Think outside the Box
25.4K views | +0 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bac : vers une fouille intégrale ?

Bac : vers une fouille intégrale ? | Think outside the Box | Scoop.it

Les premiers cas de triche « à la montre connectée » apparaissent en Europe. En France, si des cas sont relevés durant les épreuves du bac 2015, la montre pourrait être bannie des salles d’examen. Et après ?

 

Les uns après les autres, les accessoires sont bannis des salles d’examen. Les calculatrices, autorisées en France lors des examens scientifiques du baccalauréat depuis 1980, font l’objet d’une surveillance accrue depuis 2000 (voir la circulaire). Sont notamment visées les calculatrices programmables capables de stocker dans leur mémoire un volume croissant de contenus, y compris du texte. En mars 2015, l’Etat est allé plus loin et prévient que les calculatrices seront interdites lors des examens à partir du bac 2018 (voir la circulaire précisant la précédente circulaire).
Il faut rappeler que tous les terminaux permettant l’accès à Internet et/ou le stockage de données est interdit : smartphones, tablettes, ordinateurs portables… La prochaine cible des autorités pourrait être la montre dite connectée, déjà interdite dans certaines universités anglaises et un cas de fraude a été constaté en Suisse en mai 2015 (voir l'article relevé dans notre revue de web). Si des cas de fraude sont observés en France lors du bac 2015, nul doute que l’Etat interdira illico les fameuses montres (probablement toutes les montres, car certaines ressemblent à s’y méprendre à des montres traditionnelles). Et après ? Il semble que plusieurs grandes marques de lunettes se penchent sur le design des Google Glass, dont l’échec commercial est largement expliqué par leur look peu seyant. Les lunettes seront alors elles aussi interdites lors des examens.
Pour la suite, le « candidat augmenté » pourra utiliser des « stylos intelligents », capables d’émettre les textes qu’ils écrivent et de recevoir des réponses, des vêtements connectés, des équipements leur apportant les réponses aux questions de l’examen audibles par eux-seuls, le son transitant par les os (équipement de la taille d’un sonotone)… Les risques de fraude risquent de prendre une telle ampleur que seule une fouille intégrale et poussée des candidats serait à même d’écarter les tricheurs. Des fouilles qui risquent bien d’être… aussi longue que l’examen lui-même.

 

MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Grotte de Tautavel : découverte de nouveaux trésors laissés par nos ancêtres cannibales

Grotte de Tautavel : découverte de nouveaux trésors laissés par nos ancêtres cannibales | Think outside the Box | Scoop.it
9 nouveaux ossements ont été découverts en quelques semaines dans cette grotte des Pyrénées-Orientales.

 

TRÉSORS. Sept dents isolées, une partie de mandibule, un sacrum et un fémur complet: en l'espace de quelques semaines, la grotte de Tautavel dans les Pyrénées-Orientales a encore livré de précieux trésors archéologiques, synonyme d'un cru 2013 exceptionnel pour les paléontologues.

Ces récentes découvertes portent désormais à 141 le nombre de restes humains découverts dans cette grotte creusée à flanc de montagne, depuis les premiers grattements de spatules des paléontologues Henry et Marie-Antoinette de Lumley en 1964.

"C'est une année extraordinaire. On n'en avait jamais trouvé autant en si peu de temps", s'émerveille le préhistorien, âgé aujourd'hui de 78 ans.

"CAUNE DE L'ARAGO". La richesse de Tautavel est liée en partie à des bouleversements géologiques. En se colmatant pour ne se rouvrir qu'entre 30.000 et 15.000 ans avant notre ère, la cavité a piégé les vestiges et la culture des hommes de -700.000 à -100.000 ans.

En près de 50 ans de fouilles, quelque 360.000 objets ont été exhumés, des outils, fragments d'os humains ou d'animaux. Parmi les plus belles pépites de la grotte, appelée Caune de l'Arago, figure la face d'un crâne vieux de 450.000 ans immortalisé dans les manuels scolaires sous le nom de l'Homme de Tautavel.

Ce 21e fossile humain sorti de cette mine de vestiges en 1971, également nommé Arago XXI, a permis de donner pour la première fois un visage aux plus lointains de nos ancêtres.

Cannibalisme rituel

Bien avant l'homme de Néandertal (135.000 ans), puis notre ancêtre direct Cro-Magnon (35.000 ans), l'Homme de Tautavel ne maîtrisait pas encore le feu mais il taillait ses outils dans la pierre et chassait de grands mammifères dans un périmètre de 30 kilomètres. La grotte lui donnait une vue imprenable sur la vallée, la source d'eau en contrebas et vraisemblablement les animaux qui s'y déplaçaient.

Il pratiquait également un cannibalisme rituel. "Ils ne mangeaient que certaines parties du corps humain car ils avaient de quoi manger. Ils cassaient ensuite les os en morceaux, qu'ils laissaient ici. La caune de l'Arago, c'était en quelque sorte leur table de pique-nique", raconte avec humour la paléo-anthropologue Marie-Antoinette de Lumley.

Pour les chercheurs, la présence d'un fémur quasi entier, sans ses épiphyses (extrémités), au milieu de ce gisement de déchets culinaires, est un butin miraculeux. "Il a fallu attendre 50 ans de recherches pour trouver un os humain qui n'ait pas été fracturé pour en manger la moelle", souligne, encore ébahi, le directeur du chantier de fouilles, Christian Perrenoud.

Galeries non explorées

L'étude de ce nouveau joyau permettra déjà d'en savoir un peu plus sur le sexe, la morphologie et la robustesse de ces individus dévorés par leurs congénères.

Ainsi, l'homo erectus au fémur devait "mesurer près d'1m 70, ce qui est déjà grand pour un homme préhistorique!", révèle Mme de Lumley, directrice de recherche émérite au CNRS.

Encore partiellement en terre, sous un immense échafaudage de planches en bois et de barres métalliques, le précieux fémur sera prochainement photographié, scanné en trois dimensions puis moulé, avant de rejoindre ensuite le coffre-fort du Centre européen de recherche préhistorique.

TRÉSORS. Pour l'heure, l'os préhistorique est jalousement gardé par une armada de fouilleurs bénévoles, principalement des étudiants rattachés à l'université de Perpignan venus d'Europe, du Maghreb et des États-Unis pour racler et épousseter les parcelles encore à déchiffrer.

Et la tâche est encore grande. Aux dires d'Henry de Lumley, le filon n'est pas prêt de s'épuiser. "Nous n'avons fouillé qu'une partie de la grotte et il y a des galeries qui n'ont pas encore été explorées".

Que les futurs fouilleurs se rassurent, "les recherches devraient encore se poursuivre sur plusieurs générations", ajoute le célèbre paléontologue.

more...
No comment yet.