Oracle veut « démystifier la mode NoSQL », et pose la question des ressources nécessaires pour tirer partie de ces bases de données