Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Francazal"
65.9K views | +18 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Aéroport Toulouse Francazal : une concession pour 45 ans et 10 M€ d'investissement

Aéroport Toulouse Francazal : une concession pour 45 ans et 10 M€ d'investissement | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Youssef Sabeh (vice-président SNC Lavalin Opération & Maintenance), Bernard Bourjade (ajoint au maire de Portet-sur-Garonne), Bernard Keller (vice-président de Toulouse Métropole), Bertrand Bilger (président de la Sefta), Patrice Cohade (vice-président de la CCIT) et Jean-Michel Vernhes (président du directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac)


Le 4 juin, la Setfa SAS, société qui regroupe SNC Lavalin, l’Aéroport Toulouse-Blagnac et la CCIT, a obtenu la concession pour 45 ans de l'aéroport de Toulouse-Francazal. Le chapitre "Hollywood-sur-Garonne" est définitivement fermé, la Sefta va miser sur l’aviation d’affaires et la défense. Les trois actionnaires vont investir dès maintenant 10 millions d’euros pour la réhabilitation du site, et misent sur la création de 1 000 emplois.

Sefta SAS (société d'exploitation Toulouse Francazal Aéroport) a obtenu il y a quelques jours un contrat de délégation de service public par l’État pour la gestion, sur les 45 prochaines années, de 170 hectares sur le site de l’ancienne base militaire Toulouse-Francazal. Un contrat de 220 millions d’euros. Les trois actionnaires de la société sont l’entreprise d’ingénierie canadienne SNC Lavalin (51%), l’Aéroport Toulouse-Blagnac (36%) et la CCI de Toulouse (10%).
Objectif : "développer l’aviation d ‘affaires, la Défense et les activités aéro-industrielles, afin de conforter Toulouse dans sa position de capitale mondiale de l’aéronautique" a exposé ce mardi Bertrand Bilger, président de la Sefta et vice-président de SNC-Lavalin Aéroports. La gouvernance de la société se veut " équilibrée et collégiale" : si la présidence est assurée par Bertrand Bilger, le conseil de surveillance est quant à lui présidé par Jean-Michel Vernhes, président du directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac.

Objectif : aéronautique

"La vocation de notre projet sur Francazal est d’en faire un outil au service du développement de Toulouse et sa région" affirme Bertrand Bilger. Pour cela, 3 axes de développement ont été définis : tout d’abord, le maintien des activités de Défense, "une priorité" qui représente 2 500 mouvements aériens par an, avec, notamment, l’accueil de l’A400M. Ensuite, l’aviation d'affaires. "Nous sommes complémentaires avec l’Aéroport de Toulouse-Blagnac. Les clients pourront choisir leur aéroport afin d’être au plus près de leur destination". Aujourd’hui c’est la société Jet Corporate qui opère ces vols d’affaires. "L’aviation d’affaires n’est pas très développée à Toulouse par rapport à Lyon ou Nice, le but est de la rendre plus importante. Les clients affaires veulent le moins de contraintes possible : en embarquant à Francazal, ils gagnent du temps, notamment en termes de procédures de sécurité" précise Jean-Michel Vernhes, qui voit en Francazal "un aéroport plus convivial et plus agréable".
Enfin, la Sefta souhaite développer les industries liées à l’aéronautique (maintenance, peinture, construction, livraison, formation) et revendique déjà l’implantation de 19 entreprises parmi lesquelles Atlantic Industries (qui occupe trois des sept hangars), Safire, Tisseo, Jet Corporate, et Airbome Concept. "À terme, 1 000 emplois seront créés" affirme Patrice Cohade, vice-président de la CCI de Toulouse.

10 M€ d’investissement
Les trois partenaires vont investir 10 M€ sur les 5 premières années de cette concession pour assurer la rénovation du site de 170 hectares : rénovation des infrastructures aéronautiques (pistes, voies de circulation), balisage, réhabilitation des hangars, mise en conformité, etc. 400 000€ seront également investis dans de nouveaux équipements. "Nous prévoyons des retombées économiques et sociales importantes" confie Patrice Cohade, pour qui "la CCI et son président Alain Di Crescenzo ont toujours soutenu que Francazal devait garder sa vocation aéronautique". L’épisode "Hollywood-sur-Garonne" est donc bel et bien terminé, "cela aura eu le mérite de nous donner plus de temps pour la réflexion et de proposer aujourd’hui un projet plus mûr" ajoute le vice-président de la CCI. "Nous nous sommes battus pour maintenir une activité aéronautique sur le site de Francazal alors que personne n’y croyait" ajoute de son côté Bernard Keller, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’Aéronautique. La diversification de l'activité sur le site n'est donc pas d'actualité.

Et le reste du site ?
La Sefta gère 170 hectares du site, mais il reste toujours 2 parcelles de l’ancienne base militaire (une de 25 hectares et l’autre de 10 hectares) qui n’ont pas trouvé de gestionnaire, le dernier appel d’offres de l’État n’ayant donné aucun résultat. "Nous avons proposé une vision globale, sur la totalité du site" précise Bertrand Bilger, "reste à l’Etat à définir ses objectifs pour ces deux terrains. Nous pensons que ces deux terrains ont vocation à accueillir des activités complémentaires au secteur aéronautique".

La Sefta a choisi l'agence toulousaine Taillandier Architectes Associés pour mener à bien les travaux de réhabilitation du site.

Sophie Arutunian

Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus :

Depuis janvier 2011, SNC-Lavalin était en charge de la gestion et de l’exploitation de l’Aéroport Toulouse-Francazal dans le cadre d’un contrat temporaire d’exploitation d’une durée d’un an renouvelable attribué par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). SNC-Lavalin a réalisé, dans le cadre de ce précédent contrat, l’aménagement d’une zone d’accueil destinée à l’aviation d’affaires et aux équipages, la remise à niveau de certaines installations aéroportuaires et la reconversion de cette ancienne base militaire en aéroport civil et a implanté sur le site 15 entités nouvelles "créant près de 200 emplois".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Atlantic Air Industries s’installe à Toulouse

Atlantic Air Industries s’installe à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
La société de maintenance aéronautique Atlantic Air Industries quitte l’agglomération nantaise pour s’installer à Toulouse-Francazal.

On ne sait pas encore si cela les satisfait ou non, mais les salariés d’Atlantic Air Industries disposent de six semaines pour décider si, oui ou non, ils quittent Saint-Brieuc ou la région nantaise pour rejoindre Toulouse. La ville rose a beau être ce qu’elle est, on peut douter de l’enthousiasme des employés, vu que le choix ne leur est pas laissé. Son AOT (Autorisation d’Occupation Temporaire) en poche, la société de maintenance aéronautique a ainsi décidé de déménager de Bouguenais, dans l’agglomération nantaise, à Toulouse. A Toulouse-Francazal plus précisément.

Il s’agira de la première entreprise industrielle se posant sur l’ancienne base militaire toulousaine, exploitée par SNC Lavalin depuis fin 2010. Elle y disposera de deux hangars de 5 000 m² chacun, mais aussi de 3 000 m² de bureaux et d’ateliers. De quoi permettre à cette entreprise en pleine croissance de se rapprocher de ses clients, de bénéficier de l’identité aéronautique de la région et de disposer d’installations dimensionnées pour faire face à ses projets de développement. Avec ou sans ses salariés actuels… ? (source : L’Usine Nouvelle).
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Métropole : pour Francazal on verra plus tard

Toulouse Métropole : pour Francazal on verra plus tard | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Lors du conseil communautaire de jeudi 14 février, les élus de l'agglomération ont notamment décidé d'accompagner un projet de spectacle de la compagnie La Machine et tenu un débat pour décider de débattre de l'avenir de Francazal.

 

1) 2,5M€ pour un spectacle de La Machine, une « privatisation de la culture » ?

(...)

2) Base de Francazal : on brasse du vent

(...)

3) Les transports ne s’arrêtent jamais

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un studio hollywoodien veut s'installer à Toulouse

Un studio hollywoodien veut s'installer à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
| Next :

Un grand studio de cinéma d'Hollywood souhaite s'installer dans l'agglomération toulousaine, sur le site la base aérienne désaffectée de Toulouse-Francazal, révèle mardi le quotidien La Dépêche du Midi, qui affirme que la préfecture de région a reçu une offre officielle.

Cette major américaine a, selon le journal, fait une offre de reprise de la totalité de la base militaire, fermée depuis le 31 août 2010 et qui doit devenir un aérodrome d'affaires et de soutien industriel à l'aéronautique. Elle voudrait y tourner ses premiers films début 2013.

«Ce projet (cinématographique) pourrait être générateur de plus de 5.000 emplois directs et indirects, sachant qu'il inclut également une école du cinéma et une base de travail et de diffusion du célèbre Cirque du Soleil», ont déclaré à La Dépêche l'avocat toulousain Me Jacques Lavergne et Bruno Granja, mandataire français des studios hollywoodiens dont le nom reste confidentiel. La major en question pourrait être Sony Pictures: en 2007, c'est avec ce studio que le Cirque du Soleil avait co-produit le film Journey of a man.

La préfecture de région et de Haute-Garonne a confirmé au journal avoir reçu le dossier du studio, un collaborateur du préfet Henri-Michel Comet ajoutant que ses représentants seraient reçus «prochainement».

Le site de la base, qui appartient à l'Etat, possède «des hangars immenses où installer des plateaux, des locaux d’hébergement et de restauration, une piste d’atterrissage où peuvent se poser les stars en toute discrétion et décoller des hélicoptères», souligne Bruno Granja, estimant qu'il «suffit de 80 millions d’euros pour remettre les lieux en état».

La préfecture fait actuellement face à une fronde d'un collectif de riverains, fortement opposé à la transformation du lieu en aérodrome d'affaires et qui a remis au préfet en février une pétition forte de 5.000 signatures pour s'opposer au «maintien en activité de la piste de Francazal».

La première entreprise, la société de maintenance Atlantic Air Industries (AAI) vient de signer un contrat pour s'y installer en septembre 2011.
more...
No comment yet.