Castanet-Tolosan. Il invente le piège à frelons asiatiques | Think outside the Box | Scoop.it
Raoul Gauffre, un apiculteur de 89 ans résidant à Castanet, a peut-être trouvé la solution pour se débarrasser des frelons asiatiques, qui prolifèrent de façon inquiétante.

 

- La Dépêche :

 

Les frelons asiatiques vont voir « qui c'est Raoul ». Raoul Gauffre, un habitant de Castanet-Tolosan expert en apiculture, sensibilisé par le fléau que constitue la prolifération du frelon asiatique, a imaginé un piège redoutable. Avec les moyens du bord et en y ajoutant tout son savoir faire, il a fabriqué une nasse en bois qui n'offre à ces insectes qu'un voyage aller. Le système est tout aussi simple qu'efficace (lire par ailleurs). Et ça marche. Depuis qu'il a commencé à l'expérimenter, il y a environ deux semaines, il capture en moyenne 300 frelons chaque jour. Puis il asperge la cage à l'eau bouillante et le tour est joué. « Le système est simple, il est à la portée de tout le monde. Avec un tout petit investissement, nous pouvons faire face à l'invasion des frelons asiatiques. »

Castanéen de longue date, Raoul Gauffre est tombé tout petit dans l'apiculture. Pendant 26 ans il a été président du Syndicat de l'apiculture méridionale, il a créé « le rucher école » du chemin de Pechbusque qui porte d'ailleurs son nom. Il a eu à sa charge 130 ruches. Aujourd'hui, à 89 ans, il en possède une trentaine dont il commercialise encore le miel. Il a sillonné toute la France et porté son expérience dans plusieurs pays. « Le plus dur a été de convaincre ma femme ».

L'arrivée du prédateur venu d'Asie et son impressionnante prolifération inquiètent au plus haut point Raoul. « Il y a des nids partout, on ne les voit pas forcément. L'hiver, tous les frelons disparaissent, seules les reines fondatrices restent en vie en se protégeant dans la terre pour ensuite ressurgir et proliférer à une vitesse incroyable. » Pour lui, la solution passe par une sensibilisation générale et notamment de la part des pouvoirs publics. « Il est trop coûteux à un particulier de faire appel à une personne spécialisée pour détruire un nid » considère Raoul qui prône le système D.

Après la lutte contre les pesticides, Raoul se lance dans un nouveau combat, « sûrement plus difficile mais tout aussi important si on veut défendre et sauver le monde des abeilles sans parler des conséquences souvent graves sur les humains ». Fin août, un habitant du Lherm avait succombé à une piqûre de frelon.

Comment le faire soi-même
Quelques planches, des clous et du grillage : c'est la base pour fabriquer son propre piège à frelon asiatique. Cette caisse, dont les dimensions peuvent être adaptées, est aussi munie d'un couvercle amovible (pour les plus bricoleurs) avec à ses extrémités des trous en forme de cône permettant l'entrée des frelons mais interdisant toutes fuites. Les frelons sont attirés par un appât adapté (miel, bière avec de la grenadine, poisson) et s'engouffrent sans peine dans ce piège infernal.

« Il faut juste du grillage en laiton, une matière malléable pour façonner les cônes » explique Raoul Gauffre.