechargé.

Pas de record à battre, il suffit juste de produire de l’énergie jusqu’à 220 volts, de quoi recharger un téléphone portable de 15% en seulement dix minutes, soit autant que sur secteur, précise la SNCF de Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées.

Ce système n’est pas une première dans notre région puisque le « We Bike » est déjà utilisé en gare de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées. Mais gageons qu’avec le nombre de voyageurs toulousains, le « We Bike » devrait rapidement trouver ses fans.

Après le piano en libre-service fin 2013

Voilà en tout cas une nouvelle idée pour animer la gare toulousaine. Fin 2013, un piano en libre-service avait fait son apparition du côté du hall d’arrivées de Matabiau. Entre-temps, le piano a été déplacé vers les portes automatiques d’accès aux quais, non loin des sanitaires. Mais il attend celles et ceux qui se sentent l’âme de mélomane !


Anthony Assemat

Journaliste



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Remaniement ministériel. Baylet, Martin, Rabault... dans le prochain gouvernement ?

Remaniement ministériel. Baylet, Martin, Rabault... dans le prochain gouvernement ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un remaniement ministériel doit intervenir ces prochaines semaines. Voici quels sont les politiques de Toulouse et sa région pouvant intégrer le futur casting de François Hollande.

 

Attendu depuis la fin des élections régionales, un remaniement ministériel devrait intervenir « durant ces prochaines semaines » a indiqué début janvier 2016, le président des élus socialistes à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux (PS). Quoique « la composition d’un gouvernement se tricote et se détricote jusqu’à 5 minutes avant le décret du président de la République », prévient le collaborateur d’un actuel cabinet ministériel, logiques politiques et confidences de couloirs pronostiquent à chaque fois allègrement le casting qui pourra être désigné.

A ce petit jeu, plusieurs noms de femmes et d’hommes politiques de Toulouse et sa proche région se côtoient au rang des « possibles » et même pour certains des « probables ». Tour d’horizon.

Jean-Michel Baylet, le fidèle allié radical de gauche

A ce jour, le plus pressenti en Midi-Pyrénées est Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche et patron du groupe de presse La Dépêche. Une habitude :

 

Baylet, voilà 25 ans qu’il est sur les tablettes à chaque composition gouvernementale, même lorsque la droite est au pouvoir !, ironise un parlementaire socialiste de Midi-Pyrénées.

 

Postulant à un « ministère régalien » depuis l’élection de François Hollande en 2012, le radical de Valence d’Agen (82) n’a cependant jamais été aussi prêt de décrocher son maroquin. Celui qui fut deux fois ministre sous Mitterrand peut compter sur la fidélité sans faille du PRG à la politique de François Hollande, sa formation politique restant le dernier allié du Parti socialiste.

Il compte également sur la sortie du gouvernement de Sylvia Pinel (PRG), ministre du Logement récemment élue au Conseil régional de Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et qui a elle même annoncé qu’elle quitterait le gouvernement.  Qui de mieux que le grand patron radical pour participer au quota des radicaux de gauche au gouvernement ?

France 3 Midi-Pyrénées, citant des sources parisiennes, pronostique le ministère de l’agriculture pour cet élu avant tout rural. Il profiterait du départ de Stéphane Le Foll, l’ancien directeur de campagne de François Hollande désirant se dégager de toute responsabilité pour se consacrer de nouveau à la campagne présidentiel de son mentor. Selon nos informations, son nom circule également pour la Défense ou les collectivités territoriales.

Le retour du Gersois Philippe Martin

Autre entrée plus « probable » que possible : celle du président du conseil départemental du Gers Philippe Martin (PS). Celui qui fut rapidement ministre de l’écologie du gouvernement Ayrault 2 (juillet 2013-mars 2014), a, selon un fin connaisseur des arcanes de la République et ses mœurs courtisanes, « déroulé le manuel du parfait ministrable ces derniers mois ».

 

Philippe Martin voulait postuler à l’investiture des socialistes pour les élections régionales en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées. Il en a été empêché de façon pas très élégante au profit de Carole Delga. Il s’est tenu tranquille, menant même une campagne zélée, ardente, totalement dévouée à Carole Delga. La grande classe ! Elle est soit le fruit d’une promesse du plus haut niveau de l’Etata priori, soit une stratégie pour arracher cette promesse a posteriori, calcule froidement un cadre socialiste de la région.

 

Philippe Martin peut également compter sur ses qualités de sérieux, d’énergie, de travail, de connaissance des dossiers et même un certain talent à communiquer pour figurer parmi les futurs guerriers qui composeront ce qui pourra ressembler à un gouvernement de combat, un an avant l’élection présidentielle.

Cet authentique fabusien, tatoué Aubryste, serait également un profil arrangeant pour François Hollande dans sa gestion de la représentativité des tendances du PS pratiquée à l’heure de chaque composition gouvernementale.

Lemorton, Rabault, Borgel…

Avec beaucoup moins d’atouts et de certitudes, d’autres figures socialistes de Toulouse et sa région gonflent l’interminable liste des « possibles ». Les plus sérieux s’appellent Catherine Lemorton, députée PS de Haute-Garonne, Valérie Rabault, députée PS du Tarn-et-Garonne et Christophe Borgel, député PS de Haute-Garonne et première gâchette de Jean-Christophe Cambadélis au Parti socialiste.

Pharmacienne de profession, femme à poigne de conviction et présidente de la stratégique et difficile commission des affaire sociales à l’Assemblée nationale, Catherine Lemorton est systématiquement citée pour la santé et les affaires sociales. Mais systématiquement distancée par ses camarades comme Marisol Touraine et Jean-Marie Le Guen. Une fois de plus, elle est sur la liste.

Du côté de Christophe Borgel, son rôle de secrétaire national aux fédérations et spécialiste électoral au PS en font une pièce maîtresse sur l’échiquier de l’élection présidentielle de 2017. A l’instar de Stéphane Le Foll, « il s’agit de se demander où il sera le plus utile à François Hollande », glisse un habitué de la rue de Solférino. Son nom circule toutefois – et ce n’est pas nouveau – pour un secrétariat d’Etat aux relations avec le Parlement.

Enfin Valérie Rabault, jeune parlementaire tarn-et-garonnaise dont le nom est de plus en plus synonyme de valeur sûre à gauche, fait valoir de solides compétences en matière de finances et de budget de l’Etat. François Hollande pourrait se rappeler de ce profil intéressant s’il devait chambouler le pôle de Bercy…


Pascal Pallas

Rédacteur en chef



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Stadium de Toulouse est « prêt » pour l'Euro 2016 de football

Le Stadium de Toulouse est « prêt » pour l'Euro 2016 de football | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L’inauguration du Stadium de Toulouse samedi dans le cadre du match de gala entre le TFC et le PSG conclut deux ans de travaux pour un montant de 43,3 millions d’euros.

 

A cinq mois du début de l’Euro 2016, le Stadium de Toulouse a fêté la fin de sa rénovation ce samedi 16 janvier. L’aboutissement d’un chantier à rebondissements de plus de deux ans.

 

La venue du ministre des Sports Patrick Kanner, un grand feu d’artifice et un match de prestige entre le Toulouse Football Club et le puissant PSG. Ce samedi 16 janvier, l’inauguration du Stadium rénové s’est déroulée dans une ambiance de gala. Preuve aussi d’un certain soulagement pour l’ensemble des acteurs, après plus de deux ans de travaux rythmés par quelques péripéties.

Retards de livraison des sièges, inclinaison des bords de pelouse qui empêchait la tenue de matchs de rugby, ou encore problèmes de circulation des camions lors de l’organisation de concerts… Autant de problématiques désormais réglées selon la députée Laurence Arribagé, adjointe au maire en charge des sports.

 

46,6 millions d’euros investis

L’enceinte toulousaine est donc « prête pour accueillir de grands événements », dixit l’élue, à commencer par quatre rencontres du championnat d’Europe de football en juin prochain, mais aussi « pour passer le centenaire ». Comprendre : le Stadium en version actuelle devrait perdurer au moins jusqu’en 2037.

Au final, ce grand lifting aura coûté 43,3 millions d’euros, contre 41,5 initialement prévus. Un écart dû au renforcement des fondations de certains gradins et au changement de la pelouse. A cette somme, il convient également d’ajouter 3,3 millions d’euros pour la mise aux normes de l’Euro 2016. « Nous avons pu économiser 700.000 euros sur ce poste suite aux discussions engagées avec les organisateurs », précise Laurence Arribagé. Toujours sur le plan budgétaire, la question du naming, à savoir la concession du nom du stade à un acteur privé, reste également une piste privilégiée afin de réduire l’impact financier. Une telle opération permettrait de couvrir au moins en partie les 900.000 euros de coût de fonctionnement annuel de l’équipement. Sachant que la municipalité peut déjà s’appuyer sur le loyer de 200.000 euros versé chaque année par le TFC, principal utilisateur du stade.

 

Le débat sur la capacité

Si l’esprit de fête était donc de rigueur ce samedi, depuis longtemps, des voix s’élèvent du monde économique pour remettre en cause la nouvelle configuration du Stadium. Le projet initial de rénovation, estimé à 66 millions d’euros et qui devait permettre d’accueillir 40.000 personnes, a en effet été abandonné pour raisons budgétaires par l’ancienne municipalité socialiste. Laissant place au chantier actuel, qui ramène la capacité de 35.500 à 33.000.

« Quelle entreprise investit pour réduire la voilure ? Je comprends les contraintes budgétaires de la collectivité mais ce projet me paraît pensé en dépit du bon sens, hors de tout raisonnement économique. Notre territoire est dynamique, et la croissance démographique se serait mathématiquement concrétisée par une augmentation du nombre de spectateurs. L’Euro 2016 et cette rénovation étaient l’occasion de créer un outil de rayonnement pour notre territoire », regrette ainsi Didier Gardinal, le président de la chambre de commerce et d’industrie de Midi-Pyrénées.

Une lecture que ne partage pas Laurence Arribagé, estimant que la capacité du stade est « modeste, raisonnable, mais pas ridicule », et qu’elle « correspond à la taille de la ville. « Il ne faut pas oublier la richesse du sport de haut niveau à Toulouse. Les spectateurs se répartissent entre le football, le rugby, le handball, le volley, etc.. Et ce Stadium là, un lieu historique désormais modernisé, reste un bel outil pour rayonner. Je suis fière de ce stade, ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle "le petit Wembley", conclut l’élue, en référence à la célèbre cathédrale du football anglais.
Thomas Gourdin

 


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. Décollage réussi pour le musée Aeroscopia

Toulouse. Décollage réussi pour le musée Aeroscopia | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Sur les 217.619 visiteurs enregistrés en 2015 par le musée Aeroscopia, 70% étaient originaires de l’ancienne région Midi-Pyrénées.

 

Ouvert en janvier 2015, le musée Aeroscopia a doublé ses prévisions de fréquentation en accueillant près de 220.000 visiteurs l’année dernière. Après un an d’exploitation et une « affluence record », le groupe Manatour espère transformer l’essai en 2016.

 

Le projet aura mis trente ans à voir le jour mais il a réussi son décollage. Ouvert depuis le 14 janvier 2015, le musée Aeroscopia a fait le plein en accueillant très exactement 217.619 visiteurs l’année dernière. « Nous avions prévu prudemment 120.000 visiteurs. On en a enregistré 220.000 pour le seul musée et 100.000 de plus avec les visites d’Airbus. Cette première année d’exploitation est un succès », s’est félicité Bernard Keller, le maire de la ville de Blagnac qui a repris en 2010 la maîtrise d’ouvrage du projet et en est le premier financeur avec 8 millions d’euros investis sur un budget global de 21,5 millions d’euros. Toulouse Métropole y a consacré de son côté 5 millions d’euros contre 2,8 millions pour la région, 1,5 million d’euros pour le département et 3,5 millions d’euros pour Airbus.

Consolider la fréquentation en 2016

Le groupe Manatour qui exploite le lieu dans le cadre d’une délégation de service public et qui gère aussi les visites des sites Airbus, du Min de Toulouse ou de La Dépêche du Midi s’est fixé « de maintenir le seuil des 200.000 visiteurs en 2016 ». Son président-fondateur, Jean-Pierre Mas compte notamment sur le renouvellement des collections, le développement de l’activité événementielle et la création d’une billetterie en ligne pour atteindre cet objectif. Le musée, pour lequel Manatour détache moins de vingt personnes, a réalisé sur son premier d’exercice un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros et un million d’euros supplémentaire grâce aux ventes de la boutiques, commune avec Let’s visit Airbus.

Sur ces sommes, le délégataire a reversé 50.000 euros à la ville de Blagnac pour la mise à disposition des infrastructures et 60.000 euros aux associations aéronautiques regroupées au sein de Terre d’Envol. En 2016, Aeroscopia, qui reste le seul musée au monde à présenter un A400M, enrichira sa collection d’aéronefs avec l’arrivée du Djinn SO 1221, un hélicoptère d’observation, de liaison et d’évacuation sanitaire dont le premier vol a eu lieu en janvier 1953, ainsi que d’un Pou du Ciel. Ce biplan en tandem à aile avant libre, inventé dans les années 1930, a été cédé par Rodolphe Grunberg, ancien de Latécoère qui en a redessiné les plans en les adaptant à la législation aéronautique actuelle.

 

Un A380 à acheminer et à aménager

Par ailleurs,une étude de faisabilité technique est en cours concernant l’acheminement jusqu’à la zone nord du musée de l’A380 MSN002 mis à disposition par Airbus et dont l’aménagement intérieur reste à inventer. L’avionneur européen prévoit aussi de céder au musée un A320 qui devrait quitter les essais en vol cette année et évoque aussi l’arrivée possible d’un long-courrier A400-600.
Après l’ouverture récente de l’Atelier des avions où les passionnés de l’association les Ailes Anciennes restaurent les aéronefs destinés au musée, Aeroscopia a programmé en 2017 celle de la ferme de Pinot. Manatour a prévu d’y créer un restaurant de 150 places dont il assurera la gestion ainsi que deux salles de séminaires et d’un amphithéâtre de 60 places dédiés au tourisme d’affaires.
Johanna Decorse


more...
No comment yet.
Rescooped by Jacques Le Bris from Lacroix-Falgarde
Scoop.it!

Une start-up de Verte Campagne fait le buzz

Une start-up de Verte Campagne fait le buzz | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

De gauche à droite, Olivier Melet, Guillaume Vidoni et Aurélien Clauzel prêts pour une longue soirée de travail./


Les initiatives innovantes ne manquent pas dans notre région ; on peut en effet saluer la création de la start-up «Absolom Design» dont les locaux se situent à Verte Campagne. Avec leur application «Qui dit miam», 3 jeunes entrepreneurs font le buzz sur Internet ; son gérant Aurélien Clauzel, Guillaume Vidoni à l'origine de l'idée et Olivier Melet qui a porté l'application sur smartphone. Ils ont eu l'idée originale de rendre les menus des cantines scolaires consultables par tous, au premier chef les parents d'élèves à partir de leur smartphone. Cela répond à une préoccupation légitime des parents de connaître la composition des menus proposés à leurs enfants. Seul Aurélien Clauzel travaille à 100 % au projet, ses compères ingénieurs ont gardé leur emploi au CNES et entament jusqu'à tard le soir une seconde journée pour finaliser les programmes. Il nous précise : «Notre application initialement appelée «MyMenus» de restauration collective n'avait guère de notoriété. En changeant de nom pour «Qui dit miam», en la simplifiant et en la ciblant sur les cantines scolaires, nous avons suscité un plus grand intérêt, et avons réussi à intégrer le programme Smart City de Toulouse Métropole. Les premiers contacts ont été pris en fréquentant la «Cantine de Toulouse» (nom prédestiné !). C'est à la «nuit de la Mêlée» que nous avons ont fait la rencontre déterminante de Bertrand Serp, vice président Économie Numérique, qui a cru en notre projet et nous a apporté son soutien».

Lancée il y a 2 mois, l'application a été téléchargée 1 000 fois. On peut consulter le menu des 200 écoles toulousaines du primaire et de la maternelle, qui sont approvisionnées par la cuisine centrale avec un menu unique. Ils ont déjà d'autres idées pour améliorer l'application en y ajoutant des conseils diététiques, le menu type du soir en complément de celui de la cantine, et des jeux sur le bien-manger.

Ils sont par ailleurs finalistes du concours national Dataconnexions organisé par la mission Etalab, qui récompensera le 2 février 2016 lors de la cérémonie de remise des prix à l'Hôtel de la métropole de Toulouse, les projets les plus innovants réutilisant des données publiques.

http://www.absolom.fr/



Les menus de vos enfants sur smartphone

Que mangent vos enfants à la cantine aujourd'hui ?

Vous pouvez désormais découvrir le contenu de leurs assiettes directement sur votre smartphone ! L'application «Qui Dit miam» vous permet d'accéder, en un clin d'œil, au menu du jour dans les écoles maternelles et élémentaires de Toulouse. Les allergènes entrant dans la composition des plats sont précises ainsi que tous les composants bio. Et si les repas ne peuvent pas être livrés, vous êtes alertés ! A télécharger, gratuitement, sur Google Play et App store.

Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus :


Application téléchargeable gratuitement


Absolom Design

@AbsolomDesign 

#webagency spécialisée dans les solutions #internet Editrice de #logiciels d'encaissement et de gestion de points de vente #connectes #caissethetic #quiditmam

absolom.fr


33 rue du pastel
31120 LACROIX-FALGARDE
0 979 940 779



Aurelien Clauzel 

@aurelienclauzel  Entrepreneur #Toulousain Développeur Web #PHP #jQuery #ZendFramework #Linux #System #Database #Mobile #Application @AbsolomDesign

mymenus.fr

more...
Jacques Le Bris's curator insight, January 13, 5:29 AM

En savoir plus :


Application téléchargeable gratuitement


Absolom Design

@AbsolomDesign 

#webagency spécialisée dans les solutions #internet Editrice de #logiciels d'encaissement et de gestion de points de vente #connectes #caissethetic #quiditmam

absolom.fr


33 rue du pastel
31120 LACROIX-FALGARDE
0 979 940 779



Aurelien Clauzel 

@aurelienclauzel  Entrepreneur #Toulousain Développeur Web #PHP #jQuery #ZendFramework #Linux #System #Database #Mobile #Application @AbsolomDesign

mymenus.fr

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quel est l'exécutif régional autour de Carole Delga ?

Quel est l'exécutif régional autour de Carole Delga ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Après avoir élu Carole Delga présidente de la nouvelle région, la première assemblée plénière de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a également adopté lundi 4 janvier la composition de sa commission permanente. Ces élus seront chargés d'attribuer les crédits du budget régional.

 

Les 158 nouveaux conseillers de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ont adopté ce lundi 4 janvier une délibération fixant la composition de la commission permanente. Composée de 52 membres dont la présidente Carole Delga, elle compte 31 sièges pour la gauche, 13 sièges pour le Front National et 8 sièges pour l'union de la droite et du centre. Cette instance se réunit régulièrement pour affecter les crédits votés lors du budget (programmation des travaux dans les lycées, attribution des subventions...).

Les 15 vice-président(e)s

Au sein de la commission permanente, l'exécutif du Conseil régional dispose de 15 vice-président(e)s :  6 élus PS, 3 PRG, 2 EELV, 1 MRC et 2 PCF (7 femmes et 8 hommes).

  • Sylvia Pinel, PRG, 1re vice-présidente en charge de l'Aménagement du territoire, des TIC (réseaux THD, HD, téléphonie) et des politiques contractuelles. Le 21 décembre, elle a confirmé son intention de se consacrer à son mandat régional et de démissionner de son poste de ministre du Logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité. Elle devrait s'entretenir "dans les mois à venir" avec François Hollande et Manuel Valls.
  • Damien Alary, PS, l'ancien président de la Région Languedoc-Roussillon devient 2e vice-président en charge de l'Attractivité régionale et des relations internationales.
  • Agnès Langevine, EELV, 3e vice-présidente en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l'économie circulaire et des déchets.
  • Didier Codorniou, PRG, 4e vice-président en charge de l'Économie maritime, du littoral et des aéroports.
  • Nadia Pellefigue, PS, 5e vice-présidente en charge du Développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur. Elle gérera aussi la filière numérique. Elle était en charge de l'Enseignement supérieur, des finances et de l'égalité femme-homme en Midi-Pyrénées lors du précédent mandat.
  • Jean-Luc Gibelin, PCF, 6e vice-président en charge des Mobilités et infrastructures transports.
  • Kamel Chibli, PS, 7e vice-président en charge de l'Éducation, de la jeunesse et du sport.

Lire aussi : Région : ceux qui vont compter dans la nouvelle génération Delga

  • Béatrice Négrier, MRC, 8e vice-présidente en charge de l'Emploi, de la formation professionnelle et de l'apprentissage.
  • Vincent Labarthe, PS, 9e vice-président en charge de l'Agriculture et de l'enseignement agricole. Il occupait déjà ce poste au sein du Conseil régional de Midi-Pyrénées.
  • Guillaume Cros, EELV, 10e vice-président en charge des Affaires européennes, des fonds structurels, de la coopération au développement, de l'évaluation et de la prospective.
  • Jean-Louis Cazaubon, (sans étiquette, proche PS) 11e vice président en charge de l'Agroalimentaire et de la viticulture.
  • Jean-Louis Guilhaumon, PS, 12e vice-président en charge du Tourisme et du thermalisme. Il occupait déjà ce poste en Midi-Pyrénées.
  • Dominique Salomon, PRG, 13e vice-présidente en charge de la Culture et des langues occitanes. Elle était déjà à ce poste en Midi-Pyrénées.

Lire aussi : Culture en Midi-Pyrénées : "Le maintien des festivals est un choix politique"

  • Aurélie Maillols, PS, 14e vice-présidente en charge de la Montagne et de la ruralité.
  • Marie Piqué, PCF, 15e vice-présidente en charge des Solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement

Les autres membres de la commission permanente

Pour l'union de la gauche :

  • Christian Assaf, député de la 8e circonscription de l'Hérault, il sera le président du groupe PS à la Région
  • Thierry Cotelle, secrétaire départemental du MRC en Haute-Garonne
  • Jacques Cresta, député PS de la première circonscription des Pyrénées-Orientales
  • Claire Fita, PS, conseillère municipale de Graulhet
  • Patrice Garrigues, PS
  • Emmanuel Gazel, PS, conseillère municipale de Millau
  • Hélène Giral, PS, vice-présidente de Région sortante
  • Geneviève Lasfargues, conseillère régionale sortante,
  • Nathalie Mader, PS, maître de conférence de droit public à l'Université Toulouse 1 Capitole
  • Gérard Onesta, la tête de liste régionale pendant la campagne pour EELV, le Front de Gauche et le Parti Occitan.
  • Pascale Peraldi, PS, vice-présidente du Conseil départemental des Hautes-Pyrénées
  • Serge Regourd, proche EELV, professeur de droit
  • Dominique Satgé, PCF
  • Guilhem Serieys, Parti de Gauche
  • Véronique Vinet, EELV

Pour l'union de la droite :

  • Mary Bourgade, conseillère régionale sortante en Languedoc-Roussillon
  • Fatima Dahine, adjointe au maire de Perpignan
  • Anne-Sophie Monestier-Charrie, conseillère régionale sortante
  • Elisabeth Pouchelon, conseillère régionale sortante
  • Michel Py, maire de Leucate, conseiller régional sortant
  • Dominique Reynié, tête de liste régionale pendant la campagne
  • Stéphan Rossignol, maire de la Grande-Motte et président de la communauté d'agglomération du Pays de l'Or
  • Vincent Terrail-Novès, maire de Balma

Pour le Front National :

  • Marie-Dominique Bagur, conseillère municipale de Montauban
  • Sophie Blanc
  • Maïté Carsalade, ancienne élue de la Mairie de Toulouse sous Dominique Baudis
  • Anne-Marie Collard, femme de Gilbert Collard, député du Gard
  • Chantal Dounot-Sobraques, ancienne conseillère régionale de Midi-Pyrénées
  • Jean-François Fons, ancien adjoint au maire de Perpignan
  • France Jamet, présidente du groupe FN à la Région
  • Julien Leonardelli, secrétaire départemental du FN 31
  • Julia Plane, conseillère municipale de Lunel
  • Gérard Prato, conseiller municipal de Frontignan
  • Jean-Guillaume Remise
  • Julien Sanchez, maire de Beaucaire
  • Jean-Luc Yelma

Une seconde assemblée plénière devrait avoir lieu d'ici à la fin du mois. La loi a fixé comme lieu des 2 premières assemblées plénières des régions fusionnées la capitale provisoire. Cette seconde assemblée se tiendra à Toulouse.

Pour les autres assemblées à venir, l'exécutif décidera dans les semaines qui viennent. Carole Delga avait souhaité pendant la campagne qu'elles se tiennent à Montpellier.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Place des Pradettes, Arnaud Bernard... bientôt trois nouveaux marchés à Toulouse

Place des Pradettes, Arnaud Bernard... bientôt trois nouveaux marchés à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Place des Pradettes, quartier Arnaud Bernard et place Raymond Grimaud, à St-Martin-du-Touch. De nouveaux marchés devraient bientôt faire leur apparition à Toulouse et dans l'agglo.

 

Dans trois délibérations votées vendredi 11 décembre 2015 au conseil municipal, la Ville de Toulouse a acté la création de trois nouveaux marchés, l’un sur la place des Pradettes et l’autre dans le quartier Arnaud Bernard, à Toulouse ; le dernier à Saint-Martin-du-Touch.

> LIRE AUSSI : Nouveau. Bientôt un marché aux plantes dans les jardins du Muséum de Borderouge ?

Sollicitée par les comités de quartiers et associations de commerçants de ces différents quartiers, la Ville de Toulouse a validé la création de ces nouveaux marchés, selon les modalités suivantes.

 

Une vingtaine de commerçants place des Pradettes

Un premier marché devrait ainsi voir le jour place des Pradettes. Il accueillera une vingtaine de commerçants et producteurs, exclusivement alimentaires, et pourrait se tenir le vendredi après-midi ou le dimanche matin.

À l’origine, le comité des associations du quartier demandait la création d’un marché pouvant accueillir jusqu’à 80 commerçants, pas seulement alimentaires, et « éclaté » sur la place des Pradettes, l’avenue Arthur Huc et l’avenue Louis Ariste Passerieu.

Une étude technique menée par la Ville a cependant revu les ambitions des commerçants à la baisse, optant pour un périmètre plus restreint. Le projet tel que présenté en conseil municipal est désormais en cours de finalisation.

 

Un marché aux senteurs place Arnaud Bernard

Afin de « redynamiser la place Arnaud-Bernard », un marché aux senteurs sera quant à lui créé le samedi matin, annonce la Ville de Toulouse.

Il accueillera des producteurs de plantes, d’épices ou de tout autre produit lié au thème des senteurs.

 

Place Raymond Grimaud à Saint-Martin-du-Touch

À Saint-Martin-du-Touch, un marché sera créé place Raymond Grimaud. Il se tiendra le jeudi après-midi et devrait accueillir une dizaine de commerçants et producteurs alimentaires.

Les chambres consulaires et les représentants des Syndicats des commerçants ont été consultés sur ces différents projets de création et aucune réserve n’a été émise. Reste maintenant à finaliser chacun de ces projets, avant d’obtenir une date de lancement.

 

Amandine Briand

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Petits bistrots : retour aux fondamentaux

Petits bistrots : retour aux fondamentaux | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Une pause bistrot ? Toulouse connaît quelques adresses devenues cultes. La rédaction du Tendances vous en présente deux incontournables.

 


Les coudes sur la table, la cantine gourmande

C’est une petite adresse sans prétention du centre-ville de Toulouse, et pourtant on s’y bouscule. On irait presque jusqu’à jouer des coudes pour y trouver une place. Il faut dire que du décor, simple mais de bon goût, au service en passant par la cuisine tout est de qualité aux Coudes sur la table. Le menu est fixé pour la semaine : deux recettes de pâtes, deux types de sandwiches, un bun et une salade. Il est disponible pour les internautes sur la page Facebook du restaurant dès le lundi, histoire d’aiguiser ses papilles. Trois desserts pour finir en beauté le repas. Et rien à dire, on se régale. Les pâtes sont cuites à la perfection. La salade mélange les arômes de saison avec soin. Rien de compliqué, mais des goûts justes à des prix très doux. Pour ne rien gâter, les deux propriétaires des lieux sont charmantes et souriantes. Pour arroser votre repas, on vous recommande le thé glacé à l’hibiscus. En été, la terrasse, même si elle donne sur la rue des Lois, est un plus appréciable.

 

Tire-bouchon, une délicieuse cave à manger

Il y a des adresses qui fonctionnent simplement par le bouche à oreille. Le Tirebouchon est l’un de ses endroits, dont la réservation est dorénavant conseillée. Philippe Lagarde propose une sélection de vins naturels méditerranéens, place Dupuy. Le midi, le caviste se transforme en un bistrot, tenu par son épouse Laurence. Quelques tables sont ainsi dressées dans un dé à coudre entre les bouteilles. Même si on est un peu à l’étroit, la cuisine se laisse déguster. Le menu unique, avec plusieurs possibilités pour les entrées, plats et desserts, sont surprenants
( à partir de 16 euros). Dans cette cave à manger, l’assiette ne se contente pas de jouer les seconds rôles pâlichons, avec une offre gourmande, et l’art de magnifier les basiques pour créer la surprise.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Suivez en direct l'élection à la présidence de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées - France 3 Midi-Pyrénées

Suivez en direct l'élection à la présidence de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées - France 3 Midi-Pyrénées | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Lundi 4 janvier au matin place au troisième tour et à l’élection à la Présidence de la future grande région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées. Nous vous donnons rendez-vous pour trois heures d’antennes en direct de l’Hôtel de Région à Toulouse.

Nous vous y ferons découvrir la future assemblée, sa composition politique et ses chantiers à venir. Et puis nous suivrons évidemment le vote des 158 nouveaux élus.

Le politologue Laurent Dubois livrera ses analyses et nous interrogerons également les nouveaux élus.

Une émission spéciale, présentée par Patrick Noviello et Stéphane Ratinaud, à suivre le lundi 4 janvier 2016 à partir de 9h00 à la télé et sur web, puis dès 10h45 uniquement sur les sites internet de France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon. 

A 12h, les journaux télévisés des deux antennes seront en grande partie consacrés à cet événement. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Parti de Gauche va garder sa « totale liberté de vote et d’action » au Conseil Régional

Le Parti de Gauche va garder sa « totale liberté de vote et d’action » au Conseil Régional | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Guihem Serieys

 

Dans le nouvel organigramme du futur Conseil régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, révélé lundi lors de la présentation de l’accord entre les composantes des listes Delga et Onesta, un absent : le Parti de gauche.

  

Le « PG » faisait pourtant partie intégrante de la liste de « Nouveau monde en commun » de Gérard Onesta au premier tour des régionales, puis de la liste fusionnée avec celle de Carole Delga (PS) au second tour. Il a d’ailleurs obtenu 3 élus : Muriel Ressiguier, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Sérieys.

Mais au moment de constituer l’exécutif et d’affirmer une majorité stable pour gérer la future grande région, le PG manque à l’appel.

Les explications, les trois élus les ont fournies lundi soir :  l’accord de majorité présenté pour la nouvelle mandature régionale « engage les forces politiques qui seront partie prenantes de l’exécutif régional. Ce n’est pas le cas des élus du Parti de Gauche »

Le PG reconnaît cependant qu’il y a des points positifs dans le projet de la nouvelle majorité : « renouvellement important du fonctionnement démocratique de l’Assemblée ou moratoire sur les financements régionaux des projets ferroviaires non consensuels ».

Mais là où ça coince c’est, selon le Parti de gauche, que « l’exécutif régional n’affirme pas clairement son indépendance avec la politique gouvernementale. C’est cela qui a conduit, dans la mandature précédente, à des choix aussi contraires à l’intérêt général que la privatisation de l’aéroport de Toulouse Blagnac ou l’acceptation des restrictions budgétaires imposées aux collectivités territoriales ».

Enfin, le PG sanctionne aussi le souhait de Carole Delga de cumuler ses fonctions de présidente de région avec son mandat de députée : « Le refus de Carole Delga de démissionner de son mandat de député et la présence au sein de l’exécutif régional de Sylvia Pinel, ministre du gouvernement, nous semblent en contradiction avec la volonté affichée de renouveler profondément la démocratie ».

Précisons cependant que Sylvia Pinel a affirmé à France 3 qu’elle souhaitait quitter le gouvernement… mais devrait après cela retrouver automatiquement son mandat de députée du Tarn-et-Garonne !

Les trois élus PG vont donc garder leur « totale liberté de vote et d’action« .

Ils ne sont pas les seuls à affirmer cette position parmi ceux qui ont été élus sur la liste conduite par Carole Delga au second tour. Ainsi la seule représentante du mouvement « Ensemble! » (Front de Gauche), Myriam Martin avait-elle affirmé dès le soir du second tour sur le plateau de France 3 qu’elle continuerait à lutter contre la politique du gouvernement et du PS !

 

Fabrice Valéry

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Carole Delga et Gérard Onesta dévoilent leur accord de majorité pour la Région

Carole Delga et Gérard Onesta dévoilent leur accord de majorité pour la Région | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le Conseil régional de Midi-Pyrénées

 

Après avoir remporté les élections régionales dimanche 13 décembre, la liste d'union de la gauche devait trouver un accord de majorité. La socialiste Carole Delga et l'écologiste Gérard Onesta ont présenté ce lundi 21 décembre leur accord politique mettant en place une nouvelle gouvernance. Explications.

 

Huit jours après la victoire de la liste "Notre sud en commun" (rassemblant le PS, le PRG, le MRC, EELV, le PCF, le PG, le POC et le NGS) et autant de journées de négociation, la majorité de gauche dans l'assemblée régionale de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est parvenue à un accord politique.

"Tous ensemble, nous avons décidé d'être responsables et d'entendre le message envoyé par nos concitoyens, a annoncé la socialiste Carole Delga, qui devrait être élue présidente du Conseil régional le 4 janvier prochain.

Nous nous sommes mis au travail dès le 14 décembre pour présenter un accord de majorité. Nous sommes la seule région où la gauche unie l'a emporté. Nous devons être exemplaires. Le sursaut citoyen du second tour nous engage."

Un bureau de l'assemblée

Face à "une montée alarmante de l'extrême droite et le maintien à un très haut niveau de l'abstention", la nouvelle majorité a décidé de mettre en place une nouvelle gouvernance. L'objectif : donner plus de responsabilités à l'assemblée régionale afin qu'elle n'agisse plus en simple caisse enregistreuse de l'exécutif.

L'assemblée régionale sera dotée d'un bureau de 5 élus (3 PS, 1 PRG et un Nouveau Monde). Distinct du bureau du Conseil régional (composé par la présidente, les vice-présidents et les membres de la commission permanente), le bureau de l'assemblée, placé sous l'autorité permanente de la présidente de Région, a pour rôle de :

  • Garantir le respect des procédures démocratiques décisionnelles du Conseil régional.
  • Proposer des outils de concertation et d'évaluation citoyenne des politiques régionales.
  • Animer ponctuellement l'assemblée plénière sur délégation de la Présidente quand le dossier étudié aura pour origine l'assemblée elle-même.
  • Faire le lien avec l'assemblée des territoires.

Si les conseillers régionaux valident cette option le 4 janvier prochain, la tête de liste de Nouveau Monde Gérard Onesta - qui avait milité en faveur d'une dissociation des pouvoirs exécutif et législatif au sein du Conseil régional - présidera cet organe. "Si je suis élu, nous créerons le poste de rapporteur dont l'opposition pourra profiter pour avoir un droit à un temps de parole", a-t-il promis. Ces rapporteurs pourront "commenter, enrichir ou infléchir" les propositions de l'exécutif régional et proposer des rapports d'initiatives.

Par ailleurs, une conférence des présidents de commissions sera instituée une fois par trimestre sous la présidence de la présidente du Conseil régional et du président du bureau de l'assemblée, afin de mieux coordonner le travail de l'assemblée.

Afin de redonner le goût de la politique aux citoyens, la majorité s'engage à développer "une démocratie participative pleine et entière". L'assemblée régionale pourra être saisie par voie de pétition citoyenne. Les grandes politiques régionales feront l'objet d'une procédure d'évaluation publique. Les populations concernées seront consultées pour les grands projets d'aménagements du territoire. La possibilité d'organiser des référendums d'initiative citoyenne sera étudiée. Enfin, "Nous créerons des commissions thématiques citoyennes pour éviter les confrontations mortifères sur le terrain", a annoncé Gérard Onesta.

 

Une assemblée des territoires

Autre annonce d'envergure : la création d'une assemblée des territoires. "Le 21e siècle est celui de la République des territoires, affirme Carole Delga. En leur reconnaissant leurs spécificités, nous rendons la République Une et indivisible. À une époque, nous avions besoin de centralisation, nous avons maintenant la maturité politique." Cet organe consultatif se réunira pour la première fois courant 2016 à l'hôtel de la région et à une périodicité qui reste à déterminer.

Il proposera au Conseil régional des recommandations et des amendements sur les grandes décisions de ce dernier que "la Présidente s'engage à soumettre à sa propre assemblée". Aucun budget n'est prévu pour cette instance dont seront membres 158 élus locaux des collectivités composant la nouvelle région (différents de ceux élus à l'assemblée régionale).

 

Les 15 vice-président-e-s

Suivant les équilibres politiques et territoriaux, l'exécutif du Conseil régional, présidé par la socialiste Carole Delga, devrait comporter 6 élus PS, 3 PRG, 2 EELV, 1 MRC et 2 PCF (7 femmes et 8 hommes).

  • Sylvia Pinel, PRG, 1ère vice-présidente en charge de l'Aménagement du territoire, des TIC et des politiques contractuelles. Elle a confirmé son intention de se consacrer à son mandat régional et de démissionner de son poste de ministre du Logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité. Elle devrait s'entretenir "dans les mois à venir" avec François Hollande et Manuel Valls.
  • Damien Alary, PS, 2e vice-président en charge de l'Attractivité régionale et des relations internationales.
  • Agnès Langevine, EELV, 3e vice-président en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l'économie circulaire et des déchets.
  • Didier Codorniou, PRG, 4e vice-président en charge de l'Économie maritime, du littoral et des aéroports.
  • Nadia Pellefigue, PS, 5e vice-présidente en charge du Développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur.
  • Jean-Luc Gibelin, PCF, 6e vice-président en charge des Mobilités et infrastructures transports.
  • Kamel Chibli, PS, 7e vice-président en charge de l'Éducation, de la Jeunesse et du Sport.
  • Béatrice Négrier, MRC, 8e vice-présidente en charge de l'Emploi, de la formation professionnelle et de l'Apprentissage.
  • Vincent Labarthe, PS, 9e vice-président en charge de l'Agriculture et de l'enseignement agricole.
  • Guillaume Cros, EELV, 10e vice-président en charge des Affaires européennes, des fonds structurels, de la coopération au développement, de l'évaluation et de la prospective.
  • Jean-Louis Cazaubon, (sans étiquette, proche PS) 11e vice président en charge de l'Agroalimentaire et de la viticulture.
  • Jean-Louis Guilhaumon, PS, 12e vice-président en charge du Tourisme et du thermalisme.
  • Dominique Salomon, PRG, 13e vice-présidente en charge de la Culture et des langues occitanes.
  • Aurélie Maillols, PS, 14e vice-présidente en charge de la Montagne et de la ruralité.
  • Marie Piqué, PCF, 15e vice-présidente en charge des Solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : une « crise » provoque des changements de délégations à la mairie

Toulouse : une « crise » provoque des changements de délégations à la mairie | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L’heure est, une nouvelle fois, à la réorganisation des délégations de certains élus au sein du conseil municipal de Toulouse. Un an après les élections municipales, Jean-Luc Moudenc avait déjà procédé à des ajustements à la fois dans son équipe de collaborateurs et dans les délégations des élus, notamment concernant les maires de quartier.

 

Cette fois, selon nos informations, c’est une mini-crise qui est à l’origine de ces nouveaux bouleversements. Le principal mouvement concerne la délégation à la diversité, à l’égalité et à la lutte contre les discriminations qui incombait jusqu’à présent à Laurent Lesgourgues.

L’après vandalisme de l’expo de photos homosexuelles

Selon nos informations, ce qui a mis le feu aux poudres, c’est l’épisode du vandalisme de l’expo photos de couples homosexuels d’Olivier Ciappa sur les grilles du Grand Rond, en décembre dernier.

 

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/wp-content/blogs.dir/137/files/2016/02/photos_vandalisees_der.jpg

L’expo vandalisée en décembre. (Photo : France 3)

 

A ce moment-là, des question se pose sur la position de certains élus du Capitole dont un fut l’un des organisateurs de la Manif Pour Tous (contre le mariage homosexuel). A-t-il été de près ou de loin mêlé à ce vandalisme qui a collé à Toulouse une image de ville homophobe ! Laurent Lesgourgues veut alors remettre immédiatement sa démission de ses délégations mais Jean-Luc Moudenc réussi à le convaincre d’attendre, afin de ne pas lier ce geste politique à l’événement malheureux contre l’exposition. Contacté par France 3 en décembre, Laurent Lesgourgues avait alors démenti vouloir se défaire de ses délégations. Quelques semaines plus tard, c’est pourtant le cas.


 

Une porte de sortie honorable

Les semaines ont donc passé et le maire de Toulouse a bien été contraint d’accéder à la demande de son conseiller municipal délégué. L’officialisation aura lieu rapidement : Laurent Lesgourgues lâche les délégations liées à la diversité et à la laïcité. Psychiatre de profession, il récupère le plan local de santé et la communauté municipal de santé. Officiellement, le Capitole indique que l’élu a voulu « être déchargé d’une délégation très lourde pour se consacrer à sa mairie de quartier ».

Le dossier de l’égalité et de la lutte contre la discrimination échoie désormais à Nicole Miquel-Belaud, conseillère municipale déléguée, qui suit notamment la promotion de Toulouse et qui aura la main sur l’Espace des Diversités et de la Laïcité de Toulouse. Son collègue Djillani Lahiani (15ème adjoint) s’occupera du comité Toulouse Diversité et du conseil des résidents étrangers. Enfin, c’est Daniel Rougé, l’adjoint au maire aux affaires sociales, qui récupère le « portefeuille » du dialogue interculturel (relations avec les cultes) et de la laïcité.

 


Le grand écart de la majorité

Si Jean-Luc Moudenc tient globalement plutôt bien la main sur sa majorité diverse, certains sujets sont donc loin de faire l’unanimité. Selon nos informations, certains élus ont tangué lors de l’annonce de la forte hausse de la fiscalité locale ou des tarifs de cantines et de centres de loisirs, mais personne n’a bougé un cheveu, hors les murs de la mairie.

En revanche, un vrai écart idéologique existe au sein de la majorité sur des sujets de sociétés, comme, justement le mariage homosexuel ou la lutte contre les discriminations, notamment sexuelle. Au sein des élus de la majorité (et même de l’équipe du maire), cohabitent des catholiques modérés, d’autres plus « traditionnalistes » et des athées. Un écart, qui parfois, ressemble à un grand écart, intenable pour certains élus. Moins de deux ans après l’élection municipale, l’heure n’est cependant pas aux démissions fracassantes mais plus aux arrangements, dans la discrétion.

Fabrice Valéry (@fabvalery)


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

@CaroleDelga, Changez le nom de votre région. Dîtes Oui à l'Occitanie !

@CaroleDelga, Changez le nom de votre région. Dîtes Oui à l'Occitanie ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Midi-Pyrénées... Languedoc Roussillon... Notre histoire est commune. Tout comme notre culture. Auparavant c'est une même langue qui nous unissait sous une même bannière, un état d'esprit, des traditions. Aujourd'hui c'est important pour nous tous de nous réunir sous une identité commune. Nous sommes fiers. Nous sommes sudistes. Nous sommes au centre de la terre d'Occitanie. Faisons honneur à Jean-Jaures... Nous voulons que le nom de notre région soit "Occitanie" !

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grève et opération escargot des taxis : le point sur la circulation à Toulouse

Grève et opération escargot des taxis : le point sur la circulation à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Les chauffeurs de taxis ont reconduit leur mouvement, mercredi 27 janvier. À Toulouse, ils mènent une opération escargot sur le périphérique depuis 7 heures du matin. Le point.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La première rue de Toulouse où les vélos sont prioritaires

La première rue de Toulouse  où les vélos sont prioritaires | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L'avenue du général de Croutte est transformée.


  

L'avenue du général de Croutte, à Basso Cambo, est la première rue toulousaine où des voies cyclables ont été tracées, et la bande centrale… effacée ! Ce n'est pas une étourderie du service voirie de la Métropole, mais un nouvel aménagement autorisé par décret, au plan national, depuis le 2 juillet 2015. Il s'agit de transformer une rue, considérée comme trop étroite pour être munie de bandes cyclables, en une voie partagée entre voitures et vélos. «Grâce à ce décret, nous avons pu changer la répartition de l'espace, induire un changement de comportement et favoriser la pratique cycliste», explique Jean-Michel Lattes, vice-président de Toulouse Métropole en charge des déplacements. Les vélos circulent sur les bandes cyclables — qui sont en vérité des bandes multifonctions — mais si deux voitures se croisent, elles ont l'autorisation de chevaucher ces bandes. En revanche, si un vélo y circule, la voiture doit décélérer, et attendre que la voie centrale soit libre pour le doubler. «Les effets sont multiples : les voitures ralentissent, mais le trafic reste fluide grâce à la possibilité de chevaucher les bandes multifonctions ; le confort des cyclistes est augmenté, et les bandes constituent une nouvelle «zone tampon» de protection pour les piétons qui empruntent les trottoirs», note Sébastien Bosvieux, de l'association de défense des vélos et piétons, «2Pieds 2 Roues».

Ce nouvel aménagement, qui a été réalisé le 8 janvier, est définitif. Il est appelé à se multiplier sur d'autres axes toulousains, principalement dans les faubourgs, et dans d'autres communes de Toulouse Métropole. «Dans un premier temps, nous allons observer comment les usagers se l'approprient. Un premier bilan sera fait dans deux mois», explique M. Lattes. Les cyclistes l'apprécient déjà…

C. Dm.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean–Luc Moudenc : « L’effort des Toulousains n’est pas perdu »

Jean–Luc Moudenc : « L’effort des Toulousains n’est pas perdu » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le maire de Toulouse et président de la métropole a prononcé ses vœux pour 2016. Une année qui va voir de nombreux chantiers débuter.

 


Le visage de la ville devrait commencer à changer au cours de l’année à venir. Les travaux du quartier Matabiau, voué à devenir un « centre d’affaires multimodal » vont s’enclencher. La rue Bayard va être refaite « dans le même esprit de la rue Alsace-Lorraine », et une étude va être lancée avec Joan Busquet afin de repenser le parvis historique de la gare. Les principaux axes qui relient la gare au centre-ville vont de même faire l’objet de réaménagements. Jean-Luc Moudenc a notamment annoncé sa volonté de transformer les allées Jean-Jaurès en « Ramblas », avec la construction d’un nouveau parking en haut des allées. De manière générale, la revalorisation du centre-ville reste une priorité affichée de la municipalité. Elle va concerner « la rue des lois, la rue Gambetta, la basilique Saint-Sernin, la place du Salin, la place Saint-Pierre », énumère Annette Laigneau, adjointe au maire en charge de l’Urbanisme. La livraison du port de la Daurade est également prévue cette année, « et nous souhaitons lancer la rénovation de la digue de Saget entre la place Saint-Pierre et le pont Saint-Michel, qui est dans un état très dégradé », précise Jean-Luc Moudenc. L’objectif à atteindre restant le classement du centre-ville de Toulouse au patrimoine mondial de l’UNESCO : « Cette année, nous devons déterminer une stratégie d’entrée, un thème, qui soit original et propre à Toulouse », explique le maire de la ville.

« L’éducation est le premier budget de la ville »

Parmi les autres priorités, l’éducation reste « le premier budget de la ville, avec 166 millions d’euros d’investissement prévus sur le mandat, un montant historique », se félicite Jean-Luc Moudenc. « Nous programmons la construction d’au moins 7 écoles », ajoute l’adjointe en charge de l’Éducation, Marion Lalanne de Laubadère. La rénovation des établissements existants va, en outre, se poursuivre. La culture est « le deuxième budget le plus important », continue le maire. À ce sujet, l’ouverture du quai des savoirs va être un évènement phare en 2016, « la culture scientifique fait partie de l’ADN de notre ville », estime Jean-Luc Moudenc. Les études de faisabilité pour le projet d’auditorium ainsi que pour la rénovation de Castelet de la prison Saint-Michel vont débuter.

« Il n’y a pas que la 3e ligne de métro »

En matière de transports, la 3e ligne de métro TAE, va occuper tous les esprits, cette année. Le choix « des extrémités » va être défini au premier trimestre (l’arrivée à Labège est un enjeu phare du projet, NDLR), et la présentation du plan de financement est prévue à la fin du premier semestre. « Mais il n’y a pas que la 3e ligne », prévient Jean-Michel Lattes, adjoint en charge des Transports, qui annonce l’ouverture de 2 lignes Linéo : une Balma – Sept Deniers et une Colomiers – Arènes. « 10 lignes sont programmées d’ici 2020 », précise-t-il. Les travaux pour le doublement de capacité de la ligne A vont commencer au cours de l’année pour les stations Basso-Cambo, Patte d’Oie, Mermoz et Fontaine Lestang. En outre, la Liaison Multimodale Sud-Est (LMSE) doit ouvrir en juillet « pour désengorger le campus de Rangueil », et l’échangeur de Borderouge sera également livré cette année (il constitue une partie du BUN, Boulevard Urbain Nord, dont une première partie a été réalisée en 2015).

Enfin, la mise en place des mesures de sécurité, chères à la municipalité actuelle, va se poursuivre en 2016. 75 policiers municipaux ont été recrutés en 2015, et 75 autres doivent entrer en poste au cours de l’année. 133 caméras seront installées en 2016, en plus des 101 déjà opérationnelles.

« L’effort des Toulousains (la hausse des impôts, NDLR) n’est pas perdu, tous ces projets montrent à quoi cela sert », conclut Jean-Luc Moudenc, qui promet aucune hausse de fiscalité jusqu’à la fin du mandat.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. l'observatoire de l'état d'urgence appelle à témoignages

Toulouse. l'observatoire de l'état d'urgence appelle à témoignages | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
L’état d’urgence a été décrété en France dans la nuit du 13 au 14 novembre dernier à la suite des attentats de Paris. L’état d’urgence qui donne une série de pouvoirs exorbitants du droit commun à l’administration a été prolongé pour une durée de 3 mois par le Parlement et signifié à la Cour européenne des droits de l’homme. Pour éviter les abus plusieurs associations et syndicats ont lancé un observatoire de l’état d’urgence. Ils lancent aujourd’hui un appel à témoignages à Toulouse et dans toute la France.

La Ligue des droits de l’Homme, le syndicat des avocats de France, le syndicat de la magistrature, ont décidé de mettre en place un « Observatoire de l’état d’urgence » dont le rôle sera l’identification des abus et des atteintes aux droits des citoyens. Depuis trois mois, sous l’autorités des préfets et sans contrôle préalable de la justice, la police peut entrer jour et nuit chez toute personne qu’elle considère comme « suspecte », perquisitionner lieux de travail ou domiciles et désormais prendre une copie du contenu des ordinateurs ou des téléphones mobiles.

Pour faire face à cette situation d’exception, mais prévue par l’état de droit, la Ligue des droits de l’homme lance un appel a témoignage « auprès de personnes ayant subi des perquisitions ou des assignations à résidence ou des restrictions de leur liberté en particulier sur leur lieu de travail ». Des auditions seront conduites par l’observatoire, en respectant l’anonymat des personnes. Selon l’appréciation des dérives de l’état d’urgence constatées, un rapport sera publié début 2016.

 

La Ligue des droits de l’Homme met en place un numéro de téléphone permettant de la contacter pour les témoignages
05 62 26 69 19.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Commerce, aéronautique, urbanisme… Les grands projets qui vont marquer Toulouse en 2016

Commerce, aéronautique, urbanisme… Les grands projets qui vont marquer Toulouse en 2016 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Airbus, Starbucks et la gare Matabiau vont être au centre sous le feu des projecteurs en 2016 à Toulouse.


En 2016, l’actualité économique sera animée à Toulouse. Des grands chantiers urbains à l’ouverture de nouveaux commerces et l’inauguration du siège d’Airbus Group, voici un petit tour d’horizon de ce qui va changer dans la Ville rose.

 

De nouvelles enseignes dans la Ville rose. De nouveaux acteurs économiques arrivent à Toulouse. Si Primark a repoussé son arrivée à 2017 dans la Ville rose dans l’ancien bâtiment des Galeries Lafayette, Starbucks a confirmé son implantation dans le centre-ville de Toulouse. La firme américaine a jeté son dévolu sur le café Jean et ses 350 m² situés près de la place Wilson. Les négociations qui se sont tenues en décembre devraient déboucher sur un accord en 2016. Enfin, le centre commercial de La Cépière devrait être inauguré d’ici l’été avec des enseignes comme Casino, Décathlon et la Générale d’Optique.

Un été marqué par l’Euro 2016. Le mois de juin va être animé à Toulouse : du 13 au 26 juin, les supporters italiens, espagnols, tchèques, suédois, russes et gallois vont défiler dans la Ville rose pour assister aux matches de poules de l’Euro 2016. Une aubaine pour les commerçants toulousains, notamment les restaurateurs et hôteliers, qui devraient connaître un surcroît d’activité. Côté culture, l’année 2016 sera marquée par le début des travaux de la « piste des géants » sur le site de Montaudran. Consacré aux pionniers de l’Aéropostale, le projet qui devrait ouvrir en 2018 sera articulé autour de la piste historique de Montaudran, les anciens ateliers et une Halle des Machines.

La direction d’Airbus Group déménage à Toulouse. Le nouveau siège social d’Airbus Group ouvre ses portes au printemps. Sur une surface de 30.000 m² et pour un coût estimé à 100 millions d’euros, les nouveaux bâtiments devraient accueillir près de 1500 salariés des sièges de l’avionneur européen, ex-EADS, basés jusque là près de Munich et dans la région parisienne. Selon une source interne à Airbus, tous les services de ressources humaines, de communication, des achats d’Airbus Group disséminés entre la France et l’Allemagne seront réunis sous la même bannière et sous le même toit. C’est donc de son bureau installé près des pistes de l’ancien aéroport d’affaires de Toulouse-Blagnac que le PDG Tom Enders prendra ses décisions stratégiques.

Un an après son ouverture, le succès d’Aéroscopia ne se dément pas : alors que les prévisions de fréquentation tablaient sur 120.000 personnes, les responsables du musée de l’aéronautique toulousain ont enregistré plus de 200.000 entrées. En 2016, les visiteurs pourront admirer les nouvelles recrues de l’installation : l’A400M et l’A380.

Des travaux qui vont transformer le visage de la Ville rose . Point névralgique dans les transports toulousains, la gare Matabiau va entamer sa mue dans les mois à venir. D’ici quelques semaines, les travaux afin de réhabiliter la rue Bayard vont ainsi débuter pour une durée de dix-huit mois. D’ici la fin de l’année, un nouveau quai sera également ouvert à la gare Matabau. Baptisé 1C, et long de 170 mètres, son coût est estimé à 13,6 millions d’euros : il a été construit afin d’absorber le trafic en hausse des TER. Après plusieurs mois de travaux, la place Saint-Pierre et le quai de la Daurade version Busquets du nom de l’urbanste catalan, vont être à nouveau accessibles au public. Plus au nord, le projet de parc des expositions (PEX) va entrer dans une phase active avec le début du terrassement et les travaux de voiries de l’équipement.

Concernant la troisième ligne de métro, promesse de campagne du candidat Moudenc, on devrait connaître d’ici le mois de juillet les arbitrages financiers qui pourront conduire (ou pas) à sa réalisation : les négociations avec les élus du Sicoval sur la réalisation de la ligne B seront déterminantes, ainsi que la participation financière dans le projet de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse, d’Airbus et de la SNCF.


Philippe Font


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La socialiste Carole Delga officiellement élue présidente de la nouvelle région

La socialiste Carole Delga officiellement élue présidente de la nouvelle région | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Carole Delga ce lundi 4 janvier à l'Hôtel de Région.

 

La nouvelle assemblée régionale a élu ce lundi 4 janvier la socialiste Carole Delga présidente de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avec une majorité de 89 voix sur 158. La frontiste France Jamet a elle recueilli 40 votes. Retour sur cette matinée historique pour la grande région.

 

Jamais l'hôtel de Région de Toulouse n'avait connu une affluence aussi exceptionnelle. Depuis ce matin, les 158 conseillers élus lors des élections régionales du 13 décembre dernier sont réunis à Toulouse pour la première assemblée plénière de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Un moment historique auquel de nombreuses personnalités politiques régionales assistent depuis les tribunes réservées au public : le président du Conseil départemental Georges Méric, mais aussi Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, assis aux côtés du maire de Montpellier Philippe Saurel qui avait réuni 5 % des suffrages au premier tour. La tête de liste régionale du Front National Louis Aliot assiste également à la séance en tant que non élu puisqu'il s'était positionné en 5e place dans son département des Pyrénées Orientales. En face, les ténors du PS sont là : Philippe Martin, président du Conseil départemental du Gers, Pierre Cohen, ancien maire de Toulouse, Sébastien Vincini, premier secrétaire fédéral du PS31 et, bien sûr, Martin Malvy, l'ancien président de Midi-Pyrénées. À la tête de la région Midi-Pyrénées depuis 1998, Martin Malvy apporte quelques modifications au discours de celle qui prend aujourd'hui sa relève, Carole Delga. "Je n'ai changé que quelques formulations", précise-t-il.

Un peu après 10 h 30, la séance est officiellement ouverte. C'est un pur hasard, elle sera chapeautée par deux élus Front National. La loi prévoit en effet que la séance d'installation du nouvel exécutif soit présidée par le doyen de l'assemblée (Gérard Maurin, 74 ans), assisté par le benjamin (Quentin Lamotte, 28 ans), tous deux élus FN. Comme le veut la coutume, l'élu est chargé du discours d'introduction. Gérard Maurin en profite pour distiller les thèmes de campagne du Front National comme la priorité accordée à "la ruralité, l'artisanat et le petit commerce". Le conseiller n'est applaudi que par une partie de l'assemblée et il essuie quelques sifflets lorsqu'il déclare : "Notre formation politique est la seule à respecter les règles démocratiques de la République."

Le président de séance fait ensuite l'appel. L'hémicycle n'accueillait jusqu'à l'année dernière que 91 élus. Il a donc fallu pousser quelque peu les murs. Faute de place, certains élus sont assis sur les sièges traditionnellement réservés au public et doivent donner de la voix pour se faire entendre sans micro. Les groupes politiques ne sont pas encore officiellement formés et les élus sont pour l'instant répartis dans la salle par ordre alphabétique.

Vers 11 h, le vote du futur président de la Région commence enfin. Deux candidates se présentent : la socialiste Carole Delga, victorieuse du second tour des élections régionales avec 44,81 % des suffrages ; et France Jamet, jusqu'à alors à la tête du groupe FN de la Région Languedoc-Roussillon.

Au terme du vote, Carole Delga est élue avec 89 voix devant France Jamet (40 voix) . Sur les 158 votants, 29 bulletins ont été comptés comme nuls ou blancs.

Pour rappel, la composition du Conseil régional est la suivante : 93 sièges pour l'union de la gauche, 41 sièges pour le Front National et 25 pour l'union de la droite et du centre.

À l'issue de cette élection, Carole Delga a été applaudie pendant plusieurs minutes. Elle prononce en ce moment son discours.

Ensuite, l'assemblée plénière devra adopter une délibération fixant le nombre de vice-président(e)s et des autres membres de la commission permanente. Les conseillers devraient ensuite entériner la liste de 15 vice-président(e)s présentée ce lundi 21 décembre par Carole Delga. La présidente devra lire enfin la charte de l'élu local.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bernard Maris, l'affranchi

Bernard Maris, l'affranchi | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un documentaire intimiste explore les mille et une hardiesses de l'universitaire toulousain tombé sous les balles des frères Kouachi.

 

Bernard Maris était un homme libre, en tous lieux. Pas seulement dans la case de l'Oncle Bernard, le pseudo sous lequel il signait ses chroniques éconoclastes dans Charlie Hebdo. Le documentaire intimiste que lui consacrent deux journalistes, Hélène Fresnel, sa dernière compagne, et Hélène Risser, son amie, explore les mille et une hardiesses de l'universitaire toulousain tombé sous les balles des frères Kouachi le 7 janvier dernier.

Pourfendeur inlassable de l'orthodoxie libérale, une «élucubration autoentretenue» qu'il dénonça dès les années 90, il accepta vingt ans plus tard de siéger au conseil général de la Banque de France. Membre fondateur d'Attac et candidat écolo aux législatives de 2002, ce golfeur distingué goûtait le confort douillet du XVIe arrondissement de Paris où il s'était installé avec sa deuxième épouse, Sylvie Genevoix, la fille du célèbre écrivain, entouré de toiles de Monet, Manet ou Pissarro. «Bernard était la contradiction incarnée», raconte Henri Sztulman, psychiatre et prof à Toulouse. «Ça le faisait marrer, de faire chier le monde», abonde le dessinateur Riss, rescapé de l'attentat et directeur de Charlie Hebdo.

Au fil des images d'archives et des témoignages de ses proches - le romancier Emmanuel Carrère, l'ancien patron de la Tribune Philippe Labarde, l'ex-président du Sénat Jean-Pierre Bel -, on découvre un économiste qui se rêvait d'abord écrivain. Un amateur de bonne chère qui nourrissait les plus grandes craintes sur l'être humain, et son penchant irrépressible pour la guerre. En avril, Marianne avait publié plusieurs extraits de son livre posthume, Et si on aimait la France (Grasset). «La nation la moins homogène a dû penser le plus impensable, l'homme qui naît libre et égal», écrivait-il avec fierté.

>> A la recherche de Bernard Maris, l'anti-économiste, diffusion le 4 janvier à 22 h 30 sur Public Sénat et à 22 h 50 sur France 3 Paris Ile-de-France et France 3 Centre-Val de Loire.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Voies sur berges à Toulouse

À l'été 2016, le port de la Daurade deviendra un agréable lieu de promenade pour les familles. Il n'y a pas si longtemps, c'était un parking pour automobiles à ciel ouvert. Récit

 

Juillet 2016. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc inaugure la 13e édition de Toulouse Plages. Comme cela se fait depuis l’année 2010, l’édile ferme pour l’occasion les voies sur berges de la Garonne où défilent habituellement, matin et soir, un long cortège de voitures. De l’Hôtel de Région au quai de Bazacle, les Toulousains investissent les bords de Garonne aménagés en plages de sable fin, en terrain de pétanque et en petits bassins. Particulièrement sur le port de la Daurade exceptionnellement vidé de ses voitures…Pure fiction !

 

Voies sur berges et parking souterrain à la Daurade

Mais une fiction qui aurait pu être la réalité toulousaine. Il y a quarante ans, la mairie de Pierre Baudis envisageait, comme à Paris, la création de voies sur berges pour permettre au voitures de traverser Toulouse intra muros. Une initiative datant du milieu des années 70 et qui a été finalement abandonnée suite au combat mené par des riverains comme le montre cette vidéo conservée aux archives de l’Institut National de l’Audiovisuel.

 

Le projet qui avait été voté en juin 1974 lors d’un conseil municipal de Toulouse était titanesque. Le but était de faire passer cette autoroute urbaine à partir d’Empalot et jusqu’aux Ponts-Jumeaux. L’axe devait constituer une 2X2 voies de 12 mètres de large avec un terre plein central d’un mètre. Comment le faire rentrer entre la Garonne et la ville? Tout simplement en grignotant sur le lit du fleuve…

Un projet qui au final aura tout de même été réalisé en partie puisque nous conservons aujourd’hui la partie sud de cette autoroute urbaine avec l’avenue du Maréchal Juin et l’avenue de Lattre de Tassigny, qui débouchent aujourd’hui sur la ligne de tramway Garonne.

 

La Daurade, un parking à ciel ouvert jusqu’en 1992

Malgré le choix d’abandonner le projet des voies sur berges, les quais de la Garonne vont rester longtemps un temple de la voiture comme le démontre ce cliché des archives municipales de Toulouse. Jusqu’en 1992, le port de la Daurade est en effet resté un parking à ciel ouvert où l’on venait déposer sa voiture pour aller faire un tour place du Capitole par exemple. La mairie avait aussi prévu d’y faire un parking souterrain…

 

Finalement, les berges et le port de la Daurade sont revenues au fleuve avec une fonction de promenade au coeur de la ville. Dans le cadre de son mandat (2008-2014), l’ancien maire Pierre Cohen a lancé un plan de revalorisation des berges. Ce Grand Parc Garonne, poursuivi par Jean-Luc Moudenc, a entraîné de lourds travaux.

> LIRE AUSSI : Décryptage. Le Grand Parc Garonne qui sera réalisé d’ici 2020 est-il réellement ambitieux?

 

 

Un projet d’aménagement repoussé par les riverains

Après un premier projet rétorqué par les riverains de la Daurade en 2013 (il prévoyait la suppression des murs Saget pour faire descendre un gradin jusqu’au fleuve, solution finalement retenue pour la place Saint-Pierre), la mairie a finalement fait démarrer les travaux du port de la Daurade au début du mois d’octobre 2015.

En juillet 2016, Jean-Luc Moudenc ne transformera pas des voies sur berges en Toulouse Plages mais il inaugurera en revanche un port de la Daurade tout neuf qui accueillera peut-être des animations de la 14e édition de ce même Toulouse Plages. Un lieu parfaitement dédié au farniente et à la contemplation de ce beau fleuve Garonne, si beau les soirs d’été.

> LIRE AUSSI : Toulouse en 2020. Le chantier de la Daurade va débuter à l’automne 2015.


David Saint-Sernin


Source de cet article : Actu côté Toulouse

http://actu.cotetoulouse.fr/toulouse-le-port-de-la-daurade-comme-vous-ne-l-avez-peut-etre-jamais-vu_26357/


#FF @dstsernin    @cotetoulouse

Jacques Le Bris's insight:
Ajoutée le 10 juil. 2012

1er fevrier 1975
Cet extrait propose la succession de deux entretiens avec des habitants de Toulouse concernant des projets urbains touchant à la circulation au centre de la ville. Le premier avec René MAURIES, écrivain, au sujet des travaux concernant l'échangeur autoroutier à Toulouse qui supprimera le stade de la Vierge Rouge, le deuxième avec Bertrand VERDIER, un jeune ingénieur, qui se mobilise et clame son opposition au projet de voie express sur les berges de la Garonne. Les entretiens alternent avec divers plans de la ville de Toulouse. Images d'archive INA
Institut National de l'Audiovisuel

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Elisabeth Belaubre est la rédac’chef de la semaine - Cap21/LRC Toulouse

Elisabeth Belaubre est la rédac’chef de la  semaine - Cap21/LRC Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Elisabeth Belaubre, la muse de la Galerie ZunZún

 

Ancienne adjointe à la mairie de Toulouse, sous le mandat de Pierre Cohen, puis candidate aux dernières élections municipales, Elisabeth Belaubre a laissé un temps la politique de côté pour se consacrer à un autre projet : l’ouverture de la galerie d’art Zunzún dans le quartier Jean Jaurès. Un lieu qui prend la forme d’un café culturel où sont exposés des artistes connus ou émergents, de Toulouse et d’ailleurs. Le tout sous l’œil du parrain de la galerie, l’artiste madrilène Javier Banegas.

 

PLB ou 3ème Ligne : un métro peut en cacher un autre à Labège

Je n’aurais défendu aucun des deux projets !

La 3ème ligne de métro me parait être un projet extrêmement coûteux et ne résoudra pas le problème des transports en commun. Il y a une urgence à développer une offre efficace.

Je fais le même reproche sur le Prolongement de la Ligne B jusqu’à Labège, qui propose un service très ciblé et réduit.

Pendant la campagne des municipales, j’avais défendu un projet de micro-bus, qui permettait à la fois de relier les quartiers toulousains mais aussi les villes de l’agglomération entre elles. C’est une question de bon sens. L’idée avait beaucoup amusé au début de la campagne mais avait fini par être entendue. J’avais rencontré les deux candidats Jean-Luc Moudenc et Pierre Cohen, entre les deux tours, et ils s’étaient engagés à reprendre le projet. Si on travaille sur un bon maillage, en collaboration avec les associations de quartier, on pourrait éliminer la voiture du centre-ville en deux ans.

 

Air France : les salariés toulousains sont inquiets

Fin 2011, j’ai assisté à une réunion avec des dirigeants d’Air France qui nous ont expliqué qu’il fallait ouvrir plus de lignes, plus de destinations au départ de Toulouse et augmenter les vols de nuit. Moi qui étais très préoccupée par le problème des nuisances sonores pour les riverains, cela m’avait interpellée.

En tant qu’écologiste, je pense que nous sommes dans un monde où les moyens modernes de communication font que les gens ont moins besoin de prendre l’avion. Les dirigeants d’Air France, ces grands patrons qui pensent tout savoir mieux que tout le monde, se sont trompés ! Qui leur dit ? Est-ce que cela aura des répercussions sur leur salaire ou sur leurs primes ? Je ne cautionne pas la violence qui a eu lieu lors des négociations avec les salariés. Mais on peut comprendre l’exaspération dans cette affaire.

 

Les avocats toulousains en colère

Madame Taubira est en train de revenir en arrière sur la réforme de l’aide juridictionnelle. C’est un sujet très important, qui ouvre la boîte de Pandore. Je ne veux pas taper sur la ministre, elle essaye de faire au mieux. Mais l’aide juridictionnelle pose problème, dans sa forme. Je vais faire le parallèle avec les enseignants. J’ai été professeure, donc je connais bien le sujet. Les jeunes profs qui sortent de l’école sont envoyés dans les banlieues les plus difficiles, où les élèves sont désorientés. Ils auraient besoin de professeurs agrégés qui ont de l’expérience. De la même façon, les jeunes avocats commencent souvent leur carrière avec des dossiers de l’aide juridictionnelle. Je pense qu’on devrait imposer aux avocats expérimentés de consacrer une partie de leur temps à ces dossiers.

 

Fin de Metronews Toulouse, quid de la presse gratuite ?

Toulouse est mal pourvue en presse indépendante. La fermeture de nombreux médias n’a fait qu’aggraver la situation.

J’ai toujours eu de bonnes relations avec les journalistes de la presse gratuite, qui sont souvent plus présents sur le terrain, plus ouverts, et plus neutres. Mais on peut tout de même se demander si la presse indépendante existe vraiment. Le financement par la publicité (comme c’est le cas pour les gratuits), lie forcément les journaux. Il faut trouver d’autres moyens de soutenir la presse plurielle. Là-dessus, les élus ont leur rôle à jouer, notamment avec les annonces légales. La municipalité, par exemple, pourrait décider de répartir ces annonces entre les journaux, en estimant que la pluralité de la presse est vitale pour la démocratie.

Quand on est maire de Toulouse, on a des moyens d’action. Il faut arrêter de dire qu’on ne peut pas faire les choses. C’est ce discours qui fait monter le FN.

 

Coralie Bombail

Jacques Le Bris's insight:



Quand à la Galerie ZunZún, c'est


par ici : http://galeriezunzun.com/


ou bien par là : https://goo.gl/maps/CLCkm3wgwTA2


C'est surtout bien pratique pour y trouver à Toulouse de bonnes idées pour les fêtes de fin d'année.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un chef toulousain élabore un repas de fête 100% local

Romain Brard, chef du Genty Magre, vous montre comment ficeler votre rôti.


Comme en matière de cadeaux, il est souvent difficile d’innover pour le traditionnel repas du réveillon. Cette année, pourquoi ne pas proposer à vos convives des recettes locales ? Nous sommes allés demander conseil au chef Romain Brard. Responsable du Genty Magre, restaurant situé à proximité d’Esquirol, il a réalisé pour vous un repas de fêtes avec des produits régionaux.

Le restaurant a pour habitude de proposer des saveurs locales. Romain Brard travaille avec des producteurs régionaux, notamment avec les maisons Samaran et Garcia. Il met à l’honneur le produit phare de la région : le canard, en proposant du magret tous les midis.

Mode d’emploi pour un réveillon 100% toulousain

Et la recette qu’il propose pour un repas de fêtes n’échappe pas à la règle. Au menu : rôti de magret de canard au foie gras et aux truffes, accompagné d’une fricassée de choux rave et de pommes de terre raves.

Le chef toulousain vous propose une recette 100% locale
(Photo : Mélanie Volland)
 

LA RECETTE :

Temps de préparation : 30-45 min
Temps de cuisson : 35-40min
Préchauffez le four à 160°C

Voici la liste des ingrédients pour quatre personnes :

- quatre magrets
– une pièce de foie gras
– des truffes

Pour la garniture :
– trois gousses d’ail
– un oignon
– 150g de poitrine
– 500g de pommes de terre raves
– deux choux raves


Préparation :

- Posez deux magrets à plat. Taillez le foie gras en bande de 3cm par 3cm.
– Disposez-le sur les magrets. Ajoutez les truffes émincées par dessus.
– Posez les deux autres magrets par dessus et ficelez.

Retrouvez en vidéo les conseils du chef pour bien ficeler les magrets. Un mot d’ordre : bien serrer !

- Épluchez le choux, puis détaillez-le en triangle d’un centimètre d’épaisseur. Coupez les pommes de terre raves en deux, dans le sens de la longueur, en laissant la peau.
– Émincez un oignon.
– Détaillez la poitrine en lardon puis faites-la revenir à feu doux avec l’oignon dans une cocotte ou une grosse poêle.
– Ajoutez deux à trois gousses d’ail écrasées, et laissez cuire 5 à 6 minutes.
– Ajoutez ensuite les pommes de terre et le choux.
– Disposez les magrets sur les légumes et enfournez à 160°C pendant 35 à 40min.
– La chaleur du four ne doit pas dépasser 160°C, sinon le magret risquerait d’être trop cuit.



Infos pratiques :
Le Genty Magre
3, rue Genty Magre
31 000 Toulouse
Tél. 05 61 21 38 60

Mélanie Volland

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Restaurants : Le goût de l'Amérique à Toulouse

Restaurants : Le goût de l'Amérique à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

De la junk food de qualité, c’est presque un oxymore. Nous avons pourtant choisi de passer en revue quelques unes des meilleures adresses pour se régaler à la mode américaine à Toulouse.

 

VandV Bagel

(5 place du Parlement) Des bagels à manger sur place ou à emporter presque comme à New York, c’est ce qu’on trouve à deux pas du Palais de justice chez VandV Bagel. Ils sont agrémentés de saumon fumé, de pastrami ou de poulet, et ils sont surtout frais et savoureux. En dessert, l’adresse propose quelques pâtisseries américaines en fonction de l’humeur de la chef, qui fait un délicieux banoffee. On lui pardonne son tempérament parfois un peu rugueux de prime abord.

 

Creativ’ Yogurt

(32 bis rue des Lois) Pour changer des glaces américaines, pourquoi ne pas tester les yaourts glacés ? Creative Yogurt propose pour le goûter des glaces aromatisées au yaourt à agrémenter, selon les goûts, de différents coulis et friandises. Les plus gourmands opteront pour du Nutella ou du caramel avec des bonbons, et les plus raisonnables choisiront les fruits frais de saison. À chacun son yaourt.

 

À m’en donné

(5 rue des Changes) Comme son nom ne l’indique pas, À m’en donné vend un choix de boissons et de friandises américaines à rendre fou les aficionados de la junk food. Il faut pourtant oser franchir le pas de cette drôle de boutique, qui fait aussi restaurant et dont on a parfois un peu de mal à saisir la vocation. Mais immédiatement, on est impressionné par la collection de sodas aux couleurs et aux goûts improbables. Allergiques aux colorants s’abstenir ! Ensuite, la table des friandises attire l’oeil et là c’est la folie : M&M’s à tous les parfums, et un choix impressionnant de barres chocolatées.

 

Tata Bidule

(14 rue Temponières) On peut évidemment craquer pour l’impressionnante collection de cupcakes proposée en vitrine de cette charmante petite pâtisserie du centre-ville, mais nous leur préférons les délicieux cookies aux saveurs régressives. Il fallait oser celui aux oursons en guimauve. Le décor est en plus très agréable, tables en formica et couleurs acidulées. Mademoiselle Yummy www.mademoiselle-yummy.fr Le cheese-cake c’est délicieux, on est d’accord, mais ce n’est pas le plus évident des gâteaux à réussir, surtout si on n’est pas un cordon bleu.

Le salut vient donc de Mademoiselle Yummy qui vous propose non seulement un choix de gâteaux diablement alléchants mais en plus de vous les livrer à votre domicile ou sur votre lieu de travail. En quelques clics, vous passez commande et vous déterminez par mail la date de livraison. Le jour dit à l’heure convenue, on sonne à votre porte avec un gâteau superbe. Votre plus gros souci sera finalement de choisir entre le cheese-cake façon « banoffee » et le sweet pink (chocolat blanc / framboises). (Entre 18 et 28 euros le gâteau, compter les frais de port).
A.F. & A.S.

more...
No comment yet.