Des quartiers de Toulouse lançent une campagne contre le PPRT de l’usine Herakles (ex-SNPE) | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L'usine Herakles-Safran vue de la colline de Pech-David

 

Plusieurs associations de quartiers refusent le projet de Plan de prévention des risques technologiques (PPRT) prévu pour l'usine Herakles-Safran.

 

Jusqu’au 29 novembre se poursuit l’enquête publique concernant le projet de Plan de Prévention des risques Technologiques (PPRT) de l’usine Herakles-Safran (ex-SNPE), ce site industriel classé Seveso  « seuil haut » situé à Langlade qui produit notamment le carburant de la fusée Ariane.

Comme nous l’avions expliqué dans un précédent article, l’usine en question, située à proximité de l’ancien site d’AZF, suscite une forte inquiétude chez les riverains.

Alors que plane toujours l’ombre de la catastrophe du 21 septembre 2001, ces riverains (issus des comité de quartier Croix-de-Pierre, Pech-David, Empalot, Saint-Agne, Saint-Michel et de diverses associations) de l’usine ont décidé de monter au créneau.

Cette semaine, ils vont  informer les habitants des quartiers concernés par voie d’affiche afin de les sensibiliser au projet de PPRT Herakles-Safran.

Ils vont également lancer une pétition contre ce projet. Pétition dont les signatures seront remises au commissaire enquêteur le 29 novembre.

 » Lors de la concertation sur le projet Plan de prévention des risques technologiques (PRRT) de l’ex-SNPE, une usine exploitée actuellement par Herakles du groupe Safran, nous avions découvert que le périmètre des risques choisi dans ce projet, en l’occurrence celui des effets létaux ou irréversibles sur la santé en cas de fuite toxique accidentelle, débordait largement du site sur la Garonne, l’Oncopole et le pied du coteau de Pech-David.

 

« Nous ne sommes pas satisfaits par les réponses de l’État »

 

Ayant déjà subi la catastrophe d’AZF, nous avions été extrêmement surpris que les risques causés par cette usine ne soient pas limités au site, comme s’y était engagé l’État lorsqu’il a autorisé la reprise d’activité de la SNPE après la catastrophe d’AZF, explique un communiqué envoyé par les comités de quartiers.

L’Etat a répondu à toutes nos observations, mais nous ne sommes pas satisfaits par ses réponses et par l’absence de modification du projet de PPRT.

Par exemple, l’Etat écarte un risque en s’appuyant sur les mesures de sécurité que l’industriel s’est engagé à mettre en oeuvre.

 

« Nous pensons que l’État doit appliquer le principe de précaution »

 

Nous pensons que l’Etat doit appliquer le principe de précaution en prenant en compte uniquement l’état existant des installations, plutôt que des dispositifs futurs de sécurité, ce qui augmente de plusieurs dizaines de mètre le périmètre des risques (…).

Il est d’autant plus important d’appliquer le principe de précaution et de réduire autant que possible les incertitudes dans l’estimation des risques que l’usine Herakles se trouve à proximité d’habitations le long du chemin des Etroits et proche, à moins de 800 m, de nombreux équipements existants, en cours de réalisation ou projetés : hôpital spécialisé Marchant, dépôt du SMTC-Tisséo, Institut Universitaire du Cancer (centaines de malades…), Institut des techniques avancées du vivant (ITAV), clinique du sport Medipôle, laboratoires Fabre, services communs de l’Oncopôle dont un hôtel et une crèche, zone de loisirs de l’Oncopôle et sa piste cyclable, équipements pour relancer l’usage de la Garonne et ses environs dans le cadre du projet du Grand Parc Garonne, futur Aerotram reliant l’Oncopole au sommet de la colline de Pech-David...

Des observations qui ont amené les comités de quartier les plus concernés à se positionner contre le projet de PPRT Herakles.

 

 

Comment participer à l’enquête publique sur le PPRT Herakles-Safran

Des registres d’enquête sont mis à disposition du public dans certaines mairies annexes jusqu’au vendredi 29 novembre, date de clôture de l’enquête publique.

- mairie annexe de Niel (81 rue Saint-Roch).

- point d’information mairie annexe Croix-de-Pierre (123 bis avenue de Muret).

- mairie annexe de Lafourguette (1 place des Glières).

Par ailleurs, le commissaire enquêteur chargé de l’enquête tiendra des permanences :

- le samedi 16 novembre de 8h45 à 11h45 à la mairie annexe de Niel.

- le jeudi 21 novembre de 13h30 à 16h30 à la mairie annexe de Lafourguette.

- le vendredi 29 novembre, de 13h45 à 16h45 au point information mairie annexe de Croix-de-Pierre