senegal sante
13.7K views | +5 today
Follow
 
Scooped by Makhtar Loum
onto senegal sante
Scoop.it!

TIC et autonomie

TIC et autonomie | senegal sante | Scoop.it

En France, comme dans la plupart des pays industrialisés, l’évolution démographique des populations amène les responsables politiques et les acteurs de la santé et du social à revoir en profondeur des modèles économiques dont l’équilibre est à terme -si ce n’est aujourd’hui- compromis.

La capacité de nos sociétés à fournir à leurs aînés des solutions permettant leur maintien à domicile tout en garantissant des conditions de sécurité maximale fait partie des grands enjeux de ce siècle naissant. Le maintien à domicile doit avant tout relever le défi que représente la prévention des risques encourus par une personne âgée vivant seule à son domicile : chute, dénutrition, erreur de prise de médicaments (notamment pour les traitements récurrents liés aux maladies chroniques), isolement social… pour ne citer que les principaux.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) font partie des réponses possibles, même si elles ne peuvent et ne doivent remplacer les aidants familiaux et professionnels qui assurent au quotidien un lien social indispensable. De plus, au-delà de l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie, c’est aussi et plus largement toutes les personnes fragiles et vulnérables qui sont potentiellement concernées par ces nouvelles approches.

Ce site vise donc à suivre l’état de l’art en matière de solutions pour le maintien à domicile, qu’elles soient commercialisées ou seulement à l’état de projets, et à recueillir les avis et commentaires des utilisateurs.

L’angle d’analyse de ce blog est volontairement et résolument tourné vers la compréhension des besoins et la capacité des solutions proposées à le satisfaire. La technique n’est qu’un moyen ; l’important est le service qu’elle rend (ou ne rend pas!). Certaines thématiques sont volontairement absentes ou peu présentes sur ce site : par exemple les solutions basées sur téléphone mobile, pour lesquelles les contenus logiciels fleurissent mais dont le suivi exhaustif est difficilement envisageable sur ces pages : d’autres sites sont plus pertinents si vous explorez ce domaine. Même remarque pour les offres de vidéosurveillance dites ‘senior’ qui ne sont trop souvent que des segmantation marketing de solutions traditionnelles.

IMPORTANT : Tout commentaire concernant le site en général est à envoyer directement en utilisant la fiche contact disponible sur la droite. Vos commentaires sur les différents articles sont les bienvenus : utilisez pour cela la boite à commentaires disponible au bas de chaque billet. Les commentaires font l’objet d’une modération de la part de webmaster, afin d’éviter les spams, messages publicitaires ou inappropriés. Les délais de mise en ligne de vos commentaires peuvent donc prendre quelques jours.

more...
No comment yet.
senegal sante
Actualité de la santé au sénégal et dans le monde
Curated by Makhtar Loum
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Makhtar Loum from ALPC Numérique
Scoop.it!

Un point sur le projet de télésanté XL ENS

Un point sur le projet de télésanté XL ENS | senegal sante | Scoop.it

Lors de l’assemblée générale des insuffisants rénaux d’Aquitaine (Fnair Aquitaine), le 14 juin dernier à Saint-Justin (40), Michel Perdriset, vice-président de l'association, a fait le point sur le projet de télésanté sur le territoire du nord-est landais puisque membre depuis quatre ans du comité de pilotage du programme « XL ENS » au titre de représentant des usagers de 53 associations de malades.


Via Région ALPC
more...
Région ALPC's curator insight, June 23, 2015 8:43 AM

Le projet XL LENS :

https://www.sante-aquitaine.fr/sites/portailtsa.aquisante.priv/files/u10/tsn_synthese_dossier_projet_v1.pdf

 

Le projet est mis en place par l'Agence régionale de santé (ARS), en collaboration avec les conseils départementaux et la Région.

Les quatre zones d'expérimentation concernent les secteurs de Mont-de-Marsan, Labrit, Saint-Sever et Gabarret-Roquefort.

Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Orlando plans to counter Westboro Baptist Church protest

Amy R. Connolly
ORLANDO, Fla., June 17 (UPI) -- Orlando's gay community is reaching out for help to block Westboro Baptist Church members from protesting the funerals of Pulse nightclub shooting victims.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Tweet from @Banquemondiale

Tweet from @Banquemondiale | senegal sante | Scoop.it
RT @Banquemondiale: Santé et tabac : le nombre de fumeurs continue d’augmenter dans 27 pays.
#NoTobacco #NonAuTabac https://t.co/fhQ4QE30WJ
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Patient partenaire, ressource, e-patient, expert et pourquoi pas enseignant ? | E-patients, e-patients 2.0

Patient partenaire, ressource, e-patient, expert et pourquoi pas enseignant ? | E-patients, e-patients 2.0 | senegal sante | Scoop.it
Patient partenaire, ressource, e-patient, expert, peu de gens s'accordent sur le terme adéquat pour qualifier ce nouveau type de patient qui émerge depuis quelques années.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Science décalée : le smartphone transforme la main humaine

Science décalée : le smartphone transforme la main humaine | senegal sante | Scoop.it
D’après une étude britannique, 5 % de la population aurait un pouce plus gros que l'autre à cause de l'usage du smartphone. Les jeunes sont les plus touchés par cette transformation d
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sénégal: le secteur de la santé malade de ses lobbies. | SEN360.FR

Sénégal: le secteur de la santé malade de ses lobbies. | SEN360.FR | senegal sante | Scoop.it
Selon l'ANSD, le taux de mortalité infantile (0-1 an) est de 44,7‰et ... Lire la suite.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Structures de santé africaines : 5% des patients contractent des infections faute d’eau et d’hygiène - Sen24heures

Structures de santé africaines : 5% des patients contractent des infections faute d’eau et d’hygiène - Sen24heures | senegal sante | Scoop.it
Le manque d’eau, d’infrastructures d’assainissement et d’hygiène dans les structures de santé fait que 5 % des malades contractent une ou des infections nosocomiales. Pour réduire ces risques de maladies, l’Oms forme, depuis hier, à Dakar, des cadres de santé de huit pays de la sous-région.
Selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), près de 42 % des établissements de santé africains manquent de sources d’eau améliorées et 20 % sont sans infrastructures d’assainissement. La conséquence directe, d’après le même rapport, est que plus de 5 % des patients hospitalisés contractent une ou plusieurs infections dont une grande partie pouvait être évitée. Ces statistiques sont données respectivement par le représentant-résident de l’Oms au Sénégal, Dr Deo Nshimirimana, et le directeur général de la Santé, Dr Papa Amadou Diack. Ces deux personnalités ont coprésidé, le lundi 6 juin, à Dakar, les travaux de l’atelier régional de formation et de développement du plan d’actions pour l’amélioration de l’approvisionnement en eau, de l’hygiène et de l’assainissement dans les établissements de santé.
Cette rencontre regroupe des experts de huit pays de la sous-région. Le représentant de l’Oms a affirmé que les difficultés d’approvisionnement en eau, le manque d’hygiène et d’assainissement dans les structures de santé augmentent le risque d’infections associées aux soins et inhibent les efforts des gouvernements et de la communauté internationale. Lesquels visent à améliorer la santé des populations surtout des couches fragiles.
Pour le Dr Papa Amadou Diack, « il est indispensable de garantir, dans les établissements de soins, un service adéquat en eau et en assainissement, dans un environnement propre et hygiénique ». Poursuivant, il a rappelé que conscient de l’ampleur et de la gravité des infections liées aux soins, les autorités sanitaires sénégalaises ont mis en place, en 2004, le Programme national de lutte contre les infections nosocomiales (Pronalin). L’objectif étant de réduire l’incidence de ces infections par une amélioration de l’hygiène, de la qualité, de la prise en charge des patients et des services dans les structures de santé.
« L’approvisionnement en eau et assainissement et l’hygiène dans les établissements de santé sont un socle important pour assurer aux populations un service de qualité », a-t-il ajouté, soulignant que le Sénégal « n’est pas confronté à beaucoup de cas de maladies nosocomiales ». Cependant, il a estimé que « ce qui importe, ce sont des mesures préventives ». Et « notre pays dispose d’agents dédiés à cette prévention », a-t-il souligné, citant les agents du Service d’hygiène.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

La communication pharmacien-patient : la clé vers de meilleurs soins de santé? | PHARMACY, PHARMACIST, RETAIL - PHARMACIE, PHARMACIEN, DISTRIBUTION

La communication pharmacien-patient : la clé vers de meilleurs soins de santé? | PHARMACY, PHARMACIST, RETAIL - PHARMACIE, PHARMACIEN, DISTRIBUTION | senegal sante | Scoop.it
Depuis quelques années, il a été démontré à travers différentes initiatives qu’une utilisation plus efficace de la communication comme stratégie d’interve | PHARMACY, PHARMACIST, RETAIL - PHARMACIE, PHARMACIEN, DISTRIBUTION...
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

This device can detect malaria in 5 seconds

This device can detect malaria in 5 seconds | senegal sante | Scoop.it
Considered as one of the fatal diseases in the world, Malaria affects 200 million people every year.

Even though it is avoidable and curable, the World Health Organization (WHO) in 2015 estimated that 438,000 people died from malaria mainly in sub-Saharan Africa.

John Lewandowski, a 26-year-old PhD student in mechanical engineering at MIT, said detecting it quickly is very important.



“Early detection is very important, typically in the first five to seven days before symptoms
arise so that treatment can begin,” said Lewandowski.

He has made a mechanical device called RAM (Rapid Assessment of Malaria) that can diagnose malaria from a drop of blood in five seconds.



There are two main ways to detect malaria: You can do a diagnostic test on a blood drop sample, which returns a positive or negative result, similar to a home pregnancy test or you can test a drop of blood under a microscope to find out the parasite.


However, in Africa and Asia, many rural communities do not have the medical infrastructure for microscopic tests, and the diagnostic test cannot diagnose malaria infection in the very early stages.

Lewandowski developed his device to make detecting malaria faster and cheaper.
Costing about $100 to $120, the RAM is battery-operated and is made from low-cost materials. The plastic box (measuring 4×4 inches) has a small circuit board, a laser and a few magnets on the inside. It has an LCD screen, an SD card slot and a plastic disposable cuvette on the outside.


“It’s pretty bare bones,” said Lewandowski, who’s the founder and CEO of Boston-based Disease Diagnostic Group, which is manufacturing the device.

Malaria parasites in human blood generate iron crystals that are magnetic in nature.

“As an engineer, I thought about creating a way to detect these magnetic crystals quickly,” said Lewandowski.

You take a finger prick of blood and put it into the box through the cuvette. If the malaria parasite is present, the magnets attract the iron crystals horizontally, vertically or diagonally.

The laser helps recognize the pattern and detect the disease. (no crystals form, if the disease is absent).

Even though detecting the parasite and finding out the treatment needs to be done by a local clinic or hospital, the technology is intentionally very basic and simple to use.

“The technology is novel,” said David Sullivan, a professor at Johns Hopkins University and an expert on “hemozoin,” or the iron crystals. Sullivan, who is acquainted with the device, said it provides a small advantage over the quick diagnostic tests because of its speed; some malaria patients can die within 24 hours.

Recently, quick blood testing devices have been in the public eye. Most obviously, Theranos, which stated that its blood testing device could process a full range of lab tests with just few drops of blood. The firm was valued at $9 billion, but in October 2015, a WSJ report raised queries over preciseness of Theranos’ blood tests and it has been under scrutiny since then.

However, Lewandowski said his device isn’t reinventing the wheel.

“Our technology is just speeding up that same process and bringing down the cost,” he said.
Simultaneously, he said the company is trying to find out how the technology could pivot to test for other mosquito-borne diseases like dengue fever and Zika virus.

The clinical trials of the RAM device have been tested by the Disease Diagnostic Group in India since 2013. “In India, the field study of 250 patients showed 93% to 97% accuracy,” Lewandowski also said that a new field study will be introduced this summer in Nigeria with up to 5,000 patients.

The startup has won about $1.5 million from various business competitions, including the MIT $100K Pitch Competition and the Harvard Life Science Accelerator.

“We self-funded initially and the rest of our investment is from prize money and grants,” said Lewandowski. He said the firm has six full-time employees and runs a lab and testing facility in Buffalo, New York.

The doctors who are working in small clinics and individual healthcare workers and doing malaria field tests in India are already being sold the devices in limited quantities by the start-up.

The firm has submitted the device for approval to the WHO and for EU health and safety certification.

In a year’s time, Lewandowski anticipates to have RAM devices more extensively available for purchase, and ultimately in the hands of families in high-risk regions of the world for malaria.

“For us, social impact is our mission,” he said. “We want them to be used in the right way by the right people who need them the most.”
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Trois questions à Isabelle Burkhard, directrice de l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias

Trois questions à Isabelle Burkhard, directrice de l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias | senegal sante | Scoop.it
Acteur moteur de la filière gériatrique en Essonne, l’Hôpital privé gériatrique Les Magnolias (HPGM) se montre régulièrement force de proposition dans l’évolution des pratiques et des organisations. Trois ans après le lancement de son programme TMG 91, sa directrice est convaincue des effets bénéfiques de la télémédecine sur l’offre et la qualité des soins.

 Isabelle Burkhard : « La télémédecine est un formidable outil de diffusion de la culture gériatrique. »

Quels sont les résultats de l’expérimentation TMG 91 (Télémédecine en gériatrie dans l’Essonne) que vous avez lancée en octobre 2012 ?

L’activité de téléconsultation a beaucoup progressé en 2015. Au point que l’ARS d’Île-de-France a décidé de nous accorder une année supplémentaire de financement pour l’expérimentation, qui est donc prolongée jusqu’à fin 2016. Elle porte sur deux axes : l’accès aux soins spécialisés pour les résidents de six Ehpad[1] qui bénéficient de consultations à distance, programmées, et la permanence des soins, assurée par notre partenaire télémédecine H2AD,avec une télérégulation qui limite les passages inappropriés aux urgences. De nombreuses disciplines sont concernées (dermatologie, psychiatrie, neurologie, cardiologie…), mais nous avons surtout pu développer les évaluations gériatriques, réalisées à l’entrée d’un résident en Ehpad.

« La télémédecine participe à la structuration du parcours de la personne âgée. »

Quelle est la condition de cette réussite ?

Elle repose largement sur l’investissement du Dr Valérie Bourdinaud, responsable du pôle ambulatoire de l’HPGM, et de Sylvie Madrange, infirmière coordinatrice. Leur animation d’un comité de pilotage avec les directions d’Ehpad a réussi progressivement à sensibiliser les médecins coordonnateurs et les médecins traitants, prescripteurs des téléconsultations. Les enquêtes auprès des professionnels, des Ehpad et des familles montrent un niveau de satisfaction très satisfaisant. La qualité du service est appréciée, comme en témoignent les indicateurs des délais de prise de rendez-vous spécialisés (raccourcis) ou d’obtention des comptes rendus (le jour même !). Pour ce qui est des aspects techniques, tout fonctionne bien. Les utilisateurs ont simplement dû apprendre à discipliner leurs échanges : chacun doit parler à son tour ![2]

Quel intérêt voyez-vous, en tant que directrice d’établissement, au développement de la télémédecine ?

Deux valeurs fortes caractérisent l’HPGM : le maintien de l’autonomie et le bien-vieillir. Or nous avons pu constater que la télémédecine est un formidable outil de diffusion de la culture gériatrique auprès de tous les professionnels avec lesquels nous travaillons. Nous nous mobilisons par exemple depuis de nombreuses années sur la prévention de l’iatrogénie et des risques de surmédication. Grâce aux évaluations gériatriques, il est possible de partager les bonnes pratiques sans pour autant se substituer aux médecins traitants. De même, sur le champ des infections nosocomiales, nous pouvons envisager de transmettre l’expertise de notre équipe Hygiène à distance aux personnels des Ehpad. Autre exemple de partage d’expertise démarré en 2015 : la prise en charge de la douleur. Cet accompagnement explique d’ailleurs nos résultats et la très bonne perception de l’ARS à cet égard. Je suis également convaincue que la télémédecine offre un véritable outil d’organisation et de structuration du parcours de santé de la personne âgée tout en contribuant à renforcer l’offre de soins à l’échelle d’un territoire. C’est pourquoi j’espère vivement que l’assurance maladie prendra les décisions qui nous permettront de coter les actes de télémédecine et de transformer notre expérimentation en dispositif pérenne. Nous en aurons en tout cas une évaluation médico-économique en fin d’année.

À propos de H2AD

Créée en 2004, H2AD est une organisation médicalisée de télésanté et de télémédecine opérant sur le secteur de la perte d’autonomie, du maintien à domicile et du suivi à distance des maladies chroniques. Elle mutualise le savoir-faire en recherche et développement de ses 40 collaborateurs, ingénieurs et médecins, pour offrir une organisation et des solutions opérationnelles de télémédecine 24/7. L’expertise de H2AD permet d’acquérir, de traiter, de partager et d’héberger des données de santé 24 h/24 par un chaînage humain, logistique, médical et sécurisé, grâce à une plateforme médicalisée de régulation, de coordination et de conseils médicaux. H2AD est agréée « Hébergeur de données de santé à caractère personnel » par le ministère de la Santé.

http://www.h2ad.net/ ;

Contact : Camille DESMOULIN – +33 (0)4 77 53 58 70 rp-presse@h2ad.net

[1] Notre-Dame d’Espérance (Milly-la-Forêt), Le Centenaire (Pussay), La Gentilhommière (Boussy-Saint-Antoine), Résidence de l’Orge (Saint-Germain-lès-Arpajon), Maison Geneviève-Laroque (Morangis), Les Tisserins (Évry).

[2] Chaque établissement s’est équipé d’une salle dédiée à la téléconsultation avec les installations nécessaires : accès visioconférence et triple écran où s’affichent la salle distante et les informations partagées du dossier patient.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Sud Quotidien SENEGAL | LES MEDECINS ETRANGERS «SAUVENT» LES PATIENTS

Sud Quotidien SENEGAL | LES MEDECINS ETRANGERS «SAUVENT» LES PATIENTS | senegal sante | Scoop.it
Le secteur de la santé  est en mouvement depuis hier, mercredi 1er juin. Dans les structures de santé visitées, le mot d’ordre décrété par le cadre permanent des syndicats de la santé, dans l’action unitaire (2Sau) a été partiellement suivi. 
 
Le second plan d’action du cadre permanent des syndicats de la santé, dans l’action unitaire (2Sau), a pris effet hier, mercredi 1er juin. Il s’agit pour les blouses blanches de ranger les bistouris, stéthoscopes et autres, pour se plier au mot d’ordre de leurs différentes entités syndicales. 
 
 A l’hôpital général de grand Yoff,  des patients ont vu leurs rendez-vous renvoyés à une autre date. Une situation très inconfortable pour eux, pour la simple raison, qu’ils ont quitté leur domicile à l’aube, espérant bénéficier de soins.  
 
Dans d’autres services comme les urgences, pédiatrie, un médecin assure la permanence. « Nous  sommes là, depuis 6h du matin et ce n’est que vers 9h qu’on a été informés de la grève. Nous venons de la banlieue et il faut prendre un taxi pour arriver jusqu’ici car le patient en question est très faible et ne peut pas prendre les transports en commun », a avancé un accompagnant, trouvé au service de pneumatologie. Même son de cloche chez d’autres patients qui sont obligés de prendre leur mal en patience. «Nous n’avons d’autre choix que de rentrer et de revenir après la grève. Mais, les médecins doivent penser à nous. 
 
Le secteur de la santé ne doit pas être paralysé parce que ce sont des vies qui sont en danger », fait remarquer Moustapha Mbaye, la trentaine.  Même si le mot d’ordre a été suivi par des médecins, on remarque néanmoins l’offre  de services dans plusieurs départements avec la présence de médecins étrangers. 
 
Pour la consultation générale, les médecins trouvés sur place  qui ont voulu garder l’anonymat ont déclaré : «nous ne sommes pas concernés par la grève, car n’ayant pas été affiliés à aucun syndicat.  Nous sommes là pour les patients et nous faisons notre travail» renchérissent-ils. «Certes, avec l’absence d’autres médecins, c’est un travail de plus, mais on compte le faire pour le serment que nous avons fait avant de prendre fonction », soutient un autre confrère qui estime que « tout travail mérite un salaire et les médecins doivent bénéficier d’une bonne prise en charge tant sur le plan social qu’environnemental.» 
 
Au district de santé Gaspard Camara, les consultations se déroulent normalement. Les patients font des allers-retours entre le bureau du médecin et la pharmacie de l’hôpital.  Les chauffeurs de Taxi, eux ne chôment pas à cause de la forte demande des clients. Toutefois, à l’intérieur de l’hôpital, on remarque que la réalité est toute autre. Certains services sont dépourvus de leurs pensionnaires qui observent la grève. Seuls des infirmiers et quelques médecins consultent. «Une structure de santé ne peut pas ne pas prendre de malades. Le service est minimum, mais l’offre demeure», avance une blouse blanche.  
 
A la maternité, les accouchements se déroulent bien. Pas de rupture notée, nous fait savoir une sage-femme qui s’active dans la prise en charge de «ses bébés». Rappelons que la grève prend fin le vendredi prochain et qu’un premier mot d’ordre avait été décrété du  23 au 24 mai dernier par le (Sames), le (Syntras), le (Sudtm) et la (Cnts/Santé) qui forment la coalition. Ainsi, dans un communiqué, les responsables syndicaux du secteur de la santé ont souligné : «après une grève d’avertissement de 48 heures des 2Sau, le gouvernement est resté sourd à la souffrance des populations».

 Et la source de poursuivre : « ceci montre le manque d’intérêt du gouvernement pour le système de santé publique du Sénégal. Ce comportement ne nous étonne guère. Car, pour des maladies mineures, les représentants de l’Etat dépensent des sommes astronomiques pour soigner leurs affidés en Tunisie, en France, au Maroc voire en Inde. En plus, en lieu et place d’une proposition de sortie de crise qui passe par le respect de ses engagements envers les syndicats du secteur de la santé, le Gouvernement profère des menaces», a dénoncé le cadre permanent des 2Sau.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

“Les bouillons culinaires en vente au Sénégal sont-il nocifs… ?”, Par Pr Demba Sow

“Les bouillons culinaires en vente au Sénégal sont-il nocifs… ?”, Par Pr Demba Sow | senegal sante | Scoop.it
Au Sénégal, en ville et en campagne, les femmes utilisent systématiquement les bouillons culinaires pour la préparation des repas servis en famille ou dans les restaurants de tous standings. Les entreprises productrices de ces bouillons rehausseurs de goût sont en campagne de publicité permanente pour convaincre les sénégalais que leurs bouillons sont meilleurs que ceux des autres. Je me demande finalement comment les femmes choisissent un ou des bouillon(s) culinaire(s) parmi tant de produits vantés tous les jours comme étant les meilleurs de tous.

Cette prolifération de bouillons cubes, soutenue par une campagne publicitaire sur bien des points mensongère, inquiète les associations de consommateurs, les nutritionnistes, le corps médicale, les populations et les autorités. Tout excès étant mauvais en toute chose, surtout en matière d’alimentation, c’est légitimement que certains sénégalais pensent que les bouillons pourraient être nocifs pour la santé des consommateurs. Certains compatriotes les indexent comme étant responsables de certaines maladies chroniques très répandues au Sénégal actuellement : hypertension artérielle, diabète,…. Pour l’instant, rien ne corrobore ces soupçons graves.

C’est face à cette situation que le Ministère du Commerce a saisit celui de la Santé pour édifier les sénégalais sur le caractère nocif ou non des bouillons culinaires utilisés dans la cuisine sénégalaise. Beaucoup de nostalgiques regrettent la cuisine ante-bouillon. C’est dans ce contexte d’incertitude sur les effets sanitaires des bouillons culinaires que le Ministère de la santé a, à son tour, saisi le Comité Nationale du Codex Alimentarius (CNCA) en vue d’avoir un avis incontestable sur les risques liés à la consommation de ces produits à base de sel et d’acide glutamique, un acide aminé diacide, abondant dans les aliments et non essentiel. Pour traiter ce dossier, le CNCA a mis en place un groupe de travail composé d’experts en sécurité sanitaire des aliments pour donner un avis sur les risques liés à la consommation de bouillons culinaires.

Le Codex Alimentarius, restructuré et capacité, a maintenant les ressources humaines pour mener à bien la mission que lui a confiée son Ministère de tutelle. Sous l’autorité du Pr Mamadou Fall du Laboratoire de Toxicologie de l’UCAD, les experts du CNCA sont en phase de finaliser le document portant l’avis sur les risques liés à la consommation de bouillons cubes.

Il est utile de rappeler pour rassurer les industriels et les consommateurs que la démarche du Codex Alimentarius, tant au niveau international que national, est de n’utiliser que des arguments scientifiques pour rendre un avis sur les risques liés à la consommation d’un produit (alimentaire ou additif).

En attendant les résultats des travaux de la commission du CNCA, nul ne doit affirmer que les bouillons sont nocifs ou non pour la santé des consommateurs. On peut cependant les soupçonner comme facteurs qui pourraient favoriser certaines maladies chroniques. Dans l’attente de l’avis scientifique du Codex Alimentarius du Sénégal, je recommande aux compatriotes la consommation des bouillons cubes avec modération s’ils ne peuvent pas s’en passer car ces rehausseurs de goût ne sont pas indispensables.

Pr Demba SOW
Professeur à l’ESP de l’UCAD
Expert en Génie des procédés alimentaires
Expert du Codex Alimentarius
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Petits bobos : les gestes essentiels

Petits bobos : les gestes essentiels | senegal sante | Scoop.it
Bosse, plaie, écharde, brûlure... comment réagir, que faut-il faire et ne pas faire ? Connaître les gestes essentiels anti-bobos est important pour soulager rapidement, ne pas commettre d'impair et rassurer son enfant encore sous le choc.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Blood pressure may soar if you live near an airport

Blood pressure may soar if you live near an airport | senegal sante | Scoop.it
HealthDay News
Living near an airport isn't just hard on your hearing, it may also be hard on your heart, new research suggests.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Risques psychosociaux, en parler pour en sortir - Publications et outils - INRS

Risques psychosociaux, en parler pour en sortir - Publications et outils - INRS | senegal sante | Scoop.it
Les supports sur les risques psychosociaux (RPS) pour se sensibiliser et agir en prévention.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | DEFICIT EN PERSONNEL ET INFRASTRUCTURES

SudOnLine - Le Portail de Sud Quotidien SENEGAL | DEFICIT EN PERSONNEL ET INFRASTRUCTURES | senegal sante | Scoop.it
Le Sénégal enregistre un déficit d’infrastructures sanitaires mais aussi de personnel.  Des informations ressorties de l’atelier de la région médicale de Dakar hier, jeudi 16 juin, tenu à la gouvernance.  Pour la nouvelle carte sanitaire, les autorités sanitaires, les élus locaux ont dix jours, à  compter d’hier, pour faire la collecte auprès des populations pour une meilleure répartition des structures sanitaires.
 
Si on se réfère aux normes éditées par l’Organisation mondiale de la santé (Oms), le Sénégal n’a pas encore atteint l’autosuffisance en matière d’infrastructures sanitaires, mais aussi en personnels qualifiés.  
 
A en croire le médecin-chef de la région de Dakar, docteur Omar Sarr qui avance que  la ratio est seulement atteinte chez les sages femmes. «Nous avons un déficit dans le cadre de personnels qualifiés. Ce déficit est plus important chez les médecins. Toutefois, on parvient à s’en sortir car le gap n’est pas très important grâce aux efforts du ministère de la santé. Chez les sages-femmes, la norme de l’Oms est atteinte», nous fait-il savoir.  
 
Pour la région de Dakar, il s’agissait, au cours dudit atelier, qui s’est déroulé hier, jeudi à la gouvernance, de présenter aux acteurs sanitaires mais aussi étatiques la carte sanitaire sociale (Css) qui est un document de politique du ministère de la santé et d’action sociale en matière d’offre de service.  Pour le quinquennat 2016-2020, il entre dans le cadre de la révision prévue par la loi N 98-08 du 02 mars 1998 portant la réforme hospitalière, modifiée par la loi N 2015-12 du 03 juillet 2015 et le  décret N2009- 521 du 04juin 2009 relatif à l’ancienne carte sanitaire.  
 
Pour la région de Dakar qui polarise 13 hôpitaux dont trois de niveau I, le médecin-chef de région a souligné que la banlieue reste desservie, mais avec cette nouvelle carte, ces inégalités seront prises en charge et l’équité rétablit avec la construction d’un hôpital régional à Diamniadio, l’ouverture de l’hôpital Dallal Diam, entre autres.  Dans la mise en place de cette nouvelle carte sanitaire, la population est invitée à donner son point de vue. Une manière de recenser les besoins de cette localité et de voir la meilleure position pour implanter une structure sanitaire. 
 
Les participants à atelier n’ont pas manqué de relever quelques défaillances du système sanitaire dont la non disponibilité de médicaments dans les pharmacies, mais surtout de ceux qui ont trait aux morsures de serpent.  
 
Pour concrétiser cette carte sanitaire, les différents acteurs concernés ont 10jrs à compter d’hier, pour faire la collecte auprès des populations. «Les documents sont disponibles auprès des préfectures et sous-préfectures. Les chefs de districts, les élus locaux pourront s’en servir, les remplir afin de nous faire parvenir les informations pour une meilleure répartition des structures de santé », a déclaré docteur Sarr.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

E-santé: l'alliance professionnelle eHealth présente ses premières prises de position

E-santé: l'alliance professionnelle eHealth présente ses premières prises de position | senegal sante | Scoop.it
Premier site français d’information en continu sur les technologies de l’information et de la communication (TIC, NTIC) dans la santé
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

La gratuité de la dialyse n’est pas une réalité

La gratuité de la dialyse n’est pas une réalité | senegal sante | Scoop.it
La 1er juillet 2012, le Président Macky Sall annonce la gratuité de la dialyse dans les établissements publics de santé et une forte réduction de son coût dans les structures privées. Le chef de l’État, fraîchement élu, allait ainsi plus loin que son prédécesseur, Abdoulaye Wade. Ce dernier avait autorisé, le 7 avril 2010, la subvention de la dialyse qui passait de 50 000 francs Cfa à 10 000 dans le public.
Pour des malades, qui pouvaient dépenser jusqu’à 6 millions par an pour se soigner, la mesure de Wade était salutaire, mais celle de Macky sonnait plus fort. Mais selon le quotidien Enquête qui a consacré un dossier fouillé à la question dans son édition de ce lundi, la gratuité de la dialyse n’est pas une réalité.
La faute selon le journal, qui a interrogé des acteurs, à l’absence de mesures d’accompagnement (mobilisation de ressources financières, humaines et matérielles suffisantes) et des magouilles de gens peu scrupuleux qui font de la situation des hémo-dialysés un véritable business.

Auteur: SenewebNews - SenewebNews-RP
more...
No comment yet.
Rescooped by Makhtar Loum from Médias et Santé
Scoop.it!

En 2060, la pollution de l’air pourrait tuer 6 à 9 millions de personnes dans le monde - LeMonde.fr

En 2060, la pollution de l’air pourrait tuer 6 à 9 millions de personnes dans le monde - LeMonde.fr | senegal sante | Scoop.it
L’OCDE estime que les coûts de la pollution de l’air extérieur pourraient atteindre 2 600 milliards de dollars par an.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, M-Christine Lanne, Delphine Eriau
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

PARKINSON: Mieux comprendre les symptômes moteurs et cognitifs - Réseau CHU

PARKINSON: Mieux comprendre les symptômes moteurs et cognitifs - Réseau CHU | senegal sante | Scoop.it
Cette étude scientifique menée par une équipe de l'AP-HM apporte une meilleure compréhension des mécanismes et des troubles comportementaux (prise de décision, contrôl
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

E-santé: les services connectés qui ont la cote, ceux qui l'ont moins... | E-sante, web 2.0, 3.0, M-sante, télémedecine, serious games

E-santé: les services connectés qui ont la cote, ceux qui l'ont moins... | E-sante, web 2.0, 3.0, M-sante, télémedecine, serious games | senegal sante | Scoop.it
Aux États-Unis, les patients utilisent les services de télé-médecine mais méconnaissent totalement ses opportunités, d'après un rapport.
See it on Scoop.it, via DOCAPOST E-santé | E-sante, web 2.0, 3.0, M-sante, télémedecine, serious games...
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Perinatsims : serious game pour sages-femmes

Perinatsims : serious game pour sages-femmes | senegal sante | Scoop.it
lors qu’il existe autant de  pathologies liées à l’accouchement qu’il n’y a de femmes et que chaque année environ 15 à 20% des accouchements rencontrent des complications, Medusims a lancé son propre programme de simulation médicale numérique lié à  cette problématique, afin d’entrainer sages-femmes et obstétriciens : Perinatsims.



Ce simulateur numérique se positionne comme le premier serious game à destination des sages-femmes pour les cas dangereux d’accouchements, comme ceux rencontrant une hémorragie. Il a pour objectif de donner aux professionnels de l’accouchement les bons gestes à avoir et renforcer leur confiance en eux lors de ce genre de situation auxquelles ils ne sont pas assez confrontés pour avoir les bons réflexes.

Conçu en collaboration avec l’Université Pierre et Marie Curie et l’école des sages-femmes St Antoine-APHP, Perinatsims est un outil ludique d’entrainement à la gestion de situations à haut risque lors d’un accouchement,  destiné aux sages-femmes et obstétriciens. De l’hémorragie de la délivrance, à l’embolie amniotique en passant par la sécurité néonatale et bien d’autres cas, plusieurs scénarios à exploiter sont disponibles pour faire face à tous types d’obstacles lors de la prise en charge d’une patiente.

Le jeu laisse également l’utilisateur revoir de multiples gestes médicaux tels que la consultation du dossier, l’administration de médicaments et leur dosage, ou en encore l’examen du placenta pour n’en citer que trois. Au terme de la prise en charge sur chacun des scénarios, Perinatsims offre un retour sur expérience détaillé et enregistre l’évolution de vos performances.

Perinatsims s’adresse aux maternités, réseaux de sages-femmes et centres de simulation, il peut aussi être utilisé à entrainer les étudiants d’écoles de sages-femmes.
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

APS - Plaidoyer pour une mutualisation des ressources dans la formation des médecins

Saint-Louis, 2 juin (APS) - La diversification des offres de formation sanitaire et la réforme dans l’enseignement supérieur rendent nécessaire une mutualisation des efforts et des ressources des départements de médecine du Sénégal, a souligné, jeudi, à Saint-Louis (nord), le professeur Pape Saliou Mbaye.

"La diversification des offres de formation et l’introduction de réforme du LMD dans l’enseignement supérieur rendent nécessaire une harmonisation des curricula pour permettre de mettre sur le marché de l’emploi des médecins et autres praticiens aux compétences similaires et aptes à prendre en charge la santé des populations", a-t-il déclaré.

Cette perspective devrait contribuer à une meilleure formation de médecins aptes à prendre en charge efficacement la santé des populations, a-t-il dit au cours de la cérémonie officielle d’ouverture de la septième édition des Journées scientifiques conjointes des départements de médecine et de biologie des universités publiques du Sénégal.

La manifestation se tient cette année à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, à travers son unité de formation et de recherche en sciences de la santé (UFR2S).

"Il semble aujourd’hui essentiel de mutualiser les infrastructures et les ressources des départements de médecine du pays. Les bases du système interpellent les acteurs sur une synergie des actions", a indiqué M. Mbaye, président du comité scientifique de ces dites journées.

"Cette convergence de vue et d’actions permettrait la mise sur le marché de l’emploi de médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes dont les compétences seront harmonisées et en adéquation avec les attentes et les besoins des ministères en charge de la Santé et de l’Enseignement supérieur au bénéfice des populations", a pour sa part réagi Soukeyna Dia Tine.

Mme Tine, directrice du financement de la recherche et du développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a ainsi préconisé "un partenariat fécond et libérateur d’énergie pour face aux défis qui interpellent le secteur de la santé et de l’enseignement supérieur".

Au total, trois cent enseignants et chercheurs dans divers domaines de la médecine et de la biologie, ainsi que des étudiants, prennent part aux journées scientifiques conjointes des universités publiques, ouvertes le même jour à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

La manifestation, organisée pour la première fois en dehors de Dakar, est rythmée par des conférences, des campagnes d’affichage, des table-rondes et communications sur le thème de ces journées consacrées aux hépatites et aux bilharzioses, a appris l’APS du comité d’organisation de la manifestation qui doit s’achever samedi.

"Nous allons insister davantage sur les hépatites virales qui posent un véritable problème de santé publique, notamment l’hépatite B déjà rencontrée par 85 % de la population au Sénégal et dont 17 % sont des porteurs chroniques", a expliqué le professeur Ndèye Mery Dia Badiane, spécialistes des maladies infectieuses.

"Le risque pour les porteurs de cette forme virale chronique c’est un passage à une étape cirrhose et un développement d’un cancer du foie, une véritable préoccupation justifiant la vaccination dès la naissance contre l’hépatite B", a fait valoir Mme Badiane, chercheur à l’UFR2S de l’UGB.

AKS/BK
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Feeli : application de messagerie instantanée santé

Feeli : application de messagerie instantanée santé | senegal sante | Scoop.it
Créée en collaboration avec un comité de médecins dans le but d’améliorer l’accès à la santé et au bien être, Feeli est une application mobile permettant à tous d’obtenir des conseils par des professionnels de santé en toute sécurité et confidentialité. Elle propose un large choix de spécialité aux utilisateurs: Psychologues, nutritionnistes, coach sportif dentistes, pharmacien, médecin généralistes et spécialistes

L’application propose notamment :

une sélection de professionnels de santé qualifié et diplômé
un échange selon vos besoins
une fiche de santé électronique
la possibilité d’envoyer la photo de ses symptômes
d’obtenir des conseils n’importe ou dans le monde par des professionnels francophones.
L’utilisation du service est simple : on sélectionne une phrase qui oriente le symptôme vers le professionnel de santé compétent. L’interlocuteur s’engage à répondre dans les dix minutes qui suivent la demande, afin d’éviter de longues attentes et de couvrir la non disponibilité physique du médecin.

L’application peut être utile en cas d’urgence, pour un conseil ou un suivi régulier.

   
more...
No comment yet.
Scooped by Makhtar Loum
Scoop.it!

Big data : « Un véritable trésor pour la recherche en santé publique » | DOCTIDEO.COM

Big data : « Un véritable trésor pour la recherche en santé publique » | DOCTIDEO.COM | senegal sante | Scoop.it
Intervieweurs L'ouverture des Données Personnelles de santé aux Organismes Privés created des remous auxquels je apporte Répond Jacques Lucas, vice-président du Cons | DOCTIDEO.COM
more...
No comment yet.