Toulouse La Ville Rose
72.0K views | +1 today
Follow
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

À Toulouse, l'été de tous les travaux

À Toulouse, l'été de tous les travaux | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Ne pas croire que la circulation sera plus fluide en juillet et en août en ville ou sur le périphérique. De nombreux travaux de voirie sont programmés tandis que le trafic du métro sera interrompu sur la ligne A.

 

Diminution de trafic en ville pendant la période des grandes vacances oblige, l’été reste propice à la multiplication des travaux sur les voies comme sur les infrastructures. Toulouse Métropole, la mairie de Toulouse et Tisséo vont donc déployer toute une série de chantiers dès les prochains jours. Ces travaux auront des conséquences tant en termes de circulation automobile que de mobilité pour les usagers des transports en commun.

Des modifications de circulation sont à prévoir du fait d’entretien, d’aménagement ou de réaménagement des voiries et d’enfouissement des réseaux aériens. Parmi les points noirs à éviter, le Grand Rond, les carrefours Lafourcade et Ozenne-Jules-Guesdes : les pavés blancs sont remplacés car trop glissants. Une opération budgétisée à 200.000 euros. En continuant, un tourne-à-gauche réservé aux bus va être créé au niveau du Fer à cheval. De quoi commencer à désengorger ce rond-point devenu le principal nœud d’embouteillages de la ville selon Jean-Michel Lattes, vice-président de Toulouse Métropole en charge des transports et des déplacements. L’élu indique par ailleurs que ce rond-point fera encore l’objet d’aménagement dans les mois à venir pour améliorer sa traversée.

L’échangeur de Borderouge, en création lui aussi, entraîne un rétrécissement des voies du périphérique et la neutralisation de la bande d’arrêt d’urgence. Cet aménagement perdurera pendant toute la durée des travaux qui prendront fin dans un peu plus d’un an, quand le tablier du pont de franchissement de la rocade sera achevé

 .

La ligne A du métro fermée pour la première fois

Côté transport en commun, les travaux des carrefours Lafourcade et Ozenne-Jules-Guesdes vont affecter le trafic du tramway, qui sera interrompu quelques jours. Une navette prendra le relais. Une autre desservira également la gare Matabiau depuis la station de métro Jean-Jaurès. Car la ligne A sera fermée à partir du 15 juillet. Dans une première phase du 15 juillet au 2 août pour sa partie nord, puis du 3 au 23 août entre Arènes et Basso Cambo. Il s’agit de changer des traverses en bois qui auraient pourries, pour un coût de 1,3 million d’euros.

« C’est la première fois depuis la mise en circulation en 1993 de cette ligne historique du métro toulousain qu’elle sera fermée aussi longtemps », souligne Alexandre Blaquière, le directeur général adjoint au patrimoine et aux investissements de Tisséo SMTC, l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération. De fait, au-delà de soulever l’aiguillage pour remplacer les traverses, nombre de travaux seront opérés, jusqu’à la réfection des parkings silos des Argoulets et de Jolimont. Jean-Michel Lattes précise qu’un service de bus de substitution gratuit est mis en place.

Enfin la station des Carmes fermera tout l’été à partir de 20h, à l’exception des week-ends, pour remettre en état l’éclairage généré par la voûte céleste. La restauration de cette œuvre d’art coûtera 470.000 euros. Une facture qui agace Jean-Michel Lattes, décidé à introduire une clause de pérennité de l’œuvre dans les prochains contrats : « Ces œuvres d’art nous coûtent beaucoup, pas question de ne plus en commander mais je veux que leur entretien soit budgétisé par les artistes. » Retour à la normale le 31 août.


Nathalie Malaterre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse se fera-t-elle ?

La ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse se fera-t-elle ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

On la prenait pour acquise. Mais les doutes récents sur le financement de la ligne à grande vitesse entre Toulouse et Bordeaux, émis par certains politiques locaux, remettent la question de son existence sur le tapis.

 

Ce mercredi 18 février à l’Assemblée nationale, le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies a déploré « les choix qui ont été faits ces dernières années notamment de lancer quatre LGV (lignes à grande vitesse) nouvelles en même temps (qui) se sont faits au détriment (…) de l’entretien des infrastructures existantes, et aujourd’hui (de) la fiabilité du réseau, en partie ».

Cette intervention du secrétaire d’État vient encore nourrir les intenses débats autour des projets de LGV. Dans son magazine numéro 21, actuellement en kiosque, la rédaction de ToulÉco s’était justement interrogée sur l’avenir du TGV Toulouse-Paris via Bordeaux dans sa traditionnelle Question qui fâche. Elle vous propose aujourd’hui de retrouver l’article en version Web.

« Il faut s’accrocher à ce projet ! Pour rivaliser mondialement, il faut mettre les centres-villes de Bordeaux et Toulouse à une heure », campe Alain Di Crescenzo, président de la chambre de commerce de d’industrie de Toulouse, fervent défenseur de la construction de la ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Toulouse. De même, Françoise Barutello, présidente du club Réussir, membre tout comme la CCIT d’Eurosud Transport, l’association créée en 1991 par le conseil régional de Midi-Pyrénées pour porter le projet, ne voit pas « comment Toulouse, métropole régionale et certainement capitale de la future grande Région, ne pourrait pas accueillir le TGV ». « Pour nous, chefs d’entreprise, ce n’est pas envisageable que la LGV ne se fasse pas », ajoute-telle.

C’est aussi la position de Martin Malvy, le président de la région Midi-Pyrénées, qui indiquait que « le processus continue selon le calendrier que nous avons négocié avec le gouvernement », en réponse au rapport de la Cour des comptes publié le 23 octobre 2014 pointant la gabegie financière des projets de LGV. Depuis le 7 janvier dernier, l’enquête publique relative au projet de la LGV sud-ouest, dite GPSO, est close. La commission d’enquête rendra ses conclusions d’ici quelques semaines. La mise en circulation des premières rames est envisagée pour 2024, le début des travaux pour 2018. « C’est demain, 2018 », précise Françoise Barutello.

Une facture insupportable

Cependant, en janvier, Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne,
a créé la surprise en faisant part de ses doutes sur la réalisation de cette infrastructure. « Défenseur de la LGV depuis vingt-six ans », il s’interroge aujourd’hui sur la faisabilité d’une ligne dont le coût est actuellement estimé à 9,5 milliards d’euros pour relier Paris et Toulouse via Bordeaux en trois heures et dix minutes. « Nous avons bien vu que l’État est en crise économique, que les collectivités sont de fait plus sollicitées. Pour la LGV, on réclame au conseil général de la Haute-Garonne 600 millions d’euros actuellement contre 315 au dernier pointage. Or 600 millions,
c’est insupportable pour la Haute-Garonne aujourd’hui. »

Et de rappeler que « tous les départements de la région se désistent un à un », après l’exemple du Gers, qui a refusé dès février 2012 d’abonder à hauteur des 8 millions d’euros qui lui étaient réclamés pour financer la portion Bordeaux-Tours, sans laquelle le GPSO n’a pas lieu d’être. Le financement reste le point faible du dossier quand les retombées ne sont pas assurées dans les mêmes proportions qu’annoncées selon la Cour des comptes. L’organisme de contrôle a mis en évidence que les études de faisabilité surestiment les prévisions de trafic et de retombées économiques à long terme pour tous les projets de LGV en France.

Un budget mal ficelé

C’est ce qui crée le malaise au conseil général de la Haute-Garonne : « Vérification faite, le TGV n’est plus rentable et réservé à une élite au final. La LGV n’est donc pas une panacée », en conclut Pierre Izard. Alain Di Crescenzo en convient : « C’est un problème que de boucler le budget de notre LGV ». Le flou autour de la facture finale discrédite peu ou prou le projet. Selon les associations qui combattent le projet, le coût du matériel roulant n’a en effet pas été calculé. « Pour boucler le budget, une étude se justifieraient pour véritablement quantifier les retombées économiques. Certes, il y a la rentabilité sur laquelle se focalise la Cour des comptes, mais de nombreux éléments sont induits, parmi eux l’équité du territoire par exemple », poursuit le président de la CCI. « Ce serait une bonne idée qu’une telle étude », insiste-t-il.

Martin Malvy continue d’y croire lui aussi et rappelle que le GPSO a été retenu comme « seule priorité de rang 1 du réseau TGV par le rapport Mobilité 21 (chargé de faire le tri dans les grands projets d’infrastructures nationaux, NDLR) ». Il n’empêche, Pierre Izard est « plus que pessimiste sur la faisabilité du GPSO dans la mesure où le TGV n’est plus intéressant, ni même innovant » : « Nous attendons des nouvelles, mais c’est au point mort et c’est inquiétant. Car plus on prend du retard, plus on a la certitude que ça ne se fera pas ! »
Nathalie Malaterre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tisséo va voter la prolongation du métro jusqu’à 3h du matin

Tisséo va voter la prolongation du métro jusqu’à 3h du matin | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Tisséo va voter, ce mercredi 9 juillet, la prolongation du métro jusqu'à 3h du matin les vendredis et samedis et une possible hausse de tarifs.


Par Anthony Assemat

Le Comité syndical de Tisséo, Autorité organisatrice des transports de l’agglomération toulousaine qui définit la politique des transports de près de 120 communes, doit approuver ce mercredi 9 juillet deux mesures phares.


La première est inscrite dans les « 20 mesures pour les 100 premiers jours » depuis l’élection de Jean-Luc Moudenc à la mairie de Toulouse : il s’agit du « lancement du processus d’extension des horaires du métro jusqu’à 3h du matin le week-end ». De fait, la délibération à l’ordre du jour du 9 juillet proposera une « prolongation du métro jusqu’à 3h du matin les vendredis et samedis« . Dès le mois d’avril dernier, Jean-Michel Lattes, président de Tisséo, espérait pouvoir tenir cette promesse pour la rentrée. La nouvelle majorité est au rendez-vous.

Augmentation des tarifs : jeunes et seniors préservés ?

Autre sujet, plus épineux pour les usagers du réseau (métro, tram, bus) : l’augmentation des tarifs. Une décision incontournable que Jean-Michel Lattes n’avait pas cachée dès son arrivée. Le 16 mai dernier, lors de son élection, il affirmait que la gratuité des seniors ne serait pas remise en cause, et que le tarif mensuel étudiant de 10 euros ne serait pas revu. Une augmentation du ticket unitaire ou du prix des 10 tickets n’est pas à exclure.

Enfin, plus léger : le Comité syndical doit dévoiler le nom des futures stations de tram de la ligne Envol, qui doit relier mi-2015 Blagnac à l’aéroport Toulouse-Blagnac.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Pierre Plancade présente les « voitures volantes » à Toulouse

Jean-Pierre Plancade présente les « voitures volantes » à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Lundi matin, le sénateur candidat Jean-Pierre Plancade a présenté son projet futuriste de « voitures volantes » à Toulouse. Accompagné de l’Américain Jerry Sanders, CEO de l’entreprise Skytran, il a détaillé les modalités de ce moyen de transport inédit en France. Voire au monde.

Skytran, entreprise privée américaine partenaire de la Nasa, travaille depuis dix ans sur ce projet. A l’heure actuelle, Tel Aviv, Netanya (Israël) et Kerala (Inde) étudient sa mise en place dans leurs rues, ou plutôt dans leur ciel. Mais il n’a encore jamais été réalisé nulle part. Pour le candidat à la mairie de Toulouse, Jean-Pierre Plancade, l’implantation de ces « voitures volantes », comme il les appelle, témoigne d’un « changement de conception des transports en commun, car il s’agit d’un transport collectif individuel. » Concrètement, le Skytran se compose de cabines contenant 2 à 4 personnes, sur rail aérien et fonctionnant par électromagnétisme. La vitesse moyenne avoisinerait les 100 km/heure et la « voiture » ne s’arrêterait sous aucun prétexte, car une deuxième ligne est prévue en cas d’incident ou d’arrêt à une station. D’un point de vue pratique, le Skytran est extrêmement séduisant, «il est possible de réserver sa cabine via un smartphone, dès que l’on part de chez soi », détaille le candidat, puis de laisser sa voiture au parking de la station. Comme il sera intégré à Tisséo, le tarif du voyage s’alignera sur le métro et le tram. Ce mode de transport est en outre écologique : «Il utilise l’énergie de deux sèche-cheveux », révèle Jerry Sanders.

« Non, vous ne rêvez pas, c’est réalisable »

A Toulouse, Jean-Pierre Plancade prévoit l’installation de ce système sur les « 40 km du périphérique», avec comme objectif de « capter 20% du trafic ». En d’autres termes, les « voitures volantes » s’arrêteraient aux portes du centre-ville, en reliant les villes de la banlieue toulousaine au métro. La question qui brûle les lèvres est celle du coût. Jean-Pierre Plancade annonce un programme en matière de transport ambitieux, avec notamment la construction d’une troisième ligne de métro « et la préparation d’une quatrième. » Connaissant le déficit de Tisséo, le projet est-il viable ? « Un km de métro coûte 90 millions d’euros, un km de tramway, 25 millions, un km de BHNS (Bus Haut Niveau de Service), 10 millions et un km de Skytran, 5 millions (7 millions selon le document transmis par Jerry Sanders) », répond le sénateur PRG. Sachant qu’une voiture coûte environ 20 000 euros. Si Jean-Pierre Plancade est élu, il lancera donc un appel d’offre pour la réalisation de ce projet. Ce ne sera pas « forcément un système Skytran » mais de « type Skytran », qui verrait le jour à Toulouse. Cela pourrait impliquer l’acquisition d’un brevet, « et on pourrait même percevoir des royalties dessus ! », s’emballe le candidat. L’objectif serait d’assembler les voitures sur Toulouse, avec des pièces importées des Etats-Unis et de Suède notamment. L’activité créerait entre « 3000 et 5000 emplois », selon lui.


Dans ce contexte électoral, où la surenchère des propositions est de mise, on pourrait d’embler ranger ce projet dans la case « extravagance de campagne », mais Jean-Pierre Plancade ne se laisse pas démonter : « Non, vous ne rêvez pas, c’est réalisable. A Toulouse, on sait construire des satellites et des systèmes embarqués, ce transport représente le savoir-faire de la ville. » Une question demeure néanmoins. Pourquoi ce projet imaginé depuis une décennie par la recherche américaine n’a-t-il jamais été réalisé aux Etats-Unis ? « Les avocats américains sont très procéduriers, certains attaquent systématiquement tous les nouveaux projets pour les retarder. C’était une volonté de Skytran de ne pas commencer l’exploitation de ce système aux Etats-Unis », avance Jerry Sanders, lui-même avocat.


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse veut faire rouler des bus sur les bandes d’arrêt d’urgence de sa rocade.

Toulouse veut faire rouler des bus sur les bandes d’arrêt d’urgence de sa rocade. | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
À Toulouse, les élus envisagent de faire rouler des bus sur la bande d'arrêt d'urgence de la rocade afin de favoriser les transports en commun.

 

Par David Saint-Sernin

Faire rouler des bus sur la bande d’arrêt d’urgence de la rocade à Toulouse. L’idée fait son chemin. En visite il y a quelques jours à Toulouse, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a lui même donné un coup de pouce en annonçant une expérimentation prochaine du dispositif sur certaines autoroutes et rocades urbaines.

L’idée est d’autoriser les bus de transport en commun à emprunter, seulement en cas de bouchon, les Bandes d’arrêt d’urgence (BAU).

Dispositif seulement utilisé en cas de bouchons

« Ce qui est très intéressant pour garantir des temps de trajet et avoir une offre de transport efficace », assure Régis Godec, élu Europe Écologie- Les Verts à la mairie de Toulouse. Concrètement, la BAU ne serait utilisée par les bus qu’en cas de ralentissement de la circulation, en dessous de 30 km/h, comme il est écrit dans la réglementation actuelle. Seuls les bus parfaitement identifiés et conduits par des agents formés pourraient rouler sur cette voie. La vitesse maximale autorisée y serait limitée à 50 km/h pour des raisons évidentes de sécurité. Suffisant pour rendre le bus attractif quand les voitures sont à l’arrêt. À Londres ce dispositif testé sur une voie d’autoroute de 6 km a permis aux bus de gagner plusieurs minutes de temps de trajet.

De toute évidence, Toulouse, qui cherche des alternatives au tout voiture, pourrait être intéressée. Elle est même « candidate », selon Pierre Cohen, le maire de Toulouse

Pierre Cohen va en discuter avec le ministre

Pour l’élu, l’annonce de Frédéric Cuvillier a été « une agréable surprise ». Mais pour l’heure, la réflexion n’en est qu’à ses balbutiements aussi bien sur le plan technique que financier. « C’est un débat qui existe depuis très longtemps à Toulouse, notamment avec les écologistes et à partir du moment où la proposition n’entraîne pas une réduction des voies de circulation, nous sommes prêts à réfléchir à la mise en place du dispositif à Toulouse, d’autant plus dans le cadre d’une expérimentation conduite par l’État. C’est quelque chose dont je rediscuterai avec le ministre prochainement », explique l’édile.

Les Verts pensent déjà à un tracé

Un Pierre Cohen qui n’exclut pas de s’emparer de la proposition dans son programme électoral. De leur côté, les Verts sont déjà dans les starting-blocks. « Il y a bien sûr à prendre à compte la réalité des difficultés techniques sur les bretelles d’accès mais ces difficultés peuvent être surmontées. Avec cette mesure, on pourrait très bien imaginer une ligne entre Saint-Martin du Touch et Ramonville qui permettrait de relier plusieurs bassins d’emplois comme l’Oncopole et Basso Cambo et de se connecter à plusieurs lignes de transport en commun. On obtiendrait ainsi une radiale qui fonctionne dans le sud et l’ouest toulousain », explique Régis Godec.

 

(L’article dans son intégralité est à retrouver dans le numéro 7001 de Voix du Midi Toulouse en kiosque jusqu’à ce mercredi 11 décembre)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : le premier tramway bloqué par des agents de Tisséo

Toulouse : le premier tramway bloqué par des agents de Tisséo | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
C'est ce jeudi après-midi que les essais du tramway de la nouvelle ligne Garonne doivent débuter. Mais le premier tramway, avec à bord le maire de Toulouse Pierre Cohen a été bloqué par des agents de sécurité réclamant une hausse de salaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Métropole : le tram vers l'aéroport de Blagnac

Publiée le 13 déc. 2012

Se rendre en tramway à l'aéroport dès la fin 2014; c'est l'objectif de la future ligne envol dont le tracé vous est présenté ici en images de synthèse, comme si vous y étiez...
La future ligne Envol se déploiera sur le territoire de la commune de Blagnac, essentiellement dans la zone aéroportuaire sud.
Son terminus sera situé à l'aérogare qu'elle reliera à la ligne T1 déjà existante à hauteur du rond-point Jean Maga.
Toutes les précisions sur toulouse-metropole.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse, 3e ville de France où l’on passe le plus de temps dans ...

Toulouse, 3e ville de France où l’on passe le plus de temps dans ... | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
more...
NEOZARRIVANTS.com 's curator insight, April 5, 2013 8:36 AM

http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/05/1599277-toulouse-3e-ville-passe-plus-temps-bouchons.html

 

Réels cauchemars quotidiens des automobilistes, les bouchons exaspèrent. Le classement effectué par le fabricant de GPS TomTom sur les villes les plus embouteillées de France place Toulouse parmi les plus congestionnées de l’hexagone...

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ô boudu pont Toulouse !

Ô boudu pont Toulouse ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

A Toulouse, c'est le Chantier !

 

Alors ennemis automobilistes, circulez* il n'y a rien à voir !

 

D'ailleurs, si vous pouviez :

- rester chez vous,

- aller travailler ailleurs

- ne pas rentrer de vacances

- bref, éviter La Ville Rose

Ce serait très sympathique de votre part...

 

Sachez qu'ici on se démène pour rester au TOP du classement

http://bit.ly/kcTeau

N°1 des villes françaises les plus embouteillées !

 

 

* même si cela vous est impossible actuellement

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Bouge, application mobile : travaux, circulation, parkings

Téléchargez gratuitement sur l'App Store ou Google Play Toulouse Bouge !

 

Donnez votre avis et vos retours d'expérience sur Twitter via le hashtag #ToulouseBouge et suivez la Métropole

sur Twitter http://www.twitter.com/TlseMetropole

 

et Facebook http://www.facebook.com/ToulouseMetropole

 

Toulouse Bouge est une application mobile d'aide au déplacement et à la mobilité dans l'agglomération toulousaine, disponible gratuitement sur iOS & Androïd.

Cette application permet aux habitants de l'agglomération de consulter la liste des travaux dans Toulouse et ses environs et d'avoir accès aux fiches détaillées de chaque chantier leur permettant une meilleure mobilité dans la Métropole en évitant les zones de travaux.

Toulouse Bouge permet également de suivre en temps réel la circulation dans la Métropole via une carte Circulation et des alertes émises par Campus Trafic sur l'état de la circulation dans l'agglomération (trafic dense sur le périphérique, accident et autres problèmes majeurs perturbant la circulation).

Enfin Toulouse Bouge possède une option de géolocalisation permettant d'accéder, autour de sa position géographique, à la liste des emplacements réservés et à la disponibilité des parkings de la Ville de Toulouse.

 

Sur l'Apple store :

http://itunes.apple.com/fr/app/toulouse-bouge/id538858687?mt=8

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tisséo engage 44 millions d'euros pour un téléphérique à Toulouse

Tisséo engage 44 millions d'euros pour un téléphérique à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

En 2017, un transport téléporté reliera l’Oncopole au CHU de Rangueil et à l’université Paul-Sabatier. D’un montant de 44 millions d’euros, ce projet a été adopté ce jeudi 12 juillet par l’autorité des transports toulousains, Tisséo. Cette dernière a également engagé plusieurs grands dossier comme le déménagement de sa régie.

 

A terme, ce transport téléporté - son appellation en attendant de trouver un nom officiel - doit accueillir 6.000 à 7.000 voyageurs par jour selon les premières études. D’une fréquence allant de 1mn30 à 7mn, ces cabines de 35 places devraient également permettre de relier les différents sites en une dizaine de minutes contre 32mn en moyenne actuellement. Coût du projet : 44 millions d’’euros, pour un tracé de 2,6 kilomètres.

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un projet fou de "pont-tram-habité" sur la Garonne

Un projet fou de "pont-tram-habité" sur la Garonne | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Sur les cartes, on voit qu'un pont était prévu entre avenue Debat-Ponsan et boulevard Jean-Brunhes, qui forment une droite au-dessus du fleuve ».

 

Avantage : ce projet de pont « habité », portant des logements, serait entièrement autofinancé. « Les berges et le fleuve relèvent de l'état, mais la Ville pourrait céder les droits à construire et ainsi financer l'ouvrage », selon Bernard Marquié, « le projet est en discussion pour être inscrit au PDU, il a le soutien du groupe communiste et d'autres élus toulousains ».

Nous publions une image de synthèse, en exclusivité, de ce projet dessiné et étudié par les architectes Toulousains Desgrez et Martinie. « Ce pont répond à plusieurs besoins », argumente Paul Desgrez : « Faire passer le tram, mais aussi relier la zone sportive et culturelle (équipements du TEC/EDF et théâtre de la Brique rouge) et le théâtre Garonne ou le musée des Abattoirs, renforcer la digue rive droite avec les parkings des immeubles projetés en bordure du fleuve, assurer une continuité avec les jardins partagés, rehaussés, des Amidonniers ».

Le pont ne présenterait pas de risque en cas de crue, car au-dessus des digues, avec des piles en transparence, éviterait de toucher à des propriétés privées et pourrait être un atout touristique pour la ville.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse les portes de l'enfer automobilistique

Toulouse les portes de l'enfer automobilistique | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Photo réalisée par @CCuq

 

La circulation à Toulouse ressemble à un parcours du combattant, ici le rouge est mis au pieds d'un mémorial aux anciens Combattants.

Dès qu'il bruine, la circulation devient épique à Toulouse.

Quand on y ajoute des Travaux publics orientés par une politique anti-automobile et une grève des transports publics alors on sait où trouver les portes de l'enfer automobilistique et même de celui des travailleurs, c'est au coeur de la Ville Rose.

 

Nous ne parlerons pas ici de l'effet d'un cm de neige, car les Toulousains alors restent sous la couette, bien au chaud pour éviter cet enfer.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Garonne et le Canal du Midi en test comme voies de transports à Toulouse

La Garonne et le Canal du Midi en test comme voies de transports à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Navettes fluviales pour les stades en prélude de l'Euro 2016 et transport fluvial des déchets recyclables, l'agglomération toulousaine veut mettre en avant les atouts de ses voies d'eau, tant pour le tourisme que pour l'économie.

 

Valoriser les voies d’eau toulousaines, de la Garonne en passant par le Canal du Midi ou le Canal latéral. C’est la volonté du Réseau fluvial toulousain et du club économique Toulouse au fil de l’Ô, qui lancent des navettes fluviales pour transporter les supporters toulousains aux stades Ernest-Wallon ou au Stadium, mais aussi pour les déchets recyclables.

Ce 20 juin, un premier test grandeur nature sera mis en place pour tester la possible navette pour le championnat d’Europe 2016 de football, un an avant les matchs qui vont se dérouler les 17, 18, 19 et 21 juin 2016 au Stadium de Toulouse. Déjà mise en place en 1998 pour la Coupe du monde de football, cette expérimentation doit permettre de roder le dispositif, en particulier pour les bâteliers. Ce test a lieu à l’occasion du quatrième marché flottant organisé sur le quai de Tounis. Différents bateaux y participent : bateau de croisière, bateau à fond plat, bateau de location habitable, embarcation légère motorisée, dragon boat et canoés.

« C’est une valorisation touristique de la cité en vue de la candidature de Toulouse à l’Unesco mais c’est aussi un enjeu économique pour mettre en avant les atouts des voies d’eau toulousaines », souligne Jean-Michel Lattes, adjoint au maire de Toulouse et président de Tisséo-SMTC, l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération. Pour son collègue élu Jean-Jacques Bolzan, par ailleurs président du Marché d’intérêt national (MIN), « les marchés flottants et la mise en avant de la Garonne sont surtout des débouchés supplémentaires sur le plan économique et touristique ».

 

Expérimentation cet été de navettes vers le stade Ernest-Wallon

En août, des navettes seront aussi mises en place entre le centre-ville et le stade Ernest-Wallon. Deux parcours sont d’ores et déjà arrêtés : le premier emprunte le Canal du Midi au départ du port Saint-Sauveur, avec desserte de la gare Matabiau puis passage par le Canal latéral à la Garonne ; le deuxième passera par la Garonne - au départ du quai de Tounis et de la Daurade - et le canal de Brienne puis le Canal latéral, avec desserte de l’Embouchure. Le tarif du billet pour ces trajets s’élèverait de 4 à 5 euros.

 

Transport fluvial des déchets recyclables

Les promoteurs de la navigation fluviale ont également signé un partenariat avec Tisséo-SMTC pour mettre en place une unité de fret fluvial, destinée à transporter des déchets recyclables par le Canal latéral à la Garonne et le Canal du Midi. Au bord du Canal latéral, deux sites de recyclage existent sur les quais de Lalande : la Drimm et la Glanerie. « Cela permettrait d’alléger la circulation des camions au nord de Toulouse et un effet bénéfique pour l’environnement », explique Jean-Jacques Bolzan. « On pourrait ainsi desservir des déchetteries implantées le long du Canal du Midi et du Canal latéral, à partir de sites d’embarquement comme Castanet-Tolosan et Saint-Jory-Lespinasse. C’est possible sur des produits comme des machines à laver ou de vieux frigos dont le temps de transport importe peu. » L’expérimentation doit commencer fin août ou début septembre.

 
Julie Rimbert

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ce rapport qui remet en cause la ligne à grande vitesse sud-ouest

Ce rapport qui remet en cause la ligne à grande vitesse sud-ouest | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La Cour des comptes a remis, ce jeudi 23 octobre, un rapport défavorable à l'extension du réseau ferroviaire à grande vitesse. Avec force arguments. En Midi-Pyrénées, les porteurs du projet n'y voient pas de remise en cause.

 


« Il faut s’accrocher à ce projet ! Pour rivaliser mondialement, il faut mettre les centres-villes de Bordeaux et Toulouse à une heure », campe Alain Di Crescenzo, président de la chambre de commerce de d’industrie de Toulouse, fervent défenseur de la construction de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

C’est en substance ce qui signifiait aussi Martin Malvy depuis la Chine. Dans un communiqué, le président de la Région Midi-Pyrénées répondait au rapport de la Cour des comptes publié ce jeudi 23 octobre : « Le processus continue selon le calendrier que nous avons négocié avec le gouvernement ». En ce mois d’octobre, l’enquête publique relative au GPSO - pour Grand projet ferroviaire du sud-ouest, qui comprend les lignes TGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne - a été lancée en Aquitaine et Midi-Pyrénées. La mise en circulation des premières rames est dorénavant envisagée pour 2024.

Le financement dans le collimateur

Or le rapport de la Cour des comptes remet en cause la pertinence des lignes ferroviaires à grande vitesse en France, depuis leur construction jusqu’à leur exploitation. Une gabegie financière, selon les magistrats rédacteurs, fomentée à partir d’études de faisabilité qui surestiment les prévisions de trafic et les retombées économiques, entérinée par les élus locaux à partir des seules études techniques sans données véritables sur les financements. Est pointé spécifiquement le tronçon Bordeaux-Tours, sans lequel le GPSO n’a pas lieu d’être puisqu’il doit permettre de relier la capitale girondine et Toulouse à Paris : « La recherche de financement intervient douze ans après le lancement des études et seulement quatre ans environ avant le début des travaux ». De fait, on se souvient dans la région des atermoiements de certains territoires lorsque le budget a été présenté. À l’instar du département du Gers qui refusait en février 2012 d’abonder à hauteur des 8 millions d’euros qui lui étaient réclamés, arguant qu’il s’agissait d’un « chantier d’Etat ».

Alain Di Crescenzo en convient : « C’est un problème que de boucler le budget de notre LGV ». Jean-Louis Chauzy, à la tête de l’association Eurosud Transport, le lobby du GPSO, l’affirme aussi : « Oui, il est urgent de régler le mode de financement des infrastructures de transport. » Pour relier Toulouse à Paris en 3h10, il faut compter approximativement 9,5 milliards d’euros au total. Mais le flou autour de ce chiffre discrédite peu ou prou le projet. « Pour boucler le budget, une étude se justifieraient pour véritablement quantifier les retombées économiques. Certes il y a la rentabilité sur laquelle se focalise la Cour des comptes, mais de nombreux éléments sont induits, parmi eux l’équité du territoire par exemple » poursuit le président de la CCI. « Ce serait une bonne idée qu’une telle étude », insiste-t-il. Dommage qu’elle se pose au regard du rapport, lequel préconise de stopper la plupart des projets de LGV.

Le GPSO, une priorité nationale ?

Martin Malvy continue d’y croire lui aussi et rappelle que le GPSO a été retenu comme « seule priorité de rang un du réseau TGV par le rapport Mobilité 21 (chargé de faire le tri dans les grands chantiers de transport hexagonaux, NDLR) ». Comment effectivement remettre en cause la connexion de Toulouse à Paris ? Et celle de Toulouse avec la Méditerranée dans le cadre de la fusion de Midi-Pyrénées avec Languedoc-Roussillon ? Le rapport de la Cour des comptes souligne bien que la vocation de la grande vitesse ferroviaire est de relier les métropoles. Jean-Louis Chauzy enfonce le clou : « Bordeaux et Toulouse atteignent deux fois la démographie d’Aix et Marseille » déjà équipées du TGV… Mais quarante ans après les débuts du projet TGV, le GPSO arrive bien tard : « C’est sûr que cette liaison aurait dû se faire quand la France en avait les moyens financiers », persifle Alain Di Crescenzo.

Et il s’étonne du coût de construction aujourd’hui, tout comme Didier Migaud, le président de la Cour des comptes, qui évoque « un rapport de un à quinze » entre la construction d’une ligne TGV et l’électrification d’une ligne classique. Le tronçon Tours-Bordeaux coûte 26 millions d’euros du kilomètre, la première ligne TGV entre Paris et Lyon avait coûté 4,8 millions d’euros du kilomètre…

Un réseau TER rénové mais guère amélioré

Une question de financements prise en compte par Martin Malvy, et c’est la première chose qu’il met en avant dans son communiqué : « Je ne peux que souscrire à l’analyse qui consiste à rappeler que le développement du réseau à grande vitesse ne doit pas se substituer à l’entretien du réseau classique. » Le président de Région parle en connaissance de cause pour avoir engagé 321 millions d’euros dans la réhabilitation du réseau ferroviaire de Midi-Pyrénées qui s’est achevé en 2013. L’objectif était de parvenir à 20 millions de voyageurs sur le réseau régional en 2020.

Non sans difficulté. Malgré des voies et des rames flambant neuves, la fiabilité des TER reste toujours problématique, au point qu’en février dernier la Région avait suspendu ses paiement à la SNCF. De quoi relancer les débats, quelques jours justement après l’annonce de la libéralisation du secteur de transport en bus par le ministre Emmanuel Macron. Pour qui roule ce rapport ? En attendant en Midi-Pyrénées, qu’il soit d’intérêt général ou à destination du business, le train, quelle que soit sa vitesse, accumule les retards.
Nathalie Malaterre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ Municipales Toulouse 2014 // Les transports // Liste "A Toulouse place au Peuple" // Sellin

Publiée le 4 févr. 2014

Troisième film de la campagne du Front de Gauche pour les élections municipales de 2014.
Avec Hélène Magdo et Jean-Christophe Sellin.

Réalisation : Clément Elbaz

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Transports : la liste au père Noël

Transports : la liste au père Noël | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Les candidats au Capitole rivalisent d'imagination pour développer les transports en commun. Du retour du métro au « tram aérien », revue de détail des propositions déposées au pied du sapin.

 

Gratisséo

Sans tambours ni trompettes, le tramway de Toulouse a repoussé son terminus de la gare des Arènes au palais de Justice le 20 décembre dernier. Ni discours, ni fanfares ou petits-fours. Contrairement à l’inauguration de novembre 2010, repoussée au 10 décembre en raison d’une grève des traminots de Tisséo, l’extension de 3.400 mètres de l’unique ligne de tram de l’agglomération s’est effectuée en toute discrétion. Du vendredi au dimanche, 66. 772 passagers ont emprunté les rames selon les chiffres de Tisséo. La régie des transports de l’agglomération offrait des tickets gratuits pour l’occasion.

Sellin dénonce « la répression syndicale »

Jean-Christophe Sellin aussi. Le candidat du Parti de Gauche et ses amis en ont profité pour rappeler la mesure-phare de leur programme en distribuant de leur coté des tracts en forme de tickets « Gratisséo ». Avec Myriam Martin, sa colistière issue des rangs du NPA, ils dénoncent au passage « la répression syndicale » qui aurait dissuadé les employés de Tisséo de suivre le préavis de grève déposé de longue date par les syndicats Sud et Force Ouvrière. Ancien cheminot CGT et co-listier (PCF) de Pierre Cohen, Bernard Marquié justifie au contraire la plainte déposée contre l’opération-commando qui avait bloqué le premier essai du tram, assortie de pénalités financières en cas de récidives.

tram « socialiste » contre métro « centriste » : le match retour de 1883

L’extrême-gauche n’est pas la seule à avoir tenté de mettre des bâtons dans les roues du tram. Jean-Luc Moudenc a saisi l’occasion du passage très symbolique des rames sur la rive droite de la Garonne pour siffler un brutal coup d’arrêt au tramway. Le candidat de l’UMP a dégainé un projet de troisième ligne de métro pour desservir à la fois les usines d’Airbus, l’aéroport de Toulouse-Blagnac, la gare Matabiau, le futur aérocampus de Montaudran et les bureaux de Labège. Baptisée ligne « Aérospace », ce nouveau métro de 20 kilomètres viendrait se substituer au prolongement de la ligne B qui a fait couler tant d’encre entre la communauté urbaine de Toulouse-métropole et la communauté d’agglomération du Sicoval. Si Ramonville resterait un terminus du métro, le tram n’ira pas plus loin que le carrefour saint-Michel à Toulouse. Après avoir enrôlé sur sa liste Frédéric Brasilès, le photographe des allées Jules Guesde qui a livré bataille contre le passage des rails du tram devant sa boutique, l’ancien maire entend porter un coup fatal à la « ligne canal » défendue par Pierre Cohen. On s’attendait au match retour Cohen/Moudenc, nous voila replongé dans le combat de 1983 entre le tramway « socialiste » de Gérard Bapt et le métro « centriste » de Dominique Baudis !

Plancade : Toulouse n’est pas une ville pour le tramway

La paternité de l’annonce surprise de cette nouvelle ligne de métro, non inscrite au plan des déplacements urbains (PDU) à l’horizon 2030, a aussitôt été contestée par Jean-Pierre Plancade. Le sénateur PRG dissident, qui entend bien s’immiscer en « candidat libre » dans le duel annoncé entre le PS et l’UMP, accuse l’équipe Moudenc d’avoir vulgairement copié le projet d’un étudiant de l’institut d’études politiques de Toulouse (pdf). Théâtral, il propose même de donner le nom du jeune Maxime Lafarge à l’une des stations du futur métro. Sur le fond, Jean-Pierre Plancade s’approprie à son tour le choix des rames de métro plutôt que du tram. « Toulouse n’est pas une ville faite pour le tramway », affirme l’ancien président du syndicat mixte des transports en commun. Démis de ses fonctions pour avoir soutenu la délégation de service public à une filiale de Véolia alors que le président (PS) du département donnait raison aux élus écologistes et communistes prônant la régie des transports publics, le conseiller général de Bonnefoy promet « d’autres propositions qui paraîtront exagérées pour certains » dès janvier.

Plein la hotte

Il est vrai que l’extrême variété des projets proposés par les différent(e)s candidat(e)s pour résoudre les problèmes de transports dans l’agglomération commencent à ressembler aux listes envoyés par les enfants au père Noël. Christine de Veyrac (UDI) propose d’ériger un « tram aérien » le long du canal pour desservir Matabiau avec des cabines de téléphérique similaires à celles promises en 2017 pour grimper à Pech David par un Pierre Cohen, inattendu disciple de Philippe Douste-Blazy sur ce sujet. Elisabeth Beleaubre, qui a quitté les Verts pour rejoindre Corinne Lepage, espère faire acheter les « microbus » qu’elle a vu à Cuba par centaines dans l’entre-deux tours au maire sortant… N’en jetez plus, la hotte est pleine.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Demain, on roule gratis ?

Demain, on roule gratis ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le candidat du Parti de Gauche prône la gratuité totale des transports publics à Toulouse et réclame l’interdiction de la circulation des poids-lourds européens.L’anti-NKM

Ne demandez pas le prix d’un ticket de métro à Jean-Christophe Sellin. Contrairement à NKM à Paris ou d’autres candidats piégés pour ignorer les joies des transports en commun quotidiens aux heures de pointe, le disciple toulousain de Jean-Luc Mélenchon a une parade plus chic qu’un ticket-choc. Le candidat du Parti de Gauche propose ni plus ni moins que la gratuité totale des transports publics dans la ville rose. « Pas question de payer pour aller travailler », tonne le leader de la liste « place au peuple », reprenant au passage le slogan de la CGT et du parti communiste contre le péage autoroutier de Roques-sur-Garonne.

la proposition iconoclaste de Douste-Blazy

Si les anti-péages ont remporté leur bataille en 1997, la guerre pour des transports gratuits dans toute l’agglomération est loin d’être finie. Elle avait resurgi en 2008 à la faveur d’une proposition iconoclaste de Philippe Douste-Blazy, suggérant contre l’avis de Jean-Luc Moudenc une gratuité limitées aux seuls autobus, trop souvent vides à son goût. La ville de Toulouse ne pourrait-elle pas se permettre d’offrir à ses habitants ce que sa voisine Colomiers a mis en place depuis 1971 ?

 

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Scenario à peine croyable d'une entorse à Toulouse

Scenario à peine croyable d'une entorse à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

« Après son passage dans la zone découverte du viaduc entre Mirail Université et Bagatelle sous l’orage de grêle, une première rame s’est arrêtée en décalage avec les portes palières de la station Bagatelle et s’est retrouvée immobilisée portes fermées. Au même moment dans la même zone découverte, la rame suivante prise sous l’orage de grêle au cours de son freinage a subi une perte d’adhérence sur quelques mètres. Elle n’a pas eu assez de distance en tunnel pour s’immobiliser avant de heurter la première rame arrêtée en station à 18 h 33.« 

Les voyageurs ont été rapidement evacués.

 

Au total, une seule victime est à déplorer avec une entorse au pied mais de nombreux voyageurs ont subi personnellement les effets du choc.

Jacques Le Bris's insight:

Tisséo envisage des réductions systématiques du nombre de rames en ligne en cas de prévision de gros orages (type alerte orange) par les organismes agréés .

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Travaux sur la ligne Envol : fermetures de nuit de l'A621 durant le mois de mai

Travaux sur la ligne Envol : fermetures de nuit de l'A621 durant le mois de mai | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Pour la réalisation d'un viaduc, dans le cadre des travaux du tramway de la ligne Envol, l'A621 sera parfois fermée la nuit.
Jacques Le Bris's insight:

Pour les travaux du tramway de la ligne Envol et afin de réaliser l'ouvrage d'art de franchissement de l'A621, il sera nécessaire lors de certaines phases de travaux :

- De fermer de nuit l'A621.

- De neutraliser pendant plusieurs mois, la voie d'arrêt d'urgence (BAU) ainsi que certaines nuits la voie de droite, soit dans le sens Blagnac-Toulouse, soit dans le sens Toulouse–Blagnac.

 

Ainsi, les premières fermetures de l'A621, dans le sens Blagnac-Toulouse, de 21h à 6h, auront lieu courant mai, tel qu'indiqué ci-dessous :

- la nuit du 14 mai 2013 au niveau de l'échangeur 902.1 Grand Noble (situé en amont de l'échangeur du Ritouret) à l'échangeur Saint Michel, pour permettre la mise en place de la pré-signalisation du chantier sur ce tronçon.

- les nuits des 15, 16, 21, 22, 23, 27 et 28 mai 2013 de l'échangeur Dewoitine-Bellonte à l'échangeur Saint Michel.

 

Voir le plan de la déviation :

http://www.toulouse-metropole.fr/documents/10180/2983240/plan.jpg/0279a418-314d-4283-a010-ba7d9d85d699?t=1368443655395

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Métropole : pour Francazal on verra plus tard

Toulouse Métropole : pour Francazal on verra plus tard | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Lors du conseil communautaire de jeudi 14 février, les élus de l'agglomération ont notamment décidé d'accompagner un projet de spectacle de la compagnie La Machine et tenu un débat pour décider de débattre de l'avenir de Francazal.

 

1) 2,5M€ pour un spectacle de La Machine, une « privatisation de la culture » ?

(...)

2) Base de Francazal : on brasse du vent

(...)

3) Les transports ne s’arrêtent jamais

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

LA PASSION DU TRAIN : Toulouse

LA PASSION DU TRAIN : Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Vue générale du dépôt avec entre autres 3 BB 9300 sur la droite.

 

Mathias s'est rendu en gare de Toulouse et nous a ramené ces quelques clichés.

 (...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Suivez en direct le vol de l'avion solaire expérimental Solar Impulse qui se pose à Toulouse ce soir

Suivez en direct le vol de l'avion solaire expérimental Solar Impulse qui se pose à Toulouse ce soir | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
L'avion solaire expérimental Solar Impulse a décollé ce matin à 05h36, de l'aéroport de Madrid Barajas en Espagne.

 

Il devrait atterrir dans la soirée, à partir de 20h00, à l'aéroport de Toulouse-Francazal, ont annoncé les organisateurs dans un communiqué de presse. Toulouse Infos vous propose de suivre le vol et les conversations du pilote en direct.

 

[Note du curateur] Ou depuis mon blog avec nos commentaires sur Twitter et les tweets officiels :

http://www.jacques-le-bris.fr/#Bonjour

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Plan de non Circulation à Toulouse du 12 au 15 juillet

Plan de non Circulation à Toulouse du 12 au 15 juillet | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Circulation interdite

Du 12 au 15 juillet, la circulation est interdite aux véhicules, motos et vélos sur un certain nombre de voies dans le secteur. Consultez le tableau détaillé (pdf) en cliquant ci-dessous :

http://bit.ly/NjCVTz

 

Des itinéraires conseillés seront siganlés avec le fléchage Déviation.

La zone de tir du feu d’artifice entre l’arche Marengo et le canal sera interdite aux piétons, à partir du 13/07 à 7h. (Accès direct allées Jean-Jaurès par Métro Marengo).

 

Stationnement restreint

Pendant la période de montage et démontage, afin d’assurer la sécurité et le confort de tous, les autorisations de stationnement seront restreintes dans le secteur.

 

Transports en commun

>> Métro et tramway : le 13 et 14, la station Marengo-SNCF est fermée côté Médiathèque pendant le montage du feu d’artifice.
Le 14, la station Jean Jaurès sera fermée dès 19h30 jusqu’au lendemain matin. La correspondance entre la ligne A et la ligne B se fera donc en surface entre les stations Esquirol et Carmes ou Capitole et Jeanne d’Arc.
Accès feu d’artifice ligne A, station Jolimont.

 

Le métro et le tramway fonctionneront jusqu’à 2 h du matin.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des salariés d'Astrium, du Cnes... contestent le tracé du prolongement de la ligne B du métro entre Ramonville et Labège.

Des salariés d'Astrium, du Cnes... contestent le tracé du prolongement de la ligne B du métro entre Ramonville et Labège. | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Des salariés d'Astrium, du Cnes, du CNRS... contestent le tracé du prolongement de la ligne B du métro entre Ramonville et Labège. Ils se sont regroupés en collectif pour proposer un tracé alternatif qui desserviraient leurs lieux de travail. Le Sicoval et Toulouse Métropole y sont opposés.

La Communauté d'agglomération de Toulouse juge que cela entraînerait un coût supplémentaire de 50 M€ pour un projet dont l'investissement se situe entre 341 et 370 M€.

more...
No comment yet.