ReCap21
Follow
Find
2.1K views | +5 today
ReCap21
Construisons Nous-mêmes Demain !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Après Charlie : la démocratie de notre pays a des faiblesses. Recréons un modèle français

Après Charlie : la démocratie de notre pays a des faiblesses. Recréons un modèle français | ReCap21 | Scoop.it

Les Français ont rendu hommage aux victimes des attentats, place de la République, le 11 janvier 2015

 

LE PLUS. Et maintenant, que faire ? Si les attentats terroristes qui ont marqué la France début janvier ont abouti à un sursaut d'une partie de la population, qui a défilé en masse, il faut aller plus loin, explique l'eurodéputée Corinne Lepage, auteur de "Les mains propres" (Éd. Autrement). Notre société est rongée par d'importantes difficultés que nous ne pouvons plus ignorées.

 

Édité par Sébastien Billard 

Après les drames de Charlie et de l’Hyper Cacher, nous avons la possibilité de recréer la marque France.

 

La question est bien sûr celle de nous attaquer aux problèmes de fond, en arrêtant de nous mettre un bandeau sur les yeux, qu’il s’agisse de nos banlieues et de la relégation sociale, du drame du chômage, de la réponse adaptée à la guerre qui nous est lancée par les facho-islamistes ou de notre stratégie (ou plutôt absence de stratégie) en matière énergétique et industrielle.

 

Mais tous ces cancers qui rongent notre société ne peuvent être combattus et a fortiori anéantis que si la société dans son ensemble se mobilise.

 

Un fonctionnement démocratique à faire évoluer

 

Les immenses manifestations de la semaine du 11 janvier, dont il convient de rappeler encore et encore qu’elles étaient spontanées et que le corps politique a suivi la réaction de nos concitoyens et non l’inverse, prouvent la capacité de la société civile à défendre ce qu’elle estime essentielle, c’est-à-dire ce qui la réunit, au-delà des origines et des options politiques.

 

Pour autant, comme l’a rappelé le président de la République lui-même, aucun des problèmes qui existaient avant le 11 janvier n’est aujourd’hui résolu. Et c’est aux racines mêmes de notre fonctionnement démocratique et aux dérives du fonctionnement des partis politiques qu’il convient de s’attaquer, si nous voulons être collectivement à la hauteur et de la mobilisation du corps social et des défis qui nous sont lancés.

 

L’unité nationale a, momentanément, répondu à l’aspiration très profonde de nos concitoyens de faire front commun. Mais nous savons tous que "l’esprit du 11 janvier" ne survivra ni aux mauvaises habitudes des partis politiques ni aux petits jeux politiciens.

 

C’est en réalité la gouvernance elle-même qui est en cause, non pas la gestion de la semaine du 11 janvier qui a été remarquable et que tous nos concitoyens mettent justement à l’actif du couple exécutif sans oublier le ministre de l’Intérieur, mais celle de la gouvernance dans la césure qui demeure entre société civile et classe politique, les pratiques financières du monde politique et dans le mode de prise de décision.

 

Ne pas instrumentaliser la mobilisation du 11 janvier

 

Tant que ces sujets-là n’auront pas été mis clairement sur la table, nous n’en sortirons pas. Or les jours qui viennent vont démontrer que nous en sommes bien loin.

 

Entre le procès Bettencourt qui a débuté le 26 janvier, la loi Macron qui vise à réduire la participation des citoyens à l’élaboration des grands projets et dans le même temps le pouvoir des juges, la multiplication des projets élaborés en souterrain et qui se heurtent bien sûr à une opposition farouche des populations, le projet de loi santé qui traite comme quantité négligeable des questions de prévention et veut ignorer la situation de l’immense majorité des médecins, les thèmes ne vont pas manquer pour démontrer que rien n’a changé dans la manière de décider et dans celle de considérer les citoyens.

 

À ceci s’ajoute une instrumentalisation autour des assassinats du 11 janvier, les uns pour pousser vers un communautarisme de bon aloi, qui au nom du multiculturalisme veut nuancer la laïcité et la liberté d’expression lorsqu’elle pourrait avoir une connotation dite blasphématoire, les autres pour prôner au prétexte de la sécurité, des atteintes fondamentales aux valeurs de la République.

 

Ce que les millions de Français qui ont manifesté souvent en famille ont exprimé n’est ni l’un ni l’autre.

 

S'appuyer sur les piliers de la marque France

 

D’une certaine manière, notre réaction collective a été exemplaire et vue comme telle par de très nombreux citoyens des autres pays du monde. La fermeté sur les principes de laïcité et de liberté d’expression mais aussi une véritable fraternité se sont exprimées et doivent être les piliers de la marque France.

 

C’est sur ces piliers que nous devons construire une gouvernance adaptée au XXIe siècle et non continuer d’accepter un système parfois corrompu mais toujours jacobin, ignorant la transversalité, la force et l’innovation la société civile et combattant souvent la créativité sociétale.

 

Sans doute, pourrait-on objecter que le risque terroriste indéniable impliquent un renforcement des mesures de sécurité et donc de contraintes sur les citoyens.

 

Ce n’est en rien contradictoire car des mesures exceptionnelles sont acceptables en démocratie a fortiori alors que le premier devoir d’une démocratie est de se défendre ses valeurs ce qui implique aussi de les défendre face à ceux qui les attaquent. La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme est à cet égard parfaitement claire.

 

En quête d'un nouvel équilibre

 

En revanche, une telle évolution doit s’accompagner d’un comportement éthique incontestable et d’une réelle association des citoyens à toutes les décisions qui n’entrent pas directement dans le champ de la sécurité.

 

Ce n’est qu’avec ce nouvel équilibre qui correspond précisément aux transformations du XXIe siècle que nous pourrons affirmer et transmettre "la marque France" : un modèle efficace et éthique, c’est-à-dire permettre le respect et la coexistence pacifique des cultures et des religions au service d’une nation qui a confiance en elle-même, en ses citoyens et en son avenir.

 

Par Corinne Lepage
Ex-ministre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Election grecque

Election grecque | ReCap21 | Scoop.it

Communiqué de Presse Corinne Lepage élection grecque


Berceau de la démocratie, la Grèce ouvre une nouvelle voie en Europe en faisant accéder démocratiquement un jeune leader charismatique à la tête du pays. Ce pays membre de l'Union Européenne depuis 1981 est confronté à une oligarchie qui l'a emmené droit dans le mur. Les solutions imposées par l'Union Européenne et la troïka n'ont fait qu'empirer les choses. Les mesures d'austérité imposées par l'Union Européenne ont permis hors frais financiers un retour à l'équilibre du budget grec, mais un prix absolument insupportable pour les grecs.

Néanmoins, Alexis Tsipras a déjà dit qu'il ferait preuve de pragmatisme. Une sortie de la zone euro ou un défaut de paiement sont exclus. Ainsi, ceux qui, en France, ont vu un salut antieuropéen se sont fortement trompés. L'axe Mélenchon-Duflot dans son discours est très loin du pragmatisme nécessaire et la tentative de triangulation de Marine le Pen relève de la supercherie.

Il faut tirer les leçons du scrutin grec, d'abord sur le plan démocratique et les dérives oligarchiques de nos diverses instances nationales et supranationales et surtout associer la société civile dans le combat commun qu'est la sortie de crise.


François Damerval

Chef de cabinet de Corinne Lepage

f.damerval@cap21.net

0663885844

more...
No comment yet.
Rescooped by Jacques Le Bris from Home
Scoop.it!

Corinne Lepage chargée d'une mission sur «l'économie verte»

Corinne Lepage chargée d'une mission sur «l'économie verte» | ReCap21 | Scoop.it

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a chargé l'avocate Corinne Lepage, ex-ministre de l'Environnement de Jacques Chirac, d'une mission sur la «transition économique» afin de soutenir les acteurs de «l'économie verte».

Le groupe de travail, constitué autour de l'ancienne ministre, s'est réuni pour la première fois au ministère mardi, indique un communiqué.

«Le succès de la loi sur la transition énergétique dépend pour une large part de la mobilisation des acteurs de l'économie verte (...) Une nouvelle économie se développe, notamment dans des start-up, des coopératives et de jeunes entreprises de pointe», expliquait Mme Royal dans se lettre de mission à Mme Lepage, datée de novembre 2014 et rendue publique mardi.

«Ce +nouveau monde+ irrigue la société française mais reste très éparpillé, peu structuré et finalement assez à l'écart des débats et bégociations menées à l'échelle nationale, a fortioti internationale. Ces entreprises pourraient beaucoup gagner à céer entre elles des synergies», poursuivait-elle.

Un groupe de travail a ainsi été formé en décembre, et un rapport est attendu au cours de ce premier trimestre 2015, devant formuler des propositions.

Pour Mme Royal, il s'agira de «répertorier les entreprises innovantes afin de permettre la création d'un réseau», «déterminer les blocages auxquels ces secteurs sont confrontés», et enfin «déterminer l'utilité et les conditions d'une mise en synergie globale» de ces acteurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

6000 personnes à Caen

Trois jours après l'attentat de Charlie Hebdo, nouveau recueillement d'envergure au Mémorial de Caen, où une musicienne est venue spécialement de Vienne jouer de la harpe.

Le public de l'espace Tandem, à Caen, l'avait découverte il y a deux ans lors de la 3e édition du festival Harpes d'exil. Cette fois, Sigrid, dite Siggy, Massenbauer s'est présentée sans son ami Salomon. Mais elle a tenu à "venir spécialement de Vienne pour interpréter un morceau à la harpe", détaille Béatrice Hovnanian, l'une des trois personnes qui avaient appelé à se réunir pour un nouveau moment de recueillement à la suite de cette folle semaine.

Sur les hauteurs de l'esplanade du mémorial, Siggy a donc posé sa harpe et distillé dans l'atmosphère quelques notes poignantes devant une foule extrêmement recueillie, ce samedi 10 janvier 2015, à Caen.

"Charlie, Charlie, Charliberté !"


Ensuite, les quelque 6 000 personnes présentes ont chanté leur foi en la liberté d'expression, en scandant "Charlie, Charlie, Charliberté" ou encore "Nous sommes tous Charlie". Dans ce contexte ahurissant d'horreur, une telle mobilisation fait extrêmement chaud au cœur. Plusieurs personnes ont fait le chemin à pied jusqu'au Mémorial, presque comme un chemin de croix. Sous un crachin de circonstance, des enfants, aux premiers rangs, portaient un petit panneau "Je suis Charlie".

Un peu plus loin, des adolescents remettaient dans une boîte tenue par des bénévoles des dessins inspirés de tous ces tragiques événements. Des hommes et femmes déposaient une fleur, un bouquet, au pied du "Révolver noué" de Carl Frederik Reuterswärd. D'autres déposaient une lettre...

La liberté est un mot, une valeur d'une dimension un peu plus sacrée encore ces derniers jours. Inscrite au plus haut lieu de notre Constitution, elle se couple en ces moments-là avec une autre notion indissociable : la fraternité.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L’attentat terroriste contre Charlie Hebdo suscite l’indignation, les larmes et la colère. - ReCap21

L’attentat terroriste contre Charlie Hebdo suscite l’indignation, les larmes et la colère. - ReCap21 | ReCap21 | Scoop.it


L’attentat terroriste contre Charlie Hebdo suscite l’indignation, les larmes et la colère.


L’attentat terroriste contre Charlie Hebdo suscite l’indignation, les larmes et la colère. Il nous appelle d’abord à manifester notre émotion aux familles et au journal, et à réaffirmer notre solidarité pleine et entière à la liberté de la presse, au droit à la caricature et à l’humour qui fondent la liberté d’expression.

Les assassins qui ont exécuté l’équipe de Charlie Hebdo veulent semer la terreur, remettre en cause nos libertés et diviser la nation française. La seule réponse qui vaille est celle de notre unité, de la réaffirmation de nos droits, du principe de la laïcité et de toutes les libertés mais aussi celle de notre force et de notre volonté de lutter sans aucune faiblesse, ni aucune naïveté contre les intégristes et terroristes qui veulent détruire la République.
Nous sommes également de ceux là, et affirmons que face à l'abjection de tous les terrorismes, la France est en capacité d'apporter une réponse forte, dans sa tradition laïque et républicaine
.

Corinne Lepage
Présidente de CAP21 Le Rassemblement Citoye
n

Elisabeth Belaubre référente Midi-pyrénées

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

2015, année de l'écologie ou plutôt année de la transition

2015, année de l'écologie ou plutôt année de la transition | ReCap21 | Scoop.it

ENVIRONNEMENT - En décidant de faire de l'écologie une priorité pour l'année 2015, le Président de la République a surtout à l'esprit le succès de la conférence de Paris de décembre 2015, succès que nous espérons tous. Pour les défenseurs de l'écologie, cette affirmation fait chaud au cœur et donne de l'espoir dans un quinquennat marqué jusque-là par une priorité donnée au nucléaire sur le renouvelable, l'abandon d'objectifs essentiels en matière de santé environnementale et la remise aux oubliettes de la fiscalité écologique. Elle pourrait même laisser quelque peu dubitatif lorsque, dans le même temps, le projet de loi Macron, cité par le Président de la République dans son allocution comporte deux articles (28 et 29) qui sont potentiellement mortifères pour le droit de l'environnement.

Pour autant, faire de l'écologie la priorité alors que l'immense majorité de nos concitoyens attend des emplois, une amélioration de son pouvoir d'achat et un espoir de relance économique, risque de n'être pas compris et d'être réduit dans le meilleur des cas à la recherche d'un succès diplomatique, et dans le plus mauvais à une démarche politicienne destinée à reconquérir les députés et responsables de EELV. C'est la raison pour laquelle il serait préférable de faire de 2015 l'année des transitions :

 

• Transition économique et industrielle pour mettre en œuvre à l'échelle de la France la troisième révolution industrielle que la région Nord-Pas-de-Calais a initié à l'échelle de son territoire. Cela signifie de réorienter nos investissements en particulier dans la recherche-développement vers les secteurs du « Nouveau Monde », ceux qui marient Internet et les nouvelles énergies, et qui sont à l'évidence les grands marchés porteurs d'aujourd'hui et encore plus de demain. Et cela signifie bien évidemment d'arrêter de croire dans le tout nucléaire et de mettre enfin les moyens nécessaires sur la transition énergétique et la décentralisation indispensable qui va avec. L'économie décarbonnée qui allie croissance et réduction de la consommation énergétique n'est pas celle du nucléaire ; c'est celle du renouvelable. L'économie circulaire, l'économie de fonctionnalité doivent passer d'un stade micro-économique à une véritable mutation de l'économie.

 

• Transition fiscale non pas pour aller vers une écologie punitive mais au contraire vers une écologie qui fasse faire des économies et qui allège les charges sociales. Le niveau lamentable de la France en termes de fiscalité écologique se conjugue avec un niveau de fiscalité les plus élevés d'Europe. Nos besoins budgétaires sont énormes en raison du poids de la dette, du niveau de chômage et d'absence de réforme de l'État. Dans ces conditions, réduire les niveaux de la fiscalité paraît utopique ; en revanche engager une révolution fiscale pour se changer la base de l'imposition, à niveau global neutre voire en légère réduction, est possible.

 

• Transition dans la politique de prévention aussi nécessaire que la politique de lutte contre le changement climatique. Le ministère de la santé doit mériter son nom et ne plus être celui de la maladie ce qui signifie mettre en place une véritable politique de prévention. Cela commence avec une lutte sans merci contre les pesticides et perturbateurs endocriniens, qui nous rend tous malades et coûtent des sommes pharaoniques à la sécurité sociale. C'est la double peine ! De l'agriculture au transport, en passant par les produits, la prévention sanitaire doit être un impératif. Une économie détoxifiée est aussi nécessaire qu'une économie décarbonée.

 

2015, année de la transition vers une situation plus viable, enviable, et vivable. Cet objectif pourrait être populaire, sans doute plus qu'une année de la priorité écologique que certains ne manqueraient pas de transformer en gadget, ne comprenant pas que c'est avec leur vie et celle de leurs enfants qu'ils sont en train de jouer.

 

Corinne Lepage Devenez fan

ex Députée européenne Cap21,

ex ministre de l'Environnement sous Chirac

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Charte des Valeurs

Charte des Valeurs | ReCap21 | Scoop.it
I. ReCap21 est un mouvement politique indépendant, républicain et démocratique défendant les valeurs de la citoyenneté. Son action s’articule autour de 4 piliers fondateurs : le renouvellement de la démocratie, la transition économique, écologique et sociale, la sécurité humaine, l’Europe des citoyens.

II. ReCap21 repose sur l’association à parts égales, entre acteurs de la société civile et responsables politiques. Cette parité à 50/50, symbole d’une gouvernance partagée, est une absolue nécessité qui garantit la liberté d’expression, de critique et d’action.

III. ReCap21 propose une éthique politique au service du citoyen. Il prône les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité. Il promeut la transparence et l’équilibre des comptes publics et lutte contre toutes les formesde corruption.

IV. ReCap21 s’engage à respecter la parité homme/femme. Cette parité s’exercera au sein de ses instances dirigeantes mais aussi lors des différents scrutins où il présentera des candidats.

V. ReCap21 défend le principe de non-cumul et de limitation des mandats dans le temps. Ce principe s’appliquera sans réserve aux candidats élus sous l’étiquette de «ReCap21»

VI. ReCap21 est un mouvement écologique et participatif. Il fonde son projet économique sur la transition énergétique et le développement éco-responsable. Il nourrit son expertise en s’appuyant sur des initiatives locales concrètes qui ont démontré leurs pertinences tant au niveau macro-économique que sociétal afin de répondre a la convergence des crises économiques, climatiques, énergétiques et sanitaires.

VII. ReCap21 est un mouvement laïque, condition du « vivre ensemble » dans la République. Il respecte toutes les religions et leurs pratiques dès lors qu’elles s’exercent dans le cadre de la loi et ne font pas obstacles aux libertésindividuelles et collectives.

VIII. ReCap21 est un mouvement humaniste. Il lutte contre toutes les formes de discriminations, quelles qu’en soient les origines. Il combat toutes les atteintes à l’intégrité et à la dignité humaine.

IX. ReCap21 défend l’idée d’une Europe Fédérale où les citoyens agiraient en contre-pouvoir du poids des lobbys, des abus de pouvoirs et des conflits d’intérêts. Ainsi renforcée, elle offrira aux citoyens européens une unité sur le plan international et garantira l’identité propre des nations membres.

X. ReCap21 ne se résigne pas à l’habituel et stérile clivage Gauche / Droite. Il appelle tous les hommes et toutes les femmes qui partagent ses valeurs à surpasser ce clivage et rejoindre l’idéal démocratique.

XI. Le fait d’adhérer à ReCap21 ou d’en être le partenaire, implique l’acceptation pleine et entière de la présente charte des valeurs
 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

LE RASSEMBLEMENT CITOYEN-CAP21 Liste des Délégués régionaux

LE RASSEMBLEMENT CITOYEN-CAP21 Liste des Délégués régionaux | ReCap21 | Scoop.it

LE RASSEMBLEMENT CITOYEN-CAP21
Liste des Délégués régionaux

Aldo SAMUELI ALSACE
aldosamueli@hotmail.fr

Didier CUGY AQUITAINE
didier.cugy@neuf.fr
d.cugy@cap21.net

AUVERGNE en cours

Beatrice HOVNANIAN BASSE-NORMANDIE
bhovnanian@gmail.com

Bernard FRAU HAUTE-NORMANDIE
bernard.frau@sfr.fr

Benoit BORDAT BOURGOGNE
jrapenne@gmail.com

Rémy LESCURE BRETAGNE
remylescure@yahoo.fr

Charles GIRARDIN CENTRE
girardincharles@hotmail.com

Alain MALHERBE
CHAMPAGNE-ARDENNE
lasongiere@wanadoo.fr

Bruno PLUDERMACHER FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER
bruno.pludermacher@gmx.net
b.pludermacher@cap21.net

Fabrice GIRARDET FRANCHE-COMTÉ
cap21franchecomte@hotmail.fr

Alexandra SIROD ILE DE France
alexandra.sirot@orange.com

Jean-Jacques TRUCHOT JAPON
truchot@gmail.com

Christiane BILLAZ LANGUEDOC ROUSSILON
christiane.billaz@free.fr

Marie Andrée FRADET LIMOUSIN
marieandreefradet@yahoo.fr
ma.fradet@cap21.net

Bertrand YOU LORRAINE
b-you@neuf.fr
b.you@cap21.net

Sanya YOUSSOUF MAYOTTE
sanyayoussouf@gmail.com

Elisabeth BELAUBRE MIDI-PYRÉNÉES
ebelaubre@gmail.com

Samuel BRESSE NORD-PAS-DE-CALAIS
samuel.bresse@wanadoo.fr
s.bresse@cap21.net

Patricia POMPILIUS GUADELOUPE
patricia.pompilius@gmail.com
p.pompilius@cap21.net

Jeanne LOYHER LA REUNION
jloyher@clinifutur.net

Ninon BARDET PAYS-DE-LA-LOIRE
bardetninon@gmail.com
Christian BERTELLE PICARDIE
bertellec@yahoo.fr

Frédéric BOUCHAREB POITOU-CHARENTES
bfk86@orange.fr
f.bouchareb@cap21.net

Jimmy VAKAULIAFA POLYNESIE
emergence.consult@gmail.com

Agnès ARGENCE PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR
Email en cours

Stéphane GEMMANI RHÔNE-ALPES
stephanegemmani@gmail.com

CORSE en cours

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Rémy Rebeyrotte vice-président national

Rémy Rebeyrotte vice-président national | ReCap21 | Scoop.it

Rémy Rebeyrotte est l’un des fondateurs du Rassemblement citoyen.

 

Samedi à Paris, lors d’un congrès extraordinaire réunissant Cap 21 et le Rassemblement citoyen, deux partis créés autour de la personnalité de Corinne Lepage, ces deux instances ont décidé de fusionner. Rémy Rebeyrotte, maire d’Autun et qui comptait comme un des membres fondateurs du Rassemblement citoyen, a logiquement été élu pour siéger au conseil executif fédéral. Il y assurera la charge de vice-président en charge de l’innovation territoriale.

Benoît Bordat, conseiller municipal de Dijon, a été désigné délégué régional pour la Bourgogne en remplacement d’un autre Côte-d’Orien, Jean Rapenne, qui devient secrétaire général national du nouveau mouvement aux côtés de la présidente Corinne Lepage.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les partis politiques Cap 21 et le Rassemblement citoyen fusionnent

Les partis politiques Cap 21 et le Rassemblement citoyen fusionnent | ReCap21 | Scoop.it

Lors du congrès extraordinaire de Cap 21 et du Rassemblement Citoyen qui s'est tenu à Paris le samedi 13 décembre, les partis politiques Cap 21 et Le Rassemblement Citoyen ont fusionné.

Corinne Lepage, ex-ministre de l'Environnement et ex-député européen, préside ce nouveau mouvement.

Jean Rapenne a été nommé secrétaire général,

Benoit Bordat a été désigné délégué régional pour la Bourgogne et remplace donc Jean Rapenne.

Rémy Rebeyrotte, maire d'Autun, conseiller général, a été élu au conseil exécutif fédéral comme vice président en charge de l'innovation territoriale, ainsi que Johann Bourgoin, conseiller municipal de Marsannay-la-Côte, en charge des jeunes.

Jacques Krabal, député maire de Château Thierry a rejoint le Rassemblement Citoyen - Cap 21 ; le Rassemblement Citoyen - Cap 21 est donc représenté à l'Assemblée nationale.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Charte des Valeurs

Jacques Le Bris's insight:


Sur le site officiel :

http://lerassemblementcitoyen.org/charte-des-valeurs-du-rassemblement-citoyen/


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Constructions en zones inondables : a-t-on fait n'importe quoi ?

En marge des terribles intempéries qui touchent actuellement le sud de la France, Thomas Sotto aborde la question des constructions en zones inondables, avec l’avocate et ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une mission pour la transition économique | cap21lrc

Une mission pour la transition économique | cap21lrc | ReCap21 | Scoop.it

La ministre Ségolène Royal confie une mission sur la transition économique à Corinne Lepage

La ministre de l’Environnement du Développement Durable et de l’Energie Ségolène Royal a confié à Corinne Lepage une mission sur la transition économique pour les acteurs du Nouveau Monde.

La mission a pour objectifs de faire des propositions dans trois directions :
• répertorier dans tous les secteurs concernés, c’est-à-dire ceux de la transition économique, les entreprises innovantes et dynamiques afin de permettre la création d’un réseau, de répertorier et mettre en cohérence les réseaux qui existent ;
• déterminer les blocages spécifiques auxquels ces secteurs sont confrontés pour pouvoir davantage les développer, créer de l’activité et des emplois et exporter ;
• déterminer l’utilité et les conditions d’une mise en synergie globale afin de, le cas échéant, jeter les bases d’une force commune.

Après la constitution du groupe en décembre, le groupe de travail s’est réuni pour une première réunion de travail le 20 janvier au Ministère de l’environnement

La lettre de mission :

Jacques Le Bris's insight:

Download (PDF, 150KB)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

"Charlie Hebdo" : notre société est malade de son égoïsme. Nous avons une chance d'évoluer

"Charlie Hebdo" : notre société est malade de son égoïsme. Nous avons une chance d'évoluer | ReCap21 | Scoop.it

Plus de 3,7 millions de personnes se sont rassemblées dans toute la France ce dimanche 11 janvier


LE PLUS. La Marche républicaine en hommage aux victimes des attaques terroristes a prouvé l'unité de la nation, ce dimanche 11 janvier. Seulement, est-ce suffisant ? N'y a-t-il que dans la lutte contre le terrorisme que la France doit s'unir ? Une tribune de Corinne Lepage, présidente du Rassemblement citoyen et de Jacques Krabal, député de l'Aisne et vice-président du Rassemblement citoyen.

Édité par Rémy Demichelis 

 

Personne n’a organisé le sursaut républicain de dimanche 11 janvier et ceux qui s’aviseraient de revendiquer cette mobilisation historique commettent une lourde erreur ; de la même manière, ceux qui ont cru pouvoir condamner la manifestation et inviter à ne pas y participer en sont pour leurs frais.

 

L’unité nationale qui s’est exprimée est avant tout celle du peuple français, qui a renoué avec son passé universaliste, son amour de la liberté sous la forme de la liberté d’expression, de l’égalité sous la forme de la lutte contre l’antisémitisme et le racisme, de la fraternité retrouvée sous la forme de la solidarité et du regard vers l’autre. La journée du 11 janvier 2015 restera dans l’histoire comme celle du 14 juillet 1790, celle de la communion du peuple français autour de l’unité de la nation. Et la fierté des Français se mesure à la mobilisation internationale sans précédent, preuve s’il en fallait que nous pouvons rester porteurs de valeurs universelles dans lesquelles de nombreux citoyens du monde se reconnaissent.

 

L'unité nationale partout

 

Ce sursaut du peuple français a conduit, voire contraint, à une union politique pour répondre à la barbarie et à la lutte contre le terrorisme. Et, il faut rendre hommage au président de la République d’avoir parfaitement su organiser cette union.

 

C’est un premier pas mais il ne suffit pas.

 

L’unité nationale ne doit pas se limiter à la question certes prioritaire de la lutte contre le terrorisme et de la sécurité. Elle doit s’étendre tout d’abord à la reconquête des territoires et des quartiers. Comment en effet peut-on admettre que nous ayons pu manifester avec le slogan "même pas peur" et que nombre de nos concitoyens vivent avec la peur au ventre soit en raison de leur origine, soit en raison de leur lieu d’habitation, les deux pouvant du reste se cumuler ?

 

Comment peut-on admettre qu’un certain nombre de nos concitoyens se considèrent comme totalement méprisés parce que la loi de la République ne s’applique pas chez eux, que des délinquants qu’ils connaissent pertinemment les menacent impunément et qu’ils n’ont d’autre choix que de se taire et de supporter ?

 

Assurer à terme la sécurité de tous

 

Elle doit s’étendre évidemment à la question économique et à l’impératif de l’activité et la création d’emplois. Cet impératif doit effacer les clivages politiciens, même si évidemment le débat démocratique est nécessaire.

 

Des mesures doivent être prises sur le plan fiscal, économique, financier qui permettent la transition en même temps le redémarrage industriel. C’est le moment et nos concitoyens y sont évidemment prêts.

 

La question de l’éducation est également essentielle. De même que nous avons laissé largement les journalistes de "Charlie Hebdo" assumer le risque lié à la bataille des caricatures de Mahomet, nous laissons les professeurs des écoles et les enseignants assumer seuls les conséquences de la misère sociale, de l’endoctrinement et de la déliquescence du lien social. C’est un sursaut national qui est nécessaire pour assurer réellement l’égalité des chances, imposer l’école de la république, et assurer à terme la sécurité de tous.

 

Rénover le pacte républicain

 

Ce sursaut national nous a redonné confiance en nous ; mais c’est une confiance fragile si elle ne se transforme pas en sursaut national dans la réalité de la vie de chacun de nos concitoyens.

 

Partout, les français réclament cette union nationale, et ce, de façon permanente. Les citoyens ne peuvent plus accepter les positions partisanes, les débats stériles qui ne reposent que sur des clivages sectaires et les privent de ce qu’ils sont en droit d’attendre de leurs élus. Ils en ont plus qu’assez des discours électoralistes de politiques qui ne s’intéressent qu’à leur voix, non à leur vie. Ce qu’ils souhaitent, c’est ce que le monde politique se préoccupe de leur quotidien, mette tout en place pour leur apporter de vraies réponses, des issues à leurs problématiques.

 

La responsabilité du politique, aujourd’hui, c’est de rénover le pacte républicain pour le renforcer en tenant compte des réalités actuelles de notre société.

 

Reconstruire la République

 

Loin des beaux discours, nos dirigeants, mais aussi l’ensemble des élus, quel que soit leur mandat, doivent travailler ensemble pour seul objectif l’intérêt général. Notre société est malade de son individualisme, de son égoïsme, elle ne porte plus les valeurs qui la fondent et laisse le champ libre au repli sur soi, au rejet et à la haine de l’autre, comme l’ont si terriblement démontré les événements qui ont secoué notre pays la semaine passée.

 

Face à ces drames humains, face à la menace de déliquescence du vivre ensemble, la mobilisation très forte et fraternelle qui a marqué le week-end dernier doit nous éveiller et nous appeler, impérativement, à consolider cette union nationale. La réponse aux attentats, à la violence la plus extrême qui a ébranlé la France sur ses fondements, ne peut être que politique. Il est de notre devoir d’élus, mais aussi de citoyens, de nous réapproprier les fondamentaux tout comme les symboles de notre République. Ils ne doivent plus être accaparés, séquestrés et dévoyés par des extrémistes de tous bords qui ne prônent que la désunion quand le rassemblement doit être fort et durable.

 

Alors, oui, comme le demandent les français, dans nos territoires, dans nos villes, nos villages, travaillons ensemble à reconstruire la République.

 

Travaillons ensemble à implanter définitivement les vraies valeurs du vivre ensemble, sans exclusion et sans sectarisme.

 

Replacer l'humain au cœur de l'action républicaine

 

C’est maintenant ou jamais que nous avons une chance exceptionnelle de repartir sur de bonnes bases, de nous unir pour progresser dans une République plus forte car plus unie et ouverte à tous. Nous y parviendrons si nous savons repenser notre rapport à l’autre, notre rôle individuel et collectif au sein de la société. Celle-ci ne doit plus être régie par la finance mais replacer, véritablement, l’humain et le lien social au cœur de son action.

 

Pour la France, pour les Français, nous devons réussir l’engagement d’union nationale auquel a appelé le président de la République.

 

 

Cette tribune est cosignée par Corinne Lepage, présidente du Rassemblement citoyen, et Jacques Krabal, député de l'Aisne et vice-président du Rassemblement citoyen.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Loi Macron : plus de libéralisme ? Pourquoi pas. Mais pas au mépris du droit

Loi Macron : plus de libéralisme ? Pourquoi pas. Mais pas au mépris du droit | ReCap21 | Scoop.it

Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale, le 9 décembre 2014


LE PLUS. Le 26 janvier commenceront les discussions à l'Assemblée sur le projet de loi Macron, qui prévoit par exemple de nouvelles dispositions concernant le travail dominical, la construction ou les transports. Un texte qui pose un certains nombre de problèmes, notamment en matière de droit, selon l'avocate et ex-ministre Corinne Lepage.

Édité par Henri Rouillier 


 

 

Le projet de loi Macron semble être apprécié des Français, qui, à juste titre, attendent des mesures de simplification, la réduction des corporatismes et une plus grande efficacité de notre système global. Il s’agit en réalité d’une libéralisation qui ne dit pas son nom, avec laquelle on peut être d’accord ou pas, mais ce n’est pas ici le sujet.


Le sujet est celui de la cohérence et de la présence dans ce texte de dispositions qui vont directement à l’encontre de cet objectif et qui de surcroît sont incompatibles avec notre Constitution, les conventions signées par la France et le droit européen.

 

Des atteintes à l'État de droit


Qui dit "libéralisation" – c’est-à-dire accroissement des libertés – dit dans le même temps "responsabilité", c’est-à-dire un juge capable de condamner celui qui a causé un dommage du fait de cette responsabilité.

 

C’est le système américain qui agit beaucoup moins que le nôtre au niveau de la prévention et des normes (même si contrairement à ce qui est dit en France les normes sont très nombreuses aux États-Unis) mais qui en revanche est sans pitié au niveau de la responsabilité.

 

Or, le projet de loi Macron, dans ses articles 28 et 29, envisage de réduire par ordonnance le pouvoir contentieux de la juridiction administrative – sans bien évidemment accroître celui de la juridiction judiciaire –, et de rendre inefficace les jugements d’annulation de permis de construire, en excluant sauf zone protégée la faculté de démolition.

 

Autrement dit, les constructeurs indélicats sont vivement encouragés à construire le plus vite possible sur la base de permis dont ils savent qu’ils sont contestés pour pratiquer le fait accompli, ce qui n’est vraiment pas la caractéristique d’un État de droit.

 

Mais que fait le Conseil d'État ?

 

Plus un gouvernement veut libéraliser, plus le pouvoir du juge doit être conforté par le droit, certes a posteriori, pour les litiges qui peuvent naître. Mais imaginer que l’on peut dans le même temps supprimer les règles et réduire le pouvoir du juge témoigne d’une déraison absolue qui conduira à croître les frustrations, la violence et à faire perdre à notre système juridique juridictionnel les acquis des 30 dernières années.

 

On ne peut pas comprendre que le Conseil d’État, consulté sur le ce texte, l’ait laissé passer alors même qu’il s’inscrit à rebours de toute la politique jurisprudentielle menée notamment depuis l’arrivée du président Sauvé au Conseil d’État.


Plus largement, ce texte vise à réduire à la portion congrue tous les mécanismes préparatoires d’une décision, participation du public, étude d’impact, enquête publique pour essayer de gagner du temps...

 

Bercy, sourd et aveugle


Il est invraisemblable que Bercy, qui pilote ce texte, soit à ce point sourd et aveugle pour ne pas être capable de tirer les conséquences des blocages très lourds sur le plan sociétal comme sur le plan économique que sont Notre-Dame des Landes, Sivens, Roybon et autres.

 

Il est évident – et le jugement rendu par le tribunal administratif dans l’affaire de Roybon en témoigne – que plus les dossiers sont traités au mépris de la concertation effective, avec des études d’impact de complaisance, dans le mépris des enquêtes publiques, et plus les projets sont rendus difficiles voire impossibles à mener à bien.

 

La sagesse commande aujourd’hui, dans un souci d’efficacité, de laisser le temps nécessaire aux procédures préalables pour essayer de trouver des compromis locaux au lieu d’utiliser la technique du bulldozer qui ne fait qu’aiguiser la colère et rendre impossible la réalisation des projets par la montée de la violence.


De plus, ces dispositions qui autorisent par ordonnance la modification des textes – qui n’ont rien à voir avec Bercy – sont en contradiction avec notre Constitution, les conventions internationales signées par la France et notamment la convention d’Aarhus et le droit communautaire.

 

Des droits et des compétences bafouées

 

La charte de l’environnement, grâce en particulier à la jurisprudence du Conseil constitutionnel et du Conseil d’État, exclut toute réduction des droits à l’information et à la participation du public. Les mécanismes d’évaluation des projets et d’études d’impact sont des points incontournables du droit européen, qui ne cessent d’être renforcés tant dans l’intérêt des porteurs de projets que de celui des populations, de l’intérêt économique que de la défense de l’environnement.

 

Le droit communautaire comme le droit issu de la Convention européenne des droits de l’homme tel qu’il est aujourd’hui interprété par la Cour européenne des droits de l’homme font de la prise en compte effective – ce qui signifie ayant une incidence sur la décision – des observations du public une obligation ; ils font du recours au juge et du procès équitable une obligation ainsi qu’à l’effectivité des décisions rendues par les juges. Dans ces conditions, les régressions évidentes auxquelles les articles 28 et 29 de la loi Macron appellent sont incompatibles avec ces textes qui s’imposent à eux.


Enfin, alors que travaille à la demande du ministère de l’écologie, un groupe sur la réforme du droit de l’environnement et que la chancellerie s’intéresse également au sujet, comment comprendre que sous couvert d’efficacité, la répartition des compétences ministérielles soit ainsi bafouée, renvoyant les intérêts généraux défendus par ces ministères au rang de considérations subalternes et soumises aux desiderata des demandeurs de projets ?


Oui, notre pays a besoin de projets ; il a besoin d’efficacité ; il a surtout besoin de consensus territoriaux autour des projets de telle sorte que puisse être co-construit un avenir durable des territoires. Ce n’est pas en mettant en place un arsenal destiné à réduire le droit à la participation, la bonne évaluation des projets et l’accès au juge que l’on n’y parviendra.

 


Par Corinne Lepage
Ex-ministre

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Statuts statufiés !

Statuts statufiés ! | ReCap21 | Scoop.it
Ce qui suit va sans doute en indisposer certains, mais je fais le pari de voir l'objectivité du plus grand nombre et la réflexion, en conscience, de mes amis fonctionnaires, prendre le dessus.

Une récente réunion sur les blocages de notre économie et la lecture de rapports et tribunes me conduit en ce début 2015 à redire avec force ce que j’ai déjà dit et écrit tout au long de ma carrière. Depuis de longues années, avec d'autres, nous avons cherché, dans une démarche systémique raisonnée à isoler les verrous à tirer pour pouvoir enfin réformer.

En priorité absolue, n’en déplaise à un ancien Président de La République épris de "revenez-y", nous avons pointé le cumul des mandats et la longévité politique, qui est une particularité française, en forme de véritable statut par les droits acquis et autres rentes de situations. Le besoin d’un mandat local couplé à un mandat national pour rester au contact du terrain est une vieille rengaine éculée. Dans tous les cas, un simple mandat de conseiller municipal de base et un engagement associatif peuvent y pourvoir.

 
 

Nous y reviendrons, car à bien y regarder, cet acharnement et ce déni démocratique est allié à un autre : les statuts des fonctions publiques, car l’élu et le fonctionnaire, se confortent l’un l’autre, quand ils ne se confondent pas. Nous avons dit et écrit que tout ce qui est reconnu d’utilité publique doit être détenu par la puissance publique, ou délégué par elle.

Cela ne veut pas dire que ceux qui servent au sein de ses services doivent jouir d’un statut privilégié. Dans un cas l’employeur est la "collectivité nationale, locale ou hospitalière", dans l’autre le "citoyen-patron" ou le groupe de "citoyens actionnaires". Le contrat de travail doit être identique et unique, à durée indéterminée, avec des garanties et des devoirs.

Lors des travaux portant sur l’avenir d’un service public, et de tout temps, vous avez constaté que le seul vrai souci : c’est la protection de l’emploi à vie ! Je crois pouvoir l’écrire, car je l’ai vécu. Je suis entré dans la vie active, comme cadre du ministère des Finances, j’y ai donné le meilleur de moi-même dans des missions passionnantes et rencontré mes meilleurs amis.

Au bout de quelques années, j’ai fait le constat d’une dynamique bridée par le poids de ceux qui n’étaient pas concernés, sécurisés par un statut protecteur, quels que soient leurs degrés d’implication hiérarchique. Il y a de nombreuses exceptions qui confirment cette règle, mais elles sont en capacité de supporter le challenge.

J’ai fait le choix de démissionner sans cracher dans la soupe et rien renier, pour plonger dans le privé, industriel et de l'économie sociale et solidaire, celui de la concurrence, du résultat et de l’actionnariat ou de l'exigence légitime des adhérents. Dans le secteur public, correctement rémunéré, j’avais du temps pour ma vie sportive et associative. Dans le privé, également correctement rémunéré, j'ai abandonné beaucoup de mon temps libre, mobilisé par l’objectif de résultats des entreprises et équipes que j’ai eu la chance d’animer.

Voilà tout est dit, et cela explique pourquoi le fonctionnaire, fait beaucoup d’autres choses. On le retrouve ainsi, plus que d’autres, dans les associations, les syndicats, les mandats politiques cumulés, voire dans de petits boulots de complément, durant son temps libre.

Inconsciemment, qu’on le veuille ou non quand on sait que son emploi est assuré à vie, la mobilisation intime est moindre. C’est inhérent à la nature humaine, bâtie sur l'instinct de conservation. Il faut donc avoir le courage, comme pour ce qui concerne le cumul des mandats, de se pencher sans faiblesse ni complaisance électoraliste et clientéliste, sur ce statut des fonctions publiques, pour loger tous les citoyens sous la bannière d’un contrat de travail unique.

Cela ne veut pas dire précarité, au contraire, les collectivités publiques, employeurs (État, locale et hospitalière), seraient tenues de mieux rémunérer et de valoriser la performance individuelle. Cela ne déboucherait en rien sur des privatisations rampantes, et serait au contraire, un puissant stimulateur, pour que nos grands services publics et nos administrations disposent de ressources humaines impliquées, outil premier de résistance à toutes les concurrences.

Cela permettrait enfin de mieux mobiliser nos forces vives, dans les missions qui sont les leurs, éviterait les dispersions, et éliminerait l’un des leviers premiers du clientélisme politique : l’emploi public ! Le lecteur comprendra pourquoi nous lions cumul des mandats et statuts statufiés des fonctions publiques.

Pour conclure sur le mode plaisant en ce début 2015, une petite histoire, que nous aimions lors de mon jeune temps, dans les méandres du  Ministère des Finances, celui de la rue de Rivoli.

" Le Ministre visite les archives dans la cave et est surpris par les souris et les rats.
Il convoque le chef de service, et lui conseille d’y lâcher un chat !
Quelques mois plus tard, le Ministre s’informe de l’effet, et s’entend remercier pour une idée aussi géniale, avec des résultats spectaculaires.
Modeste, il explique que c’est pour cela qu’il est Ministre !
Une année après, lors d’une nouvelle visite impromptue, le Ministre constate que les souris gambadent de nouveau dans les archives.
Furieux, il convoque le chef de service, et demande ce qu’il est advenu du chat.
Penaud le fonctionnaire répond, il a été titularisé !"

À vos réflexions, à l’aube d’une année avec 2 rendez-vous électoraux, de nature à toutes les gesticulations pour abuser le citoyen électeur.

R. Hasselmann


 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

2015

2015 | ReCap21 | Scoop.it

Un chapitre se tourne avec la fusion de "CAP21" et "Le Rassemblement Citoyen-officiel." 2015 sera encore un nouveau titre avec nous l'espérons une très belle brève qui viendra le compléter. Très bonne année à toutes et tous et ne regardez jamais derrière
puisque notre tome à encore besoin de croître!!!!

more...
No comment yet.
Rescooped by Jacques Le Bris from L'actualité de Stéphane Gemmani
Scoop.it!

Communiqué de presse de Stéphane Gemmani pour le Rassemblement Citoyen - Cap 21

Communiqué de presse de Stéphane Gemmani pour le Rassemblement Citoyen - Cap 21 | ReCap21 | Scoop.it

Lors du congrès extraordinaire de Cap 21 et du Rassemblement Citoyen qui s'est tenu à Paris le samedi 13 décembre, les partis politiques Cap 21 et Le Rassemblement Citoyen ont fusionné. Corinne Lepage, ex-ministre de l'Environnement et ex-député européen, préside ce nouveau mouvement. Stephane GEMMANI a été nommé au bureau exécutif national, et a été désigné délégué régional Rhône-Alpes. À cette occasion, Jacques Krabal, député maire de Château Thierry a rejoint le Rassemblement Citoyen - Cap 21 ; le Rassemblement Citoyen - Cap 21 est donc représenté à l'Assemblée nationale.


Via Gemmani Stéphane
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Stéphane Gemmani part en campagne pour les élections départementales

Stéphane Gemmani part en campagne pour les élections départementales | ReCap21 | Scoop.it

Politique - L’ancien élu en charge de l’accessibilité lors du précédent mandat, Stéphane Gemmani, bien connu pour son combat social, et fondateur du Samu Social de Grenoble, souhaite créer une dynamique avec une liste plurielle autour du centre-gauche, et part en campagne pour les élections cantonales sur la thématique sociale.

L'article du Dauphiné Libéré du samedi 15 novembre...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Corinne Lepage : "N. Sarkozy ne répond pas à ce que l'on peut espérer d'un Président" - L'invité politique de Laurence Ferrari

Corinne Lepage : "N. Sarkozy ne répond pas à ce que l'on peut espérer d'un Président" - L'invité politique de Laurence Ferrari | ReCap21 | Scoop.it
Corinne Lepage (Présidente du Rassemblement citoyen - Cap 21) était ce mardi l'invitée politique de Laurence Ferrari sur le plateau de l'émission #TirsCroisés. L'intéressée a évoqué ses domaines de prédilection, l'écologie et le climat, mais aussi le bilan de Ségolène Royal et la perspective des primaires à droite.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fusion du Rassemblement Citoyen avec CAP21

Fusion du Rassemblement Citoyen avec CAP21 | ReCap21 | Scoop.it
Jacques Le Bris's insight:

Le 13 décembre 2014 à Paris, la fusion du Rassemblement Citoyen avec CAP21 a été votée à l'unanimité lors du congrès extraordinaire qui réunissait les 2 entités précédentes.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Lepage: «éviter que l'écologie devienne la chose de l'extrême gauche»

Lepage: «éviter que l'écologie devienne la chose de l'extrême gauche» | ReCap21 | Scoop.it

L'ex-ministre de l'Environnement Corinne Lepage a mis en garde lundi contre «la violence» sur les chantiers contestés en France, appelant à «éviter que l'écologie ne devienne la chose de l'extrême gauche», ce qui est «une catastrophe.»

Interrogée par Radio Classique sur les occupations des sites de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), Sivens (Tarn) et Roybon (Isère), la présidente de Cap 21 a répondu: «pour quelqu'un comme moi, qui défend l'écologie depuis 30 ans, ça n'est pas une bonne nouvelle».

«L'écologie ne peut se développer que si elle est populaire, que si elle apparaît comme une nécessité, une évidence», selon elle. «Plus vous avez de la violence, plus vous avez des actions de destructions, qui symbolisent l'écologie, et moins ça peut fonctionner».

L'ancienne candidate à l'Elysée a aussi pointé un «problème de prise de décision dans notre pays».

«La nouvelle affaire du Center park montre très bien qu'il y a eu une problème de légitimité, il y a eu un rapport d'une commission d'enquête totalement défavorable, vous savez, ça fait 40 ans que je fais du droit de l'environnement, c'est rare», a dit l'avocate.

«Ce qui est absolument nécessaire, c'est de revoir les choses de manière beaucoup plus approfondie, et d'éviter que l'écologie ne devienne la chose de l'extrême gauche, parce que c'est une catastrophe», a-t-elle poursuivi.

Dimanche, les défenseurs d'un projet controversé de village vacances ont manifesté à Roybon, où des opposants occupent le chantier.

more...
No comment yet.