Quelles métriques pour les opérations de social-to-store ? | restauration rapide française | Scoop.it

 

Si les jeux-concours et les applications de bons plans géolocalisés augmentent sensiblement le trafic en magasin, le ROI de ces opérations reste la grande inconnue. Le principal Key Performance Indicator proposé par Facebook est le taux d’engagement des fans : une métrique qui ne suffit pas toujours pour  justifier un budget social media côté annonceurs.  Stéphanie Jallet (Monoprix) explique « aujourd’hui les marques ont surtout besoin de savoir si les réseaux sociaux génèrent du commerce ».
Pour Cyril Huet, fondateur de MyCheckExperience, les métriques associées aux social media ne sont pas les bonnes « car il s’agit d’un canal qui se comporte trop différemment des canaux classiques. ». En voulant réunir le physique et le numérique, l’omnicanal combine des technologies complexes, depuis le QR code à la géolocalisation en passant par le facebook connect sur des interfaces tierces.
Si Dismoioù travaille sur des expériences de jeu « plus fines » qui devraient augmenter le taux de conversion d’utilisateurs d’appli / fans de marque en acheteurs, les acteurs du marketing en ligne semblent se rejoindre sur un constat : le premier obstacle au développement et à l’efficience de l’omnicanal résulte de la lourdeur des process chez les grands annonceurs dont les chaînes de décision sont souvent trop lourdes pour adopter une innovation tant qu’elle est encore digne de ce nom.


Via Nicolas Prigent, Dominique Palacci