Quantified Self and eHealth
532 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Jérôme Buisson from Buzz e-sante
Scoop.it!

Octobre rose : Et si les réseaux sociaux soutenaient la lutte contre le cancer du sein ?

Octobre rose : Et si les réseaux sociaux soutenaient la lutte contre le cancer du sein ? | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
J-1 avant le coup d’envoi d’octobre rose 2014 ... Les médias vont regorger d’articles et de reportages sur le cancer du sein. Les marques vont vendre pléthore de produits roses. Les institutions et...

Via Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Patient
Scoop.it!

Social media for patients, platform by platform: a visual guide

Social media for patients, platform by platform: a visual guide | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Via Andrew Spong
more...
Helen Adams's curator insight, September 30, 2014 6:22 AM

How patients interact with social media

Ignacio Fernández Alberti's curator insight, October 8, 2014 2:53 PM

agregar do visión ...

Tiziano Galli's curator insight, November 4, 2014 5:17 AM

Esiste un social per ogni esigenza nel mondo della salute e questa semplice tabella distingue molto bene i pretesti e i presupposti che legano le diverse piattaforme agli obiettivi dei pazienti.

 

A questa, andrebbe abbinata una tabella con la distribuzione demografica per sesso ed età degli utenti nei differenti Social network,  perchè esiste anche la via contraria.

 

Cioè gli operatori sanitari e i centri che si muovono in termini di servizi e di specialità indirizzando le proprie strategie di comunicazione sulle piattaforme dove sono piu' frequenti i propri target di interesse.

 

Un ginecologo puo' esporsi non puo' evitare Pinterest, dove il target femminile è molto rappresentato.

 

Vi sono altri usi possibili e alternativi, qui non segnalati, riscontrabili in contesti favorevoli.

 

Ecco alcune situazioni:

 

L'uso di Twitter per la "Patient/customer care", ovvero la chat medico paziente (il termine Tweetchats segnalato è generico e io lo intendo qui come paziente-paziente) o psicologo o psichiatra. In questo ambito possiamo citare App alternative come gli instant messaging, What's up, Viber etc etc

 

L'uso di Skype va affiancato a quello di Google+ e gli Hangouts con simili prerogative o, come ho visto proporre, di sedute di psicoterapia, se pure con mille cautele e approccio deontologico adeguato da parte del sanitario.

 

Infine l'uso di Tumblr che ha spiccate caratteristiche Social e uso molto frequente, specie fra i giovani, soprattutto in certe aree va citato, ma  fa da riferimento per la categoria "Blog".

Rescooped by Jérôme Buisson from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

What's News in Healthcare Social Media - Sept 17 - YouTube

I'm so excited to introduce this week's guest co-host! +rick wion is a social media powerhouse, specializing in digital storytelling. Prior to working as the...

Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

Digital Health: How Apps Can Help Physicians

Digital Health: How Apps Can Help Physicians | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Fitness, weight management, diet and nutrition, and even condition-specific apps (e.g. diabetes management) are popular and on the rise, helping Canadians to become better informed and proactive about their health.

Mobile and tablet devices are not only changing the way we monitor our health, but also the way doctors approach healthcare and treatment. There are a host of apps that enable physicians to review prescribing protocols and information, perform medical calculations, and find medical studies and developments.

One of the unique apps we discovered is The Rounds, a Canadian network that helps Royal College registered physicians engage with each other other on subjects such as patient care and cases, research, and tips on running a practice.

I was surprised to learn that Canadian physicians search Google for medical information around eight times a day. The Rounds can help doctors communicate and engage with their peers, and feel confident with the information they receive. It’s a chance to collaborate on complicated cases and get input from other doctors across the country. A doctor in Nova Scotia, for example, can now share his/her experiences with various treatments with a doctor in British Columbia. Physicians can also exchange creative and innovative aspects of their practice.

An app like this could certainly be used in other medical fields as well. Occupational therapists, for example, are often required to be innovative and resourceful in assisting their clients. A tool like The Rounds could help them share ideas and practices.

As long as health care providers aren’t spending more time with their phone than their patients, apps like this one can be excellent communication tools and resources.



Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Mobile Health: How Mobile Phones Support Health Care
Scoop.it!

How biosensors could put a smartphone at the center of 21st-century medical care

How biosensors could put a smartphone at the center of 21st-century medical care | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Biosensors are on the verge of changing the way we use our smartphones to investigate the world around us.

A few years ago, University of Illinois engineer Brian Cunningham hosted an alumnus who’d made a fortune developing one of the earliest iPhone apps. “This person made a gazillion dollars on some trivial game,” he recalled with an incredulous laugh. “I thought, ‘there must be something better you can do with a smartphone.’”

Earlier in his career, after his parents died relatively young and within a few years of each other of lymphoma and prostate cancer, the electrical and computer engineering professor decided to shift his focus from biosensors for military applications like heat-sensing missiles to monitoring one’s health.

“Rather than bombing people, I decided to work on biosensors that could help diagnose disease,” he told me in a recent interview.

Brian Cunningham, University of Illinois

And his meeting with that wealthy game developer would prove to be another game changer. Cunningham gathered a group of students who agreed to volunteer their time for their senior design project developing a cradle and app for the iPhone 4 that would be capable of detecting a wide range of chemical and biological agents.

Their achievement made a big splash, but Cunningham said they’ve already gone well beyond it with additional work, and the future of smartphones that come equipped with built-in biosensors and dedicated cameras could be just a few years away.

To be clear, biosensors have been hot for years now. Sensors currently exist or are being tested for their ability to detect a wide range of targets, including:

gases like methane and sarinexplosives like TNTchemicals like isopropyl alcoholfoodborne bugs like salmonella and listeriaallergens like peanutswater contaminants like lead and pesticidesand infectious diseases like influenza and HIV

But it’s only in the past few years that more scientists have been developing ones that can or will be integrated into smartphones. Cunningham’s cradle, for instance, is in its worst light a clunky piece of extra hardware most people aren’t going to lug around every day. Integrating the sensor into the phone itself, and adding a second camera dedicated to biosensing instead of selfies, is the next step.

Based on the interest Cunningham is getting from phone developers and end users, he predicts this advancement is coming in just two or three years.

 

And then there’s the $10M Qualcomm Tricorder XPRIZE, which has 10 finalist teams from six countries working to build a “consumer-focused mobile device” that can not only capture five health metrics but also diagnose and interpret 15 different medical conditions. Teams are expected to showcase a range of next-gen biosensors behind their proposed devices when consumer testing begins in 2015. The winner is scheduled to be announced in early 2016.

 

Alex Hsieh, widely known for his work developing a fitness tracker for Atlas Wearables before being snatched up by Apple in June, isn’t so sure. The limiting factor when it comes to integrating all these sensors into gadgets, he said, is power consumption: “In the coming years more and more sensors will be added, whether to phones or watches, but I think the first issue that has to be addressed is power consumption. The more sensors you add on, the more battery draw.”

The wide range of biosensing applications could also act as a deterrent, he added, given people can be overwhelmed by too many choices. “It could take some time to get to a point where it’s useful data for the consumer,” he said. “And as soon as you overload, people start to not care, and that’s a line you should try not to cross.”

Overwhelming or not, the range of coming possibilities is certainly wide, and to people like Cunningham, tantalizing. A new mom could measure BPA levels in her breast milk or lead in her home’s water; a nurse could test for drug-resistant bacteria on the door knobs and light switches of a health clinic; a backpacker could check for contaminants in lake water; a teacher could confirm the absence or presence of peanuts in cafeteria food; a rancher could diagnose infectious disease on a cattle farm; an HIV positive patient could monitor viral load on a regular basis; the list goes on and on.

Here’s a quick snapshot of some of the latest biosensor research that is already adapted or being adapted to smartphones:

Cunningham’s cradle and app to detect a wide range of materialsCell-all sensor sniffs the air to detect toxins and biohazardsSERS substrate for detecting toxins and explosivesMagnetoelastic biosensor to detect foodborne illnessesSmarthpone-ready biosensor that takes its cue from turkeys

In Alex’s world, fitness is king. He acknowledged that his focus may bias him, but he sees the general consumer being most interested in measuring metrics like heart rate and sweat content for day-to-day health and fitness tracking. Testing for things like the flu or allergens have a time and a place, but when it comes to the general consumer, being able to detect things like explosives and gases is way too niche to justify spiking a phone’s battery consumption or overall cost.

How long it takes for biosensors to work their way into the vast majority of smartphones, and exactly what most of them will be used to detect, of course remains to be seen. But as the folks associated with Cell-all wrote: “The goal seems imminently achievable: Just as Bill Gates once envisioned a computer on every desk in every home, so [the Cell-all creator] envisions a chemical sensor in every cell phone in every pocket, purse, or belt holster.”

Related researchSubscriber Content

How the health care industry can benefit from open data

 


Via Alex Butler, ChemaCepeda, dbtmobile
more...
ChemaCepeda's curator insight, September 24, 2014 10:08 AM

Wearables, biosensores, big data, ... Se avecinan tiempos de recogida de millones de datos. ¿Seremos capaces de interpretarlos en el contexto de la salud? ¿Y de traducirlos en una mejor atención sanitaria?

Rescooped by Jérôme Buisson from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

5 things EMRs should learn from social media

5 things EMRs should learn from social media | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

As a physician who openly despises many aspects of current EMRs (see “How An EMR Gave My Patient Syphilis” or “The Medical Chart: Ground Zero For The Deterioration Of Patient Care” ) I recognize that they are here to stay. And so, since we’re all stuck with these digital middlemen, I have some suggestions (based on popular social media platform functionality) for making them better.

1. Likes. Health care providers should be able to “vote up” an excellent note in the medical record. Let’s face it, not all doctors are equally good at documentation. Untold hours of our time are spent trying to cull through pages of auto-populated, drop-down-box checks to figure out what’s actually going on with a patient on a particular day. Once in a while you stumble upon some comprehensive free text that a physician took the time to type after a previous encounter, and suddenly everything becomes clear. If there were a way to flag or “like” such documents, it would help other readers orient themselves more quickly to a patient’s history. A “liking” system is desperately needed in EMRs and would be a valuable time saver, as well as encouragement to physicians who document notes well. Hospitals could reward their best note makers with public recognition or small monetary bonuses.

2. #Hashtags. Tagging systems are sorely lacking in medical records systems, which makes them very difficult to search. Patients make multiple visits for various complaints, often with numerous providers involved. If physicians had the ability to review notes/records unique to the complaint that they are addressing, it would save a lot of time. Notes could be tagged with keywords selected by the author and permanently recorded in the EMR. This would substantially improve future search efforts. Even if the EMR generated 10 search terms (based on the note) and then asked the physician to choose the 3 most relevant to the current encounter, that would be a step in the right direction.

3. Selfies. Medical records would benefit from patient-identifier photographs. In a busy day where 20 to 30 patients are treated and EMR notes are updated after the patients have gone home, a small patient photograph that appears on each documentation page will serve the physician well in keeping details straight. Patients should be able to upload their favorite portrait to the EMR if the standard one (perhaps taken during the intake process) is not acceptable to them. In my experience, nothing brings back physical exam and history details better than a photograph of the patient.

4. Contextual links. All EMRs should provide links to the latest medical literature (on subjects specifically related to the patient’s current diseases and conditions) in a module on the progress note page. UpToDate.com and other reference guides could easily supply the right content (perhaps based on diagnosis codes). This will help physicians practice evidence-based medicine and keep current with changes in recommended treatment practices.

5. Microblogging. Sometimes there are important “notes to self” that a physician would like to make but don’t need to be part of the official medical record. EMRs should provide a free-text module (like a digital sticky note) for such purposes. These sticky notes should not be admissible in court as part of the medical record, and should not be uploaded to the cloud. Content included in these notes could include social information (patient’s daughter just had a healthy baby girl), hunches (patient looks slightly pale today — will check H&H next time if no change), and preliminary information (remember to review radiology result before calling patient next Tuesday).

It is my hope that EMRs will slowly adopt some best practices from top social media platforms. After all, if millions of users are effectively using voting, tagging, linking, searching and imaging in their daily online lives, it only makes sense to capitalize on these behaviors within the constraints of the medical environment. Maintaining strict confidentiality and appropriate professional boundaries (often missing in the social media world at large) is certainly possible with EMRs. Let’s build a better information capture and retrieval process for the sake of our patients, and our sanity.



Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Santé Connectée et Quantified Self
Scoop.it!

Orange va lancer des objets connectés pour la santé

Orange va lancer des objets connectés pour la santé | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

On ne cesse de voir se développer de nouvelles technologies, dans des secteurs divers et variés, entre smartphones, tablettes, lecteurs mp4 et autres …

Aujourd'hui, c'est la santé qui s'empare des avancées technologiques.

TAPCheck, société spécialisée dans les applications destinées à la santé s'associe à Orange pour développer des objets connectés. Vous me direz : « Que vient faire Orange, connu en téléphonie et Internet, dans ce secteur si spécifique ? ».

La raison est assez simple. L'intérêt est d'allier les moyens dont dispose Orange à TAPcheck, afin de créer divers objets. Et ce dans le but de permettre tant aux personnels médicaux, qu'aux particuliers, de bénéficier d'un suivi en temps réel des états de santé.


Via Makhtar Loum, Agathe Quignot
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Mobile Health: How Mobile Phones Support Health Care
Scoop.it!

Smartphone sensors used to determine mental health

Smartphone sensors used to determine mental health | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

When using smartphones to assess mental health, researchers traditionally create apps that require the patient to manually update information. For example, for an app that helps track depression symptoms, you instruct the patient to either open the app, or respond to a notification on their phone to input various metrics.

This technique isn’t ideal as you have to rely on the content to be updated manually by the end user, often perceived as a hassle.

Researchers at Dartmouth created a study that addressed this issue by using an Android phone’s sensors to passively collect information. They created an app called StudentLife. The app collected the phone’s motion and location and the timing of phone calls and texts. The app kept track of sleep, kept an estimate of how often the person was involved in a face to face conversation (the microphone occasionally would be activated on the device), and had several other inputs.

The study included 48 students and the app collected information for a 10 week term. The Android phone used was a Google Nexus 4. For the first time, based on a phone’s native sensors, researchers were able to correlate patterns in behavior to stress, depression, and loneliness — these patterns even correlated with grades.


This study gives other researchers an example of how they can implement passive forms of data collection when studying behavior.

Sources: PDF of Study, Technology Review


Via Emmanuel Capitaine , dbtmobile
more...
ChemaCepeda's curator insight, September 24, 2014 3:40 AM

El teléfono móvil como dispositivo 'wearable' para medir nuestros hábitos e interacciones

Rescooped by Jérôme Buisson from e-santé,m-santé, santé 2.0, 3.0
Scoop.it!

Umanlife et iHealth : Une vision commune de la e-santé et des objets connectés

Umanlife et iHealth : Une vision commune de la e-santé et des objets connectés | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

umanlife ihealth vision commune sante objets connectes et des objets connectés

 

La e-santé étant en pleine expansion, Alexandre Plé, le fondateur de Umanlife (en photo) et Uwe Diegel, le fondateur de iHealth, ont accepté de donner leur vision concernant le développement et la sécurité de ce secteur.


Via nathalie Bissot-Campos
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Le Monde de la pharma & de la santé connectée
Scoop.it!

16 pistes pour un système d'e-santé publique - Frenchweb.fr

16 pistes pour un système d'e-santé publique - Frenchweb.fr | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

L'Usine Digitale 16 pistes pour un système d'e-santé publique Frenchweb.fr On estime les dépenses de santé à 12 % du PIB national. Le déficit de la Sécurité sociale a atteint 12,5 milliards d'euros en 2013.


Via Esposito Christelle
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Healthy Advertising
Scoop.it!

7 Incognito Wearables You'd Never Guess Were Gadgets

7 Incognito Wearables You'd Never Guess Were Gadgets | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
For the techies worried about becoming Glassholes, there's always subtlety.

Via Pere Florensa
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from E-HEALTH - E-SANTE - PHARMAGEEK
Scoop.it!

La silver économie, un marché en devenir - Innovation online

La silver économie, un marché en devenir - Innovation online | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans est amené, en France, à doubler d’ici à 2030 pour atteindre 20 millions de personnes. Les nouvelles technologies et les évolutions démographiques vont modifier en profondeur les marchés de la santé et de la pharmacie. Toutefois, ce basculement ne doit pas être appréhendé comme une fatalité, mais comme une opportunité dont il faut se saisir au plus vite. En effet, le marché de l’autonomie et de la dépendance représente un potentiel important en matière d’emplois et de développement économique.

L’étude PwC « CEO Survey » de 2014 sondant les leaders de la santé et de la pharmacie révèle que 86 % des dirigeants du secteur de la santé pensent que leur activité sera profondément transformée par les nouvelles technologies dans les cinq prochaines années. Pour s’adapter, 93 % des dirigeants souhaitent ainsi investir dans les nouvelles technologies, mais malgré cette prise de conscience, seuls 33 % d’entre eux ont modifié leurs investissements en matière de technologie. Conscients de leur retard, 57 % des leaders de la santé s’inquiètent donc de la rapidité du changement technologique, contre 47 % tous secteurs confondus. L’autre tendance clé pour les acteurs de la santé, ce sont évidemment les évolutions démographiques, considérées à 84 % comme une tendance qui va transformer leur activité, contre 60 % tous secteurs confondus. C’est la raison pour laquelle les dirigeants du secteur sont vigilants concernant les demandes en mutation de leurs clients et patients : 94 % envisagent même de modifier leur stratégie sur ce point, et 84 % réfléchissent à modifier leurs canaux de distribution. « Beaucoup reste à faire dans le secteur de la santé. Les nouvelles technologies représentent un véritable défi pour les acteurs, qui doivent mettre en place des plans d’action rapides pour s’adapter à ces mutations », précise Elisabeth Hachmanian, associée PwC en charge de l'activité santé.

Prévenir la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson
« S’agissant de l’espoir de tous mourir en bonne santé, je crains malheureusement que tout individu meure un jour d’une maladie, diagnostiquée ou non. L’ICM est un institut de recherche basé à la Pitié-Salpêtrière. Il s’agit d’une fondation privée rassemblant chercheurs, médecins et entreprises sur un même lieu pour réussir à générer une innovation différente », expliquait en préambule Alexis Génin, directeur des applications de la recherche, Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), lors de la Conférence parlementaire sur la silver économie organisée au mois de juin. Et de poursuivre : « Nous vivons de plus en plus vieux, mais cela ne signifie pas que l’on vive forcément plus longtemps en bonne santé. Notre problématique est donc la suivante : comment augmenter cette durée de vie en bonne santé, ou en aussi bonne santé que possible ? Il s’agit de développer une approche de prévention, possible à différents niveaux. Premier niveau : vous n’êtes pas malade – quels facteurs limiteront le risque de tomber malade ? Second niveau : vous ne semblez pas être malade, mais des signes subtils indiquent que vous allez le devenir. Dernier niveau, enfin : vous êtes déjà malade, et malgré tout il existe encore une prévention, celle qui permet de prévenir la perte d’autonomie, de vivre avec la maladie en maintenant une existence aussi active et autonome que possible. »
« Sur le premier aspect de la prévention très en amont, de nombreuses études épidémiologiques peuvent offrir des pistes pour la diminution du risque de maladie ; c’est valable dans le cas des cancers, mais également des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. Sur le second niveau, lorsqu’un diagnostic établit aujour-d’hui qu’une personne est atteinte de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson, cela est fait à un stade auquel la réserve de neurones en bonne santé a fortement diminué. S’agissant de la maladie de Parkinson, par exemple, il faut 70 % à 80 % de neurones morts dans la « substance noire », la région cérébrale affectée, pour que la maladie devienne visible. Le défi consiste donc à développer de nouveaux outils pour diagnostiquer la maladie très en amont, bien avant que la personne soit cliniquement malade. Une intervention thérapeutique très en amont peut permettre de préserver plus longtemps une vie autonome de la personne, car elle dispose alors encore d’une “réserve fonctionnelle” cérébrale. À titre d’exemple, nous organisons des cohortes de personnes âgées non malades, que nous suivons pendant plusieurs années afin d’identifier des “biomarqueurs” du vieillissement, de façon à voir si l’on peut observer un signal dans l’imagerie cérébrale, un signal neuropsychologique ou un signal dans la circulation sanguine qui permette d’arriver à un algorithme de prédiction de l’arrivée de la maladie. »
À la Pitié-Salpêtrière, grâce aux travaux du Pr Dubois, il est par exemple désormais possible de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer bien avant l’apparition des premiers signes cliniques. Ce diagnostic précoce, s’il force à une difficile annonce, ouvre la possibilité d’avoir une plus grande efficacité des médicaments – puisque plus de « réserve fonctionnelle du cerveau » - et donc de maintenir plus longtemps l’autonomie des malades. Néanmoins, les approches médicamenteuses, dans une innovation complète, ne peuvent suffire, d’autant qu’avec le vieillissement le risque de surmédication, avec effets secondaires associés, augmente.

Des jeux vidéo pour éviter les gestes entraînant des chutes et stimuler les capacités cognitives
« Comment donc, par des solutions non médicamenteuses, augmenter l’autonomie de personnes dont la maladie est diagnostiquée ?, interroge Alexis Génin. Un malade de Parkinson qui commence à chuter en est, d’après les statistiques, aux derniers stades de la maladie. D’autres études indiquent qu’on compte entre 20 % et 30 % de la population âgée en situation de dépression. D’où le cercle vicieux de l’isolement. Des pistes se dégagent quant aux moyens d’action à adopter. Nous avons par exemple créé un laboratoire commun, Brain e-Novation, avec le groupe Genious. Le métier de cette entreprise consiste à mettre au point des jeux vidéo en intégrant de nombreuses technologies utilisées par les jeunes ou les moins jeunes pour se divertir sur les écrans de télévision. Nous développons ensemble de nouveaux jeux dans lesquels les connaissances scientifiques et cliniques des chercheurs de l’ICM sont injectées. Le but est de parvenir à voir ce qui, dans le mouvement d’une personne, est un signal indiquant qu’elle va tomber. Et, en injectant cette connaissance dans le scénario d’un jeu vidéo, de permettre à la personne de s’entraîner et éviter les gestes qui entraînent des chutes. Ces outils, dits “serious games”, permettent aussi de stimuler les capacités co-gnitives ou de mémorisation d’une personne, d’augmenter son activité physique et sa motivation. Toutes ces approches sont en cours. » ■

 

Autonom’Lab : un cluster opérationnel
« Le Limousin préfigure la démographie de la France et de l’Europe de demain. Il s’agit d’un laboratoire démographique, avançait Éric Correia, président d’Autonom’Lab, lors de la Conférence parlementaire sur la silver économie organisée au mois de  juin. À l’horizon 2015, le poids des seniors de plus de 60 ans dans les dépenses de consommation dépassera les 50 %, soit plus que leur poids démographique (39 %). L’économie du vieillissement représente donc un enjeu essentiel. »  Autonom’Lab a été lancé en 2010 à partir d’un appel à projets européen pour favoriser l’élaboration de structures d’innovation centrées sur les usages et l’implication des usagers. Avec comme support une simple structure associative de loi 1901, regroupant les principaux partenaires nécessaires à l’innovation dans le champ autonomie-santé : le Conseil régional du Limousin, l’Agence régionale de santé, l’université, le CHU de Limoges, le pôle Domotique de Guéret, les pôles de compétitivité, etc. Une trentaine d’entreprises ont rejoint ce partenariat institutionnel via une adhésion. On compte parmi elles Legrand, mais aussi d’autres entreprises dédiées aux personnes âgées ou handicapées, des établissements hospitaliers médicaux sociaux, des mutuelles… Les usagers occupent une place importante dans Autonom’Lab. Ils sont présents via des collectivités locales en charge de leur accompagnement social (départements, communes), mais également via des associations d’usagers, notamment l’Association des paralysés de France et le Collectif inter-associatif sur la santé, une confédération régionale qui regroupe plus de 80 associations de familles et de personnes confrontées à la perte d’autonomie et à la maladie. « Nous sommes bien ici dans la “co-conception” ou le “co-design” de produits et de services. Autonom’Lab fonctionne sur un mode coopératif où tout projet est proposé à tous les membres sous forme de discussion ouverte pour l’approfondir, en identifier les enjeux, définir les étapes nécessaires, et associer l’usager à sa conception, voire à son évaluation. Ces projets peuvent émaner de demandes de membres ou être initiés par des appels à projets européens ou nationaux. Ils concernent des innovations technologiques, des améliorations techniques ou des innovations sociales ; les entreprises sont soit partie prenante directement, parce qu’adhérentes d’Autonom’Lab, soit accompagnées par des réseaux intermédiaires, consulaires, organisations professionnelles, ou pôles de compétitivité », détaille Éric Correia.

 

 

Technologies et santé

Médecine 2.0

Nouvelles technologies et santé font de plus en plus bon ménage. Fortes d’un potentiel sans limite, la robotique et les solutions numériques s’invitent dans les recherches médicales et dans la vie des personnes ayant une mobilité ou une autonomie réduites. Tour d’horizon de nouveautés destinées à améliorer bien des quotidiens.
Texte : Mathieu Neu.

 

 

Un projet accélérateur de recherche contre la maladie de Parkinson
Des personnes atteintes de la maladie de Parkinson équipées de capteurs. C’est le schéma très concret auquel doit aboutir le rapprochement entre la fondation Michael J. Fox et le fabricant informatique Intel. Les deux organisations viennent d’annoncer une collaboration destinée à soutenir la recherche contre ce fléau sanitaire. L’objectif est de mener une étude en plusieurs phases en exploitant une plate-forme d’analyse du Big Data qui doit détecter des récurrences parmi des données collectées par le biais de systèmes informatiques à porter sur soi. Les équipements technologiques utilisés permettront de recueillir vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept des données spécifiques à la maladie, comme celles relatives à la lenteur des mouvements, aux tremblements ou à la qualité du sommeil. Le projet suppose l’analyse de plus de 300 observations par seconde et par patient. Intel a ainsi développé une plateforme intégrant plusieurs composants logiciels, comme Cloudera CDH, une plate-forme logicielle open-source qui collecte et gère les données. La solution comprend une application analytique pour détecter en temps réel les changements dans les informations enregistrées. Les anomalies et modifications apporteront aux chercheurs une nouvelle manière de mesurer la progression de la maladie. Une approche qui pourrait leur permettre d’acquérir une image plus fiable et précise de la progression clinique de cette pathologie. ■

 

Un genou bionique nouvelle génération
La société Millinav a créé une nouvelle passerelle entre la robotique et la médecine, grâce à une prothèse proactive de genou particulièrement intéressante pour les personnes amputées au niveau du fémur. Récompensée par le Grand prix du jury à l’occasion des récents Trophées 2014 de la e-santé, cette innovation marque un virage important dans ce domaine en raison de son approche atypique. Elle permet de contrôler la prothèse de manière intuitive par le biais d’un microprocesseur, d’un moteur électrique et de capteurs. L’actionnement est piloté par un logiciel embarqué qui interprète les informations de positionnement dans l’espace et de vitesse du déplacement mesurées à l’aide de micro-gyroscopes. Cette articulation motorisée est fixée sur le tibia artificiel de l’équipement sur la partie basse, et sur un manchon servant d’extension au fémur sur la partie haute. Avec ce système intelligent, les personnes concernées pourront retrouver une motricité sans fournir les efforts que nécessitent les prothèses actuellement utilisées, et en se rapprochant d’une démarche beaucoup plus naturelle. L’innovation peut changer la vie de bon nombre de patients, puisque de nombreuses amputations consécutives à du diabète ou à un accident vasculaire sont potentiellement concernées. Millinav s’est inspirée de technologies issues de l’aéronautique pour aboutir à ce résultat.    ■

Une tablette en toute simplicité
Rompre l’isolement numérique. Tel est l’objectif du projet Hubert, dont la vocation est de proposer une tablette tactile simplifiée à l’attention des personnes âgées pour qui les nouvelles technologies ne coulent pas de source. La facilité d’utilisation est le maître mot de cette innovation. Elle se caractérise par une application « lanceur » qui remplace l’écran d’accueil de la tablette. Seules les applications utilisées apparaissent alors sur de gros boutons (logiciels de chat, jeux...), les autres étant invisibles. La profusion déroutante de fonctions, principal obstacle au maniement simple des appareils, est ainsi évitée. La start-up Hubert compte développer le produit en intégrant un service d’assistance personnalisé vingt-quatre heures sur vingt-quatre.    ■

 

Mieux connecter les seniors
La société Technosens et l’Inria (Institut national de recherche en informatique et automatique) ont élaboré l’e-lio box, la première box interopérable destinée à conserver le lien social et prendre soin des personnes âgées. Elle intègre un système de détection et de reconnaissance de visage qui permet de mettre à disposition une interface de communication simplifiée adaptée au profil de l’utilisateur. L’identification se fait en temps réel à partir d’images issues d’une caméra et interprétées par un algorithme d’extraction de descripteurs visuels (caractéristiques des yeux, du nez, de la bouche…). E-lio se connecte à la télévision d’où l’utilisateur peut passer des appels, accéder à Internet… Seule une télécommande à trois boutons est nécessaire pour l’accès à une multitude de services interactifs.    ■

 

Dentiste online
La solution de téléconsultation bucco-dentaire e-DENT fait également partie des innovations récompensées à l’occasion des Trophées 2014 de la e-santé. Elaborée par le CHRU de Montpellier et financée par l’ARS (Agence régionale de santé) Languedoc-Roussillon, cette nouveauté se destine aux personnes éprouvant des difficultés à accéder à un chirurgien dentiste, notamment les individus âgés, à mobilité réduite ou en perte d’autonomie. La technologie développée permet le diagnostic à distance via une caméra équipée d’une lumière fluorescente capable de détecter de façon précoce les dégradations dentaires, les lésions carieuses ou les inflammations gingivales. Connectée à un ordinateur, la caméra permet la visualisation en temps réel des images par le professionnel de santé à distance. L’acte peut par exemple être réalisé par un infirmier formé à cette technique au sein d’un EHPAD. Au cours de l’examen, le logiciel réalise le schéma dentaire du patient et prépare la téléconsultation réalisée par le chirurgien dentiste. A la lecture des clichés et des vidéos transmises, celui-ci pourra alors décider de la nécessité ou non pour le patient de se rendre dans un cabinet pour recevoir des soins appropriés. Plusieurs laboratoires de l’université de Montpellier ont contribué à cette innovation, dont le laboratoire Bioingénierie Nanoscience, le Centre européen d’enseignement et de recherche Droit et Santé, et Montpellier Recherche en management.    ■


Via Bernard Strée, dbtmobile, Fabrice Vezin, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from NTIC et Santé
Scoop.it!

AUTONO.ME, 1ère plateforme de prévention pour l’autonomie des séniors | e-Apy

AUTONO.ME, 1ère plateforme de prévention pour l’autonomie des séniors | e-Apy | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

SMART RISKS, startup à la convergence de l’habitat, de l’énergie et de la santé lance AUTONO.ME, première plateforme de prévention de la perte d’autonomie pour un maintien à domicile le plus long possible.

Xavier Wagner, fondateur de SMART RISKS : « Notre vision est que l’habitat devienne un capteur de santé au bénéfice de ses occupants, délivrant des services personnalisés selon leur âge et leur état de santé. Nous proposons un nouveau business model impliquant les opérateurs de l’habitat aux enjeux de maîtrise des dépenses de santé par la prévention ».

Sans capteur supplémentaire, transformer le logement en source d’informations de santé

Nous utilisons l’infrastructure existante dans le logement, comme les compteurs intelligents d’eau ou d’énergie, demain le smart grid, pour fournir des services de prévention non stigmatisants et donc plus acceptables pour le senior car faisant déjà partie de son quotidien.

De nouveaux bio-marqueurs pour décrire l’autonomie chez les seniors fragiles ou isolés

Le savoir-faire technologique de SMART RISKS est de transformer, en continu, les consommations d’eau et d’énergie (usages des équipements dans le logement) en « bio-marqueurs » des activités de vie quotidienne du senior et de suivre des indicateurs d’autonomie au domicile.
La finalité est de détecter des comportements anormaux et permettre aux médecins de suivre l’évolution des comportements pour une « prise en charge au plus tôt » du senior.
Par exemple, une tendance croissante à des inversions du jour et de la nuit caractérisées par des usages de l’eau et de l’énergie, peut être un symptôme de la maladie d’Alzheimer.

AUTONO.ME, plateforme innovante de services pour l’Habitat Social et les Collectivités Locales

La plateforme numérique collaborative AUTONO.ME, opérée par SMART RISKS permettra à un bailleur social de fournir à ses locataires seniors un bouquet de services de vigilance et de coordination des différents acteurs « autonomie » du territoire : les aidants, les collectivités locales, les acteurs médico-sociaux et les professionnels de santé. L’habitat social représente 4,5 millions de logements en France, 10% des locataires ont plus de 75 ans.

Acteur de la Silver Economie, SMART RISKS propose aux pouvoirs publics, un dispositif de prévention de l’autonomie sous la forme d’une « aide technique » à l’heure de l’examen de projet de « Loi sur l’adaptation de la société au vieillissement ».

SMART RISKS est soutenue par la Région Midi-Pyrénées, le Conseil Général de l’Ariège et Ariège Expansion au travers de la démarche E-Apy (e-Autonomie en Ariège Pyrénées). SMART RISKS collabore avec le CHU de Toulouse et le Gérontopôle, le Centre Hospitalier du Val d’Ariège (CHIVA), l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) et le Centre e-santé/Platinnes et les acteurs médico-sociaux de la commune de Saverdun à la mise en oeuvre d’une étude clinique.


Via Hervé Denudt, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

Top 5 Reasons Social Media Empowers Health Care Providers

Top 5 Reasons Social Media Empowers Health Care Providers | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Patients are increasingly relying on connected health devices for news and to remain in touch with their physicians. Public health organizations are also moving into the social media space to build their brands and deliver vital health information to their patients.

“The connected health markets are experiencing tremendous growth both in end-user connected devices and on the institutional side,” said Harry Wang, director of Health & Mobile Product Research.

As the connection between healthcare and social media continues to tighten, here are five reasons healthcare professionals should use social media to remain successful.

1. More young adults trust medical information shared via social media.

According to a recent survey by PwC Health Research Institute, 90 percent of participants from 18 to 24 years old said they would trust medical information shared by others in their social media networks. The same age demographic was also found to be the most apt to share their own personal medical information online, with 80 percent saying they would.

This falls in line with the beliefs of tech giants such as Apple, who recently released their Apple Watch in hopes that it will improve the exchange of medical information between patient and doctor.

2. Social media can expand your professional network.  

Allied healthcare professionals are using social media to connect with others and enhance their job search. By using tools such as LinkedIn, Facebook and Twitter, healthcare professionals can expand their network and connect with experts in their fields.

3. Instant feedback can benefit both patients and health organizations.

Patients are more actively taking to social media to express their opinions, grievances and experiences. According to PxC, they also expect faster response times. Roughly half of the participants polled by the organization stated they expect to hear from their doctor when requesting an appointment or follow-up via social media within a few hours.

4. Selection of treatment and providers is influenced by social media.

Just like social media is heavily relied upon for reviews of the latest films and the best restaurants in town, healthcare-related decisions are also entering the mix. Choosing which physician to see and when to seek a second opinion are two examples of ways patients are using social media to influence their decision. Healthcare professionals need to have a strong presence in the social media space to have their name and reputation be aware to the public.  

5. Providers can use social media as an outcomes-based measurement.

Social media gives healthcare providers the opportunity to coordinate care. Additionally, social media allows providers to build initial trust with a potential patient through its online presence. A patient’s first encounter with a hospital or physician is often online and so providers should take this opportunity to build a strong presence and separate themselves from their competition.



Via Plus91
more...
amalgeorge's curator insight, September 30, 2014 8:54 PM

5 ways that social media affects health care industry are well explained in the article.

Rescooped by Jérôme Buisson from Digital marketing pharma
Scoop.it!

Healthcare : Terms of use and social listening

Healthcare : Terms of use and social listening | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
I was talking with the folks over at Liquid Grids recently and they brought up an interesting point. They remove the user details from all forum posts because they are concerned that the terms of use and expectations of users on these public forums might not include having their material highlighted to the makers of therapeutic drugs.

Via Olivier Delannoy
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Pharma Communication & Social Media
Scoop.it!

Five Expectations For Physicians About The Future of Medicine

Five Expectations For Physicians About The Future of Medicine | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

The waves of technological changes coming towards us will generate new possibilities as well as serious threats to medicine and healthcare. Every stakeholder must prepare for these changes in order to reach a balance between using disruptive technologies in medicine and keeping the human touch.

1) Finally focus on patients

Technology is not against physicians and algorithms are not designed to replace them. Instead, by using efficient and simple technologies in the practice, physicians will finally have time and energy to focus on the patients.

2) Avoid burning out

With supercomputers being used in medical decision making; physicians having skills related to digital literacy; using intuitive IT solutions that make it simple to input, export and move around data just like how children today use touchscreen devices; and getting access to the medical information they actually need, hours can be saved every week.

3) Use data that patients collect

The wearable revolution in health peaking this year gives patients the chance to take care of their own health, thus measure health parameters that have only been available and accessible in the ivory tower of medicine.

4) Crowdsource, crowdfund and crowdsolve

With the advances of social media and technologies that give access to these channels, no medical professional should feel alone when dealing with a complicated medical problem of challenge.

5) Share responsibility with patients

Although it is now the responsibility of physicians to become the guides for their patients online (that requires new skills), by empowering them, actually responsibility can finally be shared. Medical professionals don’t have to make decisions alone, but in a close partnership with the patient.


Via Dinesh Chindarkar
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

3 practice benefits of social media

3 practice benefits of social media | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

While some physicians may want to write off social media as a passing trend, the increased usage of these forums suggest that ubiquitous platforms such as Facebook, Instagram and Twitter are here to stay. In fact, Facebook is the second most used smartphone application in the world behind Google Maps, according to Global Web Index. Social media websites and applications have become everyday hubs for consumers to share news, discuss community events and exchange information, but also these outlets have become a space for practices to share updates, interact with patients, network with colleagues and elevate their ranking in search engines.

Along with a good website and patient portal, social media gives physicians a direct route for marketing their practice. What's more, it provides a space for patients to share positive reviews.EHR implementation will help put social media at your fingertips on a regular basis because you will be using a device throughout the day. Don't miss out on the opportunity to strengthen your relationship with current patients and communicate with new ones. Here are three benefits of using social media in your practice:

1. Market your brand 
Social media gives you an opportunity to market your practice across an expansive array of platforms. Target Facebook and Twitter since odds are many of your patients already use these applications. Then regularly post on these forums to highlight positive news such as the achievements of staff members and philanthropic events. Share facts and news that's relevant to your patients to encourage them to become more invested in your posts. 

2. Attract new patients 
Social networking provides your practice a great opportunity to expand your Web presence and reach new potential patients. Many people reach out to friends and acquaintances on social media for everything from restaurant reviews to book recommendations. Perhaps a friend of one of your patients is looking for a physician, and if you create social media accounts, your patient can easily link their friends to your page. Moreover, social media accounts will increase your online presence on search engines, according to Physicians Practice, drawing more patients to your practice. 

3. Build a network 
People always stress the importance of networking in the business world, but it's just as important for you and your practice. Creating a strong network of colleagues and peers allows you to field tough questions and gain mutual business. It's necessary to have a wide range of connections in your industry and you never know what opportunities will arise.


Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from NTIC et Santé
Scoop.it!

La santé mobile et connectée au service des enfants !

A l’occasion de cette rentrée 2014, Dr Nicolas Lafferre, Directeur Médical de dmd Santé met en lumière un panel d’applications mobiles et d’objets connectés de santé qui révolutionneront, au quotidien, la prise en compte et le suivi de la santé des enfants.

« Apprendre aux enfants à veiller sur leur santé de manière ludique et efficace est désormais possible. Des applications développant la réflexion et la culture des enfants sur des problématiques relatives à la santé ou favorisant un meilleur suivi sont de plus en plus nombreuses sur le marché mais toutes ne se valent pas. L’essor de la santé connectée dans ce domaine est une vraie révolution, qui, j’en suis certain, n’en est qu’à ses prémices » souligne Dr Nicolas Lafferre.

La santé connectée prolifère, voici un tour d’horizon des applications et des objets devenus aujourd’hui presque indispensables.

Applications mobiles de santé : vers l’apprentissage par le jeu et le suivi de santé des enfants

Jeu d’action et de réflexion pour petits et grands, « Allergeek » permet de mieux comprendre le fonctionnement de l’allergie de façon ludique.
Gratuite, elle fera le bonheur des enfants souffrant d’allergie, qui appréhenderont mieux les effets des allergènes sur leur organisme.
La règle du jeu est simple : il suffit de trouver le bon chemin et de tirer sur des cordes pour que le petit Panda, héros de l’application, puisse se déplacer et ainsi rejoindre son amoureuse ! Attention pour réussir à retrouver sa moitié, il devra déjouer de nombreux pièges et résoudre de multiples énigmes relatives aux allergies.
« Parce qu’il est plus facile d’apprendre en s’amusant, nous recommandons le recours à ce type d’applications » explique le Dr Nicolas Lafferre.

Lauréat aux derniers Trophées de la Santé mobile, « Brosse-toi les dents » est une application incitant les enfants à prendre soin de leur santé bucco-dentaire. Très ergonomique, simple d’utilisation, l’appli, à travers le Koala Ben, chronomètre le temps durant lequel l’enfant doit se brosser les dents.
« Pédagogique et ludique, il s’agit d’une appli qui expliquera aux enfants, pourquoi, comment et quand se brosser les dents ! » souligne Dr Nicolas Lafferre.

Au delà des applications mobiles de santé, les serious games (jeux intelligents) représentent aussi un apport intéressant. L’association de patients France Psoriasis a développé « Théo et les Psorianautes », le 1er serious game à destination des enfants atteints de psoriasis. Celui-ci a pour objectif d’aider ces enfants à bien grandir et vivre avec la maladie. A travers l’explication de ce qu’est le psoriasis, l’acquisition d’automatismes et de mises en situation de vie courante, celui-ci permet à l’enfant et à l’entourage de mieux vivre la maladie au quotidien.

D’autres part, les applications mobiles de santé, sont aussi utiles pour suivre au plus près la santé de ses enfants et aider au diagnostic.

C’est le cas de « Croissance », évaluée à 17/20 sur dmdpost.com, elle offre la possibilité de suivre la croissance de son enfant en comparant sa courbe superposée aux percentiles standards. En entrant le poids et la taille de l’enfant, ceux ci sont alors automatiquement ajustés en graphiques. Les courbes, couvrant l’ensemble des statistiques de l’OMS, constituent des références de qualité, des outils de suivi, et, le cas échéant, une aide au diagnostic.
Il est aussi possible de partager sur Facebook et Twitter, d’exporter et de sauvegarder l’ensemble des données en tableau Excel (qui pourraient être présentés aux professionnels de santé).

Garder sur soi les informations relatives à la santé de son enfant sans s’encombrer de multiples documents est désormais possible grâce à l’application « Histoire Médicale de l’Enfant ». Tout ou presque peut être référencé, les informations principales de l’état civil et sanitaire (groupe sanguin...), les principales étapes de sa croissance (poids, taille...), la liste des vaccinations, des allergies ou maladies infectieuses diagnostiquées, les symptômes associés, les numéros d’urgence...
Constamment mise à jour, « Histoire Médicale » constitue indéniablement un auxiliaire précieux dans le suivi de la santé.

Les objets connectés permettent d’aller encore plus loin dans le suivi de santé des enfants.

La brosse à dents connectée : pour une santé bucco-dentaire optimale !

Oral-B ajoute le Bluetooth pour rendre ses brosses à dents haut de gamme encore plus interactives. Le smartphone communique alors avec la brosse à dents grâce à l'application dédiée et délivre des conseils de brossage, enregistre l'activité sous forme de données, distribue des macarons de félicitation... Un véritable coach dentaire.

Les sociétés Kolibree et Rainbow ont développé des brosses à dent hors du commun, reliées à un smartphone. Ainsi elles sont capables de mesurer l’efficacité du brossage des dents des enfants afin de l’améliorer ! Les gestes de l’enfant sont alors mesurés pendant qu’il se brosse les dents grâce à de nombreux capteurs. Enregistrés, ces gestes sont ensuite analysés afin de les comparer aux sessions précédentes et ainsi progresser petit à petit. Le passage à la salle de bain devient un moment ludique, l’application connectée à la brosse regorgeant d’animations et jeux.
« C’est un moyen efficace pour apprendre aux enfants à améliorer leur hygiène bucco-dentaire » précise le Dr Nicolas Lafferre.

Des balances connectées pour suivre au quotidien la prise de poids de son enfant

Ergonomiques et au design souvent original, les balances connectées sont en plein essor. Fortes de leur succès, elles ne cessent de jouir de nouvelles fonctionnalités. La balance iHealth en constitue un parfait exemple.
Il est désormais possible de mesurer le poids, la masse grasse, maigre hydrique et musculaire de son enfant. En indiquant l’indice de masse corporelle ainsi que celui de la graisse viscérale, la balance représente un outil de suivi performant.
Outre la fonction de mesure, cette balance permet de fixer des objectifs de perte ou de prise de poids à travers des rappels et la mise en graphique des résultats sur une période déterminée. « L’apport n’est pas négligeable, la balance offre aux parents un suivi simplifié de l’évolution du poids de l’enfant » explique le Dr Lafferre.

Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.


Via Charline Cardona, DIRECT MEDICA, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Santé Connectée et Quantified Self
Scoop.it!

iHealth présente son nouveau bracelet / montre connecté(e) - #hcsmeufr

iHealth présente son nouveau bracelet / montre connecté(e) - #hcsmeufr | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
iHealthLabs a profité de l'IFA de Berlin pour présenter son nouveau traqueur sportif, au look de montre connectée...

Via Lionel Reichardt / le Pharmageek, Agathe Quignot
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from NTIC et Santé
Scoop.it!

75% des patients consultent internet avant d'aller voir leur médecin

75% des patients consultent internet avant d'aller voir leur médecin | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Sondage Fondation MACSF et Harris Interactive

Exclusif : Internet améliore les relations entre patients et soignants

Par : Léa Drouelle
Publié le 22 Septembre 2014

L'heure est à la défiance généralisée dans la société, mais 94% des Français estiment que les relations avec les soignants sont bonnes. Et Internet met de l'huile dans les rouages, d'après un sondage de la Fondation MACSF révélé en exclusivité par Pourquoi Docteur. 

Les patients savent-ils communiquer avec leurs soignants et vice-versa ?  A l’occasion de ses 10 ans, la Fondation MACSF, spécialisée dans les relations de communication entre patients et soignants fait un bilan de la situation actuelle en réalisant un sondage en collaboration avec l’institut d’études Harris Interactive. pourquoidocteur révèle, en exclusivité, les principaux résultats de ce sondage. 


94 % des patients ont confiance en leurs soignants

L’étude recense 1000 Français âgés de plus de 18 ans et 500 professionnels de santé (médecins, infirmiers, aide-soignant.). « Nous sommes dans une période où la perte de confiance prime : nous ne croyons plus en ce que disent les politiciens, les journalistes, les commerciaux. Mais curieusement, les patients font encore confiance à leurs soignants et réciproquement », commente Jean-Daniel Lévy, directeur du Département Politique-Opinion de Harris Interactive. Le sondage révèle en effet une forte confiance mutuelle (94 % pour les patients et 99% pour les soignants.) Un vrai plébiscite puisque 82% des patients se sentent compris, 96% déclarent écouter leurs soignants. Et quand on demande aux professionnels s'ils écoutent ou se sentent eux-mêmes compris de leurs malades, les chiffres sont quasiment similaires. 

75 % des patients consultent Internet avant une consultation

L’étude se penche également sur une question importante et omniprésente dans notre société : Internet.  Le recours à ce réseau pour s’informer (ou informer) sur la santé est-il une bénédiction ou une malédiction ? « C’est un fait connu que tout le monde utilise Internet pour obtenir tout type d’informations. Et tout particulièrement sur la santé. Mais les médecins sont loin de s’en offusquer. Bien au contraire, cela nourrit le dialogue des soignants », estime Jean-Daniel Lévy. Selon l’étude, 75 % des patients consultent internet avant de se rendre chez leur médecin généraliste et en parlent durant leur consultation. Selon le baromètre 2014 de l'Institut Marie Curie, révélé le 11 septembre dernier, près de 6 Français sur 10 (58 %) estiment qu’Internet permet de poser des questions que l’on n’oserait pas aborder avec son médecin, notamment pour les cancers.

Ces résultats laissent donc penser qu’Internet facilite la communication entre les patients et le corps médical. Mais l’étude de la Fondation MACSF précise tout de même que 50 % des patients et des soignants restent « mesurés » et sont conscients du fait, qu’à l’inverse, Internet présente un risque de moins bien communiquer.

 

Sur le net, le corps médical doit rester discret

Selon Yves Cottret, délégué général de la Fondation MACSF, Internet peut même être dangereux, en particulier pour les soignants. Ce dernier déconseille en effet à tous les professionnels de santé de communiquer des informations relatives à leur lieu de travail sur les réseaux sociaux, notamment pour les hôpitaux. « Ce qui se dit, ce qui se fait à l’hôpital n'a pas sa place sur Internet, car on a vite fait d’enfreindre le secret professionnel et de négliger l’obligation de réserve », explique celui-ci dans le guide des bonnes pratiques de la MACSF.


Surveiller les « bad buzz »

Mais si Yves Cottret recommande au personnel soignant d’un hôpital de ne pas communiquer sur son travail, il lui conseille aussi de ne pas déserter Internet et de surveiller sa « e-reputation », susceptible d’être entachée par des commentaires et des fausses rumeurs postés par les internautes, le fameux « bad buzz. » «  Aucun hôpital n’y échappe. Récemment, je discutais avec le directeur d’un hôpital qui ne voulait pas ouvrir de page Facebook. Il était persuadé ne pas être sur Internet. Mais une rapide recherche sur le net a indiqué que son établissement était victime d’au moins 10 bad buzz ! » raconte t-il.

Si la santé semble donc en partie avoir réussi le virage du 2.0, l'utilisation d'Internet et des réseaux sociaux a des limites et présente des dangers. L'équilibre est donc fragile et les Français en ont bien conscience.  C'est la raison pour laquelle lorsque l'on demande aux Français quelles pourraient être les pistes pour améliorer les relations patients-soignants à l'avenir, 61% répondent "donner plus d'explications", 85% humaniser davantage les soins en assurant un suivi médical personnalisé qui consisterait à répondre davantage aux souhaits du patient et de sa famille.


Via Philippe Marchal, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Santé-pharma : digital, mobile & réseaux sociaux
Scoop.it!

Le business des applis santé - allodocteurs #hcsmeufr

Le business des applis santé - allodocteurs #hcsmeufr | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
Le business des applis santé
allodocteurs
La e-santé est un marché en pleine effervescence qui génère plus de 26 milliards de dollars par an. Nos données de santé sont devenues un véritable business.

Via Pharmacomptoir / Corinne Thuderoz, Lionel Reichardt / le Pharmageek, IHEALTHLABS EUROPE, Isabelle Delignière-Léglise
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from e-santé,m-santé, santé 2.0, 3.0
Scoop.it!

Le numérique aux petits soins

Le numérique aux petits soins | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
Un rapport recommande l’utilisation des objets connectés et autres services en ligne pour améliorer la prévention de la santé.

Via nathalie Bissot-Campos
more...
Nadine Quinn's curator insight, September 27, 2014 4:14 PM

ajouter votre point de vue ...

Rescooped by Jérôme Buisson from Buzz e-sante
Scoop.it!

Philips présente des patch connectés pour soulager la douleur

Philips présente des patch connectés pour soulager la douleur | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
Le BlueTouch et le Pulse Relief de Philips sont des dispositifs non invasifs qui visent à réduire la douleur de façon naturelle le plus possible. Ces systèmes non médicaux pourra...

Via Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by Jérôme Buisson from Digital et santé
Scoop.it!

Peut-on se fier à la médecine 2.0 ?

Peut-on se fier à la médecine 2.0 ? | Quantified Self and eHealth | Scoop.it
Muni d'un téléphone intelligent, bardé d'applis dédiées à la santé, connecté à des médecins en ligne, notre corps est-il entre de bonnes mains ? (Peut-on se fier à la médecine 2.0 ?

Via Agathe Quignot
more...
Agathe Quignot's curator insight, September 19, 2014 6:58 AM

Intéressant de relire les articles d'il y a deux ans...

Rescooped by Jérôme Buisson from NTIC et Santé
Scoop.it!

Quels sont les avantages de la e-santé ?

Quels sont les avantages de la e-santé ? | Quantified Self and eHealth | Scoop.it

Au fur et à mesure des évolutions technologiques, le rapport des praticiens et des patients à la santé évolue constamment. L’univers médical du XXIe siècle change de façon progressive et modifie nos rapports dans le suivi des soins, dans la prise en compte de l’état de santé et dans le diagnostic des maladies. Meds4all vous propose donc un petit tour d’horizon des différents aspects qui composent aujourd’hui la e-santé.

Les objets connectés

C’est bien évidemment l’actualité du moment. Apple vient de présenter son Apple Watch, une montre nouvelle génération qui ouvre la voie à la généralisation des appareils connectés. En ce qui concerne le domaine de la santé, ces nouveaux types de montres pourront contenir des informations comme les données cardiaques, le niveau d’hydratation, le taux de glycémie et la pression artérielle. Il serait également possible de surveiller son diabète ou de savoir si on est à jour dans la prise de ses pilules contraceptives, grâce à des applications téléchargeables.

L’imprimante 3D

L'impression 3D (ou impression tridimensionnelle) est une technique de fabrication additive développée pour le prototypage rapide. L'impression tri-dimensionnelle permet de produire un objet réel : un opérateur dessine l'objet sur un écran en utilisant un outil de CAO (Conception assistée par ordinateur). Le fichier 3D obtenu est envoyé vers une imprimante spécifique qui le découpe en tranches et dépose ou solidifie de la matière couche par couche pour obtenir la pièce finale. Dans le domaine de la chirurgie, l’imprimante 3D a déjà permis des avancées remarquables. Ainsi, quand les chirurgiens doivent pratiquer une opération délicate, il leur suffit de créer une reproduction en trois dimensions de l’organe concerné (par exemple le cœur) pour mieux appréhender les difficultés qui vont apparaître.

Le dossier médical personnel

Même si jusqu’à présent il a connu quelques couacs, le DMP (dossier médical personnel) peut être promis à un bel avenir, si l’on est de nature optimiste. Le but de ce projet est de crée un dossier médical informatisé où le patient comme le médecin pourront consulter toutes les données médicales nécessaires. L’intérêt de ce DMP est que les informations recueilles sont consultables à n’importe quel moment, de n’importe quel endroit, sous condition de connexion internet bien évidemment. Concrètement, en situation d’urgence, un médecin pourra étudier rapidement via une tablette par exemple le dossier d’un patient qu’il ne connaît absolument pas. A terme, le recoupement des données permettra enfin un suivi épidémiologique de certains problèmes sanitaires (grippe, virus inconnu, etc).

La télémédecine

Définie en 2009 par la loi « Hôpital, patients, santé, territoire », le but de la télémédecine n’est pas de se substituer au rôle du médecin, mais plutôt d’apporter une meilleure qualité de soin dans des situations précises. Elle est constituée de cinq axes principaux :

La téléconsultation (entre le médecin et le patient)

La téléexpertise (le médecin demande l’avis à distance d’autres professionnels de santé au sujet d’un patient)

La télésurveillance médicale (pour un patient diabétique soigné à son domicile par exemple)

La téléassistance médicale (au cours notamment d’une opération chirurgicale)

La régulation médicale (diagnostic collégial de plusieurs médecins par téléphone)

La télémédecine peut représenter ainsi un axe majeur de lutte contre la désertification médicale. S’il est parfois difficile d’installer des médecins dans des zones à faible densité humaine, il est en revanche plus facile de fournir internet dans ces endroits escarpés. De cette façon, via des logiciels de messagerie vidéo, une consultation en ligne peut avoir lien entre le médecin et le patient. Bien sûr, ce type de situations est privilégiée pour les renouvellements d’ordonnance et pour les maux légers et saisonniers (rhume, fatigue, gastro-entérite, etc…)

Les pharmacies en ligne

Dans de nombreux pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Suède) il est désormais possible de se faire prescrire des médicaments sur ordonnance en ligne. Le concept est relativement simple : il suffit de remplir un formulaire médical en indiquant tous ses antécédents de santé. Le questionnaire est le plus souvent complété par une consultation vidéo avec le médecin. Là encore, ce type de pratiques concerne les maux les plus courants et les moins sévères. Le docteur établit ensuite une ordonnance qu’il transmet à la pharmacie physique liée au site en ligne et qui expédie par la suite le traitement.

On voit ainsi que l’innovation technologique et la numérisation des informations sont les deux piliers principaux qui composent la e-santé. La rapidité de transmission des détails médicaux, le suivi continu du patient et l’arrivée de nouveaux outils pour les professionnels de la santé représenteront un gain de temps et d’argent pour les collectivités et l’administration. Depuis plusieurs siècles, le progrès technologique est indissociable de l’amélioration de la santé des personnes. Il doit donc être encouragé comme il se doit.

Pour en savoir plus:

esante.gouv.fr

buzz-esante.com


Via Emmanuel Capitaine , Fabrice Vezin, dbtmobile
more...
No comment yet.