Think outside the Box
25.7K views | +14 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tout juste nommé, Thévenoud quitte le gouvernement - leJDD.fr

Tout juste nommé, Thévenoud quitte le gouvernement - leJDD.fr | Think outside the Box | Scoop.it

Thomas Thévenoud quitte ses fonctions au sein du gouvernement.


Dans un communiqué diffusé jeudi soir, François Hollande a annoncé avoir mis fin aux fonctions de Thomas Thévenoud, nommé la semaine dernière secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, "à sa demande et pour des raisons personnelles". Le député PS du Lot-et-Garonne, Matthias Fekl, lui succède.


Thomas Thévenoud était l'un des six entrants du nouveau gouvernement de Manuel Valls. Mais un peu plus d'une semaine après sa nomination, le secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger a démissionné "pour des raisons personnelles". C'est ce qu'annonce un communiqué de l'Elysée diffusé jeudi soir.

Ce jeune quadragénaire est un proche d'Arnaud Montebourg et s'était illustré au printemps dernier par sa mission de médiateur dans la crise qui oppose les taxis aux VTC. 

Député du Lot-et-Garonne depuis 2012 , Matthias Fekl lui succède à cette fonction et travaillera donc auprès du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Âgé de 36 ans, ce socialiste né en Allemagne et membre de la commission des Lois à l'Assemblée nationale a été chargé en 2012 par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault d'un rapport sur le séjour des étrangers et l'immigration en France.

Jacques Le Bris's insight:


Dans un deuxième temps, Matignon a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un problème de « conformité avec les impôts ». « Le premier ministre a considéré que, suite à une situation découverte après sa nomination, M. Thévenoud ne pouvait poursuivre sa fonction. Le premier ministre et M. Thévenoud ont convenu que ce dernier devait remettre sa démission », a déclaré le cabinet de Manuel Valls. Matignon a indiqué encore que « M. Thévenoud aura l'occasion de préciser les motifs de sa démission ».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

"Les cons, je ne leur parle pas, ça les instruit " (Audiard)

"Les cons, je ne leur parle pas, ça les instruit " (Audiard) | Think outside the Box | Scoop.it
Claire Gallois s'est souvenue des promesses de notre président. Elle les passe au crible et les éparpille "façon puzzle". Une boucherie !

 

Pour la nouvelle année, Monsieur le Président, nous ne vous demandons aucun cadeau, on a été comblés, le dernier venu nous suffit, l'augmentation de l'électricité au 1er janvier. La croissance, c'est comme le gazon : tondu à ras, il s'étiole. Nous aussi. Vous aviez proclamé que 9 Français sur 10 ne seraient pas touchés par vos mesures. Si vous étiez sincère, c'est très grave, si vous ne l'étiez pas, aussi. Nous sommes accablés de vos promesses jamais tenues, d'autant que vous saviez très bien ne pas pouvoir les tenir.

La baisse du prix de l'essence annoncée pour 6 mois, ce fut pour 3 mois, et à peine 3 centimes le litre, autant dire quasi-zéro pour les ménages et 450 millions d'euros dépensés pour rien, sauf pour la démagogie. La TVA, jugée injuste et inefficace pour soutenir le pouvoir d'achat ? "Une machine à réduire le pouvoir d'achat des plus modestes", selon Moscovici. Et le 23 septembre, Ayrault : "Nous n'augmenterons jamais la TVA pour réduire le déficit." Ne mettons pas en cause monsieur Ayrault, il n'est que votre héraut, il transmet vos messages. Bien sûr, cette TVA était inévitable, vu l'état de nos finances. Mais vous restez systématiquement muet sur l'essentiel, vous l'enrobez d'un pouvoir illusoire, vous nous dupez, pensant que nous sommes incapables de comprendre.

"Le flou vous va si bien"

Dans vos promesses de campagne, le smic devait être relevé de 2 % au 1er juillet, cela s'est soldé par un timide 0,6 %. Le RSA, lui, 474,93 euros, sera revalorisé de 10 % d'ici à 2017... On n'ose pas faire le calcul supposé améliorer le sort des bénéficiaires. Là encore, vous parlez de 2,6 millions de personnes concernées, d'autres sources parlent de 9 millions. Comment savoir ? Le flou vous va si bien.

Quand vous êtes plus précis, le résultat questionne : supprimer de la déduction des impôts les salaires d'aide à la personne, 4,8 millions d'employés, et un bon coup de pouce au travail au noir. Dans le domaine de l'immobilier, vos taxations diverses sur l'achat, la vente, la donation de ses biens sont en train de le sinistrer. Il n'y a plus que les dessous de table pour s'en tirer à moindre mal. Vos promesses tenues : le départ des soldats d'Afghanistan. Bien. La loi sur la parité et la protection des femmes, bien - avec des codicilles innovants : mise en place d'un téléphone "grand danger" et interdiction de la polygamie. Les contrats d'avenir : "dispositif très coûteux et porteur d'effets d'aubaine", dixit Aubry et Fabius réunis. Quand même, l'intention est louable. Autre effet d'aubaine particulièrement réussi, la chasse aux riches, histoire, dans votre bonhomie affichée, de faire le bonheur des pays voisins.

"60 % des gens ne vous font plus confiance"

À votre actif, cependant : le courage, face à l'opposition de votre propre parti, d'avoir pris en considération le rapport Gallois. Et la volonté de supprimer le cumul des mandats. Là, nous vous saluons.

Votre discours du Bourget était vertueux : "Présider la République, c'est donner le meilleur de soi, sans attendre de retour ou de reconnaissance." Bien vu : 60 % des gens ne vous font plus confiance. "Certains me reprochent de ne jamais avoir été ministre. Quand je vois ceux qui le sont aujourd'hui, je me rassure." Eh bien, avec ceux que vous avez nommés, vous ne devez pas être trop inquiet non plus. "Je proposerai à la chancelière d'Allemagne l'élaboration d'un nouveau traité franco-allemand." On connaît la suite. Paroles, paroles. Comme avec Arcelor et le projet Ulcos à Florange, retiré avant d'être né, alors que le gouvernement avait prétendu l'obtenir dans son affrontement avec Mittal.

Aux dernières nouvelles, Le Conseil allemand fait part de ses "inquiétudes qui s'accumulent en raison du manque d'action des Français". "Les promesses de campagne du président français vont se briser sur la réalité économique." Il y en a un qui a tout compris avant la chancelière : l'emblématique délégué de la CGT à Florange, Édouard Martin. Qui pourra oublier ses larmes, le 8 décembre, face aux caméras quand il interpelle François Hollande : "Monsieur le Président, vous nous avez menti, vous nous avez trahis. Qu'est-ce que vous attendez ? Qu'il arrive un malheur ? Si vous attendez encore, ce sera nous, votre malheur." Il a raison.

Il est grand temps, Monsieur Hollande, de vous décider à parler vrai. À nous instruire. Cela existe. Prenez madame Touraine, votre ministre de la Santé. Elle a dit : "Il y a quand même certains médicaments qui soignent..."

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Christiane Taubira ne voulait pas participer au nouveau gouvernement, selon "Le Canard Enchaîné"

Christiane Taubira ne voulait pas participer au nouveau gouvernement, selon "Le Canard Enchaîné" | Think outside the Box | Scoop.it

Lorsque Manuel Valls a remis, lundi 25 août, la démission du gouvernement, certaines têtes ont chancelé d'emblée. Le départ d'Arnaud Montebourg était acté, ceux de Benoît Hamon et d'Aurélie Filippetti ont été officialisés dans la journée. Restait une inconnue : Christiane Taubira, qui s'est à plusieurs reprises écharpée avec Manuel Valls, allait-elle rester au gouvernement ? Finalement oui.

Mais Le Canard Enchaîné explique, ce mardi 2 septembre, que la garde des Sceaux voulait, à l'instar d'Arnaud Montebourg, reprendre sa liberté. Voici ce qu'a déclaré Christiane Taubira, citée par l'hebdomadaire :

J'ai beaucoup hésité, je ne voulais pas rester au gouvernement, surtout après la nomination de Macron. Mais c'est Hollande qui me l'a demandé. Je n'ai pas pu le lui refuser.

C'est donc un peu forcée que Christiane Taubira a rempilé.

Cette idée donne une toute autre saveur à sa présence, samedi 30 août, à la réunion des "frondeurs" organisée en marge des universités d'été du PS à La Rochelle. Également cité par Le Canard, Jean-Marc Germain, l'un des "frondeurs" historiques, explique cette venue :

Taubira est venue s'excuser d'être restée au gouvernement. Elle n'a rien dit au cours de la réunion mais elle a bouffé tout notre espace médiatique.

Une vision que partage l'un des autres chefs de file des "frondeurs", Laurent Baumel. Alors qu'il discute peu après la réunion avec Christian Paul, le député PS d'Indre-et-Loire s'interroge : "Ce n'est quand même pas le seul événement de la matinée. Il ne faut pas nous même que l'on tombe dans l'idée que la matinée c'était Taubira, point barre. […] On peut quand même être content de cette réunion, non ?"

Une conversation discrète captée par les caméras de France TV et visible ci-dessous en vidéo (à 3'43'')



La présence de Christiane Taubira a été remarquée, commentée, samedi 30 août. La ministre avait alors déclaré qu'elle assumait "les conséquences" de son acte :

La politique c'est le courage de s'interroger sur la vie dans la cité. S'interroger sur les espaces que nous créons pour nous entendre, pour nous comprendre, pour nous disputer et nous rassembler. Et je veux y prendre ma part, et ce matin j'y ai pris ma part.
Et j'en assume les conséquences.

De son côté, Manuel Valls avait voulu dédramatiser la présence de sa ministre chez les "frondeurs". " La Rochelle est un lieu de débat. Il est normal que des socialistes se retrouvent. Il est même assez normal que des socialistes applaudissent des ministres du gouvernement. Donc ne retenez que ce qu'il y a de positif", a-t-il déclaré samedi 30 août, à sa sortie du TGV pour La Rochelle.

more...
No comment yet.