Toulouse La Ville Rose
72.4K views | +12 today
Follow
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Carole Delga et Gérard Onesta dévoilent leur accord de majorité pour la Région

Carole Delga et Gérard Onesta dévoilent leur accord de majorité pour la Région | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le Conseil régional de Midi-Pyrénées

 

Après avoir remporté les élections régionales dimanche 13 décembre, la liste d'union de la gauche devait trouver un accord de majorité. La socialiste Carole Delga et l'écologiste Gérard Onesta ont présenté ce lundi 21 décembre leur accord politique mettant en place une nouvelle gouvernance. Explications.

 

Huit jours après la victoire de la liste "Notre sud en commun" (rassemblant le PS, le PRG, le MRC, EELV, le PCF, le PG, le POC et le NGS) et autant de journées de négociation, la majorité de gauche dans l'assemblée régionale de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est parvenue à un accord politique.

"Tous ensemble, nous avons décidé d'être responsables et d'entendre le message envoyé par nos concitoyens, a annoncé la socialiste Carole Delga, qui devrait être élue présidente du Conseil régional le 4 janvier prochain.

Nous nous sommes mis au travail dès le 14 décembre pour présenter un accord de majorité. Nous sommes la seule région où la gauche unie l'a emporté. Nous devons être exemplaires. Le sursaut citoyen du second tour nous engage."

Un bureau de l'assemblée

Face à "une montée alarmante de l'extrême droite et le maintien à un très haut niveau de l'abstention", la nouvelle majorité a décidé de mettre en place une nouvelle gouvernance. L'objectif : donner plus de responsabilités à l'assemblée régionale afin qu'elle n'agisse plus en simple caisse enregistreuse de l'exécutif.

L'assemblée régionale sera dotée d'un bureau de 5 élus (3 PS, 1 PRG et un Nouveau Monde). Distinct du bureau du Conseil régional (composé par la présidente, les vice-présidents et les membres de la commission permanente), le bureau de l'assemblée, placé sous l'autorité permanente de la présidente de Région, a pour rôle de :

  • Garantir le respect des procédures démocratiques décisionnelles du Conseil régional.
  • Proposer des outils de concertation et d'évaluation citoyenne des politiques régionales.
  • Animer ponctuellement l'assemblée plénière sur délégation de la Présidente quand le dossier étudié aura pour origine l'assemblée elle-même.
  • Faire le lien avec l'assemblée des territoires.

Si les conseillers régionaux valident cette option le 4 janvier prochain, la tête de liste de Nouveau Monde Gérard Onesta - qui avait milité en faveur d'une dissociation des pouvoirs exécutif et législatif au sein du Conseil régional - présidera cet organe. "Si je suis élu, nous créerons le poste de rapporteur dont l'opposition pourra profiter pour avoir un droit à un temps de parole", a-t-il promis. Ces rapporteurs pourront "commenter, enrichir ou infléchir" les propositions de l'exécutif régional et proposer des rapports d'initiatives.

Par ailleurs, une conférence des présidents de commissions sera instituée une fois par trimestre sous la présidence de la présidente du Conseil régional et du président du bureau de l'assemblée, afin de mieux coordonner le travail de l'assemblée.

Afin de redonner le goût de la politique aux citoyens, la majorité s'engage à développer "une démocratie participative pleine et entière". L'assemblée régionale pourra être saisie par voie de pétition citoyenne. Les grandes politiques régionales feront l'objet d'une procédure d'évaluation publique. Les populations concernées seront consultées pour les grands projets d'aménagements du territoire. La possibilité d'organiser des référendums d'initiative citoyenne sera étudiée. Enfin, "Nous créerons des commissions thématiques citoyennes pour éviter les confrontations mortifères sur le terrain", a annoncé Gérard Onesta.

 

Une assemblée des territoires

Autre annonce d'envergure : la création d'une assemblée des territoires. "Le 21e siècle est celui de la République des territoires, affirme Carole Delga. En leur reconnaissant leurs spécificités, nous rendons la République Une et indivisible. À une époque, nous avions besoin de centralisation, nous avons maintenant la maturité politique." Cet organe consultatif se réunira pour la première fois courant 2016 à l'hôtel de la région et à une périodicité qui reste à déterminer.

Il proposera au Conseil régional des recommandations et des amendements sur les grandes décisions de ce dernier que "la Présidente s'engage à soumettre à sa propre assemblée". Aucun budget n'est prévu pour cette instance dont seront membres 158 élus locaux des collectivités composant la nouvelle région (différents de ceux élus à l'assemblée régionale).

 

Les 15 vice-président-e-s

Suivant les équilibres politiques et territoriaux, l'exécutif du Conseil régional, présidé par la socialiste Carole Delga, devrait comporter 6 élus PS, 3 PRG, 2 EELV, 1 MRC et 2 PCF (7 femmes et 8 hommes).

  • Sylvia Pinel, PRG, 1ère vice-présidente en charge de l'Aménagement du territoire, des TIC et des politiques contractuelles. Elle a confirmé son intention de se consacrer à son mandat régional et de démissionner de son poste de ministre du Logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité. Elle devrait s'entretenir "dans les mois à venir" avec François Hollande et Manuel Valls.
  • Damien Alary, PS, 2e vice-président en charge de l'Attractivité régionale et des relations internationales.
  • Agnès Langevine, EELV, 3e vice-président en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l'économie circulaire et des déchets.
  • Didier Codorniou, PRG, 4e vice-président en charge de l'Économie maritime, du littoral et des aéroports.
  • Nadia Pellefigue, PS, 5e vice-présidente en charge du Développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur.
  • Jean-Luc Gibelin, PCF, 6e vice-président en charge des Mobilités et infrastructures transports.
  • Kamel Chibli, PS, 7e vice-président en charge de l'Éducation, de la Jeunesse et du Sport.
  • Béatrice Négrier, MRC, 8e vice-présidente en charge de l'Emploi, de la formation professionnelle et de l'Apprentissage.
  • Vincent Labarthe, PS, 9e vice-président en charge de l'Agriculture et de l'enseignement agricole.
  • Guillaume Cros, EELV, 10e vice-président en charge des Affaires européennes, des fonds structurels, de la coopération au développement, de l'évaluation et de la prospective.
  • Jean-Louis Cazaubon, (sans étiquette, proche PS) 11e vice président en charge de l'Agroalimentaire et de la viticulture.
  • Jean-Louis Guilhaumon, PS, 12e vice-président en charge du Tourisme et du thermalisme.
  • Dominique Salomon, PRG, 13e vice-présidente en charge de la Culture et des langues occitanes.
  • Aurélie Maillols, PS, 14e vice-présidente en charge de la Montagne et de la ruralité.
  • Marie Piqué, PCF, 15e vice-présidente en charge des Solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Municipales à Toulouse : à 6 semaines du premier tour, Pierre Cohen dévoile son programme

Municipales à Toulouse : à 6 semaines du premier tour, Pierre Cohen dévoile son programme | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Pierre Cohen, lors de la présentation de sa liste le 22 janvier 2014


Candidat à sa propre succession à la mairie de Toulouse, Pierre Cohen a présenté ce mardi 4 février son programme pour les élections municipales de mars prochain. Un programme "pas encore chiffré mais crédible et réalisable", selon lui, et qui s’inscrit "dans la continuité de ces six dernières années". Le maire sortant socialiste met l’accent sur les transports, l’emploi et la démocratie de proximité. Son objectif : "faire de Toulouse la ville de tous".


Avant de développer son programme pour les prochaines élections municipales, Pierre Cohen a dressé un bilan de son action depuis 2008, estimant qu’il a "transformé la ville et remis Toulouse à l'endroit". L’élu socialiste l’affirme : "Tous nos engagements ont été réalisés ou sont en cours de réalisation. Nous avons transformé la ville, rattrapé son retard, notamment dans le domaine des transports en commun."


Les transports au cœur du programme
"Nous avons été élus il y a 6 ans sur cette thématique", assure Pierre Cohen. Aujourd’hui, les transports sont toujours au cœur de son programme. "Toulouse est encore dans une logique du ‘tout voiture’, déplore le maire socialiste. Nous devons encore repenser le mode de déplacement urbain, développer une notion alternative à la voiture, pour que Toulouse soit une ville agréable à vivre." Pour cela, il envisage d’étendre les plages horaires des lignes de bus jusqu’à 21 heures, de développer le service de nuit en ouvrant trois nouvelles lignes Noctambus, au lieu d’une actuellement. Pierre Cohen veut aussi lancer 10 nouvelles lignes Linéo, la nouvelle génération de bus Tisséo. Il prévoit également de prolonger le service de métro jusqu’à 3 heures du matin.


Le défi de l’emploi
Autre priorité pour le maire sortant : l’emploi. Pour lui, la Ville doit être "pro-active et innovante". "Nous devons encadrer et aider les populations au chômage", affirme-t-il. Il propose donc la création d’un "comptoir des initiatives", une structure pour accompagner les projets des jeunes et favoriser la médiation vers la création d’entreprises. "Aujourd’hui, les jeunes semblent découragés par le monde du travail. Pourtant, ils sont créatifs, constate Pierre Cohen. Nous devons miser sur cette génération qui a des projets en tête, qui veut entreprendre, être responsable de son avenir et de son emploi." De plus, l’élu socialiste s’engage à "appuyer 100 projets d’entreprises issus des quartiers prioritaires d’ici 2015" et à créer 500 emplois d’avenir dès 2014.


Développer la démocratie locale
Enfin, Pierre Cohen se fixe l’objectif de "faire de Toulouse une ville participative". "La ville n’est pas que la volonté des élus, assure-t-il. La démocratie doit encore évoluer." C’est donc "pour aller plus loin" que le maire sortant propose la création de "fabriques de quartiers", sur le modèle de la Fabrique Urbaine. "La population est plus intéressée par son environnement de proximité, souligne le socialiste. Ces fabriques permettront de mettre en place un urbanisme participatif, d’impliquer les habitants au développement et au changement de leur quartier."

Ces structures permettront aussi de "construire et renforcer l’intelligence collective". Selon Pierre Cohen, la crise actuelle "ébranle les valeurs qui structuraient le vivre-ensemble. La violence dans l’expression publique est de retour sous ses formes les plus détestables : le racisme, l’antisémitisme", déplore-t-il. Il conclut : "Les élections municipales doivent être un rendez-vous pour faire barrage à cette montée de l’anti-République."


Prêt à débattre avec tous les candidats
Après la présentation de son programme, Pierre Cohen a répondu à Jean-Luc Moudenc. L’ancien maire de Toulouse et candidat UMP pour les municipales, qui lui a adressé une lettre ouverte. Il l’accuse de "refuser les débats publics avec ses concurrents", proposés par les médias. "Vous avez préféré le confort des conférences de presse que vous organisez vous-même (…) Vous ne pouvez continuer à fuir ainsi", écrit Jean-Luc Moudenc. "Je n’ai pas peur de débattre, lui répond aujourd’hui Pierre Cohen. Je serai à tous les débats où l’ensemble des candidats seront invités. Encore faut-il connaître tous les projets de nos adversaires." De plus, pour Pierre Cohen, son adversaire UMP "envoie ce genre de lettre car il n’accroche pas, il n’arrive pas à faire campagne."


Marie Vivent


En savoir plus :

Parmi les autres propositions de Pierre Cohen


"Eau et assainissement : Les moyens nécessaires devront être mobilisés afin d’engager le processus de retour en régie de la gestion du service public de l’eau potable au plus tard d’ici 2020. La tarification sociale de l’eau sera étudiée. Un audit des contrats du service public de l’assainissement de la Communauté urbaine sera engagée."


"Le plus grand campus européen de l’innovation sera poursuivi à Monutaudran : activités liées au spatial et à l’aéronautique, logements, commerces, offre de transports de qualité et espaces culturels d’envergure métropolitaine et de visibilité internationale."


"Un campus numérique sera créé, réseau de lieux et d’usages, à la fois physique et virtuel, où se côtoient des start-up numériques, des chercheurs dans tous les domaines, des designers, des étudiants…"


"Un incubateur pour l’innovation sociale permettra d’accompagner mes collectivités territoriales ou les porteurs de projet pour des besoins sociaux non satisfaits ou nécessitant une expérimentation."


"L’installation en pied d’immeuble d’activités économiques et commerciales sera favorisée."


"Droit de préemption des baux et fonds de commerce, régulation des implantations grâce au Plan Local d’Urbanisme."


"L’effort de création de places en crèche sera poursuivi. Le réseau d’assistantes maternelles sera développé. Des centres multiaccueil et petite enfance seront ouverts notamment à Guillaumet, Ernest Renan, Guilhemery, Bourbaki, Grand Selve, ilot Natura, Bordeblanche, Chalets."


"Nous installerons des dispositifs de vidéo-surveillance là où le diagnostic territorial en montrera la pertinence. Ces installations seront soumises à l’examen de la Commission des Libertés Publiques."




more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. Les cinq chantiers de la rentrée de Jean-Luc Moudenc

Toulouse. Les cinq chantiers de la rentrée de Jean-Luc Moudenc | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le maire Jean -Luc Moudenc, lors de sa conférence de presse de  rentrée.

 

Ligne à grande vitesse, transports ou réforme territoriale… Ce mercredi 16 septembre, le maire de Toulouse et président de   Toulouse Métropole a abordé les principaux dossiers de cette rentrée.

 

Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, tenait sa conférence de presse de rentrée ce mercredi 16 septembre. Il en a profité pour faire le point sur les dossiers économiques importants. « Malgré un vent défavorable, nos projets et réalisations soutiennent la croissance et la création d’emplois », a assuré le maire. Tour d’horizon des principaux dossiers.

  

Transports

L’édile a précisé le calendrier de la troisième ligne de métro qui doit relier les pôles aéronautiques, spatiaux et numériques de la région toulousaine. Le comité de pilotage du projet, baptisé Toulouse Aerospace Express, se réunira en décembre pour examiner le dossier. Le tracé de la ligne et des stations sera connubà cette période. Suivront la concertation, la définition des aspects financiers et les études préliminaires en 2016. Les études opérationnelles et l’enquête publique se feront entre 2017 et 2019. Les travaux pourront être lancés en 2019 pour une mise en service en 2024.

  

Parkings

Les contrats de délégation de service public des parkings Victor-Hugo et Carmes arrivent à échéance en février 2016. Dans le cadre de la procédure commune lancée au printemps 2015, le nouveau délégataire pourrait être annoncé au conseil métropolitain de décembre 2015 pour un contrat qui débuterait au 1er mars 2016. Ces parkings possèdent respectivement 565 et 670 places.

  

Prolongement de la ligne B vers Labège

La commission d’enquête a rendu un avis réservé sur le projet de prolongement de la ligne B le 7 septembre. « Ses critiques portent sur des aspects fondamentaux : calendrier, coût réel, risque de dépassement financier », a expliqué Jean-Luc Moudenc. Le rapport dans sa globalité et et un travail technique seront réalisés en collaboration avec le Sicoval - la communauté d’agglomération du sud-est toulousain - et le conseil départemental avant la fin de l’année. La décision devra aussi prendre en compte la seconde étude sur le tracé précis de la troisième ligne de métro.

  

Ligne à grande vitesse

Toulouse Métropole est en attente de la réponse du gouvernement sur son engagement financier et réaffirme la volonté d’un calendrier respecté avec une mise en service pour 2024. « Cette décision doit intervenir d’ici peu, avant la fin de l’été », a assuré le président de Toulouse Métropole, qui apportera 358 millions d’euros à ce projet de ligne LGV entre Toulouse et Bordeaux. Un projet qui doit permettre à la Ville rose d’être raccordée à paris en TGV. « Nous sommes attentifs à cette décision pour la confirmation du projet et sa consolidation financière », a souligné l’élu.

  

Réforme territoriale

La loi Maptam du 27 janvier 2014 précise que les métropoles exercent de plein droit les compétences de construction, d’aménagement, d’entretien et de fonctionnement d’équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs d’intérêt métropolitain. « Il va être proposé au conseil de la métropole de retenir l’intérêt métropolitain d’équipements qui seraient transférés dans son giron au 1er janvier 2016 : le Théâtre et l’Orchestre national du Capitole, le Théâtre national de Toulouse, la Cité de l’espace, le Muséum et les jardins de la Maourine, le Zénith, le Stadium et le Palais des sports, la piste des Géants-Aéro, l’hippodrome de la cépière, l’office de tourisme, la ociété d’économie mixte So Toulouse (qui gère la marque de promotion de l’office de tourisme, NDLR), le centre des congrès Pierre-Baudis et les salons Marengo », a détaillé l’édile.

more...
zkiekm's comment, September 30, 2015 9:35 AM
aussi voire plus >> http://goo.gl/jkyQsA
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fifigrot ?

Fifigrot ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Bonjour, Vous avez dit Fifigrot ? Qu'es aquò ?

 

 

Télécharger le programme de Fifigrot :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/47/40/69/programme-Groland-a-Toulouse-17-23-09-12.pdf

 

more...
No comment yet.