Les autorités françaises veulent rassurer les 70.000 personnes concernées après le scandale des prothèses défectueuses de marque ASR révélé il y a quelques jours.