Renewables & Nuclear Fuel
936 views | +0 today
Follow
Renewables & Nuclear Fuel
News about renewable energy and nuclear fuel
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Innovative Geothermal Startup Will Put Carbon Dioxide To Good Use

Innovative Geothermal Startup Will Put Carbon Dioxide To Good Use | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

March 17, 2011

 

Geothermal power holds enormous opportunities to provide affordable, clean energy that avoids greenhouse gases like carbon dioxide (CO2). That’s because geothermal technologies rely on heat found under the earth’s surface to generate uninterrupted, low-cost renewable energy that is virtually emissions-free. Now, one Utah-based startup is working on an innovative project that could make geothermal power even more beneficial.

 

Just last month, GreenFire Energy began work to demonstrate a process that would use CO2 to harness geothermal energy to make electricity. What is more, the technology has the potential to add carbon sequestration – not to mention reduced water consumption – to the benefits already associated with geothermal power. The idea originally emerged several years ago from the work of geoscientist Donald Brown at the Department of Energy's Los Alamos National Lab. Karsten Preuss and others at the Department’s Lawrence Berkeley National Lab have since advanced the theory.

 

Now GreenFire plans to test that theory on (and under) Arizona soil. In September 2010, the Office of Energy Efficiency and Renewable Energy’s Geothermal Technologies Program awarded GreenFire Energy a $2 million cost-share award to conduct the first field demonstration of a CO2-based geothermal system. This pilot project will rely on local geothermal resources and naturally-occurring carbon dioxide from the St. John’s Dome formation near Springerville, AZ.

 

Greenfire’s planned demonstration facility will work much like conventional geothermal power plants, which send a “geothermal fluid” – usually water – to be heated by underground rock formations and returned to the surface as steam, powering turbines that produce electricity. Instead of water, GreenFire will test CO2 as its geothermal fluid. Carbon dioxide from St. John’s Dome – the product of past volcanic activity – will be tapped, pressurized to a “supercritical” state and injected underground. When this CO2 returns to the surface, it will cycle through a power conversion system, creating power. After each cycle, the CO2 will be recompressed and reinjected underground. During this process, a portion of the CO2 will be permanently trapped in porous underground rocks. Thus, the process emits no carbon – and may actually store some of it deep underground.

 

Getting geothermal power with CO2 instead of water would be particularly beneficial in the arid Southwestern U.S., where water is scarce. Moreover, supercritical CO2 may actually be a better geothermal fluid than water in key ways. Studies suggest that CO2 may have higher heat recovery rates, lower pumping costs due to buoyancy effects, and fewer problems with rock alteration and surface equipment problems.

 

Pending suitable results from geological testing that is now underway, the company is scheduled to drill its first geothermal well later this year.

 

Should the project demonstrate the technical and economic feasibility of this unconventional geothermal energy technology, GreenFire would ultimately look to build several 50MW geothermal plants, supplementing naturally occurring CO2 from the St. John’s Dome formation with emissions from conventional power plants in the region. Six coal-fired power plants in the area account for nearly 100 million tons of CO2 each year, much of which could be stored or channeled through the geothermal formation, sequestering emissions and generating clean, renewable energy in the process.

The Department of Energy is working with innovative startups like GreenFire Energy to provide promising technologies with the funding and support they need, ensuring that lessons learned from demonstrations like this one will help us better understand how geothermal energy and carbon sequestration can contribute to meeting long-term clean energy goals.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Taxpayers, ratepayers will fund California solar plants

By Evan Halper, Ralph Vartabedian and Julie Cart Los Angeles Times | Posted: 09/27/2012 

LOS ANGELES -- Driven by the Obama administration's vision of clean power and energy independence, the rush to build large-scale solar plants across the Southwest has created an investors' dream in the desert.


Taxpayers have poured tens of billions of dollars into solar projects -- some of which will have all their construction and development costs financed by the government by the time they start producing power.


Banks, insurers and utility companies have jumped in, taking advantage of complex state and federal tax incentives to reap outsized returns. Among the solar prospectors in the Mojave Desert are investor Warren Buffett's Berkshire Hathaway, General Electric, JPMorgan Chase, Morgan Stanley and Google (GOOG).


The cost for decades to come will also be borne by ratepayers. Confidential agreements between solar developers and utilities lock in power prices two to four times the cost of conventional electricity. The power generated by the mega-plants will be among the most expensive renewable energy in the country.


That high-priced power will compose an increasing share of California's electricity following Gov. Jerry Brown's signing last year of legislation requiring that renewable sources provide 33 percent of the state's power by 2020.


Stanford University economist

Frank Wolak, an expert in the California electricity market, said the state's renewable energy strategy could boost electricity rates 10 percent to 20 percent, depending on a number of factors. Potentially, consumers' bills could go up by 50 percent.
"It is easily in the billions of dollars," he said.


Government and solar officials say the subsidies are no different from long-standing federal support for the oil, gas and nuclear industries. They say generous incentives are necessary to incubate the fledgling renewables industry. "We are driving clean energy projects that would otherwise not have gotten built at a commercial scale with innovative technology," said Daniel Poneman, deputy secretary of the U.S. Department of Energy.


Energy Department officials say solar energy prices will fall as the industry matures, and the cost of power from future conventional plants will be higher.


Critics, however, say that despite the righteous goal of combating climate change, solar entrepreneurs are getting too much government money. "What's happening in California is a tragedy, on every front," said Bill Powers, a San Diego-based electrical engineer and power plant consultant to government, nonprofits and developers. "It's a huge waste of money. ... I see a lot of this as just an old-fashioned rip-off."


The lure of outsized profits has set off a solar frenzy in California, with dozens of projects planned from Barstow to Blythe, from Inyo County's high desert to the Sand Hills in Imperial County.
The spark has been the renewable energy program begun by former President George W. Bush and expanded under President Barack Obama.


The incentives allow solar developers to reap annual returns on their investments of 8 percent to 12 percent, as much as tripling their money in a decade. In some cases the returns could go as high as 17 percent, according to Lee J. Peterson, an Atlanta-based tax attorney at the Reznick Group.


"Banks and Wall Street are trying to outdo one another with green commitments," said Michel Di Capua, a renewable power analyst with Bloomberg New Energy Finance. "It looks good from an environmental perspective. But it is also very profitable." "If this were a modern-day fairy tale -- and in many respects it is -- solar developers would be saying, 'Mirror, mirror on the ground, look at all the money I found!' " said one county official, who did not want to be identified because of pending negotiations with a solar developer.


One of the biggest solar projects in the world is now rising in the California desert just off Interstate 15 near the Nevada border.
The $2.2 billion Ivanpah Solar Electric Generating System is being built by Oakland-based BrightSource Energy on 3,500 acres of public land.


Spread across a dry lake bed will be 173,500 mirrors, each the size of a garage door. Eventually 6 square miles will be covered with three fields of gleaming mirrors, each aimed at a 459-foot tower.
The sun's power will be focused on a boiler in each tower, heating water to 1,000 degrees to create steam to drive turbines. When completed, the plant is expected to produce 370 megawatts, enough to power about 140,000 homes.


Joe Desmond, a senior vice president at BrightSource, said the tower design allows Ivanpah to produce more electricity during high-demand periods later in the day compared to other technologies, such as photovoltaic panels. Still, the Ivanpah design has never been proven on a large scale.


The Ivanpah plant was made possible by government-backed loans at low rates -- 4 percent to 4.2 percent. BrightSource and its corporate investors will receive about $600 million in federal grants once the plant starts producing.


The project's investors, which include New Jersey-based NRG Energy and Google, also will be able to share a federal tax reduction of an estimated $600 million to $700 million over five years under the government's tax break.


Even renewable-energy advocates, such as the San Francisco Bay Area-based Climate Policy Initiative, acknowledge that the nation's first forays into utility-scale solar plants will be expensive.


The group estimates that 43 cents of every dollar of energy produced by the Ivanpah facility will be paid for by taxpayers.
BrightSource Chief Executive John Woolard said the company isn't looking for "persistent large subsidies" but isn't ready to operate without them. "You want to diminish them over time, but you don't want to fall off a cliff," Woolard said.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Chinese solar industry faces weak sales, price war

Chinese solar industry faces weak sales, price war | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

By Joe Mc Donald on August 22, 2012

BEIJING (AP) — Chinese solar panel makers that grew fast over the past decade are suffering big losses due to slumping global sales and a price war that threaten an industry seen by communist leaders as a role model for hopes to transform China into a technology leader.

 

Another looming challenge: Moves by the United States and Europe toward imposing possible anti-dumping tariffs on Chinese-made solar panels that might further depress sales.

 

Financial problems are likely to force painful changes in the Chinese industry including possible mergers, bankruptcies, factory closures or layoffs, industry analysts say. "The next 1½ years will be very challenging," said Frank Haugwitz, a renewable energy consultant in Beijing.

 

Companies have been hurt by weak sales, especially in debt-crippled Europe, the leading global solar market, but also by Chinese government policies that encouraged hundreds of small companies to rush into the industry. They flooded the market and depressed prices.

 

Five major Chinese manufacturers, including industry leaders Suntech Power Holdings Ltd. and Yingli Green Energy Ltd., reported total losses of nearly $250 million in the latest quarter. One of them, LDK Solar Co., also reported an eye-popping loss of $588.7 million the previous quarter.

 

Pioneers such as Suntech, Yingli and Trina Solar Ltd. that were founded before 2005 grew to become some of their industries biggest competitors as Germany, Spain and other European countries promoted solar power with subsidies and low-cost loans.

Suntech's founder, Shi Zhengrong, a Chinese-born Australian scientist, was lauded by the communist government as a leading entrepreneur. Industry profits soared in 2007-09 as the United States and other new markets stepped up installations.

 

That success encouraged communist authorities who saw solar, wind and other renewable energy as a way both to curb China's growing reliance on imported oil and gas and to take the lead in an emerging industry without established competitors.

 

Solar power, along with such fields as biotechnology and aerospace, was declared a "strategic emerging industry" targeted for development as part of efforts to transform China from a low-wage country of farmers and factory workers into a creator of technology.

 

Beijing provided grants and low-cost loans. Local leaders encouraged companies to start producing solar panels or components to make them. The field promised higher-paying jobs and a political payoff for officials who would be seen to support a key national initiative.

 

Producing the basic element of a solar panel — the hand-size black solar cell made of polysilicon that converts the sun's light into electricity — is relatively simple using equipment that a new company can buy as a kit from European suppliers. That allowed novices to start production quickly, while bigger manufacturers also assemble the cells into power-generating modules.

 

New companies still were springing up in 2011 even after Western countries that were hammered by the global crisis cut subsidies and other support. Supplies surged as sales growth stalled, forcing sellers to slash prices to unprofitable levels.

 

Since 2010, the price of polysilicon wafers used to make solar cells has plunged by 73 percent, according to Aaron Chew and Francesco Citro, analysts for Maxim Group, a financial firm in New York City. The price of cells has fallen by 68 percent and that of modules by 57 percent. "The solar manufacturing industry has been wracked by a collapse in pricing," said Chew and Citro in a report.

The major Chinese manufacturers have accumulated a total of $17.5 billion in debt, leaving balance sheets "at the breaking point," they said.

 

Beijing is unlikely to allow major producers to go bankrupt but rescue measures might include capital injections that would dilute or wipe out the value of shares held by foreign investors who have put billions of dollars into the industry, Chew and Citro said.

Haugwitz said people in the industry have told him at least 300 smaller manufacturers have suspended production and others are producing at below 50 percent of their capacity.

 

The industry also faces the potential impact of U.S. and European anti-dumping measures in response to complaints Beijing improperly subsidizes companies. Foreign competitors complain that allows Chinese suppliers to sell abroad at unfairly low prices, wiping out American and European jobs abroad — an explosive issue at a time of high unemployment.

 

In July, a group of 25 producers of solar gear including companies from Germany, Italy and Spain filed an anti-dumping complaint with the European Union.

 

That alarmed Chinese companies, which warned Beijing would retaliate, possibly triggering a trade war. "Over 60 percent of products are exported to Europe," said Wang Shuai, a spokeswoman for Yingli. "If the anti-dumping measures really take effect in Europe, that would be a fatal blow to the industry."

 

Yingli is based in Baoding, a city 90 miles (150 kilometers) southwest of Beijing that promotes itself as a center for renewable energy. The local government has attracted 170 companies that produce solar, wind and other clean power equipment.

 

In a reflection of Chinese leaders' hopes for the industry, Baoding's city government says its clean energy industry had 45 billion yuan ($7 billion) in revenue in 2010 and that figure is forecast to grow by 30 percent a year through 2016.

 

The city works closely with companies, organizing job fairs, providing training and helping to recruit employees through local schools.

 

In the United States, the Commerce Department issued a preliminary ruling in May that Chinese producers sold solar cells and panels below fair price and hurt American producers. If that is upheld, tariffs averaging 31 percent could be imposed on Chinese solar-panel imports.

 

On Tuesday, Trina Solar Ltd. reported its loss widened to $92.1 million in the second quarter from $29.8 million in the previous quarter. CEO Jifan Gao blamed industry overcapacity and pressure to cut prices. He said the possible anti-dumping measures contributed to "uncertain market conditions."

 

Last week, Suntech said its founder, Shi, was stepping aside as CEO and would be replaced by an American, David King, who was hired last year. The company said Shi would stay on as executive chairman and chief strategy officer.

 

Suntech, which has shares traded on the New York Stock Exchange, suffered a $133 million loss in the first quarter of the year after losing $148.8 million the previous quarter. The company said shipments were down 22 percent from a year earlier.

 

LDK Solar, China's fourth-largest producer by manufacturing capacity, illustrates the industry's mix of business and politics.

The company in the southern province of Jiangxi has run up $3.8 billion in debt but analysts say it has survived thanks to support from local leaders who see it as an important source of development and encouraged state-owned banks to keep lending.

Still, local leaders might find LDK too expensive if its losses continue, according to Chew and Citro.

 

"LDK might be considered insolvent by traditional measures at Western banks," they said. "We believe LDK is on the cusp of failure or a major recapitalization."

 

Some producers might be saved by Beijing's effort to encourage domestic use of solar power, which until recently was considered too expensive for use in China.

 

The Communist Party's latest five-year plan initially called for installation of 5 gigawatts of solar generating capacity over the life of the plan but that target has been raised to 21 gigawatts.

 

At the same time, a new competitive threat is emerging: Korean companies such as industrial giant Hyundai that are pouring into the industry.

 

In 2010, Korea's Hanwha Chemical Corp. bought 49.9 percent of Solarfun Power Holdings, China's sixth-largest solar panel producer by volume. "The Koreans came late to the game but have deep pockets," Haugwitz said. "They don't want to let this opportunity slip through their hands."

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

France: Le solaire étend peu à peu son périmètre

France: Le solaire étend peu à peu son périmètre | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

publié le 11/07/2007

 

La filière connaît une accélération en France.


EN MATIÈRE d'énergies renouvelables, il n'y a pas que l'éolien à avoir le vent en poupe. Le solaire aussi affiche un potentiel de développement de plus en plus fort. Cette semaine, deux opérations viennent opportunément de le rappeler.


C'est d'abord EDF Énergies Nouvelles (EDF EN), la filiale d'EDF (à 50 %) spécialisée dans le renouvelable, qui a annoncé un contrat d'approvisionnement en modules photovoltaïques auprès de l'américain First Solar. Des équipements livrés progressivement à partir de la fin de cette année et destinés à équiper des centrales solaires tant en Europe qu'outre-Atlantique. Par ailleurs, le même First Solar va fournir des panneaux (d'une capacité totale de 150 mégawatts) au producteur d'énergie indépendant Séchilienne-Sidec, qui veut doubler ses objectifs dans le photovoltaïque.


À l'échelle mondiale, le solaire tend à devenir incontournable. Selon le consultant américain Emerging Energy Research, quelque 45 projets parmi les plus prometteurs affichent un potentiel global de 5 500 MW, soit plus de trois EPR (le réacteur nucléaire de troisième génération). Quant à certaines prévisions, elles voient le solaire couvrir 5 % de la consommation mondiale en électricité à partir de 2040.


La France en retard


En France, la filière a reçu un sérieux coup de pouce à l'été 2006, avec la décision du gouvernement d'augmenter le tarif de rachat de l'électricité photovoltaïque. Qui est passé ainsi de 15 à 30 centimes d'euro par kWh (0,56 euro si les installations sont intégrées auxbâtiments existants) et des avantages fiscaux pour les particuliers qui s'équipent (lire encadré).


Pour autant, le développement industriel dans l'Hexagone n'en est qu'à ses prémices. Il a fallu attendre 2005 pour voir l'irruption d'une véritable centrale solaire : à Chambéry plus précisément, avec plus de 1 000 m⊃2; de panneaux installés. Un investissement financé à la fois par l'Europe, l'Ademe, la région et le conseil régional et qui a amorcé le parc français, qui pesait 33,5 MW début 2006.


À titre de comparaison, l'Allemagne affiche une puissance installée de 4 700 MW : outre-Rhin, 4 % des foyers ont recours au solaire, leur permettant d'économiser 270 millions de litres de fioul. C'est dire si la marge de manoeuvre des consommateurs français est immense.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Une installation photovoltaïque bien réalisée n'accélère pas la propagation d'un incendie

Une installation photovoltaïque bien réalisée n'accélère pas la propagation d'un incendie | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Gestion des risques | 31 mai 2011

 

Si les panneaux photovoltaïques ne semblent pas accélérer la propagation d'un incendie, d'autres éléments liés à la pose, et en particulier les matériaux d'isolation utilisés, peuvent présenter des dangers.

 

Le 26 mai 2011, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont présenté les premiers résultats d'une évaluation du risque incendie associé à l'implantation de panneaux photovoltaïques sur différents bâtiments. Les deux organismes se sont penchés, à la demande du ministère de l'Ecologie, sur le comportement des panneaux photovoltaïques lors des incendies et sur l'impact des installations sur la propagation des feux.

Les résultats montrent que les panneaux photovoltaïques ne jouent pas un rôle déterminant dans la propagation d'un feu. Cependant, les travaux ont révélé des "points de vigilance", tels que la question de la puissance électrique qui demeure dans le domaine industriel et l'importance de la prise en compte de l'ensemble du dispositif d'installation dans l'habitat particulier.

 

Référencer les solutions techniques

 

La première étape du travail a consisté à référencer les solutions techniques disponibles sur le marché : deux critères techniques (silicium cristallin et couche mince) et cinq paramètres d'installation (inclinaison, disposition, type de charpente, isolation et type de panneaux) ont été identifiés. Au total, une quinzaine de configuration sont fréquentes et génèrent diverses charges calorifiques, c'est-à-dire la quantité totale de chaleur dégagée par l'installation lors d'un incendie.

 

C'est à cette hétérogénéité des solutions techniques et à l'absence de règles techniques globales, les conditions d'installation étant propres à chaque produit, que répond l'étude. Le développement désorganisé des solutions photovoltaïques entraîne un risque réglementaire supporté par les industriels. En identifiant les facteurs de risque, l'Ineris et le CSTB favorisent la prévention et alertent sur les aspects techniques qui seront pris en compte au fur et à mesure que les normes seront renforcées.

 

Faibles émissions toxiques

 

Une fois identifiées les configurations les plus courantes, l'Ineris a tout d'abord mesuré les émanations toxiques dans les fumées. Des échantillons de panneaux photovoltaïques de type amorphe ont été testés à l'aide d'un calorimètre de Tewarson. Les résultats montrent "que l'impact toxique des émissions de fluorure d'hydrogène (HF) issues de la combustion des cellules photovoltaïques pouvait être considéré comme négligeable." En l'occurrence, environ 5 parties par million (ppm) d'HF ont été détectées dans les fumées alors que le seuil à partir duquel ce gaz constitue un danger est fixé à 200 ppm.

 

Même constat avec le cadmium contenu dans certains panneaux (environ 10 g par m2), dont les émissions en cas de combustion sont de l'ordre de 0,1 à 0,2 % du total. Des niveaux d'émissions faibles dont l'impact doit néanmoins être modélisé plus finement du fait du caractère bio-accumulatif de ce métal dans l'organisme.

 

Attention à l'isolant

 

L'Ineris a ensuite testé les panneaux seuls et dans des configurations proches de la réalité, c'est-à-dire en reproduisant l'ensemble de l'installation.

 

S'agissant des panneaux couches fines apposées sur les toits des bâtiments industriels, les résultats révèlent une très bonne résistance au feu. Que ce soit pour un panneau seul ou pour un panneau posé sur une étanchéité en bitume couramment utilisée pour les toitures d'entrepôt, l'installation est peu dégradée : seuls deux modules sur 22 sont endommagés et le courant continue de circuler. Si la technologie ne favorise pas la propagation d'un feu, le fait que la puissance électrique continue d'être délivrée pose d'autres problèmes aux services de secours. La Direction de la sécurité civile (DSC) travaille actuellement à la rédaction de règles d'intervention limitant les risques électriques pour les bâtiments dotés d'une installation photovoltaïque.

 

S'agissant des installations destinées à l'habitat particulier, un essai a été réalisé sur une maquette de toit d'un pavillon en taille réelle. Résultat : la présence du panneau semble jouer un rôle dans l'augmentation rapide des températures observées dans les combles. La température de 50°C, critique pour les occupants, est atteinte en cinq minutes dans les combles du bâtiment équipé de photovoltaïque, contre onze minutes pour la maquette témoin. "Ce comportement est dû au caractère combustible de l'étanchéité", explique l'Ineris qui préconise de "ne pas limiter les recommandations sur la sécurité incendie au panneau photovoltaïque lui-même, mais à l'ensemble du dispositif." Enfin, le risque électrique semble moins important que pour les bâtiments industriels.

 

Des produits adaptés à chaque situation

 

De son côté le CSTB a réalisé des essais normalisés, qui confirment les résultats de l'Ineris, pour vérifier la compatibilité des systèmes photovoltaïques avec les exigences réglementaires du bâtiment. À noter que la tache est complexe puisqu'il existe différentes normes françaises et internationales, appliquées en fonction de la nature du bâtiment (habitation, établissement recevant du public, immeuble de grande hauteur…).

De manière générale, l'étude montre des différences de classement importantes selon les technologies, de M1 (soit un matériau non-inflammable) pour les cellules silicium cristallin double verre à M4 (facilement inflammable) pour les films couche mince, mais aucune incompatibilité avec la réglementation française et européenne.

 

Enfin, si les panneaux sont intégrés au bâti, la meilleure conception pour éviter le risque de démarrage d'un incendie, causé par un court-circuit électrique, est d'éviter le contact direct des panneaux photovoltaïques avec une structure ou écran facilement inflammable, souligne l'étude. Là encore l'ensemble de l'installation est donc à prendre en compte.

Philippe Colle

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Les panneaux photovoltaïques en question

Les panneaux photovoltaïques en question | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publié le 03/07/2012

 

Après l’incendie d’Eckwersheim, c’est la conception d’une certaine marque de panneaux qui serait en cause.

 

Décidément, le sort s'acharne sur le photovoltaïque en Alsace. Hier à Weinbourg, la plus grande installation du genre a brulé à Weinbourg mais l'origine serait bien différente de l'incendie de la semaine dernière sur un toit à Eckwersheim où c'est la conception des panneaux photovoltaïques qui serait en cause.


A l'heure actuelle, beaucoup de producteurs d'électricité photovoltaïque ont stoppé leur production, il s'agit de ceux qui avaient choisi la marque Scheuten fabriqué en Allemagne et qui pensaient disposer d'un matériel de qualité. Ce sont 1200 panneaux photovoltaïques qui ne produiront plus alors que la saison la plus propice vient de commencer. Situation particulièrement délicate pour Jean-Luc Léonhart qui a investi plus d'un million d'euros dans cette installation. Elle lui rapporte habituellement entre 600 et 700 euros par jour et pour l'instant, personne ne sait quand la production pourra reprendre.

 

L'origine serait bien différente de l'incendie de la semaine dernière sur un toit à Eckwersheim où c'est la conception des panneaux photovoltaïques qui serait en cause. A l'heure actuelle, beaucoup de producteurs d'électricité photovoltaïque ont stoppé leur production...il s'agit de ceux qui avaient choisi la marque Scheuten fabriqué en Allemagne et qui pensaient disposer d'un matériel de qualité.


On estime en France à 10 mille le nombre de propriétaires de panneaux potentiellement dangereux.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Les panneaux photovoltaïques : une innovation à risque

La sécurité des biens et des personnes doit implicitement être prise en compte dans l’installation et l’entretien des panneaux photovoltaïques. Pour le compte du Ministère de l’Ecologie, l’INERIS et le CSTB ont notamment réalisé une étude sur les risques incendie et publié en mai 2011 quelques règles à suivre en ce domaine.


Fonctionnement


Les panneaux photovoltaïques transforment directement la lumière solaire en électricité en courant continu. Un onduleur transforme celui-ci en courant alternatif (compatible avec le réseau de distribution local).


Une partie de l’électricité créée peut alors être revendue à un fournisseur d’énergie ou la totalité peut être utilisée pour l’usage interne du bâtiment.


Voici un schéma succinct réalisé par l’ADEME pour expliciter une installation de panneaux photovoltaïques : cf. Schéma
Retour d’expérience sur les bâtiments équipés de panneaux PV(1)
Entre 2002 et 2010, une vingtaine d’incendies plus ou moins liés à la présence de panneaux PV ont été répertoriés par l’INERIS. Le feu couvant suite à des travaux de maintenance, un défaut de conception, un impact de foudre, un court-circuit, une erreur de montage à l’installation, un feu d’origine externe et un feu provenant de l’intérieur du bâtiment sont les causes identifiées.


En 2009, le Comité National pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité (Consuel) a examiné, à travers une étude, un panel d’installations de panneaux PV et en a conclu que plus d’une installation sur deux était jugée non conforme.


Le décret n°2010-301 du 22 mars 2010 est alors paru et a modifié celui du 14 décembre 1972 relatif aux attestations de conformité exigeant que toute installation de production d’électricité d’une puissance inférieure à 250 kVA fasse l’objet d’une demande d’attestation de conformité auprès du Consuel. Ce dernier valide ainsi le dossier technique de l’installation, voire réalise une visite en cas de doute sur la conception. Les principaux défauts sont ainsi relevés par cet organisme tiers spécialisé.


Risques et mesures de prévention


Des risques du point de vue électrique, incendie et professionnels sont générés par une installation de panneaux photovoltaïques.
Il a été démontré par l’étude conjointe de l’INERIS et le CSTB que la présence de panneaux favorise l’augmentation rapide des températures observées dans les combles. Il est donc conseillé de ne pas limiter la sécurité incendie aux seuls panneaux mais de l’étendre à l’ensemble du dispositif qui accueille cette installation.
Voici quelques mesures globales de prévention à mettre en place : cf. Tableau


En cas d’incendie dans un bâtiment équipé de panneaux PV, l’intervention des pompiers reste difficile compte tenu des différents risques auxquels ils sont exposés.


Exposition des pompiers en intervention


Une note d’information opérationnelle, publiée par le Ministère de l’Intérieur le 9 juin 2011 (référence 11-585), donne des recommandations aux pompiers dans le cas d’une intervention sur un bâtiment équipé de panneaux photovoltaïques. Toutefois, il ne s’agit que d’une note et non d’une directive. Des installations PV n’ont pas forcément toutes les mesures de prévention citées dans le paragraphe ‘Description’ ; ces instructions ne peuvent donc pas s’appliquer systématiquement. Elles doivent par conséquent être de la responsabilité de chaque SDIS.

 

Risque électrique


Compte tenu que ce sont les rayons ultraviolets qui sont générateurs de l’électricité dans le cas des panneaux PV, la production d’électricité, même très faible la nuit, est permanente. Par conséquent, il n’est pas possible de stopper de manière instantanée la production d’électricité même avec les différents organes de sécurité en place. Ce voltage pourrait paraître peu dangereux mais pour le courant continu, le risque est avéré.
Le bâchage peut être une solution mais elle comporte des risques de chute si ce montage n’a pas été prévu lors de la conception.


Risque de chute


Le risque de chute à travers les panneaux est possible compte tenu de la fragilité des matériaux. De plus, lors d’intervention dans le bâtiment, la présence de débris de verre ou la chute de morceaux de panneaux risquent de blesser les pompiers.


Risque chimique


Lors d’un incendie, le tellure de cadmium nécessaire dans la fabrication des panneaux dégage un gaz hautement toxique.

 

Conclusion


Actuellement, les pompiers n’ont pas encore trouvé un moyen sûr pour intervenir sur un feu de bâtiment équipé de panneaux photovoltaïques sans risquer leur propre vie.


En 2009, la Commission Centrale de Sécurité a publié un avis sur les mesures de sécurité à prendre en cas d’installation de panneaux photovoltaïques dans un établissement recevant du public en préconisant avant tout de transmettre pour avis un dossier au service prévention du SDIS(2) concerné. Ce dernier doit ensuite être prévenu de son installation effective.


Les nouvelles technologies s’accompagnent de risques nouveaux. Des normes doivent être créées afin de les prévenir tout comme de nouveaux moyens pour les sécuriser. Les panneaux photovoltaïques n’échappent évidemment pas à cette règle.
Edwige FORGET-PILLOUD

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Europe | Photovoltaïque : "L'offre est aujourd'hui deux fois supérieure à la demande"

Europe | Photovoltaïque : "L'offre est aujourd'hui deux fois supérieure à la demande" | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it
Le marasme du secteur s'explique par la concurrence des fabricants chinois bon marché et la réduction des subventions, note le chercheur Paolo Frankl.

 

Le Monde.fr | 03.04.2012

 

C'est un nouveau coup de froid sur l'industrie solaire européenne : le fabricant allemand de cellules photovoltaïques Q-Cells, leader dans son secteur en Allemagne, a annoncé qu'il déposerait mardi 3 avril son bilan. Cette banqueroute s'inscrit dans une série noire dans le marché du photovoltaïque en Allemagne, mais aussi plus largement en Europe. La semaine dernière, le Français Evasol était en effet proche de la faillite, dans la foulée des déboires de l'ancien fleuron Photowatt.


Ce marasme n'est toutefois pas à l'image de l'ensemble du secteur, tant la croissance s'avère forte en Chine. Dernière preuve en date : l'entreprise chinoise Fire Energy, distributeur de matériel photovoltaïque, doit racheter d'ici à la fin du mois une base militaire désaffectée à Châteaudun (Eure-et-Loir) pour y développer un parc industriel, comprenant notamment un atelier d'assemblage de panneaux photovoltaïques et une usine de fabrication de LED, selon Les Echos. Paolo Frankl, responsable de la division énergies renouvelables à l'Agence internationale de l'énergie, analyse ces récentes évolutions du marché du solaire.

Pour quelles raisons le solaire européen traverse-t-il une mauvaise passe ?

 

Paolo Frankl : Cette débâcle européenne – avec la situation de faillite ou de difficulté des Allemands Q-Cells, Solarhybrid, Solar Millennium, Solon, et des Français Evasol et Photowatt – s'explique par deux raisons qui sont liées : la forte concurrence des fabricants chinois bon marché et la réduction des subventions dans plusieurs marchés clés européens.

 

La situation a totalement changé en 2007 lorsque les Chinois ont fait le pari d'investir massivement dans cette technologie. En produisant en grosse quantité, ils ont considérablement fait gonfler un marché jusqu'alors limité, à tel point que l'offre est aujourd'hui deux fois supérieure à la demande : la capacité de production s'est élevée à 50 gigawatts (GW) en 2011 pour une capacité d'installation estimée à 27 GW. Conséquence : cette surproduction, à bas coût du côté chinois, a provoqué une baisse des prix, jusqu'à 75 % en trois ans dans certains pays. Actuellement, le module photovoltaïque [panneau solaire] se vend autour de 1 dollar par watt généré et le système photovoltaïque [modules, support, batterie, câbles, etc.] 2 dollars par watt, contre presque le double il y a trois ans.

 

Or, alors que les prix des équipements baissaient drastiquement, les prix de vente de l'électricité n'ont pas diminué à la même vitesse. Il y a eu un décalage : certains producteurs ont fait des profits trop coûteux pour les consommateurs. On a alors créé une bulle, avec un risque d'effondrement du marché notamment en 2012 et 2013. C'est pourquoi certains pays, comme la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou la République Tchèque, ont abaissé les tarifs de rachat garantis aux producteurs d'électricité photovoltaïque. L'Allemagne rachète par exemple, depuis le 1er avril, l'électricité des grandes installations à 16,5 centimes d'euros par kilowattheure et 19,5 centimes pour les petites installations contre respectivement 18 et 24 centimes l'an dernier.

 

Comment la Chine a-t-elle réussi à tirer vers le bas le prix des panneaux photovoltaïques ?

 

La Chine a investi massivement dans l'industrie photovoltaïque, à coups de dizaines de milliards d'euros. Cela lui a permis de créer d'énormes économies d'échelle et donc de baisser les coûts de fabrication. Le coût du travail, très bas, lui a aussi permis d'abaisser les prix. Enfin, les entreprises chinoises jouissent d'un contexte très favorable, les banques d'Etat leur permettant d'emprunter à des taux intéressants tandis que les autorités locales leur vendent des terrains à des prix très bas. Certains industriels américains et européens assurent aussi que le marché chinois a bénéficié de subventions d'Etat irrégulières. Ce n'a pas été démontré.

 

Au final, la Chine est devenue le premier producteur de panneaux au monde, en fabricant plus de la moitié des modules commercialisés sur la planète. Et sur les dix plus gros fabricants de panneaux solaires, cinq sont Chinois. La stratégie de Pékin a donc largement profité aux entreprises chinoises, mais aussi à celles américaines, dans une moindre mesure. Seules les européennes ont vu leur pression s'accroître.

 

A l'échelle mondiale, le secteur du photovoltaïque se porte donc plutôt bien ?

 

Dans tous les secteurs industriels, il y a toujours eu une phase de consolidation de l'industrie, qui signifie qu'elle devient plus mûre. C'est le cas actuellement pour le photovoltaïque. Ainsi, si certaines compagnies rencontrent des difficultés, il n'en est pas de même pour l'ensemble du secteur. Le marché a en réalité augmenté de manière exponentielle ces dernières années : la capacité d'installation était ainsi estimée à 17 GW en 2010 et 7 GW en 2009, contre 27 GW en 2011.

 

Par ailleurs, si certains gouvernements ont abaissé les tarifs de rachat de l'électricité, aucun n'a diminué ses objectifs en termes de part des énergies renouvelables dans la production d'électricité. L'Union européenne souhaite toujours parvenir à 20 % d'énergies renouvelables d'ici 2020.

 

Comment l'Europe peut-elle relancer son marché ?

 

Le défi pour l'industrie européenne est d'abord de trouver de nouveaux marchés, en Amérique du sud, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Inde ou encore aux Etats-Unis et au Japon, qui ont notamment une pointe de consommation d'électricité au cours de l'été en raison des systèmes de climatisation. La ressource solaire est aujourd'hui partout dans le monde : aujourd'hui, cinq marchés sont supérieurs à 1 GW, et quinze marchés sont supérieurs à 100 MW sur la planète ; en 2015, il y aura au minimum quarante marchés supérieurs à 100 MW. Les producteurs européens vont devoir se renouveler et produire dans un environnement moins confortable, avec moins de subventions de leurs gouvernements.

Le marché européen peut ensuite se différencier grâce à sa valeur ajoutée, en termes d'application des systèmes photovoltaïques et d'intégration dans les bâtiments. Enfin, aujourd'hui, l'Europe et les Etats-Unis conservent une avance sur la production de silicium multicristallin, dont sont composées les cellules.

 

Quelles pourraient être les évolutions du secteur du photovoltaïque dans les années à venir ?

 

Il est difficile d'établir des prévisions dans la mesure où le marché évolue très rapidement, en fonction à la fois des décisions politiques et des progrès technologiques. Mais il est certain que dans trois ans, la situation sera très différente de celle actuelle. La Chine ne devrait pas augmenter son offre, déjà très forte, mais sa demande, en développant son marché intérieur, au potentiel énorme.

 

En passant de 1,5 GW cette année à 10 ou 15 GW d'ici à 2015, elle renforcera considérablement sa position dominante sur le marché du solaire – à condition que la puissance installée soit compatible avec la capacité électrique du pays. Dans le même temps, cela pourrait permettre de relâcher la pression sur les Etats-Unis et surtout sur l'Europe dans les autres marchés.

Propos recueillis par Audrey Garric

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Le succès solaire de l'Allemagne et la crise de Fukushima : les priorités de l'énergie intelligente

Le succès solaire de l'Allemagne et la crise de Fukushima : les priorités de l'énergie intelligente | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publication: 05/06/2012

 

Le week-end dernier, des événements ont eu lieu qui devraient nous faire réfléchir sur le futur de l'énergie sur cette planète. Premièrement, du thon rouge radioactif a été pris au large des côtes californiennes. La radioactivité, bien que présente à un taux assez bas, a pu être directement reliée aux fuites dues au désastre des réacteurs de Fukushima-Daiichi, suite au tremblement de terre et au tsunami. Plus important encore, le public a enfin reçu quelques réponses de ceux supposément en charge au Japon quand l'accident s'est produit. L'ex-Premier ministre Kan a déclaré que les liens entre les régulateurs et TEPCO étaient si entremêlés, et l'accident si grave, qu'il a appelé le Japon à cesser tout usage de l'énergie nucléaire.

 

Pour une fois, il semble que les médias dominants aient été attentifs, et ont publié les propos de Kan ainsi qu'une série d'articles sur les inquiétudes sérieuses à propos de la situation des piscines de désactivation à Fukushima. Des experts et d'autres éléments plus marginaux sur le web ont publié des informations solides cette dernière année. C'est au New York Times que l'on doit la reconnaissance du rôle exercé par la pression de ces groupes, et qui a forcé TEPCO et le gouvernement japonais à admettre qu'ils n'avaient pas été présents.


Le deuxième événement « énergie » de ce week-end a été édifiant et extraordinaire : grâce à un week-end extrêmement ensoleillé, la moitié de l'électricité d'Allemagne a été produite par énergie solaire ces deux jours. La décision de fermer et en fin de compte d'arrêter tous les réacteurs nucléaires d'Allemagne paraît maintenant justifiée, même si ces deux jours d'expérience solaire ne peuvent pas être reproduits aisément sans des investissements majeurs dans les énergies renouvelables. Mais l'Allemagne a décidé d'aller de l'avant, choisissant de tirer parti du fait d'être le premier pays européen à agir de la sorte.


Norbert Allnoch, directeur de l'Institut de l'Industrie des Énergies Renouvelables (IWR) à Münster, a dit que 22 gigawatts d'énergie solaire par heure avaient approvisionné le réseau national samedi 25 mai, répondant ainsi à près de la moitié des besoins en électricité de la nation à la mi-journée. Le jour précédent, vendredi, l'Allemagne avait rempli le tiers de ses besoins de la sorte, prouvant que même un jour travaillé, une force industrielle telle que cette nation se mettait en marche vers un futur vraiment renouvelable.

 

« Jamais auparavant un pays où qu'il soit n'avait produit une telle quantité d'électricité photovoltaïque », a déclaré Allnoch à Reuters. « L'Allemagne s'est approchée du point des 20 gigawatts (GW) plusieurs fois ces dernières semaines. Mais c'est la première fois que nous l'avons dépassé. »


Avec de nouvelles possibilités pour développer l'énergie solaire à grande échelle et l'importer en Europe, l'Allemagne pourrait bientôt être capable d'alimenter bien plus que la moitié du pays, en l'associant à d'autres énergies propres et renouvelables.

 

En Allemagne, le docteur Till Stenzel, qui a débuté sa carrière comme jeune candidat des Verts et a travaillé sur les énergies renouvelables pendant plus de dix ans en doctorat, développement de politiques et dans l'industrie, se focalise sur les stratégies d'énergies renouvelables des principaux fournisseurs d'énergie en Europe. Il a également officié comme consultant expert à l'Agence internationale de l'énergie (AIE) à Paris et au Ministère du Commerce et de l'Industrie (DTI) à Londres. Le Dr Stenzel a ensuite travaillé dans le secteur privé, se ralliant à un fond d'investissement en énergie propre, afin de se concentrer sur les opportunités d'investissement dans l'industrie de l'énergie solaire. En 2009, il a cofondé Nur Energie Ltd. et s'est depuis employé à développer le premier projet d'export d'énergie solaire à échelle industrielle entre la Tunisie et l'Italie et à amener l'énergie solaire concentrée dans le réseau d'Europe depuis le Sahara. Il a été nommé directeur des opérations de la compagnie TuNur Ltd. en 2011 qui développe ce grand projet tunisien de centrale solaire thermodynamique pour en exporter l'électricité. Son parcours dans les secteurs privés et publics l'a aidé à comprendre la direction que l'Europe prenait en matière d'énergies renouvelables.


Il déclare que :


L'avantage apporté par les technologies d'énergie solaire thermique comme le projet TuNur est de pouvoir répondre de façon flexible aux différents besoins énergétiques dans le futur -les champs solaires peuvent être configurés pour pourvoir à la charge de base d'électricité avec une production d'énergie jour et nuit. Mais avec la hausse de la génération d'électricité éolienne et solaire photovoltaïque qui ne peuvent pas être contrôlées, les technologies solaires thermiques nous permettent une alternance dans la production d'électricité entre les périodes de fort vent et de soleil et les périodes où les énergies éolienne et photovoltaïque ne génèrent pas d'électricité, comme un soir sans vent.

 

Même le Japon bâtit des centrales solaires, dont une située à 100 km de Fukushima. L'opinion publique et les manifestations contre le redémarrage des réacteurs nucléaires au Japon ont forcé le pays à fonctionner pour la toute première fois avec ses cinquante-six réacteurs à l'arrêt.

 

Fukushima est loin d'être terminé, et pour enfoncer le clou, de nouvelles informations, qui nous viennent du témoignage de dirigeants japonais prenant les décisions durant les premiers jours de la crise, nous forcent à accepter le fait que pratiquement personne n'avait les informations correctes, personne ne contrôlait quoi que ce soit, et la situation était bien pire que ce que l'on disait au public. Et pourtant les physiciens, ingénieurs et spécialistes de la sécurité s'activaient sur Internet, essayant de prévenir quiconque voudrait bien écouter, que la situation à Fukushima était proche de la catastrophe mondiale. Les quantités de radiations qui se sont répandues dans le Pacifique, les tendances météorologiques qui ont transporté des particules radioactives à travers l'océan, et finalement tout autour du monde, étaient bien plus élevées que ce que TEPCO avait admis. Cela a conduit à une perte de confiance non seulement envers l'industrie, mais aussi envers les médias et les régulateurs, et le gouvernement japonais semblait plus occupé à sauver les apparences qu'à informer le public.


Nils Boehmer, directeur des systèmes d'information et scientifique nucléaire pour la fondation norvégienne Bellona, a confirmé que les services de renseignements des États-Unis et de la France avaient reçu des informations directes du Japon en quelques jours, et que la situation était bien pire que ce qui était rapporté. Ils recommandèrent que leurs citoyens expatriés soient évacués sur un périmètre bien plus large autour de la centrale de Fukushima-Daiichi que ce que les officiels japonais préconisaient. « C'est comme cela que nous avons su que la situation était bien plus grave que ce que les médias rapportaient au public, » ajouter Boehmer, « les États-Unis et la France avaient de très bons renseignements internes au Japon et sur la question nucléaire. »


TEPCO, admettant cette semaine que les estimations des fuites radioactives dans l'atmosphère, l'océan et les sols étaient bien plus élevées que ce qu'ils avaient précédemment déclaré, a en fait sapé le rapport de l'OMS sorti à peu près en même temps. Cela signifie que les statistiques et études de l'OMS, portant sur les conséquences que le désastre de Fukushima pourrait déjà avoir et aura sur les êtres humains, doivent être ré-estimées. Les résultats basés sur les nouvelles informations seront de toute évidence bien plus graves. Cela a érodé encore un peu plus la confiance de la population japonaise envers TEPCO et leur gouvernement, et a conduit à des protestations majeures contre l'incinération des débris radioactifs et le redémarrage des réacteurs nucléaires.


Boehmer confirme que les informations des services de renseignements étayent les récentes admissions du gouvernement, qui avait bien pensé à faire évacuer Tokyo durant le premier incident à Fukushima. Et cela pourrait être le cas à nouveau, puisque les enceintes de confinement ont été sérieusement endommagées, ou dans d'autres cas reconstruites à la hâte bien que les brèches et fuites initiales n'aient pas été pleinement réparées. Qu'un violent tremblement de terre touche de nouveau cette région à haut risque sismique et les fuites, nous dit Boehmer, seraient bien pires que ce qui avait pénétré l'atmosphère, l'océan et recouvert le sol suite au séisme et au tsunami du 11 mars 2011.


« En Norvège, 25 ans après Tchernobyl, nous avons toujours de graves problèmes dus aux retombées de l'accident. » Cela souligne le fait que Fukushima continue à répandre de la radioactivité, et n'a en fait jamais cessé durant les quatorze derniers mois. Malheureusement, le Japon devra gérer cette crise pendant des générations. « Mais s'il y a une chose positive qui ressort de Fukushima, c'est que cela rend le nucléaire plus cher et les énergies renouvelables moins chères. Cela a accéléré le mouvement vers le développement d'énergies renouvelables meilleur marché. » Il sera plus difficile de soutenir les subventions pour que l'industrie nucléaire puisse construire de nouveaux réacteurs et mettre les anciens aux normes de sécurité actuelles. En fait, la sécurité est l'un des problèmes majeurs.


Boehmer, de Bellona, insiste :


Après Fukushima, les pays et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) se sont révélés n'être pas tout à fait au courant en termes de sécurité et de sûreté. Cela signifie que de nouveaux programmes nucléaires comme en Arabie Saoudite, qui pense exporter son précieux pétrole et son gaz et utiliser le nucléaire pour ses propres besoins, pourraient devenir des menaces nucléaires puisqu'il n'y a pas de normes de sécurité communes et aucune bonne politique empêchant le nucléaire d'être utilisé à des fins militaires.

 

.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Six projets de production d’éthanol au Vietnam

Six projets de production d’éthanol au Vietnam | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

par Frédéric DOUARD le 10 janvier 2011

 

Déjà six projets de production de biocarburant dans l’ensemble du pays ont obtenu la licence d’opération. Les six premières usines de fabrication d’éthanol E5 du Vietnam, dont une a fraîchement été mise en service, trois autres sont en cours de construction et les deux restantes en étape de préparation, utilise et utiliseront toutes du manioc.

 

En août 2010, l’usine Dai Tân, installée dans la province de Quang Nam (Centre), a sorti les premiers fûts d’éthanol E5 « made in Vietnam » après deux ans de construction. Doté d’un capital de 500 milliards de dôngs investis par la compagnie par actions Dông Xanh et couvrant une superficie de 17 hectares dans le district de Dai Lôc, l’usine de Dai Tân est capable de produire 100.000 tonnes d’éthanol par an (soit l’équivalent de 125 millions de tonnes d’essence). Sans oublier des produits secondaires dont le gaz CO2 liquéfié (20.000 tonnes/an), l’engrais micro-organisme (40.000 tonnes/an).

 

« Le biocarburant satisfait à la demande nationale de chercher une énergie verte pour remplacer les produits polluants », souligne Luu Quang Thai, président du conseil d’administration de la compagnie Dông Xanh. Pour lui, la vie de l’usine Dai Tân se lie étroitement à la vie des paysans locaux, en consommant plus d’un million de tonnes de manioc séché par an.

 

Lê Van Anh, un paysan de Dai Lôc, s’exprime avec enthousiasme : « C’est miracle que le manioc se transforme en carburant. L’entrée en service de l’usine Dai Tân nous permet d’écouler notre manioc. Nous sommes ravis d’avoir désormais un grand consommateur sur place, qui nous permet aussi de trouver un emploi stable ». En effet, plus de 300 travailleurs locaux ont été embauchés par l’usine Dai Tân.

 

Les trois usines d’éthanol E5 du Groupe du pétrole et du gaz du Vietnam, d’une puissance totale de 240 millions de litres par an, sont actuellement en cours de construction et devraient être mises en fonctionnement en 2011. Concernant les matières premières, ce dernier a misé sur la création d’une source stable. Le plan est avancé : mettre en culture une variété de manioc de haut rendement tout en introduisant de nouvelles techniques culturales. Secondé par l’Institut des sciences et technologies du Vietnam, l’investisseur espère atteindre une production de 18.000 – 25.000 tonnes/an vers 2015, se suffisant alors en matières premières.

L’avenir de l’industrie de bioénergie est prometteur, selon des experts….

more...
No comment yet.
Rescooped by Africa & Emerging Markets1 from Agribusiness Theme
Scoop.it!

The US must take biofuel action to prevent a food crisis

The US must take biofuel action to prevent a food crisis | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

August 9, 2012 | By José Graziano da Silva

 

The worst drought for 50 years is inflicting huge damage on the US maize crop, with serious consequences for the overall international food supply.

 

The situation reminds us that even the most advanced agricultural systems are subject to the vagaries of the weather, leading to volatility in supplies and prices not just on domestic markets but also internationally. Climate change and extreme weather events will further complicate the picture.

 

US maize production had been expected to increase to record levels this year. That view will prove optimistic. Much of the reduced crop will be claimed by biofuel production in line with US federal mandates, leaving even less for food and feed markets. The August US Department of Agriculture estimates, announced on Friday, will give a more precise idea for just how much the maize crop is reduced. Few people are expecting good news.


Maize prices have already gone higher than their 2008 and 2011 peaks, increasing by 23 per cent during July alone. Wheat prices have followed maize prices upwards. Repercussions are already being felt in the US livestock sector.


Unsurprisingly, the media has started talking about the possibility of a food crisis. Whether that happens depends not only on how long the drought lasts and how much damage it does to crops but on how far its impact spreads to other markets, whether there are further supply shocks and how countries react to the price movements.


In 2007-08 governments tended to react in a disorganised and erratic manner, which often accentuated global price rises, as was the case with the imposition of export restraints. Often the measures were not even effective in meeting the objective of stabilising domestic prices, as they often led to panic buying and hoarding.


Given all this, governments should be cautious, especially considering that high prices are not necessarily negative. Attractive producer prices will be needed in the coming months to entice producers to embark on a much needed increase of crop cultivation, especially in the southern hemisphere.


Some governments will be called to take a number of steps to alleviate the impact of the situation on the poorest consumers, for example through the targeted distribution of food at subsidised prices, increased reliance on non-commodities crops such as roots, tubers, and beans, and assisting small producers to get better seeds and other basic inputs. Over the longer term, strategies to increase local production and self-sufficiency should be implemented.


Fortunately rice supplies in 2012 are plentiful and rice prices stable, but they could also be driven higher by increasing prices of other cereals. Rice market stocks were also not problematic in 2007-08 but prices nevertheless increased dramatically. A lack of transparency and unco-ordinated unilateral actions by importing and exporting countries and media coverage all contributed to creating panic.


With world prices of cereals rising, the competition between the food, feed and fuel sectors for crops such as maize, sugar and oilseeds is likely to intensify. One way to alleviate some of the tension would be to lower or temporarily suspend the mandates on biofuels. At the moment, the renewable energy production in the US is reported to have reached 15.2bn gallons in 2012, for which it used the equivalent of some 121.9m tonnes or about 40 per cent of US maize production. An immediate, temporary suspension of that mandate would give some respite to the market and allow more of the crop to be channelled towards food and feed uses.


The US drought leaves global markets highly vulnerable to any further supply side shocks. While the current situation is precarious and could deteriorate further if unfavourable weather conditions persist, it is not a crisis yet. Countries and the UN are better equipped than in 2007-08 to face high food prices, with the introduction of its Agricultural Market Information System, which promotes co-ordination of policy responses.


However, risks are high and the wrong responses to the current situation could create it. It is vitally important that any unilateral policy reactions from countries, whether importers or exporters, do not further destabilise the situation.


The writer is the director-general of the Food and Agricultural Organization of the UN

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Brachypodium Distachyon, une piste pour les bioénergies

Brachypodium Distachyon, une piste pour les bioénergies | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

19/09/2008

 

Brachypodium distachyon, une petite herbe violette des régions tempérées fait avancer la recherche sur les bioénergies.


John Vogel et Yong Gu, deux chercheurs du service de recherche agronomique (ARS) du laboratoire de recherche d'Albanie en Californie, vont accélérer la recherche sur les bioénergies grâce à la réussite de la transformation génétique de Brachypodium disachyon, une graminée, cousine directe de la Switchgrass (Panicum virgatum) généralement étudiée pour la production de bioéthanol.

 

Les chercheurs sont les premiers à avoir introduit avec succès un gène dans le génome de Brachypodium distachyon grâce à l'utilisation de la bactérie Agrobacterium tumefaciens.

 

Déjà en 2002, David Garvin -un généticien végétal de l'ARS- avait été le premier à s'intéresser à cette plante. Ce généticien avait déchiffré la totalité de son génome et en avait fait une plante d'étude modèle, du fait de son petit génome (~300Mbp), pour la production de combustibles. Cette étude a permis au professeur Yong Gu et son équipe de développer récemment la carte génétique de Brachypodium disachyon, une première pour cette plante. Cette carte génétique permet de situer précisément chaque gène de la plante. De nombreux laboratoires de génétique végétale situés dans plus de 20 pays différents, travaillent aujourd'hui avec cette plante.

 

Cette nouvelle méthode de transformation génétique permet de déterminer les fonctions de chaque gène de la plante de façon plus précise que les méthodes habituelles. Pour cela, les scientifiques ont réussi grâce à l'introduction de gènes de la bactérie Agrobacterium tumefaciens, d'inactiver les fonctions de certains gènes de la plante afin de mieux déterminer d'autres fonctions génétiques moins connues.

 

Cette avancée génétique fait de Brachypodium disachyon la plante la plus intéressante pour la recherche mondiale sur la génétique des plantes en vue de la production de biocarburants.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Bioéthanol cellulosique : le DoE apporte son soutien

Bioéthanol cellulosique : le DoE apporte son soutien | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

13/10/2008

 

Le DoE a programmé 585 millions de dollars d'investissement d'ici 2012 pour un programme de développement de production d'éthanol cellulosique. Les entreprises Lignol Energy et Suncor sont à l'origine d'un projet de construction d'une usine expérimentale productrice d'éthanol cellulosique dans le Colorado.

 

Comme on le sait, cette entreprise canadienne est spécialisée dans la production de biéthanol à partir de cellulose. Elle a la particularité d'utiliser une technique enzymatique innovante pour la conversion de la cellulose en éthanol. Cette technique a été mise au point par General Electric, avant d'être rachetée par Lignol energy en vue de développer la production de bioéthanol cellulosique à l'échelle commerciale. Cette entreprise a récemment ouvert à Vancouver un centre de recherche et de développement afin de mettre au point des techniques enzymatiques performantes pour la production de bioéthanol cellulosique.

 

Suncor est une entreprise nord-américaine spécialisée dans la production de bioéthanol à partir de composés non alimentaires tels que les copeaux de bois et les huiles végétales. Elle est présente aux Etats-Unis (Ontario, Colorado) et au Canada. Le ministère de l'énergie américain (DoE) vient d'accorder une subvention de 30 millions de dollars pour aider les entreprises concernées au lancement de cette usine innovante.

 

L'entreprise POET est une entreprise américaine basée dans le Dakota du sud et spécialisée dans la production de biocarburants. Cette société possède 23 usines dans sept états américains qui produisent près d'un milliard de gallons de bioéthanol par an. POET vient de recevoir une subvention de la DoE d'un montant total de 80 millions de dollars pour la construction d'une nouvelle usine d'éthanol cellulosique.

 

Les Etats-Unis n'ont pour l'instant aucune usine de production de bioéthanol cellulosique à l'échelle commerciale. Le besoin s'en fait d'autant plus sentir que la production traditionnelle d'éthanol exigeant du maïs comme matière première est désormais considérée comme une des causes de la crise alimentaire mondiale. L'éthanol cellulosique, qui utilise une végétation inutilisable pour l'alimentation humaine ou animale, pourrait être la réponse, au moins partielle, à ce problème.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Georgia Power files for 210MW of solar

Georgia Power files for 210MW of solar | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

By ASES on September 26, 2012

Georgia Power today filed a new solar initiative – the Georgia Power Advanced Solar Initiative (“GPASI”) – with the Georgia Public Service Commission (PSC). If approved, the initiative would create the largest voluntarily developed solar portfolio from an investor-owned utility. Through GPASI, Georgia Power would acquire 210 megawatts of additional solar capacity through long term contracts over a three-year period.


“We believe the Georgia Power Advanced Solar Initiative will encourage new opportunities for solar development in our state and catapult us to the forefront of this clean, safe energy technology,” said Georgia Power President and CEO Paul Bowers. “This initiative builds upon our record of maintaining not only one of the nation’s safest and most reliable electric systems at rates below the national average, but one of the most innovative as well. We will continue to build a diverse generation portfolio that utilizes the most cost effective and advanced technologies to benefit our customers.”

To meet the target of 210 megawatts, Georgia Power’s Utility Scale program would purchase 60 megawatts annually for three years through a competitive request for proposal (RFP) program with projects ranging in size from 1-20 megawatts. By as early as 2013, a Distributed Scale program would provide opportunities for up to 10 megawatts per year of smaller solar projects with specific reservations for Small Scale (less than 100 kW) and Medium Scale (100-1,000 kW) projects.

 

RFPs for the Utility Scale program will be conducted in 2013, 2014, and 2015, and require commercial operation dates in 2015, 2016 and 2017. Georgia Power could begin signing solar contracts under the Distributed Scale program as early as first quarter of 2013.

Developed in cooperation with the PSC, the GPASI will complement the company’s existing solar resources, which include leading-edge research and demonstration projects and a 50-megawatt Large Scale Solar program already in place.

 

Since the creation of the company’s Green Energy Program in 2003, which enables customers to support and foster the growth of renewable energy resources, Georgia Power has consistently pursued opportunities to grow solar in the state. Through various initiatives, including the Large Scale Solar Program approved in 2011, Georgia Power has worked closely with the PSC to add solar economically to its portfolio. There are currently 61.5 megawatts under contract – enough green energy to power approximately 7,600 homes.

 

Additionally, Georgia Power recently launched a new “solar energy expert” initiative and website that provides comprehensive information and personalized assistance for customers interested in learning more about solar energy. For more information, please visit:http://www.georgiapower.com/solar.

 

Georgia Power is the largest subsidiary of Southern Company, one of the nation’s largest generators of electricity. The company is an investor-owned, tax-paying utility with rates below the national average. Georgia Power serves 2.4 million customers in all but four of Georgia’s 159 counties.

 

SOURCE Georgia Power

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Chinese solar industry, role model for technology ambitions, hurt by weak sales, price war - The Washington Post

By Associated Press, Updated: Wednesday, August 22, 2012

 

BEIJING — Chinese solar panel makers that grew fast over the past decade are suffering big losses due to slumping global sales and a price war that threaten an industry seen by communist leaders as a role model for hopes to transform China into a technology leader.

Another looming challenge: Moves by the United States and Europe toward imposing possible anti-dumping tariffs on Chinese-made solar panels that might further depress sales.

 

Financial problems are likely to force painful changes in the Chinese industry including possible mergers, bankruptcies, factory closures or layoffs, industry analysts say. “The next 1½ years will be very challenging,” said Frank Haugwitz, a renewable energy consultant in Beijing.

 

Companies have been hurt by weak sales, especially in debt-crippled Europe, the leading global solar market, but also by Chinese government policies that encouraged hundreds of small companies to rush into the industry. They flooded the market and depressed prices.

 

Five major Chinese manufacturers, including industry leaders Suntech Power Holdings Ltd. and Yingli Green Energy Ltd., reported total losses of nearly $250 million in the latest quarter. One of them, LDK Solar Co., also reported an eye-popping loss of $588.7 million the previous quarter.

 

Pioneers such as Suntech, Yingli and Trina Solar Ltd. that were founded before 2005 grew to become some of their industries biggest competitors as Germany, Spain and other European countries promoted solar power with subsidies and low-cost loans.

Suntech’s founder, Shi Zhengrong, a Chinese-born Australian scientist, was lauded by the communist government as a leading entrepreneur. Industry profits soared in 2007-09 as the United States and other new markets stepped up installations.

 

That success encouraged communist authorities who saw solar, wind and other renewable energy as a way both to curb China’s growing reliance on imported oil and gas and to take the lead in an emerging industry without established competitors.

 

Solar power, along with such fields as biotechnology and aerospace, was declared a “strategic emerging industry” targeted for development as part of efforts to transform China from a low-wage country of farmers and factory workers into a creator of technology.

 

Beijing provided grants and low-cost loans. Local leaders encouraged companies to start producing solar panels or components to make them. The field promised higher-paying jobs and a political payoff for officials who would be seen to support a key national initiative.

 

Producing the basic element of a solar panel — the hand-size black solar cell made of polysilicon that converts the sun’s light into electricity — is relatively simple using equipment that a new company can buy as a kit from European suppliers. That allowed novices to start production quickly, while bigger manufacturers also assemble the cells into power-generating modules.

 

New companies still were springing up in 2011 even after Western countries that were hammered by the global crisis cut subsidies and other support. Supplies surged as sales growth stalled, forcing sellers to slash prices to unprofitable levels.

 

Since 2010, the price of polysilicon wafers used to make solar cells has plunged by 73 percent, according to Aaron Chew and Francesco Citro, analysts for Maxim Group, a financial firm in New York City. The price of cells has fallen by 68 percent and that of modules by 57 percent. “The solar manufacturing industry has been wracked by a collapse in pricing,” said Chew and Citro in a report.

 

The major Chinese manufacturers have accumulated a total of $17.5 billion in debt, leaving balance sheets “at the breaking point,” they said.

 

Beijing is unlikely to allow major producers to go bankrupt but rescue measures might include capital injections that would dilute or wipe out the value of shares held by foreign investors who have put billions of dollars into the industry, Chew and Citro said.

Haugwitz said people in the industry have told him at least 300 smaller manufacturers have suspended production and others are producing at below 50 percent of their capacity.

 

The industry also faces the potential impact of U.S. and European anti-dumping measures in response to complaints Beijing improperly subsidizes companies. Foreign competitors complain that allows Chinese suppliers to sell abroad at unfairly low prices, wiping out American and European jobs abroad — an explosive issue at a time of high unemployment.

 

In July, a group of 25 producers of solar gear including companies from Germany, Italy and Spain filed an anti-dumping complaint with the European Union.

 

That alarmed Chinese companies, which warned Beijing would retaliate, possibly triggering a trade war. “Over 60 percent of products are exported to Europe,” said Wang Shuai, a spokeswoman for Yingli. “If the anti-dumping measures really take effect in Europe, that would be a fatal blow to the industry.”

 

Yingli is based in Baoding, a city 90 miles (150 kilometers) southwest of Beijing that promotes itself as a center for renewable energy. The local government has attracted 170 companies that produce solar, wind and other clean power equipment.

 

In a reflection of Chinese leaders’ hopes for the industry, Baoding’s city government says its clean energy industry had 45 billion yuan ($7 billion) in revenue in 2010 and that figure is forecast to grow by 30 percent a year through 2016.

 

The city works closely with companies, organizing job fairs, providing training and helping to recruit employees through local schools.

 

In the United States, the Commerce Department issued a preliminary ruling in May that Chinese producers sold solar cells and panels below fair price and hurt American producers. If that is upheld, tariffs averaging 31 percent could be imposed on Chinese solar-panel imports.

 

On Tuesday, Trina Solar Ltd. reported its loss widened to $92.1 million in the second quarter from $29.8 million in the previous quarter. CEO Jifan Gao blamed industry overcapacity and pressure to cut prices. He said the possible anti-dumping measures contributed to “uncertain market conditions.”

 

Last week, Suntech said its founder, Shi, was stepping aside as CEO and would be replaced by an American, David King, who was hired last year. The company said Shi would stay on as executive chairman and chief strategy officer.

 

Suntech, which has shares traded on the New York Stock Exchange, suffered a $133 million loss in the first quarter of the year after losing $148.8 million the previous quarter. The company said shipments were down 22 percent from a year earlier.

 

LDK Solar, China’s fourth-largest producer by manufacturing capacity, illustrates the industry’s mix of business and politics.

The company in the southern province of Jiangxi has run up $3.8 billion in debt but analysts say it has survived thanks to support from local leaders who see it as an important source of development and encouraged state-owned banks to keep lending.

Still, local leaders might find LDK too expensive if its losses continue, according to Chew and Citro. “LDK might be considered insolvent by traditional measures at Western banks,” they said. “We believe LDK is on the cusp of failure or a major recapitalization.”

 

Some producers might be saved by Beijing’s effort to encourage domestic use of solar power, which until recently was considered too expensive for use in China.

 

The Communist Party’s latest five-year plan initially called for installation of 5 gigawatts of solar generating capacity over the life of the plan but that target has been raised to 21 gigawatts.

At the same time, a new competitive threat is emerging: Korean companies such as industrial giant Hyundai that are pouring into the industry.

 

In 2010, Korea’s Hanwha Chemical Corp. bought 49.9 percent of Solarfun Power Holdings, China’s sixth-largest solar panel producer by volume. “The Koreans came late to the game but have deep pockets,” Haugwitz said. “They don’t want to let this opportunity slip through their hands.”

___

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Le ciel se couvre sur le secteur de l'énergie solaire

Le ciel se couvre sur le secteur de l'énergie solaire | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

24 avril 2012

 

De Photowatt en France à First Solar en Allemagne, l'industrie de l'énergie solaire accumule les déboires, surtout en Europe où les fabricants de panneaux subissent des surcapacités criantes, conjuguées à une révision à la baisse des aides gouvernementales.

 

"Le marché a explosé au cours des trois dernières années d'une manière qui était difficilement soutenable sur le long terme", explique à l'AFP Gaëtan Masson, chef économiste de l'EPIA, l'Association européenne des industriels du photovoltaïque.

Ainsi, l'an dernier, près de 28 gigawatts de panneaux solaires ont été installés dans le monde, dont près de 22 gigawatts en Europe (près du double de l'année précédente), l'Italie et l'Allemagne se taillant la part du lion.

 

Mais les gouvernements européens, qui avaient largement alimenté cette croissance effrénée en accordant des tarifs de rachat très favorables pour l'électricité produite à partir du soleil, dans un but environnemental, sont en train de briser tour à tour cet emballement, débordés par le succès de leurs régimes d'aide.

 

L'Italie a ainsi revu à la baisse ce-mois ci son dispositif de soutien au solaire, après la France, l'Allemagne, l'Espagne et au Royaume-Uni, qui ont déjà raboté ou suspendu leurs mesures incitatives.

Parallèlement, la capacité mondiale de fabrication de panneaux solaire a atteint 55 gigawatts en 2011, soit près du double de la demande totale, faisant chuter les prix de vente.

 

Résultat, "cela conduit un certain nombre d'acteurs à se demander s'ils peuvent continuer à produire", et "on commence à assister à une série de fermetures, de faillites, et de gels de capacités de production", résume M. Masson.

 

"Une phase normale et salutaire"

 

"Le marché est entré dans une phase de maturation à la fois normale et salutaire, sachant qu'il ne peut continuer à croître de manière exponentielle", et à dépendre éternellement de régimes d'aide, abonde Jean-Yves Lindheimer, qui dirige les activités françaises du géant chinois Suntech, premier fabricant mondial de panneaux solaires.

 

Selon lui, "la baisse plus brutale qu'attendu des tarifs de rachat en Europe pose des problèmes de stratégie et de financement à certaines entreprises, mais cela va permettre un assainissement global du secteur, et faire ressortir les sociétés qui font des efforts de recherche et développement, qui leur permettent ensuite d'abaisser leurs coûts de production".

 

Le coup de frein brutal en Europe commence à avoir des répercussions mondiales. La semaine dernière, SunPower, filiale de Total basée aux Etats-Unis, a annoncé la fermeture d'une usine aux Philippines, dans le cadre d'un programme de réduction de ses coûts. Et l'américain First Solar, en plus de fermer son usine allemande de Francfort, va suspendre quatre lignes de production à Kulim, en Malaisie.

 

Dans ce contexte, les fabricants asiatiques sont souvent accusés de faire du dumping au détriment de leurs rivaux occidentaux. Des reproches rejetés en bloc par le patron de Suntech France.

Selon lui, les industriels chinois sont financés à des taux comparables à ceux pratiqués en Europe (4 à 5% par an), bien au-dessus des à 1 à 2% dont avait bénéficié le groupe américain Solyndra grâce au soutien de Washington. Au final, les bas prix des industriels asiatiques sont liés, assure-t-il, à des innovations technologiques et des "effets de taille", qui leur permettent de produire à moindre coût.

 

"Si toutes nos lignes de fabrication sont en Chine (excepté pour les Etats-Unis), l'essentiel de l'équipement de production et certaines matières premières utilisées (silicium, verre...) sont européens", relève-t-il également, ajoutant que la conception, l'installation et la maintenance des panneaux créent au bout du compte plus d'emplois dans les pays de destination que leur fabrication, elle-même très automatisée.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Belgique: Le feu à cause d’un panneau photovoltaïque

6 Aug 2012 La Capitale

 

Les Belges sont de plus nombreux à être équipés en panneaux photovoltaïques et pourtant, ce n’est pas sans risques. Samedi, à Visé en région liégeoise, la toiture d’un immeuble a ainsi été touchée par un incendie. À l’origine du feu, un court-circuit dans un panneau photovoltaïque. Les pompiers liégeois se sont rendus sur place et ont éteint les flammes, après avoir procédé à l’évacuation des locataires de l’immeuble. L’incendie a touché l’un des derniers immeubles à appartements du lotissement des Pléiades, imaginé par l’homme d’affaires liégeois Laurent Minguet. Face à ce type d’incendie, les pompiers se montrent inquiets:

 

“Puisque les gens en installent de plus en plus,on risquede devoir intervenir de plus en plus pour ce type d’incidents ”, explique l’un des diables noirs liégeois. “Leproblème de certainspanneaux est qu’ilsontétémalraccordéspar l’installateur,etqu’ilssurchauffent.” Du côté des installateurs justement, on reste prudent. “Cetype d’incendieestheureusementtrès rare ”, souligne Benjamin Bonfond, de la société Bonfond-Energy, basée à Waremme. “Il peut s’agir de troisproblèmes: soit d’un souci au niveau de la qualité du panneau,soit d’une malfaçon occasionnelle sur un panneau de qualité,soitd’unsouciau niveaudel’installation.” Pour ce professionnel, il est important que les clients ne voient pas seulement l’aspect financier lors de l’achat de leur équipement. “Ils veulent rentabiliser leurinstallationauplusvite,et c’est normal. Mais ils risquent alors de se tourner vers des produits de moindre qualité, venus de Chine ou d’ailleurs... ” «

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

France: L’ « incendie photovoltaïque », un nouveau type d’intervention pour les pompiers

France: L’ « incendie photovoltaïque », un nouveau type d’intervention pour les pompiers | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Eric Leysens | 06/05/2011

 

Un incendie survenu en périphérie de Limoges le 4 mai et dont la cause est attribuée au photovoltaïque, repose la question de la sécurité incendie des installations solaires électriques.

Mercredi 4, dans l'après-midi, un pavillon de Palais-sur-Vienne en Haute Vienne a pris feu. D'après les pompiers, il aurait été déclenché par l'installation photovoltaïque. L'enquête de police doit encore le prouver. Pour le capitaine Sabourdy du Service départemental d'incendie et de secours de Haute-Vienne, présent sur place, il s'agirait du premier feu d'origine photovoltaïque survenu dans la région. "Il y a beaucoup de feux dûs à une machine à laver. Pourtant personne ne se pose la question d'en disposer d'une ou pas".

 

Le capitaine rappelle que la majorité des départs de feu sont d'origine électrique, et il appelle à la prudence vis-à-vis de la stigmatisation des systèmes photovoltaïques. Pour lui, le problème que posent les installations solaires électriques, ce n'est pas l'extinction du feu mais la sécurité des personnes lors du déblai du sinistre. "La présence de conducteurs à nu où circule l'électricité des panneaux non détériorés est une nouvelle problématique pour nous" précise-t-il.


A la Direction de la sécurité civile, on dit avoir conscience des risques que pose le développement des « toits bleus ». Une note, rédigée avec les professionnels du photovoltaïque, fixe le mode d'intervention des hommes du feu sur les bâtiments, et notamment l'approche particulière qu'exige l'aspect glissant d'une toiture photovoltaïque. Elle devrait être validée en fin de semaine prochaine et envoyée aux services départementaux d'incendie et de secours.


Une prise en compte émergente


Cette prise en compte de la sécurité incendie au sein de la filière photovoltaïque émerge doucement. La Commission Centrale de Sécurité (CCS) a rendu public, fin 2009, un avis sur les mesures de sécurité à prendre en cas d'installation de panneaux photovoltaïques dans un établissement recevant du public. Le Centre national de prévention et de protection propose, depuis peu, une formation intitulée « Identifier le risque incendie d'une installation de panneaux photovoltaïques ». Ces initiatives sont indispensables car le Comité national pour la sécurité des usagers de l'électricité (Consuel) indiquait, dans une étude rendue publique début 2010, qu'en France métropolitaine, plus d'une installation photovoltaïque sur deux est jugée non-conforme.


L'association Hespul, travaillant au développement de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, pointe du doigt l'intégré au bâti. "A la différence d'une installation surimposée, où les tuiles peuvent jouer le rôle de pare-feu, l'intégré au bâti facilite la propagation du feu" souligne Marc Jedliska, directeur de l'association. Il insiste également sur la nécessité de rendre obligatoire la mise en place de systèmes de coupure de courant entre les panneaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Des panneaux photovoltaïques s'embrasent à Perdigon !

Des panneaux photovoltaïques s'embrasent à Perdigon ! | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publié le jeudi 27 mai 2010

 

Fait-divers Hier, l'installation visant à économiser l'énergie a pris feu provoquant un incendie qui a détruit la toiture d'une maison située à Saint-Antoine.En installant des panneaux photovoltaïques sur le toit de leur maison du chemin du Grand chêne il y a un an, ce couple n'imaginait pas le regretter un jour. Hier, sur les coups de midi, ces panneaux, incorporés au raz des tuiles, se sont tout simplement embrasés provoquant l'écroulement des 50 m⊃2; de toiture.

 

Heureusement, Hugues veillait ! Souffrant, ce collégien de 14 ans ne s'était pas rendu à l'école. Il était seul dans la maison. Dans sa chambre, l'ado bidouillait tranquillement un programme sur son ordinateur, quand la toiture de sa maison a pris feu. « J'ai entendu des bruits dans la chambre de mon frère. J'imaginais mon chat en train de jouer. » Sauf qu'en ouvrant la porte, pas de minou à l'horizon.

 

La fumée commençait à s'échapper du faux plafond.

 

Hugues a alors immédiatement prévenu les pompiers et ses voisins. Soucieux mais calme, il est même allé attendre les secours au bout du chemin menant à sa maison.

 

Une maman fière de son fils

 

« Je me demande s'il ne fallait pas que je ferme la porte derrière moi, » lance-t-il après coup.

 

Mais Hugues a fait son travail.

 

C'est au tour des pompiers de prendre en charge l'incident. Une opération rendue très délicate, car il est impossible de déconnecter un panneau photovoltaïque. Le risque d'électrocution est alors très élevé.

 

Sur place, 25 sapeurs-pompiers des casernes de Mougins, le Bar-sur-Loup et Grasse ont réussi à maîtriser les flammes, tout en sécurisant la toiture.

 

Ils ont pu ensuite procéder au déblayage de l'étage touché par le feu. L'intervention aura duré plusieurs heures.

 

Sur place, Catherine, la maman d'Hugues tentait de relativiser.

« Il y a des choses plus graves dans la vie. Là, ce ne sont que des dégâts matériels. Quand j'ai reçu des coups de fils de mes voisins, je n'ai pensé qu'à une seule chose : mon fils est-il sain et sauf ? En tout cas, je suis très fière de ce qu'a fait Hugues ! Il a vraiment bien géré la situation. »

 

Dans le quartier, des amis se sont immédiatement portés volontaires pour loger temporairement les sinistrés.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

France: Incendie dans un entrepôt recouvert de panneaux photovoltaïques

France: Incendie dans un entrepôt recouvert de panneaux photovoltaïques | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

12/01/2010 - Val-de-Reuil (Eure), France
52.10 - Entreposage et stockage

 

Un feu se déclare vers 15h30 sur le toit d'un entrepôt soumis à autorisation de 15 000 m⊃2; recouvert de 1 000 m⊃2; de panneauxphotovoltaïques (soit environ 660 panneaux). Le bâtiment, inauguré au mois de novembre 2009, est certifié Haute Qualité Environnementale (HQE). Il possède une structure intégrée en toiture qui permet un assemblage aisé des panneaux et une étanchéité parfaite avec le reste du toit grâce à une combinaison de plaques chevauchantes en plastique ainsi que d'ancres spéciales en aluminium.


40 pompiers interviennent rapidement et maîtrisent l'incendie en 6 h. Les secours rencontrent plusieurs difficultés d'intervention : absence de matériel adapté pour démonter les panneaux, impossibilité de stopper la production d'électricité et nécessité de bâcher les panneaux photovoltaïques, risque d'électrisation, difficultés d'accès à l'espace compris entre la toiture et les panneaux, propagation du feu via les câbles et la couverture d'étanchéité.


L'intervention nécessite le démontage à l'aide d'un outil spécial (dévisseuse électrique avec embout spécifique) de 200 panneaux de part et d'autre de la zone en feu. Cette opération a permis d'éviter la progression de l'incendie par des arcs électriques entre panneaux et d'accéder à la zone composée de matériaux de type PVC ou d'isolant d'étanchéité dans laquelle le feu se propageait. Le démontage et l'arrosage de la protection supérieure d'un mur coupe-feu séparant les locaux techniques des cellules de stockage ont été effectués pour accéder à la zone située entre la toiture et les panneaux. La présence de ce mur et d'un panneau support résistant au feu sous la structure photovoltaïque ont permis d'éviter la propagation de l'incendie au reste du bâtiment.


A la suite d'une visite sur site, l'inspection des installations classées demande à l'exploitant de mettre en place une consigne afin de faciliter l'intervention des pompiers en cas d'incendie sur les panneaux photovoltaïques.


Des travaux de toiture par une entreprise extérieure intervenant pour poser un chéneau en dessous de la structure photovoltaïque seraient à l'origine de l'événement. Le montant des dégâts causés par l'incendie est évalué entre 350 et 400 000 euros. Les installations photovoltaïques sont mises à l'arrêt pendant 6 mois.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Vivre l'austérité, épisode 1: l'industrie solaire en France.

Vivre l'austérité, épisode 1: l'industrie solaire en France. | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publication: 16/07/2012

 

Alors qu'en France les députés commencent ce lundi l'examen de la loi de finance rectificative et alors que l'on ne sait toujours pas si il faut parler d'austérité, de rigueur ou d'"effort juste", ce reportage est le premier épisode d'une série des éditions internationales du Huffington Post sur les gens qui vivent au quotidien les mesures d'économie en temps de crise.

 

Une bise légère souffle sur Cravent. C’est dans ce petit village des Yvelines qu’Agnès Carlier, maraîchère bio, a installé sa ferme. Une ferme à la pointe du développement durable, avec des panneaux solaires presque tout neufs. Ce jour-là, 3 juillet, Kilian Heim, ancien gérant d’une entreprise de commercialisation et d’installation de centrales photovoltaïques, se présente à la ferme. Il embrasse sur les deux joues Agnès. Ces deux-là se connaissent bien maintenant. Et pour cause : Kilian a passé plusieurs jours chez Agnès à installer ses panneaux solaires, même après la faillite de son entreprise.

 

Amicale, elle lui demande aussitôt de ses nouvelles : "Comment ça va ? As-tu retrouvé du boulot ?". Kilian répond par une grimace, avant de rebondir par une pirouette: il s'enquiert de l'état de l'installation d'Agnès. De fait, Kilian n'a jamais pu voir le résultat de son travail: il a dû terminer en pleine nuit, profitant des dernières heures pendant lesquelles il disposait encore de son matériel avant que tout ne lui soit enlevé.

 

Si les dégâts de l'austérité en France restent limités, un domaine a par contre particulièrement souffert: celui des énergies renouvelables. Et particulièrement du solaire photovoltaïque. En France, en l’espace de deux ou trois ans, près de la moitié des emplois du secteur, soit 12.000, auraient été détruits. Et selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER), près d’un tiers de ces emplois ont disparu en 2011. Avec, parmi eux, quelques courageux pionniers qui étaient partis à la conquête de ce nouveau marché, en partant de zéro.

 

Kilian Heim est l’un de ces entrepreneurs, et l’une de ces victimes. Il s’est lancé dans le solaire en août 2006, avec l’un de ses amis, et a crée sa société, Kinergy. Son rôle: commercialiser et installer des centrales photovoltaïques, chez les particuliers comme chez les professionnels.

 

En 2010, Kinergy emploie une trentaine de salariés et réalise 5,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle déploie plusieurs centaines de projets en Ile-de-France, en Bretagne, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en région Rhône-Alpes. Tout allait donc parfaitement bien, et tout aurait continué ainsi, pense Kilian, s'il n’y avait eu à partir du mois d’août 2010 une série de mesures d’austérité “brutales”, estime-t-il, qui ont finalement tué sa société, et celles de centaines d’autres entrepreneurs.

 

La casse du photovoltaïque


Que s’est-il passé? En 2010, le solaire est financé en partie par les consommateurs, par le biais d’une contribution spéciale sur la facture d’électricité, et par les pouvoirs publics, via un crédit d’impôt, soit un allègement des impôts pour les contribuables qui souhaitent investir dans le solaire. L’opérateur historique EDF, ancienne entreprise publique et toujours détenue à 84% par l’État, est, du fait de son ancienneté, très dominant sur le marché. Pour développer la filière solaire, il rachète l’énergie photovoltaïque à des coûts avantageux. C’est une sorte de subvention déguisée.

Mais la filière se développe trop rapidement et coûte de plus en plus cher. Dans le contexte de crise, l’État choisit donc de réduire drastiquement les aides. En quelques mois, trois principales mesures vont être prises et vont liquider une bonne partie des entrepreneurs du solaire.

 

Première mesure d’austérité: EDF, en accord avec l’État, décide d’abaisser ses tarifs de rachat de 20%. Dans le même temps, le crédit d’impôts accordé aux contribuables investissant dans le solaire va être divisé par deux. Si les deux premières mesures ne cassent pas complètement l’entreprise, la troisième va le faire.

En décembre 2010, le gouvernement choisit d’instaurer un moratoire de trois mois sur la filière. Toutes les demandes de contrat d’achat auprès d’EDF, qui rachète l’énergie au tarif fixé par le gouvernement, sont gelées. “C’est comme si on interdisait à un concessionnaire de vendre des voitures”, compare Kilian.

 

Impossible de conclure aucun contrat pendant cette période, et difficile de convaincre les clients de s’engager pour la suite, sans savoir quelles décisions seront prises à l’issue de ce moratoire.

Kilian voit alors les ventes de sa société s’effondrer, sur un marché qui était pourtant en plein essor et qualifié par tous de secteur d’avenir. Après une longue bataille, il doit licencier la trentaine de salariés que comptait son entreprise, Kinergy. Au moment de la liquidation judiciaire, il dira au juge, la mort dans l’âme: “C’est un marché qui est plein d’avenir, mais qui n’a pas de présent”.

 

“J’ai dû emprunter à mes amis, à ma famille”

 

Dans le sillage de la mort de son entreprise, quelques rêves en ruine, et surtout des dettes. Pendant 8 mois, Kilian et son associé se privent de salaire, pour tenter de sauver leur affaire. Après la liquidation, et jusqu’à aujourd’hui, Kilian ne touche aucune indemnité de chômage, en vertu de son statut d’entrepreneur. “Mon compte est systématiquement débiteur. Je suis fiché à la Banque de France, et je n’ai pas le droit d’emprunter de l’argent pendant au moins trois ans”, raconte-t-il. Au supermarché, il se souvient avoir dû remettre les produits achetés dans les rayons, après le refus de sa carte bancaire.

 

Il doit compter sur sa femme, sa famille et ses amis pour vivre, et rembourser ses dettes. Et pour le quotidien, Kilian utilise le système D, fait de bons plans sur Internet: déstockeurs, dégriffeurs, et bons de réduction “qui permettent de s’acheter le t-shirt dont on a envie, mais au prix du t-shirt de base”.

 

Au final, vivre dans l’austérité - une austérité encore balbutiante en France mais dont il aura été l’une des premières victimes - c’est pour lui surtout vivre dans le stress. “Il y a eu des moments où j’ai regardé mon fils en me demandant quel avenir j’allais pouvoir lui offrir. Des moments où, ne sachant comment payer mon loyer, je me suis imaginé le pire, huissier et mise à la porte compris”, raconte-t-il.

 

“J’ai maintenant trois filles qui sont devenues boursières”

En France, d’autres entrepreneurs ont dû affronter des difficultés, même sans avoir à liquider leur entreprise. C’est le cas de Marco Caputo, gérant de l’entreprise Sunvie, qui propose des installations solaires “clé en main”. Au printemps 2011, Marco a dû licencier 8 personnes. Pour sauver son entreprise, il a d’abord divisé sa rémunération par deux, puis supprimé tout salaire entre juillet 2011 et avril 2012. Aujourd’hui, son salaire est très nettement inférieur par rapport à celui qu’il touchait avant.

 

Dans le même temps, son niveau de vie a été “radicalement réduit”. Son épargne personnelle a fondu. Lui qui partait régulièrement en vacances avec des amis en Corse, n’est pas parti depuis deux ans. “J’ai maintenant 3 filles qui sont devenues boursières”, explique Marco Caputo, pour lequel il s’agit là d’un symbole de sa rétrogradation à un échelon social inférieur. “Je préfère me serrer la ceinture” plutôt que de "toucher à mon épargne"

 

Mais il n’y a pas que les entrepreneurs qui ont souffert. Les employés aussi sont touchés de plein fouet par la liquidation des entreprises. A l’époque, Jorge Rendon travaillait pour Kinergy en tant que responsable logistique. “Je me suis lancé dans une recherche active d’emploi dès décembre 2010, quand j’ai commencé à mesurer l’effet des mesures d’austérité”, raconte-t-il.

Âgé de 47 ans, un âge difficile pour la recherche d’emploi, il n’a depuis lors pas retrouvé de travail. Il touche, grâce aux indemnités chômage, 70% de son précédent salaire. Un manque à gagner qui lui demande des efforts quotidiens. Comme ses anciens responsables, il a dû “rogner sur les extras”. “Les sorties, les vacances, l’habillement: tout a été réduit”, explique-t-il. Lui qui est un fan de golf a dû faire l’impasse sur son abonnement. Mais, précise-t-il, il n’a pas touché à son épargne, pour être capable de faire face “en cas de coup dur”. “Je préfère me serrer la ceinture”, lâche-t-il. Pour les études de ses enfants, il a obtenu des bourses.

 

“Le stress permanent”


Les clients - collectivités et particuliers - ont aussi vu passer le vent de l’austérité. Certains ont dû abandonner tout ou partie de leur projet. Comme à Brecey, dans la Manche, où le maire Divers droite de la ville, Bernard Trehet, avait décidé d’installer plusieurs centrales photovoltaïques pour sa communauté de commune. Un projet sur lequel il avait pourtant travaillé depuis plus de trois ans, et qui finira dans l’escarcelle d’un investisseur privé.

Agnès Carlier a eu quant à elle très peur de ne jamais revoir l'acompte de 7000 euros versé à la société Kinergy pour des panneaux photovoltaïques. Une somme très importante pour elle qui ne touche que 1300 euros par mois.

 

Pour cette agricultrice bio, qui vend ses légumes directement au consommateur par le système des “Amap”, se chauffe au bois et a grandi en lisant René Dumont, investir dans les énergies renouvelables était une suite logique de ses convictions. La ferme avait un grand toit exposé plein sud, et c’est donc assez naturellement qu’elle a fini par pencher en faveur du solaire photovoltaïque.

 

Son beau projet est devenu un cauchemar lorsqu’au bout du fil, la société, prise dans des difficultés, n’a plus répondu. Jusqu’au jour où Kilian Heim a finalement pris la décision de terminer le travail d’installation de la centrale malgré tout, avec un de ses associés. “On s’est plié en quatre”, raconte Kilian. Au final, Agnès n’a perdu “que” sa garantie d’installation, puisque la société liquidée n’assurera plus le service après-vente.

 

Malgré les difficultés, Agnès a gagné en Kilian un ami: un jeune chef d'entreprise, qui pendant des semaines a monté les panneaux, alors, que, dit-elle, “il aurait pu s’en laver les mains”.

 

Austérité ou pas austérité ?


S’il y a bien eu en France des mesures ciblées, il est difficile de parler d’une politique d’austérité généralisée. “La France n’a pas été autant touchée par les mesures d’austérité que l’Espagne, la Grèce ou d’autres pays”, analyse ainsi Nicolas Bouzou, économiste et directeur du cabinet d’analyse économique et de conseil Asterès. “Quand on regarde ce qu’a fait Nicolas Sarkozy on ne peut pas parler d’austérité : il n’y a pas eu notamment de baisse des salaires des fonctionnaires, et les augmentations d’impôts ont concerné relativement peu de monde”, poursuit l’analyste, qui reconnaît que ce constat n’a “rien à voir avec le solaire” qui lui a été “particulièrement touché”.

 

Pour Jean-Michel Charpin, Inspecteur général des finances et auteur de deux rapports sur le photovoltaïque en France, qui ont servi en partie à élaborer la politique du gouvernement, “l’affaire du photovoltaïque est très peu une affaire budgétaire”, l’essentiel du coût étant supporté par les consommateurs. La loi énonce en effet que le coût de la contribution au service public de l'électricité, et donc du photovoltaïque, doit être intégralement compensé par les consommateurs. Si l’on parle d’austérité, c’est donc en un sens bien précis : celui d’une entreprise, EDF, détenue à majorité par l’État, et qui réduit les aides apportées à un secteur plutôt que d’augmenter la facture d’électricité des consommateurs.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Vietnam : construction d'une usine d'éthanol

Vietnam : construction d'une usine d'éthanol | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

2 décembre 2007

 

Une nouvelle page est ouverte pour le secteur des carburants verts. Un projet de construction d'une usine d'éthanol devrait être mis en œuvre en 2008 dans la zone industrielle de Hiêp Phuoc, à Hô Chi Minh-Ville. Trois autres suivront...

 

L’objectif est de réduire la dépendance nationale vis à vis des importations de carburant.

 

Substituer l’éthanol aux carburants importés

 

Afin de répondre aux besoins du développement socio-économique national, le Vietnam doit importer chaque année environ 13 millions de tonnes de carburants, dont 3 millions de tonnes d’essence. Selon les scientifiques, avec la réserve de pétrole et le rythme d’exploitation à l’heure actuelle, le monde devrait faire face, dans 50 ans, au risque d’épuisement de cette ressource naturelle.

 

Dans ce contexte, la production d’éthanol pourrait progressivement remplacer partiellement les carburants traditionnels comme pétrole. L’éthanol, une énergie verte, contribuera aussi à réduire considérablement les effets néfastes de la production industrielle et des transports sur l’environnement. Selon les experts, en utilisant le biocarburant, la teneur en gaz carbonique (CO2) diminue de 50% par rapport à celle de l’essence ordinaire.

 

Pour l’heure, le groupe Pétrole et Gaz du Vietnam (PetroVietnam) est incapable de répondre aux besoins nationaux en carburants, notamment du fait du fort rythme de croissance économique du pays qui s’élève être de plus de 8% par an. PetroVietnam table, d’une part, sur la prospection pétrolière à l’étranger pour accroitre ses réserves de pétrole et de gaz, et d’autre part, sur la production de biocarburants.

 

Le gouvernement encourage toujours l’investissement dans le secteur de l’énergie renouvelable. Le ministère de l’Industrie et du Commerce se charge ainsi d’élaborer des règlements et des politiques favorables aux investisseurs.

 

Bientôt 3 usines d’éthanol

 

Ces 10 dernières années, la compagnie Petrosetco a coopéré avec le groupe japonais Itochu dans la fourniture d’une grande quantité de manioc aux marchés chinois et sud-coréen pour la fabrication d’éthanol. Ces exportations ont rapporté à Petrosetco des bénéfices considérables.

 

Pourtant, "on ne peut pas se contenter d’exporter ces matières premières pour la production de biocarburant, en contrepartie des produits dérivés de cette ressource", a souligné Hô Sy Long, directeur général adjoint de Petrosetco. Avec une production annuelle de 1,2 millions de tonnes de manioc, le pays est capable de fabriquer environ 400 millions de litres d’éthanol par an et de répondre ainsi aux besoins nationaux. PetroVietnam a donc confié à Petrosetco la charge d’établir un partenariat avec le groupe nippon Itochu pour construire une usine de production d’éthanol, d’une capacité annuelle de 100 millions de litres avec du manioc comme matière première. Cette usine devrait être mise en service au 3e trimestre 2009 et produira dans un premier temps de l’éthanol pour les provinces du Sud.

 

Dans l’avenir, Petrosetco a l’intention d’investir dans 3 autres usines de ce type avec comme matières premières manioc, canne à sucre, maïs et riz. Ce dernier devrait devenir la matière première principale dans la production d’éthanol.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Que faire des déchets nucléaires ?

Que faire des déchets nucléaires ? | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it
La question des déchets nucléaires commence à se poser de manière cruciale, d'autant que la masse de ces déchets aura doublé en France d’ici 2030 ! A moins d’envoyer ces résidus via l’espace sur une autre planète, on est bien obligé d’installer ces poubelles sur notre territoire puisque l’état français a choisi de poursuivre son programme de centrales nucléaires...

 

Qui veut voir s'établir dans sa région un centre de stockage ? Qui accepte sereinement l’idée de vivre près de déchets hautement radioactifs ?

 

Il est bien évident qu’il faut trouver des solutions pour résoudre le problème !

 

Des projets sont en cours : un centre est en construction dans la Meuse à Bure où seront enfouis à 490 mètres de profondeur des déchets dits « ultimes », un concentré de la fusion nucléaire, dont la durée de vie est éternelle : ce centre de dépôts exige des travaux de longue haleine, très coûteux : environ 17milliards d’euros et il ne sera opérationnel qu’en 2025 si tout va bien… s’il obtient l’autorisation de mise en exploitation.

 

Il s’agit, en fait, d’un laboratoire où seront creusées en couches géologiques profondes des galeries de stockage. Le projet est ambitieux mais reste aléatoire.

 

D’autres décheteries nucléaires sont également en cours de construction : en Rhône Alpes, sur le site de la centrale nucléaire de Bugey, près de Lyon, EDF construit un autre centre destiné à entreposer des déchets moyennement radioactifs d’une durée de vie de plus de 30 ans : c’est le projet ICEDA .


Ce nouveau dépotoir devrait recueillir les résidus de 9 centrales nucléaires EDF en déconstruction, ainsi que des déchets métalliques radioactifs…

 

Mais pour l’instant, le projet est suspendu car le tribunal administratif a annulé le permis de construire de EDF, à la suite de la plainte d’un horticulteur voisin de la centrale, le projet n’étant pas en adéquation avec le plan local d’urbanisme de la commune concernée : Saint Vulbas.

 

Le PLU (plan local d'urbanisme) pourrait être, cependant modifié afin qu’EDF poursuive les travaux. Les habitants de la région ont, bien sûr, lancé une pétition pour refuser la poursuite de la construction. Il ne faut pas oublier que 6 millions de personnes vivent dans cette région, que ces déchets devront traverser parfois toute la France puisqu’ils viennent de centrales parfois très éloignées : le sujet, on le voit, prête à controverse.

 

En fait, on se rend bien compte qu’on ne sait pas trop quoi faire de ces déchets et que personne ne souhaite cohabiter avec ces gigantesques poubelles contenant des résidus hautement toxiques…

 

Dans les années 60,14000 tonnes de déchets radioactifs ont été jetés dans l’Atlantique… En 1967, l'Allemagne, la Belgique, la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont ainsi immergé environ 11 000 tonnes de déchets enfermés dans des containers dans un site à 400 km au large de la Galice (Espagne) par plus de 4 600 mètres de fond. Cette façon de procéder a été abandonnée en 1983.

 

Faut-il donc considérer que cette pratique était dangereuse puisqu'on y a renoncé ?

 

On se trouve bien devant un problème insoluble : que faire de ces déchets radioactifs dont personne ne veut ? Les pétitions vont se multiplier inévitablement pour refuser l'installation de de ces dépotoirs infâmes.

 

Ne serait-il pas temps de réfléchir à un abandon progressif du nucléaire ? N'est-il pas nécessaire de se tourner vers des solutions de remplacement, des solutions qui passent par des économies et aussi par des énergies renouvelables non polluantes ?

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Nouvelle usine de biocarburant Cargill en Pays de Loire

Nouvelle usine de biocarburant Cargill en Pays de Loire | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publié le 19/09/2008

 

Avec son partenaire Sofiproteol, l'américain Cargill a inauguré le 18 septembre 2008 sa nouvelle usine de trituration de colza à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). Cette troisième usine de Cargill dans le Grand Ouest pourra traiter jusqu’à 600 000 tonnes de graines de colza par an.


« Ce projet renforcera la position de Cargill sur le marché de l’alimentation humaine et animale, ainsi que sur celui des biocarburants en France, explique Hervé de Praingy, Directeur des opérations de trituration et de transformation des oléagineux de Cargill en France. L’usine de Montoir pourra traiter jusqu’à 600 000 tonnes de colza chaque année, augmentant en France notre production par trituration des oléagineux de 50%. L’usine de Montoir produira, chaque année, 250 000 tonnes d’huile de colza et 350 000 tonnes de tourteaux de colza ».

 

L’huile de colza servira à approvisionner les industries françaises

de l’agroalimentaire et des biocarburants. Environ 75 % de cette huile sera directement acheminée par oléoduc jusqu’à l’usine de Diester Atlantique, située également à Montoir. Le reste, soit un volume de 187 500 tonnes, sera livré par bateau aux entreprises européennes de l’agroalimentaire.

 

Les tourteaux de colza (graines écrasées), seront vendus aux industries régionales de nutrition animale. Les éleveurs et les producteurs de lait auront dorénavant la possibilité de se procurer une nouvelle source de protéine végétale pour leur bétail. Avec une production accrue de 350 000 tonnes de tourteaux de colza – volumes qui viennent s’ajouter aux 700 000 tonnes déjà produites en 2007 – Cargill renforce sa position de leader sur le marché français de l’alimentation animale.

 

A Montoir, Cargill jouira des excellentes infrastructures locales. Une grande partie de la production sera ainsi acheminée par fret ferroviaire, par bateau et par oléoduc, contribuant ainsi à réduire l’empreinte environnementale du site. "Cette nouvelle usine aura des retombées économiques positives sur l’ensemble de la région."

 

Outre la création de 33 emplois permanents à Montoir, c’est près de 4 000 emplois dans les industries agricoles et agroalimentaires de la région qui seront soutenus par la nouvelle usine de Cargill à Montoir.


L’usine offrira un nouveau débouché important aux producteurs locaux de colza. 80% de ces graines seront fournies par les 10 000 exploitations agricoles de Bretagne, des Pays de Loire, du Centre et du Poitou-Charentes.


Avec trois usines dans la région, à Brest pour le soja et le colza, à Saint-Nazaire pour le tournesol et, dorénavant, à Montoir pour le colza, la contribution financière de Cargill au Grand Ouest s’élève à plus de 20 millions d’euros chaque année.


Mais Cargill reste critiqué par le collectif d'associations et partis écologistes "Manger ou rouler", qui a appelé à manifester jeudi devant la nouvelle usine pour "dénoncer ce danger qui va avoir des conséquences désastreuses pour la planète"...

 

Il faut savoir que les biocarburants dîtes de "première génération" sont de plus contesté au sein de l'Union européenne.

more...
No comment yet.
Scooped by Africa & Emerging Markets1
Scoop.it!

Fiscalite des biocarburants : Colère des producteurs

Fiscalite des biocarburants : Colère des producteurs | Renewables & Nuclear Fuel | Scoop.it

Publié le 01/10/2008

 

Le projet de loi de finances 2009 présenté en conseil des ministres vendredi prévoit la disparition progressive des aides au bioéthanol d'ici 2012. Les professionnels du bioéthanol ont vivement réagit à cette annonce. "Cette décision va conduire dès 2009 à taxer davantage le bioéthanol, énergie renouvelable, que l'essence fossile. Le bioéthanol serait ainsi taxé 50% de plus que l'essence en 2012" affirme la confédération générale des planteurs de betteraves (CGB).

 

Une perspective qui ouvrirait "la porte à des importations massives en provenance du Brésil, pays où l'éthanol est moins taxé que l'essence" renchérit le syndicat de Producteurs d'Alcool Agricole (SNPAA).

 

Pour la filière betteravière, il s'agit d'une "situation de grande incohérence" : "revenir ainsi sur la fiscalité des biocarburants, c'est remettre en cause l'existence même d'outils industriels lancés au vu d'objectifs fixés par l'Etat." "L'industrie a respecté ses engagements" souligne pour sa part le SNPAA. "De son côté, Bercy s'apprête à démanteler le dispositif d'agréments mis en place par l'Etat pour garantir la pérennité de ces usine". Le syndicat rappelle les investissements réalisés dans les unités nouvelles, soit plus d'un milliard d'euros, et agite le spectre de "la faillite de la filière bioéthanol française et de la destruction de milliers d'emploi."

 

Eric Lainé, président de la CGB, rappelle enfin que l'Ademe a reconnu "le bilan énergétique et environnemental positif du bioéthanol produit en France" et appelle Bercy à "rectifier le tir en modifiant cet article de loi."

 

 

Les biocarburants vont perdre leurs avantages fiscaux

Publié le 29/09/2008

 

Les biocarburants verront progressivement leurs avantages fiscaux supprimés d'ici à 2012. Présenté par le gouvernement vendredi, le projet de loi de finances 2009 table sur des économies de 401 millions dès l'an prochain, obtenues par la refiscalisation des biocarburants à hauteur de 2 centimes d'euros par litre.

 

Les esters métyliques d'huile végétale ou animale incorporés bénéficient actuellement d'une réduction de la TIPP (Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers) de 0,22 euro par litre. Cette réduction sera de 0,135 euro en 2009, pour passer à 0,10 euro en 2010, 0,06 en 2011, et sera supprimée en 2012. Concernant les alcools éthyliques incorporés aux supers, aux mêmes dates, la réduction de TIPP passera de 0,27 euro actuellement à 0,17 en 2009, puis 0,15, 0,11 et sera nulle en 2012.

 

Le gouvernement justifie ces dispositions par le "prix du pétrole, certes volatil, mais dont les déterminants structurels conduisent à prévoir un niveau durablement élevé". Selon un communiqué, "les prix de revient des biocarburants ne sont plus en décalage structurel par rapport aux carburants ordinaires, et ce malgré la hausse du prix des matières premières agricoles".

 

Le communiqué ajoute que "les tensions sur les matières premières agricoles ont atteint des niveaux qui ne justifient plus de maintenir la défiscalisation au motif d'un soutien aux débouchés pour les productions agricoles".

 

Par ailleurs, le projet de loi de finances prévoit que "la taxe kilométrique sur les poids lourds, autorisée à titre expérimental en Alsace, sera généralisée à tout le territoire national. Elle sera perçue à partir de 2011 au profit des collectivités territoriales et de l’agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF)." "La répercussion du coût de cette taxe sur la rémunération de l’opération de transport sera rendue obligatoire. Par ailleurs, dès 2009, la taxe à l’essieu sera ramenée aux seuils correspondant aux minima communautaires."

 

Enfin, le projet de budget comprend la création d’un prêt à taux zéro destiné à financer des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements anciens à usage de résidence principale et l’amélioration des dispositifs d’accession à la propriété (crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt et prêt à taux zéro « accession ») lorsque les logements concernés respectent la norme « bâtiment basse consommation ».

more...
No comment yet.