Think outside the...
Follow
Find tag "Police"
16.5K views | +0 today
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des policiers mutés de force après avoir dénoncé des dérives dans leur service

Des policiers mutés de force après avoir dénoncé des dérives dans leur service | Think outside the Box | Scoop.it
Alcoolisme, vols, dégradations... Pour dénoncer les turpitudes de certains de leurs collègues, des membres de l'unité canine de Seine-et-Marne se sont directement adressés à la police des polices.

 

Du jamais-vu. Sept policiers en délégation sont venus dénoncer les turpitudes de certains de leurs collègues – alcoolisme, vols, dégradations, voire corruption – directement auprès de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la "police des polices"), à Paris.

Des membres de la brigade canine de Seine-et-Marne se sont résolus à mener cette action inhabituelle, le 19 novembre 2012. Ils ont ainsi outrepassé leur hiérarchie, qu'ils assurent avoir alertée sans résultat. Et ils l'ont payé cher : ces fonctionnaires bien notés et expérimentés ont dû quitter leurs postes.

Les "canines" sont des unités réputées au sein de la police. Dans chaque département, elles viennent soutenir les commissariats, renforcer les patrouilles. La maîtrise des chiens laisse peu de place à l'indiscipline et à l'approximation. Celle de Seine-et-Marne est appréciée, localement et nationalement – en 2009, l'un de ses membres est cité en modèle sur le blog de recrutement de la police. Mais en 2011, les brigades du sud et du nord du département fusionnent, et le choc des cultures est brutal, dans le huis clos d'un chenil isolé du reste des services.

Il y a l'alcool, d'abord, consommé et stocké sans gêne. Certains pots, durant les heures de service, dégénèrent. Le chef tire avec son arme de service sur un lapin qui passe sur le terrain – situé en bordure d'une zone d'activité et d'une route –, le formateur canarde le bungalow d'entraînement, criblé d'impacts. Ils s'amusent à mettre un fumigène dans la vieille Renault 25 qui sert à l'entraînement des chiens. La voiture s'enflamme... Un jour, le commissariat voisin appelle, inquiet : des riverains ont signalé un incendie. En réalité, pour se distraire, quelques policiers ont mis le feu à un touret en bois aspergé de carburant avant de le faire rouler jusqu'à la route.

Ce relâchement crée des tensions, aggravées par des faits plus graves, comme la découverte dans un véhicule du service de nombreuses pièces automobiles, dont certaines encore emballées. Elles ont été volées dans un hangar prêté à l'unité pour un entraînement, et elles finissent sur un site de vente en ligne, cédées par l'un des brigadiers. Ce même policier est soupçonné de corruption lors de la verbalisation d'automobilistes.

Le 19 novembre 2012, les sept fonctionnaires assurent à la police des polices qu'ils détiennent des preuves. L'affaire remonte jusqu'au directeur général de la police nationale, Claude Baland, et ils sont reçus sur le champ par la directrice centrale adjointe de la sécurité publique, Martine Nauté. "S'ils avaient des choses importantes à dire, je ne voulais pas le louper", explique-t-elle aujourd'hui.

Les "sept" ne seront plus réentendus. Durant deux mois, l'unité se déchire au rythme des auditions des autres fonctionnaires. Puis, le 24 janvier, la directrice départementale de la sécurité publique de Seine-et-Marne, Chantal Baccanini, son adjoint et le patron du service d'ordre public (qui chapeaute la brigade canine, les brigades anticriminalité, les compagnies d'intervention, etc.) se rendent au chenil. L'enquête est bouclée, et la directrice commence par en lire de larges extraits devant l'unité.

La journée bascule alors en une douloureuse catharsis. La désillusion est brutale. L'IGPN assure que les "comportements dénoncés ont déjà fait l'objet d'un traitement disciplinaire local". Surtout, elle retient contre les sept policiers la visite à la police des polices, qui "témoigne d'un état d'esprit irrespectueux de la chaîne hiérarchique". Mais elle leur reproche dans le même temps de ne pas avoir prévenu le procureur.

Le grand écart se poursuit. Face aux "comportements critiques et contestataires permanents de certains éléments", mais aussi aux "accusations vérifiées" des mêmes éléments, l'IGPN recommande de "sanctionner les fautes administratives", et de "redéployer une partie des effectifs".

Les trois policiers dont les dérives ont été dénoncées sont immédiatement reçus par la directrice. Ils sont sanctionnés (blâmes ou avertissements), mais maintenus à leurs postes. Quelques minutes plus tard, les noms des fonctionnaires qui vont devoir quitter l'unité sont égrenés. Ils sont dix : les sept du 19 novembre et deux autres qui avaient pris fait et cause pour leurs chefs. Et puis une invitée surprise, qui fond en larmes. Son seul tort : avoir confirmé les accusations lors de son audition.

"Nous avons respecté les règles administratives, assure Mme Baccanini. Le traitement est le plus humain possible." Les postes proposés aux déplacés restent proches de leurs domiciles. Mais l'un d'entre eux se trouve rétrogradé de fait, et deux autres basculent aux contrôles radars – pas franchement une promotion. A l'inverse, les deux policiers proches des chefs sont mutés à la BAC départementale, très demandée.

"On le vit comme une sanction, on est passionné par notre travail, et on doit laisser tous nos chiens", se désole l'un des mutés. "Je n'avais jamais vu ça dans ma carrière. Des fonctionnaires jouent le jeu, sont dans le respect de la déontologie, et on les déplace", dénonce James Dutertre, délégué départemental du syndicat Unité-SGP Police (majoritaire). Pour Mme Nauté, le dossier s'est au contraire "révélé être une affaire un peu banale de tensions entre fonctionnaires". "Les faits d'alcool ne sont ni banals ni véniels, ils ne sont pas tolérables", précise-t-elle néanmoins.

L'affaire est désormais suspendue à la décision du procureur de la République de Melun, Bruno Dalles, qui a été alerté. Le rapport de l'IGPN assure qu'il a décidé de "ne pas ouvrir d'enquête judiciaire". Mais l'intéressé dément : "J'attends d'éventuelles décisions sur le plan disciplinaire et le retour des enquêtes administratives pour décider des suites."

more...
No comment yet.