Think outside the...
Follow
Find
15.3K views | +16 today
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Think outside the Box
Scoop.it!

Il vit des années avec un crayon dans le crâne

Il vit des années avec un crayon dans le crâne | Think outside the Box | Scoop.it
Le jeune homme de 24 ans s'est très vite rétabli dès que l'objet lui a été extrait du crâne par des chirurgiens.

 

Personne ne sait comment il est arrivé là. Un jeune homme qui se plaignait de maux de tête, a suscité la stupeur de médecins allemands qui, en l'opérant, ont découvert qu'il vivait depuis plusieurs années... avec un crayon niché dans le cerveau.

Le patient, un Afghan de 24 ans, qui était sujet à des maux de tête, des troubles visuels à l'œil droit, et des écoulements du nez, avait été admis à la clinique universitaire d'Aix-la-Chapelle (ouest de l'Allemagne) pour y subir des examens. En passant son crâne à l'imagerie médicale, les médecins avaient décelé la présence «d'une ombre longiforme, caractéristique d'un corps étranger», selon les officiels de la clinique.

Interrogé sur l'origine de cet objet, le patient «se souvenait seulement avoir trébuché à l'école 15 ans auparavant et avoir alors saigné du nez». Lors de l'opération, les chirurgiens ont retiré du crâne de ce patient «un crayon à papier long d'environ 7 cm». Le patient, dont le nom n'est pas précisé, s'était vite rétabli après l'opération et avait pu quitter la clinique quelques jours seulement après l'intervention.

more...
No comment yet.
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Think Outside The Box

BestDocInfoBlog.info :

Ben Fletcher at the University of Hertfordshire in the United Kingdom devised a study to get people to break their usual habits. Each day the subjects picked a different option from poles of contrasting behaviors — lively/quiet, introvert/extrovert, reactive/proactive — and behaved according to this assignment. So an introverted person, for example, would act as an extrovert for an entire day. Additionally, twice weekly, they had to stretch to behave in a way outside their usual life pattern – eating or reading something they would never have done.

“The box” is
o The result of programming and conditioning
o Self-created in adulthood

12 Principles of Change You are writing your own story:

1. Assess whether it’s working.

2. It takes the same energy to create any belief in your story.

3. Decide what you want.

4. Do you have specific, measurable goals?

5. Be consistent in your pursuit of your goals.

6. Small changes lead to big changes.

7. Break out of your comfort zone

8. Ask for feedback.

9. Get success insurance.

10. Take a chance.

11. It’s never too late to start.

12. Everything is OK in the end.

Remembrer : If it’s not OK, it’s not the end.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sivens un projet si vain

Sivens un projet si vain | Think outside the Box | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Will the Ebola virus go airborne?

Experts say the possibility remains remote.



 

Could Ebola go airborne? That’s the fear set off last week by a New York Times op-ed entitled “What We’re Afraid to Say about Ebola” from Michael Osterholm, director of the Center for Infectious Disease Research and Policy at the University of Minnesota. Although clinicians readily agree that the Ebola virus leaps from one person to the next via close contact with blood and other bodily fluids, Osterholm warned that the risk of airborne transmission is “real” and “until we consider it, the world will not be prepared to do what is necessary to end the epidemic.”


    But interviews with several infectious diseases experts reveal that whereas such a mutation — or more likely series of mutations — might physically be possible, it’s highly unlikely. In fact, there’s almost no historical precedent for any virus to change its basic mode of transmission so radically. “We have so many problems with Ebola, let’s not make another one that, of course, is theoretically possible but is pretty way down on the list of likely issues," says infectious diseases expert William Schaffner of Vanderbilt University.

    "Everything that is happening now can easily be comprehensively explained by person-to-person spread via body contact. We don’t have to invoke anything else.”

    Here is what it would take for it to become a real airborne risk: First off, a substantial amount of Ebola virus would need to start replicating in cells that reside in the throat, the bronchial tubes and possibly in the lungs. Second, the airborne method would have to be so much more efficient than the current extremely efficient means of transmission that it would overcome any genetic costs to the virus stemming from the mutation itself

    Currently, Ebola typically gains entry into the body through breaks in the skin, the watery fluid around the eye or the moist tissues of the nose or mouth. Then it infects various cells of the immune system, which it tricks into making more copies of itself. The end result: a massive attack on the blood vessels, not the respiratory system.

    Even viruses that are well adapted to attacking the respiratory system often have a hard time getting transmitted through the airways. Consider the experience so far with avian flu, which is easily transmitted through the air in birds but hasn’t yet mutated to become easily spreadable in that fashion among people.

    What's the hold-up? “The difficulty is that those [flu] viruses don’t have the protein attachments that can actually attach to cells in the upper airway. They have to develop attachments to do that,” Schaffner says. So even if a virus were exhaled, it would need to lodge onto something in another person’s cells that are already prepared for it in the upper airway. “Since the virus doesn’t have attachment factors that can work in the upper airway, it’s very rare for it to go human to human, and then it almost always stops and doesn’t get to a third person,” Schaffner notes. Similarly for Ebola, the virus would have to develop attachments that would allow it to easily attach receptors in the upper respiratory pathway — something that neither it (nor any of its viral cousins) has been known to do in the wild.

    And yet Ebola already spreads very easily without such mutations. The delicate lock-and-key protein–virus fit required for the virus to successfully latch onto and replicate in the airway has not developed because there is no evolutionary pressure for it to do so; it simply would not be an efficient option. Epidemiologists can take some comfort in that.

    As the virus continues to circulate through west Africa, it may like any other pathogen continue to acquire genetic mutations. So far, however, there is no indication that Ebola is mutating in a way that could allow it to make the leap from becoming transmissible via contact with body fluids (as it is now) to become a germ that could be transmitted by breathing the same air, according to WHO. With Ebola, "I don't think we have the information at this time to know what the real risk is but it is probably not zero,” says Ebola expert Thomas Geisbert, a virologist at The University of Texas Medical Branch at Galveston.

    The incident that put the specter of airborne Ebola on the map was chronicled in the book The Hot Zone, wherein, in 1989, the virus was apparently spread via the air from monkey to monkey (although it did not make the leap to humans working in the lab). But experts have subsequently wondered if that lone circumstance of primate-to-primate air transmission was fueled by the lab setting and man-made systems. As Osterholm notes in his piece, in 2012 researchers found that a strain of Ebola was spread from pigs to nonhuman primates via the air in a different lab setting. The virus, however, did not then spread from monkey-to-monkey in those circumstances.

    Questions remain about the current strain of Ebola thriving in west Africa. Apart from the environmental, economic and social circumstances that have fueled its spread, does the virus itself have special characteristics that set it apart? Is it, for example, growing faster or at higher viral concentrations than previous strains? But the jury is still out on this and other questions. Right now we have few answers about this Ebola strain, yet we do know that a massive injection of finances and personnel will be needed to contain it in the months ahead. As of Friday it had claimed more than 2,400 lives.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    La France proche d'un taux d'endettement de 100% en 2015

    La France proche d'un taux d'endettement de 100% en 2015 | Think outside the Box | Scoop.it

    D'après le projet de loi de finances préparé par le gouvernement, la France pourrait enregistrer un taux d'endettement de 98% en 2015. L'État continue toutefois d'emprunter à des taux historiquement bas.

     

    Le seuil des 100% à portée de main ? Selon Les Échos, le projets de loi de Finances pour 2015 devrait inscrire une dette publique proche de 98% du PIB en 2015, avant de refluer très légèrement les deux années suivantes.

    Le gouvernement adapte ainsi ses hypothèses de travail aux nouvelles donnes délivrées la semaine dernière. La semaine dernière, Michel Sapin, ministre des Finances, avait revu à la baisse les perspectives de croissance et d'inflation et revu à la hausse les objectifs de déficits publiques.

           Lire La dette publique française proche des 2.000 milliards d'euros

    Des taux d'emprunts toujours aussi bas

    Les marchés restent toutefois confiants et l'État emprunte toujours à des taux historiquement bas. "L'État s'endette même à des taux négatifs sur des échéances de court terme, comme cela a encore été le cas lundi dernier lors d'une levée de près de 8 milliards d'euros", écrit le quotidien économique.

    En début d'année, la Commission européenne avait, de son côté, prévenu que sept pays de la zone euro dépasserait le seuil des 100% du ratio dette publique/PIB. La semaine dernière, l'Espagne avait annoncé que sa dette publique avait atteint 98,9% de son PIB au deuxième trimestre.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Le chantier du barrage de Sivens monopolise les acteurs du Département du Tarn

    Le chantier du barrage de Sivens monopolise les acteurs du Département du Tarn | Think outside the Box | Scoop.it

    Thierry Carcenac, président du Conseil général du Tarn.

     

    Initialement prévue pour faire « un tour d'horizon de l'actualité et des projets à venir », la conférence de presse de rentrée du président du Conseil général du Tarn a pris une allure singulière. Thierry Carcenac a choisi de réagir sur le chantier du barrage de Sivens. Le dossier occulte tous les autres dans le Tarn.

     

    En présence d’autres élus, maires ou conseillers généraux de l’Ouest tarnais, dont Michèle Rieux, conseillère générale de Gaillac, Georges Paulin, conseiller général, Paul Salvador, conseiller général de Castelnau de Montmiral, Maryline Lherme, conseillère générale et maire de Lisle sur Tarn, Patrice Gausseran, maire de Gaillac… Et de deux citoyens s’ opposant au projet, Thierry Carcenac a examiné les données du dossier et montré des photographies du pont et de la route endommagés et des véhicules du Conseil général taggés sur le site.
    Le même jour, Ségolène Royal nommait une mission d’expertise pour « favoriser le dialogue et vérifier les garanties d’une gestion durable de la ressource en eau ».

    Le président du Conseil général a ainsi mis en avant que : « le projet de barrage sur le Tescou à Sivens (1.500.000 m3) a été mis au point dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement des eaux (Sdag), en application du plan de gestion des étiages, avec l’objectif de soutenir l’étiage de la rivière et de répondre aux besoins d’irrigation, sans augmentation de cette dernière. L’étude Garonne 2050 prévoyant un manque d’eau sur le bassin du Tarn de plus de 30 millions de m3, le conseil général se préoccupe de la qualité de l’eau, de l’environnement et des paysages. Toutes les procédures légales ont été respectées et même en dernier recours le Conseil d’Etat a rejeté le référé-suspension déposé en début d’année par les opposants au projet ».

    Pour une utilisation raisonnée de l’eau

    Thierry Carcenac a ensuite tenté de balayer les idées reçues et les préjugés souvent avancés au sujet de cette retenue et de son coût pour le contribuable : « Le coût du chantier pour le département est de 800.000 euros. Alors qu’un simple rond-point coûte 600.000 euros. 400 personnes étaient présentes pour débattre en 2012 et approuver l’utilité publique du projet que le Coderce a jugé recevable en 2013. La commission a, ensuite, présenté des mesures compensatoires de protection des espèces », explique-t-il. « Le Tarn est précurseur en matière de développement de la politique zone humide avec 1.600 sites répertoriés sur 4.000 ha, 70 zones humides restaurées ou entretenues. Nous oeuvrons pour une gestion de l’eau plus efficiente face au changement climatique* ».

    Il poursuit : « Le barrage-réservoir est destiné à soutenir l’étiage du Tescou, petit affluent du Tarn, et à sécuriser l’approvisionnement en eau des fermes voisines. 82 agriculteurs pourront en bénéficier (41 dans le Tarn, 39 en Tarn-et-Garonne et deux en Haute-Garonne. Il ne s’agit pas d’agriculture intensive mais de polycultures, d’élevage, de maraîchage et autres activités agroalimentaires familiales. Et non de maïsiculture. La forêt de Sivens s’étale sur 700 ha. L’emprise du plan d’eau est de 34 ha. La zone humide boisée du Testet est de 13,4 ha et la surface déboisée de 23 ha ».

    Et cependant, dès le lendemain, une cinquantaine d’ « anti-barrage » ont investi le Conseil général, alors que son président était à Paris pour y rencontrer la ministre de l’écologie.

    Rebondissement de dernière minute. Ce lundi 15 septembre, Thierry Carcenac a reçu une délégation d’élus d’Europe Ecologie Les Verts a qui il aurait annoncé « des incertitudes sur l’obtention à brève échéance des fonds européens prévus pour financer le barrage, soit plus de 20 % des quelques huit millions d’euros du coût total de la retenue ». Ce qui impliquerait un redimensionnement du projet.
    A.-M. B

    Jacques Le Bris's insight:



    * Extraits du rapport d’étude « Garonne 2050 » réalisé par l’Agence de l’Eau Adour Garonne en 2012 :

     
    « …Ces recherches, menées notamment par les chercheurs de Météo France, montrent pour le Sud-Ouest de la France, à l’échéance 2050, une augmentation de la température moyenne annuelle comprise entre 0,5°C et 3,5°C. Cette tendance sera plus marquée en été, avec plus de périodes de canicule et de sécheresse. Par voie de conséquence, l’évapotranspiration annuelle sera en nette augmentation. Dans le domaine de l’hydrologie, cela signifie moins de pluie efficace, donc moins d’écoulement et d’infiltration. De fortes incertitudes demeurent sur le niveau et la dynamique des précipitations. On peut s’attendre néanmoins à une diminution des précipitations neigeuses. De ce fait, certains cours d’eau passeraient d’un régime nival à un régime pluvial. Du fait de l’ensemble de ces évolutions climatiques, de fortes modifications sur l’hydrologie sont à prévoir : des baisses annuelles de débit de toutes les grandes rivières du Sud-Ouest, comprises entre 20 et 40 %. La dynamique des écoulements sera également fortement modifiée notamment en période de basses eaux : sans modification des usages, les étiages seront plus précoces, plus sévères et plus longs… »
    "…L’incidence du changement climatique sur l’assèchement des rivières de notre bassin, confirmée par des études et observations récentes et par le dernier rapport du GIECC, sera majeure en termes environnementaux, économiques et sociaux. Une stratégie d’ampleur (en termes d’échelle, de rythme et de combinaison de moyens) est à imaginer pour l’avenir, si l’on souhaite équilibrer besoins et ressources en eau sur ce territoire …".

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Pour contrer Ebola, Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest

    Pour contrer Ebola, Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest | Think outside the Box | Scoop.it
    Le 2 septembre, Médecins sans frontières, en première ligne contre le virus Ebola dans les grandes capitales comme dans les villages de l'Ouest africain, poussait un cri d'alerte devant les Nations Unies. Devant l'insuffisance de la réponse internationale contre l'épidémie, le docteur Joanne Liu, présidente de l'ONG, avait accusé les Etats d'avoir « rallié une sorte de coalition mondiale de l'inaction », les appelant à mobiliser et envoyer en Afrique de l'Ouest des ressources médicales civiles et militaires.

    En réponse à cet appel, le président américain Barack Obama devrait annoncer mardi 16 septembre l'envoi de quelque 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest, pour participer à la lutte contre le virus Ebola, a indiqué un haut responsable américain. M. Obama doit présenter son plan d'action lors d'une visite dans la journée au siège des centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), à Atlanta.

    « Pour combattre cette épidémie à la source, nous devons mettre en place une véritable réponse internationale », a indiqué cette même source, selon qui le plan qui sera présenté mardi par M. Obama doit permettre d'« inverser la tendance ». Le virus a tué plus de 2 400 personnes, d'après le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

     Lire le reportage : A Monrovia, une « catastrophe naturelle » nommée Ebola

    Les militaires participeront en particulier à la construction de nouveaux centres de traitement dans les zones les plus touchées, et le gouvernement américain aidera également au recrutement et à la formation des personnels chargés de les gérer.

    L'essentiel des efforts américains seront concentrés au Liberia. Un centre de commandement sera installé dans la capitale, Monrovia. Les Etats-Unis souhaitent aussi créer un site permettant la formation de 500 travailleurs sanitaires par semaine dans le pays, peu après la déclaration de l'OMS qui estimait manquer de 1 000 professionnels de santé localement.

    Dans ce cadre, l'Agence américaine pour le développement international (Usaid, pour United States Agency for International Development) distribuera, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef, pour United Nations International Children's Emergency Fund), des kits de protection à destination des 400 000 familles les plus vulnérables du Liberia.

    COMBIEN COÛTE EBOLA ?

    A ce stade, les Etats-Unis ont déjà consacré 100 millions de dollars à la lutte contre le virus. L'Usaid a annoncé son intention de débloquer 75 millions de dollars supplémentaires, en particulier destinés à augmenter le nombre de centres de traitement.

    L'administration Obama a par ailleurs demandé au Congrès le déblocage de 88 millions de dollars supplémentaires. Le vote, dont l'issue favorable semble acquise, devrait avoir lieu cette semaine. Sur cette somme, 30 millions seront consacrés à l'envoi de matériel et d'experts sur le terrain et les 58 millions restants serviront au développement de traitements et de vaccins.

    Lire l'interview du président de la Banque africaine de développement (édition abonnés) : « Nous prévoyons une chute de 2,5 points du PIB pour les pays frappés par Ebola » 

    Il n'existe actuellement aucun médicament ni vaccin homologué contre Ebola. Un vaccin expérimental, efficace sur des singes, fait l'objet d'un essai clinique depuis début septembre aux Etats-Unis. Si les résultats sont probants, il pourrait être prêt avant la fin 2015.

    Devant l'urgence de la situation, le Conseil de sécurité des Nations unies, habituellement chargé de veiller à la paix et à la sécurité internationale, a pris la décision importante de se saisir du dossier Ebola, et tiendra une « réunion d'urgence » jeudi 18 septembre.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Les musulmans de France lancent un appel contre l'État islamique

    Les musulmans de France lancent un appel contre l'État islamique | Think outside the Box | Scoop.it

    "Nous condamnons fermement les exactions commises par l'organisation Daesh [...] à l'encontre des civils en Irak et en Syrie", dénonce le texte.

     

    Les fédérations et responsables de mosquées français ont lancé, cette fois de manière unitaire, un "appel des musulmans de France" contre Daesh (État islamique) exigeant une enquête sur "les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l'origine de ses moyens". "Nous condamnons fermement les exactions commises par l'organisation Daesh (...) à l'encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les Kurdes, les Turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes", écrivent les signataires de cet appel, qui estiment que ce groupe, en dépit de son appellation usurpée, n'a rien ni d'État ni d'islamique. Daesh est l'acronyme en arabe de l'EI.

    Le texte est de portée plus large que "l'appel de Paris" signé la semaine dernière, qui marquait une solidarité en particulier avec les chrétiens d'Orient, et il est surtout plus unitaire. Il a été validé par dix grandes institutions, dont les deux groupements de mosquées de sensibilité marocaine (RMF et UMF), la fédération de la Grande Mosquée de Paris (liée à l'Algérie), les Turcs du CCMTF, mais aussi l'UOIF (proche des Frères musulmans) et l'association Foi et Pratique (courant littéraliste Tabligh). La très grande majorité des quelque 2 300 à 3 000 lieux de culte de la première communauté musulmane d'Europe (3,5 à 5 millions de croyants) y est donc représentée.

    "Face à l'ampleur des crimes commis par Daesh et l'importance des moyens matériels dont elle dispose, nous appelons la communauté internationale à diligenter une enquête afin que soient déterminées les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l'origine de ses moyens", écrivent les signataires. Ils "réitèrent" leur "appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d'aller combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l'ampleur de la gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde responsabilité, devant Dieu et devant l'humanité, d'une telle complicité". Les dix institutions demandent enfin "aux musulmans de France d'apporter leur aide aux exilés, notamment à ceux présents en France", et "d'élever des prières, tous les vendredis, pour le repos des âmes de toutes les victimes" de Daesh.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Lettres ouvertes à Thierry Carcenac et aux Conseillers Généraux

    Gaillac – Toulouse – Grenoble, le 10 septembre 2014.
    Lettre ouverte à

    Monsieur Carcenac, président du conseil général du Tarn,
    Monsieur Valax, député du Tarn,
    Madame Royal, ministre de l’environnement,

    Nous sommes sidérés par le déploiement policier en forêt de Sivens où les cohortes de gendarmes mobiles font usage de tout leur arsenal (lacrymogènes, flashballs) face à des défenseurs de la zone humide du Testet, citoyens de tous âges, pacifistes et désarmés.
    Un tel recours à la force suffit à lui même pour témoigner de la violence et de l’illégitimité du projet pour lequel les citoyens mobilisés demandent l’organisation d’un véritable débat démocratique impliquant la communication de tous les éléments du dossier, dans le cadre d’une expertise indépendante. Le passage en force au sens propre est de surcroît illégal puisqu’à l’heure où la destruction massive de la forêt se poursuit, les recours en justice n’ont pas encore abouti. C’est pourquoi vous devez faire appliquer un moratoire.
    Vous devez faire respecter la justice en tant qu’élus de la République et parce qu’il ne peut y avoir d’ordre sans justice, nous vous prions de bien vouloir procéder au retrait immédiat des forces de l’ordre de la vallée du Testet.
    Les bûcherons, contraints de gagner leur pain, opèrent dans la peur, sous escorte policière. Seuls les régimes totalitaires peuvent se targuer d’opposer ainsi des individus que l’on dresse les uns contre les autres pour conforter un pouvoir illégitime.
    Enfin, en tant que contribuables n’ayant jamais omis de déclarer nos revenus et de payer nos impôts, nous ne pouvons accepter que notre contribution serve à bafouer l’humain et son environnement.
    En vous remerciant par avance de votre réponse ; nous vous prions d’accepter nos salutations respectueuses.

    Sylviane Baumann (informaticienne,Tarn), Valérie Brun (professeur, Tarn), Patricia Combarel (professeur, Tarn), Céline Galissier (professeur, Tarn), Florent Gaudez (professeur des Universités, Université de Grenoble), Viviane Larras (professeur, Tarn), Liêm-Khê Luguern (professeur, Tarn), Bruno Polge (professeur, Tarn), Catherine Ranjeva (professeur, Tarn), Laure Teulières (maître de conférences, Université de Toulouse).

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Sivens : «Sans l'argent de l'Europe, le projet pourrait être revu»

    Sivens : «Sans l'argent de l'Europe, le projet pourrait être revu» | Think outside the Box | Scoop.it

    Guillaume Cros, élu régional EELV, hier matin à la sortie de la rencontre avec Thierry Carcenac.


    Selon une délégation d'élus, opposés au barrage de Sivens, le président du conseil général du Tarn aurait annoncé hier matin qu'il n'aurait pas les 2 M€ e fonds européens espérés.

    Une délégation d'élus régionaux (EELV et Parti de Gauche) et d'élus municipaux tarrnais, a été reçue hier matin peu avant 8h par Thierry Carcenac, président du conseil général du Tarn. «On a senti un président Carcenac pas sûr de lui, qui nous a annoncé qu'il n'aurait pas les 2 M€ attendus de financements européens» Thierry Carcenac aurait expliqué aux élus qu'il ne serait pas dans les délais de réalisation et de financement du projet permettant d'obtenir ces fonds» explique Guillaume Cros, élu régional EELV. Dans le plan de financement total de 8,70 M€, l'agence de l'eau doit prendre en charge 50 %, l'Europe, les conseils généraux du Tarn et du Tarn-et-Garonne devant financer le reste.

    Les élus ont à nouveau demandé, sans succès, au président, un moratoire sur les travaux de déboisement du site de Sivens, même si ceux-ci doivent être terminés aujourd'hui. Ils souhaitent également des réponses aux questions posées par certains opposants du collectif Testet, en grève de la faim, pour certains depuis plus de quinze jours. Enfin les élus ont demandé l'organisation d'un débat public.

    à ces deux dernières demandes Thierry Carcenac n'aurait pas donné de réponse. «Thierry Carcenac nous propose, dans la mesure où la région gère les fonds européens, d'étudier une remise à plat et un redimensionnement avec l'utilisation des fonds européens 2015-2020», témoigne Guillaume Cros. Contacté hier, le président du conseil général n'a ni confirmé ni infirmé ces déclarations.

    Cet après-midi, le tribunal administratif de Toulouse doit se prononcer sur la suspension ou non, de l'arrêté sur la destruction des espèces protégées. En même temps, le tribunal d'Albi rendra sa décision sur la légalité du défrichement.

    Gaillac : Des lycéens manifestent

    Hier matin, le mouvement des opposants au barrage de Sivens a contaminé le lycée Victor-Hugo de Gaillac. Des élèves se sont rassemblés devant l'établissement banderoles en main, pour crier leur opposition à ce projet. Les gendarmes et les policiers municipaux étaient présents et ont bloqué les deux accès à la route du lycée. Des opposants du collectif des Bouilles et des grévistes de la faim étaient aux côtés des jeunes manifestants.

    Mises à part quelques bousculades, la confrontation s'est déroulée sans violence. Sur les 950 élèves, seulement une centaine sont restés au lycée. Beaucoup ont été récupérés par des parents inquiets. Les autres ont manifesté jusqu'à la mairie où deux lycéens ont été reçus par le maire avant de s'éparpiller en ville. Le mouvement devait être reconduit aujourd'hui.

    Blessés sur la zone humide

    Au même moment, sur la zone humide, des affrontements ont eu lieu entre forces de l'ordre et opposants. Un gendarme a été blessé et côté opposant, il est question de deux personnes blessées par des tirs de flash-ball dont une à la poitrine. Elle a été prise en charge par les pompiers.

    Mais ce qui peut être inquiétant pour l'avenir, c'est désormais l'irruption de groupes excédés par la présence des opposants et qui n'hésitent plus à venir à la confrontation avec les anti-barrage. Dimanche soir, lors d'un barrage filtrant sur la D999, le porte-parole du collectif du Testet a indiqué avoir été pris à partie par plusieurs individus. Il s'en sort avec une fracture à la main.

    M.L. et P.G

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    JADEIQUE: La plume court et choisit ses mots pour raconter la France...!

    JADEIQUE: La plume court et choisit ses mots pour raconter la France...! | Think outside the Box | Scoop.it

    La plume court sur le papier. Elle se veut claire, nette, sans fioriture...Et pourtant elle est hésitante sur le choix des mots. 




    Comment décrire le ressenti d'un Français moyen aujourd'hui sans trop exagérer ou sans trop diminuer son écoeurement face à la multitude de facteurs qui guide sa vie ? La plume court et se veut légère mais elle reste en suspend dans l'air du temps. Un air fétide qui change son encre en fiel. Elle résiste pourtant et continue à courir sans retenue et sans tabou sur ce papier qui devient le révélateur d'un temps qui se veut moderne mais qui a omis de briser toutes ses chaînes.
    Un temps qui se veut moderne mais qui paraît aller à reculons vers des temps anciens qui ressemblent à s'y méprendre au moyen âge. La plume court, et cherche en vain des mots simples et encourageants mais elle n'y parvient pas. 

    Une guerre insidieuse est aux portes de notre société. Une guerre qui agit sournoisement et qui s'appelle "terrorisme" ! A cela s'ajoute la mauvaise santé de notre économie. Les privilèges indécents de nos "élites" et cette dette abyssale que nos politiques s'ingénient à vouloir nous faire payer sans toucher à leurs propres émoluments, retraites et avantages de toutes sortes qui continuent de creuser la dette.
    La plume court, court à en perdre haleine et pourtant elle choisit encore ses mots afin qu'ils ne soient pas trop fratricides à l'égard des responsables de cette pauvreté grandissante dans un pays qui, jadis, était un des plus puissants, un des plus respectés. Que s'est-il passé ? La nouvelle monnaie y est-elle pour quelque chose ? Sans vouloir revenir en arrière comme certains le suggèrent et revenir aux francs, ce qui ajouterait de la bêtise à la bêtise, force est de constater que la venue de l'euro a permis aux profiteurs, investisseurs, boursicoteurs, spéculateurs d'augmenter leurs salaires de manière exponentielle. Certains ont multiplié leurs revenus par 10, 100, 1000... pendant que d'autres touchaient de plus en plus le fond, leurs salaires gelés. 
    Certaines maisons qui valaient 10 millions de francs sont arrivées aujourd'hui à 10, 100...millions d'euros. La simple baguette de pain a explosé. 
    Les écarts sont irréalistes actuellement entre le Français moyen et ces personnes qui ont fait exploser leurs revenus comme le gouvernement, les parlementaires, les journalistes, présentateurs, acteurs, chanteurs, certains artisans...

    Qui peut aujourd'hui faire faire des travaux dans sa maison principale sans avoir à payer pratiquement l'équivalent de ce qu'ils ont payé pour l'acheter ?

    Qui peut partir en vacances 2, 3 semaines ?

    Qui peut penser à sa retraite en toute sérénité ? 

    Quel jeune peut se projeter dans l'avenir à moins d'être le fils ou la fille de....?

    Qui peut croire en ces politiques qui gouvernent, qui ne connaissent pas la crise mais qui, dés qu'ils ouvrent la bouche, font frissonner les Français d'effroi ?

    La plume court, court encore et encore néanmoins sans plus de conviction, l'encre emplie de désillusion. Elle s'arrête, repart, titube pour enfin se poser à côté du papier, sans bruit jusqu'à la prochaine fois qu'elle espère plus envolée, plus optimiste.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Le 21 septembre, marches pour le climat à New-York, Paris, Berlin, Londres...

    Le 21 septembre, marches pour le climat à New-York, Paris, Berlin, Londres... | Think outside the Box | Scoop.it

    A Paris, le rendez-vous est fixé le 21 septembre, à 14 h, Place de République. La marche aura lieu jusqu’au parvis de l’Hôtel de Ville.

     

    Alors que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a invité chefs d’Etat et dirigeants du monde des affaires et de la société civile à un Sommet "climat" le 23 septembre à New-York, afin qu’ils annoncent « des mesures audacieuses » de réduction des émissions de gaz à effet de serre, des manifestations auront lieu tout autour de la planète le week-end précédent, pour rappeler « l’urgence » de la situation. Pour les manifestations en France, cliquer ici.

    C’est officiellement pour donner « un nouvel élan à la lutte contre les changements climatiques » avec pour mot d’ordre d’ « accélérer l’action », que le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, a invité « les dirigeants mondiaux (représentants des gouvernements, du monde de la finance, des entreprises et de la société civile) » au Sommet sur le climat qui se tiendra le 23 septembre prochain à New-York. Ban Ki Moon leur a demandé d’ « annoncer des mesures audacieuses visant à réduire les émissions, à renforcer la résistance aux changements climatiques et à mobiliser les volontés politiques en vue de parvenir à un accord juridique significatif en 2015 », date à laquelle un accord mondial contraignant doit être signé, à Paris, afin de réduire fortement les émissions humaines de gaz à effet de serre à partir de 2020.

    Des actions sont attendues dans des domaines critiques tels que l’énergie, l’agriculture, les villes, les forêts...

    Pour l’ONU, il est en effet « de plus en plus reconnu qu’il existe des solutions abordables et pouvant être reproduites à grande échelle qui nous permettront à tous de faire un bond en avant vers des économies plus propres et plus résilientes ». Selon Ban KI Moon, le monde a besoin de voir ce que les pays font dès à présent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. « Des solutions existent et nous constatons déjà des changements importants dans les politiques gouvernementales et les investissements dans les modes de vie durables et en faisant des affaires », souligne-t-il, ajoutant: « La course est lancée et il est maintenant temps, pour les dirigeants, de renforcer et d’orienter le monde vers un avenir plus sûr ».

    L’objectif est donc d’inverser la mauvaise tendance actuelle : « Le monde est actuellement sur une voie qui l’entraînera bien au-delà de la limite des 2°C de hausse de température que les pays se sont engagés à tenir afin d’éviter les pires conséquences des changements climatiques », rappelle l’ONU. Des actions sont notamment attendues dans « des domaines critiques, tels que l’énergie, l’agriculture, les villes, les forêts, et en renforçant leur résilience, avec un financement adapté ».

    Après une cérémonie d’ouverture, le Sommet « entendra des chefs d’État et de gouvernement, des représentants du secteur privé faire des annonces et lancer de nouvelles initiatives qui touchent les domaines d’action clefs par des coalitions de gouvernements, d’entreprises et d’organisations de la société civile. Des tables rondes porteront en outre sur des aspects critiques des changements climatiques, y compris la science, les personnes vivant sur les lignes de front des changements climatiques, les avantages économiques et sociaux de l’action sur les changements climatiques.  Le Secrétaire général fera la synthèse des résultats de la journée lors de la cérémonie de clôture », annonce l’ONU.

    De New-York à Paris, "le plus grand rassemblement citoyen jamais organisé sur l’enjeu climatique"

    Pour progresser vers un « avenir plus sûr », le Secrétaire général pourra compter sur les différentes manifestations qui auront lieu, les 20 et 21 septembre, notamment dans les grandes villes de la planète. A New-York, Berlin, Bogota, New Delhi, Istanbul, Rio de Janiero, Londres, Melbourne, Johannesburg, Lagos ou encore bien sûr Paris, des millions de personnes sont attendues dans les rues afin justement de « demander des mesures ambitieuses sur le climat » et « rappeler aux chefs d’Etats que la question climatique est universelle, urgente et que d’elle dépendent les écosystèmes et le destin des hommes ».

    Désirant faire de ces journées « le plus grand rassemblement citoyen jamais organisé sur l’enjeu climatique », ils pourront également rappeler que « les dirigeants ont une responsabilité sur le changement climatique, à travers la gestion de l’économie, des ressources et des énergies » et qu’il est nécessaire qu’ils agissent « enfin de façon responsable ».

    En France, la mobilisation servira en plus à rappeler au Président François Hollande et au gouvernement leur « rôle clé pour le succès de la Conférence Climat » de 2015. A Paris, le rendez-vous est fixé le 21 septembre, à 14 h, Place de République. La marche aura lieu jusqu’au parvis de l’Hôtel de Ville, où est également prévu un concert du chanteur Patrice, avec en plus des personnalités qui viendront partager leur engagement. Les participants peuvent se faire connaître en cliquant ici.

    Ils participeront à la marche pour le climat de Paris

    Organisations ayant rejoint la marche à Paris: Action Contre la Faim, Agir pour l’environnement, Art of Change 21, Avaaz, Blue Energy, CARE France, Centre d’information sur l’environnement et d’action pour la Santé, Chrétiens unis pour la Terre, Climates, Coordination Sud, Fondation France Libertés, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, GERES, Greencross France, Greenpeace France, Greenraid, Jeûne pour le Climat, Koom, La Ruche, Mouvement de la Paix, Oxfam France, REFEDD, Réseau Action Climat, Singa, Surfrider Foundation Europe, Youth Diplomacy, 350.org, 4D.

    La manifestation sur Facebook et Twitter.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Tarn : massacre à la tronçonneuse

    Tarn : massacre à la tronçonneuse | Think outside the Box | Scoop.it
    Le projet de barrage de Sivens initié par le Conseil général du Tarn a débuté le 1ER septembre. Il vise à soutenir l’étiage du Tescou, un petit affluent du Tarn, et à sécuriser l’approvisionnement en eau des fermes voisines pour un coût estimé à 8,4 millions d’euros.
    Installés sur cette Zone A Défendre (ZAD), les opposants se sont massivement mobilisés ces dernières semaines contre ce projet qu’ils jugent inutile et destructeur.
    Des affrontements ont eu lieu afin de déloger les ZADISTES avec la présence de quelque 200 gendarmes mobiles.
    Alors que le déboisement s’effectue à grande vitesse, certains militants écologistes ont investi les cimes des arbres afin de résister sur place.
    Après une action coup de poing au Conseil général du Tarn, de nombreuses personnes campent désormais devant la bâtisse et certains ont entamé une grève de la faim. Sur le plan juridique, le tribunal de grande instance d’Albi a été saisi en référé sur la légalité du déboisement du site, et un recours contre l’arrêté préfectoral de novembre 2013 est examiné actuellement par le tribunal administratif de Toulouse.
    Les deux juridictions rendront leurs décisions mardi 16 septembre.
    En attendant, les arbres tombent comme des mouches….
    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    TF1, Canal+ et M6, mauvais élèves des élections européennes

    TF1, Canal+ et M6, mauvais élèves des élections européennes | Think outside the Box | Scoop.it

    L'autorité indépendante de l'audiovisuel reproche aux chaînes privées françaises leur faible couverture des élections européennes. La multitude de candidats a toutefois rendu complexe le respect de l’égalité de temps de parole, selon le CSA. 

    À peine plus d’une heure, c’est le temps consacré par les trois grandes chaînes de télévision généralistes privées aux élections européennes de mai 2014.

    TF1, M6 et Canal+ se sont fait taper sur les doigts par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour le très faible temps d’antenne consacré au scrutin européen du 25 mai dernier.

    M6 signe la pire performance avec seulement 7 minutes et 20 secondes d’antenne, suivie par Canal+ qui affiche 14 minutes et 15 secondes au compteur. Enfin, TF1 totalise 40 minutes et 36 secondes, souligne le CSA dans son rapport sur l’élection des représentants au Parlement européen des 24 et 25 mai 2014.

    Hausse du temps d’antenne

    Le gendarme de l'audiovisuel français a notamment déploré que ces chaînes n’aient pas accordé « une exposition significative au traitement de l’actualité électorale sur leur antenne ». À l’inverse, le CSA estime que le service public audiovisuel – notamment France 2 avec 6 h 27 d’antenne — a déployé des efforts significatifs « pour rendre compte des campagnes électorales ». Autres bons élèves, les radios, les chaînes d’information en continu et les médias internationaux ont tous reçus les félicitations du jury.

    >>Lire : La télé française fait l’impasse sur le débat électoral européen

    Pourtant, le service audiovisuel public n’avait pas été exempt de critiques pendant la campagne. En effet, France Télévisions avait décidé de reléguer le débat entre les candidats à la présidence de la Commission européenne sur son site Internet, provoquant la colère des candidats.

    Malgré plusieurs saisines du CSA, notamment de la part de l’ex-ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, le groupe audiovisuel public avait campé sur ses positions.

    Revenant sur la controverse dans son rapport, le CSA a conclu que le débat, finalement diffusé sur la chaîne parlementaire LCP, i>télé et Euronews, « a surtout manifesté, pour la première fois, l’émergence d’un espace commun aux vingt-huit États membres de l’Union dans l’univers de la communication politique ».

    Le CSA juge la campagne « atone »

    Malgré les contre-performances des chaînes privées généralistes et la non-diffusion du débat présidentiel sur une des chaînes de France Télévisions, le CSA a délivré une appréciation globalement positive à l’ensemble du secteur, n’hésitant au passage à formuler quelques critiques sur la qualité de la campagne électorale européenne.

    « En dépit d’une campagne que d’aucuns ont jugée atone et peinant à trouver ses thèmes structurants, la couverture de l’élection des représentants au Parlement européen par les médias audiovisuels s’est révélée, contrairement aux apparences, très substantielle », souligne le Conseil dans son rapport.

    Le temps de parole accordé aux candidats aux élections européennes au cours des six semaines précédant le scrutin a en effet augmenté de façon significative, passant de 112 heures en 2009, à 155 heures.

    Équité respectée

    Selon le CSA, les services de radio et de télévision « ont respecté le principe d’équité et permis l’expression de plus de trente partis et groupements politiques engagés dans la campagne électorale ».

    Au cours de la campagne, le Conseil avait cependant dû rappeler plusieurs fois à l’ordre les chaînes de radio et de télévisions qui ne donnaient pas un temps d’exposition suffisant aux petites listes.

    >>Lire : La gauche et les petits partis boudés par les médias pour les européennes

    Pour autant, les critiques sont nombreuses sur la faisabilité pour les chaînes de radio et de télé d’honorer le principe d’équité. D’abord, le CSA a observé un effet de « rattrapage » du temps de parole des petites formations lors des derniers jours de la campagne.

    Un effet boule de neige que le Conseil explique par « les difficultés » posées par le nombre croissant de listes aux élections européennes.

    >>Lire : Les médias tireront-ils les leçons des européennes?

    En effet, les élections européennes de mai ont été le théâtre d’une multiplication des listes de candidats : 193 en 2014 contre 160 en 2009, soit une augmentation de 21 %.

    Face au phénomène, le CSA s’est  interrogé sur «  l’exposition dont doivent bénéficier ou non les listes et les partis et groupements politiques dont la représentativité apparaît fragile sinon inexistante ».

    Les eurocirconscriptions vilipendées

    Autre critique, le découpage des huit circonscriptions électorales propres aux élections européennes est « artificiel » selon le rapport. Surtout, elle a conduit logiquement les médias audiovisuels nationaux « à privilégier le débat national, qui a concentré 95 % du temps de parole, au détriment des enjeux locaux ». Pour le CSA « le débat par circonscription n’a guère de sens dans le cadre de ce scrutin »

    « Le Conseil propose qu’à l’occasion des prochaines élections européennes, les temps de parole fassent l’objet d’un relevé global par les services nationaux de radio et de télévision », conclut le rapport.

    Face aux difficultés soulevées, le CSA a annoncé son intention de lancer au deuxième semestre 2014 des consultations sur l’adéquation des règles « qui encadrent la liberté de communication en période électorale avec la liberté d’informer et l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion ».

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Ancien otage en Syrie, le journaliste Pierre Torres considère «avoir commis une erreur en collaborant» avec l'antiterrorisme français

    Ancien otage en Syrie, le journaliste Pierre Torres considère «avoir commis une erreur en collaborant» avec l'antiterrorisme français | Think outside the Box | Scoop.it

    Pierre Torres, à droite de l'image, aux côtés d'Edouard Elias, Didier Francois et Nicolas Henin, à leur retour en France. Villacoublay, 20 avril 2014 | REUTERS/Gonzalo Fuentes

     

    Alors que le projet de loi censé combattre le terrorisme s'apprête à être voté d'ici le 18 septembre, l'ancien otage en Syrie Pierre Torres livre un témoignage percutant dans Le Monde.

    Le journaliste y affirme sans détour «avoir commis une erreur en collaborant avec le service de police politique qu'est l'antiterrorisme». Et d'ajouter:

    «Cela va à l'opposé des positions et des combats que représente mon engagement de journaliste. Je m'en excuse auprès des familles de ceux que cette négligence a mis en danger.»

    Un constat qui fait suite à son expérience, en tant qu'ancien otage, des méthodes du renseignement et de l'antiterrorisme français.

    Il raconte ainsi comment il a été entendu, en juin 2014, par des agents de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui pensaient que Mehdi Nemmouche, accusé d'avoir tué quatre personnes au musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier, «était peut-être l'un de [leurs] geôliers en Syrie». Et comment sa déposition, comme celle de ses compagnons, a fuité trois mois plus tard dans la presse. Le Monde annonçait ainsi le 6 septembre: «Mehdi Nemmouche, geôlier d'otages occidentaux en Syrie».

    Une fuite qui intervient alors même que la procureure à la tête du parquet antiterroriste, Camille Hennetier, avait garanti aux anciens détenus une entière discrétion, se remémore Pierre Torres, «tant qu'un danger pèsera sur les otages occidentaux».

    Pour le journaliste, ça ne fait pas de doute:

    «Cela relève évidemment de l'opération de promotion.»

    Promotion de quoi? De «la nouvelle loi antiterroriste en discussion au Parlement». Et de poursuivre:

    «Du point de vue des organisateurs de cette fuite, l'opération a bien fonctionné. “Jeune-délinquant-Arabe-Syrie-attentat-France-terrorisme-antiterrorisme”, toute l'artillerie sémantique est déballée afin de finir de nous convaincre que nous avons toutes les raisons d'avoir peur.»

    Pour le journaliste, les motivations de Mehdi Nemmouche renvoient davantage aux adolescents coupables de tueries aux Etats-Unis, «qu'à une quelconque lecture du Coran». Mais le discours antiterroriste français le transforme en tout autre chose... et étoffe, au passage, les moyens à la disposition des institutions policières:

    «Sans cela, il aurait été considéré pour ce qu'il est, un pauvre type qui assassine des gens pour passer à la télé. En retour, on peut donner toujours plus de pouvoirs aux policiers et aux juges de l'antiterrorisme. Pouvoirs qui ne permettront évidemment pas d'arrêter plus de Nemmouche mais qui, en revanche, resserrent encore un peu plus le maillage policier et le contrôle de la population.»

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Barrage de Sivens : le tribunal administratif de Toulouse autorise la poursuite du déboisement

    Barrage de Sivens : le tribunal administratif de Toulouse autorise la poursuite du déboisement | Think outside the Box | Scoop.it

    Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté ce mardi les recours contre l'arrêté préfectoral. Un peu plus tôt c'est le TGI d'Albi s'est déclaré mardi incompétent après avoir été saisi par France Nature Environnement (FNE). 

     

    Les opposants au barrage de Sivens ont encaissé coup sur coup deux revers juridiques ce mardi avec la déclaration d'incompétence du tribunal de Grande instance d'Albi et le rejet d'un recours par le tribunal administratif de Toulouse. 

    En fin de journée, le juge administratif de Toulouse a rejeté le recours suspensif contre l'arrêté du préfet du Tarn de novembre 2013 donnant dérogation à la Compagnie d'Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) de détruire des espèces protégées et leurs habitats (la zone humide du Testet). 

    Un premier revers juridique pour les opposants au barrage de Sivens avait eu lieu quelques heures plus tôt ce mardi après-midi, le tribunal de grande instance d'Albi s'est déclaré incompétent après la plainte de France Nature Environnement (FNE) sur la légalité du déboisement. En parallèle, la FNE a été condamnée à payer 4000 euros de frais de justice.

    Les opposants au barrage sont donc évidemment très déçus de ces deux décisions mais indiquent ce soir ne pas baisser les bras et reporter leurs espoirs sur les trois recours sur le fond qui doivent également être examinés par la justice administrative mais cette procédure pourrait prendre plusieurs années.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Jean-Michel Baylet, nouveau "patron" de la majorité !

    Jean-Michel Baylet, nouveau "patron" de la majorité ! | Think outside the Box | Scoop.it

    Comme nous l’avions annoncé, Manuel Valls a passé le barrage du vote de confiance. Mais, s'il a bien reçu le nombre de suffrages suffisants pour éviter de se retrouver en minorité, ce scrutin démontre clairement une base politique qui se réduit à vue d’œil. Les "frondeurs" progressent, les écolos sont unis dans le doute et le PRG de Baylet joue presque désormais les arbitres des élégances. C'est dire...

     

    inq mois. Cinq petits mois séparent les deux votes sur la déclaration de politique générale du gouvernement Valls 1 et Valls 2. C’est peu cinq mois, et pourtant, durant ce court laps de temps, la situation s’est clairement dégradée pour le Premier ministre. Le 8 avril dernier, ils étaient 306 députés à lui accorder leur confiance et 239 à lui refuser. Le seul groupe socialiste (SRC) comptabilisait 279 votes de soutien, ce qui suffisait à Manuel Valls pour gouverner avec une majorité absolue fixée alors à 273. À l’époque, seuls 11 députés socialistes s’étaient abstenus. On retrouvait déjà Pouria Amirshahi, Fanély Carrey-Conte, Pascal Cherki ou encore Henri Emmanuelli. Pour résumer, principalement l’aile gauche du PS du courant Un Monde d’avance. Les écologistes, tout juste sortis du gouvernement étaient encore divisés sur la stratégie à adopter. Dans un vote dispersé, ils étaient 10 à soutenir le gouvernement (dont les deux co-présidents du groupe, Barbara Pompili et François de Rugy) et 6 à s'abstenir comme Sergio Coronado, Eva Sas ou encore Noël Mamère. Côté députés du Front de gauche, ils étaient 12 à voter contre en toute logique. Les radicaux étaient 13 à soutenir le gouvernement. Là aussi logique, les députés PRG ne pouvaient pas désavouer un exécutif comptant des ministres radicaux.
     
    Mais voilà, depuis avril dernier, Manuel Valls n’a pas chômé. Poussé peut-être par un François Hollande persuadé du bien-fondé de sa politique envers et contre tous, celui-ci a préféré faire la part belle aux revendications de Gattaz plutôt que de tendre l'oreille aux revendications des députés de sa propre majorité, qu'ils soient « frondeurs », écolos ou même chevènementistes.

    Résultat, un vote de confiance obtenu ce mardi 16 septembre mais qui, au regard des suffrages exprimés, risque de donner quelques sueurs froides à l’équipe du Premier ministre et annonce des « emmerdes » en perspective pour les prochaines discussions sur le budget.
     
    Les conseils généraux sauvés pour Baylet ?
     
    Pour ce vote, la majorité absolue était de 257 voix. Problème : au sein du groupe PS, ils n’étaient que 253 députés socialistes à voter pour la confiance. Traduction : Valls ne possède plus qu’une majorité relative à l’Assemblée. Pis, il lui faut désormais compter beaucoup sur les radicaux… Chez les « frondeurs », ils sont 31 à avoir franchi le pas de l’abstention rejoint par les trois chevènementistes du groupe SRC. « Un avertissement sérieux qui doit être pris par l’exécutif », selon l’un des abstentionnistes. C’est que pour un mouvement qui n’a véritablement que 5 mois d’existence, ils ont triplé leur effectif. Si aucun n’a osé le vote contre, il reste encore deux ans et demi à tenir. Vu les cinq derniers mois, il n'est pas sûr que cette question ne vienne pas un jour titiller certains.
     
    C’est côté écolo que la surprise est de taille. Comme nous l'avions écrit, Manuel Valls a réussi à unir les écologistes… contre lui. Ils sont 17 à s’être abstenus mise à part la député Isabelle Attard qui a voté contre (elle vient tout récemment de rejoindre les rangs de l'organisation Nouvelle donne). Un vote de groupe donc. Incroyable pourrait-on dire. Valls architecte... de la réunification des députés verts, c’en est presque émouvant...
     
    Finalement, le vrai grand (et inattendu) gagnant de ce scrutin se prénomme Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche et heureux détenteur de 0,64 % des voix à la primaire de 2011 ! Durant l’été, celui-ci a mis un « coup de pression » à Manuel Valls au sujet de sa réforme territoriale, menaçant de lui retirer son appui et par la même occasion, ses ministres. En cause, le projet de suppression des conseils généraux. Il faut croire qu'en vieux briscard de la politique, le patron de La Dépêche du Midi avait anticipé qu'il serait bientôt en position de force. Bien vu puisque le Premier Ministre, dans son discours de politique générale, vient d’enterrer la disparition pure et simple des conseils généraux. Logiquement, les députés radicaux lui ont donc accordé leur confiance. Ce qui, au final, se traduit dans les suffrages par 269 voix pour Manuel Valls contre 244 contre (ces derniers n'étaient que 239 lors du dernier vote).
     
    Un vote de confiance acquis donc, mais à quel prix ? Alors qu’en avril dernier la différence entre les pour et les contre était de 67 voix, aujourd’hui, il n'y a plus que 25 voix d'écart… Vingt-cinq petites voix, une peau de chagrin. Surtout, les frondeurs, s’ils restent encore dans une logique d’abstention, progressent par rapport à leur situation d'il y a cinq mois. Sur un vote de confiance, ce n’est pas anodin. Enfin, le torchon entre le gouvernement et les Verts ne brûlent plus seulement. Il est calciné, réduit en cendre.

    Conclusion, il y a des chances que, pour Manuel Valls, ce vote de confiance ne lui inspire pas vraiment… la confiance justement.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    La corruption au sein de la Fifa ne laisse plus la Suisse indifférente

    La corruption au sein de la Fifa ne laisse plus la Suisse indifférente | Think outside the Box | Scoop.it

    La justice suisse veut mettre son nez dans les fédérations sportives installées sur son sol. À commencer par la Fédération internationale de football.

    Si plus d'une trentaine de fédérations sportives internationales - comme la Fédération internationale de football (Fifa), l'Union européenne des associations de football (UEFA), le Comité international olympique (CIO) ou la Fédération internationale de cyclisme - possèdent leur siège en Suisse, c'est probablement pour la beauté de ses lacs. Mais ce choix est peut-être aussi dicté par de très attractives exonérations fiscales. Sans oublier certaines particularités du droit pénal helvétique, qui poursuit la corruption publique, mais pas la corruption privée.

    Il y a quelques années, la justice suisse avait découvert que la société de marketing sportif International Sport and Leisure (ISL), domiciliée à Zoug, avait versé des pots-de-vin aux responsables de la Fifa pour obtenir les droits de diffusion de la Coupe du monde. Les Brésiliens Ricardo Teixeira, président de la fédération brésilienne et vice-président exécutif de la Fifa, et João Havelange, président de la Fifa de 1974 à 1998, empochaient respectivement 10 millions de francs suisses (8 millions d'euros) et 1,24 million de francs (environ 1 million d'euros).

    Les poches gonflées de billets de banque

    "Bien que l'existence du versement de ces sommes ait été attestée, le procureur n'a pas pu accuser Havelange et Teixeira d'une infraction de corruption. Les crimes de corruption dans le secteur privé n'existent pas en Suisse", dénonce l'association Transparency International Suisse. Quant à la loi sur la concurrence déloyale, elle ne s'applique pas dans le domaine sportif : la Fifa étant la seule association habilitée à choisir le lieu des compétitions sportives. Aucune autre fédération sportive ne lui conteste ce pouvoir d'attribution.

    Autre exemple : l'auteur de cet article peut témoigner d'un étrange manège qui s'est déroulé en sa présence à l'hôtel Lausanne Palace dans les années 2000. Les membres du CIO se succédaient toutes les dix minutes environ dans une suite louée par un "porteur de valises" opérant pour la Russie. Plus tard, en sabrant le champagne, ce dernier pouvait annoncer fièrement : "C'est Sotchi qui sera choisie pour les Jeux olympiques d'hiver, même si les gens du CIO ne savent toujours pas situer cette ville sur une carte !" Même surpris avec les poches gonflées de billets de banque à la sortie de l'hôtel, les participants n'auraient pas pu être arrêtés par la police suisse.

    Joseph Blatter dans la ligne de mire

    Mais les temps changent. Les soupçons de corruption qui planent sur l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar (ainsi que la Coupe du monde 2018 en Russie) embarrassent la Suisse. Ils contribuent à la détérioration de son image. D'autant que le président de la Fifa, Joseph Sepp Blatter, est un Suisse, né en 1936 dans le canton du Valais. Malgré son âge (78 ans) et les multiples soupçons de détournements de fonds et de corruption qui entachent la Fédération internationale de football, cet ancien responsable de relations publiques de l'Office du tourisme valaisan a annoncé qu'il briguerait un cinquième mandat en mai 2015 à Zurich.

    "La corruption privée sera poursuivie et réprimée d'office, même dans le cas où elle n'entraîne pas de distorsions concurrentielles", annonce le Conseil fédéral (gouvernement suisse), insistant sur les "nombreuses fédérations sportives internationales qui ont leur siège en Suisse et dont les décisions ont été discréditées, à plusieurs reprises, par des scandales de corruption". Difficile d'être plus clair. Cette révolution pénale est défendue par Simonetta Sommaruga, la ministre socialiste de la Justice et de la Police.

    Plus de 30 fédérations sportives internationales

    Si les socialistes sont minoritaires au sein du gouvernement helvétique (deux ministres sur sept), ils semblent cette fois être appuyés par la droite, et même l'extrême droite. Dans le mensuel La Cité, le député populiste Roland Büchel réclame un contrôle accru sur les fédérations sportives internationales. "Cela doit être clair pour tout géant mondial de l'industrie du sport et du divertissement que le droit actuel aussi bien que les privilèges fiscaux ne sont pas gravés dans la pierre", lâche-t-il.

    Outre la Fifa, installée à Zurich, le CIO, à Lausanne, l'UEFA, à Nyon, la Suisse accueille notamment les fédérations internationales de ski, de hockey sur glace, d'athlétisme, de volley-ball, de base-ball, de bobsleigh, de canoë, d'escrime, de natation, ainsi que le Tribunal arbitral du sport. Cette semaine à Genève, pour évoquer la lutte contre la corruption, Michael Lauber, le procureur général de la Confédération, était accompagné de Delphine Centlivres, la directrice de Transparency International Suisse, et de Nicolas Giannakopoulos, président de l'Observatoire du crime organisé (OCO). Les temps changent.

    De notre correspondant à Genève, Ian Hamel

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Obama to send 3,000 military troops to Ebola danger zone in Africa

    Obama to send 3,000 military troops to Ebola danger zone in Africa | Think outside the Box | Scoop.it
    • The Obama administration said late Monday night that the U.S. military will set up a command post in Monrovia, Liberia, the Ebola outbreak's epicenter
    • 'This effort ... will involve an estimated 3,000 U.S. forces,' according to the White House
    • Pentagon official says military will 'be the lead dog, and that will make a lot of people nervous. ... No one wants U.S. personnel enforcing someone else's martial law if things go south and the entire region is at risk'
    • U.S. Africa Command warns servicemen and women: 'Avoid nonessential travel to Sierra Leone, Guinea, and Liberia'
    • Pentagon is drawing flak for sending 25-bed 'field-deployable hospital' that is meant to treat health care workers, not civilian victims
    • The U.S. president will travel to the CDC in Atlanta on Tuesday for a briefing about his government's efforts to stem the tide overseas  

    By David Martosko, Us Political Editor for MailOnline

    The United States government is sending thousands of military troops to the west African nation of Liberia as part of the Obama administration's Ebola virus-response strategy, the White House said late Monday night.

    'U.S. Africa Command will set up a Joint Force Command headquartered in Monrovia, Liberia, to provide regional command and control support to U.S. military activities and facilitate coordination with U.S. government and international relief efforts,' a statement from the White House press office said.

    'A general from U.S. Army Africa, the Army component of U.S. Africa Command (AFRICOM), will lead this effort, which will involve an estimated 3,000 U.S. forces.'

    Liberia is the hardest-hit of the four west African nations that have confirmed Ebola cases, accounting for more than one-half of the fatalities. The others are Sierra Leone, Guinea and, to a lesser extent, Nigeria.


    (...)
    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Organisation terroriste Daesh: "Appel des musulmans de France"

    Organisation terroriste Daesh: "Appel des musulmans de France" | Think outside the Box | Scoop.it

    Les principaux représentants du culte musulman en France ont lancé ce lundi un "Appel des musulmans de France" pour condamner la barbarie des djihadistes de l'organisation terroriste Daesh (Etat islamique, ndlr) et pour témoigner leur soutien total à toutes les communautés en Irak et en Syrie, aux journalistes et humanitaires, victimes de leur extrémisme assassin, violent et abject.
    Ci-joint e texte intégral de l'appel :

    Jacques Le Bris's insight:



    Nous, responsables musulmans de France, signataires du présent appel :

    Nous condamnons fermement les exactions commises par l’organisation « Daesh », connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.

    Nous considérons que cette organisation, en dépit de son appellation usurpée, n’a rien ni d’Etat ni d’islamique. Ses actions criminelles et barbares, dont les décapitations macabres des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et de l’humanitaire britannique David Haines, d’une cruauté et d’une violence insoutenables, sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de la religion musulmane.

    Nous saluons la réaction spontanée, responsable et unanime des musulmans de France et de leurs imams qui ont condamné fermement les actes abjects du groupe terroriste «Daesh ».

    Nous saluons la position des autorités Chrétiennes, qui tout en condamnant les exactions perpétrées contre les chrétiens d’Irak et de Syrie, refusent toute instrumentalisation de cette tragédie et soulignent que les musulmans sont également victimes de cette organisation terroriste.

    Nous appelons tous les citoyens épris de paix et de justice quelle que soit leur religion ou leur conviction à afficher, aujourd’hui plus que jamais, leur unité face au terrorisme et à la barbarie et à œuvrer sans relâche pour que le dialogue et la solidarité entre eux puissent faire barrage aux adeptes de la prétendue « guerre des civilisations ».

    Nous réitérons notre appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d’aller combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l'ampleur de la gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde responsabilité, devant Dieu et devant l'Humanité, d’une telle complicité.

    Face à l’ampleur des crimes commis par « Daesh » et l’importance des moyens matériels dont elle dispose, nous appelons la communauté internationale à diligenter une enquête afin que soient déterminés les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l’origine de ses moyens.

    Nous demandons aux musulmans de France d’apporter leur aide aux exilés, notamment à ceux présents en France, d’élever des prières, tous les vendredis, pour le repos des âmes de toutes les victimes et implorer le Très Miséricordieux afin qu’Il accorde Son Aide et Son Soutien à ceux qui souffrent des actes de cette organisation terroriste".

    Signataires par ordre alphabétique des institutions:

    - Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France – (CCMTF)
    Représenté par Monsieur Ahmet OGRAS, Président.

    - Fédération Française des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles- (FFAIACA)
    Représentée par Monsieur Cheikh Moussa TOURE, Président.

    - Fédération Nationale de la Grande Mosquée de Paris- (FNGMP)
    Représentée par Monsieur le Recteur Dalil BOUBAKEUR, Président.

    - Foi et Pratique
    Représentée par Monsieur Hamadi HAMMAMI.

    - Grande Mosquée d’Evry- Courcouronnes
    Représentée par Monsieur le Recteur Khalil MERROUN

    - Grande Mosquée de LYON
    Représentée par Monsieur le Recteur Kamel KABTANE

    - Grande Mosquée de Saint- Denis de l’île de la Réunion
    Représentée par Monsieur Aslam TIMOL

    - Rassemblement des Musulmans de France (RMF)
    Représentée par Monsieur Anouar KBIBECH, Président.

    - Union des Mosquées de France (UMF)
    Représentée par Monsieur Mohammed MOUSSAOUI, Président.

    - Union des Organisations Islamiques de France
    Représentée par Monsieur Amar LASFAR, Président.



    Paris, le 15 septembre 2014

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Appel à la démission du Député Patrick Balkany.

    Appel à la démission du Député Patrick Balkany. | Think outside the Box | Scoop.it

    Outre son absentéisme chronique à l'Assemblée Nationale, pointé chaque année par différents observateurs, Patrick Balkany, Député-Maire de Levallois-Perret, dont la femme Isabelle Balkany, vient d'être mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale, est toujours redevable à la Ville de Levallois-Perret, des intérêts de sa dette.

    Sa dette étant intervenue suite à sa condamnation pour détournement de fonds publics.

    A ce jour ce remboursement, qui dépend d'un montage financier, une hypothèque sur l'usufruit de sa résidence à Giverny, montre une créance de 123 000 euros. 

    Il est de ceux qui, en juin 2014, posent des questions écrites à l'Assemblée Nationale, sur les investissements étrangers en France, alors même qu'il est l'objet, avec son épouse, d'une enquête pour blanchiment de fraude fiscale, enquête mettant au jour ses propres investissements à l'étranger.

    Pourquoi accepter son absentéisme alors qu'il est rémunéré pour cette fonction?

    Qui peut croire, que le Député Patrick Balkany, n'était pas informé des avoirs immobiliers de son épouse?

    Qui peut accepter, alors même que Monsieur et Madame Balkany, disposent de biens et de liquidités, comme l'a montré le tracfin, qu'il n'ait pas procédé à la régularisation immédiate de la dette dont il est redevable envers le contribuable depuis plus de 10 ans ?

    Le respect des valeurs républicaines.

    L'honnêteté, la probité et l'exemplarité.

    Le sens des responsabilités, face à une poussée des extrêmes, qui se gargarisent de ces dérives inadmissibles.

    Le sens de l'équité. Quand nous lisons des élus de notre parti, demander, à juste titre, la démission du Député PS Thomas Thévenoud.

    A l'égard de ses compatriotes et collègues qui siègent à ses côtés, le bon sens voudrait que Patrick Balkany, démissionne sans plus attendre de son mandat de Député.

    En votant cette pétition, nous exprimons à nos élus, mais aussi à nos concitoyens notre attachement à la République, son honneur et ses valeurs.

    Jacques Le Bris's insight:

    Pétition adressée à :
    Christian Jacob - Président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale.

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Barrage de Sivens, lettre ouverte à Thierry Carcenac

    Barrage de Sivens, lettre ouverte à Thierry Carcenac | Think outside the Box | Scoop.it

    Monsieur le Président,

     

    Un projet de barrage d’irrigation tente de s’implanter en force. Il concerne la zone humide du Testet, un lieu précieux pour l’écologie, pour la préservation des espèces, tant animales que végétales, et leur reproduction. Un lieu précieux pour qui aime à randonner dans un territoire verdoyant, auparavant réputé pour sa sérénité.

    Depuis des mois, des citoyens disent les erreurs manifestes réalisées lors de l’étude de terrain et de faisabilité. Ils suivent les moyens légaux et juridiques pour se faire entendre et aviser les instances publiques, dont le conseil général, de solutions en phase avec l’Agenda 21, la nécessaire transition énergétique — qui tarde désespérément à se mettre en place dans notre pays, tout occupé à préserver un modèle devenu caduc.

    Depuis quelques jours, mon fils a rejoint la zone à défendre ou ZAD. Il aura 19 ans dans quelques jours. Avec d’autres jeunes et d’autres plus avancés dans la vie, il se mobilise pour ses convictions. Il s’engage sur le terrain pour protéger une nature qui n’a que les humains pour veiller sur elle ou, au contraire, la dévaster. Il se lie à d’autres résistants parce que le sentiment d’injustice associé à ce projet de barrage le laisse par trop intranquille, insatisfait, et qu’il se sent suffisamment juste pour être entendu dans ses revendications.

    Monsieur le Président, si mon fils s’invite dans cette action, c’est parce que vous demeurez sourd aux appels citoyens pacifistes. Parce que vous faites le choix archaïque d’un passage en force en lieu et place de la discussion, de l’échange constructif et de la concertation — une solution par laquelle la démocratie locale se trouverait pourtant grandie. Si mon fils s’engage, monsieur le Président, c’est également pour dénoncer des manipulations de dossiers qui vont dans le sens contraire de la transmission d’une information claire et précise, sur un sujet très coûteux qui engagera vos concitoyens pour le restant de leurs jours imposables.

    Si ce jeune milite aujourd’hui, c’est parce qu’une décision inique frappe son territoire et qu’il forme le vœu de vivre dans un pays où la liberté d’opinion n’a d’égale que celle de se battre pour ses convictions. Car c’est ainsi, monsieur le Président, à travers l’histoire de notre pays, que la société française a pu évoluer : grâce au combat de citoyens qui ont dénoncé l’injustice et se sont battus pour faire triompher le droit. Nous ne vivons pas dans le territoire de Jaurès pour rien !

    Monsieur le Président, cette jeunesse à laquelle vous tentez de donner la leçon en faisant sonner la garde, les Zadistes tous réunis, ces humains-là savent que l’avenir passe par l’écologie, par le respect de la nature et l’abandon d’un modèle agricole qui nous tue à petit feu, de par son utilisation massive d’intrants polluants, et sa soif incommensurable d’eau.

    Cette jeunesse qui milite sait aussi, monsieur le Président, que l’avenir est à la paix, celle des consciences d’abord — et je pense à la leur, luttant pour pouvoir se regarder dans le miroir sans sourciller. Elle sait que l’avenir est à la transition énergétique, et à la réinvention d’une démocratie trop souvent fatiguée par l’affairisme et les intérêts non républicains qui se jouent en sourdine, dans le pays, lors de bien des projets d’aménagement du territoire.

    Sachez, monsieur le Président, que je soutiens pleinement mon fils et les résistants de Sivens. Je partage leur combat et crains pour eux chaque jour, chaque nuit, chaque matin quand le jour se lève et que les affrontements reprennent. Au lieu de redoubler d’efforts pour les évincer brutalement et au plus vite, nous devons toutes et tous être fières d’eux qui tiennent bon, malgré toute l’ingratitude de leurs conditions de vie, là-bas.

    Monsieur le Président, quand, dans une démocratie, les forces de l’ordre interviennent en lieu et place du dialogue, quels mots nous reste-t-il pour qualifier un tel régime, l’époque et ses manières ? Pour ma part, je n’en possède plus aucun en lien avec le respect dû par un élu à ses concitoyens.

    Dans la démocratie, la souveraineté appartient au peuple. Et c’est ce peuple, monsieur le Président, qui vous envoie un message fort pour vous dire les erreurs et leur danger pour un territoire fragile, au Testet. Nous pouvons toutes et tous être fières de ces sonneurs d’alerte qui viennent nous dessiller et nous dire la réalité de la Terre.

    Puissiez-vous, monsieur le Président, enfin les reconnaître comme tels et entendre leur propos.

    Cordialement,

    Hélène Duffau

    heleneduffau.fr

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Le coup de gueule d'une ex-ministre contre les élus qui «n'ont jamais connu la vie réelle»

    Le coup de gueule d'une ex-ministre contre les élus qui «n'ont jamais connu la vie réelle» | Think outside the Box | Scoop.it
    LE SCAN POLITIQUE - Dans un billet publié sur son blog, Michèle Delaunay s'en prend aux professionnels de la politique et appelle à voter pour des candidats «passés par la case réalité».

     

    «Le tunnel, ou comment faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie». Michèle Delaunay ne mâche pas ses mots pour dénoncer un «entre-soi réconfortant où l'on partage les mêmes idées avec pour conséquence de croire toujours avoir raison». Comprendre: les professionnels de la politique. Dans un billet de blog, l'ex-ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie du gouvernement Ayrault charge un monde dont nombre de ses anciens collègues du gouvernement sont issus, et qu'elle a pourtant semblé regretter après en avoir été écartée en avril dernier.

    Au lendemain des révélations sur Thomas Thévenoud et de la violente charge d'Aquilino Morelle, la députée de Bordeaux dresse le portrait-type de ces carriéristes de la politique: «Ils ont fait Sciences-po, passé ou non un concours de l'administration, regardé autour d'eux... Et finalement trouvé un poste d'attaché parlementaire ou un job dans une collectivité et, pour les plus chanceux ou les plus habiles, dans un ‘cabinet'». Et Michèle Delaunay n'a «besoin ni de noms, ni d'exemples» pour les désigner: «Ils ne sont que trop nombreux».

    À ceux qui ont «perdu pied dans la réalité»

    Tous seraient atteints, selon l'ancienne ministre, d'un «virus». Qui se transforme d'ailleurs rapidement en «maladie» pour «ceux qui gagnent (une élection) du premier coup: ce sont les plus à risque». De même, les «parachutés» ne sont pas épargnés par l'ex-ministre, qui voit en eux «le danger maximum». «S'il est élu, le parachuté devient un conquérant. Nul, sur le terrain, ne le connaissait avant, ne sait vraiment quelles études il a faites ou s'il a jamais eu la moindre responsabilité. Son document électoral est son seul passeport», attaque-t-elle. Il «n'est pas rare, mais pas obligatoire» que son seul travail soit «un stage dans le cabinet d'avocat paternel», ajoute la députée.

    À tous ceux qui ont «perdu pied dans la réalité, n'ont plus le sens commun, agissent comme s'ils étaient au-dessus de la règle élémentaire, n'entendent plus raison ou n'en n'ont plus», Michèle Delaunay conseille «d'aller voir aussi ailleurs, d'apprendre autre chose. Ils n'en n'apporteront que davantage à la politique et aux causes qu'ils défendent». Et de recommander aux électeurs de «regarder, dans le choix qu'ils auront à faire de l'un ou l'autre candidat, à l'une ou l'autre élection, s'il est passé par la case réalité».

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    "Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté" (Pierre Gattaz)

    "Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté" (Pierre Gattaz) | Think outside the Box | Scoop.it

    Conformément aux propositions du Medef, révélées lundi par Les Echos avant la conférence de presse de l'organisation patronale prévue pour mercredi 17 septembre, Pierre Gattaz milite pour que la durée de travail s'adapte aux besoin des sociétés.



    Le président du Medef estime, dans un entretien accordé au Parisien/Aujourd'hui en France mardi 16 septembre, qu'il faut "fluidifier" le marché du travail.

    "Les mots interdits, les tabous, ça suffit [...] Il faut fluidifier le marché du travail. [...] Notre modèle social a vécu, il n'est plus adapté."

    Les récentes propositions du mouvement patronal sur les salaires, la durée du travail ou les jours fériés pour créer (selon le Medef) un million d'emplois, révélées par Les Echos lundi 15 septembre, ont été jugées provocatrices par les syndicats. Pierre Gattaz, le président du Medef, déplore qu'il y ait "encore beaucoup de conservatisme" chez ces derniers.

    Il plaide pour un dévérouillage des contraintes dans un entretien accordé au Parisien/Aujourd'hui en France, mardi 16 septembre:

    "Il y a une double peur en France : celle du salarié de se faire licencier et celle du patron d'embaucher. Attaquons-nous à cette double peur."

    Négocier le temps de travail selon les besoins des entreprises

    Conformément aux propositions du Medef révélées avant la conférence de presse de l'organisation patronale prévue pour le mercredi 17 septembre, Pierre Gattaz milite pour que la durée de travail s'adapte aux besoins des sociétés:

    "Toutes les entreprises devraient pouvoir négocier le temps de travail à la carte, selon leurs besoins et pas seulement celles qui ont des difficultés [...] Les 35 heures appliquées de manière uniforme, ce n'est plus d'actualité".

    Et de renchérir en plaidant pour une libéralisation du travail de nuit et le dimanche:

    "Il faut autoriser le travail le dimanche et après 21 heures, sur volontariat, quand une entreprise le demande par exemple. En France, il y a cinq millions de chômeurs... Si on leur propose de travailler de 21 heures à minuit en étant doublement ou triplement payés, c'est toujours mieux que rien, non ? Ouvrons le débat."

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy a son équipe de campagne

    Présidence de l'UMP : Nicolas Sarkozy a son équipe de campagne | Think outside the Box | Scoop.it

    Comme nous l'annoncions jeudi, la décision de Nicolas Sarkozy est prise. L'ex-président de la République sera candidat à la présidence de l'UMP. Seule la date précise de son annonce reste encore incertaine. Vendredi, samedi ou dimanche ? Une chose est sûre, ce sera après la quatrième conférence de presse du quinquennat de François Hollande, jeudi.

     

    En attendant, l'ancien chef de l'Etat peaufine son dispositif de campagne.

    C'est Frédéric Péchenard, 57 ans, ex-patron de la police nationale et ami de Nicolas Sarkozy qui devrait être son directeur de campagne selon le «Journal du Dimanche». Élu au conseil de Paris en mars sur les listes UMP de Nathalie Kosciusko-Morizet, le haut-fonctionnaire aurait demandé sa mise en disponibilité au ministère de l'Intérieur pour pouvoir se consacrer pleinement à la politique. L'entourage de Nicolas Sarkozy tempère : «Sa nomination est envisagée mais ce n'est pas encore fait.» Reste que plusieurs élus UMP ont déjà confirmé sa nomination à l'AFP. Frédéric Péchenard a même été chargé par Nicolas Sarkozy de lui trouver des locaux.

    Les autres membres de cette petite équipe, notamment le porte-parole du candidat, seront puisés parmi les jeunes élus abondamment courtisés par l'ancien président qui les a reçus plusieurs fois au 77 rue de Miromesnil : Gérald Darmanin, 31 ans, député-maire de Tourcoing, Virginie Duby-Muller, 35 ans, députée de Haute-Savoie, Guillaume Larrivé, 37 ans, député de l'Yonne...

    Douze semaines pour convaincre

    Au même moment, Nicolas Sarkozy enregistre les ralliements derrière sa candidature. Après Jean-François Copé et le maire du Puy-en-Velay Laurent Wauquiez la semaine dernière, c'est François Baroin qui lui a apporté «naturellement» son soutien ce dimanche, estimant qu'il était «probablement le manque le plus certain dans le paysage politique actuel.»

    Une fois son retour acté, il restera douze semaines à l'ancien président de la République pour convaincre les 268.080 adhérents du parti invités à voter le 29 novembre. Le temps pour Nicolas Sarkozy d'effectuer de nombreux déplacements - dont plusieurs meetings - à travers la France.

    Si le résultat final ne fait guère de doute - selon tous les sondages il devrait l'emporter sans problème - ses deux concurrents, les députés Hervé Mariton (Drôme) et surtout Bruno Le Maire (Eure), sont déterminés à l'empêcher de se faire élire avec un score de maréchal. Lors de sa première élection à la tête du parti, en novembre 2004, Nicolas Sarkozy l'avait remporté avec 85% des voix.

    Jacques Le Bris's insight:

    Sarkozy veut tout changer
    Conscient des difficultés qui l'attendent, Sarkozy veut tout changer : le nom du parti, l'équipe dirigeante (qu'il souhaite rajeunie), le programme, le prix des cotisations. « L'urgence sera de trouver de l'argent, car l'UMP est criblée de dettes. Nicolas a des idées sur la question. Il va faire le tour des investisseurs », croit savoir un proche. Dans l'idéal, l'ex-locataire de l'Elysée aimerait poursuivre ses conférences rémunérées à l'étranger. Et ne pas délaisser la scène internationale. « Ce sera un sprint de deux ans avant la campagne présidentielle. Il va bouffer l'oxygène », pronostique un ténor de l'UMP.
    Frédéric Gerschel



    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    ZAD du Testet - Barrage en force et sans images

    Ajoutée le 12 sept. 2014

    Musique: Duval MC

    Dans la vallée du Testet, le long du Tescou, la lutte s'organise et prend forme. Les travaux ont bien avancé mais la résistance ne faiblit pas, elle se décentralise...
    Les féroces de l'ordre défendent les machines qui rongent petit à petit la forêt. Ils sont dressés pour taper, gazer, mater à coup de grenades et de flash-ball toute opposition. Certains bleus indisciplinés prennent même des initiatives, ils caillassent...

    Aucun arrêté n'a été publié autorisant le début de ces travaux, cette destruction est donc totalement illégale. Certaines cabanes qui n'étaient pas expulsables ont été détruites, des lieux privés occupés sont visités par les gardes mobiles qui saccagent la nourriture à coup de lacrymo, volent le matériel médical.

    Depuis plusieurs jours, des pro-barrage se rassemblent et viennent en découdre avec les occupant-e-s de la zone. Ce soir vendredi, ils sont environ 80. Dans la nuit d'hier, ils ont tabassé plusieurs personnes. Pendant ce temps, les gendarmes mettent la pression de l'autre côté de la vallée. Les machines dorment désormais sur place.

    Toute aide est la bienvenue. Toute action solidaire est envisageable. Besoins de matos médic sur place.

    Plus d'infos sur :

    https://tantquilyauradesbouilles.word...

    https://www.collectif-testet.org/

    D'autres séquences bientôt en ligne...

    more...
    No comment yet.
    Scooped by Jacques Le Bris
    Scoop.it!

    Fourth doctor dies of Ebola in Sierra Leone after failed bid to evacuate her abroad

    FREETOWN, Sierra Leone — 

    Sierra Leone has lost a fourth doctor to Ebola after a failed effort to transfer her abroad for medical treatment, a government official said Sunday, a huge setback to the impoverished country that is battling the virulent disease amid a shortage of health care workers.

    Dr. Olivet Buck died late Saturday, hours after the World Health Organization said it could not help medically evacuate her to Germany, Chief Medical Officer Dr. Brima Kargbo confirmed to The Associated Press.

    Sierra Leone had requested funds from WHO to transport Buck to Europe, saying the country could not afford to lose another doctor.

    WHO had said that it could not meet the request but instead would work to give Buck “the best care possible” in Sierra Leone, including possible access to experimental drugs.

    Ebola is spread through direct contact with the bodily fluids of sick patients, making doctors and nurses especially vulnerable to contracting the virus that has no vaccine or approved treatment.

    More than 300 health workers have become infected with Ebola in Guinea, Liberia and Sierra Leone. Nearly half of them have died, according to WHO.

    The infections have exacerbated shortages of doctors and nurses in West African countries that were already low on skilled health personnel.

    So far, only foreign health and aid workers have been evacuated abroad from Sierra Leone and Liberia for treatment.

    Dr. Sheik Humarr Khan, Sierra Leone’s top Ebola doctor, was being considered for evacuation to a European country when he died of the disease in late July.



    more...
    No comment yet.