reseaux-immobiliers
2 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by LeBonAgent from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Immobilier : pourquoi les Français se ruent vers le Portugal

Immobilier : pourquoi les Français se ruent vers le Portugal | reseaux-immobiliers | Scoop.it

Le Portugal est-il « la nouvelle Floride » en Europe ? Depuis la fin de la crise de la dette souveraine, les investisseurs étrangers semblent avoir trouvé en ce petit pays du sud de l’Europe un nouvel eldorado, contribuant au redressement du marché immobilier. Celui-ci a connu une croissance comprise entre 9 % et 15 % au cours de l’année 2014, selon les estimations de Luis Lima, président de l’Association des agents immobiliers du Portugal.

Plus d’un bien sur cinq a été vendu à des étrangers l’année dernière, soit 23.000 maisons et appartements au total. Les acheteurs sont en majorité britanniques et chinois (voir encadré), mais aussi français. Ces derniers y achètent en moyenne neuf biens par jour, selon Pascal Gonçalves, président du promoteur portugais Libertas et sa filiale française Maison au Portugal. En 2014, 3.680 Français ont acheté un bien immobilier au Portugal.

Les amoureux du pays, mais plus seulement

Pour Pascal Gonçalves, la fin des incertitudes liées à la crise de la dette - on redoutait alors que le Portugal ne soit le prochain « maillon faible » - a levé le voile sur le potentiel du pays. « Auparavant, nous ne vendions qu’aux amoureux du Portugal. Aujourd’hui, nous vendons pour moitié aux amoureux du pays et aux investisseurs, et pour l’autre moitié aux retraités », explique-t-il.

Le Portugal semble en effet avoir détrôné le Maroc comme point de chute privilégié des retraités venus de l’Hexagone. Et ce, grâce à un très avantageux coup de pouce fiscal. Depuis janvier 2013, un nouveau statut fiscal permet en effet aux retraités étrangers, séjournant au minimum 183 jours par an au Portugal (soit 6 mois et 1 jour), ou disposant au 31 décembre d’un logement considéré comme leur résidence habituelle, d’être exonérés d’impôts sur le revenu pendant dix ans.

Un régime fiscal attractif

« Il s’agit d’un régime attractif pour des personnes percevant une bonne retraite, après une carrière dans un groupe coté par exemple, avec du patrimoine et une retraite-chapeau », souligne Marc Vaslin, avocat spécialisé dans la clientèle privée et les entreprises familiales. De mai 2013 à mars 2014, la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Portugaise (CCIFP) a recensé 2.200 Français bénéficiant de ce statut au Portugal. D’ici à fin 2015, la CCIFP table sur 20.000 nouveaux arrivants.


Le statut fiscal de  «résident non habituel  » s’applique en outre aux actifs, leur permettant d’être exonérés d’impôts sur les revenus de source étrangère - incluant dividendes, intérêt et plus-values - ainsi que de bénéficier d’une imposition forfaitaire de 20 % seulement sur les revenus d’activités professionnelles au Portugal. Profitant de l’attractivité économique nouvelle du pays, notamment le boom du tourisme (+10 % en 2014), de jeunes actifs viennent également grossir les rangs de la communauté francophone expatriée au Portugal. « Des clients ont lancé un bar à jus, un autre tient un bistrot typiquement français », raconte Pascal Gonçalves. Au total, près de 30.000 Français sont aujourd’hui établis au Portugal.« Coup de projecteur »

Si « les avantages fiscaux ont donné un coup de projecteur sur le pays », estime Pascal Gonçalves, ce dernier compte d’autres atouts. A commencer par la qualité de vie. Outre un climat agréable, le Portugal dispose d’un système de santé compétitif - classé au 12ème rang mondial selon l’Organisation Mondiale de la Santé - et d’un coût de la vie inférieur à 35 % à celui de la France selon l’OCDE (en incluant l’essence). Selon Carlos Vinhas Pereira, président de la CCIFP, ce gain de pouvoir d’achat permet notamment « de compenser la perte de revenu inévitable lorsque l’on passe du statut de salarié à retraité ».

Mais ce sont surtout les prix, très accessibles, qui expliquent l’engouement pour l’immobilier portugais. Depuis 2010, ceux-ci ont baissé de 30 %. Bien que les prix commencent désormais à remonter sous l’effet de la hausse de la demande de biens de qualité, ils restent à des niveaux très attractifs.

Le prix au mètre carré au Portugal est ainsi de 3.000 euros en moyenne dans le neuf et 2.500 euros dans l’ancien. A Lisbonne, il faut compter 2.370 euros le mètre carré en périphérie et 3.000 à 5.000 euros pour des biens réhabilités dans les quartiers historiques de l’Alfama et Baixa. A Paris, le prix au mètre carré s’établit, lui, à 8.064 euros en moyenne, selon le réseau Laforêt. S’ajoute à cela un taux de rentabilité supérieur, allant jusqu’à 4 % pour un investissement locatif et 7 % dans l’immobilier commercial, selon Maison au Portugal. Nul doute, l’immobilier devrait encore continuer à dynamiser l’économie du Portugal.

 « Golden visa » et attrait des capitaux étrangers

Parmi les mesures ayant encouragé la reprise du marché immobilier au Portugal, figurent les « golden visa » ou « permis de résidence pour activité d’investissement ». Ceux-ci sont accordés à des étrangers qui investissent au moins un million d’euros dans le pays, créent au moins dix postes de travail ou achètent des biens immobiliers d’une valeur minimale de 500.000 euros. L’investissement d’une durée de 5 ans minimum permet d’obtenir un permis de séjour, prisé par de nombreux investisseurs étrangers pour voyager ensuite librement dans l’espace Schengen.
Depuis leur mise en place en octobre 2012, 2.022 golden visas ont été accordés, attirant 1,2 milliard d’euros.dans le pays. Des investisseurs chinois avant tout, mais aussi brésiliens, russes et sud-africains. Ceux-ci ont contribué à « absorber le stock de logements existants » et à redresser le marché immobilier, explique Pascal Gonçalves.
Le scandale survenu en novembre dernier - la police ayant arrêté une dizaine de personnes pour des faits de corruption, détournement de fonds et blanchiment des capitaux - a fait flancher la demande des investisseurs chinois, qui estiment avoir été dupés sur les prix. Un repli qui ne devrait toutefois pas affecter la dynamique du marché, espèrent les professionnels.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204126604875-immobilier-pourquoi-les-francais-se-ruent-vers-le-portugal-1090854.php?rGEyuOr6buLx980X.99


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
No comment yet.
Scooped by LeBonAgent
Scoop.it!

Le Bon Agent : Réseau de mandataires immobiliers

Le Bon Agent : Réseau de mandataires immobiliers | reseaux-immobiliers | Scoop.it
Le Bon Agent est un réseau immobilier qui lie l’esprit d’une agence et d’un réseau de mandataires immobiliers indépendants : les auditeurs.
LeBonAgent's insight:

Réseau de mandataires immobilier.

more...
No comment yet.
Scooped by LeBonAgent
Scoop.it!

La marque "seloger.com" échappe à la nullité. - Village de la justice

La marque "seloger.com" échappe à la nullité. - Village de la justice | reseaux-immobiliers | Scoop.it
La Cour d'appel de Paris dans son arrêt du 14 octobre 2014 juge que la marque « seloger.com » est distinctive, donc valide. Pressimo On Line (POL), (...)
more...
No comment yet.
Rescooped by LeBonAgent from L'expertise immobilière
Scoop.it!

6 colocataires sur 10 dépendants des APL

6 colocataires sur 10 dépendants des APL | reseaux-immobiliers | Scoop.it

Les aides personnalisées au logement (APL), qui pourraient être réformées par le gouvernement, ont une utilité qui n'est plus à prouver auprès des locataires. Et plus encore, peut-être, auprès des colocataires.

(LaVieImmo.com) - Selon un sondage du site spécialisé Appartager.com auprès de ses membres*, 6 sur 10 déclarent dépendre de ces aides « pour assurer le paiement de leur loyer ». A la question : « Sans APL, pourriez-vous continuer à vous loger ? », ils sont en effet 59,23 % à avoir répondu « non » », indique l'étude.

Les APL leurs sont utiles, et surtout nécessaires. Appartager a ainsi également demandé à ses membres quelles seraient alors leurs alternatives s'ils ne bénéficiaient plus des aides au logement. Verdict : « à la question « vos parents pourraient-ils vous aider ? », 61,71% ont répondu par la négative ».

Arrêter les études, vivre sous une tente ou dans un squat

Ceux qui déclarent ne pas pouvoir compter sur leur famille ou leurs amis évoquent des solutions alternatives radicales, et même parfois alarmantes : s’éloigner des centres-villes pour trouver des loyers moins chers, voire arrêter leurs études. « Certains répondent avec ironie, masquant ainsi un profond désarroi, qu’ils seraient prêts à envisager des issues plus radicales encore : une tente, un squat, un pont, la prostitution ».


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
No comment yet.
Scooped by LeBonAgent
Scoop.it!

"Les prix sont très disparates" - La Vie Immo

"Les prix sont très disparates" - La Vie Immo | reseaux-immobiliers | Scoop.it
Aurélien Dutartre, mandataire immobilier pour Maxihome à Orléans examine pour LaVieImmo.com la situation du marché immobilier de la préfecture du Loir ...
more...
No comment yet.