A Toulouse, le LAAS-CNRS inaugure «Adream», le bâtiment des objets communicants | Think outside the Box | Scoop.it

Adream doit permettre de répondre à la question suivante : comment fait-on pour mettre en réseau des objets qui n’envoient pas les mêmes signaux comme des téléphones mobiles, des robots, du mobilier, des ordinateurs et même des vêtements ? Le tout dans le but de nous faciliter la vie ?
Concrètement, le bâtiment est équipé d’une multitude de capteurs destinés à évaluer l’état du bâtiment et des objets qui s’y trouvent, le but ultime étant de le rendre le plus adapté possible aux gens qui y travaillent. Cela va de la maîtrise de l’énergie, aux exigences de confort. «  C’est un bâtiment intelligent et autonome qui doit de lui même par exemple, régler la climatisation ou gérer les fenêtres selon les besoins des utilisateurs » explique Michel Diaz. Pour y arriver, la centaine de chercheurs qui y travailleront (à la fois acteurs et spectateurs système) plancheront sur la mise en réseau massive d'objets et d’agents intelligents (robots, mobilier) : «  la communication de machine à machine ». Ils devront ensuite déployer et évaluer les méthodes proposées et les résultats obtenus, et ce dans un contexte d’application réel.

Des applications et des obstacles

« Le danger, c’est bien sûr que le système prenne trop d’importance »

(...)