Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Maire"
54.9K views | +8 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc: « Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur »

Jean-Luc Moudenc: « Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Elu maire de Toulouse, ce 30 mars avec 52% des voix, Jean-Luc Moudenc analyse son succès et dresse le portrait du maire qu’il veut être pour Toulouse.

Jean-Luc Moudenc a été élu maire de Toulouse dimanche 30 mars 2014. © P.P.
Par Pascal Pallas(Retrouvez l’intégralité de l’interview de Jean-Luc Moudenc dans notre version papier Voix du Midi Toulouse, en kiosque à partir de jeudi 3 avril)

Vous êtes élu avec 52% des suffrages dans une ville qui a voté à 62% pour François Hollande en 2012. Quelles sont les raisons de votre succès ?

Il y avait un écart de 25 points entre François Hollande et Nicolas Sarkozy il y a deux ans alors qu’il était de 3% au plan national. Il y aujourd’hui un écart de quatre points entre Pierre Cohen et moi-même. On passe de moins 25 à plus 29. Nous pouvons parler d’exploit sans commune mesure si l’on observe ce qu’il s’est passé dans les autres grandes villes. Tout cela pour dire que la vague bleue n’est pas la seule raison de cette victoire. Elle a été en ma faveur, c’est indéniable, comme Pierre Cohen avait profité de l’anti-sarkozysme pour nous battre en 2008. Mais il y a surtout eu des raisons toulousaines déterminantes. Le rassemblement que j’ai proposé aux Toulousains a été entendu. Partout. Même dans les quartiers où traditionnellement nous ne réalisons pas de bons scores. Nous sommes majoritaires dans dix cantons sur quinze. Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur.

Vous serez officiellement élu maire de Toulouse, ce 4 avril. Avez-vous déjà distribué les délégations à vos colistiers ?

Non, je m’étais interdit de faire des plans avant que les jeux soient faits. Je vais mettre la semaine à profit pour composer le prochain gouvernement municipal. Je n’ai que deux certitudes. Henry de Lagoutine s’occupera des ressources humaines et la délégation de la culture occitane sera confiée à Jean-Michel Lattes, comme je l’avais déjà annoncé. Au-delà de la gouvernance, je veux aussi organiser rapidement la continuité de la structure technique municipale et la mettre en application du projet que les Toulousains ont élu.

Votre majorité sera confortable à la communauté urbaine Toulouse Métropole. Comment envisagez-vous la gouvernance de cette structure qui bénéficiera officiellement du statut de métropole, le 1er janvier 2015 ?

Mon souhait est de travailler dans le consensus politique avec les 36 autres maires de la communauté. Je n’ai jamais eu de mal à composer avec les gens qui ne sont pas forcément de mon bord. Du reste, je n’entends pas entretenir de mauvaises relations avec les deux partenaires essentiels de la future métropole que sont le président de région Martin Malvy (PS) et le président du Conseil général de la Haute-Garonne Pierre Izard (PS). Je m’impliquerai à leurs côtés sans états d’âmes pour la réussite de notre territoire.

Serez-vous président de Tisséo comme votre prédécesseur ?

Non. J’ai dans mon équipe suffisamment de gens compétents pour confier à un homme d’expérience cette lourde tâche. Je veux me concentrer sur mes fonctions de président de la Métropole et de maire de Toulouse avec une tâche importante que je me réserve: je prendrai à ma charge la politique de la ville dans les quartiers, c’est-à-dire le Grand Projet de Ville (GPV). J’estime qu’il y a une urgence sociale très forte et qu’il faut apporter de grandes réponses rapidement.

Vous avez annoncé votre intention de ne pas cumuler votre fonction municipale avec votre mandat parlementaire. Tiendrez-vous parole ?

Oui. Je prévois de démissionner rapidement de mon mandat parlementaire quoique la loi m’autorise à cumuler jusqu’en 2017. Cette démission provoquera une élection législative partielle. Faisant un bon ticket avec Laurence Arribagé, qui est ma suppléante, je proposerai d’inverser les rôles. Laurence pilotera cette candidature et je serai son suppléant.

Vous êtes par ailleurs président de l’UMP 31. Démissionnerez-vous également de cette fonction ?

Je le ferai à l’échéance de ce mandat qui devrait être durant le premier trimestre 2015.

« Je rendrai hommage à Pierre Cohen et à ce qu’il a fait de bien pour Toulouse»

Depuis votre victoire, avez-vous pu vous entretenir avec Pierre Cohen ?

Non. Vous savez, je n’attends aucun retour du personnage. En 6 ans, j’ai du l’avoir deux ou trois fois au téléphone. Mais cela ne m’empêchera de faire exactement l’inverse de ce qu’il a fait envers moi lorsqu’il m’a battu en 2008. C’est à dire que, vendredi, lors du premier conseil municipal de la mandature, j’aurai un mot pour rendre hommage à l’homme, au maire et à ce qu’il a fait de bien pour Toulouse. Parce qu’il a apporté des choses positives à Toulouse.

Quelles sont-elles ?

Elles concernent le développement de la démocratie locale. Nous prolongerons d’ailleurs ces dispositifs. Il a également développé une vision urbaine intéressante. 90% de ce qu’il a voulu faire était déjà dans les tuyaux lorsqu’il est arrivé au Capitole en 2008. Mais il a eu la bonne idée de partager la perspective urbaine avec les Toulousains, de les faire participer à ce projet.

Prolongerez-vous ce que vous considérez finalement comme des acquis ?

Bien entendu. J’ai toujours dit, d’ailleurs, que nous ne ferions pas table rase du passé à quelques exceptions près. Seuls deux projets seront en réalité annulés: la partie toulousaine du BHNS Ouest (Tournefeuille-Matabiau) et l’aire de grand passage de Montredon.

« Nous lancerons la troisième ligne de métro le plus rapidement possible»

Durant votre campagne, vous avez annoncé 100 premiers jours de mandat très ambitieux. Quelles seront vos premières décisions ?

Dès ce vendredi 4 avril, aux côtés de la nomination aux postes d’adjoints, nous mettrons en place 20 maires de quartiers répartis dans les six secteurs de la ville. Il y aura un maire pour 23 à 25 000 Toulousains, ce qui est gage de proximité et d’efficacité. Très rapidement, nous comptons également lancer le recrutement de policiers municipaux comme annoncé et établir un diagnostic territorial pour l’implantation de caméras de vidéo-surveillance.

Les études pour la troisième ligne de métro démarreront-elles également rapidement ?

Le plus rapidement possible. Un élu sera d’ailleurs spécialement dédié au suivi des opérations.

Quid du prolongement de la ligne B jusqu’à Labège, du fait d’un nouveau projet aboutissant lui aussi à Labège ?

Le président du Sicoval préfère s’en tenir au projet en cours. S’il confirme cette position, je la respecterais. Il faudra ensuite prévoir une articulation en cohérence avec notre projet de troisième ligne de métro. Ce n’est pas un défi insurmontable.

Et le projet de contournement routier ?

Il dépend, comme je l’ai déjà dit, d’une décision de l’Etat. Le calendrier est en notre faveur puisqu’une discussion s’engagera bientôt entre l’Etat, les régions et les métropoles pour définir les contrats de plans. Ce sera l’occasion de demander la réalisation de ce projet.

« Je me place dans la perspective de deux mandats»

Lors du débat télévisé d’entre-deux tours, vous avez brandi une note interne de la Ville de toulouse pronostiquant une baisse des investissements rapide. Pouvez-vous préciser le contenu de ce document ?

Un audit, que nous ferons réaliser, précisera davantage la santé financière de la collectivité. Mais nous savons déjà, par cette note interne, qu’il était prévu une baisse de 130% des investissements et  le recours à 230 millions d’emprunt durant le mandat qui s’ouvre… Pierre Cohen n’a pas démenti. Quand on finance le budget par de la dette, c’est généralement pour investir. Là, il était prévu un recours à l’emprunt et en même temps une baisse des investissements. C’est de la folie ! Il est temps d’y mettre un terme avant que la situation devienne très dure et pèse sur les Toulousains.

Avez-vous la volonté de vous inscrire dans la durée ?

Je me place dans la perspective de deux mandats. Car le projet ambitieux que je poursuit ne peut être atteint en six ans.

Elu maire de Toulouse, ce 30 mars avec 52% des voix, Jean-Luc Moudenc analyse son succès et dresse le portrait du maire qu'il veut être pour Toulouse.



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

ELECTION DU MAIRE DE LA NUIT #TOULOUSE

Publiée le 21 oct. 2013

L'Election du Maire de la nuit à Toulouse
Une initiative citoyenne pour donner une voix à la Nuit.
+ D'INFOS
https://www.facebook.com/pages/Election-du-Maire-de-la-Nuit-%C3%A0-Toulouse/214491365381497


Le calendrier
1er tour sur la page Facebook du Maire de la nuit, votes du 23 octobre au 1 novembre
Débat du deuxième tour le mercredi 6 novembre (lieu à définir)
Elections dans les cafés, salles de spectacle, restaurant et autres lieux de vie nocturnes le samedi 9 novembre, fermeture des derniers bureaux de vote à 7H du matin !

Election du second tour le 9 novembre 2013
Merci à Philippe.

more...
No comment yet.