Félix Thiollier (1842-1914), photographies | Musée d’Orsay | Actualité du XIXe siècle | Théo, Zoé, Léo et les autres... | Scoop.it

Première monographie parisienne consacrée à Félix Thiollier, l’exposition mettra à l’honneur cet industriel stéphanois qui, à l’âge de 35 ans, avait décidé de devenir rentier afin de se consacrer à ses passions d’érudit local et d’amateur d’art. Assouvies à travers une activité d’édition illustrée destinée à promouvoir tant la sauvegarde du patrimoine forézien que l’œuvre de ses amis peintres, celles-ci font naître un photographe amateur au talent longtemps sous-estimé. Resté résolument en marge des milieux photographiques de son temps, Félix Thiollier se révèle l’auteur d’un œuvre immense et contrastée, dont l’originalité découle avant tout d’une soif intarissable de pittoresque: aux commandes de la machine photographique, cette mécanique du regard devait le conduire, de paysages champêtres en scènes de la vie rurale, à l’évocation sensible d’un monde industriel largement ignoré par la photographie française du tournant des XIXe et XXe siècles...

 

 


Via Alcofribas