Quelques prédictions pour 2013 | Think outside the Box | Scoop.it
Normalement, on est dans les premiers jours de janvier et c’est généralement le bon moment pour balancer des prédictions à la noix. Comme j’aime bien les noix et les prédictions, je me suis dit qu’un tel exercice méritait d’être tenté.

Bien évidemment, vous avez déjà pu lire quelques lignes ici ou ailleurs, disant en substance que la situation est franchement pas terrible et que l’ouragan de caca mou va s’abattre sur nous dans les prochaines semaines. Cependant, force est de constater qu’en prévoyant (même raisonnablement) ce que tout le monde prévoit, on ne pourra s’accorder qu’un succès d’une toute petite envergure : à vaincre sans risque, on triomphe sans gloire.

Comme je suis foncièrement contrariant et que j’aime sortir des sentiers battus, je vais profiter de ce billet pour lancer quelques prédictions plus risquées. À ce titre, elles seront probablement fausses, absurdes ou ne se réaliseront pas. Mes contempteurs se chargeront de les ressortir à la moindre occasion (c’est de bonne guerre, et le fait que ce sera très facile montrera au passage qu’ils sont rien que des microbes, et nananère). Mais ce n’est pas grave : l’exercice est amusant. Et cela peut vous donner l’occasion, dans les commentaires, d’y aller de vos prophéties personnelles.

Allons-y.

La vie du château élyséen va être un peu plus mouvementée

L’influence cosmique de Jupiter qui tournicote dans l’aire de Saturne avec un regard mauvais et la présence de Mars dans le Pipotrion auront tôt fait de mettre un peu de poivre dans les relations entre François et Valérie : Hollande ne profitera pas du passage en force du mariage pour les homosexuels pour s’unir légalement avec son homme ce qui agacera ce dernier, qui le quittera donc pour retourner à ses occupations journalistiques, au grand soulagement du service protocolaire qui ne savait que faire de l’encombrante mégère.

Jean-Marc Ayrault va avoir plus de temps libre

Oui, je sais, la rumeur du départ de Ayrault est déjà d’actualité, et quand on comprend que le pauvret n’était là que grâce à son amitié avec le locataire élyséen, on sait que le Premier ministre n’a jamais été qu’un stagiaire. Soit. Mais dans ce cas, qui va prendre sa place ? Et surtout, qui en voudrait ? J’écarte rapidement Ségolène Royal : ses désirs humides d’un avenir quelconque peuvent être oubliés, heureusement pour nous. On peut douter que Montebourg fera l’affaire, tant il est détesté par le patron. Valls est trop dangereux. Restent Sapin, Moscovici et certaines rumeurs gratifient Gallois d’un poste possible. Si Hollande est malin, il choisira ce dernier : il est suffisamment incolore, inodore et sans saveur pour ne représenter aucun risque. Et ce n’est pas avec lui qu’on frôlera le moindre libéralisme. La France pourra s’assoupir doucement.

Une économie toujours aussi flamboyante

Dire ici que l’or va continuer à monter serait d’une grande banalité. En pratique, le métal précieux va probablement continuer son petit bonhomme de chemin vers le haut, mais essentiellement parce que les monnaies occidentales partent en sucette : le dollar et l’euro ne sont déjà plus, de fait, des monnaies de refuge. Et comme l’or est redevenu une vraie monnaie, surtout depuis que les principales banques centrales en achètent et depuis que les autres banques peuvent l’utiliser comme collatéral, on comprend que les petits papiers de Bernanke et Draghi intéressent moins. À ce sujet, je prédis que les prochaines versions des billets libellés en euros, ceux qui seront estampillés de la jolie signature de Mario, ressembleront encore plus à des billets de Monopoly que les précédents. Et puisqu’on est dans la prédiction pure et dure, avec du poil au pattes, disons que l’année 2013 pourrait voir retourner l’étalon-or, au moins pour certaines économies émergentes qui n’auront pas de mal à se distancier des économies occidentales vieillissantes.

Un monde dont le changement s’accélère

Et pendant que notre Flanby national s’empêtrera à la fois dans ses problèmes de ménage, de premier ministre et l’inorganisation chronique d’un gouvernement composé d’arrivistes assez limités intellectuellement, le reste du monde va continuer à galoper vers une nouvelle multipolarisation bien trop complexe pour un Quai d’Orsay trop occupé à faire les fonds de tiroir afin de boucler ses fins de mois. Par exemple, si les Chinois investissement massivement en Afrique, ce n’est pas que pour se débarrasser rapidement des dollars de l’Oncle Sam : le continent, déjà riche de terres arables et de ressources minières, développe rapidement son commerce et ses technologies. On savait déjà que le téléphone portable y permet une véritable révolution économique, on apprend ces jours derniers que le Congo devient producteur de tablettes et de smartphones. L’année 2013 verra s’accentuer encore la perte d’influence européenne. Le pôle américain, toujours englué dans ses dettes, continuera de s’enfoncer : tant que ce peuple se fera trimballer par un mythomane socialiste, il en sera malheureusement ainsi.

Et pour les Français ?

Les Français ont réclamé le socialisme. Ils l’ont eu : sa version édulcorée, honteuse et mal assumée, avec Sarkozy, et maintenant, le mélange plein-riche, celui qui permet de décoller vraiment dans le vrombissement caractéristique du collectivisme à plein régime (totalitaire).

En 2012, nous avons eu le droit à l’augmentation massive de taxes, au bon gros mépris des bien-pensants pour ceux qui avaient l’impudence de vouloir profiter du fruit de leur travail. On a eu droit, de façon explicite, aux tentatives directes de contrôle des biens et des personnes. Nous avons aussi pu goûter à la haine de ceux qui regardaient les vaches à lait fuir le pays quand elles le pouvaient.

En 2013, vous pourrez compter sur le durcissement fiscal croissant envers ceux qui veulent s’extraire de la prison socialiste, sur l’alourdissement de l’exit-tax, avec, pourquoi pas, une expropriation de ceux qui quittent le sol français autrement qu’en payant un lourd tribut. De fil en aiguille, on voit mal comment l’administration s’empêchera d’imposer des formalités spécifiques pour autoriser les individus à quitter le territoire ; au début, ce sera une simple extension du quitus fiscal. Ensuite, on peut imaginer ce qu’on veut : les vexations seront sans fin. La suite, elle semble évidente. Pour 2013, cela semble un peu trop rapide d’envisager les miradors et les chiens. Mais internet sous surveillance ou les téléphones sur écoute, ça, c’est déjà dans les cartons, comme l’expropriation des déviants, du reste.

Coincés entre des « réformes » sociétales en carton-pâte et un budget replâtré à la dette et aux emprunts toxiques qui ne lui donnera aucune marge de manœuvre, le gouvernement fera semblant, petite brochette de fanfarons incompétents dans un village Potemkine de moins en moins amusant. Certains prévoient un effondrement complet du système pour cette année ; si les années passées montrent une chose, c’est bien la capacité extraordinaire de nos hommes de pouvoir à trouver des bricolages improbables pour continuer à faire tourner le manège, pour être absolument certains que quelqu’un (n’importe qui) aura décroché la queue du Mickey avant que le carrousel s’arrête.

À mon avis, ça peut bien durer encore douze mois.