Think outside the Box
27.7K views | +7 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Crise, RSI : le ras-le-bol des petites entreprises

Crise, RSI : le ras-le-bol des petites entreprises | Think outside the Box | Scoop.it

96,8 % des entreprises françaises – soit 2,6 millions – comptent moins de 20 salariés. Elles représentent environ un tiers des emplois. Si chacune pouvait créer un ou deux postes, le problème du chômage serait sacrément allégé. Mais ce n’est pas la libéralisation du travail dominical ou autres macronneries qui suffiront à les y inciter. En 2014, un quart ont bénéficié du CICE, récoltant à l’arrivée un montant inférieur à mille euros dans un cas sur deux. Tout juste de quoi maintenir les emplois existants.

 

Un patron de petite entreprise se suiciderait tous les deux jours, selon l’observatoire AMAROK. Cette estimation non officielle doit être considérée avec précaution, mais traduit néanmoins le mal-être bien réel des dirigeants de TPE qui peinent à retrouver l’optimisme : 24 % d’entre eux affichent une trésorerie en déficit, 13 % ne se versent pas de salaire, 45 % redoutent une récession, 60 % ne voient pas de diminution du chômage avant 2018 et seuls 9 % envisagent d’embaucher en 2015. En cause, des carnets de commandes vides, l’allongement des délais de paiement, l’instauration du compte pénibilité, les charges administratives et fiscales, le poids de réglementations pléthoriques.

Autre boulet au pied des chefs d’entreprise, le calamiteux régime social des indépendants (RSI), dont les dysfonctionnements, dénoncés depuis son entrée en vigueur en 2006, ont été récemment détaillés par un édifiant reportage sur M6 : calculs de cotisations fantaisistes, service téléphonique inefficace, interlocuteurs inexpérimentés, retards dans les versements de pensions ou d’indemnités journalières… Un gigantesque foutoir informatisé qui a plongé nombre d’entrepreneurs dans des situations désespérées. Dès 2012, la Cour des comptes dressait un constat au vitriol : « réforme mal construite et mal mise en oeuvre », « mésestimation complète des contraintes techniques ». La direction du RSI a beau assurer que ses services sont en voie d’amélioration et se satisfaire d’une baisse de 11 % des réclamations, les affiliés ne voient toujours pas la différence. D’après un sondage du Syndicat des indépendants, 90 % jugent même que c’est encore pire. Le 9 mars prochain, ils manifesteront leur ras-le-bol à Paris. Le mouvement des « Libérés » va jusqu’à réclamer le droit de quitter l’organisme, dont il conteste la base légale.

Décrocher un crédit pour se remettre à flot ou se développer n’est pas non plus une partie de plaisir. 58 % des TPE ayant effectué une demande de financement à une banque rencontrent des difficultés à l’obtenir. Et si la solution venait du crowdfunding ? Ce mode de financement dit participatif, réalisé via une plate-forme Internet, apparaît comme une alternative de plus en plus crédible ou un complément aux emprunts bancaires. Une étude de l’institut Think révèle qu’un Français sur deux serait prêt à mettre la main à la poche pour aider une entreprise, à hauteur de 3.166 euros en moyenne : une manne potentielle de 75 milliards d’euros ! De leur côté, un tiers des TPE et PME envisageraient d’y faire appel. Se libérer des carcans, se réapproprier l’économie avant qu’elle ne nous broie, tel est sans doute le véritable antidote à la crise.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

RSI: ce que l'on sait sur l'affaire de corruption d'Orléans

RSI: ce que l'on sait sur l'affaire de corruption d'Orléans | Think outside the Box | Scoop.it

C'est à la sortie de ce fast-food d'Orléans (Loiret) que s'est déroulé samedi 7 septembre 2013 l'arrestation d'un agent du Régime social des indépendants (RSI). L'homme venait d'extorquer 2000 euros à un assuré.

DR

La grogne monte contre le Régime social des Indépendants (RSI). En cause, l'interpellation en flagrant délit de corruption, d'un agent de la caisse régional du Centre qui s'apprêtait à extorquer 2.000 euros à un assuré en échange d'une réduction de ses cotisations. L'assuré, adhérent à l'association " Sauvons nos entreprises ", dont la lutte contre le RSI est un cheval de bataille, avait pris soin de consulter cette dernière pour mener à bien l'opération de flagrant délit en collaboration avec la Brigade anti-criminalité (BAC) d'Orléans (Loiret).

Les faits

Un artisan du Loiret, spécialisé dans la réparation de camions et dont l'entreprise connait des difficultés, passe un coup de téléphone à sa caisse pour trouver une solution dans le paiement de ses cotisations. "Il se rend alors compte que l'agent est prêt à l'aider, moyennant finance", explique Pascal Geay, président de l'association " Sauvons nos entreprises " (SNE). A croire l'assuré, l'agent pouvait effacer purement et simplement sa dette des fichiers informatiques du RSI.

L'interpellation

Sur les conseils de l'association, le chef d'entreprise prend contact avec la police d'Orléans et, parallèlement, fixe rendez-vous à l'agent du RSI dans un fast-food. Sur place, samedi 7 septembre, ce dernier lui demande 2000 euros en échange d'une réduction de ses mensualités. Une conversation qu'enregistre alors le chef d'entreprise à l'insu de l'agent. A sa sortie du restaurant, l'homme est interpellé en flagrant délit par la BAC, qui le place en garde à vue. L'employé agé de 42 ans, reconnait les faits. Il est libéré dans la soirée...

Le RSI dans le collimateur

Un cas isolé? Pascal Geay en doute. "Comment est-il possible qu'un agent seul puisse effacer 6.000 euros de cotisations d'un seul clic. On peut dès lors imaginer, que dans l'autre sens, ils puissent en rajouter." Cet ancien chef d'entreprise rochelais mène depuis trois ans le combat des petits chefs d'entreprises "contre les charges abusives du RSI". " Ils nous racontent toujours la même histoire. On nous dit que c'est un problème informatique, mais le RSI est une machine opaque. On ne sait pas qui pilote réellement le régime, où va l'argent et quel est le montant total des cotisations ", souligne Pascal Geay qui brandit ce qu'il qualifie comme une "une lettre de menace" (à lire ci-dessous) en date du 6 août dernier, signée du Directeur Général du RSI, Stéphane Seiller (nommé par décret en juillet 2011 par Nicolas Sarkozy), lui demandant expressément de retirer de son site "les propos portant atteintes aux intérêts du RSI", faute de quoi il pourrait porter plainte pour diffamation.

Manifs et politiques

Cette affaire de chantage sera-t-elle la goutte d'eau qui fera déborder le vase des contestations ? Une énième manifestation est prévue ce mardi 10 septembre devant la Caisse régional de Niort. Un appel des chefs d'entreprises qui devrait s'étendre aux autres régions françaises, selon Pascal Geay. De son côté, l'association SNE s'est vue promettre un rendez-vous lors de l'université d'été du PS à La Rochelle. " avant fin septembre ", avec le cabinet de la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel. Un dossier qui pourrait rebondir du côté de l'opposition, l'affaire étant suivit de près par le sénateur du Loiret (UMP) Jean-Noël Cardoux d'une part, et l'ancien ministre du Travail, Xavier Bertrand, d'autre part.

Très décrié depuis plusieurs mois suite aux difficultés des adhérents à faire valoir leurs droits à la retraite ou à la couverture maladie, le RSI a indiqué par communiqué vouloir prendre des sanctions contre son agent. Et se dit " déterminé sans attendre à déposer plainte et à prendre toutes les mesures disciplinaires conservatoires nécessaires ". Affaire à suivre.

more...
No comment yet.