Toulouse La Ville Rose
72.1K views | +4 today
Follow
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

[Dessin de la semaine] A Toulouse, le redressement productif c’est maintenant ?

[Dessin de la semaine] A Toulouse, le redressement productif c’est maintenant ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Freescale, Thalès, Pilpa, Fram et peut-être bientôt Sanofi ... Les annonces et perspectives de suppressions d'emplois se succèdent. Toulouse est pourtant selon le classement du magazine Challenges la ville la plus dynamique de France.

La ville risque de perdre prochainement des centaines d’emplois à l’heure où le nouveau gouvernement a mis en place un ministère du redressement productif dirigé par Arnaud Montebourg…

more...
No comment yet.
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse au détail

Une vidéo pour regarder Toulouse autrement et pour la scruter dans ses moindres recoins.
Parce que Tou(louse) est dans le détail.

Réalisée par Manon Bril et Bart dans le cadre du concours de courts-métrages, organisé par l'association Périples, pour les 2000 ans de la ville.


Suivre @BrilManon


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Sorties] Nos idées de randos et de balades près de Toulouse

[Sorties] Nos idées de randos et de balades près de Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Promenade au bord des rives du parc Confluent Garonne-Ariège.

 

Pour ceux qui sont en vacances et pour ceux qui voudraient en avoir l’impression, nous vous avons concocté une sélection de nos idées d’évasion à deux pas du centre-ville.

 

Rien de mieux qu’une escapade loin du centre-ville pour s’oxygéner les poumons et pique-niquer dans l’herbe. Préparez vos chaussures de marche, c’est parti pour un bol d’air frais et de nature.

Aux portes de Toulouse

Pas besoin de faire beaucoup de route pour aller jusqu’à Portet-sur-Garonne et s’évader dans la réserve naturelle Confluence Garonne-Ariège et dans le parc du Confluent.

Entre étang et chemins boisés, vous avez le choix entre une multitude de sentiers nature. Pour y accéder, vous pouvez prendre le bac, qui vous fait traverser la Garonne et en quelques minutes, vous voilà au beau milieu d’une faune reposante.

Cathédrale et village Gaulois

Au départ de Rieux-Volvestre, à 40 minutes de Toulouse, une rando accessible à tous vous fait marcher de la cathédrale de la ville jusqu’au village Gaulois en empruntant un ancien itinéraire romain. Panorama sur les plaines de la Garonne garanti.

Dans la même veine de balade, le lac de Flourens n’est qu’à 30 minutes de Toulouse. Ce lac de sept hectares permet aux plus courageux de faire de la voile, aux marcheurs de suivre le sentier botanique et aux plus patients de guetter le brochet.

Le clocher de Puydaniel

Au départ de Mauressac, à 35 kilomètres de Toulouse, une balade familiale vous attend autour du clocher de Puydaniel.

Pas besoin de GPS, il suffit de suivre le balisage jaune pour une jolie boucle nature traversant le village de Lagrace-Dieu. Respirez.

Randos urbaines

Pour ceux qui veulent rester ou venir découvrir la ville, les randos urbaines sont un moyen original pour changer de regard sur les rues et les quartiers déjà bien connus de beaucoup.

 

 

Une visite gourmande est organisée à Toulouse samedi 23 avril, autour des marchés Victor-Hugo et des Carmes. Partez à la découverte d’histoires alléchantes et préparez vos babines pour les dégustations ! Réservations sur Paysdoc.com.

 

Dimanche 24 avril, l’Office du tourisme organise une visite guidée, Toulouse ville secrète ou la ville méconnue. Incontournable pour les curieux en quête de petits détails croustillants à découvrir sur la ville. Rendez-vous à 15 h au Capitole. Réservation obligatoire. Tarifs : de 7 à 9 euros.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le vendredi 15 avril 2016 au Café Jean à #Toulouse - La Primaire des Français à Toulouse et sa région

Le vendredi 15 avril 2016 au Café Jean à #Toulouse - La Primaire des Français à Toulouse et sa région | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

En cette belle journée de printemps à Toulouse et sous le regard bienveillant du Baron Riquet pour canaliser les énergies, des Citoyens de toute origine et de tout bord se sont réunis au Café Jean pour décider de faire quelque chose de grand ensemble"

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : deux ans après, des relations tendues entre Jean-Luc Moudenc et le PS

Toulouse : deux ans après, des relations tendues entre Jean-Luc Moudenc et le PS | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc (Les Républicains) a présenté à la presse ce matin le bilan de ses deux premières années au Capitole. L'occasion pour lui de réagir à la campagne de communication menée contre lui depuis quelques jours par ses adversaires socialistes, qui dénoncent notamment la promesse non-tenue de stabilisation fiscale. Un sujet qui cristallise les tensions.

  

Quand on demande à Jean-Luc Moudenc la nature de ses relations avec l'opposition socialiste de la Mairie de Toulouse, on s'attend à ce qu'il les qualifie de "tendues". En effet, le PS, emmené par l'ancien maire Pierre Cohen, a sonné la charge depuis quelques jours avec une campagne de tracts et une newsletter dénonçant les "mensonges" du maire, ainsi que son "ambition étriquée" depuis deux ans.

 

"Une relation de débat"

Mais le maire LR de Toulouse reste nuancé. Ce matin devant la presse, il a assuré qu'il a avec l'opposition municipale une relation "de débat". "L'opposition joue son rôle, elle s'oppose", sourit-il. Et d'ajouter :

"Mais elle ne propose pas. Quand j'étais sur les bancs de l'opposition, je déposais un vœu positif qui ne critiquait pas la majorité, à chaque conseil municipal et chaque conseil de communauté. Aujourd'hui, cela n'arrive pratiquement pas."

L'élu distingue d'ailleurs dans l'opposition le groupe EELV, dont il salue l'attitude : "Les seuls qui, dans l'opposition, ont une capacité de proposition, ce sont les Verts. On est d'accord ou pas, mais j'observe que ce sont les seuls qui ont le souci de critiquer et de proposer."

"Du reste, le tract distribué par le PS est d'une affligeante pauvreté. Il n'y a pas une seule proposition", poursuit-il.

 

"Gros mensonges, petite ambition"

Pour rappel, le week-end dernier, les militants socialistes ont commencé à distribuer des tracts (intitulés "gros mensonges, petite ambition") pour dénoncer la gestion municipale de Jean-Luc Moudenc, et particulièrement l'augmentation de 15% des impôts en 2015, une mesure qu'ils critiquent régulièrement depuis plus d'un an, de même que l'augmentation des tarifs de certains services publics.

"Il n'a fallu que quelques mois au maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc pour oublier les promesses du candidat Moudenc Jean-Luc. Les impôts qui - promis juré - resteraient stables, ont augmenté de 15%", écrivent les élus PS (Pierre Cohen, François Briançon, Joël Carreiras, Vincentella de Comarmond, Romain Cujives, Isabelle Hardy, Claude Touchefeu et Gisèle Verniol) dans une newsletter. "Aujourd'hui, Toulouse détient un triste record : elle est la championne de France des hausses d'impôts."

Lors d'une conférence de presse il y a deux semaines, le conseiller municipal PS Romain Cujives dénonçait "la façon dont Jean-Luc Moudenc s'est attaqué de façon méthodique et grave au portefeuille des Toulousains".

Ce mardi, le maire de Toulouse a - une nouvelle fois - répondu sur ce point, qui cristallise les tensions entre la majorité et l'opposition :

"L'opposition oublie d'expliquer pourquoi on a été contraint d'augmenter les impôts. La baisse brutale des dotations de l'État nous a obligé à changer de stratégie et m'a obligé à faire des choses que je ne prévoyais pas de faire. Ce que l'opposition oublie aussi de dire, c'est que quand j'ai remis les clés de la Ville à Monsieur Cohen en 2008, il y avait 75 millions d'euros d'épargne. Au match retour, 6 ans plus tard, il manquait 4 millions d'euros et j'ai donc dû prendre des mesures en catastrophe. Les mesures que dénonce l'opposition municipale toulousaine sont des mesures que j'ai dû prendre à cause des décisions prises par M.Cohen lui-même et ses amis."

Le débat, récurrent, pourrait trouver un nouveau souffle en 2017 : l'État devra en effet annoncer l'année prochaine si la baisse des dotations de l'État se poursuit, et dans quelles proportions. "Si l'État nous annonce une bonne nouvelle, je ferai calculer le produit fiscal trop perçu et je le redistribuerai aux Toulousains en fin de mandat", assure Jean-Luc Moudenc.

 

@SoArutunian

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[INTERVIEW DÉCALÉE] Élisabeth Belaubre

[INTERVIEW DÉCALÉE] Élisabeth Belaubre | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Aujourd’hui à la tête de la galerie d’art Zunzun à Jean Jaurès, Élisabeth Belaubre a également œuvré en politique puisqu’elle a été adjointe au maire, sous l’ère Pierre Cohen, puis même, candidate aux dernières élections municipales. Changement de voie mais pas de valeurs, pour preuve, ses réponses à nos questions… décalées.

 

Vous est-il déjà arrivé de vous endormir au cinéma, au théâtre ou toute autre manifestation ?

Je vais souvent au cinéma, et il m’arrive de voir deux fois le même film. En général, je tiens bon la première séance… Si je regarde un film chez moi, alors là, je m’endors deux fois sur deux. Au théâtre et à l’opéra, je tiens le coup.

 

Y a-t-il des sujets que vous vous interdisez d’aborder ?

J’aime parler de tous les sujets, mais pas avec tout le monde.

 

Quelle est votre chanson d’amour préférée ?

En ce moment, c’est : “19 dias y 500 noches” de Joaquin Sabina. C’est l’histoire d’un mec qui se retrouve seul, mais qui l’a bien cherché. Et il met 19 jours et 500 nuits pour « tenter d’apprendre à oublier ». C’est très poétique et très bien chanté.

 

Avec quelle personnalité aimeriez-vous échanger votre vie pour une journée ?

Je prendrais bien la place du maire de Toulouse, au moins pendant le temps nécessaire pour faire les arbitrages positifs pour les dossiers que je défendais en tant qu’adjointe au maire.

 

À quelle occasion avez-vous menti pour la dernière fois ?

Petite fille, je devais aller à confesse, et il fallait que j’invente des péchés. Alors je disais qu’il m’arrivait de mentir et aussi d’être gourmande. Je ne vais plus à confesse…

 

À quelle occasion vous est-il arrivé de penser : « je n’y arriverai jamais » ?

Vers l’âge de 10 ans, je me disais : «19 ans ! Je n’y arriverai jamais ! » Je ne sais pas pourquoi 19 en particulier. Et j’ai déjà fait beaucoup mieux ! Je ne me donne que des objectifs que je puisse atteindre, alors c’est facile.

 

Pour vous faire plaisir, quel plat faut-il vous cuisiner ?

Des frites, des vraies, faites maison avec des patates bio et locales ! Et à l’huile d’olive.

 

« Je prendrais bien la place du maire de Toulouse »

 

Quel défaut jugez-vous rédhibitoire ?

 Je n’aime pas fréquenter les personnes tristes, grincheuses ou défaitistes. Alors je les évite.

 

Que feriez-vous si vous étiez, le temps d’une journée, dans un corps du sexe opposé ?

Ce que j’envie le plus chez les hommes, et c’est aussi ce que j’aime, c’est leurs muscles, surtout ceux des bras et la force qui va avec. J’en profiterais pour faire tous les travaux dans la maison !

 

Quel a été le moment le plus heureux de votre vie ?

J’ai ressenti par trois fois à la naissance de chacun de mes fils une fierté et un bonheur sans nom, au moment où je l’ai vu et que j’ai senti qu’il me reconnaissait. J’ai adoré être maman.

 

Quel serait votre pire cauchemar ?

L’explosion d’une centrale nucléaire, particulièrement celle de Golfech.

 

De quel objet personnel auriez-vous du mal à vous séparer ?

Mes boucles d’oreilles.

 

Quel est, pour vous, le plus grand luxe ?

Dormir dans un lit douillet avec des draps bien repassés. Et aussi faire un métier qu’on aime et en vivre bien. J’ai vraiment adoré mon travail d’adjointe au maire, et tous les jours pendant six ans, quand j’allais au Capitole, j’avais conscience que c’était un luxe énorme de travailler dans ces conditions.

 

Qu’est-ce qui vous pénalise le plus dans la vie ?

1,52m/47 kg. J’en reste là pour mes mensurations. À tempérament égal, je suis presque certaine que ça aurait été plus facile d’avoir quelques centimètres de plus.

 

Qu’aimeriez-vous que l’on dise de vous après votre mort ?

Je ne veux pas qu’on dise de moi des choses, mais que l’on continue de me dire des choses pour que je reste encore un peu avec ceux que j’aime.

 

par Severine Sarrat

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Foire Internationale de Toulouse 

Foire Internationale de Toulouse  | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Foire Internationale deToulouse du 9 au 18 avril 2016 au Parc des Expositions

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Transition Haute-Garonne

La Transition Haute-Garonne | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La Transition réunit ses adhérents le 15 avril à 12h30 à Toulouse au Restaurant Café Jean - Salle sous-sol - 75 Allées Jean Jaurès  pour un échange sur le thème "La Transition, quel candidat en 2017 ? "

Vous souhaitez participer ? Merci de vous inscrire sur le lien suivant : Inscription La Transition Haute-Garonne

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Costumes en scène, 

Costumes en scène,  | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Bienvenue dans les coulisses de cette prestigieuse fabrique à rêves que sont le Théâtre et l’Orchestre national du Capitole de Toulouse.

Dans l’espace du Bazacle réorganisé en trois sections - Opéra, Théâtre, Ballet - l’institution toulousaine expose les plus belles pièces d’une mécanique dédiée à l’excellence.

De la loge à la scène en passant par le studio de danse, on se faufile entre les instruments, on admire les costumes et on enfile les tutus, c’est permis !

 

Du 23 mars au 15 mai,Espace EDF Bazacle / Toulouse

Espaces culturels

11, quai Saint-Pierre
31000 Toulouse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Immobilier. Un observatoire pour comparer le prix des loyers à Toulouse en un clic

Immobilier. Un observatoire pour comparer le prix des loyers à Toulouse en un clic | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Depuis trois ans, l’Observatoire local des loyers de l’agglomération toulousaine a pour mission de collecter et diffuser les montants des loyers du parc locatif privé, qui représente 150.000 logements

 

 

Un portail internet, mis en service par l’Agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse Métropole, permet de consulter les prix des loyers du parc locatif privé à Toulouse et dans l’agglomération.

  

610 euros : c’est le loyer moyen constaté dans l’agglomération toulousaine en 2015. Voila ce que révèle l’Observatoire local des loyers de l’Agence d’urbanisme et d’aménagement de Toulouse Métropole (Auat). Autre constat : plus le logement est petit, plus il est cher. Pour un appartement d’une pièce, le loyer est de 405 euros ; pour une maison de 92 m² il est de 834 euros.

De plus, observe l’Auat, plus on s’éloigne de Toulouse, moins le loyer est élevé.. Rien de surprenant toutefois car la tendance suit celle des ventes de bien anciens. Précisément, le prix moyen d’un logement de 53 m² dans les quartiers Capitole et Saint-Etienne est de 614 euros, de 572 euros aux Carmes et à Rangueil.

Ceux pour un logement de moins de 70 m² situés à Tournefeuille, Colomiers, Ramonville sont à 660 euros. A Plaisance, Seysses ou encore Castelginest, un 75 m² se loue à 700 euros.

20.000 références en ligne

« Toulouse reste une ville attractive au niveau des prix qui se stabilisent », précise Franck Biasotto, président de la commission habitat à Toulouse Métropole. « Ils restent raisonnables, même s’ils sont un peu chers ». A l’image de Nantes par exemple.

Justement, pour comparer les prix pratiqués d’une ville à une autre, en France, mais aussi dans une centaine de communes de l’agglomération toulousaine, y compris le Muretain, l’agence a collecté et analysé les données transmises par soixante-dix professionnels.

Ainsi, pas moins de 20.000 références de loyers sont diffusées et consultables en ligne. Ce site internet, mis en service au début de l’année, s’adresse aux investisseurs, bailleurs ou futurs locataires qui souhaitent effectuer des recherches selon la ville, le quartier, le nombre de pièces et le type de logement – maison ou appartement-, le neuf et l’ancien.


Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:

 

Pour connaître les prix des loyers à Toulouse, rendez-vous sur le site de l’observatoire local des loyers.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Métro à Labège : l'accord échoue pour 50 millions d'euros

Métro à Labège : l'accord échoue pour 50 millions d'euros | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Et pour une poignée d'euros en plus, le métro irriguerait parc du Canal, INPT, Innopole et La Cadène/DDM Bécus

Il manque 50 millions d'€ pour arriver au compromis proposé par Georges Méric pour une desserte de Labège par la ligne B et la 3e ligne. Tisséo s'en tient à l'aérotram.

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. La réunion de conciliation organisée hier par Georges Méric au Département entre représentants de Toulouse Métropole, du SMTC Tisséo, de la Région et de l'Etat a échoué pour quelques millions d'euros.

«Il ne restait que 50 millions d'euros à ajouter par Tisséo pour arriver au compromis entre les deux attitudes raisonnables du Sicoval, qui acceptait un prolongement à deux stations (au lieu de 5) se branchant sur la 3e ligne et Tisséo, qui s'engageait à ce que la 3e ligne aille jusqu'à Labège-La Cadène», a assuré Georges Méric.

Le président du conseil départemental réagissait ainsi à l'issue de la réunion exceptionnelle tenue hier après-midi, à son initiative, pendant une heure, entre Sacha Briand, vice-président de Toulouse Métropole représentant Jean-Luc Moudenc, Francis Grass, président de la Smat (société pour la mobilité de l'agglomération toulousaine) représentant Jean-Michel Lattes, président du SMTC Tisséo, autorité organisatrice des transports de l'agglo, Jacques Oberti, président du Sicoval, communauté d'agglo du Sud-Est toulousain, Michel Guarrigues représentant Carole Delga, présidente de la Région et le représentant de l'état.

«Je ne comprends pas ce refus de Tisséo qui se lance par ailleurs dans une 3e ligne de métro à deux milliards», poursuit le patron du Département, qui détaille le montage financier discuté lors de cette «réunion de la dernière chance» : «Francis Grass a confirmé que la prolongation du métro à deux stations (parc technologique du Canal et INPT) coûtait 220 millions d'€, soit 180 millions de plus que la desserte par aérotram (entre 40 et 45 millions). Avec les aides de l'état (20 M€), du Département (60), du Sicoval (30) et de la Région (20), il reste 50 M€ à apporter. Tisséo s'en tient à l'aérotram alors que Francis Grass a envisagé lui-même, à terme, une liaison métro entre ligne B et 3e ligne, quitte à démonter le téléphérique. J'espère un compromis dans les six mois qui viennent».

«L'aérotram est moins cher que le PLB et peut être réalisé rapidement», maintient Sacha Briand. Une position qui sera défendue aujourd'hui à 14 h 30 par Jean-Luc Moudenc lors d'une conférence de presse à Toulouse Métropole.

La 3e ligne : 2024 ou 2028 ?

Jean-Luc Moudenc l'a affirmé dans ses deux récents courriers à Georges Méric et à Ludovic Le Moan, patron de Sigfox (nos récentes éditions) : le patron de la Métropole assure à celui du Département que la 3e ligne arrivera à Labège en 2024, soit deux ans seulement après le PLB (2022). Le maire de Toulouse précise même par écrit au patron de l'entreprise emblématique de Labège que la 3e ligne sera dans sa commune «sur un délai de réalisation identique» au PLB. Renseignement pris, c'est bien toujours l'objectif d'une mise en service de Toulouse Aerospace Express (TAE), nom de la 3e ligne, en 2024, qui est poursuivi par les ingénieurs de Tisséo et de la Smat. «Il faut dix ans entre l'idée d'une ligne de métro et sa mise en service», affirme Francis Grass (patron de la Smat), qui table sur une mise en service de TAE en 2024. Georges Méric préfère parler de 2028, soit 14 ans après le lancement de l'idée de la 3e ligne, soit le même délai que pour la ligne B, dont l'idée remonte à 1993 et la mise en service en 2007 !

 

Ph. E.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse et son agglomération victimes d’un manque de vision

Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox à Labège, écrit une lettre ouverte concernant le prolongement du métro à Labège. Il dénonce un manque de vision pour Toulouse et son agglomération.

 

Ludovic Le Moan est en colère. Le CEO de Sigfox et président de l'IoT Valley, dont l’entreprise est basée à Labège, ne digère pas l’annonce faite cette semaine : il n’y aura pas de prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Labège. Dans une virulente tribune publiée ce vendredi 4 mars, il interpelle directement Jean-Luc Moudenc, estimant que "Toulouse et son agglomération sont victimes d’un manque de vision". Jean-Luc Moudenc a répondu en début de soirée.

 

Après la colère des élus du Sicoval, c'est au tour des chefs d'entreprise de monter au créneau après la mise à l'arrêt cette semaine du projet de prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège.

Ce vendredi 4 mars, le CEO de Sigfox et président de l'IoT Valley, Ludovic Le Moan sort de son silence dans une tribune intitulée "Toulouse et son agglomération victimes d'un manque de vision !".

Il exhorte Jean-Luc Moudenc de "lancer cette prolongation de la ligne B du métro" et s'interroge : "Comment peut-on, aujourd'hui, imaginer vivre avec une vision aussi étriquée des enjeux économiques et écologiques ?"

 


 

 

Pour rappel, le Sicoval a confirmé ce mardi 1er mars l'arrêt des négociations avec Toulouse Métropole sur le prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège. Très remontée après l'abandon du projet, la collectivité a lancé une campagne sur les réseaux sociaux à l'encontre de Jean-Luc Moudenc, le président de la métropole toulousaine.

Ce dernier a rendu public mercredi le courrier envoyé la veille à Jacques Oberti, président du Sicoval. Dans cette lettre, le président de Toulouse métropole y justifie son choix de ne pas financer le prolongement de la ligne B à Labège et propose notamment de commencer le chantier de la 3e ligne de métro en 2019 par Labège avec une arrivée du métro prévue en 2024.

La réponse de Jean-Luc Moudenc

Dans un courrier envoyé à Ludovic Le Moan ce vendredi soir, Jean-Luc Moudenc s'étonne de constater que le CEO de Sigfox "puisse se laisser berner par une campagne politicienne de désinformation".

Il assure que l'accusation selon laquelle il cherche à freiner le développement économique de Labège "relève du fantasme" et rappelle que sa proposition pour desservir le sud-est toulousain passe par une troisième ligne de métro et un téléphérique urbain.

Le maire de Toulouse termine son courrier en invitant Ludovic Le Moan à échanger directement avec lui : " la porte du Capitole vous est ouverte".

Une réunion organisée par Georges Méric lundi

Le président du Conseil départemental de Haute-Garonne Georges Méric a annoncé qu'il tiendra une réunion ce lundi "avec toutes les parties prenantes sur le dossier". Mardi, il avait estimé que Jean-Luc Moudenc commettait "une erreur politique" en privilégiant la troisième ligne de métro car "le projet du PLB est financé et prêt à être lancé et répond à l'urgence de désenclaver le sud-est toulousain".

 

Source : La Tribune Toulouse

http://objectifnews.latribune.fr/entreprises/soutien-et-financement/2016-03-03/arret-du-plb-le-pdg-de-sigfox-ludovic-le-moan-exprime-sa-colere-dans-une-tribune.html

 

  

  

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. Le prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège dans l'impasse

Toulouse. Le prolongement de la ligne B du métro jusqu'à Labège dans l'impasse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le comité syndical de Tisséo qui devait aborder mercredi la question du prolongement de la ligne B a été reporté. Le point de discorde entre Toulouse Métropole et le Sicoval porte sur la priorité à donner entre ce projet et la troisième ligne de métro.

 

Le prolongement de la ligne B (PLB) entre Ramonville et Labège ne se fera pas. En tous les cas pas dans sa version souhaitée et désirée depuis de longs mois par les élus du Sicoval. ces derniers rêvaient de relier le terminus de la ligne B depuis Ramonville à la zone d’activités de Labège en 2020 ou 2021 avec la création de quatre stations supplémentaires.

Le comité syndical de Tisséo qui devait se tenir mercredi afin de rendre son avis sur les travaux a été reporté : or il avait jusqu’au 7 mars pour rendre sa décision afin de respecter le délai de six mois suite à l’avis favorable de la commission d’enquête sur l’utilité publique.

 

Entre pessimisme résigné et espoir de compromis

Et les nombreuses réunions de négociations qui se sont tenues ces derniers jours entre les élus de Toulouse Métropole et du Sicoval n’ont visiblement pas réussi à aplanir les différends. Si au sein de Tisséo, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc n’a pas souhaité s’exprimer, les autres acteurs de cet épineux dossier oscillent entre pessimisme résigné et espoir de compromis.

Arnaud Lafon, maire MoDem de Castanet-Tolosan et partisan de la PLB, se montre catégorique : « Faute d’accord financier, il n’y pas de conciliation entre les deux projets, et comme c’est Toulouse Métropole qui tient les cordons de la bourse… ». Pour rappel, la troisième ligne de métro pèse 1,7 milliard d’euros et est prévue pour 2024, tandis que le prolongement de la ligne B devrait coûter 400 millions d’euros et serait livré d’ici quatre ou cinq ans.

Le projet d’aérotram refusé par le Sicoval

Alors que le Sicoval a revu ses ambitions à la baisse et mis sur la table un projet de « PLB bis », une ligne plus courte à deux stations connectée à la troisième ligne de métro (TAE) au niveau du centre commercial Labège, la proposition semble avoir été retoquée par le maire de Toulouse au profit d’un projet d’aérotram entre Ramonville et le site de l’INPT. « Nous avons refusé le tramway ou le bus, ce n’est pas pour accepter une solution qui est moins efficace en terme de déplacements », déplore Emmanuel Auger, directeur de cabinet de Jacques Oberti président du Sicoval. « Alors que nous avions réussi à faire l’unanimité politique avec le Conseil départemental et la Région, on se sent un peu méprisés. C’est un sale coup ! », assène encore Emmanuel Auger.

Dans les rangs des personnes persuadées qu’un accord peut encore être trouvé, on retrouve Henri Arévalo, conseiller communautaire du Sicoval. Pour ce dernier, l’espoir est permis « tant que le maire de Toulouse n’a pas dit officiellement qu’il rejetait le prolongement de la ligne B. S’il veut la troisième ligne, il a intérêt à ne pas mettre à la poubelle un projet comme le PLB. Et puis ça serait ridicule d’avoir deux lignes de métro distantes de 500 mètres … sans connexion entre elles ! ». Le feuilleton de la desserte du sud-est de Toulouse n’est pas terminé.

 

Philippe Font

Jacques Le Bris's insight:

En tant que simple Citoyen et malheureusement contribuable, je dois vous exprimer mon profond ras-le-bol de ces structures qui n'ont qu'une "utilité" : puiser des ressources dans le Trésor Public.

 

Le Pape François nous dit qu'il préfère voir construits des ponts plutôt que des murs. Or, ce projet est bien la caricature de cette France aux mains de l'oligarchie et des partis politiques qui entretiennent le clivage Gauche-Droite complètement stérile.

Ce Prolongement de la ligne B qui devrait être un trait d'union entre deux pôles économiques, est transformée en un glacis entre deux Baronnies.

Combien de temps encore vos électeurs vont supporter cette situation d'un autre âge ?

more...
Isabelle Pélissié's comment, March 2, 8:00 AM
"l'oligarchie et des partis politiques qui entretiennent.." aussi l'égo et le confort de leurs représentants, dans des visons à court terme.
Isabelle Pélissié's comment, March 2, 8:02 AM
avec en plus un joli lapsus fort à propos : "vison" pour "vision" !
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse EuroSudOuest : une réunion publique jeudi 12 mai 2016

Toulouse EuroSudOuest : une réunion publique jeudi 12 mai 2016 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Dans le cadre du projet Toulouse EuroSudOuest, majeur pour le quartier Marengo Matabiau comme pour la métropole, une réunion publique a lieu jeudi 12 mai 2016 à 18h30 pour s’informer et échanger. Les inscriptions sont conseillées avant le 10 mai.
Toulouse EuroSudOuest est un grand projet de transport et d'aménagement urbain au coeur de la métropole.  Un projet porté par plusieurs partenaires qui vise à :
  • transformer et moderniser la gare Matabiau
  • étendre le centre-ville de Toulouse pour lui donner la dimension d'une métropole européenne
  • aménager le quartier Matabiau pour améliorer le cadre de vie des habitants

Voir la page dédiée au projet Toulouse EuroSudOuest

Une concertation jusqu'au 28 juin

Depuis le 29 mars et jusqu'au mardi 28 juin 2016, une première étape de concertation du projet est ouverte.  Elle est consacrée à son volet urbain.

Plus d'informations sur le projet et la concertation en cours surwww.toulouse-eurosudouest.eu

Télécharger le Dossier de concertation (format .pdf)

Une réunion publique le 12 mai

Une réunion publique est organisée le jeudi 12 mai 2016 en présence de l'ensemble des partenaires. Projet porté par l'État, le groupe SNCF, la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, le Département de la Haute-Garonne, le SMTC Tisséo et Toulouse Métropole.
Une réunion pour s'informer, échanger et participer à un projet majeur  pour le quartier, la ville et le territoire.
Rendez-vous jeudi 12 mai à 18h30 aux Espaces Vanel
1 allée Jacques Chaban-Delmas
Toulouse.
Pour participer, il faut confirmer votre présence avant le 10 mai 2016 parmail.
 


 

Jacques Le Bris's insight:

Informations pratiques

Réunion publique jeudi 12 mai, à 18h30, aux Espaces Vanel à Toulouse

1, allée Jacques Chaban-Delmas – Métro ligne A  Marengo-SNCF

 

Inscription conseillée avant le mardi 10 mai 2016  par mail
 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Primaire des Français à Toulouse et sa région

La Primaire des Français à Toulouse et sa région | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Nouvelles du Mouvement des Citoyennes et Citoyens unissant leurs énergies pour que La Primaire des Français ait lieu afin de promouvoir un candidat issu de la société civile à l'élection présidentielle de 2017.
Jacques Le Bris's insight:

Lire le dossier ouvert par Le Journal Toulousain dans son édition du 21 avril 2016

http://www.lejournaltoulousain.fr/politique/dossier-comment-toulouse-prepare-la-primaire-des-francais-46213

 

Suivre Le Journal Toulousain sur Twitter :

@JToulousain

 

 

Pour ce qui concerne l'organisation de La Primaire des Français à Toulouse et sa région suivre :

Sur Twitter :  @LPdF_Tlse

 

Sur G+ : https://plus.google.com/u/0/117553930376446185678

 

Le blog : http://lpdf-toulouse.over-blog.com/

 

 

 

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'ex-région Midi-Pyrénées épinglée pour sa gestion du personnel

L'ex-région Midi-Pyrénées épinglée pour sa gestion du personnel | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Les bureaux du Conseil régional de Midi-Pyrénées abritent près de 200 agents

 

 

La Chambre régionale des Comptes de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a publié un rapport sur la gestion de l’ancienne région Midi-Pyrénées entre 2009 et 2013. Pendant cette période, les agents territoriaux ont travaillé moins de 35 heures par semaine, pointe la juridiction financière, qui salue tout de même la bonne gestion financière de l’époque.

 

Les agents du Conseil régional ont travaillé moins de 35 heures par semaine entre 2009 et 2013 d'après la Chambre régionale des Comptes de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Cette dernière a publié, le 15 avril 2016, son rapport d'observations définitives sur la gestion de l'ancienne région Midi-Pyrénées.

Dans son rapport, la Chambre régionale des Comptes pointe du doigt une gestion des ressources humaines qui reste "perfectible". En effet, selon l'institution, la durée annuelle de travail est restée inférieure à la norme de 1 607 heures fixées par la loi. "Pour les agents des services généraux, le temps de travail effectif varie de 1 552 à 1 568 heures en moyenne selon les années, et s'établit à 1 556 heures pour les agents des lycées."

L'impact de cette situation est estimé à 3,6 millions d'euros par an, soit 98 emplois équivalent temps plein.

L'audit montre également que l'action sociale est différenciée selon l'affectation des agents.

"Les agents des services généraux bénéficient de prestations d'action sociale au coût 5 fois supérieur à celles des agents des lycées. Certains agents des services généraux bénéficient, par ailleurs, de prêts pour motif personnel dont les modalités de distribution pourraient être regardées comme faisant concurrence aux prêts bancaires à la consommation. Les agents peuvent bénéficier, en outre, de tickets restaurant dont l'attribution est normalement soumise à la condition qu'il n'existe pas de lieu de restauration sur le lieu de travail, sans que cela soit le cas."

À noter que la masse salariale a progressé en moyenne de 1,58 % entre 2009 et 2013.

La région la moins endettée de France

Néanmoins, la juridiction financière souligne, au sein de son rapport, la bonne santé financière de l'ancienne région Midi-Pyrénées que présidait alors le socialiste Martin Malvy. La collectivité a dégagé un autofinancement particulièrement élevé. "Les dépenses d'investissement ont bénéficié d'un très bon niveau de couverture par des ressources propres (de 60 % à 80 % entre 2010 et 2013). L'encours de la dette est passé de 303 millions d'euros en 2010 à 289 303 millions d'euros en 2014."

Avec 100 euros d'endettement par habitant, la collectivité était, au 31 décembre 2014, la région la moins endettée de France.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc : « Toulouse reste la moins imposée des grandes villes de France »

Jean-Luc Moudenc : « Toulouse reste la moins imposée des grandes villes de France » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Projets économiques, restrictions budgétaires, situation du tissu économique de la métropole… Deux ans après son élection au Capitole, Jean-Luc Moudenc a livré le bilan de ses premiers mois de mandat.

 

Quel bilan économique tirez-vous des deux premières années de votre mandat ?
Nous avons redémarré ou dopé un certain nombre de projets à caractère économique : Toulouse Montaudran Aerospace (TMA) a été lancé, l’Oncopôle poursuit sa montée en puissance, des financements pour le Pex (400 millions d’euros) ont été trouvés et les travaux vont démarrer. Nous sommes sortis de la réflexion urbaine pour des arbitrages et des choix vers un début de réalisation. Les projets existaient, mais pendant six ans ils ne se sont pas développés ou pas assez. La deuxième chose a été de renouer le dialogue avec le monde économique. Le schéma de développement économique qui a été mis en place en juin 2015 a vu la naissance de l’agence d’attractivité créée avec les professionnels du tourisme. Nous avons également œuvré pour le projet de smart city, avec quinze projets pour un investissement de 500 millions d’euros d’ici 2020. Et nous avons initié le « small business act à la Toulousaine » : en 2015 et sur 691 millions d’euros de commande publique, 67% des chantiers ont été attribués à des entreprises de la métropole, dont 42,5% sont établies à Toulouse.

 

Le début de votre mandat a aussi été marqué par une hausse de la fiscalité…
Nous sommes dans des difficultés financières que nous n’avions jamais connus jusqu’à présent en raison de la baisse des dotations de l’État, soit un déficit de 640 millions d’euros entre la ville et la métropole sur la durée du mandat. Et au niveau municipal, une situation bien différente de ce à quoi nous étions habitués. En 2015, nous avons arbitré sur une stratégie budgétaire pour la durée du mandat afin de ne pas piloter à vue. Nous avons décidé de maintenir un haut niveau d’investissement de 4 milliards d’euros d’ici 2020 (1,5 milliard pour la Métropole, 780 millions pour la ville, 900 millions du syndicat mixte des transports en commun, 800 millions par Oppidéa et Habitat Toulouse). En parallèle nous avons établi des économie de fonctionnement de la collectivité et sollicité le contribuable, avec une augmentation de 15% de la fiscalité locale. Ce n’est pas un effort que je prévoyais, je voulais la stabilité fiscale. Avant ces décisions, nous étions parmi les grandes villes de France, la moins imposée. Nous le sommes toujours après cette hausse. 

 

Comment concevez-vous le partenariat entre le monde économique et les collectivités ?
Si Toulouse est premier dans plein de domaines, c’est grâce au tissu des acteurs économiques, des chercheurs, et des universitaires. Ce sont eux qui font bouger Toulouse. Et le rôle des collectivités est de soutenir ces efforts. C’est pour cela que j’ai voulu créer des liens et mettre en place des méthodes de travail entre les entreprises et les collectivités. Car je suis persuadé que face aux difficultés actuelles, il faut faire l’alliance entre les entreprises et les collectivités, plutôt que de rester dans une vision très française d’affrontement entre secteur public et privé. Ma méthode c’est le dialogue. Il ne faut pas oublier que nous avons aussi des difficultés. Nous comptons 40.000 chômeurs à Toulouse. Mais malgré les difficultés du pays, Toulouse et la métropole tirent leur épingle du jeu, des secteurs continuent à créer des emplois comme l’aéronautique. Il y a des raisons d’espérer.

 

Vous êtes à quatre ans de la fin de votre mandat. Est-ce que vous songez déjà à vous porter à nouveau candidat ?
La ligne de conduite que je me suis fixée est de prendre les décisions sans m’inscrire dans une logique de réélection. Sinon je n’aurais pas augmenté les impôts. Je prends les décisions en fonction de ce qu’il faut pour l’avenir du territoire. En 2020 nous verrons. Pour l’instant la question est secondaire.


Propos recueillis par Philippe Font

Jacques Le Bris's insight:

La réponse de l’opposition

 

Pour fêter les deux ans de Jean-Luc Moudenc au Capitole, le PS 31 a édité 100.000 exemplaires d’une brochure dont le titre « Gros mensonges, petite ambition » ne laisse aucun doute sur la tonalité du document. A l’intérieur, l’opposition municipale étrille les actions de l’équipe du maire de Toulouse depuis 2014 : la hausse des impôts de +15%, l’augmentation des tarifs municipaux, l’envol des prix des cantines et des centres de loisirs, ou encore l’abandon du projet du PLB entre Ramonville et Labège sont également dénoncés tandis que la culture est décrit comme un secteur « en berne ».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ce qu'il faut savoir sur les allées Jean-Jaurès transformées en ramblas

Ce qu'il faut savoir sur les allées Jean-Jaurès transformées en ramblas | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le maire de Toulouse a présenté ce 8 avril, en présence de l'urbaniste Joan Busquets, le projet d'aménagement urbain des allées Jean-Jaurès en ramblas. 50 % de cet axe symbolique de la ville seront rendus aux piétons. La livraison est annoncée pour décembre 2019.

 

Un temps, Jean-Luc Moudenc a dit hésiter entre deux aménagements possibles des allées Jean-Jaurès : façon Rambla ou Champs-Élysées. Finalement, l'urbaniste Joan Busquets lui propose de combiner les deux !

Le projet que l'urbaniste a présenté ce jour à la presse prévoit une vaste promenade centrale de 17 mètres de large sur le modèle de La Rambla de Barcelone. "Dans ces jardins bordés d'arbres dont les essences n'ont pas encore été choisies, alterneront des espaces verts et des espaces minéralisés. Ils seront surélevés par rapport aux voies de circulation pour permettre les plantations et s'apparenteront à des "ramblas-jardins", a expliqué Joan Busquets, l'urbaniste catalan.

 

Plus de place pour les piétons

Côté circulation, les 2x3 voies actuelles seront réduites en 2x2 voies (dont une dédiée à la circulation des bus). Sur les parties latérales, les contre-allées disparaissent pour devenir finalement de vastes trottoirs de 15 m de large (contre 5 actuellement). Une nouvelle forme qui n'est pas sans rappeler... les Champs Élysées.

"Ces vastes espaces protégés par les arbres existants, que nous conservons, auront toute vocation à devenir des terrasses", espère l'urbaniste.


Vue d'architecte des futures allées latérales (© Agence Bau-B)

La physionomie de cet axe majeur de la ville - 600 m de long et dont la surface totale équivaut à deux places du Capitole - sera profondément modifiée. "Actuellement 1/6e des allées est dédié aux piétons et 5/6e aux voitures. Grâce à ce projet, le partage redeviendra équitable, 50 % pour les piétons et 50 % pour les voitures", s'est félicité Jean-Luc Moudenc.

Le maire a précisé que l'espace central aura sans doute vocation à accueillir des manifestations ponctuelles, mais qu'à ce stade aucune installation fixe n'est envisagée. De part et d'autres des ramblas deux placettes seront aménagées. Côté Marengo, la statue de Jean-Jaurès sera déplacée de quelques mètres pour rejoindre les ramblas. Côté boulevard, de nouveaux escalators et ascenseurs faciliteront l'accès au métro.

 

20 M€ pour l'espace public et 27,5 M€ pour le nouveau parking

Évoquée depuis plusieurs années, la décision de réaménager les allées Jean-Jaurès s'est accélérée avec la construction d'un nouveau parking (attribuée à Indigo Park, NDLR). L'accès au futur parking se fera par le haut des allées Jean-Jaurès en prévision de la future gare TGV. Les deux chantiers iront donc de pair et la concertation des riverains débute ce soir avec une première réunion.

"Le permis de construire pour le nouveau parking est attendu ce mois-ci dans nos services pour un démarrage des travaux préparatoires liés aux réseaux en juillet prochain", a précisé Annette Laigneau, l'adjointe en charge de l'Urbanisme.

Les travaux devraient ensuite s'enchaîner selon un calendrier rapide avec les premiers travaux de l'espace public en surface dans le bas des allées en avril 2017 et une livraison totale du projet en décembre 2019.

Côté budget, la mairie annonce 20 millions d'euros TTC consacrés aux aménagements de l'espace public et 27,5 millions d'euros dédiés à la construction du parking mais portés par Indigo Park.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nuit debout contre la loi travail à Toulouse

Nuit debout contre la loi travail à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Les toulousains organisent leur nuit debout sur la place du Capitole et demandent un changement de politique #NuitDebout

 

A Toulouse et partout ailleurs en France la colère contre la loi travail continue de se faire entendre. Aujourd’hui la forme les manifestations contre le projet de réforme du code du travail évolue et ce ne sont plus seulement des manifestations qui sont organisées. Après les premières nuits debout place de la République à Paris d’autres places sont occupées par les manifestants, notamment la place du Capitole à Toulouse.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le site web de la mairie en version papier !

Le site web de la mairie en version papier ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

C'est une demande attendue des usagers et citoyens, afin d'améliorer le service public et de combattre la fracture numérique : la mairie de Toulouse, toujours précurseur dans le domaine du numérique, a décidé de lancer son premier site web physique : toulouse.fr / Vive le papier !

A partir de vendredi 1er avril, vous pourrez en effet retrouver l'intégralité du site web toulouse.fr  imprimé, à feuilleter sans modération à l'accueil du Capitole.
Cela  représente tout de même la bagatelle de 4596 pages (les images sont gracieusement fournies également).
Au total, l'ouvrage, imprimé avec soin par l'imprimerie communautaire, sera donc  à retrouver en 5 tomes qui correspondent aux grandes rubriques du site web  

  • En un clic  
  • La Mairie
  • Vos Quartiers
  • Projet Urbains
  • Divers

Un livre en or donc, pour lire et relire sans compter l'actualité de la vie municipale avec notamment  la retransmission en direct des séances du conseil municipal, sous-titrées et traduites en langue des signes.

En fonction du succès de cette Bible, la Ville se réserve le droit de confier son avenir à une grande maison d'édition afin d'assurer l'accès à tous les usagers, mais aussi de permettre sa distribution sur tout le territoire national, voire international.

A consulter donc à l'accueil du Capitole du lundi au vendredi de 8h30 à 18h à partir du 1er avril 2016.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Saurez-vous reconnaître cet endroit de Toulouse ?

Saurez-vous reconnaître cet endroit de Toulouse ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Grâce aux archives municipales de Toulouse, découvrez des lieux où vous passez peut-être tous les jours mais que vous ne reconnaitriez pas sur des photos anciennes.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Lumières : le Capitole joue le jeu… pendant une heure

Lumières : le Capitole joue le jeu… pendant une heure | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Toulouse a participé à l'Earth Hour, initiative mondiale contre le changement climatique. Une heure d'extinction du Capitole alors que, toute l'année, rues et façades sont allumées…

 

Voilà une initiative qui a bonne presse. Éteindre à 20 h 30, pendant une heure, les lumières de nos villes pour faire un geste pour la planète, tout le monde peut le faire. C'est facile et populaire. L'opération «Earth Hour» (une heure pour la planète), menée par le WWF, le fonds mondial pour la nature, sera suivie dans 170 pays qui éteindront leurs grands monuments. A Toulouse, ce sera la façade du Capitole.

«Cette heure est un buzz mais elle a l'avantage d'exister et d'être planétaire», glisse l'astrophysicien Sébastien Vauclair, défenseur du label «réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi» et directeur du bureau d'expertise DarkSkyLab, spécialisé dans l'expertise scientifique de la pollution lumineuse. Depuis deux ans, il multiplie les réunions et rencontres sur le thème de l'extinction de l'éclairage public. «Nous sommes très sollicités. Il y a dix ans, j'étais activiste. Aujourd'hui, je ne fais que répondre à la demande. En France, 10 000 communes ont une action sur leur éclairage public, essentiellement motivées par l'argument économique et pour seulement une partie de la nuit. Mais on arrive à les faire réfléchir de manière plus globale, à leur suggérer d'utiliser ces économies pour rénover l'éclairage et réduire ainsi le halo lumineux vertical qui perturbe les insectes, les mammifères, la flore… »

Derrière la commune de Lacroix-Falgarde, pionnière en Haute-Garonne, plusieurs villes (Colomiers, Tournefeuille, Villeneuve-Tolosane, Cugnaux…) plongent tout ou partie de leurs rues dans le noir après 1 heure du matin. Pendant ce temps, Toulouse rallume les monuments et rues éteintes par la précédente municipalité. La mise en valeur de cinq nouveaux sites va démarrer lundi dans le cadre du plan lumière (Statue Jeanne d'Arc, Ange de la place Dupuy, Obélisque de Jolimont, Monument aux Morts et horloge de la rue Alsace Lorraine). «Une question de sécurité, une promesse de campagne et la volonté de réenchanter la ville », nous avait répondu l'an dernier Emilion Esnault, conseiller municipal délégué à l'éclairage public. En 2016, il rappelle : «Nous rallumons la lumière dans un esprit de sobriété énergétique. En deux ans, la consommation électrique de la Ville de Toulouse a baissé de 12 % ».

Remonté, Sébastien Vauclair note que Toulouse se met surtout hors la loi. «La 4e ville de France ne répond pas au Grenelle de l'environnement qui prévoit l'extinction des monuments publics une heure après la dernière utilisation et au plus tard à une heure du matin. Mais, à part ça, ils m'ont décerné le trophée des nocturnes 2015 pour la réserve de ciel étoilé et changent des lampadaires neufs pour en mettre d'autres qui éclairent vers le haut… Ils se moquent bien de l'environnement ! »

 

RepèresLe chiffre : 172

Pays >En 2015. La manifestation «Earth Hour» a recueilli le soutien de 2 milliards de personnes dans 172 pays.

« Toulouse rallume ses monuments et se met hors la loi par rapport au Grenelle de l'environnement».

Sébastien Vauclair, défenseur du label Réserve internationale de ciel étoilé du Pic du Midi

 
Emmanuelle Rey
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tribune : Requiem pour le PLB, une métropole toulousaine est-elle possible ?

Tribune : Requiem pour le PLB, une métropole toulousaine est-elle possible ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Christian Lavigne

 

Pour Christian Lavigne, premier vice-président de Tisséo de 1977 à 2014 et ancien vice-président du Sicoval chargé des Transports, le dossier PLB illustre l'arrogance toulousaine vis-à-vis des autres territoires composant l'agglomération toulousaine. L'ancien maire PS de Labège estime qu'il est temps d'en finir avec l'éclatement territorial entre Toulouse Métropole, le Sicoval, la Cam et les autres.

 

"C'est fait. Le maire de Toulouse a imposé sa volonté au terme d'une trop longue période de pseudo consultation qui ne trompait que ceux qui le voulaient bien...

Le sud-est toulousain et le Sicoval ne seront pas desservis par la ligne B qui ne sera pas prolongée. C'est un fait concret et tangible, avec ses conséquences immédiates pour les citoyens.

Le reste ? Le reste relève de contours improbables qui caractérisent la politique des actuels responsables de Toulouse Métropole.

On peut aussi constater que depuis mars 2014, les dirigeants du Sicoval ont bien facilité la tâche au maire de Toulouse. Leur unité de façade, y compris sur ce dossier, ne leur permettait pas de dégager la force, la pugnacité voire l'agressivité nécessaires pour résister à la pression de Toulouse. Le retour fracassant de certains se solde finalement deux ans après par "plus de métro" et un transfuge de l'ex-UMP au fauteuil de maire de Labège. Pas vraiment un retour gagnant.

Le temps n'est plus à développer des argumentaires techniques ou politiques. Le temps n'est plus à la négociation car tous les stades de celle-ci ont été épuisés.

Arrogance toulousaine et rapport de force

Si je devais tirer un enseignement de 37 ans d'expérience, ce serait la conviction que sur les questions d'agglomération, Toulouse, quel que soit le bord politique qui la gouverne, ne connaît que le rapport de force. C'est ce rapport qu'il faut tenter d'inverser. C'est peut-être encore possible, mais les tenants du PLB le voudront-ils ? En auront-ils le courage ?

Avec sa décision sur le PLB, le maire de Toulouse s'inscrit dans l'incapacité historico-génétique de ses prédécesseurs de proposer un projet d'agglomération véritablement partagé et assumé par toutes les composantes de ce territoire. Il reste droit dans cette arrogance toulousaine de vouloir toujours faire prévaloir ses intérêts sur toute autre approche.

C'est la contestation radicale de cette attitude qui devrait inspirer la contre offensive et, au-delà, les propositions concrètes pour changer la donne. Afficher cette ligne politique peut se décliner à court terme par plusieurs mesures :

  • Remise en cause des financements du Département et de la Région des projets "toulousains" hors du champ de leurs compétences obligatoires : transports en commun, développement économique (parc des expos.), etc.
  • Examen objectif de la part du Sicoval de son rôle et de son utilité au sein de Tisséo, en relation si possible avec les partenaires membres hors Toulouse Métropole.

À moyen terme, il s'agit de repenser l'organisation territoriale de l'agglomération métropole.

Il est à craindre qu'aujourd'hui ces collectivités ne soient pas prêtes à de telles positions et que nous nous acheminions après quelques joutes politiciennes vers un classement sans suite de ce dossier.

En finir avec l'éclatement territorial

Je voudrais cependant évoquer en vue de débats futurs - mais proches je l'espère - une question qui semble ne préoccuper personne, et qui pourtant me semble une voie, si ce n'est la voie, pour régénérer la gouvernance de notre agglomération. Je veux parler d'en finir avec son éclatement territorial en entités multiples : Toulouse Métropole, Sicoval, CAM, Save au Touch et deux ou trois autres.

Cette situation est la cause de nombreux et importants dysfonctionnements qui sont autant de freins à un véritable décollage de ce territoire à son image nationale et internationale, à son développement économique et culturel, au total au bien-être de ses habitants.

Le dossier du PLB vient après beaucoup d'autres. On peut citer sans être exhaustif :

  • Le Scot, dont l'accouchement a été difficile et la mise en œuvre pire avec récemment le conflit CAM/Toulouse.
  • La candidature de Toulouse comme capitale européenne de la culture, pas vraiment portée par l'ensemble de l'agglomération, en grande partie du fait de l'attitude de Toulouse.
  • La compétition pour l'accueil de grandes entités économique et globalement dans l'ensemble du secteur du développement économique.
  • La compétition et la concurrence cachées dans des dossiers d'infrastructures tels que la gare TGV, le nouvel aéroport, etc.
Un enjeu démocratique

Mais c'est peut-être au niveau de la vie démocratique, de la "respiration citoyenne" de ce territoire que l'impact est le plus nocif.

La situation présente génère automatiquement des lieux de pouvoir, des baronnies et sous baronnies qui n'ont de cesse de s'autojustifier avec le gaspillage financier et la compétition des égos qui en découlent. Cela prive une importante partie de nos concitoyens de la capacité à peser par leur opinion et leur vote sur des décisions majeures pour leur devenir.

Personne ne conteste que les grands enjeux politiques dans des domaines comme les transports publics, les investissements structurants, le développement économique, la culture, le développement urbain doivent se décider et se réguler au niveau de l'agglomération.

Aujourd'hui, l'éclatement de ce territoire fait que tous les habitants hors de Toulouse Métropole n'ont aucune possibilité d'influencer démocratiquement ce processus du fait de la prééminence de Toulouse via l'actuelle métropole.

Le sud-est, le sud-ouest, une grande partie de l'ouest et du nord toulousain sont dans cette situation. Or, il ne s'agit pas de zones "rurales", mais souvent de "villes intenses" au sens du Scot.

Il est grand temps d'installer une gouvernance politique démocratiquement désignée couvrant l'ensemble de ce territoire. C'est à ce niveau que doit se tenir le débat, c'est à ce niveau que tous doivent accepter de le mener, de faire ou défaire des majorités, de décider des politiques à suivre.

C'est la seule voie pour susciter un véritable sentiment d'appartenance, une vraie responsabilité partagée.

Cela signifie-t-il la disparition du Sicoval, de la Cam et autres ? Oui sans doute. Du moins dans leur contour actuel. Pour les communes concernées et leurs habitants, c'est cela ou la marginalisation.

La loi actuelle sur les intercommunalités prévoit de profonds changements à l'échéance de 2020 sur la désignation des organes exécutifs. Le champ démocratique va s'élargir. Rester dans la situation actuelle serait une faute politique et une atteinte à la démocratie locale.

À ce stade, beaucoup de choses restent à clarifier. Il faut préciser notamment les modes de fonctionnement de ces collectivités pour palier leur étendue. Une raison de plus pour s'engager rapidement dans cette direction et déblayer le terrain.

Je crois que nos concitoyens verraient là une volonté de rompre positivement avec les pratiques du passé.

Il ne faut pas minimiser les difficultés. L'absence de ce sujet dans le débat politique local, quel que soit le bord, n'est pas bon signe. La situation actuelle peut arranger, protéger le jeu actuel des pouvoirs locaux, leurs domaines réservés, leur notabilité, ou simplement leur majorité. Le conservatisme a souvent des racines bien mesquines, loin des affichages idéologiques. Il faudra bien que la classe politique locale sorte enfin de la grisaille et se revivifie à l'adrénaline du défi.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un autre regard sur Toulouse

Un autre regard sur Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Un des regards de l'aqueduc romain.

Jacques Le Bris's insight:

Au delà du mot-clic #20000pas, découvrir Toulouse pas à pas.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Lettre de Jean-Luc Moudenc à Jacques Oberti

Lettre de Jean-Luc Moudenc à Jacques Oberti - Free download as PDF File (.pdf) or read online for free.

 

Échange concernant le raccordement de Labège au métro dans l'agglomération toulousaine.

 

Source : La Tribune Toulouse

http://objectifnews.latribune.fr/politique/debats/2016-03-02/plb-que-dit-la-lettre-de-jean-luc-moudenc-a-jacques-oberti.html

 

 

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a rendu public ce mercredi 2 mars le courrier qu’il a envoyé hier (le 1er mars) à son homologue du Sicoval Jacques Oberti. Jean-Luc Moudenc y justifie son choix de ne pas financer le prolongement de la ligne B à Labège. Pour rappel, c’est le Sicoval qui a annoncé la nouvelle de l’arrêt du projet, et Jean-Luc Moudenc n’avait pas souhaité s’exprimer avant, malgré une avalanche de réactions. Dans cette lettre, Jean-Luc Moudenc propose notamment de commencer le chantier de la 3e ligne de métro en 2019 par Labège. Découvrez-là dans son intrégralité.

Après les déclarations du Sicoval mardi 1er mars au sujet du dossier PLB, Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc contre-attaque.

Dans un communiqué, Toulouse Métropole rappelle que "les deux collectivités concernées étaient convenues de ne pas médiatiser leurs négociations afin de préserver un climat apaisé favorable aux discussions". En réaction aux "déclarations unilatérales faites dans la presse depuis 48 heures", Jean-Luc Moudenc a décidé de rendre publique la lettre qu'il avait envoyé à Jacques Oberti, le président du Sicoval, mardi 1er mars.

Le président de Toulouse métropole y justifie son choix de ne pas financer le prolongement de la ligne B à Labège et propose notamment de commencer le chantier de la 3e ligne de métro en 2019 par Labège.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc MOUDENC dans le Petit Journal

Jean-Luc MOUDENC dans le Petit Journal | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Hier soir, le Petit Journal de Canal+ a diffusé un reportage relatif aux pratiques du quotidien régional à la suite de la nomination comme ministre de Jean-Michel Baylet, actionnaire majoritaire et ancien PDG du groupe La Dépêche.

Le témoignage d’un syndicaliste sur les consignes politiques imposées aux journalistes, au mépris de la déontologie la plus élémentaire, est ahurissant.

Jean-Luc MOUDENC
Maire de Toulouse
Président de Toulouse Métropole


Toulouse Métropole Ensemble

Tél. 06.31.59.56.18 (messagerie)
BP 11111 – 31011 Toulouse Cedex 6
contact@TMEnsemble.fr
more...
No comment yet.