Stop TAFTA TTIP GMT
270 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Don’t sacrifice environmental standards for EU-US trade deal, warns Greenpeace policy director

Don’t sacrifice environmental standards for EU-US trade deal, warns Greenpeace policy director | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it
Marco Contiero, Greenpeace’s EU agriculture policy director, discusses the potential negative effects of an EU-US free trade deal.
more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Jean Arthuis : 7 bonnes raisons de s'opposer au traité de libre-échange transatlantique

Jean Arthuis : 7 bonnes raisons de s'opposer au traité de libre-échange transatlantique | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it
FIGAROVOX/TRIBUNE - Bien que partisan de l'Europe, le sénateur centriste Jean Arthuis s'oppose fermement au traité de libre-échange transatlantique actuellement négocié par les Etats-Unis et les autorités européennes. Il expose ici les dangers que ferait peser cet accord sur la France et sur l'Europe.
more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Accord Transatlantique : Marché de dupes !

Extrait de l'émission Salut les Terriens sur Canal + le 29 Juin 2013 

more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens, par Lori M. Wallach (Le Monde diplomatique)

Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens, par Lori M. Wallach (Le Monde diplomatique) | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Engagées en 2008, les discussions sur l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne ont abouti le 18 octobre. Un bon présage pour le gouvernement américain, qui espère conclure un partenariat de ce type avec le Vieux Continent. Négocié en secret, ce projet ardemment soutenu par les multinationales leur permettrait d’attaquer en justice tout Etat qui ne se plierait pas aux normes du libéralisme.

more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Marché transatlantique

Marché transatlantique | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it
L'actualité en français sur l'avancée des négociations de libre échange entre entre l'UE et les Etats-Unis.

Par le blog ContreLaCour. Sur twitter @ActuTTIP

Pour vous abonner à la newsletter du journal et recevoir directement les nouveaux articles par email: http://eepurl.com/IyT81
more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

#TAFTA : Les élites économiques s'organisent... Et vous ? - YouTube

Le 10 avril, RDV à l'hôtel Shangri-la, 10 avenue d'Iena, à partir de 16h00. L'occasion de mettre en lumière l'opacité des négociations ...

more...
No comment yet.
Rescooped by Cristo Camille Nosarko from Marché transatlantique
Scoop.it!

Le gaz de schiste au cœur du sommet UE-USA

Le gaz de schiste au cœur du sommet UE-USA | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

L’approvisionnement de l'Europe en gaz de schiste dans le cadre du TTIP s’est invité à la table des discussions lors de la visite de Barack Obama à Bruxelles. 
Le gaz américain, enjeu des négociations du TTIP ? Cet assouplissement pourrait s’inscrire dans le cadre du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP, en anglais), l’ambitieux accord de libre-échange en cours de négociations entre les Etats-Unis et l’UE. Les promoteurs du TTIP assurent qu’un tel accord aurait un effet très bénéfique sur l’activité économique et l’emploi des deux côtés de l’Atlantique, mais celui-ci n’en suscite pas moins de nombreuses réticences. Les révélations sur l’espionnage de la National Security Agency (NSA) en Europe et les soupçons selon lesquels un tel pacte profiterait essentiellement aux grandes entreprises multinationales ont ainsi freiné les négociations. Mercredi, une cinquantaine de personnes ont manifesté devant le Parlement européen pour dire « non aux OGM » et dénoncer une complaisance des autorités américaines envers les organismes génétiquement modifiés. « Ce qui est en jeu, c’est la sécurité de notre alimentation et de notre environnement », a résumé le député européen Philippe Lambert, un élu belge du Parti vert européen. 


Via Magali Pernin
more...
No comment yet.
Rescooped by Cristo Camille Nosarko from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

[Pétition] 7 raisons de s’inquiéter des impacts du TAFTA sur la réglementation chimique

[Pétition] 7 raisons de s’inquiéter des impacts du TAFTA sur la réglementation chimique | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Le Réseau Environnement Santé, Générations Futures et Agir pour l’Environnement s’associent à une pétition de l’ONG CIEL (association internationale de juristes environnementaux) qui sera envoyée aux négociateurs européens et américains du traité de partenariat commercial transatlantique (alias TAFTA ou TTIP).
 
Un argumentaire de 3 pages  expose les 7 bonnes raisons de s’inquiéter des impacts potentiels du TAFTA sur la réglementation européenne des produits chimiques et des pesticides (Tract TAFTA Produits chimique)s. Il renvoie vers la pétition en amont d’un nouveau round de négociations qui s’ouvre le 10 mars.
(...)


Via Vie toxique
more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Accord transatlantique: Obama se heurte à une forte opposition aux États-Unis

Accord transatlantique: Obama se heurte à une forte opposition aux États-Unis | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Accord transatlantique: Obama se heurte à une forte opposition  
Un article de MEDIAPART par Iris Deroeux

Barack Obama est à Bruxelles, mercredi 26 mars 2014, pour un sommet USA-UE. Au menu : les négociations sur l'accord transatlantique, censé aboutir à la création de la plus grande zone de libre-échange du monde. Pour cet accord, l'administration Obama se heurte toutefois aux États-Unis à l’opposition de nombreux élus du Congrès et aux organisations d'une partie de la société civile.

New York, correspondance

Barack Obama rencontre, mercredi 26 mars à Bruxelles, le président de la commission européenne José Manuel Barroso. Il sera question d'Ukraine mais aussi d'un autre sujet brûlant : le T-TIP, acronyme désignant le Transatlantic Trade and Investment Partnership, un accord commercial entre l’Union européenne (UE) et les États-Unis censé aboutir d’ici 2015 à la plus grande zone de libre-échange du monde.
Barack Obama arrive en effet quelques jours après une nouvelle session de discussions entre les délégués américains et les experts de la commission européenne (à qui les 28 ont donné mandat pour négocier). Depuis juin 2013, ceux-ci se sont déjà rencontrés quatre fois et un cinquième round est prévu cet été à Washington. Un tel rythme indique une volonté d’avancer vite sur ce sujet des plus polémiques, suscitant craintes et critiques de part et d’autre de l’Atlantique.

« Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations », lâchait François Hollande lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue américain, en février dernier (lire notre article). Le week-end dernier, le représentant américain au Commerce, Michael Froman, appelait, lui, les Européens à ne pas laisser les prochaines élections européennes freiner le rythme des négociations.

Mais Michael Froman a beau vouloir accélérer la manœuvre, il semble oublier qu’aux États-Unis, les obstacles à la signature d’un accord avec l’UE sont nombreux. Pour commencer, l’administration Obama va devoir convaincre le Congrès de l’intérêt de ce grand accord commercial. D’autant plus que ce n’est pas le seul : l'administration est déjà engagée dans d’autres négociations, entreprises dès 2009 et bien plus avancées, sur un accord de libre-échange avec onze pays d’Asie. Il s’agit du Trans-Pacific Partnership (TPP), qui occupe actuellement beaucoup plus l’espace médiatique américain. 

Ces accords de libre-échange suscitent la méfiance de nombreux élus et groupes représentant la société civile. Ils dénoncent la manière dont sont menées ces différentes négociations commerciales et s’interrogent sur les gains économiques que les Américains sont censés en tirer. Au point que, pour le moment, le Congrès n’a pas accordé à l’administration Obama le mandat officiel lui permettant de négocier !

De ces discussions à huis clos, dont ne filtre quasiment aucun document officiel, on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’elles sont déjà extrêmement complexes voire confuses. Le T-TIP est un projet d’accord des plus ambitieux. Il a la spécificité de porter à la fois sur l’abaissement des barrières tarifaires (déjà faibles entre l’UE et les États-Unis) et sur une harmonisation des normes et des règlements. Autrement dit, il s’agit d’aligner les réglementations américaine et européenne dans un ensemble de secteurs allant de l’agriculture à l’industrie, en passant par l’énergie, la santé ou encore les procédures d’attribution des marchés publics. Le but est de créer une sorte de grand marché intérieur.

Un tel objectif est souvent vu comme démesuré voire insensé, notamment parce qu’il s’agirait pour l’atteindre d’harmoniser les fonctionnements propres à chaque État voire leurs modèles de société. Les différentes sessions de négociations l’illustrent assez bien : à chaque fois, des délégués arrivent avec de nouvelles requêtes soulignant les particularités de leur État, et devant faire exception.

Du côté américain, le secteur des services financiers est ainsi un sujet de discorde. Les Américains ne veulent pas que ceux-ci figurent au menu de la négociation. « Ils ont en mémoire les débats houleux et interminables provoqués par l’initiative de réforme du secteur bancaire au Congrès, connue sous le nom de Dodd-Frank. S’y atteler de nouveau leur paraît trop difficile, ils ne veulent pas y toucher », analyse Edward Alden, expert des politiques commerciales américaines pour le think tank Council on Foreign Relations. Même chose du côté des Européens, qui ont récemment demandé l'instauration de quotas sur les importations de bœuf et de poulet.

Au bout du compte, la négociation paraît si délicate qu’on a du mal à comprendre pourquoi les deux partenaires commerciaux se sont fixés un tel objectif. L’argument est celui de la croissance économique, répète-t-on des deux côtés de l’Atlantique. « Le T-TIP a pour but de promouvoir la croissance aux États-Unis et en Union européenne et d'ajouter de nouveaux emplois aux 13 millions existant déjà grâce aux investissements et au commerce transatlantique », lit-on sur la page du représentant américain au Commerce.

« L’intention de l’administration américaine est double,précise Edward Alden. Il s’agit d’une part de continuer de libéraliser les échanges, en estimant que cela a des effets positifs sur la croissance, et en privilégiant les accords bilatéraux car les négociations multilatérales sous l’égide de l’OMC n’avancent plus depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’autre part de mettre en place un ensemble de règles permettant de restreindre l’influence de la Chine, puisque tant les États-Unis que l’Europe s’inquiètent des pratiques commerciales chinoises. »

Mais l’argument de la croissance économique ne convainc pas grand-monde pour le moment. En outre, il ne suffit pas à justifier le secret qui entoure les négociations. Le sujet est donc devenu politiquement explosif aux États-Unis. Les critiques d’élus et de groupes issus de la société civile sont de plus en plus vives. 

Le lobbying des grandes entreprises

La critique porte sur plusieurs points. De nombreux groupes de protection de l’environnement, de consommateurs ou encore de défense de la justice sociale dénoncent le système de négociation à huis clos mais aussi la surreprésentation des intérêts des grandes entreprises dans les instances de négociations. « Sur les 556 experts ayant voix au chapitre, près de 90 % sont issus du milieu privé et industriel », note Ilana Solomon, du Sierra Club, l’une des plus grandes associations écologistes américaines. 

Elle fait ainsi référence aux vingt-huit comités de conseil qui existent de manière pérenne à Washington et qui sont consultés lors de la mise en place de toute nouvelle politique commerciale. Cette infographie du Washington Post permet de comprendre qui composent ces comités . On y retrouve les données citées par le Sierra Club. 85 % des experts sont issus des grandes entreprises et du privé tandis que les milieux de la recherche, les ONG ou encore les syndicats de travailleurs se partagent les sièges restants.

Sans droit de regard, les associations s’inquiètent donc de voir disparaître des droits sociaux et des normes de sécurité, par exemple dans les domaines environnementaux ou alimentaires. Le tout, « pour des bénéfices économiques minimes voire inexistants », juge Melinda St Louis, de la grande association de défense des consommateurs Public Citizen. Elle précise que c’était également l’argument lors de la négociation de l’accord NAFTA (accord de libre échange nord-américain signé en 1994), « et qu’en dix ans, on a toujours pas vu les fameuses retombées économiques promises ».

Cette longue liste de doléances n’a pas échappé aux élus du Congrès, par ailleurs vexés d’être à ce point tenus à l’écart des négociations. Ils se montrent par conséquent très réticents à soutenir l’administration Obama dans sa démarche. 

En janvier, le président américain demandait en effet au Congrès, lors de son discours sur l’état de l’Union, de lui accorder certains pouvoirs spéciaux lui permettant de négocier plus rapidement les grands accords commerciaux bilatéraux en cours avec l’Asie et l’Europe. Une procédure dite « fast track authority », qui équivaut à une forme de blanc-seing accordé par les élus au président, si ceux-ci estiment que c’est le meilleur moyen d’avancer.

Cette procédure a permis de négocier les derniers grands traités de libre-échange tel que NAFTA. Quand elle s’applique, le Congrès n’est consulté qu’une fois le texte de l’accord finalisé, avec un simple vote « oui ou non », sans possibilité de l’amender.

Sauf que, à la surprise générale, les élus démocrates s’y opposent. Ils sont une majorité dans le propre camp de Barack Obama à dire qu'ils refusent un tel privilège au président, estimant qu’ils doivent avoir un droit de regard sur ces négociations. Du côté républicain, l’idée de libéraliser les échanges rencontre plus de succès, mais la forme des négociations en dérange aussi certains : une cinquantaine d’élus de la mouvance Tea Party exige de l’administration qu’elle rende les négociations plus transparentes. 

L’administration Obama se retrouve donc bloquée, préférant patienter plutôt que de se soumettre à un vote du Congrès et se voir refuser la « fast-track authority ». En attendant, elle se voit contrainte de mener une opération séduction auprès de son propre camp, en espérant qu'il change rapidement d'avis… Ça ne risque pas d’arriver dans les prochaines semaines : les élections américaines de mi-mandat se tiennent en novembre prochain. La campagne va bientôt commencer et, avec elle, une période très peu propice à la prise de risque politique.

Les négociations ont donc beau se poursuivre avec l’Union européenne, l'accord transatlantique n'est définitivement pas pour demain.

more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Contrer le GMT: Intervention de Jean-Luc Mélenchon

A la veille de la venue d'Obama à Bruxelles c'était l'occasion de dénoncer le Grand marché Transatlantique qui se négocie en coulisse dans le dos des peuples.
more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Le diable s'habille en TAFTA ? Grand marché (de dupe) transatlantique ?

+ d'info : -Le grand marché transatlantique | Attac France http://www.france.attac.org/dossiers/quest-ce-que-tafta -TAFTA | La Quadrature du Net http://www.l...
more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

José Bové dénonce le TAFTA - TTIP à Strasbourg - YouTube

José Bové filmé à la librairie Kléber à Strasbourg le 25 février 2014
more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Le conseil régional d'Ile-de-France s'oppose au Grand marché transatlantique

Le conseil régional d'Ile-de-France s'oppose au Grand marché transatlantique | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Le Conseil régional a voté une motion déclarant l’Ile-de-France "Zone hors TTIP". Parti de gauche et écologistes se sont alliés, joints par le PC, tandis que les conservateurs (PS et UMP) s’abstenaient.

more...
No comment yet.
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Manif anti-TAFTA / GMT à Paris (10 avril)

Le 10 avril, dans les salons luxueux de l’hôtel Shangri-la à Paris, s'est tenu un symposium d’hommes d’affaires et de membres des institutions européennes : le « The Future of Transatlantic Trade » (« l’avenir du commerce transatlantique »). Impossible de pénétrer l'hôtel, pas plus que de parler aux invités qui sont sortis par la porte de derrière ou protégés par un important dispositif policier. Verts, partis de gauche, Parti Pirate et associations se sont réunis autour d'un même combat : préserver la démocratie, les droits des travailleurs ou encore les normes environnementales. Le but : "l'effet Dracula", jeter la lumière sur ce traité négocié dans l'opacité la plus totale pour qu'il disparaisse de lui-même.
more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

#TTIP #TAFTA Watch

#TTIP #TAFTA Watch | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

The Trans-Pacific Partnership n. 1. A "free trade" agreement that would set rules on Trade but Mostly on NON-TRADE matters such as food safety, internet freedom, medicine costs, financial regulation, and the environment.
2. A binding international governance system that would require the United States, Australia, Brunei, Canada, Chile, Japan, Malaysia, Mexico, New Zealand, Peru, Singapore, Vietnam, and any other country that signs on to conform their domestic policies to its rules.

3. A secret trade negotiation that has included over 600 official corporate "trade advisors" while hiding the text from Members of Congress, governors, state legislators, the press, civil society, and the public.

First the ongoing https://www.rebelmouse.com/EUPRISM #surveillance states sponsored datamining of the whole internet & militarization of the network, and now the #TPP or #TTIP ?

Someone is kidding with us and #EP2014 elections are coming, https://www.rebelmouse.com/EPwatch if these 2 matters of real importance for the definition of the word Democracy are not cleared out and publicly debated and changed for good for the very sake of our "democracies", with the rise of the far rights parties, the question of legitimacy, the vision for europe in tune with citizens, now this trade agreement ? couldn't be a better Timing for the #TTIP sincerely add #Olympics at #Fukushima and we have a picture for the definition of blindness !

This page shows official information, critics, citizens reactions over the world about the #TPP

curated by @euwatchers and the Internet


Cristo Camille Nosarko's insight:

l'agrégateur des post sur les traités de libre échange #TPP #TAFTA #TTIP #GMT #Ceta .... 

more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

DOSSIER sur le Traité transatlantique de libre-échange

DOSSIER sur le Traité transatlantique de libre-échange | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

On l'appelle Traité de libre-échange transatlantique, TAFTA, TPPIP, et d'autres noms encore. Tout est fait pour qu'on n'y comprenne rien ...

Cristo Camille Nosarko's insight:

le dossier sur le Traité de libre-échange transatlantique #TAFTA, #TTIP #GMT ..  sur le site de Reporterre : 

more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

Accord transatlantique : la Commission Européenne piétine le débat démocratique

Accord transatlantique : la Commission Européenne piétine le débat démocratique | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Pour Attac et Aitec, la consultation sur la protection des investissements, lancée aujourd’hui dans le cadre des négociations sur l’accord de libre-échange Union européenne-États-Unis, est une parodie de débat.

more...
No comment yet.
Rescooped by Cristo Camille Nosarko from Marché transatlantique
Scoop.it!

[Le Canard Enchaîné] Le traité qui va nous maltraiter

[Le Canard Enchaîné] Le traité qui va nous maltraiter | Stop TAFTA TTIP GMT | Scoop.it

Article publié dans Le Canard Enchaîné du 19 mars 2014.

SANS tambour ni trompette, des délégations européennes et américaines se sont rencontrées tout au long de la semaine dernière à Bruxelles pour le quatrième round de négociations sur le fameux traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Ce traité dont François Hollande a récemment dit devant Obama qu’il souhaitait sa ratification « le plus vite possible », ce qui nous promet bien du plaisir… Car son but est d’éliminer les « obstacles réglementaires inutiles au commerce ». Et ce dans tous les domaines : à part le cinéma, exception culturelle qui confirme la règle, tout sera passé au karcher : agriculture, environnement, énergie, aéronautique, automobile, services, contrats publics, normes, etc. Ça va saigner !


Via Magali Pernin
more...
No comment yet.
Rescooped by Cristo Camille Nosarko from schiste, huile, gaz et fracturation
Scoop.it!

Non à la fracturation hydraulique : TAFTA et schiste… 


Via isa77_Jouarre
more...
Suggested by Christo Miche
Scoop.it!

Action France Télévisions / TAFTA - YouTube

Le 10 Mars, des citoyennes et des citoyens se sont rendus au pied de France Télévision pour réclamer un débat démocratique et une information juste à propos du traité transatlantique #TAFTA #GMT

more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

François Delapierre face à Pascal Lamy sur le commerce mondial

François Delapierre débat avec Pascal Lamy, ancien directeur général de l'Organisation mondiale du commerce.
more...
No comment yet.
Scooped by Cristo Camille Nosarko
Scoop.it!

"Faisons des Européennes un référendum du GMT!" F. Delapierre

François Delapierre appelle à faire des élections européennes un référendum sur le Grand Marché Transatlantique, face au refus de Pascal Lamy, membre du Parti Socialiste et fervent défenseur de la mondialisation.
more...
No comment yet.