random stuff
77 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Mathilde L. from Does digital piracy affect media sales?
Scoop.it!

TV and Film Piracy: Threatening an Industry?

TV and Film Piracy: Threatening an Industry? | random stuff | Scoop.it
Rally in Stockholm, Sweden, in support of file sharing and software piracy. (Photo credit: Wikipedia) The pirates have outnumbered the watchdogs. If you don’t believe that, ask the watchdogs.

Via Noor Salem
more...
Noor Salem's curator insight, June 28, 2013 5:14 PM

This article, written by Karsten Strauss, writes about the two sides of the piracy argument and whether or not piracy affects sales. In this particular article, Strauss focuses on the piracy of movies and television shows, namely the film industry. Strauss argues that due to streaming services such as Netflix and Amazon, users may not be pirating as much since there is instant availability to streaming films. However, there are companies that have been hit due to piracy and their profits and salaries have been affected.  The argument that Strauss makes is that ultimately, web piracy does lead to a loss in sales for the media industry. The only problem with his claim, with all due respect, is that there is no proof in his particular research. He may be correct, however, as one may need to continue researching different claims and their support in order to see what the final conclusion to this debate is. 

Rescooped by Mathilde L. from (Media & Trend)
Scoop.it!

Netflix is studying the way its users watch TV–and, yes, they're bingeing.

Netflix is studying the way its users watch TV–and, yes, they're bingeing. | random stuff | Scoop.it
The streaming video company is releasing data showing that half the users it studied watch an entire season—up to 22 episodes—in one week.

 

Half the users it studied watch an entire season in one week.

 

Netflix is trying to better understand your binge-viewing habits.

 

How quickly will you devour the new season of 'House of Cards'? WSJ's John Jurgensen joins digits with a look at what a recent survey by Netflix says about how we watch TV now.

 

The company Friday will reveal a snapshot of a phenomenon that is reshaping TV culture—viewers devouring shows in lengthy chunks, episode after episode. Executives say they found a strikingly consistent pattern in the pace at which people binge: In general, about half the viewers studied finished a season (up to 22 episodes) within one week.

"Our viewing data shows that the majority of streamers would actually prefer to have a whole season of a show available to watch at their own pace," said Ted Sarandos, chief content officer of Netflix in a statement.

The data adds to evidence that binge viewing is becoming a social norm. It also shows that no matter what kind of shows are available, viewing patterns are remarkably similar. Netflix wants to send the message that the stream-and-binge model it helped create is here to stay, eroding the stereotype of stupefied couch potatoes.

 

Providing details not included in Friday's announcement, the company said it looked at the viewing patterns of subscribers who watched 10 "currently popular" shows available on Netflix, both broadcast and cable series. It declined to specify which ones, saying it could affect negotiations with studios and other producers who license programs to Netflix. The company did allow that at least one of its own original series, such as "House of Cards" or "Orange Is the New Black," was included in the study. The size of the viewer pool ranged from tens of thousands to hundreds of thousands, depending on the series.

Netflix only examined users who finished a season within the space of a month. For one serialized drama, 25% of the viewers finished the entire 13-episode season in two days, while it took 48% of them one week to do so. The pace was pretty much the same for a very different kind of show—a sitcom with a 22-episode season: 16% of viewers finished the season in the equivalent of a weekend, while 47% completed it within one week.

That pattern—especially the apparent sweet spot of polishing off one season in a week—was similar across various styles of shows in the sample, including those with audiences that skew male or female, younger or older.

 

Another finding: The majority of viewers only immersed themselves in one show at a time, rather than juggle several at once.

More TV mavens are announcing their binge sessions—proudly, sheepishly, dazedly—in conversation and on social media. Cultural anthropologist and author Grant McCracken, whom the company retained to supplement its data with interviews with avid TV viewers, says guilt about TV consumption continues to linger 52 years after FCC chairman Newton Minow declared television "a vast wasteland." Mr. McCracken's interview subjects only opened up "after it became clear to them that I wasn't requiring them to apologize for binge viewing," he says.

Though "binge-watch" was a runner-up to "selfie" for Oxford Dictionaries' 2013 word of the year, the term had long irked Netflix's leadership, due to connotations of gluttonous or antisocial behavior. But now even Netflix has surrendered to the term.

 

"We've never been able to come up with a better euphemism," says spokesman Jonathan Friedland.

 

Typically, Netflix's data analysis is aimed at making the service more user-friendly, and ultimately, keeping subscribers in the fold. This new glimpse of binge behavior could contribute to that effort, or help shape marketing messages and decisions about ordering more original series, says Mr. Friedland. "We're just now getting to the stage where we can come up with some basic truths about how people behave when they have control over how and when they watch stuff."

 

Netflix launched its streaming service six years ago, but 2013 was the year binge viewing went mainstream. The term was bandied about widely when the company rolled out all 13 episodes of "House of Cards" simultaneously last February (season two premieres Feb. 14).

Competition is growing from companies like Hulu and Amazon, both with their own original series and large catalogs of on-demand video. According to a Nielsen survey released in September, 88% and 70% of Netflix and Hulu Plus users, respectively, reported streaming three or more episodes of the same TV show in a single day.

 

In any case, the stigma is fading. According to a Harris Interactive survey commissioned by Netflix to supplement its bingeing study, 73% of TV streamers said they had positive feelings about binge viewing. Earlier this week, HBO beckoned students to its streaming video platform with a tweet: "After you survive #FinalsWeek, treat yourself to a week of @HBOGO binge watching. You deserve it."


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Veille Hadopi
Scoop.it!

YouTube répond aux YouTubers mécontents

YouTube répond aux YouTubers mécontents | random stuff | Scoop.it

"Depuis que YouTube a repris ses droits... d'auteurs, les YouTubers mécontents s'insurgent contre cette nouvelle politique. Le géant américain s'est exprimé via une lettre envoyée à nos confrères américains de Kotaku, non pas pour s'excuser, mais pour expliquer aux vidéastes comment faire une vidéo sans enfreindre les règles."

 

 


Via Hadopi
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Musiques. L'actualité de la Promo Musicale en France
Scoop.it!

Mandela Day - Simple Minds

To be Free


Via Olivier Cauchois
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from (Media & Trend)
Scoop.it!

Comment le producteur de "Plus belle la vie" gère ses affaires

Comment le producteur de "Plus belle la vie" gère ses affaires | random stuff | Scoop.it

Fabrice Larue, le PDG de Newen travaille avec une équipe réduite, à la rigueur et au feeling. Plus belle la vie, sur France 3, c’est lui. Tout comme Sœur Thérèse.com (TF 1), la série Braquo (Canal+), Les Maternelles (France 5), Les Infiltrés (France 2) ou les très cultes, à défaut d’être cultivés, Anges de la télé-réalité (NRJ12). Actionnaire majoritaire de Newen au côté de la BPCE, Fabrice Larue pilote un gros acteur de la production audiovisuelle en France. Newen rassemble Telfrance (500 heures de programmes par an), Capa (250 heures) et Be Aware, la société de l’animateur Cauet (150 heures). Volontiers loquace sur ses activités, Fabrice Larue est une tombe concernant les chiffres de la maison, une de celles qui comptent dans le milieu de la production. Réglé comme une pendule L’ex-patron de la radio Nostalgie, de La Tribune -période Bernard Arnault- et du joaillier Fred, travaille dans un décor clinique : quatre livres sur une table basse, un grand écran au mur, quelques objets familiers. Sur son large bureau, un téléphone et une bannette où patientent trois dossiers, dont un d’acquisition. "Ce soir, elle sera vide", assure Fabrice Larue. Un papier ne tient pas plus d’une heure sur ce bureau. Objectif : "Ne pas gêner la chaîne de décision", dit-il. Fils d’un marchand de charbon pupille de l’Etat, il a emprunté les méthodes de trois de ses anciens employeurs. Claude Léoni, d’abord, à la tête de l’empire de presse gratuite Spir Communication. "Avant lui, j’avais du mal à diriger un journal, reconnaît Fabrice Larue. Après lui, je n’avais aucune difficulté à en diriger vingt." Il en a hérité quelques principes : démarrer ses journées tôt, préparer scrupuleusement ses réunions et rester inflexible sur les horaires. Hervé Bourges, ensuite. " Tous les matins, il me disait : "Vous avez lu cela dans Le Figaro, Les Echos, Libération ?"" Depuis, Fabrice Larue consacre une demi-heure par jour à ces lectures. Bernard Arnault, enfin, lui a "appris la priorité donnée à la création et aux marques." Levé à 6h30, le patron de Newen arrive invariablement au moment où l’horloge sonne huit coups dans ses locaux de l’avenue George-V, à Paris, et il classe par ordre d’importance les tâches de la journée. Il a fait sa demi-heure d’exercice – à laquelle s’ajoute une séance de boxe une fois par semaine. Une petite garde rapprochée Pour piloter l’ensemble du groupe, moins de dix personnes lui suffisent. Les ordres du jour sont préparés avec un soin maniaque, les horaires respectés à la seconde. "Le management, c’est le point d’efficience entre la fidélité et la compétence", affirme-t-il. La secrétaire générale Stéphanie de Bouillé travaille à ses côtés depuis vingt ans ; son assistante et Christophe Nobileau, le président de Telfrance, l’accompagnent, eux, depuis vingt-cinq ans. Cette garde rapprochée connaît le personnage. Affectif, colérique, bouillonnant, généreux en citations approximatives d’Audiard ou en formules de bon sens, il sait aussi taper du poing sur la table et imposer ses vues. Inutile d’espérer le faire changer radicalement d’idées. "Il faut savoir le prendre seul à seul et quand il est de bonne humeur pour le faire évoluer… lentement", confie un cadre maison. Entouré de tableaux d’artistes contemporains, Fabrice Larue porte une frustration fondatrice. "J’aimerais être un créatif, confie-t-il. Mais je suis un laborieux, un industriel. Alors, je peux essayer d’être un révélateur, un dénicheur de talents." A peine rentré des Etats-Unis où il assistait à la remise des Emmy Awards, Fabrice Larue a pris, le 28 novembre, un rendez-vous avec "un jeune producteur venu proposer une idée. Le premier créneau quand je rentre est pour lui". Il a un côté boy-scout Ces rendez-vous sont le Graal de ses efforts, une ligne dans son agenda qu’il préservera coûte que coûte. "J’ai la chance de diriger un secteur qui est au centre de sa stratégie", confirme Alexandra Crucq, la directrice du développement. Ce service est la grande fierté de Fabrice Larue. La Madame Création de Newen anime tous les lundis matin, pour les cadres, un atelier de veille des formats et une revue de tendances dans l’audiovisuel. Et elle fait le point avec lui chaque mardi à 17 heures sur les audiences des programmes maison et l’avancée des projets. C’est au cours de ces réunions que Fabrice Larue a répété sa volonté de décrocher une émission quotidienne. Jusqu’à lasser ses équipes. Mais l’homme est têtu: il a fini par placer sur France 3 son jeu, Harry, présenté par Sébastien Folin. Le patron de Capa, Guillaume de Menthon, évoque "une volonté farouche" et un côté boy-scout. "Ce n’est pas un animal à sang froid qui calcule, il marche à la confiance, au feeling et à la parole donnée." Un personnage de feuilleton en cours d’écriture.


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from (Media & Trend)
Scoop.it!

Ce que disent les séries télé du modèle français

Par Rodolphe Belmer | 18/11 | 06:00 | mis à jour à 14:32 La crise de la fiction française. Pas uniquement un débat un peu futile comme notre pays les affectionne ; c’est aussi un révélateur des dysfonctionnements du modèle français et de sa difficulté à s’adapter au monde contemporain. Cette crise, c’est quoi ? D’abord un regret ; le regret que des œuvres magnifiques comme « Les Soprano », « Six Feet Under », mais aussi « 24 Heures » ou « Desperate Housewives » pour leur versant grand public, n’aient pas d’équivalent dans notre pays. Même s’il semble futile, c’est un sujet important. Dans le monde entier, les séries deviennent un genre culturel majeur, qui détrône, et de loin, le cinéma dans la consommation, et parfois dans le cœur du public. Aujour- d’hui, le véhicule principal de l’imaginaire français dans le monde doit passer par la création audiovisuelle. Deux raisons principales ont été avancées pour expliquer cela : des budgets de production trop faibles et des sociétés de production françaises trop petites pour financer des développements ambitieux. Ces raisons sont exactes, mais elles ne suffisent pas à éclairer la situation. D’autant que la production française a connu des succès ces dernières années. Notamment Canal+ avec sa politique de création originale et des séries comme « Carlos » d’Olivier Assayas, « Braquo » d’Olivier Marchal, « Les Revenants » (Fabrice Gobert) mais aussi « Engrenages », « Mafiosa », « Maison close », etc. Le succès en France s’est doublé d’une large reconnaissance internationale. Des succès, il y en a eu aussi chez France Télévisions, avec « Clara Sheller » ou « Un village français ». Ou chez Arte (« Ainsi soient-ils »… ) Le signe indien est donc vaincu ? Pas tout fait. Il reste un problème qui soulève une réflexion. La fiction française n’arrive pas à produire en volume. Chaque année, vous retrouvez avec délice la nouvelle saison de « House of Cards », « Dexter », et même le « Mentalist » (produits aux Etats-Unis) ou de « Luther » ou « Downtown Abbey » (Royaume-Uni). Cette récurrence, c’est le cœur de la promesse de la télévision. Or la fiction française n’y arrive pas. Et de loin. Pourquoi ? Une série est une œuvre colossale. Une saison de 12 épisodes correspond à 3 à 4 romans. C’est surhumain pour un seul homme. Surtout quand l’exploit doit être réédité chaque année. Voilà pourquoi nos collègues étrangers, travaillent sous forme d’ateliers d’écriture qui peuvent rassembler plusieurs dizaines d’auteurs autour de ces œuvres monumentales. C’est là le nœud de notre problème national. On a beaucoup de mal à entrer dans une logique de création collective. De nombreuses tentatives sont faites, avec quelques succès (« Engrenages »…). Mais trop souvent on se heurte à l’incapacité de nos auteurs, y compris les jeunes, à créer en équipe. La réussite, l’œuvre, la création, sont vécues comme des actes très individuels, quasi identitaires. Toute notre formation pousse à cela. La formation académique française, qui forme nos élites culturelles comme les autres, est individualiste. On stimule la performance individuelle des enfants par les notes individuelles dès le primaire ; la notion de performance collective n’intervient quasiment jamais. C’est une différence majeure avec d’autres pays où la performance collective, la capacité à apprendre et à créer en commun est un enseignement fondamental. Evidemment, on ne va pas changer la formation académique pour avoir de meilleures séries ! Néanmoins, on peut se demander si la création de séries n’est pas une parabole d’une des multiples difficultés d’adaptation du modèle français. Dans un monde complexe, la création de valeur ajoutée intellectuelle est de plus en plus difficile à produire, et à appréhender par des individus. Le temps de l’homme universel issu du siècle des Lumières est révolu. Le monde est trop compliqué pour des hommes seuls. Dans les multiples évolutions de notre système éducatif, je crois que la plus urgente est d’abonner le modèle de l’élitisme individuel pour enseigner à performer collectivement. Et si, en plus, on pouvait enseigner cela à nos footballeurs…


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Scooped by Mathilde L.
Scoop.it!

Le Cinéma Français Indépendant est-il en danger ?

Le Cinéma Français Indépendant est-il en danger ? | random stuff | Scoop.it
LE CINEMA FRANCAIS INDEPENDANT EST-IL EN DANGER ? | Create infographics Auteurs de l'infographie : Laura Ho-Tong & Sarah Rashidian
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Music business
Scoop.it!

Universal Music Group's Financials Show Sales Growth, Vivendi Continues to Struggle

Universal Music Group's Financials Show Sales Growth, Vivendi Continues to Struggle | random stuff | Scoop.it

"Universal Music Group, the world's largest music company, saw sales grow 7% during the third quarter -- excluding revenues from EMI Recorded Music -- but said it’s on course to achieve the £100 million ($160 million) in cost-savings it predicted when it bought the London-based company."


Via Jérôme Rastoldo
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from (Media & Trend)
Scoop.it!

La série télé, terre d’asile pour cinéastes | La-Croix.com

La série télé, terre d’asile pour cinéastes | La-Croix.com | random stuff | Scoop.it

Arte diffuse en deux soirées jeudi 7 et jeudi 14 novembre la série événement portée par Jane Campion, Top of the Lake, et Canal + propose lundi 11 novembre Tunnel, aux deux premiers épisodes réalisés par Dominik Moll.

 

Après bien d’autres, ces deux réalisateurs de renom font le pas du grand au petit écran, attirés par la liberté créative qu’offre la série télévisée.

  

Toute ressemblance de la série qu’Arte diffuse jeudi soir avec un film de cinéma n’est pas fortuite. Top of the Lake, thriller inquiétant sur la disparition d’une jeune fille dans un coin reculé et sauvage de la Nouvelle-Zélande, a été imaginé, coécrit et coréalisé par Jane Campion. L’auteur de la Leçon de Piano a ajouté son nom au bas de la longue liste des cinéastes qui se tournent vers la télévision.

Le mouvement a été amorcé aux États-Unis où il est spectaculaire. En 2009, la chaîne câblée américaine HBO annonce que Martin Scorsese réalisera le pilote de Boardwalk Empire, fresque télévisée très soignée narrant les débuts de la pègre américaine, que le réalisateur des Affranchis va également coproduire. La nouvelle étonne, même si ce n’est pas la première fois qu’un cinéaste se lance dans ce format télévisé. Scorsese a fait des émules. 

Gus Van Sant (Elephant) puis David Fincher (The Social Network) ont signé les premiers épisodes de séries politiques aussi féroces qu’efficaces : respectivement Boss (2011) et House of Cards (2013).

 

les séries donnent de l’importance aux personnages

Impressionnés par les qualités formelles et romanesques des séries américaines produites par les chaînes payantes (AMC avec Mad Men, HBO avec Six Feet Under, Showtime avec Dexter), les créateurs du monde entier sont à leur tour tentés par le format.

 « J’étais inspirée par ce que je voyais de la télévision faite en Amérique, que je trouve plus audacieuse et plus libre que beaucoup de films de cinéma », a raconté Jane Campion lors d’une masterclass donnée au dernier Festival de Cannes. Malgré sa notoriété, la réalisatrice néozélandaise rencontrait des difficultés à monter des projets pour le cinéma et a proposé Top of the Lake à la BBC.

La série est-elle devenue un refuge pour cinéastes désœuvrées ? « A Hollywood, les films sont devenus avant tout des annexes de parcs d’attraction, déplorait David Fincher, lors du lancement de House of Cards. Aujourd’hui, les personnages de cinéma sont souvent pensés hors de toute nécessité narrative. Au contraire, la télévision montre des êtres humains dans leur splendeur et leur misère. »

 

la frontière entre grand et petit écran s’efface

Cette réalité américaine est moins vraie en France : les projets de longs métrages sont de plus en plus difficiles à monter, mais la série n’est plus un choix par défaut. Dominik Moll, césarisé en 2001 pour Harry un ami qui vous veut du bien, a mis entre parenthèses un projet de scénario de long-métrage pour réaliser les deux premiers épisodes de Tunnel, thriller sombre d’excellente facture que propose Canal + à partir de lundi prochain. « Ce n’est pas un acte désespéré, ironise le cinéaste français. Je cherchais à mettre un pied dans la fiction télévisée depuis quelque temps. » 

Grand et petit écran ont longtemps été séparés par un Rubicon infranchissable en raison du prestige du cinéma d’auteur. La frontière est devenue poreuse depuis que Canal + s’est lancé dans la production de créations originales : Scalp (2008), fiction sur le monde de la finance de Xavier Durringer (La Conquête), Carlos (2010), biographie subjective d’Olivier Assayas (Après mai) sur le terroriste du même nom, et Les Revenants (2012), excellente série fantastique de Fabrice Gobert.

Ce jeune réalisateur a longtemps travaillé pour la télévision, mais c’est son premier long-métrage, Simon Werner a disparu, qui a attiré l’attention de Haut et Court, société de production de cinéma (Entre les murs, de Laurent Cantet). « Ils ont aimé l’atmosphère étrange de mon film et voulaient la reproduire dans Les Revenants », raconte Fabrice Gobert, selon lequel le soin apporté à l’image dans ce type de fiction est aussi important qu’au cinéma.

 

l’identité visuelle du cinéma appliquée aux séries

 « Quand une série est mise en route, son identité visuelle est vite envisagée, détaille Dominique Jubin, responsable adjointe de la fiction à Canal +. Si la personne à l’origine du projet n’est pas un réalisateur, nous pensons naturellement à des univers de cinéastes. Ceci nous a guidés pour Les Revenants et Tunnel. » 

Sans remettre en cause le talent des réalisateurs de fiction télé, Dominik Moll estime qu’« en France, la créativité reste encore du côté du cinéma, raison pour laquelle Canal + vient y puiser des artistes. » Pour Tunnel, les deux épisodes qu’il a réalisés ont constitué la référence formelle sur laquelle les autres réalisateurs pouvaient s’appuyer. Le cinéaste dit avoir pu travailler en toute liberté avec le chef opérateur de son choix. 

Seules contraintes : le nombre important d’interlocuteurs et le rythme soutenu, souvent à l’origine de conflits avec les responsables de chaînes. « Il fut un temps où le réalisateur et le producteur avaient tendance à travailler contre le diffuseur, et cela se retrouvait à l’écran », confie Dominique Jubin qui affirme que la relation de confiance a depuis été renforcée par les succès des séries précédentes.


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Scooped by Mathilde L.
Scoop.it!

Censure mondiale du film La Vie d'Adèle d'Adelatif Kechiche | Timédia

Censure mondiale du film La Vie d'Adèle d'Adelatif Kechiche | Timédia | random stuff | Scoop.it
infographie de la censure mondiale du film La vie d'Adele, chapitre 1 et 2.
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel
Scoop.it!

Le bulletin du cinéma - 1er trimestre 2013

Le bulletin du cinéma -
Les tendances du marché
de l'exploitation belge pour le 1er trimestre 2013

Via Communication CCA
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Does digital piracy affect media sales?
Scoop.it!

Megaupload shutdown boosted movie sales, says study

Megaupload shutdown boosted movie sales, says study | random stuff | Scoop.it
The shutdown of Megaupload caused an increase in digital sales and rentals of movies, according to a study by two researchers, which is likely to give a boost to the movie industry, which has typically blamed online cyberlockers and file-sharing...

Via Noor Salem
more...
Noor Salem's curator insight, June 28, 2013 5:13 PM

This article, written by John Ribiero, summarizes a study that claims that the closure of Megaupload led to a 7 to 10% increase in digital sales and a 4 to 7% increase in digital rentals by unit up to 18 weeks after the shutdown. Megaupload was a site that essentially gave access to watch copyrighted movies and television shows illegally. Assistant professor Brett Danaher, one of the researchers, states that “the closing of a major online piracy site can increase digital media sales, and by extension we provide evidence that Internet movie piracy displaces digital film sales.” The argument that sales can be affected is given a boost by this source as the increase is noticeable; however, even the researchers cautioned that it may have increased due to users who were afraid due to the shutdown of Megaupload. Furthermore, this claim is based on an increase of 7 to 10%, an amount that can fluctuate throughout the year as digital media sales are not evenly steady. 

Rescooped by Mathilde L. from Machinimania
Scoop.it!

How 1984 Could Be the Next Hunger Games - TIME

How 1984 Could Be the Next Hunger Games - TIME | random stuff | Scoop.it
How 1984 Could Be the Next Hunger Games TIME Word that Kristen Stewart and Nicholas Hoult might be signing on for Equals, the next movie from Like Crazy director Drake Doremus, dates all the way back to last October, when Deadline reported what was...

Via Henrik Safegaard - Cloneartist
more...
Henrik Safegaard - Cloneartist's curator insight, January 18, 2014 10:58 AM

As it turns out, Equals is an adaptation of George Orwell‘s classic dystopian novel 1984. That’s right: The latest development in the world of dystopian-future movies with young stars is 1984 starring Kristen Stewart.

Read more: 1984 Big Brother 'Equals' Kristen Stewart Movie: No Surprise | TIME.com http://entertainment.time.com/2014/01/17/1984-equals/#ixzz2qlZFgwtC

Rescooped by Mathilde L. from Actu Cinéma
Scoop.it!

La suite d'« Avatar », en trois films, sera tournée en Nouvelle-Zélande - le Monde

La suite d'« Avatar », en trois films, sera tournée en Nouvelle-Zélande - le Monde | random stuff | Scoop.it
James Cameron va tourner en Nouvelle-Zélande trois films qui formeront la suite d'« Avatar », et dont la sortie sera échelonnée à partir de 2016.

Via Laurent Samuel
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from L'actualité de la filière Musique
Scoop.it!

Spotify court aprés les dollars et copie Pandora

Spotify is trying to close the gap on Pandora by mimicking Pandora's approach to mobile.

Via Olivier Cauchois
more...
Olivier Cauchois's curator insight, December 7, 2013 3:44 PM

Des recommandations de morceaux en fonction d'une playlist sur Spotify

 

Spotify a l'intention de débuter une version gratuite , financée par la publicité de son service sur les appareils mobiles des le debut 2014. Le service permettra aux utilisateurs de créer une liste de lecture d'environ une douzaine de chansons et de recevoir des recommandations de morceaux en fonction de cette playlist , a la Pandora. Les utilisateurs ne seront pas en mesure de prendre des chansons " hors ligne ". 

 

Spotify a fait des progrès pour améliorer la découverte de la musique sur sa plate-forme , mais sa fonction radio est franchement primaire par rapport à Pandora. 

Rescooped by Mathilde L. from Ratings_Box
Scoop.it!

Malgré un marché fébrile, les chaînes continuent d'investir massivement dans la création

Malgré un marché fébrile, les chaînes continuent d'investir massivement dans la création | random stuff | Scoop.it
Par Barbara Chazelle, Directions Stratégie et Prospective, France Télévisions Fébrilité du marché TV, fragmentation accentuée, mais poursuite des investissements dans la création, constituent les p...

Via Alexandre Guillo
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Production audiovisuelle
Scoop.it!

La vidéo, incontournable dans les stratégies marketing ?

La vidéo, incontournable dans les stratégies marketing ? | random stuff | Scoop.it
Voici pourquoi un responsable marketing sur deux estime que la vidéo est l’outil stratégique qui va le plus gagner en efficacité d’ici 2015

Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, November 20, 2013 2:01 AM

La vidéo, incontournable dans les stratégies marketing ?

Rescooped by Mathilde L. from Cinéma critiques
Scoop.it!

Lars Von Trier dépossédé du montage final de «Nymphomaniac»

Lars Von Trier dépossédé du montage final de «Nymphomaniac» | random stuff | Scoop.it
Le producteur a fait des choix drastiques : le film a été coupé de plus d'une heure. Et il n'y aura pas de version «soft».

Via Curoneko
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from L'actualité de la filière Musique
Scoop.it!

Le maestro est Formidable !

Le maestro est Formidable ! | random stuff | Scoop.it

Via Olivier Cauchois
more...
Olivier Cauchois's curator insight, November 16, 2013 7:16 PM

Invité sur Canal + pour évoquer son nouvel album, Stromae a conclu son intervention en interprétant avec sa “moitié” féminine. Une performance bluffante

 

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-musique/pid5065-live-du-grand-journal.html?vid=971649

Rescooped by Mathilde L. from L'actualité de la filière Musique
Scoop.it!

Repenser la présence de la musique à la télévision...

Repenser la présence de la musique à la télévision... | random stuff | Scoop.it

Lancement de Revolt TV La chaîne souhaiterait justement ramener le jeune public vers la découverte musicale par la télévision et non sur internet, avec une programmation rappelant la grande époque de MTV, composée de clips, de programmes montrant les coulisses de la vie des artistes et des actualités musicales. 

 


Via Olivier Cauchois
more...
Olivier Cauchois's curator insight, November 11, 2013 10:02 PM

Diffusion de la première édition des YouTube Music Awards. L'évènement regroupait certains des plus gros artistes du moment : Lady Gaga, Katy Perry, Eminem... et donc aurait logiquement du attirer une audience très large. Cependant l'audience s'est comptée en milliers et pas en millions, fluctuant durant la diffusion entre 170 000 à 211 000 spectateurs...monde... Pour comparaison, la dernière édition des MTV Music Awards a rassemblé 10 millions de personnes en direct. Un résultat étonnement bas pour une plateforme qui cumule des milliards de vues chaque mois et qui se proclame prescripteur de musique

 

Repenser la présence de la musique à la télévision, c'est justement celui que relève le producteur/rappeur/entrepreneur Américain, Sean "Puff Daddy" Combs et son co-fondateur Andy Schuon, avec l’annonce cette semaine du lancement d’une nouvelle chaîne de musique câblée pour l’âge des médias sociaux : Revolt TV. 

 

 

En France, le déclin des contenus musicaux à la télévision engendré par la “révolution numérique” a été souligné par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) 

"Il convient d'examiner les moyens de repenser l'exposition de la musique aux heures de forte audience", estime le CSA, appelant notamment les chaînes et les professionnels de la musique à "se rapprocher" pour y réfléchir, déplorant que l'offre musicale sur les chaînes gratuites entre 20h30 et 23 heures ait baissé de 66 % depuis 2007. 

 

Les émissions musicales représentent actuellement près de 12 % de l'offre de programmes sur les chaînes gratuites, dont près de 7 % consacrés à des "vidéomusiques" (clips), indique le CSA

 L'offre de musique à la télévision est concentrée sur les chaînes spécialisées : 42 % de cette offre est diffusée sur D17, 28 % sur W9 et 13 % sur M6, tandis que les chaînes publiques en assurent 15 % (3 % pour France 2, 3 % France 3, 1 % pour France 5, 3 % pour France 4 et 5 % pour France O), et TF1 2 %. Cependant, entre 20h30 et 23 heures, la musique ne représente plus que 3,5 % de l'offre de programmes

 

La majorité de l'offre" se concentre "sur des diffusions nocturnes et matinales".

Rescooped by Mathilde L. from Musiques. L'actualité de la Promo Musicale en France
Scoop.it!

The Naked And Famous - I Kill Giants

The Naked And Famous - I Kill Giants | random stuff | Scoop.it
"I Kill Giants" from our second album "In Rolling Waves" OUT NOW iTunes: http://smarturl.it/TNAFRollingWaves Music video by The Naked And Famous performing I...

Via Olivier Cauchois
more...
No comment yet.
Rescooped by Mathilde L. from Machinimania
Scoop.it!

Illustrator CS6 Create Cartoon Characters Tutorial

Illustrator CS6 Create Cartoon Characters Tutorial Thanks http://vectips.com for the idea.

Via Henrik Safegaard - Cloneartist
more...