TAHITI Le Mag
Follow
Find
97.6K views | +19 today
 
Scooped by Anik Buhlmann
onto TAHITI Le Mag
Scoop.it!

"MEETING BAROIN"

"MEETING BAROIN" | TAHITI Le Mag | Scoop.it

Par Anik Buhlmann - 

 

“MICK JAGGER A TAHITI”, ou “COMMENT ENVOYER UNE ANCIENNE CARTE POSTALE EN GRAND FORMAT” - 

 

Grand meeting pour la campagne de Nicolas Sarkozy à Tahiti. “Salle Aorai Tini Hau, 17h30-22h00, vendredi 13 avril”, dit l’affiche. J’arrive à 17h35, bien étonnée de la facilité pour trouver une place de parking pratiquement à l’entrée de la salle. Je m'attendais à un embouteillage, une foule, une vibration dans l'air...  Je me demande si je ne me suis pas trompée d’endroit... Non. C’est bien ici, mais il n’y a pas grand monde, étrangement. Une centaine de personnes tout au plus.

 

Un homme traverse la salle dans toutes les directions. Habillé d’un gilet kaki à grosses poches, un pantalon large à grosses poches, deux appareils photos gigantesques en bandoulière et un bandana sur le crâne, on dirait un reporter de guerre des années 80. Quelques groupuscules avec des t-shirts marqués “Tahoeraa Huiraatira” discutent sur le parking. Dans la salle, un carré VIP au centre, bien en face de la scène, est isolé du reste par des rubans plastiques. Comme pour les défilés de haute couture pendant la Fashion Week, chaque siège a un nom placardé dessus. Le plus on est bien placé, le plus ça dénote le prestige (tels que vus par To Tatou Aia, représentant l’UMP?). En toute première ligne, les very-very VIP. (L'avantage d'arriver pendant que c'est encore vide, c'est qu'on peut aller lire les noms sur les sièges, au lieu de devoir reconnaitre des visages après...)  Le tout premier nom à droite, c’est Clarenntz Vernaudon. Est-ce le même qui vient d’être libéré de Nuutania? Hmmmm, charmant. Un siège pour J.-C. Bouissou, un pour T. Rohfritsch (O’Hiva, Parti Radical de Borloo), un pour Quito Braun-Ortega (Te Hiti Tau Api), un pour J. Pannie, un pour T. Alpha...  Plusieurs noms sont mal-écrits. Au centre, le carton qui dit “François Baroin”. A sa gauche, "Gaston Tong-Sang", à sa droite... "Gaston Flosse". Un Gaston de chaque côté, ça va être sport pour François...  Pas un siège pour Edouard Fritsch? Tiens. En strapontin, comme après un oubli, un siège ajouté à la hâte pour le président du comité organisateur, Athanas Hikutini...

 

Il est 18h00, et il n’y a toujours pas grand monde. Les militants Tahoeraa se repèrent de loin. T-shirt orange, parfois casquette assortie (pour un meeting le soir?). Ils sont tous ensemble sur le coin arrière-gauche de la salle, 20 ou 25 personnes. T-shirts neufs. Les gens qui le portent sont un peu moins neufs: moyenne d’âge, 65 ans. Le carré de 50 chaises devant, à gauche des VIP, est vide, et réservé aux “jeunes qui votent”. Aucun panneau ni ruban plastique, mais la présentatrice veille... Plusieurs personnes - dans la trentaine ou quarantaine - qui s’y placent sont priées à chaque fois de se lever et aller s’asseoir ailleurs. Sauf que quand ils se lèvent, ça donne une vue imprenable sur les seniors en orange qui sont juste derrière...  Au microphone, la dame appelle plusieurs fois les “jeunes qui votent” à venir se placer là, sur leur carré... “De préférence sur le premier rang”, répète-t-elle... Sans succès, il n’y en a pas. Il est aussi demandé aux personnes qui portent le t-shirt blanc de l’événement “Vive Sarkozy” à venir se placer devant. Toujours sans succès. Elle insiste. J’imagine que c’est par rapport aux photos et aux séquences vidéos, ils souhaitent montrer les jeunes en première ligne habillés de t-shirt blanc, en train de frémir à l’idée d’exercer leur devoir civique, pleins d’enthousiasme et de dynamisme, soutenant Sarkozy. Mince, ça n’a pas l’air de marcher... Ca reste vide. A la fin, quelques “vieux” de 30 et 40 ans finissent par s’y installer. La musique qui sort des hauts-parleurs pour chauffer l’hypothétique foule avant les concerts est d’ailleurs prévue pour cette hypothétique jeunesse qui n’est pas là - du rap, du hip-hop, de la techno, le tout en anglais. Pas un seul morceau en tahitien encore.

 

18h30. Pas plus de monde que il y a une heure. Etrange. Quelques t-shirts blancs au logo “Sarko” sont finalement distribués au hasard, par-ci, par-là. Pas tous ceux qui les reçoivent ne le mettent. Les gens qui le portent ne viennent pas se placer devant pour autant. Il y a quelques 250 personnes dans la salle. Peut-être encore une centaine dehors. L’odeur des brochettes flotte dans l’air. La fumée aussi.

 

Il est 19h00, toujours pas grand monde. On nous montre sur grand-écran les images du Journal Télévisé, où Baroin s’exprime. Le son est mauvais, il parle vite. On ne comprend rien. Après le JT, le “spectacle” commence. L’affiche disait, 10 artistes sur scène, mais on ne sait pas lesquels... Un groupe de jeunes danse du hip-hop. C’est mignon. C’est jeune. Les spectateurs qui ne sont pas si jeunes, eux, ne sont pas très enthousiastes ni encourageants. Serait-ce la différence de générations? On attend patiemment la suite.

 

19h15. Mais où est tout le monde? La salle est encore largement inoccupée. Quelques VIP du carré central commencent à arriver, même si les deux premiers rangs restent encore désespérément vides, à l’exception de QBO, à qui plusieurs personnes viennent dire bonjour. Le spectacle sur la scène continue, sans grand enthousiasme.

 

Il est 19h30. Il y a peut-être... 300 personnes dans cette grande salle. Toutes ces chaises vides. “Quel échec”, dirait un hypothétique jeune.

 

Et soudain, l’évènement! Des petits cris, des drapeaux qui s’agitent, style écoles de samba pendant les défilés du Carnaval. Des flashs crépitent. Quelques applaudissements, encore des petits cris. Une mini-bousculade qui s’avance depuis l’entrée. Mais qui est-ce? Une star du rock qui arrive? Non, C’est Gaston Flosse. Il vient de faire son entrée comme une Sharon Stone au Festival de Cannes, mais sans le décolleté. Des colliers de tiare jusqu’au nez, entouré de gardes du corps, tous vêtus de t-shirts orange. Quelques jeunes filles stratégiquement placées font des photos de lui, débout sur leurs sièges avec leurs iPhones décorés avec des petits brillants, on dirait qu’elles ont vu Mick Jagger. Plus personne ne regarde les artistes qui sont sur la scène. Autour de Flosse, des “militants” arrivent. Tous en même temps. Habillés en t-shirt orange. Tous. Cette salle qui était pratiquement vide, commence à se remplir d’un seul coup, on dirait qu’un paquebot vient de les déverser... Ils arrivent avec leur propre appareil de sécurité. Leur “placeurs”, indiquent aux gens où aller et comment se placer, tout à travers de la salle. Gaston Flosse, qui coordonne le tout, en donnant des instructions, vous allez par ici, vous là-bas... Son staff sécurité semble bien entrainé, gardant un oeil sur lui et surveillant constamment la foule...

 

Les gens habillés en t-shirt orange arrivent en continu, c’est une marée humaine. Ils ont des étendards, écrit “TAHOERAA” dessus, avec des petit trucs dorés qui pendent. Parfois le nom de leur communes écrits aussi dessus. Pendant 25 minutes, plus personne n’a regardé ni la scène ni les artistes, on regardait tous ce... déversement de gens. Menés par les placeurs. Le placeurs sont revenus avec de glacières, et ont distribué des sandwiches et des petites bouteilles d’eau à “leur” foule. La salle est littéralement envahie. Tous en même temps. Il est impossible de faire une image de la salle sans que la couleur orange n'y soit représentée.

 

Gaston Flosse, dans sa bellissime chemise en lin unie, orange clair, parfaitement repassée et portée fluidement par dessus un pantalon ample, pose encore pour les photos. Ca change des traditionnelles chemises à fleurs. Il fait encore un tour du public, déclenchant à son passage des petit cris des “militants”. On a envie de dire des “fans”, tellement ça rappelle une star du rock. Parfaitement coordonné, ça donne même l’impression d’avoir été répété avant. Timing impeccable.

 

Il y a, je dirais, 4000 personnes dans la salle maintenant. Desquelles, 3500 portent un t-shirt orange, le même pour tous. C’est extraordinaire. On en perd le souffle. Je me sens comme dans un match de foot dans un stade au Brésil. Et j’imagine la tête de François Baroin quand il va arriver et qu’il va voir ça. Ha! Si Gaston Flosse voulait faire passer un message, je crois que c’est fait. Et pire, j’imagine la tête de GTS, quand il va voir ça. Les numéros sur scène se succèdent, les oranges sont arrivés déjà chauffés, ils crient, applaudissent et sifflent. Et secouent leur drapeaux orange.

 

Oh! François Baroin arrive enfin, avec GTS et une petite nuée de photographes. Flosse, qui avait disparu depuis quelques minutes, revient comme par magie juste derrière eux, comme s'ils étaient ensemble. La volumineuse dame qui était assise à coté de moi se lève soudainement et sort son immense étendard, et le secoue sur François Baroin devant la camera de TV. Elle les suit jusqu’à leur place au carré VIP, toujours son drapeau géant juste derrière la tête de Baroin, directement sur le crâne et parfois sur le visage de ceux qui sont autour. A ce moment-là de l’arrivée, aucune image de Baroin n’est possible sans cet immense drapeaux Tahoeraa derrière lui. J’éclate de rire de la manoeuvre, je n’en reviens pas - elle était placée là exprès, et revient toute fière de son exploit...

 

Tout ça avait été planifié à l’avance. Et parfaitement exécuté. Au passage de Baroin, personne ne criait “vive Sarkozy”, ou “vive la France”, Ou “France Forte”, ou “coucou François Baroin”... Ils criaient pour Flosse, comme on leur avait dit de faire. Gaston Flosse, avec l’aide de 3500 t-shirts, une vingtaine de drapeaux, quelques trucks, et surtout un planning, une équipe entrainée, un timing parfaitement maîtrisé, a littéralement avalé le meeting politique tout entier. Quelle organisation. Tout ce qu’on voyait, c’était ça. La marée orange. Impossible de penser à autre chose.

 

L’organisation du “comité de soutien à Sarkozy” et du parti To Tatou Aia, représentant officiel de l’UMP, n’était franchement pas au top. Communication défaillante à propos des horaires, concerts mal-ciblés, présentatrice un peu moyenne (pendant le spectacle de danse elle a dit au moins 4 fois “ces jeunes qui n’ont pas de travail...”), consigne sur “habillez-vous en blanc” pas relayée à l’avance, t-shirts un peu moches, un planning qui semblait amateur. Les seuls agents de sécurité que je voyais à l'intérieur étaient ceux en orange.

 

François Baroin n’a pas beaucoup aidé, non plus. Il commence son discours en disant, “merci beaucoup à Gaston Flosse!”. Foule orange en délire. Il est obligé d’attendre quelques secondes pour recommencer à parler. “Merci beaucoup à Gaston Tong Sang”. Silence de la foule. Il attend. Rien. Il continue. “Merci beaucoup aussi à Quito Braun-Ortega (applaudissements), Bruno Sandras, J-C. Bouissou, ...” et il mentionne tous ceux qui étaient au premier rang... en oubliant Teva Rohfritsch. Ooops. Son discours, dans un français très rapide, à la parisienne, et avec des mots sophistiqués, peu utilisés sur le fenua, était très peu compréhensible. La partie de son discours qui s'adressait à la Polynésie française était très courte et ne soulevait pas les foules. Tout le reste parlait de l’économie mondiale, de l’Europe, de la France... Et toujours dans un langage peu accessible pour le public présent. La partie où il commence à taquiner François Hollande était un petit peu plus intelligible, mais comme il ne mentionnait plus aucun des acteurs locaux, ni en bien ni en mal, les gens ont vite perdu l'intérêt. Pas un mot sur Oscar, sur “les mains pleines de sang”, ni sur les agissements (ou manque de) du gouvernement actuel. Elégant. Les “jeunes qui votent”, autant orange que les quelques autres, en se rendant compte que les concerts étaient finis, ont commencé à se lever et ont quitté la salle peu à peu pour aller manger des brochettes dehors. Au milieu de son discours, Baroin tousse un peu, la gorge sèche. Une dame du premier rang monte sur scène pour lui emmener de l'eau (le comité d'organisation n'y avait pas pensé?). 

 

Du début à la fin, tout était en français. Sauf quelques chansons, qui étaient en anglais... Les deux présentateurs, surement des bénévoles peu expérimentés, étaient tahitiens, mais ne parlaient que français au microphone. Le discours de Baroin n’était ni traduit, ni même projeté sur le grand écran derrière. Le spectacle, c’était: le groupe de jeunes danseurs de hip-hop, une chanteuse qui a chanté une chanson de l’anglaise Adèle, une chorale qui a chanté la marseillaise (tout le public débout mais pas beaucoup qui chantaient), puis l’hymne polynésien, et deux danseuses de Ori Tahiti, pour un aparima. Une danseuse sur scène, l’autre en bas devant le premier rang. Pendant que celle qui dansait en bas s’approchait de Baroin, des gens passaient devant avec des sandwiches dans la main, un enfant courrait autour. Après, le groupe de danseur hip-hop est revenu. Pas une seule chanson d’ici. La dame à coté de moi disait à haute voix, “C’est la Polynésie, ça?”. La présentatrice qui répète, “ces jeunes n’ont pas de boulot”. Mouais. Sur les photos parues dans la presse, on ne voit qu'une partie du premier rang des VIP... Souvent les bras croisés, comme en signe de refus. Souvent ils font la tête, on les imagine mortifiés d’être là au milieu de cette grande tâche orange.

 

Je suis partie avant la fin, pour essayer de parler avec quelques “jeunes qui votent” dehors. Ils n’étaient pas nombreux. A ma question “pourquoi vous êtes venus, ce soir?”, personne ne savait me répondre avec précision. Pas un seul n’a mentionné Sarkozy. Je m’attendais à un grand meeting politique à l’américaine (je rêvais, je sais), je me suis retrouvée dans une ambiance match de foot. En français.

 

Cela m’aurait plu qu’on s’adresse aux gens au moins un peu dans leur langue. Qu’on parle de leur problèmes. De leurs espoirs. De leur envies. De leur pays. Qu’on semble s’y intéresser, ne serait-ce qu’un peu. Qu’on ait la courtoisie de traduire pour eux ce qui se disait dans un français si rapide, dans un système de son pas très bon, ou de nous montrer ces mots-là par écrit pour aider à la compréhension. Cela m’aurait plu qu’on parle des femmes, autrement que “oui, les danseuses sont très belles”. Mais qu’est-ce qu’on en a à faire de la beauté, purée. Cela m’aurait plu qu’on parle plutôt de la santé des femmes, de la prévention, ou de l’égalité, ou de la parité, tiens. Cela m’aurait plu que les gens soient enthousiasmés pour une idée, pour un projet, pour une envie de construire. Et non pas pour un Mick Jagger de 80 ans dans une très belle chemise, qui va les chercher en truck et qui leur donne des sandwiches et leur dit comment s’habiller et où s’asseoir. Que les gens fassent leur propres pancartes pour exprimer ce qu’ils pensent au lieu d’agiter les drapeaux coordonnés qu’on leur donne pendant le trajet dans le truck. Oui, je devais rêver. Mais je n’arrêterai pas de rêver de si tôt. Je n'arrêterai pas de souhaiter que ce monde soit meilleur. Et que ce pays s’en sorte. Sans rêves, la réalité n’est rien.

 

Anik Buhlmann

le 15 Avril 2012

more...
bocharter's comment, April 20, 2012 5:14 AM
Anik,Vivement dimanche qu'on rigole un peu ...Beaut

From around the web

TAHITI Le Mag
Le beau, le bon et le bizarre
Curated by Anik Buhlmann
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

TE TAINUI

Once again the F-ONE team went off to discover new landscapes and live an extraordinary adventure. Raphaël SALLES put on his captain's hat for the time of a far-off…
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

ASP Billabong Pro Tahiti 2014 English Day 1 - YouTube

English Live Feed. (Day 1)
Anik Buhlmann's insight:

Billabong Pro has started!! Live feed directly from Teahupoo...

more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Michel Herbelin Antares TVC "A toutes les femmes qui sont en vous"

Tim & Stephanie Mckenna co-directed this film for Michel Herbelin Watches "ANTARES" interchangeable bracelets. Shot with a Red Epic in Mauritius with Vincent Kardasik…
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Snorkeling Just Got A Major Makeover

Snorkeling Just Got A Major Makeover | TAHITI Le Mag | Scoop.it
There's a beautiful world just waiting to be discovered under the sea. There's just one problem: It's under the sea.

In lieu of the invention of human gills, Tribord, a water sports company based in France, has designed the Easybreath mask, which ...
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Marlon Brando en rêvait, Tahiti le fait

Marlon Brando en rêvait, Tahiti le fait | TAHITI Le Mag | Scoop.it
Grâce aux technologies vertes les plus avant-gardistes, l'hôtel du futur naît actuellement à Tetiaroa, un atoll de Polynésie. Ouverture annoncée le 1er juillet. En exclusivité,  Le Figaro  l'a visité.
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Des baleines défilent dans le port de Papeete | La Dépêche de Tahiti

Des baleines défilent dans le port de Papeete | La Dépêche de Tahiti | TAHITI Le Mag | Scoop.it
Anik Buhlmann's insight:

Ceux qui passaient près du port de Papeete ce vendredi matin ont eu beaucoup de chance. Ils ont pu voir un fabuleux spectacle, celui de plusieurs baleines et baleineaux qui paradaient dans les eaux du port. Les animaux ont fait plusieurs allers et venues devant les yeux admiratifs des badauds.

more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Les élèves de l'Ecole de Commerce de Tahiti produisent un spot promotionnel pour VINI

more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Defining Moments: Jeremy Flores' Perfect 10 - Billabong Pro Tahiti 2013

Defining Moments: Jeremy Flores' Perfect 10 - Billabong Pro Tahiti 2013 | TAHITI Le Mag | Scoop.it
Jeremy Flores drops a perfect 10pt wave on Round 2 Heat 10.
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

To the heart of Tahiti - AMAZING DANCE !!! - Canon 5D

Feel the incredible magic of the Polynesian culture. Let you invade by this truly genuine emotion...
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Paddleboarding with Sharks and Stingrays in Tahiti

Subscribe for FREE FULL EPISODES online on CarbonTV: http://bit.ly/1s5qsEF In this segment from the 'Facing Waves' TV series, we explore both above and below...
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Seaching for New Beauty

Laissez vous inspirer par le Monoï… Ses origines paradisiaques, sa formule divine, ses bienfaits sur le corps et l’âme, nous guident dans la quête d’une autre idée de la beauté…
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Comment utiliser le monoï de Tahiti?

Comment utiliser le monoï de Tahiti? | TAHITI Le Mag | Scoop.it
BEAUTÉ- Évocatrice de vacances et de plages paradisiaques, l'huile sacrée de Tahiti possède des vertus cosmétiques souvent méconnues du grand public....
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

QUINTESSENCE CINE 2 TEASER

Anik Buhlmann's insight:

Tahiti vahines styled as a movie from the 60's. Let yourself be transported through time and space...

more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

PHARRELL WILLIAMS - HAPPY (WE ARE FROM TAHITI) - YouTube

The islands of Tahiti's answer to the worldwide "Happy" fever spread by Pharrell Williams. Directed by Nyko PK16 and Steve Figueras. Shot in the wonderful is...
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Alana Blanchard & Bethany Hamilton Team Up In The Kauai Surf! Ep. 306 - YouTube

Alana Surfer Girl (Season 3, Episode 6): Childhood friends and pro surfers Alana Blanchard and Bethany Hamilton reunite at home on Kauai to throw the Keiki C...
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Insolite : des baleines dans la rade de Papeete

Insolite : des baleines dans la rade de Papeete | TAHITI Le Mag | Scoop.it
PAPEETE, vendredi 18 octobre 2013 - Deux baleines et leur baleineau sont dans la rade du port depuis le début de la matinée. Un pêcheur dit avoir été témoin de la présence de ce qui lui a semblé un orque, au large de Papeete.
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Punaauia to Papeete & Papeete to Paea [HD] (Suction Cup)

Punaauia to Papeete & Papeete to Paea [HD] (Suction Cup) | TAHITI Le Mag | Scoop.it
Départ du haut du lotissement Te Tavake situé à Punaauia avec une magnifique vue sur Moorea (l'île soeur de Tahiti). Ensuite traversé de la RDO pour arriver ...
more...
No comment yet.
Rescooped by Anik Buhlmann from Italia Mia
Scoop.it!

Italy's Pantelleria: Erupting with beauty

Italy's Pantelleria: Erupting with beauty | TAHITI Le Mag | Scoop.it

The wild, windswept volcanic island of Pantelleria, Italy, — known as the Black Pearl of the Mediterranean — marries beach and mountain vacations like few other places can, with its hot springs of thermal waters on the Big Mountain and unspoiled crystal-blue-green sea waters that beckon sailors and sun worshippers.

It’s beautiful and savage, and attracts travelers looking to relax and unwind from the hustle and bustle of life.

It’s the island on which Ulysses spent seven years loving the nymph Calypso — or so legend has it.


Via Mariano Pallottini
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Une rencontre « percutante » avec la maîtresse de son mari

Une rencontre « percutante » avec la maîtresse de son mari | TAHITI Le Mag | Scoop.it

"Ce mercredi, la propriétaire d’une voiture circulait pour s’engager sur la RDO. Elle était suivie d’un autre véhicule qui ne respectait pas les distances de sécurité.

La suivant de trop près, la conductrice du second véhicule n’a pas eu le temps de freiner pour éviter la voiture qui venait de piler devant elle.

A l’arrivée des gendarmes les deux conductrices s’insultaient copieusement mais aucune d’elle n’était blessée. Un accident comme il en arrive malheureusement trop souvent… pas tout à fait.

En fait, en s’engageant sur la RDO la première conductrice, âgée de 63 ans, a eu le réflexe de regarder dans son rétroviseur et c’est là que les choses se sont gâtées.

Dans la voiture qui la suivait de trop près elle a reconnu le passager qui n’était autre que son mari en galante compagnie.

Surprise elle a écrasé  la pédale de frein et s’est fait emboutir par la voiture du couple illégitime… à l’arrivée des gendarmes, les deux femmes se réglaient leur compte… le mari volage lui était prudemment resté au fond de son siège.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Anik Buhlmann
Scoop.it!

Polynésie française : maladies non-transmissibles, attention danger! - Destination Santé

Polynésie française : maladies non-transmissibles, attention danger! - Destination Santé | TAHITI Le Mag | Scoop.it

Les rédacteurs du BEH ont mené en 2010 une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population polynésienne de 3 469 personnes âgées de 18 à 64 ans, réparties sur l’ensemble des archipels. Les données sociodémographiques et comportementales des participants ont été recueillies par un questionnaire administré à leur domicile. Des mesures physiques et physiologiques (poids, taille, périmètre abdominal, pression artérielle) ont complété le recueil. Objectif, obtenir l’incidence des facteurs de risque (tabagisme, consommation excessive d’alcool, alimentation déséquilibrée,sédentarité) des maladies non transmissibles telles que l’obésité et l’hypertension artérielle.

Encore trop de tabac et d’alcool

Les résultats suggèrent que « la Polynésie française comporte un nombre important de personnes à risque élevé de maladies non transmissibles ». En effet, la population de ces îles se compose de 41% de fumeurs. Par comparaison, en France métropolitaine, l’incidence du tabagisme est d’environ 30%. Côté alcool, les Polynésiens sont également de gros buveurs. « La quantité consommée en une seule occasion correspond en moyenne à 10,8 verres standards », indiquent les rédacteurs.

Par ailleurs, « seuls 12,7% de la population consomment au moins cinq fruits et légumes par jour ». Rien d’étonnant donc à ce que 40,4% des habitants soient obèses (contre 14% en France métropolitaine) et 26,7% hypertendus.

« Les programmes de prévention en place devraient être renforcés. Et une surveillance régulière des facteurs de risque de ces maladies devrait être mise en place par le biais d’enquêtes du même type répétées tous les dix ans », recommandent les rédacteurs.

more...
No comment yet.