test
10 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from (Media & Trend)
Scoop.it!

2012 / transition numérique : attention, le web se cloisonne !

2012 / transition numérique : attention, le web se cloisonne ! | test | Scoop.it
2012 / transition numérique : attention, le web se cloisonne !

 


Voici les principales tendances médias qui m'ont le plus marqué cette année :

La guerre d'écosystèmes exclusifs s'intensifie avec le renforcement inquiétant des quatre forteresses du web

"GAFA" (Google, Apple, Facebook, Amazon), c'est la nouvelle bande des quatre! Leurs algorithmes dominent le monde. Ajoutons Microsoft, si son retour via Windows 8 réussit, mais aussi Samsung, qui prend la tête du marché des terminaux mobiles et TV.

Ce sont des systèmes essentiellement fermés, de moins en moins inter-opérables, qui compliquent la vie des utilisateurs, mais aussi des entreprises -- notamment des médias --- qui dépendent de plus en plus d'eux. Avec des positions archi-dominantes sur de grands secteurs économiques en croissance (e-commerce, publicité en ligne, réseaux sociaux, vidéo en ligne, search, systèmes d'exploitation, téléphonie mobile...) et surtout sur nos données, stockées dans leurs clouds qu'ils contrôlent.

Côté tuyaux, les opérateurs de télécommunications tentent, au nom des investissements en très haut débit -- mais aussi souvent de l'emploi--, de contester laneutralité des réseaux et l'Internet ouvert. Enfin, les Etats riches s'opposent à ceux en développement, qui veulent davantage contrôler Internet.

Terminaux mobiles : l'avenir est entre nos mains !

Des seuils importants de "l'Internet sur soi" ont été franchis ! Plus de la moitié des Américains et des Français ont désormais un smartphone ! On estime que d'ici à douze à dix-huit mois, 75% des foyers américains auront une tablette, qui n'en est qu'à ses débuts. Dans quelques mois, plus de gens accèderont à l’Internet via mobiles que via des ordinateurs. 

La bataille fait rage ici aussi entre les magasins d'applications natives, les sites mobiles et le nouveau format html5, qui reste incomplet. Les modèle d'affaires pour les médias sont difficiles à trouver sur les mobiles où la pub ne décolle toujours pas.

 La vidéo en ligne se professionnalise ... à moindre coût

L'IndieTV est arrivée ! L'énorme gâteau publicitaire des vieilles chaînes de TV est dans la ligne de mire des galopins de la Silicon Valley: YouTube a investi plusieurs centaines de millions de dollars dans des chaînes thématiques professionnelles, en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Ses plus grosses chaînes américaines, très regardées par les jeunes, ont déjà une audience équivalente aux petites du câble !

Entre temps, Facebook est devenu la 2ème plate-forme vidéo mondiale ! Yahoo! a aussi d'énormes ambitions avec plus d'une cinquantaine de programmes originaux. Netflix, Hulu, Amazon mais aussi désormais Microsoft financent aussi à tout va des créations, films et séries et ouvrent leurs propres studios ! Des millions d'heures de contenus arrivent, souvent 10 ou 100 fois moins chers à produire qu'avant ! Un amateur brillant peut concurrencer un studio d’Hollywood.

Les diffusions en direct en ligne se multiplient (J.O., saut de l'espace, élection US, ...) et quasiment tous les sites de presse font désormais de la vidéo.

La TV se regarde connectés !

La télévision se regarde toujours à plusieurs, mais pas au même endroit ! Plus besoin d'attendre le lendemain pour en parler. La «Social TV », c’est la prise de contrôle spontanée de la TV par le public avec un second écran, pour discuter, recommander et partager.

Elle donne un coup de fouet aux meilleurs programmes de la télévision linéaire. Grâce aux smart phones et aux tablettes, encourageant les conversations autour des émissions sur les réseaux sociaux, le multi-tasking règne !

La télévision intègre progressivement les caractéristiques du web : partage, recommandation, conversation, co-création, co-production.

Les séries TV deviennent le centre de nos divertissements

De Breaking Bad à Bergen, de Mad Men à Game of Thrones, les séries TV - longtemps considérées comme un art mineur -- deviennent le centre de notre culture audiovisuelle de divertissement et un marqueur social très fédérateur.

Dans le même temps, le "box office" américain connaît une chute continue, les salles sont en difficulté. Refusant de faire sa mue, Hollywood est déprimé, les studios réduisent la voilure et prennent moins de risques.

Le journalisme est meilleur à plusieurs ! Surtout s'il est visuel !

Les sites d'infos qui réussissent sont ceux qui agrègent leurs propres contenus originaux avec ceux des autres : Le Huffington Post (qui a décroché un Pulitzer et s'internationalise), BuzzFeed (le site de l'année!), Forbes (500 articles par jour), ou mêmel'Internaute, passé N°1 en France devant Le Figaro !

Les murs payants dans les journaux se généralisent, mais ne fonctionneront que s'ils produisent des contenus à valeur ajoutée. De nouvelles interfaces de publication, ultra-simplifiées, séduisent : Quartz, Medium, Pinterest....

Mais depuis près de 20 ans, les médias traditionnels d’informations rétrécissent, alors que l’appétit d’information du public, désormais omnivore, ne fait que croître.

Le déluge des données partagées (et vendues) s'amplifie !

Facebook a dépassé le milliard d'utilisateurs et Twitter 200 millions. Chaque jour, 500 années de contenus YouTube sont regardées sur Facebook ! Des centaines de millions de photos y sont postées chaque jour ! Obama a annoncé sa ré-election sur Twitter alors que ne cesse de croître l'anxiété liée aux nombres de "Like" sur nos statuts Facebook et au shoot narcissique des Re-Tweets !

Cette montagne gigantesque de contenus est exploitée - le plus souvent à notre insu - par les nouveaux acteurs dominants qui revendent les traces de nos vies, alimentant un nouveau capitalisme des données, des mots et des images.

Trois outils vedettes !

L'appli de filtres photos Instagram, bien sûr, racheté par Facebook en milieu d'année pour 1 milliard de dollars, est désormais imitée partout.

Entre photo et vidéo sans son, le GIF est devenu une nouvelle forme narrative pour de très courts moments isolés, y compris pour les médias les plus sérieux.

Légère et portée sur soi, la caméra GoPro filme tous les instants de nos existences !


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from #Socialtv par @ClemenceBJ
Scoop.it!

L’approche des médias sociaux de France Télévisions

L’approche des médias sociaux de France Télévisions | test | Scoop.it
Nous profitons de la rentrée pour vous proposer la suite de notre série d’interviews consacrées au community management dans les entreprises françaises. Aujourd’hui, place à un poids lourd en la matière, avec France Télévisions. Fort de nombreuses chaînes toutes représentées en ligne, le groupe audiovisuel est souvent pris en exemple pour sa bonne gestion communautaire, son utilisation des réseaux sociaux et sa manière d’innover en ligne. Les évènements sont nombreux et récurrents : soirée spéciale Eurovision, hashtags lors des évènements sportifs, compte Twitter du Père Fouras… Pour en apprendre plus sur la stratégie du groupe en matière d’utilisation des médias sociaux, nous avons eu le plaisir d’interroger Antoine Allard.

Antoine Allard a commencé sa carrière chez Ogilvy PR en stratégie d’influence digitale et éditoriale. Il a rejoint France Télévisions début 2012 en tant que chargé de communication online au sein de la direction marketing des éditions numériques du groupe audiovisuel public. Il s’occupe notamment du community management et de la stratégie médias sociaux et social TV de France 5. Vous pouvez le retrouver sur Twitter sous le pseudo @antoninocorazon. Bonne lecture !

 

Pourquoi avoir choisi d’investir les réseaux sociaux ? Quel événement marquant a créé le déclic en interne ?

En 2009, nous avons choisi d’intégrer les réseaux sociaux dans nos stratégies de communication de manière tout à fait naturelle. Un nouveau département est né, celui de la Communication Online, axé vers les sites, les blogs, les forums et les réseaux sociaux. La question du « pourquoi » ne s’est d’ailleurs pas vraiment posée, celle du comment en revanche a été primordiale (et elle l’est encore) : comment intégrer les réseaux sociaux pour une grande marque média ?

La communication a changé, les usages et les modes de consommation également. Les communautés sont puissantes et actives et s’expriment très régulièrement sur les différentes plateformes sociales. Ne pas les intégrer dans une stratégie de communication revient à dire que nous faisons de la télévision pour nous et pas pour notre public. Or, la mission de service public n’est-elle pas aussi et avant tout de se rapprocher de son public et de prendre en compte les avis de ses consommateurs ?

Ainsi, il n’y a pas eu d’évènement marquant en interne qui a créé un déclic, les mentalités ont simplement évolué petit à petit et on s’est progressivement rendu compte de ce que les réseaux sociaux pouvaient apporter à la télévision publique. Résultat : nous pensons aujourd’hui la télévision différemment (transmedia, interactivité, écritures transversales…) et évoluons avec les technologies et usages liées au numérique. Là encore, notre regard continue d’évoluer. Demain, la télévision enrichie sera accessible à tous ; nous essayons dès aujourd’hui d’accompagner le changement de paradigme profond qui s’annonce.
Tout se développe très vite. Une fois sur les réseaux sociaux, il faut garder le rythme et être avant-gardiste quand c’est possible.

 

Quelle est la place du community management dans votre entreprise ? Comment est-il intégré ?

Chez France Télévisions, le community management, comme tous les services et contenus numériques du groupe, est centralisé chez France Télévisions Editions Numériques. Aux côtés des éditeurs des sites Internet FTV, des équipes techniques, mais aussi des équipes TV connectée ou de la direction des nouvelles écritures en charge des projets webdocumentaires, webfictions et transmedia, ce sont les chargés de communication online qui s’occupent du community management de nos chaînes. Ils dépendent de la direction marketing. Leur rôle est évidemment d’assurer l’animation de nos marques-médias sur les réseaux sociaux mais aussi :

de répondre en transverse aux besoins de la communication et des relations publiques de nos chaînes,
d’apporter leur expertise Social Media aux conseillers programmes et aux productions qui réalisent nos émissions,
de se coordonner avec les équipes du club France Télévisions, des jeux et des sites pour planifier et éventuellement décliner les actions Social Media à venir,
d’accompagner le déploiement stratégique et opérationnel des dispositifs social TV,
d’aller un maximum sur les plateaux et évènements pour produire du contenu exclusif et montrer en temps réel les « coulisses » de la télévision.

 

Quel est l’objectif majeur de votre stratégie sur les réseaux sociaux (Notoriété, CRM, R&D) ?

Nous avons évidemment des objectifs multiples mais globalement nous servons tous un intérêt commun : développer au maximum le bouche à oreille autour de nos marques pour créer toujours plus de portes d’entrée sur nos contenus, qu’ils soient dans la boite (TV) ou hors de la boite (sites chaine, pluzz, Francetvinfo, francetvsport, culturebox, geopolis, nouvelles écritures etc…). A ce titre nous mesurons l’efficacité de nos stratégies en capitalisant sur des indicateurs aussi précis que variés :

la croissance de nos communautés
le taux d’interaction de nos communautés sur nos espaces
le taux d’engagement de ces mêmes communautés sur ces mêmes espaces
le volume de conversations générées autour de nos émissions en temps réel pendant leurs diffusions antenne (principalement sur Twitter)
l’audience apportée sur nos sites depuis les réseaux sociaux
le taux de transformation de nos actions : combien de données qualifiées avons-nous récupérées sur un dispositif donné ?

 

Moins de 30% des CM passent plus de 3 heures par semaine sur les relations blogueurs. Vous êtes très actifs dans ce domaine, notamment à travers l’organisation d’évènements qui leur sont réservés. Pourquoi ce choix ?

La plupart des membres de l’équipe sont passés par des métiers où le bouche à oreille, qu’il soit online ou offline, joue un rôle fondamental (journaliste, professionnel des RP, institut de formation, agence de communication etc). Résultat : nous sommes tous des « professionnels de l’influence » avant d’être des community managers. S’ajoute à cela le fait que nous sommes conscients qu’il est aujourd’hui fréquent de retomber dans les médias dits « traditionnels » après avoir exercé une pression médiatique sur les médias sociaux et particulièrement auprès des blogueurs. Enfin, ces mêmes blogueurs sont souvent capables de nous apporter un trafic aussi important qu’un média en ligne et comme indiqué ci-dessus, c’est l’un de nos objectifs prioritaires.

 

Les actions de France TV en ligne sont relayées sur les chaines, par exemple dans le cas du hashtag dédié à Roland Garros. Quelle est l’importance de ces relais dans le succès des opérations menées en ligne ?

La simple apparition d’un hashtag à l’antenne peut provoquer en quelques secondes une augmentation de plus de 60% des tweets autour d’une émission. Nous l’avons notamment mesuré pour On n’demande qu’à en rire, quand nous avons décidé de passer le hashtag pendant les quotidiennes en direct. Mais au-delà de ces données, il est important de noter que nous ne nous inscrivons pas dans une logique numérique/antenne séparée ; ni même dans un contexte où les chaines seraient appelées à relayer et soutenir nos actions. Notre objectif est de faire mieux communiquer les écrans et de brancher les flux (antenne, Web, social media) entre eux pour enrichir les contenus et ce quel que soit le terminal utilisé (smartphone, tablette, tv). Le tout en faisant appel aux contributions de la communauté pour enrichir nos contenus. En somme, faire de la télévision un média plus horizontal, un vrai média de communautés. Une télévision que le téléspectateur fait autant qu’il la regarde.

 

Pour vous, quel sera le défi du community management pour l’année à venir ?

Le retour au off ! Il est largement temps d’arrêter de voir le CM comme un geek derrière son ordi h24 à lire et répondre à des commentaires. Il n’est pas de lien plus ténu que ceux que nous sommes capables de construire IRL. De plus, comme le métier à tendance à se focaliser de plus en plus sur des communautés de niche et qu’il accompagne l’essor du local voir de l’hyper local, il devient essentiel de bouger constamment et d’investir les lieux. Pour s’en convaincre, il suffit de voir comment s’implante un géant comme Google dans l’hexagone avec G+ ou Zagat, vous ne verrez pas souvent leurs CM dans un bureau.


Via Clemence BJ
more...
No comment yet.
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Economie & innovation Sociales, Solidaires et Citoyennes
Scoop.it!

Un projet de loi pour encadrer le financement participatif

Trois grandes mesures devraient simplifier les démarches des plate-formes de financement participatif.

 

Le 4 septembre, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a présenté une série de mesures pour donner un cadre réglementaire à ce secteur. Celles-ci sont intégrées au projet de loi de "simplification et de sécurisation de la vie des entreprises".

 

En janvier 2013, la ministre chargée des PME, de l'innovation et de l'économie numérique, Fleur Pellerin, réfléchissait "aux verrous réglementaires à faire sauter pour faciliter ce type de financements".

 

Trois mesures principales devraient voir le jour. La création d'un statut de conseiller en financement participatif est notamment prévue. Il serait "mis en place par ordonnance", précise France Info. Ce statut doit diminuer les besoins en fonds propres des plate-formes de financement participatif à 100.000 euros. Soumis jusqu'à maintenant à la législation qui encadre les banques et assurances, elles devaient détenir 650.000 euros de fonds propres. Une somme énorme pour les petites structures.

 

La seconde mesure devrait permettre aux particuliers de réaliser un prêt participatif aux entreprises. Bien que le mécanisme se pratique déjà, celui-ci "est complètement interdit", commente le co-fondateur deKissKissBankBank, Vincent Ricordeau. Enfin, la demande d'agrément d'établissement de paiement, obligatoire mais difficile à obtenir, devrait être simplifiée.

 

Ce projet de loi intervient au moment où les plate-formes de crowdfunding connaissent un véritable essor. Les sommes récoltées sont de plus en plus importantes. Un potentiel économique certain, que le gouvernement ne souhaite probablement pas laisser filer à l'étranger. Aux Etats-Unis, par exemple, la législation en matière de crowdfunding y est plus souple.

 

> Infographie des Echos sur le financement participatif:

 

> Lire l'article sur France Info

  


Via Tribu Solidaire
more...
No comment yet.
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Les médias face à leur destin
Scoop.it!

Neuf métropoles labellisées French Tech, dont Toulouse

Neuf métropoles labellisées French Tech, dont Toulouse | test | Scoop.it
La secrétaire d'Etat au Numérique vient d'annoncer les villes ayant obtenu le label French Tech décerné aux écosystèmes de startups les plus dynamiques et les plus prometteurs sur les 15 candidatures formelles.

Via Béatrice D.
more...
Béatrice D.'s curator insight, November 12, 2014 9:28 AM

Extrait

Ce label vise à distinguer « les territoires les plus favorables au développement des startups », jeunes pousses du numérique mais aussi des biotech, cleantech et autres medtech, des métropoles porteuses d'un « écosystème numérique de niveau international et d'un projet ambitieux et fédérateur de croissance de cet écosystème », avec une véritable stratégie de développement à 10 ans.

Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Objets connectés - Internet des objets - Mobilité
Scoop.it!

L'approche app centric est-elle la meilleur ? - servicesmobiles

L'approche app centric est-elle la meilleur ? - servicesmobiles | test | Scoop.it
Débat sans fin ! Épuisant :) faire des Application et être app centric ou des sites mobiles en responsive ?

Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Le Top des Applications Web et Logiciels Gratuits
Scoop.it!

Memplai : un excellent editeur video en ligne et gratuit

Memplai : un excellent editeur video en ligne et gratuit | test | Scoop.it

Memplai est une excellente plate-forme pour le montage vidéo en ligne dont l’utilisation est gratuite. Il est l’outil idéal pour la création de superbes vidéos, que ce soit seul ou à plusieurs. En effet, Memplai permet d’inviter des amis afin de créer une vidéo collaborative.

 

Au préalable, il faut s’inscrire gratuitement sur le site par le biais d’une adresse mail ou des réseaux sociaux proposés (Facebook, Twitter, etc.). Vous pouvez créer des vidéos avec des images, des clips vidéo, des fichiers audio, des thèmes, des transitions et des effets.

 

Le mieux pour vous faire une idée du site est d’aller sur la démo de l’éditeur. C’est une page gratuite et sans inscription qui vous permet de tester la bête. Memplai se présente ainsi :

A gauche : le lecteur qui diffuse en temps réel votre travail.A droite : des onglets pour la sélection et l’ajout d’images, audio, vidéo, transitions, etc.En bas : l’éditeur pour copier, couper, et mettre en forme votre vidéo.

 

Une fois que vous avez créé votre vidéo, vous pouvez la partager à

travers les différents réseaux sociaux. Le site Memplai dispose également d’une galerie de vidéos.

 

Lien : Memplai.

 

 


Via Frédéric DEBAILLEUL, 173 Sud
more...
Ressources pour les cours d'anglais's comment, November 6, 2014 3:22 PM
Toujours le même message d'erreur : erreur 500. Le site ne fonctionne pas pour le moment...
Ressources pour les cours d'anglais's comment, November 6, 2014 3:22 PM
Toujours le même message d'erreur : erreur 500. Le site ne fonctionne pas pour le moment...
IFP Nord Pas de Calais's curator insight, November 20, 2014 4:56 AM

A savoir : tout est en anglais... pas gênant pour tous, mais à considérer. Gros point fort selon moi : créer une vidéo en collaboration. J'ai testé rapidement, mais tout seul pour le moment ;-)

Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Entretiens Professionnels
Scoop.it!

Une transition “iconomique”… pour l’Entreprise Numérique

Une transition “iconomique”… pour l’Entreprise Numérique | test | Scoop.it

'si le numérique impose des ruptures, il peut être porteur de cette croissance à laquelle chacun aspire, pourvu que l’on sache vivre cette transition socioéconomique qu’il génère : une transition iconomique !

Le CIGREF... s’est associé à l’Institut de l’Iconomie et au Groupe Xerfi...afin de recueillir l’avis des experts de cette Iconomie…'


Via Pascale_Masson
more...
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from TOUT SUR LINKEDIN ET VIADEO
Scoop.it!

Viadeo apporte son soutien à Transition Numérique Plus

Viadeo apporte son soutien à Transition Numérique Plus | test | Scoop.it

Le réseau social BtoB Viadeo annonce sa participation à l’association professionnelle Transition Numérique Plus et s’engage à former les TPE et PME aux usages du numérique.

 

Viadeo rejoint l’association professionnelle Transition Numérique Plus et s’engage dans la formation des TPE et PME aux usages du numérique.

 

Cette annonce du réseau social BtoB français s’inscrit dans la continuité de sa stratégie : « Améliorer la connaissance des technologies et de leurs usages, et donc participer à la transition numérique à l’échelle de la France, est un objectif cohérent avec l’ADN de Viadeo« , déclare Olivier Fécherolle, Directeur de la stratégie et du développement de Viadeo.

 

Après s’être associé à CCI France (établissement national fédérateur et animateur des Chambres de Commerce et d’Industrie), la société Internet souhaite approfondir son engagement dans le programme « Transition Numérique« , initié par la ministre de l’Economie numérique Fleur Pellerin en novembre 2012.

 

Celle-ci réunie différents acteurs importants de l’économie du numérique en France chargés d’accompagner les « Conseillers au numérique » chargés de de faire découvrir aux TPE – PME françaises les avantages de l’usage des TIC.

 

Dans la liste des membres, on trouve Microsoft, Intel, Oodrive, Solocal (groupe Pagesjaune), Orange, Google mais aussi La Poste, Ciel-Sage, Webformance (Publicis) ou Symantec.

 

Selon une étude de la Commission Européenne datant de 2012, 85% de la création nette d’emplois en Europe dépend de ce type d’entreprises.

Viadeo ajoute, selon ses propres observations, que 83% des TPE – PME utilisent les réseaux sociaux professionnels comme le sien pour consolider leurs différents secte...


Via Benjamin Atlani (Semply.Digital)
more...
No comment yet.
Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from La Culture est à vous ! Le mécénat 100% crowdfunding
Scoop.it!

Culture Time salue la nouvelle réglementation sur le crowdfunding

Culture Time salue la nouvelle réglementation sur le crowdfunding | test | Scoop.it

Le décret d’application concernant les nouvelles règles du jeu du crowdfunding signé le 16 septembre dernier est rentré en vigueur le 1er octobre 2014. Cette réglementation attendue par de nombreux acteurs du milieu va permettre l’émergence du financement participatif en France. Son objectif est d'accélérer la dynamique du financement participatif tout en protégeant les citoyens et rassurant les prêteurs quant à l’expertise et la transparence des actions des plateformes.

 

Ce cadre règlementaire a été souhaité et présenté par Fleur Pellerin alors ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Economie Numérique le 14 février 2014 lors de la conférence « Faire de la France le pays pionnier du Financement Participatif » à Bercy. Désormais à la tête du Ministère de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin n'aura pas attendu pour lancer le mouvement. Culture Time se montre présent pour répondre à cette nouvelle possibilité de financement de vos projets et ouvrir l’accès au mécénat pour tous.


Après une 1ère édition réunissant plus de 600 participants et l’entrée en vigueur en octobre de ce nouveau décret , l’association Financement Participatif France organise les 2° Assises de la finance participative le 11 décembre 2014 au Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Elles s’adressent à tout l’écosystème professionnel du financement des entreprises et des projets, et notamment dans le secteur culturel.


Rendez-vous à Bercy le 11 décembre !

 

Le crowdfunding en détail et en synthèse :

 

L’equity : le financement en capital. Ces plateformes commercialisent des actions ou obligations pour des personnes moralesLe prêt : les plateformes commercialisent des prêts rémunérés ou non rémunérés (prêts solidaires)Le don contre don : les plateformes ouvrent la possibilité de participer financièrement à des projets, et de recevoir des contreparties en nature en échange des sommes engagées.

 

Le mécénat participatif rentre dans cette dernière catégorie, les contreparties étant alors définies dans le cadre de la loi mécénat, c’est à dire limitées financièrement à 25% du montant du don, et 65€ en valeur absolue quand il s’agit de donateurs particuliers.

 

Faisant suite à l’adoption de l’ordonnance du 30 Mai 2014 relative au financement participatif, cette règlementation confirme que « le crowdfunding constitue un «nouveau  mode  de  financement,  […] [qui] permet de récolter des fonds – généralement de petits montants – auprès d’un large public, en vue de financer un projet créatif ou entrepreneurial [fonctionnant] le plus souvent via Internet [...] »

 

Insérant une dérogation au monopole bancaire, le décret crée un agrément d’établissement de paiement limité délivré par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentielle) soumis à des règles prudentielles allégées, et valide en particulier de nouveaux statuts, associant des règles et obligations aux 3 catégories de plateformes :

crowdfunding en equity : le statut de conseiller en investissements participatifs (« CIP »).crowdfunding en prêt (rémunéré ou non rémunéré) : le statut d’intermédiaire en financement participatif (« IFP »)crowdfunding en don contre don : aucun statut n’est obligatoire lorsque la plateforme est adossée à un établissement de paiement agréé. C’est le cas pour Culture Time.

Toutes les plateformes sont désormais enregistrées auprès de l’ORIAS (Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance) comme intermédiaire de paiement.

 

Pour en savoir plus :

Association Financement Participatif France

http://financeparticipative.org/

 

http://nicolasguillaume.fr/nouveau-cadre-juridique-du-financement-participatif-crowdfunding-en-france/

 

http://www.toutsurlesplacements.com/crowdfunding-les-premieres-plateformes-enregistrees-a-l-orias.html

 


Via Commeon
more...
Commeon's curator insight, October 28, 2014 6:11 AM

Cet article vous présente un historique très utile de la réglementation sur le crowdfunding et les éléments essentiels de compréhension. N'hésitez-pas à nous contacter pour en savoir plus, prochaine étape le 11 décembre à Bercy pour les 2è assises du financement participatif.

Commeon's curator insight, August 5, 2015 11:24 AM

Cet article vous présente un historique très utile de la réglementation sur le crowdfunding et les éléments essentiels de compréhension. N'hésitez-pas à nous contacter pour en savoir plus, prochaine étape le 11 décembre à Bercy pour les 2è assises du financement participatif.

Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Selling your technologies around the world
Scoop.it!

Neuf métropoles labellisées French Tech

Neuf métropoles labellisées French Tech | test | Scoop.it
La secrétaire d'Etat au Numérique vient d'annoncer les villes ayant obtenu le label French Tech décerné aux écosystèmes de startups les plus dynamiques et les plus prometteurs sur les 15 candidatures formelles.

Via Ronald Bannon MBA, C.Adm., FCMC
more...
Ronald Bannon MBA, C.Adm., FCMC's curator insight, November 12, 2014 7:48 AM

Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes : ce sont les neuf métropoles ayant obtenu le label French Tech, décerné aux écosystèmes de startups «les plus dynamiques et les plus prometteurs » en région, afin de les rendre « identifiables à l'international » et de constituer « l'équipe de France » des écosystèmes numériques autour de la locomotive et capitale de facto de la French Tech, Paris.

Rescooped by Frederic Lapp-thiapp from Le Top des Applications Web et Logiciels Gratuits
Scoop.it!

Zoho Vault, une application de gestion de mots de passe efficace

Zoho Vault, une application de gestion de mots de passe efficace | test | Scoop.it

 

Si vous êtes actif sur le Web et que vous possédez plusieurs services Web comme Yahoo, Gmail, Twitter, Snapchat ou Hootsuite, vous devez absolument utiliser des mots de passe unique, long et complexe.

Pour vous aider gérer le tout, vous devriez utilisez un gestionnaire de mot de passe. De cette façon, vous pouvez créer des mots de passe contenant une dizaine de caractères ou plus qui contiennent des minuscules, majuscules, des symboles et des nombres.

Zoho, cette entreprise qui offre une multitude de services Web offre un service de gestion de mots de passe intéressant. Cette application qui se nomme Vault est accessible depuis le Web ou un appareil mobile iOS et Android. De plus, les utilisateurs ont dorénavant accès à des extensions pour les navigateurs Chrome et Firefox. Ces extensions automatisent la saisie des noms d’utilisateurs et mots de passe.

Vault synchronise de façon sécuritaire les mots de passe sur l’ensemble des appareils où vous avez installé l’application. Les synchronisations sont chiffrées et il est possible d’activer la double authentification.

Ah oui, il faut aussi souligner que la version gratuite de Vault est extrêmement intéressante pour un utilisateur qui ne désire pas partager certains de ses mots de passe avec des collègues ou membres d’une équipe. Comme alternative à Vault, je vous suggère 1Password, LastPass ou PasswordBox.

Benoit Descary

Lien: https://www.zoho.com/vault

 

 


Via 173 Sud
more...
No comment yet.
Scooped by Frederic Lapp-thiapp
Scoop.it!

PrisonLocker, un nouveau malware encore en développement qui inquiète déjà

PrisonLocker, un nouveau malware encore en développement qui inquiète déjà | test | Scoop.it
Les experts en sécurité s'inquiètent de la recrudescence des ransomwares, ces virus informatiques qui prennent les utilisateurs en otage en chiffrant leurs données et en réclamant de l'argent pour les [...]...
more...
No comment yet.