Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Economie"
62.7K views | +25 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse économise 10 000 euros sur son budget cartes de voeux

Toulouse économise 10 000 euros sur son budget cartes de voeux | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse métropole


 

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, a annoncé ce vendredi 30 janvier lors du conseil municipal des réductions sur le budget alloué aux traditionnels voeux de début d'année.

 

Le nombre de cartes de vœux a ainsi été divisé de moitié pour les deux collectivités. L'économie est de 10 000 € environ, soit près de 15 % d'économies sur ce poste de dépenses. À la place, des cartes de vœux électroniques ont été envoyées. Par ailleurs, une seule soirée "limitée à un apéritif et avec une invitation strictement personnelle par agent" (au lieu de deux) a été consacrée à cette cérémonie. La municipalité précise : "La dépense est ainsi ramenée à 35 000€, soit une économie de près de 75 %, représentant 97 000 €", par rapport à l'année précédente.

184 000 euros économisés selon la mairie

D'autres économies ont été faites concernant les vœux aux personnalités. L'an dernier, deux cérémonies ont eu lieu : l'une pour les vœux aux personnalités, l'autre pour les vœux aux élus de Toulouse Métropole, pour un coût total de 100 000 €. Cette année, ces deux événements ont été fusionnés en un seul représentant un coût de 32 000 €. Enfin, les six soirées de vœux aux Toulousains dans les 6 secteurs ont vu leur budget passer de 66 000 € à 57 000 €. 

Au total, sur ces quatre postes de dépenses pour les vœux, en 2015, la ville a comptabilisé 184 000 € d'économies, soit une baisse de 51 % par rapport à l'an dernier.

"Par ces décisions, j'ai souhaité que nous soyons exemplaires dans la rationalisation des dépenses, sans rien enlever de la convivialité et du caractère chaleureux de la nouvelle année", a indiqué Jean-Luc Moudenc.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Joseph Stiglitz à Toulouse : « Ce qui ne marchera pas, c'est l'austérité »

Joseph Stiglitz à Toulouse : « Ce qui ne marchera pas, c'est l'austérité » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie 2001, professeur à Columbia University et ancien conseiller de Bill Clinton.


Invité d'honneur du Tiger Forum, véritable festival de Cannes de l'économie mondiale organisé par Toulouse School of Economics, Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie 2001 et ancien conseiller de Bill Clinton, s'est exprimé pour ToulÉco sur la politique économique française et européenne.

Quel conseil immédiat donneriez-vous à François Hollande en matière de politique économique ?
Il le sait déjà. Mais il faudrait qu’il persuade rapidement l’Allemagne de changer sa politique d’austérité, qui mine l’ensemble du projet européen. Avec sa conséquence prévisible d’une montée des extrêmes en Europe car il y a un ras-le-bol général des peuples. Sans changement, sans adoption d’une union bancaire, sans euro-obligations, sans une réflexion sur une politique fiscale commune, sans solidarité européenne en matière de dette et surtout sans politique de croissance, le projet européen est en péril. En tout cas, ce qui ne marchera pas, c’est l’austérité. Diminuer le déficit en ce moment affaiblira l’économie. C’est le manque de croissance qui crée le déficit et non l’inverse.

Comment impulser la croissance ?
Le problème majeur au niveau mondial est le manque de demande agrégée. Comment donc stimuler cette demande ? La politique monétaire a atteint ses limites. Par contre, l’idée d’une augmentation raisonnée des taxes et d’un accroissement des dépenses peut stimuler l’économie. Il faut se poser les bonnes questions. Quel type de taxe sera le moins nocif ? Quel type de dépense présentera le plus de bénéfices à terme ? Dans le premier cas, il faut privilégier une progressivité de l’augmentation des taxes. Quant à la dépense publique, elle doit concerner des investissements qui produiront des actifs compensant le passif. Comme l’éducation, la santé ou les services.

Votre dernier livre, Creating a learning society, traite de la connaissance. Une des clés de la croissance ?
Comment un pays apprend et devient plus productif permet de comprendre comment il croît et se développe sur le long terme. Il est donc important de s’interroger : quelle forme de système éducatif permettra la meilleure promotion de l’apprentissage, du savoir ? Il faut apprendre à apprendre. Presque toute la connaissance est aujourd’hui accessible sur internet. L’information est en accès libre. Peut-être a-t-on donc moins besoin de retenir qu’auparavant mais plutôt d’évaluer cette information, de la trier et de la choisir.
Propos recueillis par Isabelle Meijers

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le JECO - 19 janvier 2012 - Entiore, Quint Fonsegrives

Le JECO - 19 janvier 2012 - Entiore, Quint Fonsegrives | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

1ère journée des éco-entreprises de Midi-Pyrénées

15 ateliers thématiques

30 exposants

La Convention d’Affaires

Conférence et table ronde

 

Le programme :

http://www.j-eco.fr/contenu/programme 

 

Les exposants :

http://www.j-eco.fr/contenu/exposants 

 

Pour s'inscrire à la convention d'affaire :

http://www.j-eco.fr/contenu/convention 

 

 

Ville Durable, Ville de Demain ?

 

Le thème de notre première journée annuelle des Eco-entreprises n’a pas été trop difficile à trouver : il représente à lui seul l’ensemble des thématiques que les professionnels de l’environnement de Midi-Pyrénées peuvent aborder: l’eau, l’air, les déchets, l’énergie, les produits éco-conçus, la mobilité, les green IT et les smart grids ….

En ce sens, JECO, la Journée des Eco-entreprises, se veut Votre rendez-vous annuel pour répondre aux problématiques environnementales que vous rencontrez. Cette journée s’inscrit comme la plate-forme de réflexion, d’innovation et d’expertises sur les nouvelles directives et les nouveaux enjeux en matière d’environnement et de développement durable en Midi-Pyrénées.

Au-delà des systèmes et des solutions présentés, JECO organise un cycle d’ateliers thématiques pour faire le point sur les grands sujets d’actualités et les problématiques du marché, une conférence et une table-ronde permettant de rassembler les meilleurs experts autour du thème ville durable, ville de demain.
Une convention d’affaire et un espace d’exposition seront également à votre disposition pour répondre à vos besoins immédiats.

Cette journée se déroule pour la première année le Jeudi 19 Janvier 2012 à Toulouse.

Je vous propose de découvrir aujourd’hui les spécificités de Votre événement et suivre son actualité sur ce site web.
Ensemble donnons aux Eco -entreprises de Midi-Pyrénées toute la place qu’elles méritent pour vous satisfaire et répondre à vos besoins.

 

Jean-François BEAUQUIER
Président du Club des Eco-Entreprises de Midi-Pyrénées

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sol-Violette: la monnaie comme outil d’apprentissage

Sol-Violette: la monnaie comme outil d’apprentissage | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
A Toulouse, cette monnaie citoyenne se propage dans la ville, jusqu’au lycée ou à l’université. Zoom sur ces initiatives.


Depuis 3 ans, le Sol-Violette, monnaie citoyenne, s’est propagé dans l’économie toulousaine avec un réseau de près de 150 commerçants et 1.700 solistes (utilisateurs du Sol). Et les 15-25 ans ne sont pas en reste. Au lycée, en service civique ou à la fac, des partenariats voient le jour. L’occasion de sensibiliser à la consommation éthique et aux enjeux de l’économie sociale et solidaire.

« Relancer la consommation locale et le pouvoir d’achat »

A l’Université du Mirail de Toulouse, un projet solidaire est en train de germer. Thibault, étudiant de 23 ans, travaille sur le lancement d’une épicerie solidaire à l’horizon 2017 fonctionnant avec des Sols-Violette. Un Sol équivaut à un Euro et peut être échangé dans les banques partenaires et la dizaine de comptoirs de change que compte la ville. «L’objectif est de montrer aux étudiants l’intérêt d’une monnaie complémentaire en temps de crise, son influence pour relancer la consommation locale et le pouvoir d’achat », estime Thibault.


Autre lieu d’expérimentation : le lycée polyvalent Gallieni à Toulouse. Depuis 2013, une machine à café propose du café équitable avec un tarif incitatif : 35 centimes avec un paiement en Sol contre 40 centimes pour un paiement en euros. Résultat : près de la moitié des lycéens utilisent le Sol pour acheter leur café.


Par la suite, une cafétéria solidaire s’est ouverte avec du mobilier recyclé et des produits issus du commerce équitable. « On a des difficultés pour trouver le modèle économique du projet. Les jeunes ne sont pas habitués au goût de ces produits, on passe notamment par des ateliers et des animations pour les attirer. L’aspect ludique est primordial auprès des jeunes », précise Bruno De Menna, ‎chargé de développement du réseau Sol-Violette. Car l’un des objectifs est bien de partir de l’utilisation de cette monnaie pour amener à réfléchir sur les circuits-courts et la consommation responsable dans un contexte d’économie globalisée.

D’autres jeunes aussi s’intéressent à cette monnaie, ceux du Service civique engagés dans l’association Sol-Violette. Âgés d’une vingtaine d’années, ils sont pour la plupart déjà sensibilisés aux enjeux de l’économie sociale et solidaire. « Ce que j’aime avec le principe du Sol-Violette, c’est le côté alternatif et pédagogique. Cela permet de se poser des questions sur d’autres modes de consommation », explique Anne-Cécile, 23 ans en service civique au Sol-Violette.

L’apprentissage de la vie associative et de l’entreprise

L’arrivée du Sol-Violette au lycée Gallieni a particulièrement motivé une dizaine de lycéens qui ont lancé leur foyer, la Maison des lycéens, une véritable entité. Un moyen de faire l’apprentissage de la vie associative et d’être sensibilisé à la concertation entre les différentes parties prenantes (proviseure, lycéens, animateurs et entreprises).

Pour Thibault, son projet d’épicerie solidaire est né d’un exercice demandé lors d’un cours de sa licence de sociologie et économie. « Le but était de créer un projet d’association ou d’entreprise de l’ESS mais sans le mener à bien. Au fur et à mesure, on s’est rendu compte que ce projet était réalisable. Cela nous permet d’avoir une première expérience enrichissante et de mieux connaître le monde de l’entreprise, notamment celui de l’économie sociale et solidaire. On rencontre des obstacles mais on découvre aussi un univers où l’entraide et les coups de main existent.»

En moyenne, entre 60.000 et 75.000 Sol sont en circulation à Toulouse. Gageons que ce type d’initiative permette de redonner confiance dans les échanges monétaires et plus largement dans une économie plus douce.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Poult sera vendu au 1er trimestre 2014, les discussions avec un repreneur sont en cours

Poult sera vendu au 1er trimestre 2014, les discussions avec un repreneur sont en cours | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Carlos Verkaeren

Des discussions sont en cours avec un repreneur pour assurer l’avenir du biscuitier Poult (Montauban, 230 M€ de CA). L’unique actionnaire, LBO, souhaite en effet se désengager. Le PDG de l’entreprise Carlos Verkaeren exprime trois exigences à destination du futur actionnaire : garder l’esprit d’innovation, se diversifier vers d‘autres produits, et viser les pays émergents. Il se dit "plutôt confiant".

Les bruits de couloirs le prévoyaient depuis quelques mois, mais l’annonce officielle n’est que très récente : l’actionnaire unique de Poult, LBO, souhaite revendre l’entreprise, pourtant en pleine croissance (+ 13% de chiffre d’affaires en 2013). Rien d’étonnant selon le PDG de l’entreprise Carlos Verkaeren (élu Décideur de l’année 2012 par Objectif News). "C’est propre à ce type d’investisseurs. Depuis leur arrivée en 2006, ils n’ont touché aucun dividende, mais ils revendront l’entreprise en réalisant une grosse plus-value, c’est leur business model."

Discussions en cours
"Préoccupé" les premières semaines, Carlos Verkaeren se dit aujourd’hui confiant. Des discussions ont commencé avec un investisseur, dont le nom est gardé confidentiel. Seule certitude, il ne s’agit pas du groupe Bouvard, autre spécialistes des biscuits sucrés à MDD (marque de distributeur), un temps évoqué dans la presse. "Je ne souhaitais pas que ce soit lui. Il aurait cassé notre culture d’entreprise." Une culture d’entreprise propre à Poult et à laquelle l’initiateur, Carlos Verkaeren lui-même, tient beaucoup. "Nous avons mis en place un incubateur, des partenariats avec des start-up. Nous avons une vraie politique d’innovation sociale et managériale", rappelle-t-il. Le PDG tentera donc d’imposer trois conditions au futur actionnaire. La première, c’est de garder cette culture d’entreprise. Ensuite, "il faudra se tourner vers d’autres produits et services dans les 5 à 10 ans à venir". Il évoque la possibilité de se tourner vers la distribution et le conseil. Enfin, le dirigeant estime qu’il faudra orienter l’entreprise vers les pays émergents, où le marché se développe.

Plusieurs actionnaires
La vente de Poult devrait intervenir au cours du 1er trimestre 2014. Carlos Verkaeren, chargé, avec la direction de l’entreprise, de trouver les nouveaux actionnaires, n’exclut pas l’entrée de plusieurs investisseurs. "Nous souhaiterions des investisseurs locaux, cela aurait du sens", indique-t-il.  Sur un marché "plat" selon lui, Poult s’en sort très bien, avec une croissance à deux chiffres. Pour autant, "personne ne peut garantir qu’il n’y aura pas de suppressions de postes, affirme le PDG, prudent. Même si notre modèle économique n’est pas basé sur la réduction des coûts". Quoi qu’il arrive, Carlos Verkaeren n’a pas l’intention de quitter son poste. Pour lui, l’aventure continue.

Sophie Arutunian

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

EMC Toulouse

EMC Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Bonjour,

Pour rejoindre EMC, l'association économique (Entreprise-Marketing-Communication) c'est assez simple lorsque vous êtes à Toulouse, il suffit de poser la question autour de vous.
Très rapidement, une ou deux personnes vous recommanderont de rejoindre cette association économique qui rassemble depuis bientôt 30 ans des cadres et des Chefs d'entreprise de la région Midi-Pyrénées.
Pour se forger son opinion, on trouve aisément sur Internet sa présentation :
http://0z.fr/tODWn
Ensuite, il n'y a qu'à participer à la première occasion offerte par son agenda :
http://0z.fr/UlzUt
Sans oublier d'y apporter son sourire, son dynamisme et les fameuses et néanmoins chaleureuses recommandations.
Lorsqu'on n'est pas encore à Toulouse, on peut quand même avoir des indications sur cette page internet pour la suivre à distance :
http://0z.fr/lIITp

A bientôt
@JMFLB
more...
No comment yet.