Santé mental
2 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Katherine Lortie
Scoop.it!

Des seringues pour les détenus canadiens? | Diana Mehta | Santé

Des seringues pour les détenus canadiens? | Diana Mehta | Santé | Santé mental | Scoop.it
Une coalition de groupes pour la prévention du sida et la réduction des risques renouvelle son appel en faveur de l'implantation de programmes d'échange de seringues...
Katherine Lortie's insight:

Voici un article qui me fait réfléchir sur un sujet auquel je n'avais jamais pensé avant. Il n'est pas à négliger le fait que plusieurs détenus peuvent avoir des dépendances à certaines drogues interdites par la loi. Ces personnes peuvent être prêtes à courrir beaucoup de risques seulement pour pouvoir se procurer la sensation recherchée par l'induction de ces substances. Le gouvernement fédéral devrait-il fournir les aiguilles pour ses détenus afin d'éviter la contamination de maladies graves par l'échange d'aiguilles non sécuritaires en prison? C'est un opinion que je n'ai pas encore forgée, mais une chose est sûre, c'est que je crois qu'il doit être difficile pour les individus résidents à l'intérieur de ces murs, de devoir, du jour au lendemain, changer cette habitude de vie. Les effets atteindent tant l'état physique que psychologique. Il reste à voir quelle serait la meilleure option pour ces personnes. 

more...
profODS2013A's comment, October 20, 2013 2:58 PM
commentaire 5 corrigé
Scooped by Katherine Lortie
Scoop.it!

En Afghanistan pour étudier le stress chez les militaires | Radio-Canada.ca

En Afghanistan pour étudier le stress chez les militaires | Radio-Canada.ca | Santé mental | Scoop.it
Une chercheuse de l'Université de l'Alberta et son équipe passeront un mois en Afghanistan en compagnie des soldats pour étudier comment ils gèrent le stress en pleine mission et comment la qualité de leur vie peut être améliorée.
Katherine Lortie's insight:

L'article est à propos d'une chercheuse de l'Université de l'Alberta qui partira avec son équipe en Afganistan pour suivre et essayer de comprendre comment les soldats en mission gèrent leur stress. Elle désire améliorer principalement leur qualité de vie suite à une expérience aussi traumatisante que la guerre. Sachant que les universités au Canada sont toutes interreliées, je pense que ce type de recherche est pertinent. Plusieurs des soldats Québécois qui reviennent de la guerre traumatisés se retrouvent avec une qualité de vie moins bonne qu'avant leur départ. Il n'est pas rare qu'ils reçoivent un diagnostic d'état post-traumatique, ce qui peut être difficile pour la famille et la personne elle-même. Il existe déjà quelques organismes qui ont pour but d'aider les vétérans, mais il reste que les traumatismes découlant d'une guerre semblent difficiles à gérer. Avec cette recherche qui se déroulera au coeur même des évènements, peut-être arriverons-nous à développer des programmes qui aideront les soldats avant leur mission. Peut-être aboutirons-nous à des découvertes qui permettront aux soldats de faire usages de certaines techniques pour éviter de tels traumatismes.

more...
profODS2013A's comment, October 18, 2013 10:38 PM
commentaire 3 corrigé
Scooped by Katherine Lortie
Scoop.it!

Une meilleure collaboration faciliterait l'embauche des malades mentaux

Une meilleure collaboration faciliterait l'embauche des malades mentaux | Santé mental | Scoop.it
Ottawa — Pas moins de 90 % de Canadiens ayant de graves problèmes de santé...
Katherine Lortie's insight:

Cet article parle par ses chiffres.  Le Canada perd près de 50 milliards de dollars dû au fait que les personnes vivant avec une problématique de santé mentale sont, pour 90% des cas, sans emploi. C'est une perte qui selon moi pourrait grandement être diminuée. Les préjugés face à ce type de problématique semblent être  présents partout au Canada. Au Québec, plusieurs organismes communautaires ont pour but d'aider ces personnes à intégrer ou à réintégrer le marché du travail. Le fait que ces organismes existent vient appuyer le fait que ces personnes peuvent avoir plus de difficultés à s'intégrer sur le marché du travail. Je pense alors qu'il y a un gros travail à faire sur les préjugés. Il faudrait selon moi sensibiliser les entreprises à ce type de problème. Heureusement, en ce moment, au Québec, il existe un programme gouvernementale qui peut offrir un soutient au personnes présentant une problématique de santé mentale qui désirent se trouver un emploi. Une subvention peut être offerte pour former la personne et pour aider l'employeur à intégrer la personne. Malgré ces intervention, beaucoup restent dans l'ombre et éprouvent des difficultés en lien avec l'embauchement. Quels moyens selon vous pourrions nous utiliser pour contrer ce problème d'emploi chez ces individus qui peuvent encore être valides au travail et qui voudraient travailler?

more...
profODS2013A's comment, October 18, 2013 3:34 PM
commentaire 4 corrigé