Une étude lève le voile sur les mécanismes qui aboutissent à la paralysie des muscles pendant les phases de sommeil paradoxal. Une avancée qui pave la voie à de nouveaux traitements.