Think outside the Box
25.6K views | +3 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Coignard - Suppression de l'ENA : mission impossible

Coignard - Suppression de l'ENA : mission impossible | Think outside the Box | Scoop.it

Bruno Le Maire est le dernier en date à se prononcer pour la suppression de l'ENA. Jusqu'à présent, même le classement de sortie reste intouchable.

 

Un énarque qui veut supprimer l'ENA. Dans une interview au Parisien , Bruno Le Maire annonce que s'il est élu, « l'ENA sera supprimée et remplacée par une école d'application sur le modèle de l'École de guerre, à laquelle les hauts fonctionnaires les plus méritants pourront avoir accès au bout de dix ans ». Avant lui, d'autres politiques passés par la prestigieuse école s'y sont essayés. Quel échec pour une école créée, à la Libération, pour instaurer la méritocratie, démocratiser l'accès aux grands corps de l'État, jusqu'alors gangréné par le népotisme!

 

LIRE également notre entretien avec Bruno Le Maire : « L'ENA ne doit plus former ceux qui dirigent la France »

Le premier ancien élève à partir en guerre contre l'institution est Jean-Pierre Chevènement, qui publie en 1967, avec ses comparses Alain Gomez et Didier Motchane, L'Énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise. Quelques années plus tard, le PS inscrit la suppression de l'ENA dans son programme, mais les jeunes experts issus du sérail qui planchent sur les 110 propositions de François Mitterrand ont tôt fait d'enterrer celle-ci, qui n'apparaît plus nulle part en mai 1981. Jacques Chirac, autre ancien, dénonce pendant la campagne de 1995 « le symbole d'une élite qui a failli » sans aller plus loin. Quatre ans plus tard, son collègue de la Cour des comptes François Goulard, député du Morbihan, dépose une proposition de loi pour supprimer l'école. En vain.

Le fait que certaines personnalités de premier plan, telles que Jacques Attali ou Laurent Fabius, tous deux sortis dans les premiers rangs, au Conseil d'État, se prononcent en faveur de la disparition de l'ENA ne change rien à l'affaire non plus.

Les griefs les plus fréquents contre l'ENA sont connus : une obsession de la carrière, qui laisse de côté l'intérêt général, un conformisme qui empêche d'innover, un classement de sortie qui détermine, à l'âge de 20 ans, ceux qui, sortis dans les grands corps, vont diriger le pays pour les décennies à venir, en toute impunité.

 

Résistance massive

Faute de s'en prendre directement à l'ENA, certains ont voulu en finir avec son classement de sortie. Nicolas Sarkozy par exemple, dont les ministres Éric Woerth et André Santini présentent en mars 2008 un projet de réforme en ce sens. Celui-ci s'ensable pendant plus d'un an, et c'est Jean-Pierre Jouyet, inspecteur des Finances et actuel secrétaire général de l'Élysée, qui est chargé en juin 2009 de piloter un « comité de mise en œuvre de la réforme de l'ENA ». Ce seul intitulé en dit long sur l'impuissance publique concernant ce délicat sujet. Un projet de décret sur la suppression du classement est d'ailleurs rejeté par le Conseil d'État, qui demande de passer par la voie législative. C'est chose faite en avril 2011. Las, plusieurs députés socialistes saisissent le Conseil constitutionnel au motif que cette suppression risque de favoriser le retour au népotisme et au copinage politique. Le Conseil constitutionnel censure en effet, mais pour une autre raison : la mesure lui apparaît comme hors sujet par rapport au texte de loi dans lequel elle figure, ce qu'on appelle un « cavalier législatif ». Le fait que plusieurs membres, ou anciens membres, de Cour des comptes et du Conseil d'État siègent au Conseil constitutionnel n'a officiellement rien à voir avec cette décision !

Au vu de cet historique, en tout cas, la suppression de l'ENA a plus de chance de figurer comme proposition-choc dans le programme d'un candidat que de s'inscrire prochainement dans la réalité.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les Contribuables demandent la suppression de l’ENA

Les Contribuables demandent la suppression de l’ENA | Think outside the Box | Scoop.it

Le Cri du Contribuable :

 

Les Contribuables Associés demandent à François Fillon la suppression de l’ENA.
Alain Mathieu, président de l’association Contribuables Associés et Benoîte Taffin, porte-parole, ont été reçus ce mardi 13 septembre à Matignon.


Les deux représentants des contribuables ont remis 10 000 pétitions demandant à François Fillon la suppression de l’ ENA (École nationale d’administration).
L’association de contribuables part du constat que 5 000 diplômés de l’ENA ont investi la quasi-totalité des postes clés de l’État français : ministères et secrétariats d’État, Cour des comptes, Conseil d’État, Caisse des dépôts et Consignations, grandes entreprises liées à l’État…


75% des directeurs de cabinets ministériels et 80% des directeurs du ministère de Finances seraient issus de l’ENA.
Pour les Contribuables Associés, de nombreuses réformes essentielles ont été dénaturées et rendues pratiquement inapplicables par la complexité que certains hauts fonctionnaires ont introduite dans les textes de loi.
Le groupe de pression demande un meilleur contrôle des élus sur la haute administration.
L’association appelle à de réels changements structurels dans la haute fonction publique, afin que l’administration ne puisse plus bloquer les réformes choisies par les électeurs et portées par le gouvernement ou les députés :
« Il est urgent de remplacer une partie des technocrates des cabinets par des personnes issues de la société civile, qui connaissent le monde de l’entreprise et qui savent qu’on n’enrichit pas un pays en le taxant toujours davantage » estime Alain Mathieu, le président des Contribuables. Lequel demande la suppression de l’ ENA « qui formate une élite dans le culte de la dépense publique et de la planification toute puissante« .

more...
No comment yet.