La popularité de #Sarkozy s'érode. Mais Je ne vois pas de divergences fondamentales avec #Hollande. Pêche ? | SPIP - cms, javascripts et copyleft | Scoop.it

SONDAGE LH2/NOUVEL OBS. 61% des Français ont une opinion négative du chef de l'Etat, qui recule plus plus nettement au sein de l'électorat de droite.

 

Le débat sur le déficit de l'Etat, et la récente annonce de mesures d'austérité semblent jouer sur la popularité de Nicolas Sarkozy et François Fillon, selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur réalisé les 9 et 10 septembre.

La popularité du président de la République se situe à 34% d’opinions positives, en retrait de 2 points ce mois-ci par rapport à la dernière mesure de l’Observatoire de l’Opinion effectuée au début du mois de juillet (36%).

 

Sa popularité s’effrite tout particulièrement auprès de populations traditionnellement proches de la droite. Alors que le gouvernement a annoncé des mesures taxant symboliquement les hauts revenus, Nicolas Sarkozy recule de 7 points auprès des personnes issues de foyers ayant des revenus de 3.000 euros et plus, passant de 41% à 34% d’opinions positives.

 

Les catégories les plus âgées de la population (65 ans et plus, -4 points à 48%) et les retraités (-3 points, à 46%) suivent la même tendance.

Chez les sympathisants UMP, le chef de l’Etat perd 5 points d’opinions positives (à 82%), et 14 points d’opinions "très positives"(17% contre 31% en juillet). Enfin la baisse s'enregistre aussi auprès des cadres (-8 points, à 33%) et des 18-24 ans (-8 points, à 21%).

 

François Fillon semble lui aussi pâtir de l’effort demandé aux Français. Le Premier ministre enregistre une baisse de 3 points de sa popularité entre juillet 2011 et septembre 2011, passant de 48% à 45% d’opinions positives à son égard.

Le Premier ministre est en net repli auprès des plus jeunes, -20 points chez les 18-24 ans (à 32%) et -7 points chez les 25-34 ans (à 35%), des plus âgés (-4 points à 61%) et des retraités (-5 points 58%).

Comme Nicolas Sarkozy, François Fillon est sanctionné par les catégories les plus aisées de la population (-9 points à 46%) et les cadres (-10 points, à 48%). Idem pour les sympathisants de l’UMP chez qui il perd 3 points (à 87%).