terres en rive du...
Follow
Find
1.4K views | +0 today
 
Rescooped by Lambert Savigneux from Inuit Nunangat Stories
onto terres en rive du monde
Scoop.it!

AKSIK the Movie

A new film by Jonathan Ignatowski on the impacts of climate change on Savoonga, Alaska has just been released. The film, entitled Aksik, explores the importance of subsistence food to the village and the difficulties climate change is causing to maintain that culture.

Climate change is most pronounced in the Arctic:

greater temperature increases than the rest of the planet;

more intense storm activity; and

significant ice, snow, and permafrost melt.

Native villages in Alaska are particularly vulnerable with their subsistence cultures closely attuned to the stability of regional biophysical conditions. We can all learn from them as they struggle to adapt to climate change and preserve their culture.

This website serves as a video library of two native villages in Alaska - Savoonga and Shaktoolik - on the front line of climate change. It documents the impacts they are witnessing, describes their adaptation strategies, and provides alerts about their needs and their advice for our leaders.

http://aksik.org/


Via Northern_Clips
more...
No comment yet.

From around the web

terres en rive du monde
autours de la culture et des cultures
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Lambert Savigneux from actions de concertation citoyenne
Scoop.it!

Quand Seattle organise une partie de Scrabble de rue, pour des espaces publics heureux

Quand Seattle organise une partie de Scrabble de rue, pour des espaces publics heureux | terres en rive du monde | Scoop.it

This event will help promote the First Hill Public Realm Action Plan – a collaborative effort led by the Seattle Department of Transportation, the Department of Planning & Development, Seattle Parks and Recreation and supported by the First Hill Improvement Association. The action plan seeks to develop a new public space network on First Hill.

This particular intersection has been identified as a potential park space and gateway for a new neighborhood greenway on University Street. More information about the First Hill Public Realm Action Plan will be available at the event, including interim design concepts for this intersection. To learn more about the action plan, please

- See more at: http://parkways.seattle.gov/2014/08/08/seattles-first-street-scrabble-tournament-to-be-held-on-august-12/#sthash.U1ZIv0tM.VFFzPWPp.dpuf


Via association concert urbain
more...
Scooped by Lambert Savigneux
Scoop.it!

Jardins au coeur du monde

Jardins au coeur du monde | terres en rive du monde | Scoop.it
Emission "Tout un monde" de M.-H. Fraïssé, radio France Culture, 27 mai 2014 et 3 juin 2014 Non, le jardin n'est en rien un sujet futile. Comprendre les enjeux de cet espace voué au végétal, son de...
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from BABinfo Pays Basque
Scoop.it!

Appel pour une "Communauté territoriale Pays basque" - Colette Capdevielle

Appel pour une "Communauté territoriale Pays basque" - Colette Capdevielle | terres en rive du monde | Scoop.it
Le 1er ministre a été très clair et volontariste dans son annonce de réforme du « mille-feuille territorial ».Sans que nous en connaissions encore précisément le calendrier et la méthode, le gouvernement a clairement affiché 4 orientations : la réduction de moitié des régions, la mise en place d’une nouvelle carte des intercommunalités, la suppression de la … Lire la Suite »

Via BABinfo
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from PLASTICITIES « Between matter and form, experience and consciousness, the active plasticity of the world »
Scoop.it!

The Archaeology News Network: “Smoking gun” evidence for theory that Saturn’s collapsing magnetic tail causes auroras

The Archaeology News Network: “Smoking gun” evidence for theory that Saturn’s collapsing magnetic tail causes auroras | terres en rive du monde | Scoop.it

Via Marc Williams DEBONO (Plasticities Sciences Arts)
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Audiovisual Research Archives - Archives Audiovisuelles de la Recherche
Scoop.it!

Valérie LEGRAND – L’image parlante en anthropologie | Campus AAR

Valérie LEGRAND – L’image parlante en anthropologie | Campus AAR | terres en rive du monde | Scoop.it
Dans le cadre du séminaire du Quai Branly 2014, intitulé « Autour de l’image », Valérie Legrand a réalisé une présentation sur L’image parla...

Via RencontreDesCultures
more...
RencontreDesCultures's curator insight, May 23, 3:26 AM

L'intervention de Valérie Legrand s’ouvre sur la question du traitement de l’image filmique en anthropologie et l’enjeu que représente le document audiovisuel pour des recherches concernant des patrimoines vivants ethnographiques. 

Rescooped by Lambert Savigneux from Livres photo
Scoop.it!

The CENTER Awards: Curator’s Choice 3rd Place Winner: Anne Berry

The CENTER Awards: Curator’s Choice 3rd Place Winner: Anne Berry | terres en rive du monde | Scoop.it
Last week and this upcoming week, Lenscratch will be celebrating the 2014 CENTER Award Winners. We are thrilled to align with such a wonderful organization that honors, supports, and provides opportunities to gifted and committed photographers.

Via Florence Trocmé
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Hurtigruten Arctique Antarctique
Scoop.it!

Antarctica | Calvings

Antarctica  |  Calvings | terres en rive du monde | Scoop.it

I came back from Antarctica earlier this year and I’m only now coming up with some finished edits. Here are twelve pictures, ahead of the longer galleries that will go up on my main site soon. Although this was my second trip to the continent, it felt like the first time; the landscape, weather and [...] fbfb twtw


Via Toilapol / Paul K
more...
Toilapol / Paul K's curator insight, April 22, 3:41 AM

Nick Cobbing était à bord du MS Fram Hurtigruten il y a quelques mois et présente 12 photos, petite sélection parmi celles qu'on pourra voir bientôt sur son site http://www.nickcobbing.co.uk/ aux superbes galeries

Rescooped by Lambert Savigneux from Eco-conception
Scoop.it!

Un potager en ville, tendance bobo ou acte politique?

Un potager en ville, tendance bobo ou acte politique? | terres en rive du monde | Scoop.it

Carottes, choux et plantes aromatiques partent à l’assaut des villes. Des jardins partagés, où les citadins se retrouvent pour bêcher ensemble, aux balcons encombrés de pieds de tomates, les habitants des villes retrouvent le goût de cultiver leurs légumes pour le plaisir ou par souci de manger sainement.

 


Via Ellesse
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from sustainable architecture
Scoop.it!

Omizubata N House in the Forest of Karuizawa by Iida Archiship Studio

Omizubata N House in the Forest of Karuizawa by Iida Archiship Studio | terres en rive du monde | Scoop.it

The village of Karruizawa, Nagano Prefect, is a destination commonly sought after by Tokyo dwellers looking for a peaceful getaway. It’s easy to see the zen-like qualities a rural retreat like Omizubata N House offers its owners when they escape the city and its 13 million inhabitants. The interior of the oversized cabin is finished entirely with wood adding to the natural feel of the forest surroundings.


Via Lauren Moss
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from green streets
Scoop.it!

Sydney's Version of New York’s High Line to be Completed in 2014

Sydney's Version of New York’s High Line to be Completed in 2014 | terres en rive du monde | Scoop.it
Work has begun on stage one of The Goods Line Project, a railway-turned-urban park project connecting Sydney’s Central Station to Darling Harbour.

Located in inner Sydney, the project includes a pedestrian and cycle network, creating a new urban hub and connecting more than 80,000 students, residents and visitors to the harbour’s recreational and pedestrian precinct.

The new corridor is being compared to the High Line in New York City, a public park and walkway constructed on a historic freight train line elevated above the streets of Manhattan’s lower west side...


Via Lauren Moss
more...
Lorraine Chaffer's curator insight, April 19, 3:07 AM

Strategies to improve urban places and liveability 

Rescooped by Lambert Savigneux from caravan - rencontre (au delà) des cultures - les traversées
Scoop.it!

Georges Didi-Huberman, Atlas : comment remonter le monde « MondesFrancophones.com

Georges Didi-Huberman, Atlas : comment remonter le monde « MondesFrancophones.com | terres en rive du monde | Scoop.it

via Julien Pauthe

Georges Didi-Huberman, Atlas : comment remonter le mondeartpress  n°373

 

Bien avant l’informatique, Aby Warburg avait-il inventé les fenêtres multiples ouvertes simultanément et les liens hypertextes ? N’est-ce pas ce à quoi ressemble son fabuleux atlas appelé Mnémosyne ? Celui-ci est depuis longtemps, pour Georges Didi-Huberman, à la fois un sujet d’études et un modèle, si bien que l’exposition qu’il présente sous le titre Atlas, comment remonter le monde ?, accompagnée d’un essai, Atlas ou le gai savoir inquiet, peut être considérée comme une clef de voûte de son propre travail.L’historien de l’art y est au plus près de son objet puisqu’il part de la première image de Mnémosyne, celle d’un foie de mouton servant dans l’Antiquité à la divination, et qu’il montre comment le viscéral se lie au sidéral au travers du mythe d’Atlas qui ploie sous le poids du monde, et aussi bien du monde imaginaire des prédictions et des fantasmes. À l’aide d’une écriture limpide, il nous entraîne ensuite, à l’instar de son modèle, dans un voyage, une  » connaissance nomade « , au cours duquel nous rencontrons Nietzsche, Borges, Foucault, Deleuze et Guattari, Goethe, Wittgenstein…, tandis que l’exposition déploie des oeuvres de Goya à Bruce Nauman, d’Alighiero et Boetti à Mike Kelley, de Victor Burgin à Harun Farocki…

 » Mnémosyne [était] une réponse aux clôtures politiques des nationalismes culturels exaspérés par la Grande Guerre.  » L’atlas ne garde-t-il pas toute sa pertinence à notre époque où le chaos continue de menacer le monde en de multiples endroits, tandis que dans d’autres on c....

 

 

 

En quoi, alors, votre regard appelle-t-il la polémique ? Vous circulez aussi entre les époques et pratiquez l’anachronisme, pourquoi ? Quel historien d’art êtes-vous donc ? Comment expliquez-vous l’accueil parfois mitigé de certains historiens d’art à l’égard de vos travaux… ?

“Anachronisme” est un mot – assez joli, du reste – pour rendre compte du fait que les images sont tressées de temps hétérogènes : si l’histoire des images est une “histoire de fantômes pour grandes personnes”, il faut admettre que les images n’appartiennent pas seulement à leur présent historique. C’est la mémoire elle-même qui est anachronique, toute la psychanalyse est là pour nous le rappeler. La polémique peut éventuellement surgir si l’on s’en tient au dogme historiciste selon lequel l’anachronisme serait, en histoire, le péché mortel par excellence. Et si l’on constate que Freud ou Benjamin apparaissent à beaucoup d’historiens comme des “étrangers” – voire des étrangers menaçants – pour leur discipline. Il y a bien d’autres polémiques, d’ailleurs. Je pense par exemple à quelques débats houleux avec certains critiques d’art américains et, surtout, avec certains contempteurs de l’image en général, débats devenus assez violents à partir du moment où ils ont eu les images de la Shoah comme points névralgiques.

Votre œuvre est foisonnante, riche de livres, d’interventions, d’expositions… : de quoi cette prise de parole incessante est-elle le symptôme chez vous ? Vous sentez-vous habité par un devoir universitaire, ou par une pulsion intime, vous poussant à dire des mots face à ce qui souvent se dérobe à nos yeux ? D’où vient ce besoin vital de parler, d’écrire sans cesse ? D’un tempérament, d’une histoire personnelle (fils de peintre), d’une curiosité infinie ?

Oui, ce besoin d’écrire est sans doute vital – mais je ne dirais pas exactement “besoin”, c’est autre chose qu’un besoin, c’est une façon d’habiter le monde, de le rendre supportable, connaissable, lisible. D’ailleurs je n’écris pas “sans cesse”, comme vous le croyez. J’écris beaucoup, certes, pour fabriquer des livres, un peu comme un artisan polirait ses verres de lunettes. Mais j’écris beaucoup moins de courriels, de SMS et tout ce genre de choses que la plupart de mes contemporains. Je cherche à me donner du temps. J’écris beaucoup parce que j’ai du temps pour cela. Et j’ai le temps parce que j’ai peu de pouvoir. J’ai le temps parce que je ne suis directeur de rien, ne juge personne, ne siège à aucun comité. Par ailleurs, la curiosité dont vous parlez, c’est une façon d’admirer, tout simplement, la multiplicité du monde autour de moi.

Quel est le principe de votre prochaine exposition au Palais de Tokyo ?

Le principe, c’est que la pensée des images n’est pas abstraite, bien quelle produise une connaissance. C’est une pratique. On peut toujours dire des choses “en général” sur les images. Mais placer “en particulier” cette image-ci avec cette image-là, c’est bien plus déterminant. D’où la nécessité – et le plaisir aussi – de dialoguer avec des artistes, de faire quelque chose avec eux. Ici, c’est avec le photographe Arno Gisinger : cela fait trois ans environ que nous travaillons ensemble à partir d’une exposition précédente que j’avais organisée au musée Reina Sofía de Madrid – puis à Karlsruhe et à Hambourg. C’est un dialogue par images interposées avec ce remarquable, ce rigoureux photographe, dialogue qui a commencé au Fresnoy-Studio national des arts contemporains, et a connu deux autres épisodes à Rio de Janeiro et Beyrouth. On expérimente, on fait des montages, on fait des hommages à d’autres artistes et à Aby Warburg, bien sûr, le maître des atlas d’images… C’est une table de montage en acte. Vous verrez, vous me direz ce que vous en pensez.

 

voir aussi

http://www.lesinrocks.com/2014/02/12/arts-scenes/tout-est-la-rien-nest-cache-11472282/

 

Exposition Nouvelles histoires de fantômes, par Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger, du 14 février au 7 septembre au Palais de Tokyo, Paris  www.palaisdetokyo.com

 

 

 

Photo

Georges Didi-Huberman a photographié, jour après jour, la mise en place de son installation au Palais de Tokyo (G. Didi-Huberman)


Via carol s. (caravan café)
more...
No comment yet.
Scooped by Lambert Savigneux
Scoop.it!

Accueil - Afrorismes, une passerelle culturelle entre l'Afrique et l'Europe.

more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Le Profil du Temps et La Porte Ouverte
Scoop.it!

Les femmes au coeur de l'effort de guerre pendant le premier conflit mondial

Les femmes au coeur de l'effort de guerre pendant le premier conflit mondial | terres en rive du monde | Scoop.it
Sans les femmes, pas de victoire rapide. Cette déclaration en 1915 de David Lloyd George, futur Premier ministre britannique, illustre l'implication déterminante des femmes dans l'effort de guerre pendant le premier conflit mondial, dans tous les pays belligérants

Via Surya
more...
No comment yet.
Scooped by Lambert Savigneux
Scoop.it!

Denys Lombard : « le carrefour javanais » comme modèle d’histoire globale | Histoire Globale

Denys Lombard : « le carrefour javanais » comme modèle d’histoire globale | Histoire Globale | terres en rive du monde | Scoop.it
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Innovation sociale
Scoop.it!

Avec l’agroécologie, un village togolais sort de la fatalité et de la pauvreté

Avec l’agroécologie, un village togolais sort de la fatalité et de la pauvreté | terres en rive du monde | Scoop.it

A l’initiative d’un couple Togolais, le Centre international de l’agro-pastoralisme forme la population à l’agroécologie, à la cuisine et à la transformation des produits. Ou comment sortir de la fatalité et de la pauvreté grâce à de nouvelles méthodes agricoles. Reportage dans le village de Baaga, au nord du pays, où les récoltes s’améliorent.

 


Via Fabien Baceiredo (Efficycle), Bernard BRUNET
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Le Monde en Chantier
Scoop.it!

Des zones d'Australie ont capturé une quantité record de carbone

Des zones d'Australie ont capturé une quantité record de carbone | terres en rive du monde | Scoop.it

En 2011, les sols ont stocké presque 40 % des émissions de CO2 liées aux activités humaines (combustion du carbone fossile et changements d'utilisation des sols en particulier). Un record.

Une étude internationale publiée dans Nature, à laquelle a participé le Laboratoire des sciences duclimat et de l'environnement (CEA/CNRS/UVSQ), montre que cette forte captation est principalement due à un accroissement de la masse végétale dans des zones semi-arides en Australie. Cet accroissement est causé par les pluies associées au phénomène La Niña, qui se caractérise par un renforcement des vents de type alizés sur le Pacifique équatorial entrainant un apport d'humidité sur l'Australie.


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, Thierry Curty
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Une nouvelle espèce nuisible menace les vers de terre et la santé des sols

Une nouvelle espèce nuisible menace les vers de terre et la santé des sols | terres en rive du monde | Scoop.it
Venus de l’hémisphère sud dans des plantes en pot, les plathelminthes, des vers plats, sont de redoutables mangeurs de lombrics et d'escargots, ce qui provoque des dégâts dans les sols...

Via Chambre d'agriculture de Dordogne, PERIG Consultants Environnement, Christian Allié, Bernadette Cassel
more...
Rescooped by Lambert Savigneux from Nature to Share
Scoop.it!

Les phoques d’Alaska malades de Fukushima

Les phoques d’Alaska malades de Fukushima | terres en rive du monde | Scoop.it

C’est l’hécatombe parmi les phoques d’Alaska. Les animaux souffrent d’ulcères, perdent leurs poils,… Les scientifiques s’interrogent mais certains évoquent un lien avec la catastrophe nucléaire de Fukushima.

 

C’est le Nome Nugget, le plus ancien journal d’Alaska, qui le rapportait le mois dernier: Gay Sheffield, une scientifique de l’Université d’Alaska qui étudie les effets de la pollution sur la santé de la faune locale a réalisé un macabre bilan. En quelques semaines d’observation, elle a comptabilisé neuf échouages de baleines, 25 échouages de morses, deux de lions de mer et 18 de phoques. Des animaux morts de maladie(s).

 

En cause? Des déversements de pétrole et autres carburant déversés par des bateaux en sont les causes possibles. Mais aussi sans doute la pollution radioactive venue de Fukushima en est-elle une aussi un, sinon la première.

 

Dans cette immense région au nord du globe, cela n’étonne qu’à moitié. En 2011 déjà, quelques mois après la catastrophe japonaise, des centaines de phoques morts avaient été découverts par les chasseurs. Symptôme typique et étonnant chez ces phoques: ils n’avaient plus de poils sur la tête et souffraient d’ulcères sur la peau.

 

Aujourd’hui encore, les chasseurs évoquent des cas d’animaux morts ou malades qui présentent des symptômes de la maladie qui a éclaté en 2011. Cet étrange phénomène fait toujours l’objet d’une enquête fédérale en tant qu’«événement de mortalité inhabituel», relate le journal.

 

Des cas similaires au Canada, en Russie, au Japon…

 

Ces animaux présentaient aussi des lésions cutanées, des ulcères, des foies malades, certains avaient la tête blanchie, avaient des difficultés respiratoires et souffraient d’apathie. Des cas de morses souffrant des mêmes maladies ont aussi été observés, note le NOAA (national oceanic and atmospheric administration – US department of commerce).

 

En février, le NOAA s’était aussi inquiété de cette «mortalité inhabituelle» et élevée chez les phoques d’Alaska et du détroit de Bering. Relevant que des cas similaires étaient aussi observés au Canada, à l’Est de la Russie et… au Japon.

 

Durant ce printemps, les chasseurs continuent à repérer des phoques sans poils sur certaines parties du corps, principalement chez les jeunes adultes.

 

«Aucun agent infectieux spécifique ou un processus a été identifié. Cela peut suggérer que la cause sous-jacente de cette maladie est complexe et implique une variété de facteurs. […] Les scientifiques étudient la possibilité que le rayonnement pourrait être un de ces nombreux facteurs […]», indiquait prudemment la NOAA il y a trois mois. Précisant que, après analyses, tous les agents viraux connus pour provoquer ce genre de maladies et d’ulcères de la peau avaient pu être écartés comme cause des cas relevés.

 

Actuellement, le NOAA poursuit ses tests et analyses sur les phoques malades. En cherchant la cause tous azimuts: maladies auto-immunes, agression fongique, toxines, stress causé par la modification de la banquise ou radiations.

 

Et les premiers examens préliminaires réalisés par les scientifiques de l’Université d’Alaska Fairbanks ont déjà relevé des traces de radiations, sans qu’elles soient toutefois supérieures à ce qui était enregistré par le passé.

 

Si parmi la population et chez certains scientifiques des voix s’élèvent pour dire que la catastrophe nucléaire de Fukushima n’est pas étrangère au phénomène qui frappe la faune locale, aucun lien direct avec les pathologies constatées n’a pu être établi, note toutefois le NOAA.

 

Touchés par des «particules chaudes» de Fukushima

 

Un mois plus tôt, lors d’un symposium sur le thème des «dépôts de particules radioactives sur la banquise et les implications sur la santé des animaux et en particulier les phoques qui vivent sur la glace», d’autres scientifiques avaient été, eux, plus formels quant au lien avec Fukushima.

 

«Les modèles suggèrent que les pinnipèdes (NDLR: phoques, morses et autres mammifères de ce type) peuvent avoir été exposés, lors de leur séjour sur la glace, à des particules chaudes, des fragments de combustible nucléaire. »

 

Ces particules chaudes, formées par les interactions entre les radionucléides condensés, le combustible nucléaire et des éléments arrachés à la structure du réacteur de la centrale nucléaire japonaise, ont en effet été détectées dans des échantillons d’air prélevés dans le Svalbard, en… Norvège. Soit en quasi droite ligne depuis l’Alaska.

 

Rien d’étonnant puisque des traces de ces particules chaudes ont aussi été repérées aux États-Unis. Et fin 2012, le Centre des sciences physiques et de la technologie de Vilnius avait publié des résultats d’analyses montrant que, notamment, des traces de césium 137 et de plutonium étaient parvenues jusqu’en Lituanie. Soit après un périple de plus de 8 000 km dans les airs…

 

Des études qui sortent au compte-gouttes et – peut-être – des phoques malades qui démontrent que c’est au moins tout l’hémisphère nord de la planète qui a été touché par les rejets radioactifs de la centrale de Fukushima. Selon un périple que l’Institut norvégien pour l’étude de la qualité de l’air (Norwegian Institute for Air Research) avait déjà modélisé un mois à peine après la catastrophe.

 

Source: L'avenir.net


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Lambert Savigneux
Scoop.it!

Un squelette vieux de 13 000 ans lève le voile sur l’origine des Amérindiens

Un squelette vieux de 13 000 ans lève le voile sur l’origine des Amérindiens | terres en rive du monde | Scoop.it
Des scientifiques ont découvert des restes d'une jeune femme dans une grotte sous-marine du sud du Mexique, et dont les analyses prouvent que les premiers Amérindiens sont venus d'Asie.
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

Des millions de moustiques OGM sur le point d'être commercialisés au Brésil

Des millions de moustiques OGM sur le point d'être commercialisés au Brésil | terres en rive du monde | Scoop.it

Le moustique OX513A sera peut-être le premier animal – ou plutôt insecte – transgénique que vous rencontrerez dans la nature. Conçu par une entreprise britannique, ce moustique OGM doit servir à lutter contre la propagation de la dengue. Après des tests grandeur nature, le Brésil est sur le point de donner son feu vert à sa commercialisation. Problème : aucune étude indépendante n’a été réalisée pour mesurer les conséquences de la production massive de cet insecte transgénique. Et son efficacité contre la dengue est contestée. ...

 

 


Via Alcofribas
more...
serge zen's curator insight, April 16, 5:20 AM

les victimes de piqûres, bientôt des êtres bioniques ?!?

Rescooped by Lambert Savigneux from SociétésenMouvement
Scoop.it!

Musée du quai Branly: "L’Atlantique noir" de Nancy Cunard

Musée du quai Branly: "L’Atlantique noir" de Nancy Cunard | terres en rive du monde | Scoop.it

"« Il y a quatre-vingts ans, le 15 février 1934, l’anglaise Nancy Cunard (1896-1965), symbole de l’avant-garde anglo-saxonne et française du début du vingtième siècle, édite Negro Anthology. Très illustré, ce livre de huit-cent-cinquante-cinq pages, semblable à une grande enquête documentaire, mêle culture populaire, sociologie, politique, histoire, histoire de l’art, rassemble des articles, des archives, des photographies, des extraits de presse, des partitions musicales, des témoignages... "

 

"L'Atlantique noir" de Nancy Cunard

Musée du quai Branly, Paris

du mardi 4 mars au dimanche 18 mai 2014

 

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/prochainement/latlantique-noir-de-nancy-cunard.html

 


Via Caroline Claeys, Valaf Lebu
more...
No comment yet.
Rescooped by Lambert Savigneux from Le Monde en Chantier
Scoop.it!

Le réchauffement climatique libère des virus préhistoriques

Le réchauffement climatique libère des virus préhistoriques | terres en rive du monde | Scoop.it
Un nouveau virus géant, âgé de 30 000 ans, a été découvert dans le Nord-Est sibérien par des chercheurs français et russes. Bien qu'inoffensif pour l'homme, le pithovirus possède des caractéristiques proches de la variole, virus éradiqué mais susceptible d'être réveillé.

Via Thierry Curty
Lambert Savigneux's insight:

freaky !

more...
No comment yet.
Scooped by Lambert Savigneux
Scoop.it!

La vie en écoquartier : « C’est beau, mais y a plein de bestioles » - Rue89

La vie en écoquartier : « C’est beau, mais y a plein de bestioles » - Rue89 | terres en rive du monde | Scoop.it
Les habitants de l'écoquartier de Bonne, à Grenoble, "posent problème" : certains ne se font pas à leurs appartements "verts", et doivent s’adapter aux innovations que des experts ont imaginé sans les consulter.
more...
No comment yet.