Et s’il était temps pour les entreprises de se doter d’un idéal ? | SocialWebBusiness | Scoop.it

Hier se déroulait à l’Espace Pierre Cardin à Paris, la conférence TEDx Concorde sur le thème de la diversité. Les conférences TEDx sont des évènements locaux inspirés par la conférence TED , dont la prochaine édition aura lieu à Long Beach du 27 février au 2 mars 2012. En attendant que les vidéos de TEDx Concorde d’hier soient disponibles, j’ai décidé de consacrer ce post hebdomadaire #JourDuPenseur à un thème qui m’est cher depuis quelques années : les innovations à valeur sociétale ajoutée, titre d’un article que j’avais publié dans le journal Le Monde en 2007, qui fut aussi le sujet de l’excellente intervention d’Elisabeth Laville (vidéo ci-dessus) lors de TEDx2011, consacrée au “développement durable 2.0″. Elisabeth (avec qui j’ai eu le plaisir de travailler juste avant qu’elle ne crée son cabinet Utopies), plaide pour l’intégration du développement durable dans l’offre des entreprises, et non simplement dans leur manière de produire : “si on ne change pas l’offre, on ne change pas grand chose”. Pour résumer sa pensée : il vaut mieux produire des voitures propres dans des usines sales que l’inverse. Elle appelle à un changement de “business model” des entreprises afin qu’elles orientent leurs innovations et transforment les marchés et, par voie de conséquence, les comportements des consommateurs. Cette transformation des marchés au nom d’un idéal est aussi le thème principal d’un livre intitulé “Grow” que vient de publier Jim Stengel, l’ancien patron mondial du marketing de Procter & Gamble.