- La Dépêche :

 

Soixante-quatre membres d'un jury indépendant ont élu les meilleurs restaurateurs parmi 135 installés dans l'agglomération toulousaine. Hier soir, les lauréats de trois catégories distinctes ont été récompensés par le prix Lucien-Vanel.

Où manger des tapas à Toulouse ? Où faire, à coup sûr, un bon repas ? Et quelles sont les institutions d'où vous ne sortirez jamais déçus ? Hier soir, dans les salons de l'arche Marengo, à Toulouse, dans une ambiance de fête, le prix Lucien-Vanel a été décerné, dans trois catégories, aux meilleurs restaurateurs toulousains : Remi Regaud (Le Chat passe) ; Pierre-Jean Ferrier (Le Renfort du palais) et Pierre Lambinon (Le Py'R). Depuis 2008, ce prix, qui porte le nom du célèbre restaurateur toulousain décédé en 2010, est certes organisé par la profession et l'office du tourisme. Mais c'est un jury indépendant de 64 socioprofessionnels (chefs d'entreprise, professionnels du tourisme…) qui fréquentent assidûment les restaurants de l'agglomération qui a voté. D'où un palmarès représentatif, et qui satisfait Guy Pressenda, le président général de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie de la Haute-Garonne, car il promeut de solides tables mais qui ne sont pas forcément celles dont on parle le plus.
Le public, qui vote habituellement grâce à des urnes disposées chez les restaurateurs, n'a pas été sollicité cette année pour des raisons logistiques. « Mais il le sera à nouveau l'an prochain », indique Guy Pressenda. De même que les catégories devraient à nouveau changer « puis être pérennisées », poursuit le représentant des hôteliers et restaurateurs.
« Toulouse a une particularité : la restauration d'affaires. Quand les affaires toussent, la restauration s'enrhume… Les gens fréquentent toujours autant les restaurants mais le ticket moyen a baissé », analyse Guy Pressenda qui aimerait bien « de nouvelles locomotives », c'est-à-dire des étoilés. « Une nouvelle génération arrive », observe-t-il. À commencer par le jeune chef du Py'R.

 

Les chefs récompensés par catégorie Bars à vins, bars à tapas

 

- Premier prix : le Chat passe (13, rue des Couteliers, Toulouse). Un an d'existence et déjà une reconnaissance pour ce café tenu par un personnage des fêtes toulousaines, membre de l'association des cafés culture Bar-Bars, Rémi Regaud.
- Deuxième prix : Côté vin (37, rue Boulbonne, Toulouse). Dans un décor sobre et design, Côté vin, ouvert depuis peu par Christophe Llido, est déjà un succès.
- Troisième prix : Los Piquillos (90, route de Blagnac, Toulouse). Un classique des tapas, de la cuisine basque et du Sud-Ouest tenu par l'ancien seconde ligne du Stade Toulousain, Jean-Marie Cadieu.

 

Brasseries, bistrots, "ma cantine coup de cœur"

 

- Premier prix : Le Renfort du palais (15, rue des Renforts, Toulouse). Créative, soignée… cette belle table toulousaine est tenue par un ancien étoilé Michelin, Pierre-Jean Ferrier.
- Deuxième prix : Le Chai Saint-Sauveur (30, rue Bernard-Mulé, Toulouse). La spécialité de Jean-Christophe Lassale : les produits frais dont les poissons grâce à un arrivage hebdomadaire depuis Saint-Jean-de-Luz.
- Troisième prix : La Cantine du quartier (43, rue du Languedoc, Toulouse). Rendez-vous du quartier des Carmes, cette cantine est tenue par d'anciens fromagers affineurs, M. et Mme Simorre.

 

Repas gastronomique des français, Unesco

 

- Premier prix : Le Py'R (19, rue des Paradoux, Toulouse). Après un BTS au lycée hôtelier de Toulouse, Pierre Lambinon file chez Alain Ducasse. De retour à Toulouse, le jeune homme fait beaucoup parler de lui…

http://www.toulouscope.fr/restaurant/gastronomique/py-r.html 


- Deuxième prix : Le Cantou (98, rue de Velasquez, Saint-Martin-du-Touch, Toulouse). Une institution tenue par Philippe Puel, chef de cuisine, également propriétaire de la Bonne auberge, à L'Union, et du Karo, au marché gare.

http://www.toulouscope.fr/restaurant/gastronomique/le-cantou.html 


- Troisième prix : Le Pois gourmand (3, rue Emile-Heybrard, Toulouse). Dans une magnifique toulousaine en bord de Garonne, Hugo Plazotta maintient une solide tradition.

http://www.toulouscope.fr/restaurant/gastronomique/au-pois-gourmand.html 

 

Vanel, le parrain

 

Lorsqu'ils ont eu l'idée de ce prix gastronomique en 2007, Guy Pressenda (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) et Philippe Verger, le directeur de l'office du tourisme de Toulouse, ont pensé à Lucien Vanel. À la retraite, le célèbre chef (son restaurant Chez Vanel, rue Fontvieille, à Toulouse, a porté haut ses deux étoiles Michelin) avait aussitôt accepté que ce prix porte son nom. Ce prix, expliquait-il en 2009 dans une interview à « La Dépêche », ne peut que « fédérer les cuisiniers toulousains ». Lucien Vanel est décédé en juin 2010 à l'âge de 81 ans.

 

Vin : les femmes à l'honneur

 

Nouveauté cette année : un prix a été attribué par la Confédération de l'interprofession des vins du Sud-Ouest et remis hier soir par son président, Michel Defrancès. Son objectif : valoriser les femmes qui travaillent dans le vin et mettent en avant les vins du Sud-ouest
1. Une jeune sommelière : Gaëlle Ferrieres, restaurant « La Table d'Auzeville » qui vient d'être repris par un jeune couple.
2. Une restauratrice : Sandrine Muguet, restaurant « Le Club », à Garidech.
3. Une caviste : Christine Longueville. Ancienne formatrice au CFA de Blagnac, elle tient le magasin cave à vins, Le Div-Vin, à Grenade.

 

Le chiffre : 135

 

restaurateurs > Une bonne participation. Pas moins de 135 restaurateurs de l'agglomération toulousaine ont participé au prix Lucien-Vanel cette année. Ils sont ainsi entre 100 et 130 chaque année depuis le premier prix décerné en 2008.
« Les Toulousains et les touristes peuvent facilement trouver leur bonheur. Mais on aimerait plus de chefs étoilés. Nous avons besoin de locomotives. »