Think outside the Box
27.6K views | +1 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La France face à elle-même

La France face à elle-même | Think outside the Box | Scoop.it

Les crises font leur travail de sape sur un peuple qui a perdu toute confiance en lui, et qui se fragmente avant de s’affronter. Au-delà de la situation économique, c’est une crise identitaire que mine la France. Il devient urgent de trouver le chemin de la réconciliation. Cela passe par notre capacité à redéfinir une vision du monde et la place que nous voulons y occuper.
Voilà bientôt un demi-siècle que la France est entrée dans ce que les observateurs et commentateurs appellent « la crise ». Crise pétrolière, crise économique, crise financière, crise de la dette , crise de l’industrie , crise de l’emploi…
Pourtant à l’heure de l’explosion de l’Internet nous sentons tous de plus en plus clairement que cette crise est d’abord et avant tout un changement de modèle qui nous amène vers un Nouveau Monde : plus horizontal, moins accumulateur, moins producteur, moins gourmand et plus partageur, finalement plus usagé que client, plus collaboratif que hiérarchisé, plus fluide que mécanisé.
Qui s’en plaindra mis à part les champions du « c’était mieux avant », tous ceux qui oublient qu’avant, on mourrait plus tôt, on souffrait plus, on apprenait moins et on n’échappait pas au déterminisme social… non, définitivement non, sauf à regretter l’odeur acre d’un passé mortifère, ce n’était pas mieux avant.
La détestation des autres
Pourtant, caché derrière cette transition économique et cette révolution technologique porteuses de nouveaux horizons, un mal s’est développé dans l’ombre, un mal profond, nourri au sentiment d’injustice, au déclassement, au désenchantement, à la frustration, à la vanité et à l’envie, à l’incompréhension et finalement à la colère.
Au-delà des difficultés économiques et sociales que nous rencontrons, ce qui mine ce pays se niche finalement dans une profonde crise d’identité où les différences finissent par opposer au lieu d’enrichir, par diviser plutôt que diversifier, des différences qui hurlent sans plus jamais s’écouter.
Or, nous sommes exactement au seuil de cet instant tragique où, à force de ne plus savoir quoi faire de ses colères, un peuple se les inflige à lui-même. À force de nous échapper, à force de nous diluer dans la communauté mondialisée, globalisée et « googlelisée », nous avons abandonné ce qui fait depuis 1000 ans la spécificité de ce peuple debout.
Dès lors, seuls demeurent les particularismes qui divisent et qui font du musulman un islamiste, du libéral un exploiteur, du bourgeois un privilégié, du chômeur un assisté, du migrant un envahisseur, du jeune un délinquant, du fonctionnaire un profiteur, du patron un salaud, du socialiste un hypocrite, du patriote un xénophobe, du syndicaliste un fainéant, du catholique un cul-bénit, de l’homo un inverti, du policier un raciste, du barbu un djihadiste, du juge un vendu, du ministre un menteur, et ce à l’infini, jusqu’à la nausée… jusqu’à l’explosion.
Incapable de retrouver les fondements de l’unité nationale, la France est en situation pré-insurrectionnelle. Après 70 ans de paix sur son territoire, la France rêve d’en découdre quitte à en découdre avec elle-même ou avec une partie d’elle-même.
La montée des communautarismes, quels qu’ils soient, la radicalisation des discours politiques et la fracture sociale, désormais béante, ont conduit ce pays au terme d’un lent processus de déclin et d’abandon. Il est désormais tard, mais pas encore trop tard. Il nous reste une chance, celle de comprendre qu’inéluctablement il faudra bien que l’on réapprenne à vivre ensemble.
La France n’a jamais été le banquier du monde, l’usine du monde ou le gendarme du monde, mais elle en fut longtemps le phare, un repère pour les peuples qui cherchaient le chemin étroit qui mène de l’asservissement à la liberté. Elle s’est imposée au cours du dernier siècle comme une puissance non alignée qui cultivait fièrement sa différence et donc son identité et avec, celle de son peuple.
Le jour où nous avons accepté que la puissance économique et financière fissent le poids d’un pays, nous avons perdu notre vision du monde et la place singulière que nous y occupions. Le jour où nous avons accepté de négocier nos valeurs contre des contrats, non seulement nous n’avons rien gagné, mais nous avons foulé au pied ce qui faisait le ciment d’une République diverse.
Un peuple a besoin de savoir qui il est pour pouvoir trouver ce qui unit les citoyens qui le composent. Les glissements sémantiques puis politiques, les compromis puis les compromissions, les manques de courage et les petites lâchetés, ont conduit tout un peuple accroché à ses élites défaites à abandonner la terre et les morts, puis la mer et les vivants, pour finir par s’enfermer à double tour dans les chapelles communautaires comme derniers repères de leur identité perdue.
Rendre à la France sa fierté
Pour que nous puissions vivre de nouveau ensemble, il va nous falloir nous réapproprier ce qui a fait de ce minuscule hexagone le centre d’un continent au centre du monde, et d’abord son extraordinaire arrogance, celle-là même qui nous interdit tout alignement idéologique et qui se niche dans la décision gaullienne de mars 1966 de quitter l’OTAN ; cette arrogante indépendance qui devrait nous amener à accueillir Julian Assange en France , plutôt que de le rejeter pour préserver les susceptibilités d’un allié qui passe son temps à nous écouter sans jamais plus nous entendre ; cette arrogance qui devrait nous pousser à nous emparer de la réalité géopolitique du bassin méditerranéen et de l’Afrique, plutôt que d’y marcher sur les œufs de notre histoire post-coloniale, paralysés face aux mouvements politiques et religieux qui sont en train de façonner durablement un théâtre de guerre civile et confessionnelle ; cette arrogance enfin qui doit nous interdire de vendre notre territoire aux États moyenâgeux du Golfe afin qu’ils préparent sur les pierres de notre patrimoine la fin programmée de leurs châteaux de sable.
Les Français ne se réconcilieront jamais avec eux-mêmes si leur pays ne leur rend pas leur fierté, fille de leur singulière vision du monde. Les sujets sont sur la table et les décisions ne sont pas inaccessibles pour ceux qui voudraient enfin renouer ce lien si particulier entre la lumière de l’Histoire et l’ombre portée d’un peuple qui ne s’épanouit que sur les routes des cimes.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Learn French in One Word

The French language can be boiled down to one simple word. Learn to say it, and you hold the keys to French.

FIND ME (but don't stalk just say hello :D) :

on Twitter: @MiChmski
http://twitter.com/#!/MiChmski

on Facebook:
The Observing Participant www.facebook.com/ObservingParticipant

on my blog:
www.theobservingparticipant.com
more...
No comment yet.