Toulouse La Ville...
Follow
Find
62.8K views | +32 today
 
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ma belle Toulouse.....

Ma belle Toulouse..... | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Charming French windows, ornate street lamps, medieval red brick buildings – unmistakably Toulouse!




La ville rose (or ‘the pink city’ as it is called) is located on the banks of the Garonne river. The lifeline of Toulouse, this river springs from a source in the Pyrenees, flows right through the city and ultimately, joins the Atlantic Ocean.

The La Grave hospital complex (built in the 1600s) on the banks of the Garonne river

A key landmark of Toulouse is the Canal du Midi (a UNESCO World heritage site) which connects Toulouse to the Mediterranean Sea. This 240km long canal built in the 17th century, facilitated trade between the Atlantic and the Mediterranean. Today, the Canal du Midi is a popular waterway for cruises and sightseeing.

The tree-lined banks of the Canal du Midi

Toulouse is a city with character and soul. The poetry in the air is palpable. Here, ancient cathedrals co-exist harmoniously with the headquarters of the European aerospace industry.

The Basilica of St. Sernin, a UNESCO World Heritage site – a key stop on the Way of St. James (Santiago de Compostela), built from the 11th to the 14th century

Retired Air France Concorde F-BVFC on display at the Toulouse-Blagnac airport

A full scale model of the Ariane 5 rocket at the Cite de l’espace (City of Space) theme park

Toulouse’s recorded history goes way back to 2BC. Its magnificent churches are silent witnesses to all that has transpired over the ages.

St. Etienne’s Cathedral, built from the 13th to the 17th century

The stunning ‘palm tree’ architecture of the Jacobins Convent (built in the 13th/14th century)

Modern day Toulousians are a friendly bunch, enjoying a relaxed pace of life. Their favorite food includes gourmet specialties like the Toulouse cassoulet, Margret de canard and duck confit along with some of the finest local wines.

Margret de canard (duck breast)

No discussion about Toulouse is complete without a mention of its colorful markets.

The clothing & accessories market at the Place du Capitole square

Fresh produce market near Place St. Georges

The highlight of our time in Toulouse was spotting this rainbow crowning the 16th century Capitole building.


(Rainbow spotting has now become a regular feature with us. Remember the double rainbow in Seychelles?)

The south of France has inspired so many legendary painters (including Cezanne, Van Gogh, Renoir, Matisse and more recently, Picasso). After my visit to Toulouse and the surrounding countryside, I finally understood why!


Adieu ma chère Toulouse! À bientôt!


Must buy: The soaps, perfumes, bonbons and other confectionaries made with touches of the violet flower. The delicate violet is the official flower of Toulouse.

Jacques Le Bris's insight:

From Travel Junkie by Anne Pinto

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : la commission d'enquête émet un avis défavorable sur le projet

Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : la commission d'enquête émet un avis défavorable sur le projet | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Les projets de liaisons à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax portés par le Grand projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO) s'attirent un avis défavorable de la commission chargée de l'enquête publique. Signe que ce dossier à 9,4 Md€, qui patine déjà depuis plusieurs années, risque de s'enliser pour de bon.

 

Déjà fragilisé par un tour de table financier incomplet et de fortes oppositions, non seulement au Pays basque mais également en Lot-et-Garonne, le Grand projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO), qui prévoit laconstruction de deux lignes à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse, et Bordeaux Dax, dans la perspective de la liaison avec l'Espagne, vient de prendre un nouveau mauvais coup sur la tête avec l'avis défavorable que vient de rendre la commission chargée de l'enquête publique. Dans un communiqué qui vient de nous parvenir, la préfecture d'Aquitaine précise que l'enquête publique, qui s'est déroulée du 14 octobre 2014 au 8 décembre, a finalement émis « un avis défavorable sur le projet de déclaration d'utilité publique des travaux des lignes nouvelles Bordeaux Toulouse et Bordeaux Dax ». Le préfet explique que, conformément au code de l'Environnement, il va diffuser ce rapport « à l'ensemble des communes où s'est déroulée l'enquête, en leur demandant de le tenir à la disposition du public pendant un an ».

Jusqu'à 2016

Dans le même temps, le préfet va adresser copie du rapport et des conclusions au maître d'ouvrage (SNCF -Réseau). Ce dernier devra ensuite formuler ses propres observations sur le rapport de la commission d'enquête.

« Après recueil de l'ensemble de ces éléments, le préfet transmettra au ministre chargé des transports le rapport de la commission d'enquête, ainsi que les observations du porteur de projet. Il y adjoindra un rapport présentant le déroulement de l'enquête publique, son analyse des conclusions de la commission d'enquête, et son avis sur le projet » détaille la préfecture.

Le gouvernement dispose d'un délai de 18 mois après la clôture de l'enquête publique, soit jusqu'au 18 juin 2016, pour se prononcer, après avis du Conseil d'Etat, sur la déclaration d'utilité publique du projet ».

L'État en première ligne

Rappelons que la commission chargée de cette enquête publique préalable à la déclaration d'utilité publique était présidée par Daniel Maguerez et qu'elle comptait 21 commissaires enquêteurs nommés par le tribunal administratif de Bordeaux, dont des retraités (gendarmerie, police nationale, etc.) et trois actifs (agriculture, conseil). Cette commission d'enquête devait également enquêter sur la mise en compatibilité des documents d'urbanisme dans les 71 communes d'Aquitaine concernées par le premier volet du GPSO : Bordeaux -Toulouse, qui doit être mis en service en 2024, la jonction avec Dax étant planifiée pour 2027. Les commissaires enquêteurs se sont rendus dans 115 lieux différents et ont tenu pas moins de 239 permanences d'information. Plombé par des divergences de vue entre certaines des 50 collectivités appelées à cofinancer cet énorme chantier à parité avec l'Etat, le GPSO se voit aujourd'hui opposé un avis défavorable dont on ne connaît pas encore le détail et qui va pousser le gouvernement à faire un nouvel effort sur le plan politique, mais peut-être aussi financier, ce dont il aurait sans doute volontiers fait l'économie.

Les réactions à Toulouse

Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole ont réagi conjointement pour regretter cette décision :

"Le grand Sud-Ouest de la France est sous-équipé au niveau ferroviaire depuis des décennies alors que des régions voisines comme Rhône-Alpes sont bien mieux dotées. Seules de nouvelles lignes vers le Sud permettront de répondre aux besoins croissants de mobilité de nos territoires".

"Ce n'est pas une surprise, la majorité des membres de la commission sont contre le projet, estime pour sa part Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser). Mais 2% de la population ne peut pas remettre en cause des décisions validées par l'ensemble des grandes collectivités."

Jean-Louis Chauzy ajoute: "l'État s'est engagé à financer ce projet". Il précise qu'un colloque sur les modalités financières des grandes infrastructures dont la ligne à grande vitesse sera organisé courant février 2016.

De son côté, le ministre des Transports Alain Vidalies a appelé à ne pas tirer de conclusions hâtives :

"Le maître d'ouvrage, SNCF Réseau, dispose désormais d'un délai de quatre mois pour répondre à ces conclusions. C'est à ce moment là seulement que l'Etat sera saisi de l'intégralité des conclusions et de cette réponse. Le gouvernement sera appelé à prendre sa décision dans un délai de dix-huit mois, après avis du Conseil d'Etat. Le respect de cette procédure impose aujourd'hui l'absence de toute conclusion prématurée tirée de l'avis de la commission d'enquête publique."

C'est "une bonne nouvelle" estime en revanche le député européen José Bové qui a réagi sur son compte Twitter.

Guillaume Cros, le président du groupe Europe Ecologie - Les Verts au conseil régional de Midi-Pyrénées se réjouit également de cette "bonne nouvelle":

"Enfin, on nous écoute ! Cela vient confirmer ce que nous disons depuis le début. La LGV est une véritable aberration. Maintenant, des décisions politiques doivent être prises pour que soit aménagé l'existant, en préservant les trains du quotidien. Car oui, il faut que le TGV arrive à Toulouse. Mais arrêtons de fantasmer sur une LGV".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Élections départementales. La Haute-Garonne surfe sur une vague rose

Élections départementales. La Haute-Garonne surfe sur une vague rose | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La Haute-Garonne reste un bastion socialiste. Mais derrière un score apparemment écrasant en faveur du PS se cache une réalité plus complexe. La bataille pour les élections régionales est déjà lancée.

 

Le bouleversement n’a pas eu lieu. Redessinée en vingt-sept cantons au lieu de cinquante-trois précédemment, la Haute-Garonne reste un bastion socialiste. Voire une exception. Car le PS sort renforcé de ces départementales au cœur du territoire toulousain, alors même qu’au niveau national, c’est la chute avec la perte de près de la moitié des départements français détenus par la gauche.

En Haute-Garonne, les candidats PS ont ainsi remporté plusieurs batailles pourtant ouvertes, à Cazeres, Escalquens ou encore à Villemur-sur-Tarn. Dans ce dernier canton, la gauche l’emporte sur le fil, pour un peu moins de cent voix. Dans le canton de Luchon en revanche, les socialistes gagnent haut la main leur duel face aux frontistes avec plus de 69,1% des voix. Au final, la gauche rafle 42 sièges, contre seulement 4 pour la droite à la prochaine assemblée. Un record.

Difficile d’analyser ce paradoxe haut-garonnais, si ce n’est que le FN a bien pris des voix à la droite traditionnelle dans les triangulaires, au grand dam de Sacha Briand, l’adjoint au maire de Toulouse : « La défaite est de notre responsabilité. Nous avons un travail à faire notamment dans les cantons ruraux », analyse-t-il.

Un Front national qui s’installe dans les urnes

A gauche, Sébastien Vincini, premier secrétaire fédéral du PS, est tout sourire. « Les Haut-garonais ont choisi un projet pour leur quotidien. Mais c’est une victoire humble car nous entendons le message de désespérance et d’inquiétude de nos compatriotes ». Car une autre réalité se dessine. Même si elle a perdu ce dimanche toutes ses triangulaires, l’extrême droite s’installe lentement mais sûrement dans tous les territoires de Midi-Pyrénées, y compris en Haute-Garonne. Ainsi, à Portet-sur-Garonne ou à Auterive, le FN perd mais glane au passage plus de 40% des suffrages, s’imposant comme la deuxième force politique sur ces cantons. A Muret, le FN peut désormais revendiquer 43,29% des suffrages, tandis que la gauche l’emporte avec 56,71% des voix.

A gauche, le bilan positif cache une autre réalité : le PS l’emporte, mais écrase au passage ses partenaires historiques que sont les élus écologistes EELV, PRG et communistes, qui pourraient eux aussi faire exploser la majorité socialiste.
Dans tous les camps, ces élections départementales vont laisser des traces et des blessures. Ces stigmates marquent dès à présent le début d’une nouvelle bataille : celle des élections régionales prévues pour la fin de l’année.
Martin Venzal
Photo Hélène Ressayres - ToulÉco

Jacques Le Bris's insight:


Des mini-primaires PS pour la présidence du conseil général… ou pas

 

Les nouveaux élus PS qui souhaitent briguer la présidence du conseil général de la Haute-Garonne ont jusqu’à ce dimanche minuit pour se déclarer. Une fois fait, ce sera aux militants socialistes de voter ce mardi 31 mars, pour le candidat de leur choix. Le cas échéant, un deuxième tour est prévu le lendemain. Ce qui doit permettre au PS de présenter son postulant à la présidence pour l’assemblée constituante du jeudi 2 avril.

Georges Méric, conseiller général du canton de Nailloux et candidat affiché est favori, après le retrait hier soir en sa faveur de Jean-Michel Fabre, autre postulant socialiste. Jean-Jacques Mirassou a également présenté sa candidature ce dimanche soir.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Premier marché flottant sur le canal

Premier marché flottant sur le canal | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Samedi 28 mars, rendez-vous au port de l'Embouchure, entre 9h30 et 18h, pour le premier marché flottant de Toulouse sur le thème des vins et fromages du Grand Sud. Une jolie façon de valoriser les produits régionaux de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon !

Le premier marché flottant de Toulouse réunit une vingtaine de producteurs locaux et met à l'honneur fromages et vins des appellations présentes de Bordeaux à Sète. Ce premier rendez-vous, samedi 28 mars, sera suivi d'un marché, chaque mois jusqu'au 14 juillet. Après les vins et fromages du Grand Sud mis à l'honneur port de l'Embouchure, viendront les primeurs, l'horticulture, les gourmandises, et,  pour le 14 juillet, les salaisons et charcuteries de terroirs.

Le Canal, un lien entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

Ces nouveaux marchés flottants visent à renforcer l'attractivité économique et touristique du canal, tout en valorisant la production locale de qualité de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon.
Cette initiative du club économique "Ô fil de l'eau" en collaboration avec le Marché d'Intérêt National de Toulouse Métropole, MIN, Marché d'Intérêt National de Toulouse Métropole se situe dans la perspective de la fusion des deux régions, soulignant le lien que constitue le patrimoine fluvial commun passant par Toulouse jusqu'à Sète.

Les dates des prochains marchés

25 avril. Quai Saint-Pierre : Primeurs
30 mai. Ecluse de Castanet : Horticulture / Pépinière
20 juin en lien avec Rio Loco. Quai Viguerie : Autour de la gourmandise
Fête du 14 juillet. Canal de Brienne : Thème cocardier, salaisons et charcuteries de terroirs.

Pour aller plus loin

Découvrez le site du MIN, Marché d'Intérêt National de Toulouse Métropole : deuxième marché de gros, sur le territoire national, après Rungis.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La privatisation de l'aéroport de Toulouse devant le conseil constitutionnel pour une QPC – Vente de l'aéroport Toulouse-Blagnac

La privatisation de l'aéroport de Toulouse devant le conseil constitutionnel pour une QPC – Vente de l'aéroport Toulouse-Blagnac | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Les opposants à la vente de l'aéroport de Toulouse en appellent au conseil constitutionnel pour annuler la cession des parts de l'Etat français à un consortium sino-canadien via une QPC, une question prioritaire de constitutionnalité. Un conseil constitutionnel qui a trois mois pour statuer.

 

Les opposants à la vente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac ne déposent pas les armes. par l'intermédiaire de leur avocat Christophe Lêquevaques, ils viennent de déposer une QPC, une question prioritaire de constitutionnalité qui doit déterminer si la privatisation de l'aéroport est conforme à la constitution française. 

Dans un document de 50 pages, deux points sont développés pour argumenter leur opposition au projet via la QPC : la mise en cause de la souveraineté nationale, celle de la libre administration des collectivités territoriales, celle de la liberté d'entreprise. Par exemple, lLa part chinoise du consortium qui a racheté les parts de l'Etat serait en effet, selon un journal chinois propriété de l'Etat chinois.

 

QPC pour l'aéroport de Toulouse

Le conseil constitunionnel a trois mois pour se prononcer. S'il estimait que la vente était anticonstitutionnelle, cela remettrait en cause non seulement la vente de l'aéroport de Toulouse mais empêcherait celles de Nice et Lyon envisagées par le gouvernement.

Le gouvernement a choisi le 4 décembre dernier d'attribuer 49,9% de la société d'exploitation de l'aéroport de Toulouse, le quatrième de France hors Paris, au consortium chinois Symbiose, ce qui devrait rapporter plus de 300 millions d'euros à l'Etat provoquant une polémique et une levée de boucliers de la part notamment de riverains de l'aéroport et d'élus locaux.

Fin décembre,  le conseil d'Etat a estimé qu'il n'y a rien d'illégal dans la procédure de cession par l'Etat de ses parts de l'aéroport de Toulouse-Blagnac à Symbiose, un consortium chinois et a rejetté la demande de suspension de la procédure déposée par un collectif de riverains, d'élus locaux et de syndicats.

Une QPC, c'est quoi ?

La « question prioritaire de constitutionnalité » est le droit reconnu à toute personne qui est partie à un procès ou une instance de soutenir qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Si les conditions de recevabilité de la question sont réunies, il appartient au Conseil constitutionnel, saisi sur renvoi par le Conseil d'État et la Cour de cassation de se prononcer et, le cas échéant, d'abroger la disposition législative.
Plus d'informations sur les QPC sur le site du conseil constitutionnel

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Saga Labouche, épisode 1 : les premières cartes postales

Saga Labouche, épisode 1 : les premières cartes postales | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
L'aube d'un siècle : Les premières cartes postales Labouche


 

De 1900 à 1966, les éditions Labouche ont marqué de leur nom l'histoire de la carte postale dans le Sud-Ouest.
Racheté par le Conseil Général de la Haute-Garonne en 1993, leur fonds photographique, composé de 53.000 documents, est aujourd'hui entièrement classé .
Le 28 mai 2015, les Archives départementales vous proposent de découvrir l'envers du décor et de pénétrer dans le monde de la carte postale Labouche .

 

Venez découvrir le jeudi 28 mai, quelques curiosités parmi nos cartes postales Labouche, ainsi qu'un complément de cartes provenant de collectionneurs privés.


Une histoire de cotes

Le fonds Labouche est référencé aux Archives sous la cote 26 Fi. Comme les cartes Labouche intéressent un grand public, certains collectionneurs ont l'amabilité de nous faire connaître leurs trésors. Numérisées, ces nouvelles images entrent aux Archives sous la cote 1 Num, et viennent compléter le fonds Labouche. Grâce à ces compléments, nous progressons ensemble dans la connaissance de ce vaste ensemble produit par la maison Labouche frères.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une foule de personnalités pour un hommage à Bernard Maris à Toulouse

Une foule de personnalités pour un hommage à Bernard Maris à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Bernard Maris avait enseigné au sein de l'IEP de Toulouse


Patrick Pelloux, Jean-Pierre Bel, Hélène Jouan, Dominique Seux... Samedi prochain, à Toulouse, de nombreuses personnalités vont participer à une journée d'hommage à l'économiste Bernard Maris, tué lors de l'attentat de Charlie Hebdo le 7 janvier dernier. Cette journée est organisée par le Lereps, le Laboratoire d'études et de recherches sur l'économie, les politiques et les systèmes sociaux.

 

"Ce ne sera pas 'Colloque academy', tout va se passer à la bonne franquette", promet Joël Carreiras. Le secrétaire général du Lereps au sein de l'Université Toulouse 1 est l'un des organisateurs de la journée d'hommage à Bernard Maris prévue le samedi 21 mars au sein de l'amphithéâtre Cujas.

"Ceux qui ont collaboré avec lui à un moment de leur vie, il y a 20 ans ou plus récemment, viendront témoigner. Nous allons également diffuser des archives de l'Ina et des interviews vidéos de gens qu'ils l'ont connu."

Deux tables rondes autour de l'homme et de l'économiste

La liste des personnalités qui ont déjà confirmé leur présence est impressionnante :


à 10 heures : Philippe Raimbault, le directeur de l'IEP de Toulouse, Bruno Sire, le président de l'Université Toulouse 1 Capitole, Aris Kephaliacos, le directeur du Lereps, Martin Malvy, le président de Région et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc assureront le discours inaugural.

 

De 10h30 à 12h30, une première table ronde est prévue sur le thème : Bernard Maris, homme de culture et d'impertinence. La journaliste de France Inter Hélène Jouan animera le plateau avec la participation d'Anne Isla et Claude Dupuy (Lereps), Jean-Pierre Bel (ancien président du Sénat), Laure Ortiz (juriste), Stéphane Paoli (journaliste), Henri Sztulman (psychiatre, psychanaliste), Claude Crampes (économiste), Jean-Arnaud Mazeres (juriste), Michel Bernard (sous-préfet ), Henri Trubert (Les Liens qui Libèrent) et Patrick Pelloux (médecin urgentiste).

 

De 14h30 à 17h30, la deuxième table ronde sera consacré au parcours de l'économiste "d'une science incertaine". Elle sera animée par la journaliste de France Inter Patricia Martin avec la participation de François Morin (fondateur du Lereps), Guillaume Duval (journaliste chez Alternatives Économiques), Alexandra Bensaid (journaliste), Jacques Sapir (économiste), Edwin Le Heron (économiste), Dominique Seux (journaliste), Dominique Plihon (économiste), Philippe Labarde (journaliste et coauteur) et André Orléan (économiste).

 

Première journée d'une série d'hommages

 

Le 21 mars signera le début d'une série d'hommages qui seront consacrés à Bernard Maris. Après Toulouse, le collectif "Salut Bernard" a programmé trois autres journées.

 

Le 1er avril, à Paris, le Théâtre du Soleil accueillera le banquet civique "Les Îles Maris" sous la même forme que ceux qu'organisait Pablo Neruda, à savoir, "un moment de fraternité scandé par des odes que les un-e-s et les autres souhaiteront rendre à la mémoire de notre ami disparu", explique le collectif.

Le 30 avril, toujours à Paris, un réveillon du premier mai rendra hommage cette fois à ses travaux, essais et chroniques économiques.

 

Enfin le 19 mai, une journée d'études est organisée à l'université de Saint Denis. 

Tué le 7 janvier dernier lors de l'attentat au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, Bernard Maris avait enseigné à Sciences Po Toulouse dans les années 1980 avant de publier ses textes dans Charlie Hebdo sous le pseudonyme Oncle Bernard. Il animait aussi une chronique économique hebdomadaire sur l'antenne de France Inter. Il faisait également partie du Lereps (Laboratoire d'études et de recherches sur l'économie, les politiques et les systèmes sociaux) au sein de l'université Toulouse 1.

Le 12 février dernier, une école a été rebaptisée à son nom dans la ville de Muret où le père de l'économiste avait enseigné pendant de nombreuses années.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Élections départementales : un mur des élus "cumulards" exposé à Toulouse

Toulouse Élections départementales : un mur des élus "cumulards" exposé à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Mercredi 11 mars 2015, le mouvement politique Alternative Citoyenne a installé, square de Gaulle, à Toulouse un « mur des cumulards ». Sur celui-ci, ils ont épinglé les élus du Conseil général de Haute-Garonne reconnus pour cumuler les mandats, soit pour différentes institutions, soit dans la durée.

Alain Fillola, Jean-Marc Dumoulin, Emilienne Poumirol, Charles Marziani, Jean-Jacques Mirassou, Philippe Plantade, Georges Méric et Pierre Izard font ainsi partie de la liste.

Cela pose un vrai problème de renouvellement des idées politiques et créé, à la longue, un profond décalage entre les élus et leurs administrés, les politiques “de carrière” étant complètement déconnectés de la vie quotidienne et ne cherchant qu’à asseoir leur cercle d’influence, analyse Sophie Nicklaus, candidate Alternative Citoyenne aux élections départementales sur le secteur Toulouse 1.

Signature de la charte Anticor

En parallèle de ce « mur des cumulards », qui était également accompagné de petits jeux ludiques pour attirer l’attention des passants sur la problématique et les enjeux du cumul, une présentation de la charte éthique Anticor était faite. Une charte que les candidats Alternative Citoyenne ont signée sur place, s’engageant même au-delà.

« En plus de ne pas cumuler, il a été demandé aux candidats Alternative Citoyenne de ne faire qu’un seul mandat, précise Sophie Nicklaus. L’idée est de former en permanence de nouvelles personnes pour assumer les responsabilités d’élu et, surtout, de ne pas devenir irremplaçable. »

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : la difficile élaboration du budget 2015

Toulouse : la difficile élaboration du budget 2015 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Lors du conseil municipal de la Ville de Toulouse, ce vendredi 6 mars, ont eu lieu les discussions sur le débat d’orientation budgétaire pour 2015. C’est le premier budget de la Ville élaboré par la municipalité de Jean-Luc Moudenc, arrivée au pouvoir il y a un peu moins d’un an. L’adjoint chargé des Finances Sacha Briand parle d’une élaboration "longue et difficile" à cause de la baisse des dotations de l’État et de la "stratégie budgétaire du précédent mandat".

 

Depuis l'arrivée de Jean-Luc Moudenc (UMP) au Capitole en avril 2014, le discours de Sacha Briand, adjoint aux Finances, est constant : "La baisse drastique des dotations de l'État et la dégradation des comptes à cause de l'ancienne municipalité rendent la situation budgétaire de la Ville difficile." En conférence de presse ce matin, juste avant le conseil municipal, l'adjoint a affirmé que l'élaboration du budget était "longue et difficile" mais que le budget 2015 serait voté le 10 avril.

"Le calendrier budgétaire impose une délibération avant le 15 avril, nous serons donc dans les temps", a affirmé le maire Jean-Luc Moudenc. Pour rappel, l'opposition socialiste, ainsi que le PC, estiment que Jean-Luc Moudenc retarde volontairement le vote du budget pour ne pas brusquer les électeurs avant les départementales.

Baisse des dotations de l'État

Sacha Briand calcule que la baisse des dotations de l'État prive la Ville de 36 millions d'euros par an jusqu'en 2017 et de 234 millions d'euros sur la totalité du mandat (2014-2020). Voici le graphique qu'il a présenté ce matin en conseil municipal :


Un budget 2014 "mensonger"

Le 13 décembre 2013, la municipalité dirigée par Pierre Cohen (PS) avait voté un budget primitif 2014 de 772 millions d'euros. "C'était un budget mensonger", attaque Sacha Briand.

"On a voulu nous cacher la réalité de la situation budgétaire de la ville. Il y a dans ce budget 26 millions d'euros d'inscription budgétaires insincères."

Ainsi, l'adjoint aux Finances affirme que, dans le budget 2014, des dépenses ont été "sciemment omises" : 12 millions d'euros de dépenses de personnel et 4 millions d'euros de subventions distribuées. Par ailleurs, 7 millions d'euros de recettes auraient été inscrites" sans base juridique ni financière", ainsi que 2 millions de recette fiscale "surestimée".

"Nous n'avons plus aucune réserve dans la structure budgétaire de la Ville. L'ancienne municipalité a procédé à la dégradation de l'épargne et des réserves. Nous devons rétablir les comptes", répète Sacha Briand.

Pour appuyer son propos, il propose le graphique suivant, comparant la capacité d'autofinancement des 10 grandes villes françaises.


3 priorités

Le débat d'orientation budgétaire ne donne pas un lieu à un vote. Jean-Luc Moudenc et Sacha Briand affirment qu'ils feront des propositions pour le budget 2015 après le débat.

"Nous travaillons du matin au soir pour trouver des solutions qui éviteront de devoir sabrer dans les dépenses", souligne Sacha Briand, évoquant tout de même une piste : "il faut lutter contre l'absentéisme chez les employés municipaux, très coûteux. Nous pourrions dégager de 5 à 10 millions d'euros d'économies."

Le maire de Toulouse réaffirme néanmoins ses priorités : la sécurité, l'école et la politique de la ville dans les quartiers.


Sophie Arutunian

@SoArutunian

Jacques Le Bris's insight:
À noter

Ce vendredi matin lors du Conseil municipal, 3 délibérations ont été votées au sujet des débordements lors des différentes manifestations au centre-ville de Toulouse.

La première vise à instaurer une avance remboursable aux commerçants qui doivent changer leurs vitrines. Il s'agit d'une avance de trésorerie.

La deuxième propose d'instaurer une opération « stationnement gratuit » dans le centre-ville de Toulouse pour un samedi à définir au cours du printemps, afin de palier le manque à gagner subi pendant les manifestations.

Enfin, la troisième délibération vise à engager une action en justice contre l'État « car il a autorisé les manifestations sans assurer l'ordre public ». La municipalité réclame un dédommagement pour préjudice à l'image de la Ville.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Plan d'économies : le Capitole se serre la ceinture

Plan d'économies : le Capitole  se serre la ceinture | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le Capitole s'apprête à annoncer, après les élections, un plan d'économies sans précédent dû pour l'essentiel à la forte baisse des dotations de l'État.

La CGT à la Bourse du travail ou FO dans son immeuble du boulevard de Suisse seront-elles demain encore hébergées gratuitement par la mairie de Toulouse ? Cette polémique sur l'aide aux unions départementales des syndicats (lire en page 22) n'est que la partie émergée du plan d'économies massives que le Capitole s'apprête à dévoiler lors du vote du budget repoussé début avril, tout juste après les élections départementales. Un report jugé comme une manœuvre par l'opposition. Et une nécessité par la majorité qui fait valoir un travail d'une ampleur sans précédent.

«Plus rien ne sera comme avant», affirme l'adjoint au maire chargé des finances, Sacha Briand. Car ce sont toutes les politiques municipales qui, de fait, sont passées au crible. En cause, la baisse des dotations de l'État : jusqu'à 234 M€ pour Toulouse entre 2014 et 2020. Vertigineux ! Mais aussi, pour Jean-Luc Moudenc, la politique de son prédécesseur : utilisation de l'épargne et emprunt. Ce que Pierre Cohen rejette en invoquant notamment la nécessité de financer les transports.

La polémique va resurgir ce vendredi à l'occasion du débat d'orientation budgétaire. L'opposition va même essuyer un nouveau tir de barrage à propos d'un budget 2014 dont les réalisations s'écarteraient trop des prévisions.

Surtout, ce débat est l'occasion d'en savoir plus d'ores et déjà sur les économies qui attendent les Toulousains. S'il ne révèle pas le détail des mesures, il en donne les grandes orientations. Souvent évoquées par le maire, elles figurent noir sur blanc dans la délibération que nous avons consultée (lire ci-contre). Les économies, on en parlait et c'est maintenant…

Les impôts n'augmenteront pas. C'est une promesse de campagne (ils ont légèrement augmenté à la communauté urbaine). La pression est donc maximale sur le fonctionnement des services. À commencer par les dépenses de personnel qui pèsent plus de la moitié du budget. Mais aussi les dépenses contraintes (chauffage, eau…). Le Capitole a réalisé 5 M€ d'économies en 2014. Il viserait 14 M€ en 2015, selon nos informations, ce qui absorberait la totalité de la baisse des dotations de l'année. Les associations doivent s'attendre à des baisses de subventions. Côté investissements, tous sont réexaminés. La mairie va rechercher pour la gestion de certains services des cofinancements avec le privé. Elle va revoir tous les tarifs municipaux. Et prépare un plan «ambitieux de cession de terrains et bâtiments».

 
Pour l'opposition, des mesures qui ne sont pas neutres

L'opposition socialiste, qui tient une conférence de presse aujourd'hui à l'avant-veille du conseil municipal de vendredi, n'a pas souhaité réagir hier au sujet du débat d'orientation budgétaire et des économies annoncées. À plusieurs reprises, le groupe présidé par Pierre Cohen a cependant fait valoir que le débat sur les finances publiques et la réforme de l'outil communal ne pouvaient être vus d'un simple point de vue technique mais à l'aune d'une politique. La primauté donnée à la police municipale, l'augmentation attendue des tarifs de certains services municipaux sont ainsi par exemple combattus par le groupe PS.

 

Jean-Noël Gros

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse: Une longue marche entre le Capitole et Sivens pour soutenir les «assiégés»

Toulouse: Une longue marche entre le Capitole et Sivens pour soutenir les «assiégés» | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un zadiste lors de la manifestation du 21 février à Toulouse


L'appel a été lancé sur les réseaux sociaux: une Marche de solidarité partira de Toulouse mercredi 4 mars au matin pour se porter au soutien des occupants anti-barrage «assiégés» de la ZAD du Testet, à Sivens. Sur place, une centaine d'agriculteurs favorables à la retenue d'eau a entrepris le blocus du site depuis lundi matin.

 

«Convoi alimentaire»

Pour la première journée de marche, les manifestants ont prévu de passer la frontière en atteignant Saint-Sulpice-La-Pointe, dans le Tarn. Ils espèrent être jeudi sur le site de Sivens, où la situation risque donc de se tendre encore. Enfin, ils promettent d'être vendredi à Albi, jour où le Conseil général du Tarn doit décider de l'avenir du projet.

Les soutiens des zadistes appellent aussi à un rassemblement mercredi à Gaillac en vue d'organiser «un convoi alimentaire» vers la ZAD cernée par les agriculteurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Charlie Hebdo : une journée d'hommage à Bernard Maris à Toulouse le 21 mars – Attentat à Charlie Hebdo

Charlie Hebdo : une journée d'hommage à Bernard Maris à Toulouse le 21 mars – Attentat à Charlie Hebdo | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le laboratoire de recherches toulousain Lereps, où l'économiste a enseigné organise le 21 mars prochain une journée d'hommage à "Oncle Bernard", avec de nombreux témoignages d'amis, d'économistes, d'écrivains. 

 

Une journée d'hommage à l'économiste toulousain Bernard Maris aura lieu le samedi 21 mars prochain à Toulouse, organisée notamment par le Lereps, le laboratoire de recherches où il a enseigné pendant plusieurs années et dont il fut même directeur de 1995 à 1998, Sciences-Po Toulouse et l'université du Capitole Toulouse 1. 

De nombreuses personnalités participeront à cette journée, dont Patrick Pelloux, médecin urgentiste et collaborateur de Charlie Hebdo, le psychiatre Henri Sztulman, l'économiste Jacques Sapir, la journaliste Hélène Juan ou encore l'ancien président du Sénat, l'Ariègeois Jean-Pierre Bel

D'autres personnalités comme les écrivains Emmanuel Carrère et Michel Houellebecq, amis de Bernard Maris, n'ont pas encore confirmé leur présence mais pourraient intervenir par vidéos. 

Bernard Maris, économiste renommé et chroniqueur radio et télé, collaborait à Charlie Hebdo sous le pseudonyme d'Oncle Bernard. Il a été abattu par les frères Kouachi le 7 janvier dernier dans les locaux du journal. Il a été inhumé à Montgiscard, près de Toulouse.

Son père avait été pendant plus de 20 ans instituteur à Muret (Haute-Garonne) et cette ville a décidé récemment de baptisé l'un de ses groupes scolaires du nom de Bernard Maris.

Etudiant à Sciences-Po Toulouse et à l'université Toulouse 1, puis enseignant dans ces deux établissements, Bernard Maris avait ensuite rejoint Paris et publié de nombreux ouvrages. Il collaborait à plusieurs médias audiovisuels ou écrits, notamment France Inter. 

Le Laboratoire d’Etude et de Recherche sur l’Economie, les Politiques et les Systèmes Sociaux (LEREPS) a été créé en 1976 à l'université de Toulouse 1. Ses travaux portent notamment sur le fait que l'économie n'est pas une science cloisonnée et qu'il faut que l'économie dialogue avec les autres sciences sociales.

La journée du 21 mars, intitulée "Bernard Maris, un économiste dans la cité" et qui se déroulera Amplu Cujas, à l'université du Capitole, sera ponctuée par plusieurs moments : l'économiste d'une science incertaine, homme de culture et d'impertinence et l'économie au service de l'homme. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc reçu à l’Elysée

Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc reçu à l’Elysée | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

François Hollande recevait les douze présidents des métropoles françaises pour un déjeuner de travail.

 

Par Pascal Pallas

Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse, était invité à l’Elysée ce jeudi 19 février en sa qualité de président de Toulouse Métropole.

Le président de la République François Hollande organisait en effet un déjeuner de travail autour de la mise en place, ce 1er janvier 2015, du statut des métropoles en France.

L’occasion pour les douze présidents de métropole en France de faire un premier retour d’expérience au président de la République ainsi qu’à la ministre en charge de décentralisation Marylise Lebranchu et au secrétaire d’Etat à la réforme territoriale André Vallini.

« Nous avons fait passer au chef de l’État plusieurs messages qui me semblent importants : la nécessité d’une coopération équilibrée entre régions et métropoles dans la réforme territoriale ou encore le besoin de dialogue local, au cas par cas, avec les futurs Conseils départementaux pour décider des transferts de compétence», rapporte Jean-Luc Moudenc.

 

 

Pour de meilleurs choix financiers

Comme ses collègues, Jean-Luc Moudenc a également interpellé sur le président sur « les immenses difficultés budgétaires dans lesquelles sont plongées nos collectivités à cause de l’effondrement drastique des dotations de l’État : nous devrons hélas sabrer dans les investissements locaux, pourtant générateurs importants d’emplois».

« Les Métropoles, par leurs investissements, jouent un rôle clé pour la croissance et l’emploi dans notre pays. En même temps, elles sont des acteurs quotidiens très engagés pour la solidarité (logement social, insertion, accueil des populations fragiles, etc.). Nous avons rappelé au Président de la République la nécessité de ne pas perdre de vue cette double-réalité dans les choix financiers et d’organisation territoriale qui seront faits dans les mois à venir » poursuit le président de Toulouse Métropole.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un an à la mairie de Toulouse, quel bilan pour Jean-Luc Moudenc ?

Un an à la mairie de Toulouse, quel bilan pour Jean-Luc Moudenc ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le 30 mars 2014, l'UMP Jean-Luc Moudenc battait le socialiste Pierre Cohen avec 52 % des voix. Depuis un an, le maire de la Ville rose a lancé une série de réformes dont il est encore difficile de prendre la mesure. Son équipe met la dernière main à son premier budget, celui qui éclairera vraiment la nature de ses choix. Politiquement, cet anniversaire est marqué par la défaite de la droite aux départementales, élection dans laquelle Jean-Luc Moudenc s’était personnellement investi.

 

La consigne est claire au Capitole : pas d'interview ni de prise de parole sur le bilan de la première année de la droite au Capitole avant la fin avril. Jean-Luc Moudenc, pourtant élu le 30 mars, a fait le choix de célébrer cet anniversaire le 24 avril, jour de son élection à la présidence de Toulouse Métropole. Il n'accorde donc aucune interview sur ce thème et a fait passer la même consigne à ses élus. Une conférence de presse est prévue fin avril, rien d'ici là.

 

Revers électoral

Si Jean-Luc Moudenc ne souhaite pas s'exprimer sur son bilan, ses opposants, eux, ne s'en privent pas, d'autant qu'ils ont tôt fait d'associer la défaite de la droite hier en Haute-Garonne à un échec personnel du maire de Toulouse. Fort de son élection aux législatives en 2012 puis aux municipales en 2014, Jean-Luc Moudenc s'est en effet peu à peu imposé comme le chef de file de la droite départementale voire régionale. Il s'était fortement impliqué dans les sénatoriales de septembre 2014 (avec succès) puis dans la préparation des listes pour les départementales de mars, œuvrant notamment pour un rassemblement de toute la droite UMP, UDI et Modem. Le revers subi par son camp lors du scrutin d'hier (6 élus sur 54 au Conseil départemental) lui revient assez logiquement en boomerang.

 

"Jean-Luc Moudenc est dans une impasse"

Selon Claude Raynal, sénateur et président du groupe socialiste à Toulouse Métropole, "les résultats des élections départementales constituent un désaveu cinglant pour la droite et le centre dans leur ensemble et Jean-Luc Moudenc en particulier. Il a pris la tête de ses troupes pendant cette campagne et les électeurs lui ont donné un carton rouge." Une analyse partagée par  Pierre-Nicolas Bapt, secrétaire général du PRG 31, qui estime que le maire de Toulouse a "fait une faute politique en municipalisant le débat" et qui dénonce par ailleurs le choix qui a été fait de "mettre la sécurité en tête des priorités pour les départementales".

De son côté, Georges Méric, nouvel homme fort de la gauche départementale et probable successeur de Pierre Izard à la présidence du Conseil départemental, estime que depuis un an "Jean-Luc Moudenc a fait des fautes politiques, notamment la remise en question du prolongement de la ligne B du métro toulousain".

Quant à Pierre Cohen, qui a quitté le Capitole sonné par l'échec de la gauche aux municipales, il fait un bilan sans appel. "Depuis un an, il n'a défini aucun projet pour la métropole. Il enchaîne les séminaires mais rien n'est annoncé. Tout est au point mort, je pense au Pex (Parc des Expositions), qui est pourtant un projet très dynamique pour l'économie, ou au PDU (Plan de déplacements urbains). La 3e ligne de métro ne se fera pas car il ne pourra pas la financer et Jean-Luc Moudenc est dans une impasse. Tout cela ne me fait pas plaisir, cela me désole."

 

Procès en centrisme

Les communistes dénoncent eux aussi la première année de mandat de Jean-Luc Moudenc. Début mars, l'élu communiste Pierre Lacaze a accusé le maire UMP d'être "devenu le représentant de la droite dure toulousaine", dénonçant l'embauche de policiers municipaux au détriment d'agents des écoles, des crèches, des espaces verts et des services sociaux culturels. Rebondissant sur la volonté de gouverner au centre annoncée il y a un an par Jean-Luc Moudenc, Pierre Lacaze estime : "On est bien loin du discours d'investiture dans lequel il affirmait se situer dans la lignée de Dominique Baudis, avec une gestion apolitique, pragmatique et centriste."

Même type d'argumentaire du côté d'Europe Écologie-Les Verts. Régis Godec, conseiller municipal de Toulouse et conseiller communautaire à Toulouse Métropole, estime que Jean-Luc Moudenc, "malgré son habileté à montrer un profil accommodant, donne uniquement des gages à la droite. Sa politique est très éloignée de qu'aurait fait Dominique Baudis", l'ancien élu de Toulouse dont le maire actuel se réclame. "Il faudrait tomber le masque maintenant, poursuit Régis Godec. Qu'il arrête de dire qu'il ne fait pas de politique politicienne alors qu'il a la gestion d'un secrétaire général de l'UMP 31." Et de laisser entendre que la composante centriste des élus de la majorité municipale n'était pas très à l'aise avec le tour pris par les choix politiques du maire.

 

"Non, Jean-Luc Moudenc ne se ménardise pas"

"Faux", rétorque Jean-Luc Lagleize, président du Modem 31. Adjoint au maire de Toulouse, celui-ci accepte de répondre à nos questions "mais en tant que chef de parti", prend-il soin de souligner, "pas en tant qu'adjoint au maire..."

"Quand j'entends dire que Jean-Luc Moudenc se ménardise, ça me fait rire. Que je sache, c'est quand même le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a annoncé une dotation de policiers supplémentaires pour Toulouse. Tout le monde veut plus de sécurité. Il n'y avait que Pierre Cohen pour dire que ça ne le concernait pas. Jean-Luc Moudenc est quelqu'un d'extrêmement humaniste. Avec le centre, depuis un an, il a fait en sorte que la parole donnée soit respectée. Il a pris trois engagements qui étaient majeurs pour nous et qu'il a suivi : la démocratie de proximité (avec les mairies de quartiers), l'intervention modérée de la vidéosurveillance dans l'espace public et le développement des transports en commun. Tous les engagements de campagne ont été tenus."

Au soir du 10 avril, on peut penser qu'il y aura davantage d'éléments pour tirer un premier vrai bilan. Ce jour-là, le budget sera présenté en conseil municipal. Intégrant la baisse drastique des dotations de l'État (jusqu'à 234 millions d'euros pour Toulouse entre 2014 et 2020), ce premier budget de l'ère Moudenc devrait être marqué par un vaste plan d'économies.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le socialiste Georges Méric seul candidat à la présidence du Conseil départemental

Le socialiste Georges Méric seul candidat à la présidence du Conseil départemental | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jean-Michel Fabre et Georges Méric

 

Jean-Jacques Mirassou s'est désisté en faveur de Georges Méric pour la présidence du Conseil départemental de Haute-Garonne. Dimanche soir, à l'issue du second tour, Jean-Michel Fabre s'était déjà rallié au conseiller sortant du canton d'Escalquens. George Méric est donc l'unique candidat à la primaire socialiste qui aura lieu mardi 31 mars. Il devrait logiquement succéder à Pierre Izard, jeudi 2 avril, lors de l'élection du président du Conseil départemental par les nouveaux élus.

 

Dès l'annonce des résultats, dimanche 29 mars, deux socialistes ont annoncé leurs candidatures pour la présidence du Conseil départemental de Haute-Garonne : Georges Méric et Jean-Jacques Mirassou. Dans un premier temps, ce dernier avait maintenu sa candidature malgré le ralliement dans la soirée de Jean-Michel Fabre, un autre présidentiable potentiel, à Georges Méric.

Alors que les militants socialistes doivent voter mardi entre 17 h et 22 h pour désigner leur candidat à la présidence, l'un des candidats à changé d'avis ce lundi.

"Jean-Jacques Mirassou m'a dit ce matin qu'il renonçait, affirme Georges Méric, joint par téléphone ce lundi à 17 h. Il devrait l'annoncer à 19 h."

Jean-Jacques Mirassou, 63 ans, entré pour la première fois en 1998 au Conseil général, est un élu urbain. Président du groupe socialiste d'opposition à Dominique Baudis à la Ville de Toulouse, puis conseiller municipal élu sur la liste de Pierre Cohen en 2008, Jean-Jacques Mirassou a été sénateur de 2008 à 2014. Un mandat que les militants ne lui ont pas renouvelé cependant, lui préférant Claude Raynal en septembre dernier.

Premier socialiste à annoncer sa candidature, Georges Méric partait avec une longueur d'avance sur son concurrent. Conseiller municipal puis maire de Nailloux de 1983 à 2008, George Méric, 67 ans, est entré au Conseil général de Haute-Garonne "en même temps que Pierre Izard", en 1988. Il incarne aujourd'hui la ruralité du département.

Élu du Lauragais, il a beaucoup travaillé sur les relations entre la Métropole et le reste du département. Une connaissance qui lui vaut d'être "très connu" des élus ruraux selon le sénateur Claude Raynal.

"La campagne que nous venons de vivre a été axée sur la vision d'une Métropole prépondérante dans le département. Or, les électeurs ont montré leur refus de cette vision. Dans ce contexte, être un élu toulousain, c'est plutôt un handicap pour être élu président du Conseil départemental, analyse le sénateur-maire de Tournefeuille. Nous avions deux personnalités de qualité mais Georges Méric est dans une vision partagée par les élus du département."

"Les cantons ruraux pèsent dans la balance, confirme un membre du Parti Socialiste. De nombreux nouveaux élus ruraux et périurbains veulent que le Département poursuive son travail de péréquation et que Toulouse soit solidaire du reste du territoire. Méric avait donc une avance symbolique en tant qu'élu du Lauragais."

Soutenu par le président sortant Pierre Izard, qui "a senti que Méric tenait la corde", ce dernier bénéficiait d'un autre avantage indéniable : le ralliement de Jean-Michel Fabre. "C'est quelqu'un qui porte des valeurs de renouvellement, poursuit ce militant. Il lui apporte des conseillers départementaux toulousains comme Alain Gabrieli et d'autres."

Une gouvernance collégiale

Dimanche soir, Georges Méric a annoncé qu'il souhaite que "le mandat qui s'ouvre (soit) celui d'une véritable régénération du Conseil départemental".

"Je veux instaurer un nouveau pacte démocratique à travers une gouvernance partagée, une délégation de responsabilités, une collégialité, autour d'une majorité ancrée à gauche."

Parmi les priorités qu'il devrait mettre en place, l'éducation figure en première place :

"Je veux faire de l'éducation la première priorité du Conseil départemental et renforcer les politiques sociales, ADN de l'institution départementale, qui doivent s'adresser aux plus démunis, ainsi qu'à la classe moyenne qui souffre, doute et s'interroge sur la capacité de la gauche à la défendre."

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Elections départementales 2015
Résultats par canton au 2d tour Toulous

Elections départementales 2015<br/> Résultats par canton au 2d tour Toulous | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Toulouse-1 (15)
Toulouse-2 (16)
Toulouse-3 (17)
Toulouse-4 (18)
Toulouse-5 (19)
Toulouse-6 (20)
Toulouse-7 (21)
Toulouse-8 (22)
Toulouse-9 (23)
Toulouse-10 (24)
Toulouse-11 (25)

Jacques Le Bris's insight:


Ce qui donne pour la Haute-Garonne :


Nouveau conseil départemental

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grève des bus et tram à Toulouse. Les syndicats annoncent des actions d'envergure dès lundi 30 mars

Grève des bus et tram à Toulouse. Les syndicats annoncent des actions d'envergure dès lundi 30 mars | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L'Intersyndicale de Tisséo a déposé un préavis de grève à partir du lundi 30 mars et jusqu'à fin juin. La circulation des bus et tram devrait être fortement perturbée. Détails.

 

Lundi 30 mars 2015, la circulation pourrait être fortement perturbée sur les lignes de tram et bus à Toulouse, en raison d’un mouvement de grève.

Pour des salaires plus élevés

« En raison d’un mouvement social d’une partie du personnel, de fortes perturbations du service tram et bus sont à prévoir pour la journée du lundi 30 mars. Nous regrettons la gêne occasionnée par cette situation », explique Tisséo sur son site internet.

L’Intersyndicale, créée il y a quelques semaines, dénonce la trop faible augmentation des salaires proposée à l’ensemble des salariés. + 0,45%. « Une augmentation ridicule, imposée par la direction, sans négociations, déplore Benjamin Bordères, secrétaire du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ndlr). Cette augmentation est tout ce que la direction propose à l’issue de la négociation annuelle obligatoire (NAO) mais pour nous, il s’agit d’une proposition directe, sans négociations, pas d’une NAO. »

Le réseau toulousain paralysé jusqu’à fin juin ?

Pour faire pression sur la direction, l’Intersyndicale a donc déposé un préavis de grève qui prendra effet à partir du lundi 30 mars 2015 et qui court jusqu’à la fin du mois de juin. Elle annonce déjà un taux de participation des salariés de plus de 90% : « Conducteurs de bus, de tram, mécanos et personnels des ateliers ont manifesté leur intention de faire grève », se félicite Benjamin Bordères, qui annonce déjà des actions d’envergure, à venir tout au long de cette période.

Aujourd’hui, tous les chiffres de l’entreprise sont au vert et 98% des objectifs sont remplis, poursuit le secrétaire. Nous les salariés qui sommes en bas, nous n’avons aucune part du gâteau alors nous nous défendons avec nos armes. Tout le réseau toulousain risque d’être paralysé pendant les jours, voire les semaines à venir. Au mépris des usagers. Mais c’est la faute de la direction, conclut-il.

Contactée, la direction de Tisséo n’a pas encore donné suite à notre demande.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Elections départementales 2015
Résultats officiels 1er tour
Les candidats du 2e tour à #Toulouse

Elections départementales 2015 <br/> Résultats officiels 1er tour <br/>Les candidats du 2e tour à #Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
retrouvez toutes les informations concernant les élections départementales de 2015. Les candidats et les résultats


Toulouse-1 (15)
Toulouse-2 (16)
Toulouse-3 (17)
Toulouse-4 (18)
Toulouse-5 (19)
Toulouse-6 (20)
Toulouse-7 (21)
Toulouse-8 (22)
Toulouse-9 (23)
Toulouse-10 (24)
Toulouse-11 (25)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : 138 entreprises se mobilisent pour le prolongement de la ligne B du métro

Toulouse : 138 entreprises se mobilisent pour le prolongement de la ligne B du métro | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Hervé Schlosser, vice-président de Tic Valley, Jean-Marie Courcier de Chauvin Opsia, Christian Zani du cabinet Zani et Couderc et Gérard Baylé PDG de Tridem Pharma élus au conseil d'administration.

 

Une centaine de sociétés du sud-est de Toulouse soutiennent l'association PLB. Cette nouvelle structure, créée le 17 mars à Labège, lance une campagne de communication pour promouvoir le prolongement de la ligne B du métro dans ce tissu économique toulousain de premier plan. Alors que l'enquête publique sur le projet doit débuter le 2 avril, le président de Toulouse métropole Jean-Luc Moudenc privilégie une troisième ligne de métro au détriment du PLB.

 

Les chefs d'entreprises ont rapidement adopté l'autocollant jaune "Oui au prolongement de la ligne B (PLB)". Ce mardi 17 mars, les représentants de 138 entreprises se sont réunis à l'espace Diagora de Labège pour soutenir la création de l'association PLB. Cette nouvelle structure se donne pour objectif de "promouvoir le projet de prolongement de la ligne B du métro de Ramonville-Saint-Agne jusqu'à Labège".

Lancé en 2006, le PLB devait entrer en circulation en 2013 avant d'être repoussé à l'horizon 2020. Mais début février, le président de Toulouse métropole Jean-Luc Moudenc s'est prononcé en faveur de la réalisation d'une troisième ligne de métro entre Colomiers et Labège et a remis en question le prolongement de la ligne B. Pour les partisans du PLB, cela veut dire "pas de métro avant 2030".

Des délais intenables pour Hervé Schlosser, le vice-président de Tic Valley :

"En 2012, quand nous avons décidé d'installer la Tic Valley à Labège, nous avions la perspective d'avoir le métro sous cinq années. Si le projet ne se fait pas, il va falloir attendre 17 à 20 ans de plus. Or, le métro est un élément déterminant pour attirer les entreprises sur ce lieu. Ces sociétés en très forte croissance cherchent à recruter, difficile de faire venir un développeur qui perd 1h30 par jour dans les embouteillages".

 

Distribution de stickers et campagne sur les réseaux sociaux

Pour mobiliser autour d'eux, les membres de l'association PLB vont déployer une véritable campagne de communication sur les réseaux sociaux avec la création d'un site internet et de comptes Twitter et Facebook. Toute une série d'autocollants seront distribués ainsi que des tracts. Une campagne qui rappelle celle menée en 2009. À l'époque, la communauté d'agglomération du Sud-Est toulousain voulait faire pression sur le Grand Toulouse et Tisséo qui refusaient le financement de l'infrastructure de transport. Plus de 250 000 stickers avaient alors été distribués.

"Il faut aller vite, l'enquête publique commence le 2 avril. Nous devons nous mettre en ordre de bataille !", a rappelé ce mardi 17 mars le président du Sicoval Claude Ducert.

Depuis son futur site internet, l'association PLB invitera d'ailleurs les habitants et les salariés qui travaillent au sud-est de Toulouse à participer à l'enquête publique qui va se dérouler entre le 2 avril et le 18 mai prochain.

L'association n'a pas encore élu de président mais on connaît déjà les premiers noms des membres du conseil d'administration. Y figurent des chefs d'entreprises à l'image de Hervé Schlosser, PDG de France Pari et vice-président de la Tic Valley, Jean-Marie Courcier de Chauvin Opsia, Christian Zani du cabinet d'experts-comptables Zani et Couderc, Gérard Baylé PDG de Tridem Pharma, Robert Gendre le PDG de Diagora.

 

Parmi les élus, en dehors de Claude Ducert le président du Sicoval, François-Régis Valette le maire d'Auzeville-Tolosane, Alain Serieys le maire d'Escalquens, Christophe Lubac, le maire de Ramonville, Arnaud Lafon le maire de Castanet-Tolosan siègeront au sein de ce conseil. Cinq "simples citoyens" complètent la liste.

 

Le siège de l'association sera installé au centre Diagora.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Vidéo de Daech : l'enfant soldat reconnu par ses anciens camarades à Toulouse

Vidéo de Daech : l'enfant soldat reconnu par ses anciens camarades à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L'enfant de 12 ans qui exécute un otage dans une vidéo mise en ligne par le groupe terroriste Daech a été reconnu par ses anciens camarades de classe d'un établissement toulousain, selon les informations de La Dépêche Premium.

 

Sur les images dévoilées par le groupe terroriste, on voit un jihadiste s’exprimant en Français avec l’accent de Toulouse en compagnie d’un enfant d’une douzaine d’années qui semble exécuter avec un pistolet un homme présenté comme un espion d’Israël. L'homme serait Sabri Essid, le demi-frère de Mohamed Merah, parti en Syrie au printemps 2014.

Une enquête a été ouverte en France, notamment pour assassinat. Une cellule psychologique aurait été mise en place dans l'établissement toulousain où l'enfant était scolarisé.

 

FRÉDÉRIC ABELA

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Les locaux du tribunal administratif de Toulouse vandalisés

Toulouse Les locaux du tribunal administratif de Toulouse vandalisés | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Tôt dans la matinée, les pompiers sont intervenus au tribunal administratif de Toulouse : les trois étages ont été inondés volontairement, un tag évoquant « Le prophète » retrouvé.

 

Les locaux du tribunal administratif de Toulouse, situé rue Raymond IV, ont été vandalisés ce week-end du 7 et 8 mars. Les trois étages du bâtiment ont été volontairement inondés. Les auteurs des faits ont en effet bouché les évacuations d’eau avant d’ouvrir les robinets, expliquent les pompiers toujours en intervention sur place pour écluser l’eau.

 

« Le prophète jugera »

D’autres dégradations ont été commises et notamment trois tags. Selon les premiers éléments on peut lire sur l’un deux : « Le prophète jugera » et « Avertissement » sur un second. Le troisième est illisible. Des bureaux ont également été fouillés et du mobilier renversé.

Les dégâts s’annoncent considérables, les plafonds étant d’ores et déjà gorgés d’eau. On ignore encore quand les dégradations ont été commises.

Plus d’infos dans la journée sur Côté Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La ville rose prend soin de ses cheveux blancs

La ville rose prend soin de ses cheveux blancs | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Longtemps monothématique - la lutte contre le cancer -, le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé est désormais chargé de l'animation d'une filière de services aux seniors en Midi-Pyrénées.


Face au «papy-boom», Toulouse donne un coup d'accélérateur pour développer la «silver économie». Son pôle de compétitivité anime la filière autour d'un Gérontopôle unique en France. Un futur quartier vitrine de la métropole.

 

Épisode insolite dans le fief d'Airbus. À quelques kilomètres du géant aéronautique, dans la métropole toulousaine, des seniors d'un club troisième âge de Toulouse déambulent dans un appartement futuriste et testent des semelles «intelligentes».

« Elles sont dotées de capteurs qui mesurent les minutes actives à travers les distances parcourues, détaille Éric Campo, chercheur au Laas-CNRS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes) et responsable de la Maison intelligente de Blagnac. Les données récupérées permettent au médecin de retarder l'entrée en dépendance des personnes âgées. C'est de la surveillance comportementale. La semelle est un outil pour guetter les signes précurseurs de dépendance.»

Le nerf de la guerre quand on parle de l'économie des services aux seniors, à l'aube d'une transition démographique dont il faut anticiper les mutations. Selon l'Insee, un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2050...

Ce projet baptisé «Respect» est le fruit d'un consortium composé de deux start-up (Medicapteurs et Intesens), du prestataire de santé La Sadir et de l'université Joseph Fourier, à Grenoble. Plus surprenant, l'équipementier automobile Actia Group - spécialisé dans les systèmes embarqués - a rejoint le consortium en développant une interface utilisateur pour récupérer les données issues de la semelle. Les premières expérimentations ont lieu à la Maison intelligente de Blagnac. Construit en 2010, cet habitat connecté pour le maintien à domicile est un appartement grandeur nature et futuriste.

« La deuxième étape est prévue au CHU de Toulouse où des personnes âgées en état de fragilité emporteront à leur domicile des semelles intelligentes, ainsi qu'une tablette pour mesurer leur activité physique et favoriser l'auto-coaching, souligne Éric Campo. De leur côté, les médecins disposeront d'un bilan de santé du patient et pourront préconiser en temps réel des recommandations nutritionnelles ou des activités physiques.»

Les semelles orthopédiques devraient être vendues aux alentours de 80 euros, tandis que des mutuelles comme IMA ou AG2R La Mondiale ont déjà manifesté un intérêt sur ce projet piloté par le Gérontopôle de Toulouse.

 

REPOUSSER L'ENTRÉE EN DÉPENDANCE DES ANCIENS

Ce projet illustre l'extension du champ d'action du pôle de compétitivité Cancer-BioSanté à la thématique du vieillissement. Pour l'anecdote, cet élargissement de compétence « a été évoqué dès septembre 2012, dans une voiture, à l'issue d'une visite ministérielle du Gérontopôle par Michèle Delaunay», se souvient le professeur Bruno Vellas, chef du pôle gériatriegérontologie du CHU de Toulouse, une sommité mondiale dans la prévention de la dépendance.

« Les personnes âgées dites fragiles ont longtemps été les grands oubliés de notre système de santé et plus généralement de notre économie. La dépendance lourde et irréversible est souvent la conséquence d'une sédentarité et d'une perte musculaire liée à l'absence de mobilité. Des symptômes que l'on pourrait retarder par l'usage des nouvelles technologies. Car l'enjeu est bel et bien de repousser l'entrée en dépendance tout en remettant ces personnes dans le circuit de la vie sociale, dont la consommation.»

Retarder l'entrée en dépendance, c'est aussi le nouveau défi du pôle de compétitivité CancerBio-Santé, chargé depuis 2014 de l'animation d'une filière «silver économie». Longtemps monothématique, centré sur la lutte contre le cancer, « ce pôle est dès à présent le seul en France qui concerne l'économie du vieillissement, souligne Philippe Prigent, directeur de CancerBio-Santé, dont l'appellation pourrait même être modifiée. Plusieurs projets ont déjà été labellisés dans ce domaine. La plupart des métiers de demain porteront sur le maintien à domicile. Des synergies existantes pourront être développées avec le pôle Aerospace Valley dans les capteurs pour la télésurveillance, avec le pôle Agri Sud-Ouest innovation en matière de nutrition, ou avec le pôle de compétitivité Robotics Place concernant les équipements motorisés dans l'habitat.»

Par ailleurs, une centaine de logements adaptables aux fragilités sont prévus à Blagnac dans le nouveau quartier Andromède en lien avec la Maison intelligente. Plusieurs entreprises se seraient déjà positionnées au sein de ce laboratoire d'innovation ouverte, future vitrine de l'économie des services aux seniors dans la métropole. « Andromède peut faire figure de démonstrateur expérimental, notamment dans la domotique», confirme Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole chargé du numérique.

 

LA START-UP TELEGRAFIK VEILLE SUR LES DOMICILES

« Autour de la "silver économie", cela foisonne ! Reste à trouver le bon modèle économique, nuance Philippe Prigent, directeur du pôle de compétitivité. La sécurité sociale ne pourra plus assumer seule le financement. Qui des familles, des assurances ou des mutuelles pourront prendre en charge le maintien à domicile ? La France doit redéfinir rapidement son modèle si l'on ne veut pas se faire doubler par la concurrence étrangère.»

Fidèle à son rôle d'animateur de la filière, en partenariat avec la Région, le pôle Cancer-Bio-Santé était présent en décembre dernier lors du salon Silver Economy Expo de Paris. Cinq entreprises régionales y étaient représentées, dont Telegrafik. Labellisée par le pôle de compétitivité, en lien avec le Gérontopôle et le Laas-CNRS, cette start-up développe un service de télésurveillance rendant obsolète le traditionnel médaillon de téléassistance que l'on porte sur soi.

« Notre solution est non intrusive, souligne Carole Zisa-Garat, diplômée de l'École des mines de Paris. Cinq capteurs sont installés dans le domicile de la personne. Dès qu'une anomalie est détectée, une alerte est automatiquement envoyée par SMS aux proches ou vers un plateau d'assistance.»

La jeune femme garde en mémoire les 15.000 décès lors de la canicule de 2003.

« Tout le monde est concerné par le maintien à domicile. Notre projet "Otonome" de télésurveillance peut aussi s'installer ponctuellement, par exemple après une hospitalisation ou en cas de handicap.»

Au total, Midi-Pyrénées revendique 20 laboratoires et 200 entreprises impliquées dans l'économie des services aux seniors, à l'image de Topcher, avec son fauteuil électrique capable d'emprunter un escalier, ou de Smart Risks, qui détecte la perte d'autonomie en analysant les compteurs d'eau et d'énergie pour collecter des données de consommation.

Retenue par le gouvernement en 2014 parmi les cinq territoires pilotes de la «silver économie», la Région a voté un plan 2014-2016 de 15 millions d'euros pour accompagner et financer la filière. Dans la foulée, un appel à projets Silvereco 2015 a été lancé avec une limite de dépôt des candidatures au 25 février prochain. Il y a fort à parier que des projets tels que «Respect» (semelles intelligentes) ou «Otono-me» (télésurveillance) se retrouvent dans les dossiers de candidature.

Pourquoi pas lauréats ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Urbanisme. La vision de Joan Busquets pour Toulouse en 2020

Urbanisme. La vision de Joan Busquets pour Toulouse en 2020 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

la nouvelle rue Bayard, prévue pour être livrée en 2019. Photo Agence BAU.

 

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et l'architecte catalan Joan Busquets ont présenté ce lundi 2 mars le plan d'aménagement des espaces publics qui prévoit quatorze opérations d'ici 2020 dont une refonte de la place Saint-Sernin et la valorisation de la rue Bayard. 

 

Mise en valeur du patrimoine végétal et historique, ouverture sur la Garonne, zones piétonnes renforcées… Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de la métropole, et Joan Busquets, l’architecte barcelonais choisi par l’ancienne municipalité pour redessiner le centre de la Ville rose et dont le contrat a été reconduit en juillet 2014, ont décliné le plan d’aménagement des espaces publics qui va courir jusqu’en 2020. « Cette feuille de route du mandat » compte quatorze opérations majeures, menées en cohérence avec la candidature de Toulouse au classement au patrimoine mondial de l’Unesco et qui seront livrées d’ici l’été 2019.

Parmi les chantiers prioritaires, l’architecte a ciblé la valorisation des bords de Garonne et de ses ports historiques qu’il souhaite « rapprocher » des Toulousains. Des pontons d’amarrage seront installés à la Daurade, dont la partie basse sera réaménagée, et au port Viguerie avec en plus un projet de piscine flottante et au quai de Tounis où un restaurant d’été sur terrasse flottante devrait voir le jour dès juillet prochain au niveau du double escalier en brique.

Autre opération prioritaire : la « nouvelle rue Bayard » qui fera le lien entre l’hyper-centre et le parvis de la future gare Matabiau, au cœur du projet de pôle multimodal Toulouse Euro-Sud-Ouest. « Nous ne voulons pas attendre le début des travaux de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse pour commencer ce chantier d’urbanisme, le plus grand du quart de siècle à venir », justifie Jean-Luc Moudenc. Pour embellir cette artère stratégique et favoriser sa vocation commerciale et résidentielle, des arbres seront plantés et les trottoirs seront élargis.

 « Libérer l’espace »

Site emblématique de Toulouse, la place Saint-Sernin va aussi faire l’objet d’un vrai lifting destiné à « magnifier » la basilique, classée à l’Unesco depuis 1998 mais peu mise en valeur par le parking qui la ceinture. A l’issue d’une phase de fouilles archéologiques, le projet Busquets « libèrera l’espace » autour de l’édifice pour un meilleur « dialogue entre l’histoire et le futur » en réduisant considérablement les places de stationnement. L’emplacement de l’ancien cloître sera matérialisé par un marquage végétal et les grilles qui entourent Saint-Sernin seront enlevées.

Estimé à 65 millions d’euros, le coût des quatorze opérations, qui seront menées entre 2015 et 2020, sera pris en charge par la ville et la métropole et pourra donner lieu à des subventions d’autres collectivités selon Jean-Luc Moudenc, qui promet « un impact budgétaire limité ». Alors que les travaux d’aménagement de la partie haute de la place Saint-Pierre ont démarré depuis le 19 janvier, le calendrier des autres opérations se précisera à l’issue des réunions de concertation sur les différents projets qui commenceront le 30 mars prochain.
 

Johanna Decorse

 

 

De la rue des Lois au parvis de Toulouse School of Economics

Pour développer les liaisons piétonnes et le lien avec la Garonne, la rue des Lois sera refaite « en espace de rencontre » avec une priorité aux piétons comme dans la rue du Taur voisine. La rue Gambetta sera réaménagée en zone 30 dès la sortie du parking Capitole.

La place du Salin sera également repensée et des études vont être lancées pour la place du Parlement, la place Esquirol, les allées Jean-Jaurès et le parvis des Augustins. En marge de la rénovation du parking et du marché Victor-Hugo, les espaces publics seront redessinés. Les parvis de l’école d’économie TSE et de Saint-Pierre-des Cuisines feront aussi l’objet d’un réaménagement.


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Théâtres d'hivers 2015

Consacré à la pratique du théâtre amateur, Théâtres d'Hivers met en lumière la passion des comédiens pour le texte, le geste, les planches, le public. Ses objectifs sont de permettre à des troupes de se produire dans des salles toulousaines, d'encourager les échanges entre les troupes de théâtre amateur et de favoriser la rencontre avec le public.

Les troupes, constituées de comédiens  amateurs de tous âges, présentent un spectacle  sélectionné sur dossier durant l'année. 

Chaque édition veille à la représentation de tous les genres, théâtre social, politique, historique, classique et boulevard... l'éclectisme reste le credo du festival, et le plaisir partagé son maître mot.

Théâtre d'Hivers est organisé par le Service de l'Animation socioculturelle de la Mairie de Toulouse.

Infos pratiques

Festival Théâtres d'Hivers
Edition 2015 : du 25 au 28 février

Contact  : 05 62 27 44 53 - Ecrire un mail

Soirée d'inauguration :
Mercredi 25 février à 19h30, lancement du Festival  au Centre Henri Debals

A 21h : Les Joueurs de Nicolas Gogol par le Théâtre du Beau Fixe

Attention, au Centre culturel Soupetard, les spectacles programmées sont :

-Au fond du cougar, le jeudi 26 février à 21h

-Funérailles d'hiver, le samedi 28 février à 21h

 

Télécharger le programme ( format .pdf)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'Alternative citoyenne contre la crise démocratique

L'Alternative citoyenne contre la crise démocratique | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Alors que Syriza en Grèce et Podemos en Espagne montrent la voie d'une autre représentation politique possible, trois organisations ont décidé de faire cause commune pour les prochaines élections départementales du mois de mars. Face à «la crise démocratique», le Parti de gauche, les Verts et Nouvelle Donne ont lancé des assemblées citoyennes pour débattre, se donner un programme et désigner des candidats qui ont été présentés, hier, dans les cantons où le choix a été déjà fait. Voici la liste des «doublettes» toulousaines :

Canton Toulouse 1 : Sophie Nicklaus, 42 ans, consultante CNIL et Aurélien Vitrac, 19 ans, étudiant en droit (suppléants : Sarah Delplanque, 30 ans, conseillère banquière et Aymeric Chouquet, 24 ans, étudiant en psychologie).

Canton Toulouse 3 : Xavier Luchet, 56 ans, entrepeneur et Clémentine Renaud, 40 ans, responsable projet associatif (suppléants Antoine Maurice, 33 ans, chargé de développement d'une association en économie solidaire et Claire Dujardin, 40 ans, avocate).

Canton Toulouse 4 : Charles Guillou, 58 ans, commercial environnement et Hélène Magdo, 32 ans, entrepreneure (suppléants : François Simon, 60 ans, médecin généraliste et Karine Dewilde, 43 ans, directrice d'association environnement).

Canton Toulouse 6 : Denis Rouillard, 61 ans, ingénieur efficacité énergétique et Élisabeth Matak, 52 ans, pianiste (suppléants : Tristan Simon, 36 ans, assistant éducatif scolaire et Fatima Rafik, 34 ans).

Canton Toulouse 8 : Benoit Espiau, 41 ans, technicien et Annie Ertz, 56 ans, cadre médico-sociale (suppléants : Alexandre Maffre, 34 ans, ingénieur et Katia Broussy, 30 ans, technicienne en communication).

Les candidats des Cantons Toulouse 2 et Toulouse 5 sont en cours de désignation par les assemblées citoyennes.

La Dépêche du Midi


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A Toulouse, la chasse au stationnement illicite est ouverte

A Toulouse, la chasse au stationnement illicite est ouverte | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Toulouse, le 4 février 2013. Des agents ASVP verbalisent des automobilistes qui n'ont pas payé le parcmètre.


Avec le retour du stationnement illicite, la mairie annonce des actions coups de poing de mise en fourrière...

 

Actions «coup de poing». Le terme est lâché. Pour faire face à la hausse du stationnement illicite dans les rues du centre-ville, la mairie de Toulouse dégaine son carnet à souche.

«A partir de la semaine du 23 février, des opérations de mise en fourrière seront menées une fois par semaine dans les quartiers des Carmes, Languedoc, Saint-Pierre, Daurade, Saint-Rome, Jean Jaurès et Colombette», annonce le Capitole.

Au minimum 115,10 euros

Mais attention, la tournée de verbalisations ne sera pas automatique, elle se fera de façon aléatoire histoire de venir à bout des récalcitrants. A l'arrivée, les voitures dont le stationnement est considéré comme gênant ou dangereux peut coûter cher.

Car la fourrière ça à un prix : 115,10 euros de frais d'enlèvement et chaque jour compte puisque les frais de garde journalière sont de 6,10 euros. Au bout de 4 jours de garde, une expertise de 61€ est aussi effectuée.

 

Ce dispositif est conduit parallèlement au déferaillage du centre-ville, comprenez l'enlèvement dans certains secteurs des barrières et potelets en fer. Or si cela permet d'avoir des rues sans obstacle et plus libérées, Jean-Michel Lattes (UDI) reconnaît «un effet pervers : celui du retour du stationnement illicite»

more...
No comment yet.