SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant
1.1K views | +1 today
Follow
SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant
Toute l'actualité sur le référencement naturel et le référencement payant! Comment trouver la parfaite combinaison gagnante entre SEO et SEA?
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

1 Français sur 2 regarde YouTube chaque jour ! - JVWEB

1 Français sur 2 regarde YouTube chaque jour ! - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Alors que les plans marketing 2017 se profilent, YouTube s’impose comme l’une des tendances incontournables. Et pour cause, près de 50% de la population française consacrent plusieurs minutes chaque jour à visionner des vidéos sur le second moteur de recherches mondial. Quelles aubaines pour les marques ? Quels sont les contenus qui séduisent ? Plongée au cœur des accros de YouTube !

YouTube, un carrefour d’audiences attentives…

Toujours en progression, YouTube affiche, d’année en année, des résultats insolents. En 2016, la plateforme vidéo affirme rassembler, chaque jour, 1 français sur 2, âgés de 16 à 44 ans. Plus de 60% d’entre eux se connecteraient même plusieurs fois par jour… 25% des 24-35 ans se connecteraient dès le réveil ou le soir au coucher, de manière réflexe.

L’on pense souvent, à tord, que les jeunes sont le cœur de cible YouTube. Aujourd’hui, près de 40% des connectés sont pourtant parents. Une tendance qui tend à se confirmer, puisque, lors des 12 derniers mois, le temps passé sur YouTube a augmenté de 40%, toutes populations confondues.
YouTube, les segments les plus porteurs

Installé dans les habitudes des français, YouTube s’est imposé comme une solution simple et ludique pour accéder à une information. Ainsi, au cœur des motivations énoncées, l’on retrouve une volonté de :

- s’informer sur un sujet précis (45% des femmes)
- suivre l’actualité
- dénicher de nouvelles tendances
- chercher un conseil ou une recommandation
- trouver une solution à un problème (32% des femmes)
- s’offrir une pause détente

Des motivations, qui répondent, notamment, à une succession de micro-moments. Faciles à trouver, rapides à consulter, les vidéos YouTube permettent d’explorer ses passions, et de consommer à l’envie des contenus « snackables ». 34% des utilisateurs apprécient également de trouver sur la plateforme des contenus qui ne sont pas disponibles ailleurs.

Evidemment, certains contenus font davantage recette que d’autres. Ainsi, au top 3 des segments les plus consultés, l’on retrouve :

- la musique : segment le plus consommé sur Youtube
- le lifestyle : 1 tiers des utilisateurs regarde des contenus lifestyle, c’est 2 fois plus que la comédie
- le sport : 75% des personnes suivant des vidéo de sport font leur fitness à domicile en parallèle !

YouTube, quel chemin vers la conversion ?

Outre son audience colossale, YouTube a pour véritable point fort sa capacité à générer de l’intérêt et de l’engagement. Plus de la moitié des utilisateurs utilisant déjà la plateforme comme lieu d’apprentissage, YouTube a su gagner la confiance de ses utilisateurs. C’est précisément cette capacité à influencer les décisions, d’achat notamment, qui fait la force du réseau.

Quelques chiffres là encore :

- 39% des utilisatrices ont découvert une nouvelle marque sur YouTube
- 44% suivent des marques qui les séduisent
- 68% ont déjà finalisé un achat après avoir visionné une vidéo sur YouTube
- 47% se sont déjà rendues en boutique suite à la lecture d’une vidéo
- 44% ont téléchargé une application

Les chiffres sont sensiblement les mêmes sur les segments des fans de sport ou de gaming. Ainsi, sur les audiences les plus importantes, l’on note un fort pouvoir d’influence. Aujourd’hui, 1 acheteur sur 3 dit avoir consulté une vidéo sur YouTube avant d’acheter.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

AdWords : trackez simplement vos ventes en boutique ! - JVWEB

AdWords : trackez simplement vos ventes en boutique ! - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Point de convergence entre trafic local et stratégie Mobile First, le tracking des ventes en boutique est au centre des préoccupations de Google. Pour preuve, la sortie de deux nouveaux rapports permettant d’avoir une vision éclairée de l’impact de vos campagnes AdWords sur les performances réalisées en boutique. Le premier s’intéresse à la distance, le second traite, lui, du ratio entre clics et visites réelles. Découverte !

AdWords : mesurez la distance qui vous sépare de vos clients !

Destiné à tous ceux qui s’appuient sur une campagne AdWords pour promouvoir leurs produits vendus en boutique, à proximité, ce rapport se focalise sur la distance. Pour cela, AdWords est désormais capable de traquer le nombre de visites en boutique, au regard de la distance qui sépare l’utilisateur de votre point de vente, au moment où il fait sa recherche initiale.

Particulièrement utile, cette information vous permet de :

définir votre principale zone de chalandise : celle où rayonne votre campagne, celle où votre taux de visite est le plus élevé
ajuster vos enchères, et éventuellement annonce, afin de cibler plus spécifiquement ce bassin
à l’inverse, il vous permet d’exclure les populations trop éloignées, qui ne viendront pas jusqu’à vous.

Pour le moment, le rapport de distance AdWords est disponible uniquement sur le Search. Il sera prochainement complété par son équivalent, orienté Google Shopping.


Rapport de Performance : le point sur les visites en boutiques

Complémentaire du premier, ce rapport-ci a pour objectif de déterminer quelle zone géographique a généré le plus de clics, qui ont, eux mêmes, aboutis à une visite en boutique. Imaginons, par exemple, que vous disposiez, en plus de votre site, d’une dizaine de boutiques réparties sur toute la France. Ce rapport peut vous indiquer que celle de Paris, puis de Toulouse génère de plus en plus de clics, transformés en visite. A l’inverse, que celle de Caen ne fonctionne pas…

Là encore, cette information supplémentaire permet d’ajuster avec pertinence vos investissements. Ceci passe, par exemple, par :

une meilleure ventilation des budgets alloués par boutique
un ciblage géographique plus fin
des exclusions sur certains points de vente
une réorganisation du modèle d’attribution locale

Rapports AdWords & Ventes Locales, comment y accéder ?

Afin de disposer, vous aussi, de ces informations, rendez-vous sur votre interface de gestion AdWords.
A partir de là, vous trouverez :

le rapport de Distance, sous l’onglet Variables (Affichage: Distance)
le rapport de Performance des Visites, sous l’onglet Paramètres (Paramètres > Zones > Consulter les rapports sur la zone géographique)

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Petit guide SEO pour débutants

Petit guide SEO pour débutants | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Cet article s’adresse principalement aux personnes qui désireraient débuter dans le SEO ou à d’autres ayant peu, voire aucune connaissance dans ce domaine. Il ne s’agit en aucun cas d’un guide complet, mais d’une introduction au sujet ainsi que de quelques conseils venant d’un « SEO-beginner ». Je vous expose dans cet article mon expérience et mes débuts dans l’univers du SEO…

Pourquoi le SEO ?

La question que beaucoup peuvent se poser est : pourquoi s’attarder à faire du SEO ? La raison est simple : le référencement pour être référencé le mieux possible par Google (ou d’autres moteurs de recherche alternatifs). Cela parait simple à première vue, mais c’est une tâche plus complexe que vous pourriez le penser.


Comment ça marche ?

Tout a démarré avec une introduction du sujet et une première approche de l’outil Google Adwords. Le référencement Google que je pensais être quelque chose de relativement simple reposait en réalité sur de nombreux paramètres dont j’ignorais l’existence.

Pour vous aider à comprendre comment fonctionne le référencement de Google, imaginez une petite fille de 12 ans. Votre site internet doit être optimisé et les mots-clés ont une importance capitale. Cette petite fille de 12 ans ne veut pas perdre de temps à chercher des informations, c’est pour cela que vous devez l’aider en utilisant des keywords afin qu’elle trouve rapidement l’information. L’outil Adwords sera votre meilleur ami et vous permettra de connaître les tendances et le nombre de recherches moyennes par mois pour un mot ou groupe de mots en particulier. En fonction du nombre de recherches, vous pourrez ajuster vos mots-clés de vos titres sur votre site afin de montrer à Google que vous proposez exactement ce que les gens recherchent.

Prenons l’exemple de l’entreprise dans laquelle je travaille depuis maintenant 1 mois. Imaginons que 10’000 personnes recherchent « boucles d’oreille acier » sur Google. Ce groupe de mots ne serait pas pertinent puisque notre site ne propose que des articles pour homme. Le groupe de mots adéquat à incorporer dans le titre du lien Google vers le site serait donc « boucles d’oreille acier homme ». Cependant, si nous décidions d’utiliser le premier groupe de mots « boucles d’oreille acier », le « Click Through Rate » (CTR), c’est-à-dire le ratio taux de clics/nombre d’affichages pour ce groupe de mots-clés serait faible puisque la majorité des personnes recherchant des boucles d’oreilles sont des femmes, et que le site ne propose que des produits pour hommes.

Un autre paramètre que Google prend en compte est le « time on site« , c’est-à-dire le temps qu’une personne passe sur un site. Plus le temps est faible, plus Google comprendra que votre site n’est pas pertinent. Si ces deux ratios étaient faibles, Google nous déclasserait, loin de la 1ère page tant convoitée, et remonter la pente n’est pas chose aisée.


Comment optimiser votre site internet ?

Chaque élément de votre site est important : le titre de votre page, la headline h1, la headline h2, le texte et les images.

Commençons par le titre que je préfère appeler « en-tête » pour éviter toute confusion. Celle-ci doit être claire, concise et précise. Le nombre de pixels est compté : 512 en règle générale. Votre en-tête doit contenir le maximum d’informations sans dépasser 512 pixels, c’est une simple question de clarté afin de la rendre attractive à l’œil. Elle doit également pouvoir résumer ce que votre page propose ;
La headline h1, appelée h1, pourrait être qualifiée de titre. Sur Google Chrome, vous avez la possibilité de voir à quoi correspond la h1 sur une page d’un site en effectuant un clic droit puis en cliquant sur inspecter. La h1 doit être le plus proche possible de votre en-tête, orthographiquement parlant, encore une fois, pour des raisons de référencement ;
La h2, ou headline h2, est en général le sous-titre qui permet d’ajouter quelques informations à votre titre. Restez simple et concis ;
Le texte est un élément important. Sachez que Google apprécie les pages où du texte apparait. Cela permet de donner de la crédibilité à votre site. Il faut savoir être créatif et savoir rester pertinent en utilisant le plus de mots-clés possible ;
En ce qui concerne les images, elles ont aussi de l’importance et permettent d’ajouter de la crédibilité à votre site internet. Attention à ne pas non plus en abuser.

Comment améliorer son référencement?

Pour être le mieux référencé et être bien vu par Google, il est recommandé, voire nécessaire d’avoir des links URL renvoyant à votre page internet. Comment faire ? Voici les principales possibilités qui s’offrent à vous :

- Les forums ;
- Les annuaires professionnels (ou non-professionnels) ;
- Les blogs en rapport avec votre domaine d’expertise ;
- Les articles de journaux en ligne ;
- Et enfin le Saint Graal : les universités/gouvernements. Ces deux derniers sont extrêmement influents, mais sont des liens parfois très complexes et longs à obtenir.

Tous ces sites ont des influences différentes et leur influence peut être mesurée par des outils comme Ahrefs. Vous pouvez considérer un site comme intéressant lorsque le « Domain Rating » du site est au-dessus de 40. Les universités et gouvernements se trouvent entre 50 et 70, ce qui est considérable. Si un de ces derniers venait à citer votre site, cela ferait comprendre à Google que votre site est un site de confiance et très pertinent. Cela ferait accroître son Domain Rating et aiderait fortement à être référencé naturellement par Google.


Conclusion

Le SEO est une pratique parfois mal vue et beaucoup décident de le négliger. Cependant, il n’a plus à faire ses preuves et les résultats d’une campagne SEO peuvent avoir un impact très positif sur un site internet en termes de visibilité et de nombre de clics.

Aussi, de nombreux outils sont créés chaque jour et sont parfois accessibles gratuitement. Le SEO est une pratique en pleine évolution qui ne cesse de prendre de l’importance. Le négliger serait une grossière erreur. Il ne s’agit pas d’une simple action d’un jour, mais bien d’une pratique quotidienne qui demande beaucoup d’attention.

J’espère avoir été relativement clair en exposant ces quelques éléments du SEO et avoir donné l’envie à certains de se lancer. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un guide complet, mais d’une simple introduction au monde du SEO.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Content marketing et adblocks : l'entente cordiale - In Words We Trust - Le magazine du content marketing

Content marketing et adblocks : l'entente cordiale - In Words We Trust - Le magazine du content marketing | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Le constat est sans appel : 75 % des internautes s’interrogent sur la confiance qu’ils peuvent accorder au contenu des publicités en ligne. La majorité d’entre eux se dit indisposée par leur caractère intrusif et par le côté Big Brother des bannières.

Résultat : 35 % des internautes européens utilisent un bloqueur de publicités (adblock) pour échapper à ce qu’ils considèrent, à tort ou à raison, comme un déferlement qu’ils n’ont plus envie de subir.

Y a-t-il une solution pour que les marques et entreprises puissent continuer malgré tout de mettre à profit ce formidable vecteur de communication que constitue Internet ? Il y en a plusieurs, souvent mises en œuvre en synergie, et qui tournent toutes autour du principe d’une philosophie marketing axée sur le respect du consommateur et de sa liberté d’initiative.

L’une d’elles s’appelle le content marketing.

Comment fonctionne un adblock ?

Un adblock est une application qui s’installe en extension d’un navigateur (Chrome, Firefox…). Une fois activé, il bloque automatiquement l’affichage des publicités au chargement d’une page web, grâce à des listes de filtres constamment remises à jour. Les paramètres de filtrage peuvent être personnalisés, mais la plupart des utilisateurs s’en tiennent aux réglages par défaut.


La riposte anti-adbloks

La publicité étant pour de nombreux sites une source de revenus indispensable, certains d’entre eux verrouillent l’accès à leurs contenus tant que l’internaute n’a pas désactivé son adblock. Mais l’effet est bien souvent contre-productif : les allergiques à la pub quittent le site au profit de la concurrence.

D’autres sites misent sur l’affichage pédagogique d’un message invitant le visiteur à neutraliser le bloqueur pour leur URL, en argumentant notamment sur une politique sélective de publicités non intrusives. Le succès de cette démarche est très relatif, le choix de recourir aux adblocks est le plus souvent sans retour.


Le content marketing : la solution de contournement des adblocks

Dans ce type de situation, la solution n’est pas de combattre un ennemi qui aura de toute façon le dernier mot, mais de faire preuve de renouvellement et d’inventivité. Une part croissante des internautes ne veut plus de la publicité digitale classique, il faut donc leur proposer autre chose, en accord avec leurs attentes, avec leur souci de liberté et de respect de l’espace digital privé.

Le content marketing répond à ces attentes, dans la mesure où il n’agresse pas, ne cherche pas à tout prix à imposer une marque ou un produit. De nombreux médias qui souffrent du blocage des publicités traditionnelles se tournent d’ailleurs de plus en plus vers un modèle économique basé sur le native advertising, un format de communication de marque partie prenante du marketing de contenu.

Le content marketing n’a que faire des adblocks ; ses formats de diffusion ne sont pas publicitaires, il n’entre donc pas dans le champ des listes de filtrage. En réalité adblocks et content marketing s’ignorent tout simplement, parce qu’ils ne jouent pas sur le même terrain. Cette entente cordiale par défaut de champ de bataille commun ouvre un territoire infini au règne de la créativité.

Aux marques et aux entreprises de s’en emparer pour créer et diffuser des contenus à la hauteur de leurs enjeux.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

SEO : courte traîne vs longue traîne - BtoBMarketers.fr

SEO : courte traîne vs longue traîne - BtoBMarketers.fr | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Le concept de la courte traîne et de la longue traîne fait parti des stratégies de SEO que les entreprises mettent en place dans le but de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche et ainsi augmenter leurs opportunités de business.

Le concept de courte traîne (Top recherches), c’est-à-dire, un ou deux mots au maximum correspond à peu de requêtes effectuées par les internautes sur les moteurs de recherche mais qui génèrent chacune beaucoup de trafic.

Par opposition, la longue traîne, c’est-à-dire plus de 2 mots, correspond à beaucoup de requêtes qui chacune génère peu de trafic mais dont la somme peu s’avérer très importante.

Explications dans l’infographie réalisée par Wifeo éditeur de site internet.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Entreprise B2B : 10 idées de contenus d'expert > Blog redacteur.com

Entreprise B2B : 10 idées de contenus d'expert > Blog redacteur.com | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Votre entreprise s’adresse aux professionnels ? Dans ce cas, votre Content Marketing doit s’adapter au marché B2B pour remplir ses objectifs d’acquisition et de transformation client.

Pour vous aider à trouver l’inspiration et à nourrir constamment vos prospects avec votre expertise, voici 10 idées de contenus B2B à exploiter dès maintenant !

Étude de cas client

La publication d’études de cas client permet aux entreprises de positionner concrètement leur expertise. Cependant, ce format de contenu ne doit pas être perçu comme une « promotion déguisée».

Il est donc essentiel de s’appuyer sur de vrais clients et des actions concrètes qui parleront à vos prospects. Pour faire en sorte que votre cible s’identifie à l’étude de cas, prenez le temps de présenter l’entreprise, sa problématique, les données chiffrées au moment de la prise de contact, les solutions proposées, chaque étape de votre intervention et les résultats chiffrés.



Interview client

Pour aider vos prospects dans leur décision d’achats, il est conseillé de proposer des contenus portant sur des interviews client. En effet, ces dernières facilitent le name-dropping et possèdent davantage une valeur de recommandation que de promotion. Or, les prospects sont friands de retours d’expérience authentique !
Étude de marché

L’étude de marché vous positionne immédiatement comme une référence dans votre domaine. En effet, le fait de parfaitement connaître les tendances et évolutions inhérentes à son secteur d’activité démontre votre dynamisme, votre flexibilité et rassure sur votre capacité à s’adapter.


Interview d’experts

Pour prouver leur savoir-faire, les entreprises ont tout intérêt à présenter leurs collaborateurs. Le premier bienfait de ce contenu B2B réside dans l’humanisation de votre communication. Les prospects peuvent mettre des noms et des visages sur vos prestations.

Par ailleurs, les interviews démontrent l’étendue des compétences des collaborateurs internes. Or, si les équipes d’une entreprise disposent d’une grande expertise, c’est l’image complète de cette dernière qui récolte les bénéfices.

Enfin, un échange avec un professionnel reconnu permet aux entreprises « d’évangéliser » leurs prospects sur les enjeux de leur métier. Ce qui influence parfois la décision d’achat !


Articles de blog rédigés par vos collaborateurs

Proposer des articles de blog dont vos collaborateurs sont les auteurs constitue une excellente vitrine pour votre entreprise. Chacun d’entre eux peut ainsi présenter sa vision de votre industrie, prodiguer des conseils utiles et démontrer son esprit d’analyse. De la même manière que les interviews, ces contenus offrent des preuves irréfutables de l’expertise qui règne dans votre entreprise.


Vidéo pédagogique

Les vidéos pédagogiques visent à répondre à plusieurs objectifs. En proposant du contenu éducatif à vos prospects, vous multipliez vos chances de voir votre taux d’engagement grimper en flèche, tout en générant de nombreux leads. Vous étendez également votre audience auprès des amateurs de vidéo.

Hé oui, tout le monde n’aime pas lire de grands articles, études ou interviews !


Infographie

Les infographies ont pour vocation de synthétiser une information, de manière simple. Cela peut être une liste de conseils, une étude chiffrée ou une analyse de marché. Ce visuel rencontre un grand succès auprès des internautes, car il se consulte et se partage aisément sur les réseaux sociaux.

Ce contenu vous permet de diversifier votre ligne éditoriale B2B.


Tribune dans la presse spécialisée

Les contenus que vous rédigez peuvent aussi être publiés ailleurs. Vous pouvez exprimer votre opinion sur un sujet donné, transmettre votre point de vue sur votre industrie ou analyser un fait d’actualités dans la presse, sur un blog, sur un webzine, dans un magazine spécialisé…

La tribune possède un fort pouvoir de persuasion et s’avère être un format très pertinent pour gérer votre e-réputation.


Livres blancs


Le livre blanc permet à une entreprise de mettre en avant son expertise à travers un contenu détaillé. En effet, ce document de plusieurs pages permet de traiter une thématique spécifique de manière pédagogique et complète.

Les livres blancs vous permettent de prouver votre savoir-faire et vos connaissances dans votre secteur d’activité, afin de convaincre le prospect de faire appel à vos prestations.


Slideshare

Désormais incontournables dans la sphère B2B, les slideshares offrent généralement des contenus didactiques. Telle une présentation PowerPoint, ce format vous permet de distribuer, analyser et étoffer une information en plusieurs slides pour une meilleure compréhension.

L’autre atout de Slideshare ? Ce format est intégré à LinkedIn, ce qui renforce votre position d’expert dans la mesure où il s’agit d’un réseau social dédié aux professionnels.

En vous appuyant sur ces idées, vous serez en mesure de proposer du contenu d’expert pour gérer votre image, acquérir des leads et encourager la conversion.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Taux de rebond : que faut-il comprendre ?! - JVWEB

Taux de rebond : que faut-il comprendre ?! - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Indicateur phare des performances, le taux de rebond est également sujet à de nombreuses questions. Destiné à mesurer l’attrait des internautes pour vos contenus, celui-ci manque parfois de clarté dans son interprétation. Ainsi, nombre d’annonceurs s’interrogent sur les pistes d’optimisation à mettre en place. Comment est calculé le taux de rebond ? Quelle est son influence sur les performances globales ? Comment le faire baisser ? Explications.

Taux de rebond, que mesure-t-il exactement ?!

Disponible via Google Analytics, le taux de rebond mesure, en substance, le nombre de visiteurs ayant quitté votre site après n’avoir visité qu’une seule page. Techniquement, son calcul exprime le ratio entre le nombre de visites à rebond, c’est à dire de sessions composées d’une page unique, et le nombre de visites total. Détail d’importance, le temps passé sur la page avant d’en sortir n’entre pas dans le calcul du taux de rebond.

Concrètement, la visite s’amorce dès qu’un visiteur consulte l’une de vos pages, puis se clôture dès qu’il en sort. Néanmoins, d’un point de vue utilisateur, « quitter la page » peut se traduire de diverses manières :

- changement d’url
- fermeture du navigateur ou d’un onglet
- ordinateur ou mobile éteint ou en veille
- déconnexion de session, généralement configurée sur 30 minutes

Ce dernier point est d’importance, puisqu’il suggère un mode de comptage unique pour différentes typologies de pages, mais aussi, une action plus ou moins volontaire de fuir le site.


Taux de rebond, comment faut-il l’interpréter ?

Contrairement à la croyance populaire, le taux de rebond peut avoir plusieurs lectures. Un taux de rebond élevé n’est pas nécessairement un couperet tranchant qui traduirait une désaffection de vos contenus par vos visiteurs. Pour une lecture pertinente, il est important d’y associer des paramètres contextuels.

Le premier d’entre eux est le temps de visite moyen, fortement influencé par le taux de rebond. D’un point de vue comptable, la durée moyenne des visites est calculée de la manière suivante :

- je me rends sur la page A d’un site. Un horodateur s’active et convertit la date de connexion en secondes.
- Dès lors que je passe sur la page B, le comptage 1 se stoppe et un nouvel horodateur s’active sur la seconde page. Et ainsi de suite…
- La durée de la visite correspond alors à horodateur page B – horodateur page A, soit une durée exprimée en minutes / secondes.

Problème, les pages dites à rebond ne vont jamais jusqu’à la page suivante. Le temps comptabilisé est donc de 0. Ce qui fait baisser votre moyenne ! Plus les visites à rebonds sont nombreuses, plus le temps passé va tendre vers 0.

Pour contrer cet effet, vous pouvez vous rabattre sur la création d’un segment « sessions hors rebonds ». Ainsi, vous visualiserez une donnée plus proche du comportement utilisateur. Si votre durée moyenne de visite augmente, considérez alors que les lecteurs sont engagés sur vos contenus, au delà de la page d’entrée sur le site.

De même, le taux de rebond inclut également la page d’accueil du site. Hors, celle-ci a justement vocation à ventiler le trafic, ce qui potentiellement augmente le taux de rebond. De la même manière, il est intéressant d’exclure la page d’accueil lors de l’analyse.


Comment diminuer mon taux de rebond ?!

Variable d’une typologie de site à l’autre, le taux de rebond moyen oscille entre 75% et 60%, pour les plus performants. Attention, un taux de rebond trop bas (<20%) doit vous alerter. Il traduit certainement une erreur technique dans votre configuration.

Pour orienter votre taux de rebond à la baisse, voici quelques axes sur lesquels travailler :

- Proposez une ergonomie fluide
- Publiez du contenu de qualité, en lien avec les SERP
- Permettez aux visiteurs de faire une recherche sur votre site
- Clarifiez vos menus et catégorisations
- Facilitez la navigation
- Paginez les contenus très longs
- Proposez un CTA en sortie de site

S'il est un repère, le taux de rebond comporte, comme nous l’avons vu, aussi quelques failles. Notre recommandation : concentrez plutôt vos efforts sur des métriques de conversion, celles qui vous rapprochent de vos objectifs !

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

CTR: Comment l'optimiser ? - BtoBMarketers.fr

CTR: Comment l'optimiser ? - BtoBMarketers.fr | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Le CTR (taux de clics) c’est important. Plus il est élevé, plu vous augmentez votre taux de conversion et le trafic sur votre site web.
11 conseils pour optimiser votre CTR de vos liens dans les SERP (moteurs de recherche).

L’infographie réalisée par Search Engine Land présente 11 conseils pour optimiser votre CTR et faire en sorte que vos « snippets » (résultats de recherche) soient plus souvent cliqués par les internautes, et notamment :

- Travaillez vos titres,
- Suscitez de l’émotion,
- Créez du lien,
- Utilisez des chiffres,
- Ajoutez des mots forts dans la meta description (exemple : améliorez considérablement votre productivité),
- Utilisez des URL descriptives,
- Faites des essais pour savoir quel est le titre qui performe le mieux.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Google Adwords met fin au Flash : quelle alternative ? - Blog freelance

Google Adwords met fin au Flash : quelle alternative ? - Blog freelance | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it
Cela fait au moins 3 ans que Google prévient ses utilisateurs que la technologie Flash va disparaître. À de nombreuses occasions, le moteur de recherche a rappelé que sa fin serait effective dès 2017. Alors, à un mois et demi de la date fatidique, nous espérons que vous êtes passé à autre chose ! Le cas échéant, suivez le guide…
Google Adwords 2017 : la fin du Flash

La plateforme publicitaire de Google a clairement annoncé qu’elle opérait un virage 100% HTML5 dès l’année prochaine. Autrement dit, il ne sera plus possible de créer des annonces en format Flash. Et vraiment, tant mieux !

Cette technologie lourde est dépassée depuis plusieurs années. D’ailleurs, Apple ne l’affiche plus sur ses terminaux iOS. Cette décision de la marque à la pomme avait déjà mis du plomb dans l’aile de Flash et encouragé les entreprises à modifier leur site. En effet, qui peut se permettre de se couper des utilisateurs d’Apple ? Personne.

Attention cependant, nous parlons des animations ! Les vidéos en format Flash continueront d’être affichées sur Google (par contre, elles restent illisibles sur iDevices).

Mais si vous faites partie des irréductibles qui ont conservé cette technologie obsolète, nous sommes navrés de vous annoncer que vous n’aurez d’autre choix que d’évoluer vers le HTML5.
Les conséquences sur les utilisateurs de Flash

Pas de panique ! Si vous n’avez pas encore fait les démarches nécessaires pour vous passer de Flash, vous êtes dans les temps. Le mieux reste de faire immédiatement appel à un développeur web pour modifier votre site et surtout vos publicités Adwords. Sinon, elles ne s’afficheront plus à partir du 2 janvier et vous risquez de constater une diminution de votre trafic.

Vous ne voulez pas attendre et passer au HTML5 dès la fin de cet article ? Google vous propose une FAQ pour convertir vos annonces vous-même. Vous devrez passer par des outils fournis par le moteur de recherche pour réaliser cette opération, comme Google Webdesigner ou Double Clicks Creative Solutions.

Néanmoins, si vous n’êtes pas sûr d’y parvenir seul, n’oubliez pas que Codeur vous permet de recruter un freelance professionnel pour vous aider.
HTML5 : l’alternative moderne à cette technologie

Depuis octobre 2015, c’est le HTML5 qui fait office de référence en termes d’affichage web. Bien plus complet que son prédécesseur, il intègre de nombreuses API Javascript qui poussent ses performances. Dorénavant, la technologie « HTML » permet aussi de créer des applications web qui mêlent dynamisme, rapidité et interactivité.

Et tout cela avec beaucoup de légèreté, ce qui n’était pas forcément le cas de Flash ! Assez lourd, il nécessitait un temps de chargement peu adapté aux nouvelles habitudes des internautes (et aux bonnes conditions de référencement naturel).

C’est cet ensemble de fonctionnalités supplémentaires, qui se caractérisent par une réponse aux besoins de flexibilité des développeurs et d’interactivité des internautes, qui ont poussé HTML5 vers le sommet.

Dans sa démarche continue d’améliorer l’expérience de ses utilisateurs, nous comprenons que Google mise tout sur le HTML5 en 2017. Vous y mettre, c’est garantir le bon affichage de vos contenus, mais aussi profiter des incroyables performances de cette nouvelle technologie !
more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Mobile First Indexing va bientôt bousculer le référencement

Mobile First Indexing va bientôt bousculer le référencement | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Nous vous en parlions déjà fin septembre, Google accélère les choses concernant le référencement Mobile. Officialisé par John Mueller via Twitter, Google va désormais favoriser les versions mobiles pour évaluer la pertinence des pages. Cette techno, intitulée « Mobile First Indexing« , est déjà en test et devrait être déployée très rapidement. On parle ici d’un délai de quatre mois maximum.

En 2016, le mobile a détrôné le bon vieux desktop. #RIP

Aujourd’hui, nous consommons le web plus sur mobile (et tablette) que sur nos ordinateurs. L’arrivée de Mobile First Indexing est au final une suite logique au Mobile Friendly, introduit l’an passé, et des AMP dans les SERPS, intégrés plus récemment.

Concrètement, le Mobile First Indexing comment ça marche ?

À l’heure ou nous écrivons ces lignes, l’index qu’utilise Google comptabilise dans un seul ensemble la version ordinateur et la version mobile d’un site ou d’une page pour les faire « ranker ». Autrement dit, les robots de Google se basent sur les versions ordinateur pour jauger et classer les sites et les pages qu’ils sondent dans les résultats de recherche. Les résultats de la version mobile d’un site sont donc compris dans l’ensemble des résultats de la version ordinateur qui sert au référencement.

Avec cette annonce, Google officialise le fait que son Index devient Mobile first et que donc la place des résultats mobile va prendre le pas sur les résultats ordinateur. Les robots regarderont en priorité les versions mobile donc.


Mais alors, quelles conséquences ?

Si vous avez fait vos devoirs jusqu’à présent pour rester dans les bonnes grâces de Google, normalement les conséquences ne seront pas conséquentes. Si vous utilisez le Responsive, autrement dit votre affiche s’adapte à l’écran du terminal utilisé, ou le que votre site est en dynamique, c’est-à-dire qu’il utilise un code différent pour chaque type de terminal, cela ne devrait pas vous affecter. En revanche, là il faudra garder un œil, c’est si votre contenu ou vos URL diffèrent entre vos versions ordinateur et mobile. On vous invite à faire un tour du côté du blog de Google pour connaître toutes les recommandations. (De plus, il ne faudra pas partir du principe que si votre site est Responsive ou Dynamique, cela ne lui assurera pas d’office de bons résultats sur Mobile-First Indexing.)

Si vous ne disposez que d’une version desktop, rassurez vous, ce dernier sera toujours visible dans les résultats des internautes (en tout cas pour les recherches réalisées sur ordinateur au moins).

Pour rappel, vous pouvez utiliser gratuitement l’outil TestmysitewithGoogle mis à disposition (dont on vous faisait la présentation ici) par Google. Ce dernier vous permettra de voir vos axes d’améliorer afin d’optimiser vos versions desktop & mobile.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Indexation Mobile : comment anticiper les changements SEO ? - JVWEB

Indexation Mobile : comment anticiper les changements SEO ? - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

C’est indéniable, le nombre de requêtes a fortement augmenté sur smartphone. Aujourd’hui majoritaires, celles-ci ont définitivement convaincu Google d’inverser la tendance. Jusqu’alors, Google scrutait les contenus desktop pour les classer. Désormais, il analysera en premier les contenus mobiles. Une décision qui n’est pas sans impact pour le SEO. On vous dit tout !


Indexation mobile, comment se mettre à jour ?

Annoncée récemment, la dynamique Mobile First concernant l’indexation n’est pourtant pas encore déployée. En effet, le moteur a d’ores et déjà annoncé que cette mutation serait progressive. Google ne souhaite effectivement proposer celle-ci aux utilisateurs qu’une fois qu’il sera certain de leur offrir la meilleure « expérience utilisateur ». Toutefois, le moteur invite les éditeurs à s’y préparer dès maintenant…

Si les éditeurs ayant un site mobile friendly, autrement dit responsive, seront peu affectés, les autres risquent bien de voir leurs positions décroitre. Ainsi, Google émet quelques recommandations afin de s’adapter au mieux aux contraintes de l’indexation mobile :

Harmonisez les balisages structurés entre la version mobile et desktop, notamment si la version mobile est proposée via un sous-domaine. Vous pouvez tester vos données structurées via l’outil dédié de Google.
Assurez-vous, via Search Console, que votre version mobile soit bien lisible par les GoogleBot. Dans le cas contraire, les contenus seront inaccessibles, et donc difficiles à indexer.
Faites valider la propriété de votre sous-domaine, hébergeant la version mobile, via Search Console. Là encore, il s’agit de faciliter l’accès aux informations de la page.

Si vous disposez uniquement d’une version Desktop, Google continuera de l’indexer, comme il le fait aujourd’hui. Toutefois, il est recommandé d’envisager une version mobile très rapidement. Outre le SEO, vous avez d’abord à y gagner auprès de vos visiteurs.

Référencement mobile, qu’est ce que ça change ?

Si l’indexation Mobile First est à l’état de test pour le moment, Google a déjà confirmé procéder en deux temps. Ainsi, très rapidement, l’indexation mobile deviendra l’élément de référence pour les sites, leurs déclinaisons mobile ainsi que les applications.

Pour le moment, Google focalise ses recommandations sur les aspects purement techniques. Contenus et maillages internes ne font pas encore l’objet de consignes particulières. Avec une organisation des contenus différente et une arborescence allégée, le passage à l’indexation mobile soulève toute de même quelques questions :


Quel poids sera donné au netlinking ?

Les versions mobiles étant souvent nettement moins pourvues de backlinks que leur pendant desktop… A ce sujet, Google répond que ce n’est pas encore défini !


Doit-on proposer un contenu strictement équivalent entre mobile et desktop ?

Là encore, les versions mobiles sont parfois plus épurées… Lorsque certains SEO demandent s’il sera nécessaire de surcharger les pages au détriment de l’expérience utilisateur, Google suggère qu’il n’y aura pas d’impact tant que le mobile first ne sera pas complètement déployé. Suspens !

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

SEO et SEA main dans la main: la coalition gagnante

SEO et SEA main dans la main: la coalition gagnante | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

SEO (référencement naturel) et SEA (référencement payant) sont deux sources de trafic qui travaillent souvent indépendamment. Il existe pourtant des bonnes pratiques à déployer qui s'avèreront payantes rapidement, selon Audrey Schoonwater et Olivier de Segonzac, de l'agence Resoneo.

SEO et SEA main dans la main: la coalition gagnante

Dans un contexte de changement perpétuel de présentation des résultats de recherche Google, la stratégie de visibilité doit être peaufinée pour une présence optimale combinant ces deux leviers. Début 2016, le nouvel affichage avec quatre annonces AdWords au-dessus du SEO a surpris bon nombre d'acteurs du Web. L'incidence sur le SEO semble minime mais dans quelles proportions? Et si le moment était propice à la mise en oeuvre d'une synergie entre les leviers SEO et SEA?


Activer et comparer les rapports Google de Search Console et Google Adwords

Avant de passer à l'action, il est opportun d'étudier la visibilité de chaque levier et son taux de clics: le taux de clics SEO des trois derniers mois est disponible dans le rapport d'analyse de la recherche de Google Search Console. Pour cela, il est nécessaire d'activer un compte Search Console. Un bon taux de clics SEO va de pair avec un bon positionnement. Le taux de clics SEA s'obtient via le 'Rapport sur les liens commerciaux et la recherche naturelle' disponible dans Google Adwords. Un bon taux de clics SEA influence favorablement le Quality Score de la page, ce qui fait baisser les CPC et CPA.

Il est impératif d'activer son compte Search Console rapidement car il n'est pas possible d'obtenir de données rétroactives. Si le compte Search Console est associé avec Google Analytics, cela permet également d'obtenir les données de conversions SEO en face des taux de clics SEO page par page et mot-clé par mot-clé.

Rapport sur les liens commerciaux et la recherche naturelle

Le 'Rapport sur les liens commerciaux et la recherche naturelle' permet d'avoir des statistiques de clics sur la diffusion des annonces avec les mots-clés ayant déclenché des impressions, de même pour les résultats de recherche naturelle. On obtient ainsi la liste des nouveaux mots-clés à fort potentiel à tester via l'autre levier. Pour activer ce rapport, il faut associer son compte Search Console au compte AdWords. Ainsi, le tableau de bord de suivi du taux de clics compare les performances SEO et SEA et permet d'extraire des optimisations d'un levier au service de l'autre. Lors de cette comparaison de données, de nombreux critères sont à prendre en compte: saisonnalité, requêtes marque/hors marque, taille du dataset étudié, appareil, services Google (Shopping), nombre d'annonces Adwords...


Mutualiser les analyses sémantiques sur des pages de destinations communes

Une recherche de mots-clés déjà établie par l'un des leviers est utile à l'autre canal d'acquisition, à condition que le SEO et le SEA optimisent les clics vers la même page de destination. Si des annonces ont un taux de clics intéressant, les textes d'annonce pourront être utilisés pour agrémenter les Meta description SEO. Pour ce faire il faut vérifier ses taux de clics SEO et pour les pages n'ayant pas encore de Meta description (balises utilisées par les moteurs de recherche pour indexer une page), ou de mauvais scores, s'inspirer des textes d'annonces SEA performants pour les renseigner. Si des pages obtiennent de bons taux de clics SEO, les Titles et META descriptions peuvent être exploitées dans les textes d'annonces. Enfin, si une page n'existe pas réciproquement pour l'autre levier, il peut être judicieux d'étudier la possibilité de la créer. Pour cela, il est nécessaire de relever les meilleurs volumes de recherches et le potentiel de conversions via le taux de clics relevé.


L'adaptation à de nouveaux usages de recherche

Le 'Rapport sur les liens commerciaux et la recherche naturelle' est un bon début pour lancer un projet de synergie mais les informations restent des indicateurs et non des données exactes. Le plus important reste la communication et le partage d'expérience. Ainsi, il est recommandé de planifier des points réguliers entre les leviers SEO et SEA pour commenter ensemble des points-clés et en tirer de bonnes pratiques sémantiques.


Exploiter le rapport Search Query

Le SEO a plus à gagner du SEA que l'inverse. En effet, le SEA exploite des campagnes bien structurées par champs lexicaux, ce qui permet de connaître les mots-clés tapés par l'internaute, contrairement au SEO. Ainsi, une bonne pratique rapide à activer est d'exporter le rapport sur les termes de recherche, aussi appelé Search Query (SQR). Il s'agit ici d'obtenir la liste des termes exacts recherchés par les internautes, plutôt que les mots-clés ou expressions.

Il est alors important de rappeler que le taux de conversion est souvent meilleur en SEA qu'en SEO, du fait de l'utilisation de mots-clés négatifs en SEA.


9 actions à retenir pour mettre en place les synergies SEO/SEA

Pour s'assurer qu'elles exploitent pleinement le potentiel disponible, les équipes SEO et SEA pourront se transmettre les mots-clés suivis, la structure des campagnes ainsi que leurs performances. Il est également possible de comparer les pages de destination utilisées et indiquer les meilleures pages. La question se pose alors de savoir si une page utilisée en SEA avec un bon Quality Score est déjà utilisée en SEO. Ou encore, avant de se pencher sur l'optimisation SEO d'une page, tester le potentiel de la page via de l'A/B Testing. Dans le 'Rapport sur les liens commerciaux et la recherche naturelle' sont listés les mots-clés bien positionnés par le SEO, le SEA ou le SEO+SEA.

1.Identifier les mots-clés avec le meilleur potentiel de pages vues ou de conversions dans les campagnes SEA.

2.Tester de nouveaux mots-clés en SEA pour mesurer leur potentiel (trafic, conversions, nombre de pages vues) avant de les travailler en SEO.

3.Reprendre en SEO les bonnes pratiques de construction d'annonce (Title, Description) pour améliorer le nombre de clics dans les résultats des moteurs (CTR).

4.Utiliser le levier SEA pour faire de l'A/B testing sur les landing pages, que l'on appliquera ensuite au SEO pour optimiser le nombre de pages vues.

5.Suivre le SEO sous la forme de campagne/groupe de mots-clés déjà établi en SEA.

6.Identifier de nouveaux mots-clés générateurs de trafic/pages vues en SEO à exploiter dans les campagnes CPC.

7.Lister les pages qui ont été travaillées en SEO pour les utiliser en Adwords afin d'améliorer le Quality Score.

8.Lister les mots-clés bien positionnés dans Google afin de faire des tests de baisse de position en SEA.

9.Optimiser manuellement (SEO) les URL travaillées en SEA pour améliorer le Quality Score.

Biographie:

Audrey Schoonwater est consultante SEO chez Resoneo depuis 2009 et membre fondateur de l'association SEO Camp en 2008. Elle a ensuite occupé la fonction de responsable de pôle clients et responsable de formation chez Resoneo. Chaque mois, elle est chargée de réaliser la veille SEO/SMO pour les consultants du pôle SEO E-réputation.

Après une licence d'économie, puis un début de carrière journalistique, Olivier de Segonzac a intégré en 2000 une banque en ligne, Zebank (rebaptisée Egg). Fin 2004, avec d'anciens collègues, il lance Resoneo, agence conseil en stratégie et marketing pour l'e-business, dont il est directeur associé. Olivier Segonzac a également cofondé Ozae, plateforme d'outils pour le content marketing qui monitore notamment l'activité de Google News

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Expanded Text Ads sur AdWords : Qu’est-ce qui va changer pour les marchands en ligne à partir du 31 Janvier ?

Expanded Text Ads sur AdWords : Qu’est-ce qui va changer pour les marchands en ligne à partir du 31 Janvier ? | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it
Après avoir supprimé les annonces de la partie droite des résultats de recherche cette année, Google a annoncé le lancement des Expanded Text Ads, ou annonces textuelles grand format, qui ont été conçues pour un monde « mobile-first », et pour répondre aux attentes des utilisateurs et annonceurs.

Bien que ce changement puisse ne pas paraitre très important pour les utilisateurs, il permet aux annonceurs de presque doubler la taille de leurs annonces textuelles (+47%) sur tous les appareils. Sur mobile, elles ont été conçues pour s’adapter à la taille de l’écran.
more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Keywords, Annonce, LP : créez le parfait dispositif AdWords ! - JVWEB

Keywords, Annonce, LP : créez le parfait dispositif AdWords ! - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

On ne le répètera jamais assez, il est indispensable d’être cohérent tout au long du processus de conversion, et ce, afin de garantir la meilleure expérience client. C’est pourquoi, travailler sur l’alignement entre le choix des mots clés, l’offre mise en avant via les annonces textuelles et la page d’atterrissage est un processus d’optimisation fondamental pour la bonne gestion de vos campagnes AdWords.


Explorons aujourd’hui, 2 méthodologies complémentaires qui tendent vers un même résultat.
Mots clés, Annonce, Page d’atterrissage : de la nécessité d’être cohérent…

Recherche guidée par un mot clé, choix d’une annonce parmi d’autres, clic vers une page de conversion, appel à l’action… Chacune de ces étapes se succèdent afin de guider votre prospect vers la conversion. Seulement, l’on constate encore trop souvent des ruptures, de fond comme de forme, tout au long de ce processus.

Problème, chaque rupture de l’expérience client altère vos chances de convertir. Un phénomène naturel, qui s’explique par :

- la déception générée : lorsque l’utilisateur constate un différentiel entre le message de l’annonce et la proposition développée sur la Landing Page
- le manque de repères : une rupture de forme trop importante déstabilise l’utilisateur
- le défaut de ciblage : l’utilisateur ne se sent pas directement concerné par l’offre
- l’absence d’éléments de réassurance : le delta entre les différents points de contact crée une insécurité chez l’utilisateur, qui préfère fuir.

Dans tous les cas, votre taux de conversion est mis à mal, ce qui influe directement sur la qualité de vos campagnes AdWords. De plus, ce type d’erreurs, facilement réparables, crée un sentiment déceptif qui dessert lui le capital sympathie de votre marque. Vous l’aurez compris, il est temps d’agir !


Cas n°1 : Optimiser les éléments de campagnes existants

Décision prise de passer à l’action, deux cas de figure s’opposent. Le premier étant d’optimiser les différentes étapes menant à la conversion depuis une campagne existante. Imaginons que vous disposiez déjà d’un site et de quelques pages de destination généralistes, difficiles à faire évoluer, et d’une campagne AdWords, plus ou moins structurée. Problème, vos LP sont conçues pour répondre à de multiples objectifs, alors que votre campagne AdWords cerne, elle, un objectif unique…

Dans ce cas, le plus simple est encore de s’attaquer à refondre la structure de votre campagne AdWords. L’objectif final étant, rappelons-le, de garantir le meilleur alignement entre keywords, annonces et landing pages. Mieux vaut donc partir de l’existant pour le rapprocher du client. Et non, l’inverse !

La première étape consiste, ainsi, à harmoniser la structure des groupes d’annonces avec l’arborescence du site. En partant du menu, vous isolez chaque page principale, puis, à partir de celles-ci, vous créez un groupe d’annonces dédiées. Les mots clés seront, eux, ajustés à partir du contenu de la page existante. Seconde étape, aligner le texte de la page et celui de l’annonce. Là encore, il s’agit de fluidifier l’expérience utilisateur, tout en optimisant les appel à l’action.

Si cette méthode permet gagner en cohérence, et donc, optimiser les potentielles conversions, celle-ci a bien des limites. La principale étant de ne pas placer l’utilisateur au centre du dispositif…


Cas n°2 : créer un dispositif AdWords complet

La seconde configuration consiste justement à structurer l’intégralité des outils. Plus confortable, cette méthodologie vous permet de considérer l’utilisateur comme le point de départ de vos optimisations.

La première étape est alors la classique mais indispensable recherche de mots clés. Une fois la sémantique utilisateur cernée, vous pouvez alors décliner vos différentes annonces autour des principaux keywords. Enfin, vous adaptez le wording de vos landing pages, en appui sur les requêtes de recherche principales. Ainsi, l’alignement tend à la perfection !

Et surtout, vous :

- gagnez en cohérence entre les différentes étapes
- proposez un tunnel de conversion fluide
- pouvez travailler une landing page par cible utilisateur, zones géographiques ou comportements passés avez la possibilité d’adapter les éléments sémantiques à la saisonnalité, les pics de trafic, les réductions exceptionnelles…

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

L’importance de la structure en Silo en référencement

L’importance de la structure en Silo en référencement | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

En référencement, un référenceur doit optimiser au maximum la structure des contenus de son site. Il peut pour cela se pencher sur la mise en place d’une architecture en silo. Explications…

Petit rappel sur la structure en silo

Le silo comprend une page principale qui cible un terme bien défini. Les sous-pages qu’il intègre visent les expressions secondaires. Le choix du niveau dépend en général du secteur d’activité de la plateforme : certains peuvent avoir 10 niveaux alors que d’autres en possèdent seulement 2 ou 3. Quoi qu’il en soit, l’objectif reste le même, à savoir le renforcement de la page qui se trouve au-dessus. Pour y parvenir, le référenceur peut faire des liens vers un même niveau ou un niveau supérieur.


Son impact sur le référencement

L’idée des spécialistes diverge sur l’impact de l’architecture en silo sur le référencement. Certains disent qu’elle optimise le positionnement de la page, peu importe la requête, tandis que d’autres affirment qu’elle n’a aucun effet. En réalité, la technique permet bel et bien d’améliorer le référencement d’un site web. Après avoir testé la méthode sur un site, une équipe d’experts a d’ailleurs remarqué que la plateforme analysée a gagné plus de 3 % de trafic. En plus, son positionnement a grimpé d’environ 13 %.


Les étapes de la conception du silo

Avant toute chose, il est capital de réaliser une étude pour identifier les mots-clés susceptibles d’attirer les internautes pour ensuite les classer par ordre de priorité. Mieux vaut prendre son temps, sinon la structure principale restera mauvaise au point de nuire aux autres pages. Pour y arriver, le référenceur peut utiliser des outils comme Yooda Insight, Google Keyword Planner, Ubersuggest… l’objectif étant de connaître le nombre de concurrents, les statistiques de recherches par mois, etc.

L’étape suivante consiste à définir la structure à adopter de deux manières, soit en définissant la hiérarchie adéquate de la plateforme, soit en se référant aux autres pages web qui adoptent déjà cette structure en silo. Bien sûr, il n’est pas question de faire un plagiat, mais d’identifier les atouts et les points faibles des plateformes pour créer une bonne structure.
Comment mettre en place la structure sur WordPress ?

La mise en place d’une structure en silo sur WordPress demande de ne pas se hâter d’utiliser les pages, les catégories et les articles déjà accessibles. Au contraire, il est judicieux de se baser sur l’architecture préalablement envisagée et d’adapter le CMS en fonction de ses besoins. Certes, les solutions proposées par WordPress ne sont pas mauvaises, mais l’idéal est de les optimiser, voire de les supprimer pour créer de nouveaux « Post types » et « Taxonomie ».

Après avoir créé la structure, il faudra ensuite vérifier les thèmes et les extensions. Très souvent, ils génèrent automatiquement des liens qui nuisent au maillage interne. Ils entraînent parfois des liens involontaires vers d’autres architectures ou une même catégorie. Si le cas se présente, il faut analyser les plugins un par un afin d’identifier et de corriger le problème.


Comment optimiser son maillage interne ?

L’optimisation de son maillage interne est primordiale. Il est capital de miser sur des liens qui pointent vers un contenu de même niveau ou de niveau supérieur en appliquant un filtre sur « the_content ». Cependant, le moteur de recherche peut voir cette action comme une sur-optimisation puisqu’une seule page peut intégrer plusieurs liens. Dans ce cas, mieux vaut le faire manuellement.

A part le maillage interne, les Backlinks comptent également. En principe, la page d’accueil comprend plusieurs liens qui diminuent à chaque fois que le niveau change. Une fois que tout est fait, il ne reste plus qu’à vérifier, l’objectif étant d’éviter les éventuelles imperfections et d’obtenir le meilleur positionnement sur Google.
La structure en silo permet-elle d’optimiser la position d’un site ?

Comme nous l’avons vu, cette structure a un effet positif sur le positionnement. Cependant, elle ne permet pas à elle seule de garantir un meilleur positionnement sur les moteurs de recherche d’où l’application de diverses méthodes : la bonne configuration de la page, la rédaction d’articles de qualité et l’optimisation des parties techniques. En somme, pour que la structure en silo soit efficace en référencement, il faudra également penser aux optimisations on-site.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

De l’importance de ne pas oublier le prospect en SEO

De l’importance de ne pas oublier le prospect en SEO | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

S’il y a bien une chose qui m’interpelle à l’heure de démarrer de nouveaux projets SEO, c’est le nombre de clients qui exposent dès les premières réunions leur souhait de se positionner pour un mot-clé concret. En effet, la recherche de volume de trafic est souvent la priorité pour les entreprises présentes sur la toile. Peu importe le secteur, il existe une réelle tendance à privilégier la quantité à la qualité, et donc à axer une stratégie de référencement sur ce seul point. En conséquence, le potentiel représenté par les différents types de prospects est trop souvent négligé…

Mais pourquoi penser au prospect ?

Lorsque l’on souhaite jouer les premiers rôles en référencement naturel, il n’y a pas d’autre choix que d’opter pour une approche holistique qui n’oublie pas le prospect en route. Sans elle, il sera difficile, voire impossible, de se maintenir dans le haut des SERPs sur le long terme. Surtout, avec l’arrivée du RankBrain et les récents changements d’algorithme opérés par Google, le SEO est plus que jamais centré sur le machine learning. Ce dernier doit être capable de délivrer le meilleur résultat selon le type d’internaute qui effectue une recherche (en prenant en compte sa localisation, son historique, et d’autres facteurs). En somme, il y a bien longtemps déjà que les résultats affichés par les moteurs de recherche ne s’affichent plus non seulement selon des critères liés à la page de destination, mais aussi en fonction de l’interprétation qu’ils font des mots et expressions contenus dans les requêtes des utilisateurs.

D’ailleurs, si nous prenons la question du référencement sous l’angle «comment un internaute pourrait chercher mon produit dans les moteurs de recherche», au lieu du désuet «comment positionner ce mot-clé à grand volume pour attirer des prospects», nous ouvrirons immédiatement le champ des possibilités en termes de mots-clés utiles pour le positionnement d’une page. En outre, nous réduirons à la fois les chances d’attirer un public qui ne sera en réalité pas intéressé par notre offre.

Cela facilitera donc la mise en place d’une structure de contenu qui dès le départ cherchera à répondre au plus grand nombre de requêtes que pourraient taper nos futurs visiteurs. De plus, on intègrera la notion de longue traîne dans notre stratégie initiale, ce qui ne pourra que bénéficier notre positionnement étant donné que nous travaillerons une base lexicale solide et variée.
Les avantages à construire une stratégie pensée pour le prospect

Prenons un exemple. Si nous possédons un site web qui vend des télévisions, il est plus que probable que le modèle soit le terme le plus recherché. Il sera logiquement celui pour lequel nous souhaiterons apparaître en priorité dans les moteurs de recherche. Mais, au-delà du seul modèle, pensons à ce qui pourrait être tapé d’autre par toute personne souhaitant acheter une télévision.

Voici une liste non exhaustive :

> modèle + prix
> modèle + acheter
> modèle + fonctionnalités
> modèle + livraison
> modèle + photos
> modèle + vidéo
> modèle + description

Cette liste, bien que basique, nous servira de base pour développer du contenu sur les variantes d’un mot-clé principal. Ainsi, notre stratégie se dirigera à un large éventail de prospects qui se cachent bien souvent derrière des mots-clés moins concurrentiels.

À nous ensuite de mettre en valeur ce contenu au sein de nos pages produits, ou via des articles connexes, dans l’optique de nous positionner pour un groupe élargi de mots-clés.
La recherche intentionnelle : une vraie opportunité

En prime, avec cette approche, nous allons également augmenter nos possibilités de ranker pour des recherches dites «intentionnelles». Et qui dit recherche intentionnelle, dit fort potentiel de conversion.

Faire du volume a des avantages indéniables en ce qui concerne la visibilité de marque, mais qui ne troquerait pas moins de visites pour davantage de ventes ? Des recherches incluant des mots tels que «prix», «acheter», ou encore «promotion» indiquent que l’on se trouve face à un prospect qui a déjà franchi l’étape de prise d’information d’un produit. Si nous avons donc créé nos pages web de produits autour de recherches proches du mot-clé le plus important, il y a de fortes chances pour que nous offrions la réponse attendue par un visiteur ayant une intention d’achat lorsqu’il atterrira sur notre site.

Il s’agit là d’un aspect peu pris en compte pour optimiser un site pour les moteurs de recherche, alors qu’il permet d’obtenir des coûts d’acquisition bien moins élevés que pour des requêtes à grand volume de recherche.


Une bonne stratégie SEO, c’est une stratégie rentable

Au final, toute technique de référencement naturel est jugée sur sa rentabilité. Et bien qu’aujourd’hui le SEO soit adopté par une large majorité des entreprises online, nous n’en sommes plus à l’heure de la simple génération de trafic, mais à celle de sa monétisation.

Si nous sommes capables de nous positionner, mais que le taux de conversion ne suit pas, il y a fort à penser que la réponse donnée aux visiteurs est incomplète. C’est sur ce point que prend toute son importance le choix de placer le prospect au centre de la stratégie SEO. En orientant nos efforts dans ce sens, nous serons en mesure de répondre au plus grand nombre de questions qu’il peut se poser, et nous parviendrons ainsi à lui transmettre la confiance et l’expertise qu’il recherche pour effectuer un achat.

N’hésitez donc pas à développer du contenu, s’il est relevant, il convertira. Dotez vos pages de sections descriptives afin d’étoffer leur champ sémantique, elles couvriront davantage de recherches. Quoique les critères permettant de truster les premières positions des moteurs de recherche se comptent par dizaine, répondre aux questions d’un prospect doit être l’un de nos principaux objectifs à l’heure de mettre en place une stratégie SEO on-page effective. Sans cela, nous aurons beau générer du trafic naturel vers notre site, nous passerons à côté de réelles opportunités en ce qui concerne sa conversion.

Alors, le prospect a-t-il déjà sa place dans vos stratégies SEO, ou développez-vous d’autres techniques pour attirer vos futurs clients ?

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Créer des contenus de qualité pour Google… et les internautes - In Words We Trust - Le magazine du content marketing

Créer des contenus de qualité pour Google… et les internautes - In Words We Trust - Le magazine du content marketing | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

« Content is king » : voici l’un des principaux leitmotivs de Google. Les nombreuses mises à jour du moteur de recherche, notamment Panda, vont d’ailleurs dans ce sens, l’objectif de Google étant de pénaliser les sites dont le contenu est jugé trop pauvre ou non pertinent.

Dès lors, quels sont les critères qui définissent la qualité d’un texte pour le moteur de recherche ? Et surtout, un contenu de qualité pour Google l’est-il également pour les internautes ?

Du contenu au « content marketing »

Google n’a jamais eu de cesse de perfectionner son algorithme pour offrir le meilleur service à ses utilisateurs. Les critères qui étaient autrefois importants pour améliorer le positionnement d’un site, comme la densité de mots-clés, ont progressivement été substitués par une recherche sémantique « intelligente ». Le lancement d’Hummingbird en 2013, une mise à jour majeure visant à améliorer la compréhension linguistique du moteur et à anticiper les intentions des internautes, a contribué à modifier l’approche du SEO.

Les robots d’indexation sont désormais capables d’analyser la thématique d’un texte, indépendamment du nombre d’occurrences de mots-clés ; ils peuvent prendre en compte les synonymes et « lire » un texte dans sa globalité. L’objectif du moteur de recherche n’est plus de privilégier les sites qui affichent le plus fort taux de mots-clés, mais ceux qui apportent une réelle valeur ajoutée aux internautes. Pour les éditeurs de contenus, l’enjeu n’est plus le même : ils doivent se démarquer en produisant des textes attractifs et originaux.


Le poids de l’expérience utilisateur

L’internaute est devenu le cœur même de toute stratégie de contenu. Un texte accessible, facile à lire et utile aura davantage de chances de répondre à ses attentes. Cela signifie bien sûr qu’il faut bannir les textes sur-optimisés, créés uniquement dans une optique SEO. En effet, ces contenus n’apportent rien ou presque aux internautes. Pire, ils peuvent engendrer une pénalité allant jusqu’au déclassement du site.


Contenu et SEO : la recherche d’un juste équilibre

Faut-il pour autant délaisser toute optimisation en vue d’améliorer le référencement naturel de son site ? La réponse est non, bien sûr. Les robots d’indexation, tout comme les internautes, ont besoin d’aide pour analyser et interpréter correctement un texte. Il est essentiel de créer des contenus monothématiques, correctement hiérarchisés et balisés. Il faut également soigner les titres et sous-titres de ses articles, utiliser des intertitres accrocheurs et ajouter des liens internes et externes qui permettront au visiteur d’approfondir sa lecture.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Google Adwords : Quel taux de conversion espérer ? - BtoBMarketers.fr

Google Adwords : Quel taux de conversion espérer ? - BtoBMarketers.fr | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Le taux de conversion tout secteur confondu est de 2,70 % pour le search et de 0,89 % pour le display.

Zoom sur 16 secteurs étudiés.

Le taux de conversion sur Adwords correspond au nombre total de conversions issues de la totalité des clics provenant d’Adwords.

WordStream a étudié et compilé dans cette infographie 16 différents secteurs.
On y découvre que la finance et les assurances arrivent largement en tête sur le search avec une moyenne de 7,19 % mais qu’en ce qui concerne le réseau display, c’est le secteur lié aux produits de la maison qui domine le classement avec 2,19 %.

Quant au secteur du B2B, il arrive respectivement en 10 ème position pour le search (2,58 %) et en 7 ème position pour le display (0,96 %).

Le détail des 16 secteurs étudiés dans l’infographie ci-dessous :

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Search, Social, SEO : quel bilan pour 2016 ? - JVWEB

Search, Social, SEO : quel bilan pour 2016 ? - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Alors que les fêtes se profilent, il est déjà temps de dresser le bilan de cette année écoulée. Face à un paysage publicitaire en pleine mutation, comment évoluent les leviers d’acquisition traditionnels ? Quelle place accorder au mobile et autres nouveautés dans votre plan marketing 2017 ? Pour vous aider à répondre à ces questions, un florilège de chiffres à découvrir !

Search, un marché en mutation

Avec une croissance annuelle de 20% des dépenses publicitaires au 3ème trimestre 2016, comparativement à 2015, le marché publicitaire se porte plutôt bien. Pourtant, il suffit de se pencher sur les chiffres pour constater que celui-ci est en pleine mutation.

Coté Search, les investissements ont diminué de 22%. En cause, une croissance de 28% du volume de clics, mais un CPC en baisse de 6%. A noter également, l’émergence des Expanded Text Ads, d’ores et déjà adoptées par 29% des annonceurs. Le Display, quant à lui, est plutôt en déclin avec une baisse de 8% des investissements réalisés.

En contrepartie, le marché mobile a, lui, vu ses investissements dopés de 134%, pour une augmentation de 98% du volume de clics. Directement impacté, le CPC a augmenté en moyenne de 18% sur mobile.

En parallèle, Google Shopping tire son épingle du jeu avec un accroissement de 36% des dépenses dédiées au PLA, soit 59% de clics supplémentaires générés. Comparativement, les annonces textuelles enregistraient +9% de budget et +11% de clics. Format star, les PLA gagnent 87% de parts de marché en un an. Désormais, ce format capte quelques 37% des clics issus du Search, ce qui équivaut à 22% des dépenses et 59% des clics en provenance des smartphones.

La recherche payante via Bing et Yahoo Gemini connaît, elle, plutôt un ralentissement, contrairement à la tendance du Native Advertising, puisque les dépenses ont été réduites de 14% par les annonceurs.


Social, du branding à la conversion…

En matière de social, Facebook reste le pilier des réseaux sociaux en enregistrant 61% des visites générées via les réseaux sociaux. Une dynamique positive qui se traduit également des annonceurs, friands du format Dynamic Product Ads, dont le volume a quasiment doublé en un an. Aujourd’hui les Dynamic Product Ads représentent 4 clics sur 10 sur la plateforme. Soit 21% du budget consacré au social selling.

On note également une affection particulière des internautes pour la vidéo, qui se poursuit également sur les réseaux. Ainsi, les annonces vidéo, Facebook et Instagram confondus, ont augmenté de +155% sur l’année. Elles représentent en moyenne 22% du budget social. Le CTR est lui aussi en fête, avec une augmentation de 21% sur cette typologie d’annonce.


Référencement naturel, toujours plus mobile !

Enfin, pour conclure, quelques observations similaires concernant le référencement naturel. Si la recherche organique connaît une légère baisse de 5% en volume, le mobile est lui toujours en croissance : +9% au T3 2016. Sur Yahoo et Bing, cette tendance se confirme avec une diminution respective de 21% et 2% des recherches organiques.

Aujourd’hui, les recherches sur mobile représentent 48% des recherches organiques.

Conclusion : pour 2017, pensez social, Expanded Text Ad, Google Shopping et surtout mobile !

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Comment réduire la vitesse de chargement de votre site web ? - BtoBMarketers.fr

Comment réduire la vitesse de chargement de votre site web ? - BtoBMarketers.fr | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

9 conseils pour réduire la vitesse de chargement de votre site web.

La vitesse de chargement des pages de votre site web est un critère important à prendre en compte.
Plus le temps de chargement est long, plus cela peut avoir un impact négatif sur le trafic de votre site web, sur le taux de conversion et donc sur vos revenus et enfin, sur l’image de marque de votre entreprise.

L’infographie réalisée par Tom Langdon présente 9 conseils utiles :

- Choisissez bien l’hébergeur de votre site web,
- Supprimez les Plug-Ins inutiles,
- Utilisez un réseau de diffusion de contenu (CDN),
- Rendez le cache disponible,
- Compressez les images,
- Gardez une base de données propre,
- Réduisez la taille de vos pages,
- Réduisez vos fichiers Java Script et CSS,
- Réduisez les boutons de partages des réseaux sociaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Noël 2016 : êtes-vous prêts ? 12 leviers SEM essentiels pour booster vos ventes !

Noël 2016 : êtes-vous prêts ? 12 leviers SEM essentiels pour booster vos ventes ! | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Avec l’évolution de l’e-commerce, les acheteurs démarrent leur shopping de Noël de plus en plus tôt, avant même que les boutiques physiques ne commencent à se préparer à cet événement. Les tendances de recherches Google de 2015 montrent que pour cette haute saison d’achats en ligne, les recherches produit commencent dès Septembre, et cela devrait encore être le cas en 2016.

Quelques semaines avant Noël, le 25 Novembre 2016, le Black Friday va booster davantage les ventes e-commerce. Initié aux États-Unis et ayant toujours lieu le quatrième vendredi de Novembre, le Black Friday est de plus en plus populaire en France, sous l’impulsion des plus grands sites e-commerce qui proposent depuis plusieurs années des réductions exclusives pendant cette journée.
Optimisez vos campagnes SEM pour le Black Friday et Noël avec ces 12 astuces essentielles

Il est en effet déjà temps de se préparer à cette période, qui représente la plus forte période d’achats de l’année. En plus des optimisations indispensables sur votre site marchand, n’oubliez pas d’adapter votre stratégie de Search Marketing – canal indispensable pour l’acquisition client – avec nos 12 astuces d’optimisation pour les annonces textuelles sur AdWords et les annonces produits sur Google Shopping.

1. Tirez parti des extensions Expanded Text Ads

Lancées cet été, les expanded text ads vous donnent presque 50% d’espace supplémentaire pour afficher votre titre, description et URL. Assurez-vous de profiter pleinement de ces 140 caractères en réécrivant le contenu de vos annonces.

2. Utilisez Showcase Shopping

Alors que Google Shopping vous laisse traditionnellement proposer un produit à la fois, vous pouvez désormais utiliser le format Showcase Shopping pour afficher un ensemble de produits en utilisant des requêtes larges telles que « robes d’été ». Ce format d’annonces est pour le moment déployé au Royaume-Uni, en Australie et aux Etats-Unis, et sera prochainement disponible en France.

3. Ajoutez des extensions de prix à AdWords

Affichez vos offres en détail et fournissez des informations sur le prix assez tôt dans le processus d’achat, grâce aux extensions de prix pour mobile. Cependant, seule l’annonce en première position sur AdWords affichera les prix, essayez donc d’optimiser vos annonces pour y parvenir.

4. Utilisez les annonces dynamiques du Réseau de Recherche

Les annonces dynamiques du réseau de recherche génèrent automatiquement des annonces et mots clés basés sur le contenu de votre landing page. Cette fonctionnalité est extrêmement utile pour vous aider à compléter les mots clés que vous avez pu oublier manuellement, et cette méthode est particulièrement bénéfique pour les entreprises avec des sites web riches en contenus et ayant des unités de gestion des stocks sur toutes les pages.

5. Optimisez les enchères par appareil

De plus en plus de recherches se font désormais depuis le mobile, il est donc essentiel de ne pas négliger cette tendance dans votre stratégie. De plus, les CPCs sur mobile sont souvent moins chers que ceux sur ordinateur, faites donc attention à bien répartir votre budget.

6. Changez les types de correspondance de mots clés

Vous aviez peut être l’habitude de vous concentrer sur des correspondances exactes sur AdWords, mais pourquoi ne pas tester des requêtes larges pour capturer un volume de recherche pertinent pendant la période des vacances ?

Cliquez pour découvrir nos 12 conseils en infographie :

infographie-optimisation-sem-noel-black-friday

7. Découvrez les partenaires de recherche Google

Google propose d’étendre la portée de vos annonces AdWords avec ses partenaires de recherche. En diffusant vos annonces sur des centaines de sites non affiliés avec Google, Google Maps, YouTube et d’autres sites Google, vous augmentez les chances que l’on clique sur vos annonces.

8. Importez vos statistiques analytiques

Importer les objectifs et transactions de Google Analytics vers AdWords permet à ces deux éléments d’être utilisés ensemble pour vous donner accès à vos conversions Analytics et d’autres données relatives à vos clics AdWords. L’outil d’optimiseur de conversion pourra également accéder à des données aidant à optimiser les enchères et augmenter les conversions, pour diminuer les coûts globaux.

9. Maintenez votre flux produits à jour

Maintenir votre flux Google Shopping à jour est essentiel pour améliorer l’expérience utilisateur, en vous assurant que les produits affichés sont toujours en stock. Cela vous permettra également d’éviter des dépenses inutiles pour des clics qui ne pourraient pas aboutir à une vente.

10. Ajoutez des promotions spéciales

Les promotions vous aident à vous démarquer de la concurrence, assurez-vous donc de garder vos prix à jour. Google Shopping détectera automatiquement les baisses de prix dans le flux produit, mais vous devrez ajouter manuellement les promotions à vos annonces textuelles. Pensez à utiliser les dates de début et de fin dans AdWords pour que les informations soient toujours à jour.

11. Analysez votre performance PPC

Le meilleur moment pour attirer la plus grande audience et les conversions dépendra largement du jour et de l’heure. Analyser les données de campagnes par créneau horaire et pour chaque jour de la semaine vous aidera à comprendre comment ajuster vos enchères pour des campagnes très efficaces et un meilleur ROI.

12. Testez « Drafts and Experiments »

Une sélection de fournisseurs de solutions ont accès à Google Drafts and Experiments, qui vous permet d’A/B tester vos propres campagnes AdWords et Google Shopping en comparaison avec leur version optimisée. C’est très facile à mettre en place et vous pouvez revenir à la version originale si vous n’êtes pas satisfaits des résultats. N’hésitez donc pas à l’essayer !

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

[Infographie] Quelles sont les priorités et les challenges pour un expert SEO en 2016 ?

[Infographie] Quelles sont les priorités et les challenges pour un expert SEO en 2016 ? | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it
C’est vrai, les métiers liés au référencement sont parfois difficile à appréhender pour un néophyte. Définir concrètement le travail d’un expert SEO n’est pas à la portée de tous, même pour certains professionnels du web.

« Faire accéder un site à la première position sur ses mots clés et dans les recherches ».

Si on peut facilement déterminer son objectif premier, détailler ses missions, les tâches qui lui prennent le plus de temps au quotidien ou encore ses plus gros défis, peut être plus ardus. De plus que les résultats peuvent être complètement aléatoires ! Il faut dire qu’avec un maître du jeu comme Google, il n’est pas toujours facile d’anticiper les changements de règles et les limites de son jeu…

expertseoL’expert SEO, c’est un petit peu le surfer des moteurs de recherche. Être un bon référenceur, c’est réussir à prendre les bons courants pour faire progresser les positions des sites. Comme le passionner de glisse, l’expert SEO est perpétuellement en recherche de la bonne vague. Et tout comme le surfer qui manque de tomber à chaque seconde, l’expert SEO joue avec la limite imposée par les moteurs de recherche Google. Si l’échec pour le surfer est caractérisé par la chute, l’expert SEO lui prend le risque de se « faire punir » d’un instant à l’autre par les algorithmes changeant comme Panda & Pingouin.

Réalisée et publiée sur le site Search Engine Journal, cette infographie schématise le quotidien d’un expert SEO et tente de lever un peu le voile sur le mystère stagnant autour des métiers du référencement.

Regroupant pas moins de 65 experts SEO, SEJ a réalisé une infographie dans le but de nous exposer l’archétype du métier d’expert SEO . Réalisation de contenus de qualité, construction de backlinks, stratégie de mots clés, nettoyage des erreurs 404… Bref vous l’aurez compris tous les domaines sont joliment représentés.

Voilà l’occasion de faire le plein de données et de mieux appréhender les tâches sur lesquelles les spécialistes du référencement se concentrent, jour après jour.
more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

AdWords : élaborer une stratégie d’enchères axée sur les bénéfices - JVWEB

AdWords : élaborer une stratégie d’enchères axée sur les bénéfices - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Si une campagne AdWords est un formidable outil d’acquisition client, ce levier a pour finalité de générer davantage de bénéfices pour votre entreprise. En ligne de mire, CPA et ROI sont souvent les garants indétrônables de la rentabilité. Pourtant, dépenser moins ne veut pas toujours dire gagner plus… Or, c’est bien l’objectif. Aujourd’hui, 4 étapes pour ajuster sa stratégie d’enchères AdWords de manière à créer encore plus de profits !

Etape 1 : Estimez les bénéfices réellement induits par AdWords

Si les CPA peuvent sembler élevés sur certains marchés, c’est aussi parce que nombre d’annonceurs ne perçoivent pas la valeur réelle d’un nouveau client. Pourtant, estimer la capacité d’investissement de chaque client, sur le long terme, offre un autre regard sur la rentabilité. Un regard qui mène parfois à ventiler son budget avec plus de pertinence…

En effet, la valeur d’un client dépasse la simple conversion post clic. Entre actions cross canal, bouche à oreille et ré-achats, le calcul de la valeur demande davantage de granularité. Ainsi, nous vous recommandons d’utiliser la formule suivante :


Total des commandes en ligne sur 3 ans
+ Total des commandes cross-device, app incluse
+ Total des commandes en boutique
+ Total des commandes consécutives au bouche-à-oreille
X Taux de marge
– CPA AdWords
= Bénéfice par Nouveau client

Vous l’aurez compris, cette formule permet d’examiner, en détails, les potentialités de conversions sur l’ensemble du Parcours Client, et ce sur une durée beaucoup plus longue. Evidemment, cette formule s’adapte à chaque configuration.


Etape 2 : Testez manuellement quelques pistes d’optimisation

Envisager la valeur d’un client sur l’ensemble de sa vie amène à reconsidérer la lecture des KPI habituels. Avec une capacité à générer des bénéfices plus importante, un nouveau client autorise davantage d’investissements. Réaliser une première série de tests d’optimisation permet de déceler de nouvelles opportunités, sans engager de gros budgets.

Commencez par identifier les éléments à tester. Choisissez des variables faciles à suivre et sur lesquelles vous pouvez collecter des données de conversion. Par exemple, générer plus d’impressions sur les mots clés génériques, ou plus de conversion sur vos mots clés de marque.

Ensuite, ajustez votre enchère à la hausse de 20 à 30%. Mieux vaut ici travailler sur la notion de CPA que CPC. Augmenter votre CPC de 0,15€ à 0,25€ ne donnera que peu de résultats.

Pensez également à régler la période de diffusion. Celle-ci doit être suffisamment longue pour couvrir l’intégralité de votre cycle de vente. De même, évitez de lancer vos tests lors d’un pic de saisonnalité.

Idéalement, le test est conduit par une seule personne, le client ou l’agence, et ce afin d’éviter les actions parasites, qui fausseraient les résultats.


Etape 3 : Ajustez votre stratégie d’enchères

Le test terminé, l’heure est venue d’en tirer les (bonnes) conclusions ! Pour cela, rien ne vaut l’étude comparative. Isolez chacune des variables mises en test, puis, comparez la à la période précédente, sur un temps équivalent.

Pour comparer les performances, il vous faut isoler les bons KPI, campagne par campagne :

- Position moyenne
- Nombre de clics convertis
- CPA
- Budget dépensé
- Profit réalisé

De cette étude ressortent les axes de développement les plus porteurs. Ce sont eux qu’il faudra déployer à plus grande échelle. Cependant, pour être pleinement efficace, cet exercice d’optimisation doit être renouvelé régulièrement. Pour gagner en performance, descendez d’un niveau à chaque nouveau cycle d’optimisation : compte – campagne – groupe…


Etape 4 : Appuyez-vous sur l’optimisation automatique des enchères

S’il est important d’effectuer manuellement cet exercice pour bien en comprendre les tenants et les aboutissants, il est également envisageable de se reposer ensuite sur l’ajustement automatique des enchères. Gain de temps non négligeable, cette option est intéressante pour qui souhaite se concentrer sur la stratégie.

En effet, la première étape est de mettre à jour vos objectifs au sein de la plateforme d’automatisation des enchères. Ensuite, celle-ci ajustera les variables sur l’ensemble des campagnes en cours. Là encore, une piste d’optimisation à suivre pour gagner du temps, et donc de l’argent !

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

Expanded Text Ad : les 4 piliers de l'annonce parfaite ! - JVWEB

Expanded Text Ad : les 4 piliers de l'annonce parfaite ! - JVWEB | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it

Annoncé en mai 2016, le format des annonces AdWords Expanded Text Ads ne sera finalement généralisé qu’en janvier 2017, contrairement aux annonces initiales. En cause, le temps nécessaire aux annonceurs pour optimiser leurs annonces et obtenir des performances similaires. Afin d’accélérer ce processus, Optmyzr a mené une étude sur 1,2 millions d’annonces. Il en ressort 5 pistes d’optimisation pour vraiment faire la différence. On vous raconte.

Expanded Text Ad ou annonce textuelle, que choisir ?

Alors que Google repousse lui-même la date de généralisation de ce format de publicité AdWords, la question est légitime. Pourtant, de nos observations comme des résultats de cette étude, la réponse est sans appel. Il est temps d’amorcer la migration.

A la clé, un meilleur CTR, et donc plus de chances de finaliser la conversion à partir de votre landing page. Avec un CTR médian à 3,61% pour une annonce traditionnelle, celui-ci grimpe à 4,64% avec le format ETA. Soit un potentiel de 28% supplémentaire.


Optimisation 1 : insérez des mots-clés dynamiques… avec parcimonie !

Largement utilisés par les annonceurs afin de personnaliser leurs annonces, l’insertion de mots-clés dynamiques est également disponible via ETA. Toutefois, l’étude montre que cette fonctionnalité doit être utilisée avec précaution.
Si l’insertion de mots clés dynamiques via le titre engendre une augmentation de CTR de 55%, celui-ci a tendance à diminuer lorsque les mots clés dynamiques sont utilisés au sein des descriptions (-25%). L’idéal, recourir à cette technique mais de manière très ciblée et sur un nombre limité d’annonces.


Optimisation 2 : ciblez plutôt une url unique…

Le format Expanded Text Ad offre la possibilité de renseigner deux champs pour l’url à afficher d’une même annonce. Destinée à donner plus de renseignements à l’utilisateur, cette fonctionnalité se révèle plutôt contre-productive à l’usage.
En effet, le CTR, donnée de performance de référence de cette étude, est plus bas lorsque les url sont multiples (4,41% pour une double url, contre 6,02% en url unique). Conclusion, trop de choix tue le choix !


Optimisation 3 : suroptimiser le texte, la fausse bonne idée !

Dans la lignée des optimisations traditionnelles, les auteurs de l’étude se sont penchés sur l’impact que peut avoir la répétition des mots-clés de l’url dans le titre ou le texte de l’annonce. Résultat, la technique est peu probante !
En effet, les tests démontrent plutôt une tendance à la baisse du CTR dans cette configuration. Plutôt que de répéter grossièrement les mots-clés, les premières observations encouragent davantage à créer des titres CTA, pertinents et attractifs.


Optimisation 4 : utilisez habilement l’espace supplémentaire…

Les Expanded Text Ads sont, par définition, plus étendues… Elles permettent donc d’enrichir le texte de l’annonce, comparativement au format AdWords traditionnel. Pourtant, là encore, ce qui semblait être une opportunité, n’est pas nécessairement probante à ce jour.
En effet, ajouter du texte de « remplissage » aurait davantage tendance à réduire le CTR. Pour déterminer le bon format, pensez davantage à l’efficacité de votre message :
Titres : plus ils sont courts, mieux ils cliquent, de 30 à 60 caractères
Texte : focalisez-vous sur une proposition unique, au maximum 80 caractères

more...
No comment yet.
Scooped by Aleksandra Noir'ô
Scoop.it!

[Infographie] 10 conseils pour améliorer le SEO de votre site e-commerce

[Infographie] 10 conseils pour améliorer le SEO de votre site e-commerce | SEO SEA SEM - Référencement Naturel & Payant | Scoop.it
Dans nos articles précédents, nous avons parlé des bases de l’optimisation du référencement et de l’importance d’améliorer votre SEO pour éviter de manquer des impressions, des clics et des ventes. Il y a de nombreux éléments qui doivent être optimisés sur un site e-commerce et, bien sûr, avec des changements fréquents sur les algorithmes des moteurs de recherche ainsi que sur votre catalogue produit, c’est un processus continu.

Pour vous aider à démarrer, voici quelques-uns de nos meilleurs conseils pour améliorer le SEO des boutiques en ligne en 2016 :
more...
No comment yet.