Les cambriolages ont augmenté de 39 % depuis janvier à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
La Dépêche :
Préfet, procureur, patrons de la police et de la gendarmerie ont fait hier un point sur la lutte contre les cambriolages. Les chiffres flambent depuis janvier. La mobilisation générale est décrétée.

Ils frappent chez les particuliers entre 10 heures et 16 heures. Les commerces sont visés la nuit entre 21 heures et 6 heures. Ils, ce sont les monte-en-l'air, les as de la cambriole, les pieds Nickelés de la visite d'appartement. Hier des délinquants spécialisés. Aujourd'hui un fourre-tout où s'additionnent spécialistes, délinquants multicartes, mineurs sans limite, chômeurs désargentés. « Aujourd'hui l'occasion fait souvent le larron », résume Lucien Pourailly, le directeur départemental de la sécurité publique. « Le développement de la vente par internet facilite aussi le recel », ajoute le préfet Henri-Michel Comet.

Aux côtés du procureur Michel Valet, le représentant de l'État a dirigé hier une réunion interservices à l'Hôtel de police de Toulouse. Autour de la table, les patrons des forces de police, de la gendarmerie et les enquêteurs qui, sur le terrain, se heurtent à la dure réalité des chiffres. Plus de 39 % de hausse entre 2010 et 2011 sur la période de janvier à mai. Soit déjà 2 924 cambriolages de résidences principales ou secondaires. Avec les commerces et les entreprises, on atteint les 4 141 faits constatés pour le département. Sur cinq mois, en moyenne, les habitants de la Haute-Garonne ont subi 27 cambriolages par jour !

Le préfet constate que « le phénomène n'est pas propre au département » et rappelle la croissance démographique de la Haute-Garonne qui rend la lutte contre les voleurs encore plus délicate. Mais les résultats sont là. « Et ils ne sont pas bons », admettent les autorités. Avec les vacances d'été qui arrivent, ce n'est pas la période la plus propice aux victimes et aux forces de sécurité qui s'annonce.

Hier il était donc question de remobilisation générale. Policiers et gendarmes travaillent déjà ensemble sur le sujet et ils vont améliorer leur collaboration. Le colonel Frantz Tavart a rappelé hier l'efficacité de la cellule anticambriolage du groupement qui traite 50 % des cambriolages en zone gendarmerie et solutionne 70 % de ces vols. « Cela démontre l'utilité et la force des spécialistes », plaide le colonel. Reste que le taux d'élucidation, inférieur à 10 %, peine à décoller (« Il progresse », veut croire le préfet) ce qui n'empêche pas les efforts. Notamment en matière technique avec des constatations multipliées par deux en zone police depuis un an. Du coup les identifications progressent même si, autre réalité, le laboratoire de police scientifique, qui traite les données, est débordé et n'arrive pas à fournir les résultats suffisamment vite.

Tranquillité vacances
C'est un classique qui a fait ses preuves. L'opération « Tranquillité vacances » est relancée comme à chaque période estivale. Il suffit de prendre contact avec son commissariat ou sa gendarmerie pour prévenir de sa période d'absence. Policiers et gendarmes gardent alors un œil un peu plus attentif sur votre maison. Un service efficace et gratuit.

Tous concernés
Le procureur Michel Valet n'hésite pas. Hier il a réaffirmé que la lutte contre les cambriolages ne pouvait pas être gagnée uniquement par les policiers et les gendarmes. « Je l'ai déjà dit : face à ce type de délinquance, nous ne pouvons pas être efficaces sans l'aide et le concours de tous les citoyens. Il faut savoir observer, réagir, alerter », insiste le magistrat.

Un souhait qui n'est pas nouveau. Depuis 2008 et l'explosion du phénomène, tous les services spécialisés implorent l'aide du citoyen lambda, du voisin, du passant. « De celui qui remarque quelque chose d'anormal et qui va permettre soit d'interpeller un auteur en flagrant délit, soit fournir les éléments qui vont permettre aux investigations de progresser », insiste un enquêteur. On ne parle pas ici de délation mais de « réflexe citoyen ». « Pour inverser la tendance, il faut que nos citoyens retrouvent ce réflexe civique », souligne le procureur.

Dans Toulouse, les efforts de moyens mis en place par la sécurité publique porte leurs fruits avec une baisse de 14 % des vols violence et une baisse de 25 % des agressions à l'arme blanche. En gendarmerie, le colonel Tavart l'a rappelé hier, chaque nuit 100 gendarmes patrouillent sur la couronne toulousaine. Ces efforts sécurisent la nuit mais comment traquer avec la même efficacité les cambrioleurs de la journée ? La mission est quasi impossible sans une aide plus active des citoyens. Le procureur Valet le réclame : « On y gagnerait tous beaucoup. »