Techno victim
Follow
Find
59 views | +0 today
 
Rescooped by Techno victime from effective presentation
onto Techno victim
Scoop.it!

The best Prezi presentation ever!

When the CEO's presentation is approaching or a company's event is occurring, and if you think power point is boring... Take a look at our Prezi presentation...

Via tuttoslide
Techno victime 's insight:

Adieu les réunions soporifique :)

more...
Margje Van Der Lei's curator insight, October 10, 2013 3:50 AM

Leuk om ideeën te krijgen en te creëren.

Bronwyn Desjardins's curator insight, October 31, 2013 3:43 PM

Great example of what Prezi can do.

Ian Korman's curator insight, February 3, 2014 3:19 AM

Prezi isn't new but it is still pretty innovative. I recommend using just to stick out from the PowerPoint crowd. You will really stick out if you use it as creatively as they did in this video.

From around the web

Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Techno victime
Scoop.it!

Co-working dans un local en openspace Bureaux & Commerces Rhône - leboncoin.fr

Co-working dans un local en openspace Bureaux & Commerces Rhône - leboncoin.fr | Techno victim | Scoop.it
Nous proposons à la location 2 postes de travail dans un local ouvert donnant sur rue et sur cour. Le local se situe dans un quartier vivant et sympathique du 7e. La superficie est de 32 m2.
Techno victime 's insight:

Bonne idée pour les freelanceurs en manque de pause café

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Veille Business innovation
Scoop.it!

Presentations Infographic: Making Your Message Stick

Presentations Infographic: Making Your Message Stick | Techno victim | Scoop.it
With over 350 Powerpoint presentations given each second across the globe, how does one go about making theirs stand out from all the others?

Via Karen Dietz, Laurent GERAY
more...
Audrey's comment, August 15, 2013 4:20 PM
Thank you. I am using the format for my presentations
Audrey's comment, August 15, 2013 4:20 PM
Thank you. I am using the format for my presentations
Karen Dietz's comment, August 16, 2013 4:28 PM
How wonderful Audrey! I hope you do really well :)
Rescooped by Techno victime from Nature to Share
Scoop.it!

Enfermée dans une bouteille depuis 53 ans et arrosée seulement en 1972, une plante a créé son propre éco-système

Enfermée dans une bouteille depuis 53 ans et arrosée seulement en 1972, une plante a créé son propre éco-système | Techno victim | Scoop.it

En 1960, par un beau dimanche de Pâque, David Latimer, un génie à la main verte, a planté un jardin dans une bouteille. Une plante qu'il a arrosée pour la dernière fois en 1972 avant de la sceller hermétiquement.

 

Au cours de ces 40 dernières années, le végétal (Tradescantia) a été complètement coupé du monde extérieur, sans aucune intervention humaine. Mr Latimer indique avoir seulement tourné la bouteille de temps en temps pour changer l’exposition à la lumière afin qu'elle se développe uniformément.

 

« Sinon, c'est la définition d'un entretien minimal. Je ne l'ai jamais taillé, la plante semble avoir évolué avec pour seule limite, les parois de la bouteille. » Précise David Latimer.

 

On peut se demander comment une plante peut réussir à survivre sans eau ni nutriments externes pendant près de 40 ans. Apparemment, la plante aurait créé son propre micro-écosystème. Malgré le fait qu’elle soit coupée du monde extérieur, la plante a pu absorber la lumière du soleil pour ensuite la convertir en énergie, assez pour se développer convenablement. Le cycle bien connu de la photosynthèse. Processus dont s'inspire la NASA pour son programme de plantation de jardins dans l'espace.

 

Comment une plante peut grandir dans une bouteille ?


Le concept du « Jardins dans une bouteille » fonctionne car l'espace étanche crée un écosystème totalement autonome dans laquelle les plantes peuvent survivre en utilisant la photosynthèse pour recycler les éléments nutritifs.

 

La lumière du soleil est le seul élément externe nécessaire à survit de la plante, puisque celui-ci fournit l'énergie dont ont besoin les plantes pour créer leurs propres nourritures et ainsi continuer à croître. La lumière brille sur les feuilles de la plante et est absorbée par des protéines contenant la chlorophylle.

 

Une partie de cette énergie lumineuse est stockée sous la forme d'adénosine triphosphate (ATP), une molécule qui stocke l'énergie. Le reste est utilisé pour arracher des électrons à partir de l'eau, absorbée dans le sol par les racines de la plante.

 

Ces électrons deviennent alors «libre» - et sont utilisés dans les réactions chimiques qui transforment le gaz carbonique en hydrates de carbone, libérant de l'oxygène.

 

Ce processus de photosynthèse est le contraire de la respiration cellulaire qui se produit dans d'autres organismes, y compris les êtres humains, où les hydrates de carbone contenant de l'énergie réagissent avec l'oxygène pour produire du dioxyde de carbone, l'eau et l'énergie.

 

Mais l'écosystème utilise également la respiration cellulaire pour biodégrader les matières en décomposition rejetées par la plante. Dans cette partie du processus, les bactéries à l'intérieur du sol du jardin dans la bouteille absorbent l'oxygène des déchets et la libère du dioxyde de carbone que la plante peut réutiliser.

 

Et, bien sûr, la nuit, quand il n'y a pas de lumière pour déclencher la photosynthèse, la plante va également utiliser la respiration cellulaire pour se maintenir en vie en décomposant les nutriments préalablement stockés.

Le jardin dans une bouteille fonctionne en environnement fermé, cela signifie que le cycle de l'eau est également un processus autonome.

 

L'eau dans la bouteille est absorbée par les racines des plantes, est libéré dans l'air lors de la transpiration et se condense vers le bas dans le mélange de rempotage, où le cycle recommence.

 

La photosynthèse crée de l'oxygène et rajoute de l'humidité dans l'air. L'humidité s'accumule à l'intérieur de la bouteille et les «pluies» la pousse vers le bas de la plante.

 

Les feuilles morte tombent et pourrissent au fond de la bouteille, ce qui crée également du dioxyde de carbone nécessaire à la photosynthèse donnant également des éléments nutritifs qui seront absorbés par les racines.

 

L’aventure a commencé un dimanche de Pâques en 1960, lorsque M. Latimer a pensé qu'il serait amusant créer «par curiosité» un jardin dans une bouteille.

 

Comment faire votre propre Jardin dans une bouteille.

 

L'idée d'un jardin de bouteille est de créer un monde dans un microcosme. Il aura son propre habitat et devrait nécessiter peu d'entretien, écrit NIGEL Colborn.

 

Choisissez d'abord un récipient en verre. Il aura besoin d'un col large pour un accès facile. Un bocal est idéal, ou pour les enfants, un grand pot de confiture ferra parfaitement l’affaire.

Vous aurez également besoin de terreau (de bonne qualité), de galets et bien sûr, de plantes.


Utilisez une grande cuillère pour insérer une couche de gravier dans le bocal et couvrez avec du compost assez profondément pour accueillir les racines des plantes.

 

Enfin, introduisez les plantes. Vous pouvez utiliser des fougères de la famille des Adiantum, des Tradescantia de la famille des Commelinaceae ou une Soleirolia, une herbacée vivace naine à racines traçantes, de la famille des Urticaceae.

 

Placez chaque plante délicatement, en les ajustant avec un bâton ou avec des pinces de cuisine. Ajoutez une couche finale de sable après la plantation pour contenir le compost vers le bas ce qui donnera la touche finale à votre micro-jardin.

 

Enfin arrosez le tout avec un soin extrême (votre pot n’aura pas besoin de beaucoup d’eau) et placez le jardin près d’un endroit bien éclairé, mais pas trop près d’une fenêtre orientée plein sud.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from FreeTIC
Scoop.it!

Les présentations animées avec Sozi

Les présentations animées avec Sozi | Techno victim | Scoop.it

Sozi est un petit programme qui permet de jouer des présentations animées. Sozi repose sur des standards ouverts. C'est un logiciel libre sous licence GPL 3.0.

 


Via SebTIC
Techno victime 's insight:

Une version payante permet de disposer de ses présentations hors ligne

more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Veille Techno et Informatique "AutreMent"
Scoop.it!

Le Liberator est le premier revolver fonctionnel produit avec une imprimante 3D

Le Liberator est le premier revolver fonctionnel produit avec une imprimante 3D | Techno victim | Scoop.it

Defense Distributed peut se vanter d’avoir réalisé un véritable exploit. La petite entreprise est en effet parvenue à créer un revolver parfaitement fonctionnel en utilisant uniquement une imprimante 3D.


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Nature to Share
Scoop.it!

La Nasa finance une imprimante 3D pour pizza spatiale...

La Nasa finance une imprimante 3D pour pizza spatiale... | Techno victim | Scoop.it

Le domaine de l’impression 3D semblant sans limite, du meilleur au pire (arme à feu fabriquée maison), il n’est pas surprenant qu’elle s’étende à la nourriture. Quitte à envisager une fabrication à très longue distance: la Nasa a financé pour 125.000 dollars (97.000 euros) le projet d’imprimante 3D de nourriture d’Anjan Contractor, a rapporté Quartz.

 

L’entreprise de cet ingénieur, Systems & Materials Research Corporation, a six mois pour mettre au point le prototype d’un synthétiseur de nourriture. Son concept, tel que présenté par Quartz, repose sur des cartouches de poudres et d’huile, des composants alimentaires mélangés et cuits par l’imprimante. Il l’a étrenné avec un premier prototype imprimant du chocolat.

 

Des composants open source

 

Les cartouches de son imprimante à nourriture contiendraient des sucres, des hydrates de carbone, des protéines et autres éléments de base de l’alimentation, permettant de composer des repas précisément dosés en produits nutritifs et sans aucun gaspillage. De quoi rêver de fabriquer des pizzas dans l’espace ou sur Mars, estime Contractor, d’autant que la pizza, qui peut se fabriquer en plusieurs couches avec différents produits, est un aliment qui se prêterait bien au procédé.

 

L’ingénieur souligne en outre que les longs voyages spatiaux pourront nécessiter 15 ans de vie cloîtrée, pour laquelle son système sera adéquat: il estime possible d’éliminer le risque de moisissure et de parvenir à des composants d’une durée de conservation de 30 ans. Anjan Contractor prévoit de diffuser sous licence libre la partie logicielle de son appareil, dont le matériel est dérivé de l’imprimante 3D open source RepRap.

 

Ce concept, s’il tient ses promesses, explique l’intérêt que lui porte la Nasa, qui même sans aller jusqu’aux voyages extra-solaires envisagés par la Darpa travaille en effet sur des hypothèses de très longues durées de voyage spatial. Dans un texte en ligne depuis 2004, l’agence spatiale américaine explique les possibilités alimentaires des astronautes… et titrait cet article "Pas de pizza dans l’espace?". Un titre qui sera peut-être un jour obsolète.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Libre de faire, Faire Libre
Scoop.it!

Buccaneer : une belle imprimante 3D à moins de 270 euros !

Buccaneer : une belle imprimante 3D à moins de 270 euros ! | Techno victim | Scoop.it

Ils avaient 30 jours pour lever 100 000 dollars. En une seule journée, ils en ont déjà le triple. Pirate3D a dévoilé sur Kickstarter son imprimante 3D Buccaneer, au design extrêmement réussi, qui ne coûtera que 270 euros lors de son lancement prévu pour décembre 2013.

 

 


Via Aurélien BADET
Techno victime 's insight:

Une nouvelle révolution industrielle est en route !!!

more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Digital Lifestyle Technologies
Scoop.it!

My new Mac Pro: hylarious video

We were there when Aaron received his new 2013 Mac Pro. We were also there when his girlfriend, family, and friends discovered it ... We just had to share!


Via François-Xavier Schaeffer
more...
François-Xavier Schaeffer's curator insight, August 31, 2013 3:07 PM

Satirical, caustic, excellent... Don't miss it!

Irena Bonin's curator insight, September 2, 2013 2:27 AM

genial...

Scooped by Techno victime
Scoop.it!

Très haut débit : les opérateurs souhaitent redistribuer les cartes...!!!

Très haut débit : les opérateurs souhaitent redistribuer les cartes...!!! | Techno victim | Scoop.it

Officiellement, le cap du déploiement de la fibre optique et donc du très haut débit est maintenu pour les zones denses. La plupart des opérateurs le confirment tout en reconnaissant que le bon vieux cuivre a encore de beaux jours devant lui, notamment avec l'arrivée du VDSL2 (un ADSL amélioré). Pour autant, la concurrence entre les deux technologies risque d'affaiblir plus que de dynamiser le marché. Or les élus locaux, les industriels et certains opérateurs demandent de la visibilité pour agir. Le colloque annuel de l'Arcep a permis de mettre en lumière cette tension, aux côtés d'autres enjeux émergents en matière d'aménagement numérique.

Les opérateurs ont-ils toujours la même volonté d'investir sur la fibre optique ? Tous, ou presque, confirment leurs engagements... mais ne semblent pas pressés d'abandonner le haut débit dont le succès n'est pas démenti. Le colloque annuel de l'Arcep, qui réunissait le 25 septembre tous les grands acteurs des télécoms et les élus, s'est présenté comme un espace privilégié d'observation de cette tendance et des tensions qui en résultent.
"Le cuivre recèle encore beaucoup de promesses", a par exemple glissé Maxime Lombardini, le directeur général d'Iliad en annonçant que sa compagnie dégrouperait davantage en 2012 qu'en 2010 et 2011 : "La montée en débit est une excellente initiative et nous formons beaucoup d'espoirs sur le VDSL*." Quelques jours auparavant, la signature de contrats de co-investissement FTTH** avait bien été annoncée sur les villes de Brest, Reims, le Havre, Dijon ; mais c'est surtout la commande de raccordement et de dégroupage de 1.500 nouveaux répartiteurs (NRA) couvrant 1,5 million de lignes qui retenait l'attention.
Même tendance chez Bouygues Télécom. Olivier Roussat, le directeur général, a longuement évoqué "la seconde vie du cuivre" avec l'arrivée du VDSL2*** et de technologies permettant de franchir la barrière des 100 Mbts, si bien qu'il prévoit lui aussi "de relancer de nouvelles opérations de dégroupage".
France Télécom-Orange, bénéficiaire de la rente du cuivre, s'est montré plus discret. Son représentant, Pierre Louette, directeur général adjoint, a plutôt mis l'accent sur le déroulement au niveau local du plan d'investissement annoncé. Il a confirmé un niveau record d'investissement de 350 millions sur la fibre, en 2012, et un déploiement amorcé sur 60 agglomérations représentant 5 millions de foyers. Mais il n'a pas oublié non plus de souligner l'importance de combiner les technologies "pour gérer au mieux les attentes selon la configuration des territoires".

Le cuivre plus florissant que la fibre

Dans le débat "renaissant" sur l'extinction du cuivre, évoqué à plusieurs reprises ces dernières semaines par Fleur Pellerin, la ministre de l'Economie numérique, la bonne santé du haut débit et ses avancées technologiques compliquent un peu plus la tâche des stratèges qui planchent sur le déploiement de la fibre. En laissant les deux technologies se concurrencer, on sait que les réflexes conservateurs devraient plutôt l'emporter. "Pourquoi passer à la fibre, ma connexion est bien suffisante...", font observer les usagers. Quant aux opérateurs, ils perçoivent de nouvelles potentialités à exploiter.
Le plan national très haut débit, porteur d'une vision à plus long terme, peut-il être affecté ? Probablement. Mais il faudra "faire avec" et aussi "trancher dans le sens de l'intérêt général" en prévision des besoins futurs. Robert Vassoyan, le directeur général de Cisco, nous prédit en effet "un déluge de données" pour demain. Selon les estimations du Visual Networking index de Cisco, les capacités d'ici à 2020 devraient être multipliées par 4 ou 5 pour le fixe et par 18 ou 20 pour le mobile. Devant cette formidable accélération, le succès du haut débit sur cuivre fera sans doute encore illusion quelques temps, mais seules les capacités illimitées de la fibre pourront absorber les effets de la croissance de l'internet fixe et mobile.

Le casse-tête du déploiement

Fleur Pellerin, qui porte la révision du plan national, veut avancer "rapidement sur la couverture et sur le financement". L'annonce récente d'un "mix" technologique a pu inquiéter, mais la priorité constamment rappelée est bien celle du déploiement de la fibre. Plusieurs conditions doivent pour cela être remplies. 
Les difficultés de commercialisation du FTTH constituent l'un des obstacles à lever. Fleur Pellerin étudie de nouveaux leviers de relance des souscriptions notamment l'accès aux logements, l'incitation économique au basculement, pour les consommateurs et pour les opérateurs, et l'effacement progressif du cuivre au profit de la fibre. Sur ce dernier point, elle a signalé une première expérimentation dans une commune de la région parisienne (1). 
La réussite du déploiement repose aussi sur un consensus minimal avec le secteur privé. Or quelques fissures entre opérateurs sont apparues au cours des débats. Stéphane Roussel, le nouveau PDG de SFR, n'a pas caché ses doutes sur les zones les moins denses sur lesquelles "il n'y a pas d'intérêt économique". Il s'est montré provocateur et "offensif" en relançant l'idée de la création d'un "France Fibre", autrement dit d'un acteur unique qui serait chargé du déploiement du très haut débit sur ces zones. France Télécoms-Orange ne pouvait que s'y opposer fermement : "Je me méfie des fausses bonnes idées qui sont de vieilles lunes. Reconstruire des structures publiques étatiques embarquant tout le monde prend du temps, ne marche pas très bien et ne respecte pas le cadre de l'initiative privée", réfute Pierre Louette. En laissant entendre, dans une interview donnée au Figaro, que les ministres étaient "tous favorables" à une telle solution, Stéphane Roussel a "mouillé" également l'exécutif.
Fleur Pellerin a rapidement démenti la chose dans un communiqué publié après le colloque : "Les travaux du gouvernement sont en cours, a-t-elle rappelé, et la feuillle de route permettant de couvrir l'intégralité du territoire en très haut débit n'est pas arrêtée à ce jour." Au passage, elle a demandé à l'opérateur et à ses actionnaires de confirmer leurs engagements sur le très haut débit, affirmant, dans ce domaine, le renforcement de la présence de l'Etat.

Les petits opérateurs, aiguillons du marché ?

L'échéance des décisions approchant, les opérateurs, y compris les acteurs de taille intermédiaire, intensifient leurs actions de lobbying. Numéricable semble vouloir enfoncer le clou, en se présentant comme le seul opérateur rentable sur la fibre. Eric Denoyer, son président, valorise ses 530.000 abonnés à plus de 100 Mbps (et déjà, même, à 200 Mbps sur Paris) en rappelant sa place de premier acteur du déploiement du très haut débit en France. Et assure vouloir "rendre éligibles, d'ici à 2014, six millions de foyers, bien au-delà des zones denses". Dans l'environnement relativement atone du marché de la fibre, le discours se veut conquérant et séduisant.
Peut-on pour autant attendre de Numéricable qu'il joue le rôle d'aiguillon concurrentiel auprès des opérateurs intégrés ? Certes, en termes de prises raccordables, son potentiel est élevé sur le FTTLA****, une technologie intermédiaire entre le VDSL et le FTTH. Mais déploiement ne rime pas toujours avec commercialisation. Son activité de fournisseur d'accès internet (FAI) demeure limitée, avec un million d'abonnés toutes technologies confondues et apparaît surtout faible en termes de progression annuelle (croissance attendue de 2,5% en 2012). A défaut d'accélération hier, l'opérateur dit vouloir s'en donner les moyens aujourd'hui. Il prépare de nouvelles ouvertures, susceptibles d'intéresser les réseaux d'initiative publique (RIP), notamment sur cette activité de FAI : "Nous déployons la technologie Numéricable sur les réseaux FTTH de collectivités avec les mêmes boxes que celles utilisées sur le câble", a-t-il annoncé. 
Les "opérateurs d'opérateurs", comme Axione, Covage ou Altitude Infrastructure souhaitent aussi attirer l'attention. Spécialisés dans la gestion des RIP, ils ont, au fil des années, développé des éco-systèmes associant les usages et les services et semblent fortement ancrés sur le local. Eux aussi soulèvent la question du cuivre et attendent du gouvernement qu'il fixe une échéance : "Nous avons besoin de visibilité pour fabriquer des modèles pertinents", insiste Pierre Eric Saint-André, directeur général d'Axione. Néanmoins, leur équilibre reste fragile. "Les RIP ont besoin que leur spécificité soit reconnue dans les schémas législatifs et réglementaires", complète-t-il. Une reconnaissance qui avait d'ailleurs été avalisée lors du vote de la proposition de loi Leroy-Maurey au Sénat.

L'enjeu est aussi... industriel

Ainsi, le gouvernement va devoir arbitrer sur un sujet économiquement hypersensible, dont l'enjeu est rappelé par Fleur Pellerin : "La France ne peut pas se permettre un échec industriel et stratégique en matière de télécommunications alors qu'elle doit s'engager encore plus volontairement sur la voie du numérique et de la compétitivité." La fibre est aussi portée par une industrie. Son impact attendu sur la performance des entreprises et sur la qualité de l'aménagement du territoire mobilise de nombreux acteurs. Pour avancer dans une économie de marché, l'engagement des opérateurs télécom demeure une variable essentielle. La recherche du point d'équilibre se situe sans doute dans le maintien d'un contrat favorable mais plus contraignant en termes de respect des engagements. On a vu que le déploiement était essentiel mais qu'il ne conduisait pas automatiquement à des résultats tangibles en termes de commercialisation. L'équilibre repose aussi sur le traitement des zones moins denses. L'action publique restera déterminante sur ce segment mais la mobilisation de capitaux privés ne pourra qu'améliorer la pénétration et le temps de déploiement. Une partie d'autant plus "serrée" qu'une fois les décisions prises, les retours en arrière seront difficiles à opérer.

more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from Time to Learn
Scoop.it!

Google Docs encore plus collaboratifs.

Google Docs encore plus collaboratifs. | Techno victim | Scoop.it

Google Docs continue d’évoluer doucement mais surement vers un suite complète d’outils bureautiques pour l’entreprise parfaitement intégrés à l’éco système Google et facilitant le travail collaboratif.
Google vient d’annoncer sur son blog de nouvelles fonctions collaboratives sur les feuilles de calcul de Google Docs. Elles étaient implementées dans les autres outils de la suite et notamment sur le traitement de texte, elles faisaient cruellement défaut sur les feuilles de calcul.


Via Frédéric DEBAILLEUL
more...
No comment yet.
Rescooped by Techno victime from effective presentation
Scoop.it!

The best Prezi presentation ever!

When the CEO's presentation is approaching or a company's event is occurring, and if you think power point is boring... Take a look at our Prezi presentation...

Via tuttoslide
Techno victime 's insight:

Adieu les réunions soporifique :)

more...
Margje Van Der Lei's curator insight, October 10, 2013 3:50 AM

Leuk om ideeën te krijgen en te creëren.

Bronwyn Desjardins's curator insight, October 31, 2013 3:43 PM

Great example of what Prezi can do.

Ian Korman's curator insight, February 3, 2014 3:19 AM

Prezi isn't new but it is still pretty innovative. I recommend using just to stick out from the PowerPoint crowd. You will really stick out if you use it as creatively as they did in this video.

Rescooped by Techno victime from Mon Habitat Vert
Scoop.it!

Construire une maison avec une imprimante 3D, le défi d'un architecte néerlandais (+vidéo)

Construire une maison avec une imprimante 3D, le défi d'un architecte néerlandais (+vidéo) | Techno victim | Scoop.it

Ni grues ni échafaudages, mais une immense imprimante 3D pour seul outil. Voilà avec quoi un architecte néerlandais envisage de construire une maison de 1 100 mètres carrés.

Janjaap Ruijssenaars, 39 ans, du bureau d'architecte Universe Architecture d'Amsterdam, souhaite construire la demeure en utilisant une imprimante 3D de modèle D-Shape, fabriquée par l'ingénieur italien Enrico Dini (lien en anglais). En superposant au fur et à mesure des fines couches de matière (5-10 mm), la machine peut imprimer des éléments en 3D mesurant jusqu'à six mètres de long et six mètres de large à partir de roche réduite en sable et d'un agglomérant.

(...)


Via Pascal Faucompré
more...
Nathalie Esnault's curator insight, March 3, 2013 3:15 AM

J'aimerai pouvoir construire un bureau d'extérieur avec cette méthode

Rescooped by Techno victime from Geek en vrac - Actus
Scoop.it!

Imprimante 3D : Un plâtre révolutionnaire conçu par un étudiant

Imprimante 3D : Un plâtre révolutionnaire conçu par un étudiant | Techno victim | Scoop.it
L’imprimante 3D continue de révolutionner le monde de la médecine. Après l’impression de prothèse, un étudiant a conçu un plâtre intéressant

Via Geek en vrac
more...
No comment yet.