Think outside the Box
27.1K views | +3 today
Follow
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Think outside the Box
Scoop.it!

U.S. Women Are Dying Younger Than Their Mothers, and No One Knows Why

U.S. Women Are Dying Younger Than Their Mothers, and No One Knows Why | Think outside the Box | Scoop.it
While advancements in medicine and technology have prolonged life expectancy and decreased premature deaths overall, women in parts of the country have been left behind.

The Affordable Care Act took a major step toward implementation last Tuesday with the launch of the online insurance exchanges, limping across the finish line despite three years of Republican obstruction that culminated in this week’s 11th hour attempt to dismantle the law by shutting down the federal government.

It’s easy to forget, amid the hyper-partisan controversy, that the main purpose behind President Obama’s signature health-care reform law is not to curtail individual freedom or send senior citizens to death panels, but to give more Americans access to health insurance. Whether you think the Affordable Care Act is the right solution or a dangerous step toward tyranny, it’s hard to dispute that the U.S. health-care system is broken. More than 48 million people lack health insurance, and despite having the world’s highest levels of health-care spending per capita, the U.S. has some of the worst health outcomes among developed nations, lagging behind in key metrics like life expectancy, premature death rates, and death by treatable diseases, according to a July study in the Journal of the American Medicine Association.

For some Americans, the reality is far worse than the national statistics suggest. In particular, growing health disadvantages have disproportionately impacted women over the past three decades, especially those without a high-school diploma or who live in the South or West. In March, a study published by the University of Wisconsin researchers David Kindig and Erika Cheng found that in nearly half of U.S. counties, female mortality rates actually increased between 1992 and 2006, compared to just 3 percent of counties that saw male mortality increase over the same period.

“I was shocked, actually,” Kindig said. “So we went back and did the numbers again, and it came back the same. It’s overwhelming.”

Kindig’s findings were echoed in a July report from University of Washington researcher Chris Murray, which found that inequality in women’s health outcomes steadily increased between 1985 and 2010, with female life expectancy stagnating or declining in 45 percent of U.S. counties. Taken together, the two studies underscore a disturbing trend: While advancements in medicine and technology have prolonged U.S. life expectancy and decreased premature deaths overall, women in parts of the country have been left behind, and in some cases, they are dying younger than they were a generation before. The worst part is no one knows why.

The Kindig study does note strong relationships between county mortality rates and several cultural and socioeconomic indicators. In particular, location appears to have an outsized effect on mortality rates. Counties with rising female mortality rates, marked in red, paint a broad stroke across Appalachia and the Cotton Belt, moving across to the Ozarks and the Great Plains. The Northeast and the Southwest, on the other hand, have been largely untouched.

But it’s not clear how these geographical differences play a role in mortality, or why the effect would be so much greater on women than on men. “Clearly something is going on,” Kindig said. “It could be cultural, political, or environmental, but the truth is we don’t really know the answer.”

Other researchers have pointed out the correlation between education rates and declining female health outcomes. The most shocking study, published in August 2012 by the journal Health Affairs, found that life expectancy for white female high-school dropouts has fallen dramatically over the past 18 years. These women are now expected to die five years earlier than the generation before them—a radical decline that is virtually unheard of in the world of modern medicine. In fact, the only parallel is the spike in Russian male mortality after the fall of the Soviet Union, which has primarily been attributed to rising alcohol consumption and accidental death rates.

“It's unprecedented in American history to see a drop in life expectancy of such magnitude over such a short time period,” said Jay Olshansky, the lead author of the study. “I don't know why it happened so rapidly among this subgroup. Something is different for the lives of poor people today that is worse than it was before.”

Education alone does not explain why female high-school dropouts are so much worse off than they were two decades ago. But researchers have used it as a proxy to determine more significant socioeconomic indicators, like access to health care and income opportunities, as well as health behaviors like smoking and obesity. Smoking in particular appears to have had a significant impact on female mortality rates, as the health consequences of previous decades of tobacco use set in. Olshansky points out that female obesity and drug abuse have risen dramatically over the past two decades, and may also play a role in mortality rates.

Researchers are hopeful that the expansion of health-care coverage under the Affordable Care Act will help ameliorate some of the health risks for poor and uneducated women. But access to health insurance is only part of the puzzle—in fact, Kindig’s study found that medical care factors had no discernible impact on death rates at the county level. “Health care is far from the whole story,” Kindig told me. “More and more people are beginning to realize that the non-health-care factors are at least as important.”

In May, Jennifer Karas Montez, a social demographer who studies health inequalities, co-authored a study that was the first to investigate how quality of life might be playing a role in the early deaths of female high-school dropouts. Montez found that while smoking accounts for half of the decline in life expectancy among these women, whether or not a woman has a job is equally significant. “Women without a high-school degree have not made inroads in the labor force, especially in post-recession America,” Montez said in an interview. In fact, only one-third of women without a high-school diploma are employed, compared to half of their male counterparts, and nearly three-quarters of better-educated women. When they are employed, Montez said, it is usually in low-wage jobs that offer no benefits or flexibility. Smoking and other destructive behaviors, she added, may just be symptoms of the heightened stress and loneliness experienced by women who don’t graduate from high school.

“Life is different for women without a high-school degree than it was a few decades ago, and in most cases it’s a lot worse,” she said. “It’s really just a perfect storm.”

more...
No comment yet.
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Think Outside The Box

Think Outside The Box | Think outside the Box | Scoop.it

BestDocInfoBlog.info :

Ben Fletcher at the University of Hertfordshire in the United Kingdom devised a study to get people to break their usual habits. Each day the subjects picked a different option from poles of contrasting behaviors — lively/quiet, introvert/extrovert, reactive/proactive — and behaved according to this assignment. So an introverted person, for example, would act as an extrovert for an entire day. Additionally, twice weekly, they had to stretch to behave in a way outside their usual life pattern – eating or reading something they would never have done.

“The box” is
o The result of programming and conditioning
o Self-created in adulthood

12 Principles of Change You are writing your own story:

1. Assess whether it’s working.

2. It takes the same energy to create any belief in your story.

3. Decide what you want.

4. Do you have specific, measurable goals?

5. Be consistent in your pursuit of your goals.

6. Small changes lead to big changes.

7. Break out of your comfort zone

8. Ask for feedback.

9. Get success insurance.

10. Take a chance.

11. It’s never too late to start.

12. Everything is OK in the end.

Remembrer : If it’s not OK, it’s not the end.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les radios sont unanimes : vive le bipartisme !

Les radios sont unanimes : vive le bipartisme ! | Think outside the Box | Scoop.it

Les invités politiques des matinales de France Inter, RTL et Europe 1 (septembre-décembre 2016).

 

 

À la radio, les matinales ont réellement débuté leur campagne en septembre 2016 en donnant la parole aux membres du Parti socialiste et des Républicains. Pour les autres, il n’est resté que quelques miettes à se partager.

L’élection présidentielle française se déroulera les 23 avril et 7 mai 2017. Pourtant, la campagne dans les médias avait déjà commencé en octobre 2012 dans Le Journal du Dimanche : « Le JDD a refait le match de la dernière présidentielle. Six mois après, Nicolas Sarkozy serait en tête au premier tour et les deux candidats [Nicolas Sarkozy et François Hollande] à égalité au second. » (14 octobre 2012) Cette information inutile n’est que la première d’une longue série.

Quatre ans plus tard, en septembre 2016, débute donc la grande rentrée de la campagne présidentielle. Entre les primaires (à droite, à gauche, ou à Europe Écologie les Verts (EELV)), l’annonce (ou non) de François Hollande de briguer une seconde mandature et les interrogations sur les intentions d’Emmanuel Macron (ira-t-il ou pas ?), les médias ne savent plus où donner de la tête. Très rapidement, la presse se trompe en voyant Juppé gagner face à Sarkozy dans une primaire que François Fillon va largement remporter. Les mêmes tombent de haut quand François Hollande déclare qu’il ne se présentera pas. Les chaînes d’information en continu commentent les commentaires des uns et des autres… en continu. Et les radios roulent pour le bipartisme, distribuant des cartons d’invitations pour les membres du Parti socialiste (PS) et des Républicains (LR).

 


Des chiffres accablants

Sur ce point, le recensement des invités des tranches matinales de trois radios généralistes les plus écoutées (France Inter, RTL et Europe 1) [1] est sans équivoque.

Du 5 septembre au 23 décembre 2016, nous avons relevé 235 invités dans les trois matinales [2] dont 163 sont des hommes et des femmes appartenant à des partis politiques. Les autres invités (72) sont des intellectuels (17), des artistes (11), des PDG ou représentants du patronat (11), des économistes orthodoxes (7), des hommes politiques étrangers (6), des syndicalistes (3) [3], des économistes hétérodoxes (2) et des professionnels d’autres corps de métiers (15).

Le premier constat est terrible : parmi les 235 invités, nous comptabilisons seulement 32 femmes pour 203 hommes, soient 13,6% de femmes qui s’expriment dans les trois matinales les plus écoutées…

En regardant la proportion de femmes invitées dans les matinales selon les radios, on constate que France Inter a convié 15 femmes pour 69 hommes, RTL, 12 femmes pour 64 hommes et Europe 1, seulement 5 femmes pour 70 hommes. Jean-Pierre Elkabbach, l’intervieweur de la tranche horaire, ne brille pas par son féminisme…

Graphique 1 : répartition des invités sur France Inter, Europe 1 et RTL selon le genre



Sur les 163 invités politiques, 64 appartiennent au PS et 67 à LR, soit 81% des invités. Les 31 places restantes sont partagées entre le FN (8 invitations), EELV (8), le Modem (3), Jean-Frédéric Poisson (3), Debout la France (2), François de Rugy (2), Nicolas Hulot (2), le PC (1), Emmanuel Macron (1), Philippe de Villiers (1) et Jean-Pierre Chevènement (1).


Graphique 2 : Nombre d’invités de chaque parti toutes radios confondues



Cette bipolarisation, reflet de la Ve République et de son bipartisme, était exactement du même acabit en 2006 comme nous le relevions ici-même : « sur les 161 invités politiques des matinales (du 4 septembre au 30 novembre [2006]), 62 appartiennent au PS et 68 à l’UMP, soit plus de 80% des invités. » Les autres partis se partageaient déjà les miettes.

Le troisième constat est que si l’on excepte la venue de Ian Brossat (PC) le 1er novembre sur RTL, pas un seul représentant de la gauche de gauche, non gouvernementale, n’a été invité durant quatre mois. Ni Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise [4], ni Philippe Poutou du NPA et ni Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière, pourtant tous les trois candidats à l’élection présidentielle, n’ont été conviés. De plus, pas un seul porte-parole de la gauche « antilibérale » ne s’est exprimé sur les plateaux des trois grandes radios en tant qu’invité principal des matinales [5].

Enfin, le FN, qui récolte désormais des scores comparables à ceux du PS et de LR aux premiers tours des élections, n’a bénéficié que de 4,9% des invitations.

 


Des chiffres inéquitables

En zoomant sur la composition des invitations de chaque radio, on constate que France Inter est certainement celle qui privilégie le plus la « bipolarisation » puisque 87,5% des invités sont membres des deux partis (PS et LR). De plus, la radio publique fait la part belle à la gauche « de gouvernement » : 50% des invités sont membres du PS et 7,5% de EELV. Ainsi, LR – malgré la primaire de la droite – n’a bénéficié « que » de 37,5 % des invitations. Sur RTL, l’équilibre est plus visible (PS : 36,8% et LR : 36,8%). Enfin, Europe 1 s’est passionné pour la primaire de droite (49,1% pour LR, et 34,5% pour le PS). Pour les autres : des miettes, encore et toujours.


Graphique 3 : Nombre d’invités de chaque parti par radio



Chez les Républicains, Alain Juppé arrive en tête avec sept invitations (viennent ensuite François Fillon avec six passages, puis Bruno Le Maire et Jean-Pierre Raffarin avec quatre invitations). Au PS, Benoît Hamon (5 fois) a été plus souvent convié que Manuel Valls (4) ou Ségolène Royal (4). Marine Le Pen n’a été invitée qu’une seule fois et Jean-Luc Mélenchon aucune fois.


***


À la lecture des recommandations du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), le sang peut vite monter à la tête. S’il est clairement indiqué que – hors période électorale [6] - l’opposition parlementaire doit bénéficier au minimum de la moitié du temps de parole cumulé du Président, du gouvernement et de la majorité parlementaire, le flou est de mise dès lors qu’il s’agit des interventions des personnalités relevant de formations parlementaires n’appartenant ni à la majorité ni à l’opposition ou à des formations politiques non représentées au Parlement : « Les éditeurs [de services de radio et de télévision] assurent à ces personnalités un temps d’intervention équitable au regard des éléments de représentativité des formations politiques auxquelles elles se rattachent, notamment le nombre d’élus et les résultats des consultations électorales. »

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup… Et au regard des chiffres dévoilés plus haut, on se demande quelle peut être la définition du « temps d’intervention équitable » selon le CSA. Et selon France Inter, RTL et Europe 1, donc.


Mathias Reymond


Post-scriptum (6 février 2017 à 12h) : l’invitation d’Emmanuel Macron sur RTL le 5 octobre 2016 avait échappé à notre sagacité. Cela ne change rien à notre constat d’ensemble, mais l’article a été modifié en conséquence.

 

Jacques Le Bris's insight:

Cette étude montre le soutien de "France Inter, RTL et Europe 1" à ce qui est devenu notre oligarchie française.

 

Remarque : il y a bien longtemps que je n'écoute plus ces radios en devenant un inconditionnel de RMC... Là où la démocratie est encore préservée.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Californie : près de 200 000 personnes évacuées en aval d’un barrage qui menace de céder

Californie : près de 200 000 personnes évacuées en aval d’un barrage qui menace de céder | Think outside the Box | Scoop.it

Les autorités craignent que le déversoir auxiliaire du principal barrage des Etats-Unis sur le lac Oroville s’effondre, après des semaines de fortes pluies.

 

Les autorités californiennes ont ordonné dimanche 12 février l’évacuation immédiate de la population vivant en aval du barrage du lac Oroville, dont la structure pourrait s’effondrer, après les fortes pluies enregistrées ces derniers jours. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le shérif du comté de Butte ordonne à la population d’évacuer, précisant à trois reprises qu’il « ne s’agit pas d’un exercice ».

Près de 200 000 personnes étaient en cours d’évacuation lundi dans la région menacée par les inondations.

 

Des centres d’accueil ont été mis sur pied

Le barrage de 235 mètres de haut n’est pas lui-même en danger d’effondrement, selon le département des ressources en eau de Californie, mais les inquiétudes concernent le déversoir auxiliaire d’urgence en raison de l’érosion de son couvercle bétonné qui a commencé samedi à laisser échapper de l’eau.

Les autorités ont organisé un lâcher d’eau de 2 830 m3 par seconde depuis le bassin réservoir pour y faire baisser le niveau d’eau, ce qui a permis de stopper dimanche soir le flux vers le déversoir auxiliaire, selon un porte-parole du département des ressources en eau, Doug Carlson, cité par le journal Sacramento Bee.

Même si le danger immédiat semble dorénavant écarté, l’ordre d’évacuation reste en place alors que les autorités évaluent également la solidité du déversoir principal, parallèle au déversoir auxiliaire et également endommagé.

Des centres d’accueil ont été mis sur pied à Chico, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la ville, mais les routes menant à cette localité se sont rapidement remplies de véhicules fuyant la zone menacée.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/02/13/etats-unis-les-autorites-californiennes-ordonnent-l-evacuation-immediate-en-aval-d-un-barrage_5078750_3222.html#U6BhMyk7jqoPpck0.99

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La cérémonie 2017 des Prix éthiques et des Casseroles

La cérémonie 2017 des Prix éthiques et des Casseroles | Think outside the Box | Scoop.it

Anticor a remis ses Prix éthiques et ses Casseroles pour l’année 2016, le 28 janvier 2017, à la Maison de l’Amérique Latine, devant plus de 200 personnes. Chaque année, en effet, l’association récompense les comportements vertueux et les actions exemplaires de l’année précédente.

La liste des récipiendaires met traditionnellement à l’honneur journalistes, lanceurs l’alertes, citoyens engagés, élus ou artistes. Cette année, Anticor a fait la part belle aux jeunes en récompensant « Osons causer » et « Le Fil d’Actu ». L’association reconnaît ainsi l’importance des nouveaux médias dans la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et le gaspillage de l’argent public.

La soirée était animée par la comédienne Audrey Vernon qui a conclu la soirée en espérant l’avènement « d’une démocratie idéale serait composée de citoyens qui s’évertueraient à mériter un prix éthique » !

 

 

Prix éthiques

1/ Jacques Duplessy et Guillaume de Morant pour leur enquête sur la corruption endémique dans leur livre Le tour de France de la corruption (Grasset). Jacques Duplessy et Guillaume de Morant sont deux journalistes indépendants. Ils dressent un tableau édifiant de la corruption hexagonale ordinaire: conflits d’intérêts, népotisme, appels d’offres truqués, enveloppes de billets, train de vie luxueux aux frais du contribuable.

2/ Christian Chesnot et Georges Malbrunot pour leur travail sur la corruption de certains responsables politiques français et la publication du livre Nos très chers émirs (Michel Lafon). Christian Chesnot et Georges Malbrunot dénoncent dans ce livre-enquête les « dérives » de la relation entre le Qatar et des personnalités politiques de tous bords, dont Jean-Marie Le Guen qui a décidé de porter plainte pour diffamation.

3/ Le collectif Osons Causer, pour leur regard critique et pertinent sur l’actualité et la corruption sur leur chaîne Youtube « Osons Causer ». Ludovic Torbey, Stéphane Lambert et Xavier Cheung ont plus de 98 000 abonnés sur leur chaîne. « Osons Causer » est un vidéoblog qui cherche à construire et transmettre des outils de compréhension du monde. Ils travaillent en collaboration avec Médiapart.

4/ Tatiana Jarzabek-Ventôse pour le « Fil d’actu ». Le Fil de l’Actu diffuse, chaque semaine, un JT d’une dizaine de minutes. Chaque mardi, Tatiana Jarzabek enregistre un JT diffusé sur les réseaux sociaux et sur leur chaîne Youtube.

Le Fil d’Actu et Osons Causer ont édité un livre, #OnVautMieuxQueCa (Flammarion).

5/ Daniel Ibanez pour organiser, chaque année, le Salon des lanceurs d’alerte (Des Livres et l’Alerte) et pour son travail de lanceur d’alerte sur les dessous du tunnel Lyon-Turin. Son salon encourage est un espace de réflexion sur le lancement d’alerte et le rôle de ceux qui la déclenchent. Daniel Ibanez est également l‘auteur de Trafics en tous genres (tim buctu éditions) et Lyon-Turin les « Réseaux » qui déraillent (tim buctu éditions).

6/ Françoise Verchère pour son action et son combat avec les armes du droit contre le projet Notre-Dame-des-Landes. Ancienne élue et ancien Maire de Bouguenais, elle connaît tous les dessous du projet de cet aéroport. Elle est d’ailleurs l’auteur de Notre-Dame-des-Landes, la fabrication d’un mensonge d’État, dans lequel elle s’interroge sur les modalités de la décision publique et la place des citoyens dans une démocratie  (tim buctu éditions).

7/ Rémy Garnier est le lanceur d’alerte de l’affaire Cahuzac. Il reçoit un prix éthique pour son courage face aux obstacles dressés par sa hiérarchie dans ce dossier. Ancien inspecteur des impôts, il a révélé à sa hiérarchie, dès 2008, l’existence d’un compte appartenant à Jérôme Cahuzac (alors ministre délégué au Budget de la France de mai 2012 à mars 2013), en Suisse.

8/ François Ruffin pour son film « Merci patron ! » posant par l’humour la question de l’éthique des affaires. « Merci patron! » est un documentaire satirique. François Ruffin montre son parcours pour porter auprès de Bernard Arnault, la voix de la famille Klur dont le père et la mère ont été licenciés de l’entreprise Ecce, sous-traitant du groupe LVMH, à la suite d’une délocalisation de la production. Par ailleurs, François Ruffin est le fondateur et le rédacteur en chef du                                    journal Fakir.

9/ Nicole Ferroni pour avoir notamment dénoncé la directive « Secret des affaires » et beaucoup d’autres dysfonctionnements démocratiques, avec humour et pertinence. Nicole Ferroni est une comédienne et humoriste. Depuis février 2013, elle tient une chronique hebdomadaire sur les ondes de France Inter, dans la matinale de Patrick Cohen. Le 14 avril 2016, jour du vote de la loi sur le secret des affaires au parlement européen, elle publie une vidéo contre le projet de loi. En moins de deux jours, la vidéo a été vue près de 7 millions de fois.

Casseroles

1/ Prix de l’acharnement à Sylvie Andrieux. Elle était député des Bouches-du-Rhônes, jusqu’à sa démission le 8 décembre 2016. Elle a siégé à l’Assemblée nationale avec un bracelet électronique afin de reculer l’échéance de sa démission, qui lui a finalement été imposée en novembre 2016, date du rejet de son pourvoi par la cour de cassation. Cette décision rend définitive la condamnation de l’élue à quatre ans de prison dont trois avec sursis, 100 000 euros d’amende                                  et cinq ans d’inéligibilité pour « détournement de fonds publics ».

François Colcombet, juge à la Cour de Justice de la République de 1997 à 2002.

2/ Prix de la connivence à la Cour de Justice de la République. Cette juridiction a été créée, en 1993, pour juger les crimes ou délits commis par les membres du Gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions. Christine Lagarde est la septième ministre à comparaître devant cette cour.

Nous remercions la Maison de l’Amérique Latine pour nous avoir chaleureusement accueilli.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Dix économistes en faveur du revenu universel de Hamon

Dix économistes en faveur du revenu universel de Hamon | Think outside the Box | Scoop.it

Thomas Piketty co-signe une tribune de soutien au revenu universel. 

 

"Économiquement et socialement, le revenu universel d'existence peut être pertinent et innovant", écrivent 10 économistes de renom dans une tribune au Monde, parmi lesquels figurent Thomas Piketty, Emmanuel Saez (université de Californie à Berkeley), Antoine Bozio (École d'Économie de Paris) ou encore la sociologue Dominique Méda.

 

 

Le revenu universel, proposition phare du finaliste à la primaire socialiste Benoît Hamon, "peut être économiquement crédible et socialement audacieux", estiment dans une tribune publiée dansLe Monde une dizaine d'économistes, dont Thomas Piketty. "Économiquement et socialement, le revenu universel d'existence peut être pertinent et innovant", écrivent les signataires de cette tribune, parmi lesquels figurent, outre Thomas Piketty, Emmanuel Saez (université de Californie à Berkeley), Antoine Bozio (École d'Économie de Paris) ou encore la sociologue Dominique Méda.

Soulignant que le candidat à la primaire fait face avec cette proposition "à un procès en incompétence gouvernementale", les auteurs de la tribune estiment que le revenu universel d'existence, "correctement conçu et précisé", peut "constituer un élément structurant de la refondation de notre modèle social". "Benoît Hamon n'a jamais dit qu'il allait verser 600 euros par mois à 50 millions d'adultes", soulignent-ils. "Au contraire : il a explicitement évoqué le fait que le nouveau système pourrait être sous conditions de ressources et concernerait uniquement les salaires inférieurs à 2.000 euros, avec des montants qui ne seraient évidemment pas les mêmes pour tous". De fait, le chiffrage souvent avancé de 300 à 400 milliards d'euros pour cette mesure est "fantaisiste", selon eux.

 

Plus d'autonomie pour la jeunesse

Pour les universitaires, "son instauration dès le début du prochain quinquennat pour les 18-25 ans est susceptible de redonner de l'autonomie à notre jeunesse et de constituer une réponse à ce que sont aujourd'hui les conditions d'obtention d'une qualification supérieure et d'entrée dans la vie professionnelle". Pour les travailleurs à bas salaires, ils jugent qu'il serait plus pertinent de ne pas verser de prime d'activité, perçue seulement plusieurs mois plus tard et uniquement s'ils en font la demande. A l'inverse, il vaudrait mieux selon eux augmenter d'autant le salaire net des travailleurs, afin de revaloriser les bas salaires. "Pour toutes les personnes disposant d'un emploi stable, le complément de revenu doit être versé de la façon la plus automatique et universelle qui soit, c'est-à-dire directement sur le bulletin de salaire", ajoutent les économistes.

Contrairement à ce qu'affirment les auteurs de cette tribune, le candidat propose bien pourtant l'instauration d'un revenu universel pour tous, d'un montant de 750 euros "à terme". Il imagine trois étapes pour sa mise en oeuvre. "Pour la première étape, dès 2018, le RSA sera augmenté de 10% à hauteur de 600EUR et versé automatiquement à tous les ayants droit. La même année, un revenu d'existence sera versé à tous les jeunes de 18 à 25 ans quel que soit leur niveau de ressources", peut-on lire sur son site internet. "Une grande conférence citoyenne sera ensuite lancée. Elle permettra de fixer le périmètre du revenu universel (montant, financement, articulation avec les autres allocations sociales, calendrier de mise en oeuvre). Ce revenu sera ensuite étendu à l'ensemble de la population. A terme, il atteindra la somme de 750 euros", poursuit-il.

Devant les journalistes de l'Ajis (Association des journalistes d'information sociales), le 13 janvier, Benoît Hamon avait évoqué pour la deuxième étape une "généralisation partielle du revenu universel sous condition de ressources", "d'ici la fin du quinquennat"; et pour la troisième, "sur un second quinquennat", une généralisation hors conditions de ressources. Dans Libération, le 5 janvier, Benoît Hamon avait souhaité que le revenu universel puisse "se faire à l'échelle du quinquennat", précisant toutefois ne pas pouvoir s'engager formellement sur "2022".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Trump accueille le corps du premier soldat mort sous sa présidence

Trump accueille le corps du premier soldat mort sous sa présidence | Think outside the Box | Scoop.it

Une opération commando a été menée au Yémen dimanche contre un site d’Al-Qaida. Six autres soldats américains ont été blessés.

 

Le président américain Donald Trump s’est rendu mercredi 1er février après-midi sur la base militaire de Dover, dans le Delaware, pour accueillir la dépouille du premier soldat américain tué sous sa présidence, lors d’une opération commando au Yémen. C’est sur cette base aérienne de la Côte est qu’arrivent les corps des soldats américains tués en opération.

Donald Trump s’est rendu sur place en hélicoptère depuis la Maison Blanche, accompagné de sa fille Ivanka. La cérémonie sur la base aérienne a eu lieu dans l’intimité, à la demande de la famille.

 

Lutte contre Al-Qaida

Le soldat tué, William « Ryan » Owens, 36 ans, appartenait aux Navy Seals, les prestigieux commandos américains de marine, spécialistes notamment des opérations éclairs contre les réseaux extrémistes. Il a été tué dimanche lors d’une opération militaire américaine au Yémen contre un site d’Al-Qaida, durant laquelle six autres soldats américains ont été blessés, selon le dernier bilan du Pentagone.

Quatorze combattants du groupe extrémiste ont été tués dans l’opération à Yakla, dans le centre du Yémen, a affirmé par ailleurs le Pentagone.

Une source yéménite a avancé un bilan beaucoup plus lourd de 41 membres d’Al-Qaida tués, dont des chefs, ainsi que huit femmes et huit enfants. Parmi les enfants tués figure notamment une fille de l’imam américano-yéménite Anwar Al-Aulaqi, selon un membre de sa famille.

 

Renseignement

L’opération commando avait pour but de recueillir du renseignement, notamment en saisissant ordinateurs et appareils électroniques, sur l’organisation d’Aqpa (Al-Qaida dans la péninsule Arabique), considérée par les Américains comme la plus dangereuse du réseau extrémiste.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a affirmé mercredi que le raid ne pouvait être qualifié de « succès à 100 % » du fait de la mort du sous-officier Owens. Mais il a permis d’acquérir une « quantité énorme » d’informations sur Al-Qaida, a-t-il souligné. Le raid est le premier de ce type à avoir été autorisé par Donald Trump. Mais le Pentagone a affirmé qu’il était en préparation depuis longtemps, avec l’accord de la Maison Blanche de Barack Obama.

Ce sont des « raisons opérationnelles » qui ont fait que le raid a eu lieu dimanche et non pas il y a deux semaines, quand le président Barack Obama était encore au pouvoir, a expliqué lundi le porte-parole du Pentagone Jeff Davis.

Un avion-hélicoptère V-22 Osprey américain a fait un atterrissage brutal pendant l’opération et a dû être détruit pour éviter qu’il ne tombe entre les mains d’Al-Qaida.



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les forces de la démondialisation

Les forces de la démondialisation | Think outside the Box | Scoop.it

« Il faut donc avoir ce langage de vérité : la mondialisation fait beaucoup de dégâts. »En s’exprimant ainsi en tant que Premier ministre, le 24 novembre dernier dans le quotidien Les Echos, Manuel Valls a surpris tout le monde. Après les diatribes protectionnistes de Donald Trump, le Brexit et la montée des partis nationalistes en Europe, le rejet politique de la mondialisation économique semble maintenant largement perçu comme un atout électoral.

Et pour cause : au sein de la population, le doute ne cesse de grandir, tout particulièrement en France, quant aux vertus de l’internationalisation. Même les économistes ne croient plus à la mondialisation heureuse et sont désormais plutôt enclins à souligner son rôle dans la montée des inégalités.

Mais la réalité n’a pas attendu la prise de conscience des économistes et des politiques. Car, paradoxalement, au moment où s’ouvre enfin le débat sur les gagnants et les perdants de la mondialisation, plusieurs transformations structurelles semblent pousser au ralentissement, si ce n’est au recul, de l’extension que l’on croyait sans fin de la globalisation des entreprises et de la finance.

 

La première surprise est venue de la finance. Depuis la fin des années 1950, les mouvements de capitaux internationaux n’ont cessé de progresser. Les avancées technologiques en matière de communications et la libéralisation toujours plus grande des marchés des changes à partir des années 1970 ont été le premier moteur de cette internationalisation. Le mouvement s’est ensuite accéléré avec la possibilité offerte aux investisseurs étrangers de venir financer les déficits budgétaires en achetant des titres de dette publique à partir des années 1980. Puis, dans les années 1990, ce sont les services financiers qui ont été libéralisés, permettant aux acteurs économiques de s’installer facilement dans un autre pays pour offrir des services bancaires et financiers.

Investissements, dettes et activités bancaires internationaux, en % du PIB mondial
INVESTISSEMENTS, DETTES ET ACTIVITÉS BANCAIRES INTERNATIONAUX, EN % DU PIB MONDIAL
 

 

Prêts interbancaires internationaux des banques de la zone euro, en milliards de dollars
PRÊTS INTERBANCAIRES INTERNATIONAUX DES BANQUES DE LA ZONE EURO, EN MILLIARDS DE DOLLARS
 

 

On s’attendait bien à ce qu’une crise d’ampleur exceptionnelle comme celle des subprime calme les ardeurs des investisseurs. Le choc semble avoir été important : selon les estimations du McKinsey Global Institute, pratiquement dix ans après le début de la crise, le poids des mouvements de capitaux a été divisé par dix depuis leur pic de 2006 !

Pratiquement dix ans après le début de la crise, le poids des mouvements de capitaux a été divisé par dix depuis leur pic de 2006 !

Twitter
 

Un regard plus attentif permet de s’apercevoir que si la courbe de l’endettement international des Etats et des entreprises a nettement stoppé sa progression, les montants restent néanmoins élevés. De leur côté, les investissements internationaux des firmes ne sont plus aussi importants qu’hier, de l’ordre de 1 500 milliards de dollars en 2015, contre un peu plus de 2 000 milliards au plus haut en 2007. De plus, de nombreuses études indiquent qu’environ 30 % de ces soi-disant investissements correspondent en réalité à des transferts artificiels de capitaux pour échapper au fisc ou bien à des réglementations diverses. La mondialisation des firmes est ainsi surestimée. Si la lutte entamée par le G20 pour remettre en cause ce genre de pratiques se révèle efficace, cette part factice de la mondialisation sera appelée, elle aussi, à se réduire.

Une finance internationale en recul

Mais l’essentiel du ralentissement des flux de capitaux s’explique par la diminution des activités bancaires internationales, aussi bien pour les prêts que pour l’implantation de filiales à l’étranger. Plus en détail, le facteur de baisse le plus important concerne les prêts que se font les banques entre elles : la finance internationale travaille surtout pour la finance. Avant de soutenir les économies réelles, les établissements bancaires se prêtent de l’argent pour investir ou spéculer.

La finance internationale travaille surtout pour la finance

Twitter

Or, on note une diminution de ces flux depuis la crise de 2007-2008. On l’observe pour l’ensemble du monde, avec une baisse d’un tiers et, surtout, pour les banques européennes dont les prêts aux banques des autres pays ont été divisés par deux depuis leur pic de juin 2008. Une évolution qui dure depuis plusieurs années et pour laquelle il faudra encore attendre pour voir à quel niveau elle va se stabiliser.

Part des importations de produits intermédiaires, en % des importations totales
PART DES IMPORTATIONS DE PRODUITS INTERMÉDIAIRES, EN % DES IMPORTATIONS TOTALES
 

 

 

Mais l’internationalisation de la finance n’est pas la seule à reculer. Tous les économistes notent ces dernières années que le commerce mondial croît bien moins rapidement qu’avant la crise. Entre les années 1980 et 2007, il progressait environ deux fois plus vite que le produit intérieur brut (PIB) mondial. Après une période d’instabilité entre 2007 et 2011, les échanges mondiaux sont restés plats, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) estimant une progression limitée à 1,7 % pour 2016.

Les firmes changent de stratégie

Le ralentissement de l’économie mondiale explique en partie cette faiblesse : moins on croît et moins on importe. Mais la perte de dynamisme des échanges s’explique par des facteurs plus structurels. En fait, 60 % du commerce international correspond à des échanges intragroupes, entre les différentes filiales d’une même multinationale. Il n’est donc que le reflet des stratégies d’investissement des firmes. Or, il semble bien que celles-ci soient en train d’être profondément modifiées.

Les pays émergents dans lesquels les multinationales se sont installées connaissent des hausses de salaires

Twitter

On avait l’habitude de constater les délocalisations d’entreprises, engagées dans l’éclatement au niveau mondial de leur chaîne de valeur ajoutée, c’est-à-dire la course à la sélection des territoires les mieux à même de produire à moindre frais les différentes parties de leur production. Ainsi, l’écran tactile d’un iPhone vient du Japon, son appareil photo des Etats-Unis, son processeur de Corée du Sud, etc., le tout étant assemblé en Chine avant d’être exporté. Cette stratégie semble désormais remise en cause.

Zoom La mondialisation n’est pas terminée

 

 
DES INDIVIDUS DE PLUS EN PLUS MONDIALISÉS, EN MILLIONS
 

 

 

 

Les pays émergents dans lesquels les multinationales se sont installées connaissent des hausses de salaires. Le tsunami japonais ou l’effondrement du Rana Plaza ont également montré aux entreprises qu’elles maîtrisaient mal leurs chaînes d’approvisionnement mondial, ce qui les incite à en rapatrier une partie. La volonté de pouvoir réagir plus vite aux changements de goût des consommateurs va dans le même sens. Le coût environnemental des transports au long cours, dont les prix ne baissent plus, participe également à une moindre internationalisation des processus de production.

La Chine recentre son développement sur son économie interne ; elle produit de plus en plus localement ce qu’elle importait

Twitter

A tout cela s’ajoute une autre évolution clé : la Chine recentre son développement sur son économie interne ; elle produit de plus en plus localement ce qu’elle importait et vend sur place ce qu’elle cherchait auparavant à exporter. Tous ces mouvements se lisent dans la baisse, marquée pour la Chine, des échanges mondiaux de biens intermédiaires destinés à être assemblés après leur production dans d’autres territoires. Ce changement stratégique des multinationales représente une force puissante de démondialisation.

Stagnation séculaire

Enfin, un dernier facteur pousse également dans le même sens : la "stagnation séculaire", cette longue période de faible croissance dans laquelle semblent engagées les économies des pays riches. L’économiste américain Robert Gordon l’explique par le fait que les innovations en cours, dont l’application va se généraliser au cours des vingt-cinq prochaines années, sont porteuses de faibles gains de productivité. Pour d’autres, comme Paul Krugman ou Larry Summers, le monde connaît un surplus d’épargne mondiale par rapport aux investissements, ce qui exerce une pression déflationniste durable1. Du Fonds monétaire international (FMI) à la Banque centrale européenne (BCE), tous les experts soulignent combien la panne de l’investissement, une activité recourant assez fortement aux produits importés, semble refléter une stratégie durable des entreprises et contribue à l’affaiblissement de la mondialisation.

Des forces puissantes poussent aujourd’hui à une démondialisation économique. Jusqu’où ira ce mouvement et combien de temps durera-t-il ? Impossible de le dire pour le moment. Mais le capitalisme du XXIe siècle semble suivre une voie bien différente de celui de la seconde moitié du siècle précédent.

 

  • 1.Voir notre dossier dans Alternatives Economiques n° 353, janvier 2016 (https://lc.cx/J4vp).

 

CHRISTIAN CHAVAGNEUX

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les scientifiques américains défient Trump

Les scientifiques américains défient Trump | Think outside the Box | Scoop.it

Le 25 janvier 2017, des militants de Greenpeace sont parvenus à afficher ce drapeau à quelques dizaines de mètres de la Maison Blanche.

 

 

L'Agence américaine pour la protection de la nature est la première instance scientifique visée par Donald Trump. Redoutant de voir l'idéologie prendre le pas sur les sciences, les chercheurs organisent la riposte.

 

C’est le temps de l’attente et des craintes chez les scientifiques américains après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, le 20 janvier 2017. Tout d’abord à l’Agence de protection de l’environnement. Donald Trump a nommé à sa tête le procureur général de l’Oklahoma, Scott Pruitt, opposant notoire à cette agence qu’il a attaquée en justice pas moins de 14 fois (sa nomination reste à valider par le Sénat). La Maison Blanche aurait demandé à purger le site de l’EPA de toute référence au réchauffement climatique. Mais il semble qu’elle vient de faire machine arrière et toutes les données sont toujours en ligne. Une source anonyme a révélé par ailleurs que tous les financements de recherches à l’EPA sont gelés pour une durée indéterminée. L’agence a été sommée de cesser toute communication envers le public. Et à l’avenir, a demandé qu'aucune information ne soit révélée sans avoir été validée par des personnes nommées par l’administration Trump.

Lundi 23 janvier, les scientifiques du ministère de l’Agriculture ont également été réduits au silence. Une décision finalement annulée le lendemain. Quant aux agents du National Park Service, l’agence fédérale en charge des parcs nationaux, il leur a été demandé de cesser de twitter. C’est dans ce contexte de crainte et d’incertitudes sur la liberté future des scientifiques qu’une contestation massive commence à se mettre en place. En voici quelques exemples.

Les réseaux de la colère

  • Une opération de sauvetage des données sur le climat lancée par l’Université de Pennsylvanie a déjà sauvegardé au moins 1,5 téraoctet de données sensibles.
  • A la suite de la Marche des femmes organisée le lendemain de l’investiture de Donald Trump, des scientifiques ont lancé un appel pour une "Marche de la science" à une date restant à définir. En réponse au déni du changement climatique de la nouvelle administration, mais aussi à l’orientation de la politique énergétique centrée sur les énergies fossiles. Pour ce faire, un nouveau mouvement "Scientists' March on Washington" a été créé il y a quelques jours, que l'on peut suivre sur leur page web, Facebook ou sur un compte twitter qui compte déjà plus de 150 000 abonnés. "Nous avons été inspirés (bon, fâchés) par les attaques actuelles sur la science de la nouvelle administration", a écrit Caroline Weinberg chercheuse en santé publique et co-fondatrice du mouvement, dans un courriel au Washington Post. "Réduire le financement et empêcher les scientifiques de communiquer leurs résultats (de la recherche financée par les impôts!) au public est absurde et ne peut être autorisé à demeurer en politique."

  • Le 29 avril 2017, à la fin des cent premiers jours de l’administration Trump, sera organisée la deuxième People Climate March à Washington par le People Climate movement un consortium d’une douzaine d’associations citoyennes. La première avait rassemblé 400 000 personnes à New York, en marge du sommet climat à l’ONU, le 21 septembre 2014.

 

Les parcs nationaux réagissent aussi

Parmi les scientifiques et responsables des parcs nationaux ainsi muselés, la colère gronde. Mais qu'à cela ne tienne : ils ne peuvent s'exprimer sur les comptes officiels de leurs institutions respectives ? Ils le feront par la création d'une multitude de comptes "rebelles" non officiels (et par conséquent non certifiés) sur Twitter. De quoi entrer en guerre contre la désinformation scientifique prônée par l'administration Trump. Liste (loin d'être exhaustive) ci-dessous :

Quelques-uns des comptes Twitter non-officiels créés par les institutions scientifiques américaines.

À l'origine de cette vague de contestation sur Twitter, des tweets outragés originellement postés sur le compte officiel du parc national des Badlands, qui ont depuis été supprimés. Un reporter américain de la NPR les a immortalisés par une capture d'écran ci-dessous.

Et le mouvement fait depuis feu de tout bois, puisque le mouvement entraîne dans son sillage nombre de comptes plus ou moins officiels qui gardent en tout cas le même mot d'ordre : sensibiliser l'opinion publique, et par toutes les armes, y compris le sarcasme ou l'ironie.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Trump gives Pentagon 30 days to develop strategy to defeat ISIS in Iraq & Syria

Trump gives Pentagon 30 days to develop strategy to defeat ISIS in Iraq & Syria | Think outside the Box | Scoop.it

President Donald Trump has signed an executive order directing the US military to develop a preliminary plan to defeat Islamic State in both Iraq and Syria. He discussed the issue earlier in a telephone conversation with Russian President Vladimir Putin.

“It is the policy of the United States that ISIS be defeated,” reads the order published on the White House website on Saturday. “Within 30 days, a preliminary draft of the Plan to defeat ISIS shall be submitted to the President by the Secretary of Defense.” 

The comprehensive plan should include guidelines on the use of public diplomacy, information operations, and cyber strategies “to isolate and delegitimize ISIS [Islamic State, formerly ISIL] and its radical Islamist ideology.”

It will also seek to identify “new coalition partners in the fight against ISIS and policies to empower coalition partners” to fight Islamic State and its affiliates.

The number of proposed measures “would depend upon the political risk that the president is willing to take when we do certain things that could exacerbate things with Russia or Turkey,” one defense official told Washington Post on Monday. 

Earlier in the day, Trump and Putin had their first telephone conversation, in which they expressed their mutual intent to cooperate on combatting Islamic State.

“The presidents have spoken in favor of establishing a real coordination between the US and Russian actions in order to defeat ISIS and other terrorist organizations in Syria,” the Kremlin statement said.

https://twitter.com/KremlinRussia_E/status/825460950237077504

 

Putin emphasized that “for over two centuries Russia has supported the United States, was its ally during the two world wars, and now sees the United States as a major partner in fighting international terrorism.”

Both leaders have also agreed to work out a time and venue for a possible meeting, according to the statement.

 

 

Jacques Le Bris's insight:
Read more

Putin & Trump signal new Russia-US partnership with 1st phone call on ISIS, trade & Ukraine

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les trois "embrouilles" des défenseurs de la centrale de Fessenheim

Les trois "embrouilles" des défenseurs de la centrale de Fessenheim | Think outside the Box | Scoop.it
KRUKOF2

 

 

La communication qui a été faite de l'accord qui aurait été donné par le conseil d'administration d'EDF à la fermeture de Fessenheim ne correspond en rien à la réalité.

 

Tout d'abord, Fessenheim ne fermera pas au cours du quinquennat de François Hollande. Ce n'est pas un scoop car, dès 2013, après que Delphine Batho ait soutenu devant le conseil d'État la thèse de EDF et ainsi obtenu un arrêt du conseil d'État jugeant qu'il n'y avait aucun risque à Fessenheim, la messe était dite. Elle l'était définitivement après que le gouvernement ait refusé de se donner les moyens d'appliquer sa politique énergétique et de décider de la fermeture des centrales nucléaires qu'il jugeait utile pour atteindre l'objectif qu'il se fixait. Aujourd'hui, le dernier espoir que devait avoir le président Hollande de pouvoir se prévaloir d'un projet de fermeture disparaît, le conseil d'administration d'EDF ayant remis à un conseil d'administration ultérieur, la décision de déposer une demande de fermeture en bonne et due forme. En effet, le prétendu avis favorable n' en est pas un puisqu'il est assorti de conditions dont la réalisation est renvoyée à après l'élection présidentielle.

 

En second lieu, aucun accord n'a été donné par le conseil d'administration contrairement à ce qui a été publiquement indiqué. En effet, au terme d'un marchandage aussi scandaleux sur le plan politique sur le plan de la sécurité, le conseil d'administration d'EDF subordonne le dépôt d'une demande de fermeture à la délivrance de 2 autorisations qui ne devraient pas l'être. La première concerne Paluel. Cette centrale a été victime d'un accident très grave puisque un générateur de vapeur dont la chute était selon EDF impossible, est effectivement tombé sur le réacteur. La centrale ayant été arrêtée depuis mai 2015, si elle n'a pas redémarré en mai 2017, son redémarrage nécessite une nouvelle autorisation. Celle-ci devrait faire l'objet d'une procédure complète ce que veut absolument éviter EDF puisqu' elle nécessite une étude d'impact et une enquête publique. EDF veut donc une autorisation de redémarrage avant cette date. Et EDF surtout veut faire l'économie de toute procédure publique ce qui apparaît comme totalement illégal compte tenu de la gravité de l'accident qui est survenu. La même pression est exercée sur Flamanville dont l'autorisation vient à expiration en avril 2017. Une nouvelle autorisation est donc nécessaire et devrait être soumise, sauf dérogation, à une procédure complète ce que là aussi EDF veut éviter. C'est la raison pour laquelle le conseil d'administration a subordonné le dépôt d'une demande de fermeture de Fessenheim à une double violation de la loi au bénéfice de Paluel et Flamanville.

 

Enfin, la question de l'indemnisation mérite d'être posée. En effet, il se pourrait bien que nous soyons en face d'une situation qui celle de l'arroseur arrosé. En effet, pour pouvoir prolonger ad aeternum ses centrales, EDF avance toujours l'argument selon lequel la loi française ne prévoit aucune durée pour la vie des centrales nucléaires. C'est exact et pose problème dans la mesure où les décisions données par l'ASN tous les 10 ans ne sont pas analysés par le conseil d'État comme des autorisations de prolongation de la durée de vie mais comme de simples avis. Mais, si les autorisations ne sont pas fixées dans le temps, alors EDF ne peut prétendre à aucun droit à indemnisation pour quelle que durée que ce soit puisque précisément il n'existe pas de délai.

 

On ne peut pas en même temps prétendre que les décisions de l'ASN qui interviennent tous les 10 ans ne prolongent pas la durée de vie pour 10 ans et en même temps prétendre qu'elles donnent un droit à fonctionner pendant 10 ans. Autrement dit, sur un plan strictement juridique, le droit à indemnisation d'EDF est éminemment contestable.

Cerise sur le gâteau, Ségolène Royal a prétendu le 25 janvier au micro de Jean-Jacques Bourdin que de toutes façons EDF ne pourrait plus prélever de l'eau pour faire fonctionner la centrale car les normes avaient changé. C'est vraiment un comble . En effet, l'ASN a délivré en 2016 à EDF des autorisations de rejet et de prélèvements d'eau totalement dérogatoires à toutes les normes, c'est-à-dire en réalité parfaitement illégales tant au niveau du droit français que du droit communautaire. Dès lors, oser prétendre que la loi sur l'eau serait appliquée à EDF et à Fessenheim relève vraiment de la « réalité alternative » mise à la mode par Donald Trump.

 

Quelles leçons tirer de cette situation?

  • La première évidemment est simple: l'État est dans l'incapacité d'imposer son choix en matière de politique énergétique. C'est EDF qui décide de tout alors que l'État est actionnaire à hauteur de 85 % et que c'est lui qui fixe les règles du jeu. Cela signifie que la loi sur la transition énergétique, en ce qui concerne la baisse de la part du nucléaire dans le mix énergétique relève du marchand de sable, de la poudre aux yeux et de la communication qui ne cherche même pas être convaincante. Si l'État est incapable d'imposer la fermeture d'une centrale vieillissante et critiqué dans toute l'Europe comme dangereuse, comment pourrait-il imposer un changement de politique énergétique.

  • La seconde est tout aussi évidente: EDF est prête à tout pour obtenir le feu vert sur Flamanville. La pression qu'est exercée sur l'Etat à travers la non décision du conseil d'administration est exercée de manière encore plus forte sur le président de l'autorité de sûreté nucléaire. La presse regorge d'articles sur le dénigrement systématique exercé sur cette autorité par le lobby nucléaire, de manière à obtenir contre vents et marées une autorisation pour Flamanville qui ne devrait jamais être donnée.

  • Plus que jamais, contrairement à la Une du journal l'Express, le nucléaire ne doit pas être sauvé parce qu'il ne peut pas l'être sans entraîner notre pays dans une spirale infernale. Le jour où le scénario Negawatt confirme le rapport de l'Ademe sur la faisabilité d'un scénario renouvelable à 100% en 2050, ou l'Ademe elle-même confirme la rentabilité la compétitivité des énergies renouvelables, il est plus que temps de gérer sur la durée le parc nucléaire tel qu'il existe aujourd'hui en fermant progressivement les centrales les plus exposées au risque. Nous avons le temps de permettre au personnel d'EDF de se former aux techniques du démantèlement pour ceux qui voudraient rester dans la filière nucléaire, aux techniques de la maintenance pour la mise à l'arrêt des réacteurs pour ceux qui souhaiteront rester dans les centrales existantes, aux techniques du renouvelable tous ceux qui voudraient accéder aux nouvelles technologies. Nous avons le temps de programmer une reconversion au voisinage des sites concernés pour permettre le maintien d'une activité locale. Mais, plus nous attendrons, plus EDF sera confronté à la falaise financière dont le président de l'ASN a dit récemment qu'elle posait désormais problème en terme de sécurité. Plus nous attendrons, plus les énergies renouvelables et les techniques de sobriété et d'efficacité énergétique se développeront, seront compétitifs et seront entre les mains de sociétés étrangères. Plus nous attendrons, plus la révolution énergétique avancera et moins nous serons à même d'assurer notre autonomie énergétique, le développement de nos propres marchés et notre compétitivité économique puisque l'énergie française deviendra une des plus chère du monde. Il est plus que temps d'agir en regardant l'avenir et non le passé.

 

 

Corinne Lepage

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme 

Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme  | Think outside the Box | Scoop.it

Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy à l'Intérieur, a été condamné en appel à deux ans de prison dont un ferme dans le procès des primes en liquide.

En novembre, avait été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, 75.000 euros d'amende et cinq ans d'interdiction de toute fonction publique.

Il était jugé pour avoir touché 210.000 euros en cash alors qu'il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, entre 2002 et 2004.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

French people are finding it really hard to translate Donald Trump

French people are finding it really hard to translate Donald Trump | Think outside the Box | Scoop.it

French translators have had a tough time translating Donald Trump’s speeches into the language of Molière.

Translator Bérengère Viennot believes the new US President is difficult to translate because “he seems not to know quite where he’s going,” she told the LA Review of Books.

 

The first step for a translator is to be able to “get into someone’s mind,” explained Mrs Viennot, but it’s not always easy to understand the point Mr Trump is trying to make. 

 

“Trump’s vocabulary is limited, his syntax is broken; he repeats the same phrases over and over, forcing the translator to follow suit," she said.

“It’s as if he had thematic clouds in his head that he would pick from with no need of a logical thread to link them.”

This creates difficulties for the French, whose language is, in general, more structured and logical, and translators are left with a dilemma over whether to prioritise meaning over style.

But even for English-speakers, Mr Trump is not always the easiest person to understand. 

 

During the first presidential debate he used the world “bigly”, which left many pondering what the new word was meant to mean – "big league", or something else?

On another occasion, he was heard saying “swatches of land,” when he really he meant “swathes of land”.

French translators might have a difficult time translating the US President over the next four years, but perhaps they will finally help Mr Trump make sense.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La justice américaine et le FBI vont enquêter sur Areva - leJDD.fr

La justice américaine et le FBI vont enquêter sur Areva - leJDD.fr | Think outside the Box | Scoop.it

La mine d'uranium d'Arlit, dans le nord du Niger, en 2013, rachetée avec Uramin.

 

 

Areva n'en a pas fini avec le scandale Uramin, l'entreprise minière canadienne acquise en juillet 2007 pour 2,5 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros). Après la justice française qui a ouvert deux instructions judiciaires, dont une concerne directement l'affaire Uramin, c'est au tour de la justice américaine de s'intéresser au dossier. Selon nos informations, le département de la Justice (DoJ) a demandé, en fin d'année dernière, au FBI d'enquêter sur cette opération qui pourrait tomber sous le coup de la loi contre la corruption internationale (FCPA).

Lire aussi : Les dessous de l’affaire Uranim

Un dossier éligible à la loi anticorruption américaine

Tout est parti d'un rapport remis par Marc Eichinger aux autorités américaines à l'automne dernier. Cet enquêteur français indépendant, ancien financier, avait rédigé, en 2010, un premier rapport sur l'acquisition d'Uramin à la demande du service de sécurité d'Areva. Il concluait à une possible escroquerie et recommandait à son client de saisir les autorités de tutelle. Son nom sera ensuite jeté en pâture par Anne Lauvergeon, l'ancienne présidente du directoire d'Areva, pour dénoncer les enquêtes illégales dirigées contre elle et son mari, Olivier Fric. Ayant gagné les procès intentés par "Atomic Anne" contre lui, Marc Eichinger a continué, pour son propre compte, à enquêter sur cette opération qui a fait perdre au géant du nucléaire quelque 3 milliards d'euros (investissements compris), expliquant en partie sa quasi-faillite.

 

«Poursuivre les présumés coupables où qu'ils se cachent»

Son nouveau rapport est explosif pour le groupe français. "J'ai pu prouver, sur la base de documents juridiques incontestables, que le dossier Uramin était éligible à la loi anticorruption américaine, connue sous l'acronyme FCPA. Elle a l'avantage majeur de s'appliquer hors des frontières des États-Unis et de poursuivre les présumés coupables où qu'ils se cachent", explique l'enquêteur. C'est en application de cette loi qu'Alstom avait été condamné, en décembre 2014 à payer une amende de 772 millions de dollars pour avoir versé des pots-de-vin pour gagner des contrats dans différents pays.

 

Des responsabilités en chaîne

Areva pourrait se retrouver, à son tour, devant un tribunal américain, avec la perspective catastrophique de se voir demander le remboursement intégral du montant de l'OPA, selon Marc Eichinger. La responsabilité de l'entreprise ne serait pas la seule engagée. Les signataires du document émis le 25 juin 2007 pour formaliser l'offre publique d'achat d'Uramin pourraient aussi être mis en cause : Gérald Arbola, alors numéro 2 du directoire d'Areva, Daniel Wouters, le négociateur du groupe nucléaire, ou Olivier Mallet, qui agissait comme président de CFMM Développement, la filiale chargée de réaliser l'OPA.

 

«Vous pouvez avoir la certitude qu'elle va balayer jusqu'au moindre détail»

La mise en route de la machine judiciaire américaine constitue une très mauvaise nouvelle pour Areva, au moment où il espère finaliser son sauvetage financier. Après avoir vendu son activité réacteurs nucléaires (Areva NP) à EDF, Areva a logé ses activités "saines" (mines, fabrication du combustible et retraitement) dans une nouvelle filiale baptisée Areva NewCo. L'État doit maintenant recapitaliser l'ensemble, après le feu vert conditionnel donné par Bruxelles, à hauteur de 4,5 milliards d'euros, un consortium japonais apportant 500 millions supplémentaires. Une somme qui pourrait se révéler insuffisante si la justice américaine a la main lourde.

 

Lire aussi : Anne Lauvergeon met en cause Claude Guéant

Deux autres risques américains identifiés

Le risque est d'autant plus grand que les juges américains s'intéressent à un autre dossier : Areva s'est peut-être mis dans l'illégalité au regard de la législation sur le nucléaire aux États-Unis. Pour gagner, en 1999, un contrat pour une usine de transformation du plutonium militaire en combustible nucléaire, Areva a dû s'associer à un partenaire local, le groupe d'ingénierie Shaw, à travers une coentreprise détenue à 30% par le français et à 70% par l'américain. Or depuis le rachat en 2013 de Shaw par son concurrent américain CB & I, ce dernier indique, dans ses documents financiers, ne détenir que 52% de la coentreprise et Areva 48%. Ce changement n'aurait pas été soumis aux autorités de contrôle et serait contraire à la réglementation.

Autre problème juridique auquel Areva doit faire face : la livraison de pièces potentiellement défectueuses, fabriquées par son usine du Creusot, à 17 centrales nucléaires américaines. En France, l'Autorité de sûreté nucléaire a déjà indiqué que cette usine avait falsifié certains dossiers de fabrication, ce qui a entraîné l'ouverture d'une enquête préliminaire. Là aussi, la justice américaine pourrait également être saisie. "À partir du moment où l'administration américaine travaille sur un cas aussi important, vous pouvez avoir la certitude qu'elle va balayer jusqu'au moindre détail", conclut Marc Eichinger. 

 

Thierry Gadault - Le Journal du Dimanche

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le tracteur autonome (peut-être) au secours de l'agriculture

L'agriculture, avec un effectif en forte baisse et des surfaces à exploiter en hausse, est confrontée à un casse-tête : comment continuer à produire ? Une piste : l'innovation.

 

En agriculture, tout est question d’échelle. Et au cœur de cette activité, il y a des hommes et des femmes. Des hommes et des femmes qui, à en croire leurs déclarations dans le dernier Portrait social de la France, travaillent près de 54 heures par semaine en moyenne, bien au-delà des 37,3 heures relevées chez les personnes de 15 ans ou plus ayant un emploi en France métropolitaine.

Ce travail se partage entre les activités de production et les activités connexes (entretien du matériel, administration…), de façon très inégale entre les différents types d’exploitations. Mais il est une composante de ce travail qui demeure incompressible, au moins dans les cultures : le temps passé à conduire des machines.

Moins de bras, plus de travail

Si, depuis 2000, le nombre d’exploitations a baissé, la surface exploitée en France, autour de 25 millions d’hectares (ministère de l’Agriculture, cité par Le Monde), elle, n’a pas changé. De 66 ha en moyenne, les exploitations ont donc grossi, pour atteindre une moyenne de 85 ha. Dans le même temps, l’emploi agricole n’a pas vraiment prospéré : le secteur a perdu presque la moitié de ses actifs, pour atteindre 770 000 permanents en grande majorité des exploitants ou leurs proches.

Pour résumer, les surfaces à traiter ont gonflé de 29%, tandis que les personnels disponibles pour les traiter ont chuté de 41%.

Ajoutez à ces statistiques la saisonnalité du travail, et la nécessité de traiter les cultures dans un temps parfois contraint – pour éviter les intempéries, pour récolter des produits à maturité, pour partager les investissements matériels avec d’autres agriculteurs… – et vous obtenez des horaires de travail pour le moins chaotiques. Au total, 43 % des agriculteurs ont des horaires variables d’une semaine sur l’autre, et le travail le soir ou le week-end est monnaie courante dans le secteur : plus des deux tiers des agriculteurs exploitants se disent concernés.

Une nouvelle main d'œuvre

Dès lors, les techniques qui peuvent apporter des gains de productivité – sans pour autant verser dans le paradigme productiviste de l’après-guerre – s’étudient. L’innovation peut se mettre au service de la qualité de vie tout autant que de l’environnement. Ainsi, l’utilisation des GPS pour sillonner les champs, qui a facilité le travail de ceux qui traitent de grandes surfaces agricoles, concerne désormais presque un agriculteur sur deux. Les prémisses d’un pilote automatique, qui optimise les parcours des agriculteurs (donc la consommation de carburant) et allège leur travail sur les machines.

A la veille du salon de l’agriculture, à Paris, un constructeur de tracteurs, Case, va plus loin et présente le premier tracteur autonome du marché. Un prototype qui, programmé, peut traiter des hectares – labourer, semer, désherber, récolter – sans jamais se fatiguer, en sécurité, assure son constructeur (guidage et détection radar et laser), et sous réserve que le plein soit fait. Programmé à distance, il joue sa partition sous le contrôle (éventuel), par écran interposé, de son pilote.

Que les amateurs de balades rurales se rassurent, toutefois : rien de tout cela n’est encore envisageable dans nos champs. Parce que, de même que la voiture autonome n’a pas encore trouvé son cadre législatif et règlementaire, il n’est pas encore question de faire tourner un engin de plusieurs tonnes sans pilote. Quant à l'investissement à consentir, il n'est pas encore dit qu'il soit compatible avec les comptes tendus d'une grande part des exploitations.

ÉCOUTER | "On dirait un énorme animal prêt à bondir": le tracteur autonome au banc d'essai, par Manuel Ruffez

ÉCOUTER

 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

10 injures à piquer à Molière

10 injures à piquer à Molière | Think outside the Box | Scoop.it

La peste soit de la grossiéreté et des mots grossiers ! L'œuvre du dramaturge dix-septièmiste foisonne de quolibets hauts en couleur. Des jurons entre nobles et injures provinciales aux insultes animales, parfois poilantes, Le Figaro vous propose de renouer avec les interjections bien salées du maître de la plume et de la pique.

Dieu: c'est «le» mot interdit. De crainte de recevoir la très sévère admonestation du dies irae -établie selon le psaume de l'Exode du Décalogue «Tu n'invoqueras point le nom de l'Éternel, ton Dieu en vain»- les honnêtes gens redoublaient d'inventivité pour jurer en paix. Les animaux, les odeurs fétides, les onomatopées... tout est sujet à devenir juron. Les miaulements de chat se transforment en «maraud» pour désigner avec mépris un homme du peuple, tandis que les interjections «bah», «zest» se font les images de l'indifférence et du «ras-le-bol». «Zeste ma mère», écrira ainsi pour exemple Antoine Oudin dans ses Curiosités françaises (1640).

Molière, n'est pas en reste sur les expressions fleuries de son temps. Le peintre dix-septiémiste maniera d'ailleurs avec brio l'art de la joute verbale en piochant ses expressions dans les parlers provinciaux et paysans tout comme dans les images animales et adjectifs féminins. Les jurons puisant leur force dans le niveau de langage et le sexe de ses acteurs. On ne jure en effet pas de la même manière selon que l'on agresse un personnage féminin ou un campagnard! La bienséance est reine y compris dans la grossièreté.

De cette fureur comique, nous sont restées quelques expressions vieillies. Le Figaro vous propose de redécouvrir ces insultes comiques afin de redonner du piquant à ces sempiternelles litanies de «p*tain» et «m*rde» qui ponctuent à tout bout de champ notre quotidien.

● Parguenne, Morguienne, Jerniguienne, Tétiguienne

Qu'ils s'inscrivent au travers de paysans, domestiques, bergers ou commerçants, valets et obscurs aristocrates... les patois font partie inhérente de l'oeuvre de Molière. Source inépuisable d'expressions et locutions, les parlers régionaux sont de fins moyens pour saler les répliques et pimenter des conversations déjà houleuses.

«Parguenne», juron très usité dans l'ancienne comédie à l'instar de «Mordienne» ou «morbleu» et «jarniguienne» issu du théâtre espagnol, devient une manière provinciale de signifier l'équivalent de notre «M*rde».

Ainsi retrouve-t-on par exemple dans l'Acte II, scène 1 de Dom Juan, le personnage de Pierrot lancer: «Oh! parguienne, sans nous, il en avait pour sa maine de fève», ou le Chevalier de Guise s'exclamer dans Mademoiselle de la Vallière: «Nous sommes comédiens, eh bien! il faut, mordienne,/ Souper, ce soir, chacun avec sa comédienne.»

● Morbleu, Vertubleu, Par la Corbleu!

Les blasphémateurs risquaient de très sévères peines en jurant au nom de Dieu. Pour contourner l'interdit, les Français rivalisaient ainsi de talent. Aussi retrouve-t-on fréquemment dans l'œuvre de Molière les jurons «Corbleu», «Morbleu», «Tête-bleu» prenant leur finale en «-bleu». Un pied de nez fait aux Institutions pour singer, avec l'assonance en «eu», le nom de Dieu.

«Tête-bleu! ce me sont de mortelles blessures, De voir qu'avec le vice on garde des mesures», s'exprime ainsi l'atrabilaire Alceste, dans Le Misanthrope, Acte I, scène 1, pour signifier sa vive humeur teintée d'indignation.

Outre les euphémismes azuréens, on retrouve également des déformations fétides issues des jurons paysans, tels palsembleu ou vertubleu qui définissent ni plus ni moins des gens qui «sentent le gros homme». Très utiles en temps de fortes chaleurs...

● Bah, Baste, Zest !

Aujourd'hui utilisée pour marquer son «dégoût» ou signifier son hésitation, l'expression «bah» était principalement employée du temps de Molière pour faire part de son indifférence, de son dédain ou de son aigreur. Issue de l'italien «Basta», l'exclamation francisée se retrouve ainsi prononcée par Sganarelle dans Le Médecin malgré lui : «Baste, laissons là ce chapitre, il suffit que nous savons ce que nous savons: et que tu fus bien heureuse de me trouver.»

Un siècle après le dramaturge, les écrivains useront également de la locution pour exprimer l'insouciance de leurs personnages. «On vous fera bien voir. / Bah! j'en ai bien vu d'autres», écrira Fabre d'Eglantine. Une parfaite manière de souligner le désinterêt du locuteur faisant peu de cas des paroles d'autrui, en usant du bêlement animal. À utiliser avec précaution néanmoins, il serait de mauvais goût de soi-même céder au comportement bestial.

● Maraud, Godelureau, Pendard, Coquine!

«L'injure joue sur la rupture des codes établis, en répondant elle-même à un code bien établi», expliquait Sylvain Milbach, maître de conférences d'histoire contemporaine, en 2009. La société dix-septiémiste répond à une hiérarchie très réglée, y compris dans sa langue. Molière traduit cette rupture linguistique dans L'école des femmes.

Arnolphe gratifie Horace du terme «godelureau» tandis qu'il traite Agnès, une jeune fille, de «coquine». Un terme qui revêtait au XVIIe diverses acceptions, bien différentes d'aujourd'hui, pour signifier: l'espièglerie, la vilenie ou le caractère libertin d'un individu. Les serviteurs sont quant à eux traités de «lourdaud et pendard». Des adjectifs forts de suffixes péjoratifs pour marquer leur infériorité linguistique et hiérarchique.

Aussi n'est-il pas étonnant d'entendre Alceste lancer à son valet Du Bois: «Ah! Je te casserai la tête assurément. / Si tu ne veux, maraud, t'expliquer autrement.» Un adjectif uniquement employé pour désigner «de façon méprisante un homme du peuple ou d'un rang social inférieur».

Outre ce rangement linguistique suivant les codes de la bienséance, il se peut que, sous l'effet de la colère les registres s'emmêlent. En témoigne par exemple Martine, dans le Médecin malgré lui qui jettera dans l'Acte I, scène 1, une flopée d'insultes, indifféremment paysanne, provinciale ou bourgeoise, au visage de Sganarelle,: «Traître, insolent, trompeur, lâche, couin, pendard, gueux, bélître, fripon, maraud, voleur!»

● Tête de bœuf, Crocodile, Petit serpent!

Au XVIIe siècle les images familières à l'égard de la gent féminine sont on ne peut plus gratinées. Hormis les «friponne», «gourgandine», «butorde» qui leurs est régulièrement assénées, on retrouve des noms d'oiseaux très colorés. La comtesse d'Escarbagnas, comédie-ballet de Molière, multiplie le bestiaire lexical avec, entre autres, les images de «tête de boeuf», «bouvière», «criquet», «oison bridé»...

Se joignent également à cette faune familière des expressions comme «petit serpent» (symbole de la Chute), «maraud» ( mot semble-t-il formé du radical onomatopéique mar(m)- qui imite le miaulement des chats en rut et du suffixe péjoratif -aud), «chienne», «crocodile» ou «dragonne». Des expressions qui n'ont rien à envier à celles de La Fontaine, contemporain de Molière, mais qui n'en restent pas moins exotiques voire... poilantes.

 

Erreurs de syntaxe ou d'orthographe, faites-nous part de vos remarques à orthographe@lefigaro.fr

 

Alice Develey

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le plus grand barrage des États-unis menace de céder, immenses évacuations

Le plus grand barrage des États-unis menace de céder, immenses évacuations | Think outside the Box | Scoop.it

Le barrage, construit entre 1962 et 1968, mesure 230 mètres de haut.

 

En Californie, un barrage de 230 mètres de haut pourrait céder en raison d’un trou dans sa structure et d’une montée des eaux. Jusqu’à 160 000 personnes sont évacuées

Les autorités californiennes ont ordonné l’évacuation de la population qui vit en aval du barrage d’Oroville, le plus grand des États-Unis (230 mètres de haut), dont la structure pourrait s’effondrer, ce qui causerait d’immenses inondations.

 

Un trou causé par l’érosion et détecté dimanche soir au niveau du déversoir de secours a précipité le déclenchement de cette évacuation par le shérif local. Les autorisé craignent que cette voie d’eau ne cède dans les prochaines heures. "Ce n’est PAS un exercice", peut-on lire sur la page Facebook du comté...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Transition énergétique : intérêt et limites du scénario négaWatt

Transition énergétique : intérêt et limites du scénario négaWatt | Think outside the Box | Scoop.it

L’association négaWatt a présenté fin janvier son nouveau scénario énergétique à horizon 2050. En ce qui concerne l’alimentation et l’agriculture, un des enjeux clefs de la transition énergétique, négaWatt reprend le scénario Afterres, élaboré par l’association Solagro. En le suivant, la France respecterait ses engagements climatiques et en retirerait bien d’autres bénéfices : amélioration de la santé, baisse de la précarité énergétique, réduction de la pollution atmosphérique, création d’emplois, baisse du gaspillage et de l’usage de matières premières.

Sans recourir à une rupture technologique majeure, le scénario conduit à une division par 2 de la consommation d’énergie en 2050

Twitter

Ces résultats reposent sur une modélisation sectorielle assez fine, des hypothèses relatives à l’évolution de la demande et de l’offre énergétique bien explicitées, et un bouclage énergétique complet. Fondé sur une double approche de sobriété et d’efficacité, et sans recourir à la moindre rupture technologique majeure, le scénario conduit, par rapport à 2015, à une division par 2 de la consommation d’énergie finale en 2050, par 6,8 des émissions de gaz à effet de serre et à un mix énergétique 100 % renouvelable. Son coût n’est pas plus élevé que celui du scénario tendanciel.

 

Un travail sérieux, dont il faut discuter

 

Un travail qu’on peut qualifier de sérieux, mais qui suscite toujours les mêmes questions.  Est-il crédible ? Peut-on croire qu’une telle transformation de la société peut se produire dans les décennies à venir ? Peut-on penser que nous rénoverons  en profondeur 750 000 logements par an ? Ces questions ne sont pas vraiment pertinentes. Un scénario n’est pas une prévision et son réalisme toujours discutable. S’il est fait sérieusement, il dessine une trajectoire reposant sur des choix explicités, montre comment atteindre une série d’objectifs et révèle leurs conditions de réussite, dont il faut discuter.

Ceci suppose un gouvernement soudé autour d’un projet de société

Twitter

En l’occurrence trois catégories de conditions se dégagent. D’une part, une évolution culturelle profonde : sobriété (y compris dans les déplacements aériens), alimentation saine et plus végétarienne, baisse de la consommation, développement de l’économie circulaire et du recyclage. Ensuite des politiques publiques volontaristes et ambitieuses, notamment dans le logement et le ferroviaire et en matière fiscale et réglementaire. Enfin, une gouvernance publique et privée renouvelée en profondeur : un tel scénario ne peut se mettre en place sans une grande cohérence de l’action publique, une gestion anticipée des transitions professionnelles à conduire et un vigoureux fléchage des financements. Ceci suppose un gouvernement soudé autour d’un projet de société. Quant aux entreprises publiques et privées dont la mutation sera massive, elles devront s’adapter et « jouer le jeu ». Certaines seront amenées à une conversion profonde.

 

Un scénario pour agir

 

Le vrai débat suscité par le scénario négaWatt est là : la société et les candidats à son gouvernement ont-ils pris conscience de l’ampleur de la révolution à venir pour que la France tienne les engagements de Paris et résiste au changement climatique ? Ont-ils l’ambition de la mener à bien, de mettre en place des politiques publiques adaptées et stimulantes, d’encourager les nécessaires évolutions culturelles, d’inciter les entreprises à se transformer ?

Les attaques en utopie de ce type de travail sont le fruit d’un scepticisme de fond et d’un fatalisme à dénoncer devant la montée des périls, pour se concentrer sur les voies et moyens de la profonde transformation à réaliser. 

 

Alain Grandjean

Economiste

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Huit médias français s’allient à Facebook contre les « fake news »

Huit médias français s’allient à Facebook contre les « fake news » | Think outside the Box | Scoop.it

Le réseau social va déployer en France son dispositif de signalement par ses utilisateurs d’une information qu’ils pensent être fausse. Celle-ci pourra ensuite être vérifiée par des médias partenaires, dont « Le Monde ».

Huit médias français, dont Le Monde, ont décidé de collaborer avec Facebook pour réduire la présence de fausses informations sur le réseau social. L’annonce en a été faite, lundi 6 février, par l’entreprise américaine, soumise à d’importantes pressions ces dernières semaines pour lutter davantage contre la prolifération de fake news, considérée par beaucoup comme un élément marquant de la dernière campagne électorale aux Etats-Unis.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/02/06/huit-medias-francais-s-allient-a-facebook-dans-sa-lutte-contre-les-fake-news_5075054_3236.html#dHDL2diCihy0koyq.99

 

Concrètement, le projet est de déployer prochainement en France un dispositif similaire à celui qui a été mis en place en décembre aux Etats-Unis avec le concours de cinq médias (ABC News, AP, FactCheck.org, Politifact et Snopes), et qui doit prochainement être lancé en Allemagne, avec la rédaction de Correctiv. En France, outre Le Monde, les médias partenaires sont l’Agence France-Presse (AFP), BFM-TV, Franceinfo, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes. Après la France, Facebook projette de poursuivre le déploiement dans d’autres pays.

Ce dispositif permet aux utilisateurs, grâce à une nouvelle catégorie de signalement, de « faire remonter » une information qu’ils pensent être fausse. Les liens signalés sont rassemblés au sein d’un portail, auquel les médias partenaires ont accès. Ceux-ci peuvent dès lors vérifier ces informations.

Si deux médias partenaires établissent que le contenu signalé est faux et proposent un lien qui en atteste, alors ce contenu apparaîtra aux utilisateurs avec un drapeau mentionnant que deux « fact-checkers » remettent en cause la véracité de cette information. Quand un utilisateur voudra partager ce contenu, une fenêtre s’ouvrira pour l’alerter.

image: http://s2.lemde.fr/image2x/2017/02/06/534x0/5075052_3_5ded_pour-les-liens-signales-comme-problematiques_09bee2c7a1ae0e8479434431095079a1.png

 

 

 

 

Expérimentation

Ce contenu ne pourra pas donner lieu à une exploitation publicitaire sur Facebook. Quant à l’algorithme qui programme la distribution des contenus aux utilisateurs, il « pourra » réduire la circulation du « fake », selon les termes du communiqué de l’entreprise américaine.

« C’est cet élément qui nous a décidés, explique Jérôme Fenoglio, directeur du Monde. Pour la première fois, il serait possible d’agir sur un algorithme quand un contenu pose un problème éditorial. »

Avant ce déblocage, la décision de rejoindre ou non l’initiative de Facebook a suscité d’importantes hésitations au sein des médias. Le modèle proposé par le réseau social ne revient-il pas à faire à sa place le travail de chasse aux « fake news » ? L’accepter, n’est-ce pas permettre à un Facebook sous pression de montrer patte blanche et faciliter sa communication ?

Finalement, le pragmatisme l’a emporté et les titres concernés ont décidé d’avancer, tout en insistant sur le fait qu’il s’agit d’une expérimentation dont un premier bilan sera rapidement mené, dans deux mois. Le besoin de ne pas se désunir, pour discuter demain avec Facebook dans les meilleures conditions, a également joué. « On a tout intérêt à se serrer les coudes et à travailler ensemble sur ces questions », estime Michèle Léridon, directrice de l’information de l’AFP.

Lire aussi :   La traque ardue des « Fake news »

De chaque côté, on sait que si l’expérimentation devait se prolonger, la question des compensations pour le travail spécifique que les médias réaliseraient serait nécessairement posée. Même s’il ne s’agit dans un premier temps, de part et d’autre, que de tester et d’évaluer.

En parallèle, une autre plate-forme dont Google est partie prenante, et soutenue par Facebook, a également annoncé son lancement prochain : CrossCheck, au sein du projet First Draft. CrossCheck permettra au public de soumettre des questions et rassemblera les informations fournies par les seize médias français partenaires, dont à nouveau l’AFP, Le Monde, Libération, Franceinfo et France Médias Monde.


Alexis Delcambre
Journaliste médias

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

The Dream of Cheap Nuclear Power Is Over

The Dream of Cheap Nuclear Power Is Over | Think outside the Box | Scoop.it

For much of my life, I loved the idea of nuclear power. The science was so cool, futuristic and complicated, the power plants so vast and majestic. I devoured science-fiction novels like “Lucifer’s Hammer,” where a plucky nuclear entrepreneur restarts civilization after a comet almost wipes us out. I thought of accidents like Three Mile Island and even Chernobyl as stumbling blocks to a nuclear future.

Then, in 2011, two things happened. First, a tsunami knocked out the nuclear reactor at Fukushima, forcing a mass evacuation and costing Japan hundreds of billions of dollars. Second, I learned that progress in solar power had been a lot faster and steadier than I had realized. I started taking a closer look at whether nuclear was really the future of energy. Now I’m pretty convinced that my youthful fantasies of a nuclear world won’t come true anytime soon.

Nuclear Power

Safety is part of the problem -- but a much smaller part than most people realize. The Fukushima accident caused an enormous area to be evacuated -- a 12-mile (20-kilometer) radius surrounding the most damaged of the plants, totaling about 160,000 people. But recent research shows that the reaction might have been overdone -- radiation levels for people exposed to the leak was substantially less than many had thought.

Meanwhile, countries are getting better at burying their nuclear waste. Finland is excavating a storage area deep underground that will hold radioactive waste safely for 100,000 years. France, which gets a lot of its energy from nuclear plants, also stores waste deep underground.

 

So nuclear hazards, while significant, are probably less than many believe. And compared with fossil fuels -- which turn whole cities into toxic deathtraps, foul the atmosphere with gigatons of carbon and can lead to huge oil spills -- nuclear looks downright clean.

The biggest problem with nuclear isn’t safety -- it’s cost. The economics of nuclear are almost certain to keep it a marginal part of the energy mix, especially in the U.S.

Many energy sources involve relatively small upfront costs. To increase solar power, just build more panels. Fracking also has lower fixed costs than traditional oil drilling. But nuclear’s fixed costs are enormous. A new nuclear plant in the U.S. costs about $9 billion to build -- more than 1,000 times as much as a new fracking well, and more than 3,000 times as much as the world’s biggest solar plant.

Raising $9 billion is a daunting obstacle. It’s more money than Apple Inc., the U.S.’s most valuable company, borrowed in 2016. The plucky young entrepreneur raising enough money to build his own nuclear plant in “Lucifer’s Hammer” was pure fantasy; in reality, nuclear plants get built by giant corporations such as General Electric Co. and Toshiba Corp., with huge assistance from the government in the form of loan guarantees.

It’s hard to raise money for projects with giant fixed costs and long horizons for repayment, because they’re inherently risky. If something goes badly wrong with the project, all of that up-front money is lost. If competition makes a project un-economical in five or 10 years in the future, the financiers will take a big loss. It’s very hard to make predictions of more than a few years, especially about competing technologies.

For nuclear power, that’s the main risk -- rapid advances in competing technologies. Solar power is already cheap and is plunging in price, while energy storage is also becoming much more affordable. If these trends continue, a nuclear power plant that’s economical today will be out-competed in a few years. In other words, there will be no way the owner could recover the fixed costs.

What’s worse, nuclear doesn’t look like it’s getting any cheaper. A recent paper by the Breakthrough Institute shows that in most countries, nuclear costs haven’t changed much in recent decades:

America's Nuke Cost Problem
Annual change in nuclear plant construction costs.
Source: "Historical Construction Costs of Global Nuclear Power Reactors," Jessica R. Lovering, Arthur Yip, Ted Nordhaus

Constant or rising nuclear construction costs, matched with dramatically falling solar and storage costs, mean that anyone who ponies up the $9 billion to build a nuclear plant today is taking a gargantuan risk.

Another source of risk is safety -- not the well-known threats of accidents and storage leaks, but the unknown unknowns. If terrorists figure out how to bomb nuclear plants, or hackers find ways to invade their software and cause them to melt down, the destruction could be catastrophic. But no one really knows how likely or remote those threats will be a decade from now. And even if those risks can be prevented, doing so will probably will cause large unanticipated costs.

So nuclear power hasn’t become the futuristic dream technology the old science-fiction novels envisioned. Instead, it’s a huge, risky government-subsidized corporate boondoggle. Someday we may have fusion power or small, cheap fission reactors, and the old dream of nuclear will be realized. But unless one of those breakthrough technologies comes to fruition, nuclear isn’t the power of tomorrow.

This column does not necessarily reflect the opinion of the editorial board or Bloomberg LP and its owners.

To contact the author of this story:
Noah Smith at nsmith150@bloomberg.net

To contact the editor responsible for this story:
James Greiff at jgreiff@bloomberg.net

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« Coopérons ! » L'appel de Charlotte Marchandise, candidate citoyenne

« Coopérons ! » L'appel de Charlotte Marchandise, candidate citoyenne | Think outside the Box | Scoop.it
Dans un texte du 26 janvier 2017, Pascal Greboval, rédacteur en chef de Kaizen, appelait Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon à coopérer et à se rassembler derrière la candidate arrivée en tête de la primaire citoyenne du site Laprimaire.org, Charlotte Marchandise. Cette dernière a souhaité réagir dans une tribune. Elle invite tou-te-s les candidat-e-s qui se reconnaissent dans l’appel d’Edgar Morin « Changeons de Voie ; changeons de Vie » (lancé en septembre 2016) à dépasser leurs divergences pour proposer un grand projet commun faisant fi des ego de chacun.

Par Charlotte Marchandise-Franquet, avec toute son équipe.

Inventons une nouvelle voie politique en ralliant derrière un même étendard tous les candidat-e-s qui se reconnaissent dans l’appel d’Edgar Morin, et en élisant la figure de proue de manière transparente via jugement majoritaire.

Dans le paysage politique agité à l’approche de l’élection présidentielle, une idée est en train de  germer : celle d’une « alliance » entre les quelques candidat-e-s qui ont compris que nous vivons une mutation sociétale majeure, ceux qui ont compris que si nous devions échouer à préparer cette transition avec clairvoyance et à permettre un sursaut, nous la subirons tous avec les implications dramatiques qu’elle peut avoir. Cette idée de coopération, récemment évoquée dans un article publié ici même, mon équipe et moi y souscrivons. Il nous semble urgent de remplacer les clivages, parfois stériles et souvent incompréhensibles par la majorité des électeurs, par une dynamique de synergie fertile. Démontrer que nous savons unir nos talents et œuvrer avec conviction, au-delà des conformismes périmés et des quêtes personnelles. Démontrer que l’élection présidentielle n’est pas l’élection d’un personnage providentiel, mais le moment de porter un projet de société avec et pour les habitants de notre pays. Démontrer qu’en 2017, il est possible de faire un pas de côté, de faire de la politique autrement.

À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle.

Renouveler la méthode politique est impératif car l’ancien mode opératoire ne fonctionne plus. C’est un constat objectif : la confiance n’est plus là. Les derniers événements politiques, qui traduisent plus des rejets successifs que l’adhésion, en sont une preuve. Nous atteignons les limites politiques, sociales, humaines, écologiques, sanitaires et éthiques qui assurent la cohésion et la soutenabilité d’une société. Il y a une urgence démocratique à proposer un projet nouveau en lien direct avec les attentes des Françaises et des Français, à la hauteur des défis de notre époque, un projet construit de façon transparente et méthodique, main dans la main avec la société civile qui invente déjà ce futur aux quatre coins de nos territoires.

C’est un appel à une coopération fructueuse entre candidats porteurs de valeurs humanistes. Mon équipe et moi joignons avec enthousiasme notre appel à celui de Pascal Greboval et de Kaizen, bien que conscients que le monde politique comme les militants pourraient, au premier abord, juger la démarche « irréaliste ». Pourtant, beaucoup d’électeurs appellent de leurs vœux une voie différente, citoyenne, avant-gardiste ! Nous voulons voter Pour, sans calculs et sans arrière-pensées. Il est temps de secouer les habitudes, de bousculer les certitudes. Le monde à venir est incertain, nous entrons dans une zone de turbulences inédite à laquelle les politiques « classiques » sont inaptes à nous préparer sérieusement ; réagissons ! Montrons que nous pouvons innover politiquement et nous mettre en capacité d’avancer dans le XXIe siècle. L’enjeu justifie l’audace.

Edgar Morin sur le tournage de « Chronique d’un regard »

Alors, nous appelons de nos vœux que les candidat-e-s qui se reconnaissent dans l’appel « Changeons de Voie, changeons de Vie » lancé récemment par Edgar Morin se réunissent, avec énergie et bienveillance, pour mettre en commun nos forces vives et co-élaborer un projet dans un esprit d’ouverture constructif, rationnel et respectueux. La question du ou de la « candidat-e officiel-le » est une question, bien qu’importante, secondaire ; Pascal Greboval suggère que je sois la « tête de gondole » et propose aux autres candidats de se rallier derrière moi : j’en suis flattée et l’en remercie… mais ce ne devrait pas être le point focal du débat. Le choix du ou de la président-e de transition (qui présidera le temps d’instaurer une nouvelle forme démocratique, construite par et pour le peuple) peut se faire dans un second temps via jugement majoritaire.

Avant tout il est essentiel que cette alliance se fasse en pleine lumière, en toute transparence. Les négociations secrètes et les accords opaques contribuent à la défiance généralisée envers la politique. Avant tout il est essentiel que nous affirmions les valeurs d’un projet de société qui nous rassemble.

La source de mon engagement est le projet d’une société équilibrée, éthique, fraternelle et tournée vers l’avenir. Le moteur qui nous anime, avec les milliers de personnes qui ont participé au processus de LaPrimaire.org, est de construire ce projet en sortant des clivages partisans et des jeux d’alliances du siècle dernier. Nous voulons construire collectivement ce projet en regardant l’avenir en face, et non pas en se projetant dans des prolongations illusoires du modèle socio-économique tel qu’il existe aujourd’hui. Contrairement à ce qui nous est répété, l’utopie consiste à croire que la tendance peut être maintenue et le pessimisme consiste à penser que ce monde peut continuer sans changement profond ; le pragmatisme et l’optimisme, eux, résident dans l’élaboration collective d’une vision du monde novatrice, réaliste car non dogmatique, responsable car lucide, désirable car fraternelle.

Faisons la démonstration qu’un projet à la hauteur de cet enjeu peut être incarné et matérialisé, et posons de nouvelles perspectives pour un avenir viable et enviable pour tous. Démontrons que nous comprenons l’immensité de l’effort de réinvention à fournir : agir en responsabilité requiert de coopérer, afin d’éviter de diviser les seules forces politiques aptes à fournir des réponses durables à une société en voie de délitement et en quête de sens. Donc oui, coopérons, consoeurs et confrères candidat-e-s ! Faisons front uni contre les projets mortifères, dépassons les divergences secondaires et regroupons derrière les convergences nos énergies, nos convictions, nos compétences et nos ambitions pour la France et pour le monde. Proposons un grand projet commun plus fort qu’une somme de projets disjoints, stimulons nos concitoyens d’espoirs enfin réalistes, et ébranlons de façon salutaire ce système verrouillé par quelques puissants agrippés à leurs privilèges : ensemble, nous avons les clefs d’un renouveau vital, d’une reconstruction de la société ; ensemble nous pouvons poser les fondations d’une révolution douce qui soit rigoureuse sur le plan économique, écologiquement soutenable et génératrice de conditions d’épanouissement pour chacune et chacun. Une révolution démocratique.

Le système politique actuel privilégie l’accession au sommet de l’État d’une élite politicienne présélectionnée pour nous par une minorité influente. Par la mise en symbiose de nos forces nous avons la possibilité extraordinaire, et plus que jamais indispensable, de prouver aux Françaises et aux Français que l’exercice du pouvoir est une charge qui nécessite d’une part une lucidité au-delà des doctrines de la pensée politique ordinaire et d’autre part une volonté de se mettre au service de l’intérêt du plus grand nombre. Face aux « people » de la politique-spectacle et aux obsessionnels de la conquête du pouvoir, il nous appartient de proposer une coalition d’une portée et d’une puissance inédites, et de nous mettre ensemble au service de valeurs communes, d’une vision et d’une approche partagées, d’un projet de société visionnaire pour la France et l’avenir collectif. Nous avons d’ailleurs une responsabilité inédite : les candidats traditionnels ne sont pas assez crédibles, et pas suffisamment fiables aux yeux des électeurs, pour enrayer le danger du Front National qui peut être la dernière phase « dégagiste » de citoyens désespérés.

Les graines de meilleurs lendemains peuvent prendre racine dans cette brèche politique qui se profile. Si tous les candidats concernés par cet appel s’animent d’une volonté commune, alors nous saurons nous mettre d’accord sur des règles méthodologiques simples permettant d’assurer que la recherche de l’intérêt général durable prime systématiquement sur les ego respectifs ; et si nous savons faire preuve de ténacité et de professionnalisme, nous transcenderons nos dissemblances et en ferons des atouts : je suis certaine que l’irréaliste peut alors se réaliser.

Cette innovation démocratique a une capacité concrète à produire une société souhaitable et adaptée aux nouveaux défis comme aux nouvelles possibilités d’un monde en mutation rapide. Nous pouvons changer le monde !

Au plaisir, donc, de travailler ensemble avec ambition et humilité pour avancer dans ce grand projet et façonner de nouvelles voies, de nouvelles vies.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Was It Wrong for Scientists to Create a Pig-Human Hybrid Embryo? 

Was It Wrong for Scientists to Create a Pig-Human Hybrid Embryo?  | Think outside the Box | Scoop.it

Scientists at the Salk Institute in California have created a part-human, part-pig embryo. Bioethicist Arthur Caplan told us about the ethical concerns involved in mixing human and animal DNA.

(...)

Jacques Le Bris's insight:

Malgré une rumeur persistante, il est actuellement impossible de confirmer, ou d'infirmer, que Trump soit le résultat d'une telle hybridation homme-porc.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pourquoi l'énorme coup de balai en cours sur les hommes politiques révèle surtout le désert de la pensée des partis politiques depuis 40 ans

Pourquoi l'énorme coup de balai en cours sur les hommes politiques révèle surtout le désert de la pensée des partis politiques depuis 40 ans | Think outside the Box | Scoop.it

Si la droite avait un logiciel de pensée fort, le "PénelopeGate" n'aurait peut-être pas eu autant d'impact sur la candidature de François Fillon. A y regarder de plus près, les partis politiques semblent ne plus savoir penser le monde depuis 40 ans. Et c'est peut-être cela qui nous a conduit à notre situation politique actuelle. Et si les idées fortes manquaient en politique ?

 

Alors que la candidature de François Fillon semble pouvoir être compromise, suite au "PenelopeGate", ne peut-on pas s'étonner de l'étonnante fragilité de celle-ci ? En quoi cette fragilité peut-elle révéler une absence de "pensée forte" qui aurait pu faire barrage à un tel épisode ? Cette affaire révèle-t-elle également l'absence de cohésion idéologique du parti autour de son candidat ?

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-enorme-coup-balai-en-cours-hommes-politiques-revele-surtout-desert-pensee-partis-politiques-depuis-40-ans-2948043.html#BEoiIUvuO4f6T7cJ.99

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

China ‘deploys missiles’ amid calls for more nuclear weapons to deter Donald Trump

China ‘deploys missiles’ amid calls for more nuclear weapons to deter Donald Trump | Think outside the Box | Scoop.it

Beijing is moving advanced ballistic missiles which are capable of hitting the US to its north-eastern frontier with Russia, according to media reports, amid suggestions that the weapons were revealed in response to Donald Trump’s “provocative remarks” towards China.

The Chinese Internet has carried unverified pictures of the deployment of the nuclear capable Dongfeng-41 missiles to Heilongjiang province, which is also the closest point of China to the US.

The weapon has a range of 8,700 miles (14,000 kilometres) and a payload of 10 to 12 nuclear warheads, reports said.

The state-run Global Times newspaper, which has close links with China’s Communist leaders, said: “Some media claimed that the Chinese military intentionally revealed the Dongfeng-41 and connected it with the inauguration of US President Donald Trump.

“They think this is Beijing's response to Trump's provocative remarks on China,” added the outlet, which is known for taking a strongly nationalist tone and making inflammatory comments.

The newspaper also called for a ramping up of China’s nuclear capabilities, saying: “China's nuclear arsenal must be able to deter the US.”

“Even Washington feels that its naval forces and nuclear strength are lacking,” it added. “So how can China be content with its current nuclear strength when it is viewed by the US as its biggest potential opponent?”

The reported deployment comes after Mr Trump has angered China with his stance on Taiwan, trade and security – particularly in the South China Sea.

White House spokesman Sean Spicer vowed that the US would “defend” its interests in the strategically-important waters at his first press conference on Monday, causing Beijing to assert its “indisputable sovereignty” in the region.

His comments came after secretary of state nominee Rex Tillerson said the US could block China’s access to man-made islands it has constructed in the disputed waters, a move which analysts say could result in conflict.

Mr Trump broke years of diplomatic protocol by taking a congratulatory call from Taiwan’s president last month.

He then rattled Beijing further by casting doubt on the “One-China policy”, in which Washington recognises that there is only one China and Taiwan is part of that.

China has become increasingly assertive with its military in recent weeks. A group of warships led by China's sole aircraft carrier entered the Taiwan Strait earlier this month. 

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La double surprise Hamon

La double surprise Hamon | Think outside the Box | Scoop.it

La victoire de Benoît Hamon au premier tour de la primaire socialiste est une surprise. Mais tout autant l’est son engagement écologique, qu’il place en « priorité politique absolue ». L’enjeu est maintenant la recomposition de la gauche, et d’éviter une concurrence mortifère avec Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot.

 

La primaire de La belle alliance populaire aura, contre toute attente, créé deux surprises. La première, on le sait, c’est l’arrivée en tête de Benoît Hamon, que beaucoup ne percevaient, il y a encore quelques semaines, que comme un challenger estimable, mais secondaire par rapport aux « poids lourds » Valls et Montebourg. Ce qui reste de force parmi les militants d’un parti socialiste exsangue a donc remis la barre à gauche, et placé le plus jeune des candidats en mesure de porter ses couleurs dans la présidentielle.

Avec 36 % des voix comptées dimanche soir 22 janvier, contre 31 % à Manuel Valls et 17 % à Arnaud Montebourg, qui s’est rallié à lui le soir même, le député des Yvelines semble en mesure de concourir pour la présidentielle d’avril.

Mais il y a une deuxième surprise, que n’ont pas relevé les commentateurs politiques, habitués à peser les pouvoirs plus qu’à prêter attention aux idées. C’est que la première déclaration de Hamon a mis en avant l’écologie. Le mieux est de le lire, ou de l’écouter :

« Demain, a-t-il déclaré dimanche soir, il y aura de nouveau dans plusieurs villes de France un nouveau pic de pollution atmosphérique qui va mettre en danger la santé des Français les plus vulnérables (...). Il faut impérativement changer de modèle de développement, placer la conversion écologique en tête de nos priorités politiques, sauf à accepter de laisser à nos enfants un monde qui va devenir de plus en plus invivable. C’est la raison pour laquelle je maintiens le cap en faveur de la sortie du diesel en 2025, de la réduction de la part des énergies liées au nucléaire, la volonté d’interdire les perturbateurs endocriniens Je ferai de la transition écologique une priorité politique absolue. »

C’est ensuite qu’il a parlé du revenu universel, pensé en fonction des mutations technologiques que vit l’époque : « Le travail se transforme, grâce à la révolution numérique, il faut aujourd’hui se soucier des conditions dans lesquelles nous donnons aux Français les moyens de maîtriser cette transition, de choisir leur temps de travail plutôt que de le subir. (...) C’est le sens du revenu universel que je défends. »

Enfin, Hamon a bien posé l’analyse faite par une large partie de ce que l’on appelait naguère le peuple de gauche : Les électeurs de gauche « ont décidé de faire de la question sociale et de la question écologique les deux termes d’un nouveau projet qui se tourne vers le futur, pas l’un ou l’autre, mais l’un avec l’autre. »

- Discours en vidéo de Benoît Hamon le 22 janvier

Le geste n’est pas mince. La victoire de Hamon, et son positionnement résolument écologique, face à la vision croissanciste et sécuritaire de Valls, attestent que la gauche est en train de se reconfigurer, après un quinquennat de dérive néo-libérale.

La recomposition de la gauche commence à se jouer

C’est une bonne nouvelle : on peut espérer qu’avec l’engagement écologique de Jean-Luc Mélenchon, et celui, moins audible, de Yannick Jadot, les questions environnementales seront bien présentes dans la campagne présidentielle, et que la possibilité de changer radicalement de cap, pour aller vers l’écologie, l’emploi, et la justice sociale, sera vraiment posée sur la table.

Mais l’air frais apporté par Benoît Hamon complique aussi la donne. Sa victoire, probable dimanche prochain au deuxième tour de la primaire, poussera inexorablement la droite du PS vers Emmanuel Macron. Mais elle conduira aussi à une concurrence entre Hamon et Mélenchon, qui peut être source d’affaiblissement durable des forces écologiques et soucieuses de justice. Il sera crucial que les uns et les autres sachent trouver les moyens de s’allier contre l’extrême-droite et la poursuite de la politique néo-libérale. Plus que le sort de la présidentielle, c’est en fait la recomposition d’une gauche forte et écologique, après 2017, qui commence à se jouer aujourd’hui.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Merci, Monsieur le Président !

Merci, Monsieur le Président ! | Think outside the Box | Scoop.it

Je me sens obligé de vous adresser mes félicitations pour ce que vous laisserez derrière vous en mai prochain : votre liquidation de l’héritage socialiste.

 

Monsieur le Président,
Cher François,

Je me surprends moi-même à vous avouer ma profonde admiration. Mais je me sens obligé de vous adresser mes félicitations pour ce que vous laisserez derrière vous en mai prochain, lorsque vous quitterez le Palais de l’Elysée. Je ne parle pas de la courbe tragique du chômage, ni du nombre de faillites d’entreprises, ni de la montée de la pauvreté, ni de la dette publique proche du seuil historique de 100% du PIB, ni de votre mépris de la démocratie – état d’urgence aussi permanent qu’inopérant – ou de la vie privée de vos concitoyens - loi renseignement affreusement et inutilement intrusive - qui vous l’ont bien rendu.

 

 

 

 Je n’ai pas plus à l’esprit le délitement de l’école ou le tirage au sort de l’avenir de nos enfants à l’université.

 
 
 

Non, je veux parler de votre liquidation de l’héritage socialiste. François Mitterrand avait donné le baiser de la mort au parti communiste. En un mandat, vous avez terminé le travail en parvenant à dézinguer le parti socialiste. Vous lui avez inoculé un poison mortel lent sans l’ombre d’une hésitation. Vous l’avez d’ailleurs confié aux auteurs du livre « un président ne devrait pas dire ça », entre deux confidences sur votre mépris pour la Justice : « le PS devrait se faire hara-kiri ».

 

Grâce à vous, la gauche sera bientôt débarrassée de ce carcan de vieux apparatchiks, PS essentiellement composé d’élus et d’apparatchiks éloignés des réalités du secteur privé. Tout le monde espérait sa fin, vous avez transformé ce rêve en réalité. C’est beau comme un matin d’hiver. En ne vous représentant pas, vous laissez les socialistes mettre collectivement fin à leurs jours politiquement. C’est le happening d’autodestruction le plus étonnant que le pays ait connu après l’installation de « Tree » place Vendôme, œuvre signée Paul McCarthy qui aurait dû nous mettre la puce à l’oreille. N’oubliez pas de laisser la consigne rue de Solferino : le dernier à quitter les lieux éteint la lumière.

Grâce à vous, la classe politique ne parle que d’Emmanuel Macron. Vous avez mis à Bercy celui qui vous moquait dès le début de votre mandat, vous et votre taxe à 75% : « La France, c’est Cuba sans le soleil ».  C’était bien vu. Pas un meeting, pas une réunion sans une bonne part des interventions tournant autour de la menace qu’il représente. C’est la plus belle promotion dont il pouvait rêver. Trop jeune selon ses adversaires, il n’est pas tellement éloigné de l’âge de Matteo Renzi, de David Cameron ou de Luis Zapatero lorsqu’ils ont pris le pouvoir. Trop ambitieux toujours selon eux, mais l’est-il tellement plus qu’eux ?

Oui, il a dénoncé le scandale de l’illettrisme et du manque de qualification de nombre d’ouvriers, obstacle majeur pour leur reconversion en cas de difficulté de leur entreprise. Les esprits indépendants ne pouvaient qu’abonder dans son sens et rappeler que la formation tout au long de la vie est bien au cœur de tous les enjeux. Oui, il appelle les jeunes à avoir envie de devenir milliardaires. « Envie de », concept clef. Et pourquoi pas ? Cette tête de gendre idéal à l’intelligence fulgurante tient un discours teinté de libéralisme et de modernité qui marginalise les ringards de la primaire de gauche et menace d’envoyer les vieux grognards de la politique au placard. D’ailleurs, son équipe a prévenu, elle « ne prendra pas les crevards ». Le message est clair. Du balai !

 

Ce Macron renouvelle un peu le genre avec son organisation hyper-pro, c’est vrai. Mais s’il déplace les foules à Paris et dans le Nord, sa connivence avec les médias parisiens – les mêmes qui avaient misé sur une victoire écrasante d’Alain Juppé contre Nicolas Sarkozy – n’est pas saine. Le buzz phénoménal autour de ses militants bien propres sur eux en train de faire du porte-à-porte à l’aide d’un outil de pointe est parfaitement artificiel. Qui peut croire à la nouveauté ? Celui qui se prétend hors système dans Paris Match est énarque, a travaillé quatre ans à l’Elysée après avoir exploité dans une banque d’affaires son carnet d’adresses d’inspecteur des finances passé par Bercy.

 

 

 

Aucun autre candidat n’avait osé inviter jusqu’ici les médias à s’extasier devant l’innovation du porte-à-porte. Mais ne gâchons pas notre plaisir, ce candidat prend chaque jour un peu plus d’ampleur. Sauf accident – si vite arrivé -, la gauche pourrait bien se retrouver sous la houlette d’Emmanuel Macron demain. Le flux croissant d’élus socialistes franchissant le rubicond parle de lui-même. Ils fuient le Titanic.

Vous devez l’aider un peu  plus. Car si personne ne compte se battre pour se partager l’héritage – les dettes ? – du parti socialiste, certains ont du mal à avaler la pilule aux éléments de langage cosmétiquement libéraux du nouveau prophète de la gauche. Si la pilule est amère, elle n’est pourtant pas d’un libéralisme messianique. La lecture de son livre – Révolution sans point d’exclamation – ne donne des frissons aux amoureux de la liberté qu’aux premières et dernières pages. Mais quelle déception au milieu !

Il ne prend aucun risque et promet des dépenses pharaoniques au financement très flou. Nous serons tous remboursés à 100 % de soins dentaires ou oculistes et toucherons des allocs en cas de démission. Macron a gardé du PS la générosité excessive… avec l’argent des autres. C’est certes beaucoup mieux que la gauche d’antan. Mais il est encore creux et abuse trop systématiquement de la langue de bois. La séduction est réelle pour l’homme, mais qui croit encore au sauveur sans projet concret après la série d’échecs successifs issus de la gauche comme de la droite ?

 

Emmanuel Macron va devoir étaler son jeu dans les 3 prochains mois. Sa ligne sur l’autonomie des enseignants et des établissements scolaires va dans le bon sens, mais autonomie jusqu’où ? C’est une question cruciale de la prochaine décennie : rétablir un enseignement de qualité, adapté au  monde moderne et qui donne envie aux jeunes de continuer à se former toute leur vie. De la même manière, il annonce vouloir moderniser notre modèle social mais commence par nationaliser l’assurance chômage. Au moment où leboncoin.fr devient le premier site privé de recherche d’emploi, devant Pôle Emploi grâce à sa grande simplicité d’utilisation tant pour les employés que pour les employeurs, la modernité voudrait que chacun puisse choisir sa couverture contre le chômage. L’avenir est à la concurrence, pas aux monopoles bureaucratiques contre-performants. En fait, il apparaît comme un conservateur qui souhaite ne pas toucher à la protection sociale malgré son échec.

 

Monsieur Hollande, quitte à choisir la manière forte - tirer un trait sur le parti socialiste plutôt qu’assumer un Bad Godesberg à la française -, faites tout de suite passer tout de suite votre poulain Macron à la case Roger Douglas, Gerhard Schröder ou Tony Blair. Ne le laissez pas s’enliser dans une vision sociale-démocrate déjà obsolète, poussez-le à assumer une réforme de l’Etat et des baisses massives dans la dépense publique et dans la pression fiscale. Assumez votre stratégie jusqu’au bout, surprenez-nous !