questions d'éduca...
Follow
Find
16.0K views | +5 today
 
Scooped by alozach
onto questions d'éducation
Scoop.it!

Petit traité de manipulation à l'usage des professeurs - à propos des ruses éducatives

Petit traité de manipulation à l'usage des professeurs - à propos des ruses éducatives | questions d'éducation | Scoop.it

Comment contourner la résistance des élèves à se mettre au travail et à respecter les règles ? Pour cela, les enseignants emploient souvent des ruses éducatives qui, lorsqu’elles sont bienveillantes, permettent de désamorcer les conflits et de susciter la motivation.
Immorale la ruse ? Oui quand elle est synonyme d’escroquerie, d’imposture, de perfidie. Non quand il s’agit de contourner habilement les caprices d’un jeune enfant, en le priant par exemple de s’asseoir sur « la chaise qui rend gentil ». Comme les parents, les enseignants doivent gérer des enfants et des adolescents dont l’un des grands bonheurs consiste à entrer en résistance contre le savoir ou contre l’adulte. L’excellence didactique est certes une réponse pertinente à la résistance. Mais elle se révèle souvent inopérante quand l’enjeu délibéré de la relation éducative est pour l’élève d’esquiver le travail ou de saper le pouvoir de l’enseignant.
La ruse présente l’avantage de déverrouiller des situations conflictuelles sans utiliser l’autorité. Elle contribue également à changer le regard des élèves sur le travail scolaire et à stimuler leur motivation en inventant des solutions pédagogiques originales et inattendues. On parlera dans ce cas de ruses bienveillantes. C’est-à-dire de stratégies dont on voile délibérément la finalité et qui ne visent pas à flouer l’enfant mais se mettent au contraire au service de sa formation et de son développement. Si la ruse apparaît bien comme un outil pédagogique adapté aux situations où l’apprenant résiste, il faut souligner qu’elle suppose le respect de principes éthiques. La limitation de l’emprise de l’adulte d’une part, car la manipulation du désir de l’enfant doit rester homéopathique et il est essentiel d’agir en lui garantissant un espace de liberté ; la rareté d’utilisation d’autre part : la ruse ne saurait en effet être une technique permanente et la transparence de la communication reste primordiale dans la relation éducative.
Pour de nombreux enseignants cependant, la ruse est indigne parce que perçue comme déloyale et sournoise. Ce rejet s’appuie sur l’idée que la transmission du savoir est une mission trop noble pour s’abaisser à une pratique aussi « vulgaire » que cet art du trompe-l’œil. Et partant, qui pourrait affirmer ne jamais faire semblant ?
Fondées sur l’usage de l’intelligence, le sens de l’opportunité, l’inventivité, les ruses éducatives se forgent bien souvent par la réflexion et l’expérience. À l’école, en apprentissage ou en formation d’adultes, elles constituent une sorte de sac à malice pédagogique. Cet article propose d’en donner quelques illustrations et d’en analyser quelques mécanismes.

 

Quatre ruses sont expliquées :

1. Instaurer des règles d'or

2. Octroyer des jokers

3. Jouer le maître ignorant

4. Encourager pour dissuader

 

Article de Yves Guguan, psychosiocologue et formateur

more...
No comment yet.

From around the web

questions d'éducation
pédagogies, éducation, numérique, refondation - France
Curated by alozach
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by alozach
Scoop.it!

Pour ouvrir l’école à la diversité, laissons-la s’adapter localement

Pour ouvrir l’école à la diversité, laissons-la s’adapter localement | questions d'éducation | Scoop.it
Soumis aux injonctions du haut de la chaîne hiérarchique, les enseignants manquent de liberté et ne peuvent s’adapter aux réalités sociales et culturelles du terrain. L’école doit privilégier des modes de transmission du savoir plus souples afin de véhiculer les valeurs de la République.
alozach's insight:

Par Suzanne Citron, historienne et écrivain, et Anne-Marie Vaillé, ex-professeur d’histoire-géographie et ancienne présidente du Conseil national de l’innovation pour la réussite scolaire (CNIRS)

La « grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » annoncée le 22 janvier par la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, répond-elle à ces enjeux ? Elle instaure des temps d’instruction sur les lois de la démocratie, d’apprentissage de l’argumentation et du débat dans toutes les disciplines. Elle préconise dans l’enseignement professionnel et dans l’apprentissage un renforcement de l’enseignement des humanités pour améliorer la transmission de la morale civique. La démocratie serait instaurée à l’école à travers les conseils d’élèves, l’élection des délégués, l’invitation à l’engagement associatif…

Mais ces objectifs de formation ne sont-ils pas, depuis des lustres, ceux de l’école de la République ? La mission de l’école aurait donc failli ? La réforme des programmes de l’éducation civique des collèges élaborée en 1994 était, dans ses fondements, très novatrice mais l’institution ne s’est pas donné les moyens de la mettre en œuvre. L'« heure de vie de classe » a eu une vie brève et sporadique faute de formation et de concertation des enseignants.

Le « nouvel » enseignement moral et civique, prévu pour la rentrée dans toutes les classes comme un talisman de l’éducation à la laïcité aura-t-il plus de chance ? Va-t-on encore ajouter des heures dans des horaires scolaires déjà surchargés auquel viendrait s’ajouter un enseignement laïc des faits religieux, (objet d’un rapport de 2002 de Régis Debray jamais vraiment appliqué), des heures de débat, une éducation critique aux médias ?

La propension extravagante à déverser dans l’école un enseignement nouveau comme remède à chaque constat d’une carence sociétale devrait faire prendre conscience à tout observateur de bonne volonté qu’au-delà des querelles sémantiques et des oppositions manichéennes sur les savoirs une mutation du dispositif traditionnel des programmes scolaires dans la société d’aujourd’hui s’impose. La démarche qui inspire les 13 mesures prescrites le 22 janvier ne semble pas avoir pris en compte cet impératif.

François Durpaire a souligné dans « Le Monde » du 23 janvier que la lourdeur des programmes et leur division en disciplines ne laissent aucun temps pour le vivre ensemble dans l’école de la République. Une vraie refondation de l’école impliquerait une réorganisation en profondeur des contenus. Des cursus scolaires plus souples et beaucoup moins détaillés, susceptibles de s’adapter aux situations de terrain, ne se présenteraient plus comme une juxtaposition de disciplines cloisonnées.

Ils seraient pensés et formulés comme les supports du développement personnel de chaque élève, de leur maîtrise de la langue, de leur aptitude à penser, à créer et comme les outils du décodage et de la compréhension du monde. Le but de l’école serait d’abord la formation de futurs citoyens, français, européens, terriens, aptes à se situer dans le présent réel, à comprendre la complexité du vivant, la diversité des racines, le poids du passé, la richesse des grandes œuvres de l’humanité.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Michel Lussault : « Un enseignement civique, ce ne peut pas être une sorte de rappel au règlement »

Michel Lussault : « Un enseignement civique, ce ne peut pas être une sorte de rappel au règlement » | questions d'éducation | Scoop.it

Interview de Michel Lussault, président du CSP

alozach's insight:

Il y aborde les questions d'actualité, le programme d'enseignement moral et civique, les modifications qui devront avoir lieu à l'issue de la consultation, et la nécessaire formation des enseignants.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Notes et moyennes alimentent l'échec de l'école

Notes et moyennes alimentent l'échec de l'école | questions d'éducation | Scoop.it

Philippe Bugnard, historien de l'éducation, (Université de Fribourg, Suisse)

alozach's insight:

Extrait : 

"Une vision coutumière du monde scelle le sort des élèves davantage en fonction d’habitus culturels que de leurs performances réelles. La « classe » est ravalée à l’image commune d’un échantillon étalonné pour une courbe gaussienne de résultats. Tant que la genèse conduisant à une telle logique de notation restera obscure, les réformes vers l’évaluation ne feront que substituer une norme à un autre norme : des couleurs ou des sigles aux notes par exemple.

La voie vers l’évaluation procède d’un système éducatif respectueux du postulat de l’éducabilité émis par la philosophie du XIXe siècle (Herbart), jamais dépassé, visant à une maîtrise disciplinaire pour le plus grand nombre possible d’élèves. La courbe des résultats obtenus devient alors celles d’une représentation en « J ». Elle traduit la correspondance entre performance et critère d’un référentiel, sans qu’une anticipation fataliste des capacités scolaires des élèves n’induise leurs résultats sur une échelle de valeur chiffrée. Dans la notation scolaire, c’est bien le curseur d’une médiane imaginaire qui est déplacé sur l’échelle de référence (en France, 1 à 20), le correcteur jouant sur la force d’un seuil appelé «moyenne» (10 sur 20). Norme sacrée, jamais examinée, elle trône au cœur des multiples procédés inconscients de l’examen dont Foucault s’étonnait dès Surveiller et punir que l’on n'en ait guère encore tenté l’histoire."

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

16 idées d'ateliers péri-scolaires numériques et créatifs par l’EPN de Guérande

16 idées d'ateliers péri-scolaires numériques et créatifs par l’EPN de Guérande | questions d'éducation | Scoop.it



alozach's insight:

Connaissez-vous le light-painting (peindre avec la lumière), la MAO (musique assistée par ordinateur), ou encore le Pixel Art ? 

C'est ce que propose le Cybercentre de Guérande qui investit les temps d'activités péri-scolaires de la commune, et offre ainsi aux élèves de primaire des activités qui permettent de développer leurs compétences informatiques et numériques, tout en développant leur créativité. 

 

Extrait de l'article de netpublic :

 

L’espace public numérique étant mobilisé localement depuis la rentrée scolaire 2014 pour les Temps d’Activités Périscolaires (TAP), le site du Cybercentre de Guérande publie désormais en continu des fiches ateliers mettant en avant ce qui a été réalisé dans ce cadre avec un descriptif précis illustré et la volonté d’aboutir à des réalisations avec l’aide d’outils numériques (ordinateurs, tablettes, logiciels…). Un maître-mot au programme : la créativité des enfants!

 

Une aventure à suivre des TPE numériques (Temps péri-éducatifs) mis en place par la Mairie de Guérande qui se déroulent à raison de 2 demi-journées par semaine.

more...
No comment yet.
Rescooped by alozach from Elearning, pédagogie, technologie et numérique...
Scoop.it!

Supprimer les notes, «c'est le contraire du laxisme» selon Claude Lelièvre

Supprimer les notes, «c'est le contraire du laxisme» selon Claude Lelièvre | questions d'éducation | Scoop.it
INTERVIEW - Pour l'historien de l'éducation Claude Lelièvre, le système de notation actuel avec les notes et les moyennes permet aux élèves de réussir tout en masquant leurs lacunes dans des enseignements fondamentaux.

Via Emploi-Formation, Imelda Elliott, CECI Jean-François
more...
CECI Jean-François's curator insight, December 20, 2014 4:32 AM

Intéressant rappel historique sur la mise en place du système de notation dans l'éducation. A la base dédié a départager les enfants ploutocrates et aristocrates et faire plaisir a leurs parents via remise de prix, il met toujours en concurrence et fait fi de l'apprentissage du socle commun! Édifiant point de vue !

Annie Longeot's curator insight, December 20, 2014 5:30 AM

Un point de vue intéressant.

Scooped by alozach
Scoop.it!

Sacro-saint thermomètre | ou comment briser le mythe de la note-thermomètre

Sacro-saint thermomètre | ou comment briser le mythe de la note-thermomètre | questions d'éducation | Scoop.it

Enseigner au XXIème siècle, blog éducpro de Jean-Michel Zakhartchouk, 7/12/14

alozach's insight:

Le coup du thermomètre

« Comparaison n’est pas raison » : cet ancien précepte est toujours valable. Lamétaphore du thermomètre qu’on casserait en abolissant les notes est particulièrement inappropriée dès lors qu’on s’imagine être non dans l’illustration d’une idée mais dans l’explication par l’analogie. Si on veut rester dans cette métaphore, on aura beau jeu de dire que lorsqu’un thermomètre est peu fiable, il faut le remplacer, mais au-delà il y a deux points essentiels qui interdisent à cette comparaison d’avoir une vertu éclairante. Le thermomètre ne fait qu’indiquer une mesure objective, la note serait plutôt du côté de ce qu’on appelle maintenant en météo la température « ressentie », puisqu’il y a variation selon les correcteurs, selon l’ordre de correction, selon qu’on est dans tel ou tel établissement, telle ou telle classe. Que quelqu’un qui est sur le terrain me contredise : vraiment le 12/20 est équivalent du collège REP+ du 93 au collège-lycée prestigieux des beaux quartiers ?

Et puis le thermomètre n’a aucune influence sur la température. Alors que la note, en décourageant ou encourageant peut modifier la qualité du travail, l’observateur modifiant ainsi l’objet observé. Et souvent c’est beaucoup plus simple dans le sens négatif. Sans parler des prophéties auto-réalisatrices (« de toutes façons, j’aurai zéro, car je suis nul « ) Les vrais naïfs sont ceux qui, au mépris de tous les travaux en docimologie qui ont plus de cent ans, croient encore au miracle de la note-repère, objective et suffisamment informative pour permettre à chaque élève de se situer dans ses apprentissages. Que de nombreux enseignants compensent la pauvreté des informations qu’elle donne par des appréciations, des grilles de critères, des barèmes, cela est indéniable. Mais il s’agit souvent de palliatifs et de toute façon, cela est assez peu pris en compte par les élèves qui ne regardent que le chiffre global.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Les enseignants de LP face à l'évaluation des élèves en CCF

Les enseignants de LP face à l'évaluation des élèves en CCF | questions d'éducation | Scoop.it

Une étude du Céreq montre l'adaptation des enseignants aux exigences du Contrôle en Cours de Formation, et révèle les valeurs et les stratégies de contournement en jeu.

alozach's insight:

La prise de distance des enseignants vis-à-vis des objectifs affichés dans le référentiel peut difficilement être interprétée comme une forme de « résistance au changement », un refus délibéré de s’inscrire dans une approche par compétences.
Elle procède d'une conception de l'acte d'évaluer comme prolongement de celui de former et non  comme activité autonome. Elle réaffirme aussi la spécificité de l'acte de former, dont la finalité ne peut se réduire à amener les élèves à des résultats fixés à l'avance. On comprend ainsi l’impasse que représente pour les enseignants le fait d’avoir à évaluer des performances.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Au-delà de la réglementation, le travail d'évaluation des enseignants de bac professionnel

Au-delà de la réglementation, le travail d'évaluation des enseignants de bac professionnel | questions d'éducation | Scoop.it
> une expertise au service des acteurs de la formation et de l'emploi
alozach's insight:

 Plus que la performance, c'est la pertinence du chemin emprunté par le candidat pour parvenir au résultat qui est appréciée

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Devoirs du soir, bonsoir ! Ou comment se poser les bonnes questions sur les devoirs ?

Devoirs du soir, bonsoir ! Ou comment se poser les bonnes questions sur les devoirs ? | questions d'éducation | Scoop.it
Normal 0 0 1...
alozach's insight:

C'est ce à quoi s'attaque @instit90 sur son blog.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Pourquoi il faut lutter contre l'idée d'une (seule) pédagogie efficace

E n matière de pédagogie, j'ai tendance à me méfier d'une méthode qu'on présente comme LA méthode efficace. C'est pourtant ce que certains tenants de la « pédagogie explicite » (ou 3ème voie) prétendent. Je risque de me faire de nouveaux amis qui viendront...
alozach's insight:

Bel article de Guillaume Caron, qui plaide pour la différenciation en matière de pédagogie.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

L’école deviendra t-elle "data-driven" ? | ou l'école orwellienne dont nous ne voulons pas

L’école deviendra t-elle "data-driven" ? | ou l'école orwellienne dont nous ne voulons pas | questions d'éducation | Scoop.it
La collecte massive de données sur des millions d’élèves permet de personnaliser le soutien scolaire – un paradoxe expliquant le succès des tableaux de bords axés sur le Big Data à destination des écoles.
alozach's insight:

Quand les sciences cognitives rencontrent les algorithmes d'une start-up... C'est une expérience américaine qui illustre les dérives de l'association des sciences cognitives à un business model. En France, certains la préparent.

 

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Et si on commençait le cours par une devinette ? Selon une recherche, elles stimulent l'apprentissage

Et si on commençait le cours par une devinette ? Selon une recherche, elles stimulent l'apprentissage | questions d'éducation | Scoop.it
En commençant leur cours par une devinette, les enseignants peuvent ouvrir l'esprit de leurs élèves et faire en sorte qu'ils retiennent mieux le contenu du cours.
more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

L’ascenseur et l’autobus - Une métaphore chasse l'autre, pour mieux penser l'école

L’ascenseur et l’autobus - Une métaphore chasse l'autre, pour mieux penser l'école | questions d'éducation | Scoop.it
Régulièrement dans la presse, on met en avant des réussites exemplaires. Telle ministre issue des quartiers nord d'Amiens, tel haut fonctionnaire (...)
alozach's insight:

Un extrait du billet de Philippe Watrelot (Cahiers pédagogiques) :

 

Plutôt que celle de l’ascenseur, on peut utiliser une autre métaphore mécanique de la mobilité sociale, celle de l’autobus qui, à la fin de son trajet, ne contiendrait plus exactement les mêmes voyageurs qu’au départ. La réussite de ceux qui parviennent à changer de position sociale affecte certes la composition de l’élite, mais le nombre de places dans l’autobus reste le même ! Et il y en a toujours autant qui n’y montent pas.

Un système social et éducatif qui n’accepte qu’une seule voie de réussite et qui reste fondamentalement un système sélectif fondé sur l’échec ne se préoccupe pas de créer plus de places dans l’autobus. Le système d’extraction des élites commande tout le reste de l’école. Et la sélection est dans l’ADN de notre système éducatif.

La polémique actuelle sur la suppression des bourses au mérite est assez révélatrice de l’attachement de l’opinion à la fiction méritocratique. Tout comme les débats sur le rôle des notes. Rappelons que celles-ci n’ont été officialisées (par un arrêté du 5 juin 1890) que pour faciliter la préparation aux concours. Car la note permet le classement. Tout aussi révélatrices sont les réticences à l’égard du socle commun : «  Comment ? tout le monde devrait l’avoir ?  » Et ne parlons pas du marronnier du bac, jugé «  donné  » et pas assez sélectif.

...

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Choix d’orientation et origine sociale : mesurer et comprendre l’autocensure scolaire

Rapport final - Décembre 2014 Nina Guyon† et Elise Huillery, sur une étude réalisé dans 59 établissements d'Ile-de-France. Sciences po Paris

alozach's insight:

 

Extrait de la conclusion 

 

Cette étude sur le lien entre orientation, aspirations scolaires et origine sociale visait à réaliser un état de lieux sur les inégalités sociales d’orientation en fin de 3ème et à en comprendre les mécanismes, notamment celui de l’autocensure par les élèves d’origine modeste. Cette étude actualise d’abord les résultats obtenus sur des cohortes d’élèves des années 1960 (Girard et Bastide 1963), 1980 (Duru-Bellat et Mingat 1985) et 1990 (Broccholini et Sinthon 2011) et montre que les élèves d’origine modeste en 2013 continuent d’être sur-sélectionnés à la sortie de la 3ème : à niveau scolaire égal, ils sont moins souvent orientés dans la voie qui accueille les bons élèves (la voie générale et technologique), et plus souvent orientés dans la voie qui accueille de moins bons élèves (la voie professionnelle). La contribution de cette étude est ensuite d’explorer un grand nombre des mécanismes à l’œuvre dans la formation des inégalités sociales d’orientation. En comparant les préférences d’orientation des élèves en début de 3ème avec leur orientation effective à la sortie de la 3ème , nous pouvons d’abord déterminer si les inégalités d’orientation concordent avec les inégalités de préférences des élèves, ou si c’est plutôt l’action scolaire et parentale qui a eu lieu pendant les 2ème et 3ème trimestres qui les a provoquées. Nous trouvons deux résultats contrastés.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Les professeurs ne sont pas l’ancêtre de Wikipédia - ou pourquoi le métier doit changer

Les professeurs ne sont pas l’ancêtre de Wikipédia - ou pourquoi le métier doit changer | questions d'éducation | Scoop.it

Par Raphaelle Bellon, professeur agrégée d’histoire, qui réagit dans le Monde à une tribune "Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ?"

alozach's insight:

 

Les professeurs ne sont pas l’ancêtre de Wikipédia. Leur rôle va au-delà du passeur de connaissances.

Il faut à mon sens repenser les modes de pédagogie, et avoir recours notamment à la pédagogie inversée. Partir de l’élève, de ses réflexions sur des documents variés, susciter le travail de groupe, diversifier les supports, utiliser les jeux, investir les élèves sur des projets de classe… Ecouter les élèves, argumenter. Ne pas les attaquer de front, avec nos savoirs tout faits, et nos belles paroles. Laissons là notre encyclopédisme et notre maîtrise du langage. Convaincre, écouter, valoriser, débattre. Il faut par ailleurs sortir de la « notation punition », qui peut conduire chez beaucoup à une angoisse et à une dévalorisation : développer les exercices qui, au-delà des évaluations encore nécessaires – ne comptent que s’ils valorisent l’élève. Le professeur ne peut plus être aujourd’hui la main qui contraint. Il doit être la main qui guide.

Plus que jamais, l’école ne peut se contenter d’instruire. Elle doit éduquer. Nous ne naissons pas ce que nous sommes. Nous le devenons. En permanence. En fonction des contextes sociaux, culturels… dans lesquels nous évoluons. Il n’y a pas d’élève « bête » ou « intelligent », « doué » ou « sans espoir ». Il y a des élèves « situés », dans un temps et dans un espace. Des personnalités historicisables, des histoires de vie. Il y a des contextes. A l’école de les accompagner, et de les rendre favorables. De telles déclarations peuvent être interprétées comme l’enthousiasme lyrique, et naïf, d’une jeune professeure. Peut-être. Mais nous devons repenser notre métier, et nous faire entendre. Nous sommes responsables. Pour ne pas être, un jour, vraiment coupables.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/19/repensons-le-role-du-professeur-afin-de-gagner-le-respect-des-eleves_4559199_3232.html#VhtulPLo544y18GM.99

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

L'école pour tous ? Les défis d'un système éducatif inclusif / documentaire

L'école pour tous ? Les défis d'un système éducatif inclusif / documentaire | questions d'éducation | Scoop.it
Ce documentaire aborde une dimension importante de la loi de 2005 Pour l'égalité des droits et des chances : une école pour tous. S'il est important qu'une loi rappelle à quel point l'accès à l'éducation et au savoir est une condition nécessaire au bon fonctionnement de toute démocratie, chacun sait que ce n'est pas suffisant. En effet, il faut que les acteurs de la société s'empare de l'esprit de la loi pour la faire vivre. Ce documentaire aurait pu s'intituler les yeux dans l'école. Il montre ce que signifie quotidiennement l'école pour tous. Si l'application de loi s'est traduite par une révolution démographique, augmentation très forte du nombre d'enfants en situation de handicap scolarisés, il reste à consolider cette révolution démocratique en favorisant le changement des pratiques pédagogiques.
more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Pilotage par les résultats : quelles conséquences pour les enseignants ?

alozach's insight:

Extraits :

 

Quelles conséquences ont elles sur le métier enseignant ? Quels ajustements peuvent avoir lieu ?

 

On sait les conséquences de la systématisation de la régulation par les résultats dans les pays où elle a été appliquée de façon effective : elle conduit écoles et enseignants à travailler à leur survie en consacrant l’essentiel de leur énergie à la préparation des élèves aux évaluations (teaching to the test) plutôt qu’à une construction raisonnée, progressive et cumulative de leurs apprentissages. Les programmes scolaires dans certains pays ont même été revus pour adapter au mieux les élèves à réaliser de bons scores aux évaluations de PISA !

 

L’exemple de l’Ontario qui est développé par Stephen Anderson dans le dossier est à prendre aussi en considération : si l’implantation d’une accountability dure y a limité fortement l’autonomie des enseignants, elle a favorisé également la coopération et le travail collaboratif continu, appuyés sur des données sur les performances des élèves. Mais ce sont bien les directions d’école et des districts scolaires qui fixent les normes, au prix d’une forte déprofessionnalisation des personnels enseignants qui va à l’encontre de l’esprit du praticien réflexif, de l’autonomie collective et du leadership partagé dont la recherche et les expériences en la matière ont montré l’efficacité rapportée en particulier à la qualité des relations dans les écoles.

 

L’autonomie des établissements, la gestion décentralisée du système éducatif, deux thèmes qui sont à la mode dans le discours institutionnel,  impliquent obligatoirement une dégradation de la condition enseignante ?

 

Tout dépend de quelle décentralisation et de quelle autonomie on parle : autonomie, délégation et responsabilisation ne prennent sens que dans l’adhésion et la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative au premier rang de laquelle il faut compter l’équipe pédagogique. Or dans les politiques d’autonomie des établissements associées à la recherche de la performance, on a essentiellement privilégié le leadership des directions d’établissement ou des responsables de district, vecteurs exclusifs des objectifs nationaux et de la mise en œuvre des réformes. Il est sûr que les enseignants ne peuvent y trouver leur compte.

 

Ce type de pilotage renvoie-t-il a une crise de l’Etat et de ses valeurs ou au contraire a un renouveau de l’idéal étatique ?

 

 on peut considérer que le régime postbureaucratique ajoute en faite les affres du pseudolibéralisme aux défauts du dirigisme étatique. L’Etat impulse des réformes ou des actions et délègue aux acteurs intermédiaires et locaux le soin de les mettre en œuvre sans avoir prévu d’autres formes de régulation que des évaluations déficientes ou mal ajustées et en ayant oublié toute formation nécessaire à la compréhension et à l’appropriation des mesures proposées. Cette situation conduit à une dépréciation plus grande encore de l’action de l’Etat par les usagers et à une perte de confiance des personnels.

 

Revenir en arrière est aujourd’hui impossible, pour des raisons à la fois d’ordre idéologique et d’ordre financier. Reste toutefois à définir une nouvelle alternative qui réponde à un véritable projet politique en matière d’éducation attelé à en ensemble cohérent de réformes : cela suppose des moyens, mais plus encore des décisions courageuses qui passent, en premier lieu, par la révision de la conception du métier enseignant, de la formation initiale et continue à ce métier comme de son exercice. Le renouveau étatique que vous évoquez est donc, de mon point de vue, subordonné au nouveau contrat entre l’Etat, ses usagers et ses agents : plus de cohérence, plus de transparence, plus d’équité, plus d’innovation. Ce sont les clés de l’efficacité éducative.

 

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Mon année avec l'évaluation par compétences... (1) / témoignage de @profencampagne

Mon année avec l'évaluation par compétences... (1) / témoignage de @profencampagne | questions d'éducation | Scoop.it
Depuis septembre de cette année 2014, 'mon' collège (la hiérarchie et quelques…
alozach's insight:

Un professeur de français, dans un collège de Seine-Maritime, témoigne de la mise en place d'une classe sans notes.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Des remarques de bulletin négociées, quelle drôle d’idée !

Des remarques de bulletin négociées, quelle drôle d’idée ! | questions d'éducation | Scoop.it
C’est la période des bulletins. Les comptes que je suis sur Twitter m’ont donné l’occasion de me le rappeler maintenant que j’ai un calendrier un peu différent dans mon nouvel établissement. J’ai p...
alozach's insight:

Ce qui est raconté dans cet article, à l'issue d'un échange sur Twitter entre deux collègues, est très inspirant, dans la façon de concevoir une évaluation au service des apprentissages.

Bravo Adrien et Marie Camille.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Espaces numériques, espaces d’éducation et de rencontre inter-générationnelle ? - UNSA Éducation

Espaces numériques, espaces d’éducation et de rencontre inter-générationnelle ? - UNSA Éducation | questions d'éducation | Scoop.it
Aujourd’hui les enfants et les jeunes passent de plus en plus de temps sur les espaces numériques : ils s’y amusent, bavardent avec leurs amis, trouvent de l’aide pour leurs devoirs, écoutent de la musique, regardent des vidéos, s’informent sur leurs passions… On pourrait en tant qu’éducateur, être tenté de vouloir écarter les écrans pour se concentrer exclusivement sur “l’ici et maintenant” et les avantages du présentiel.
more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Revoir l'évaluation des élèves : 10/10 pour les Cahiers pédagogiques !

Revoir l'évaluation des élèves : 10/10 pour les Cahiers pédagogiques ! | questions d'éducation | Scoop.it
Notre revue, les Cahiers pédagogiques, et le mouvement pédagogique qui la publie, le CRAP, réfléchissent sur l'évaluation depuis fort longtemps, (...)
alozach's insight:

Le CRAP-Cahiers pédagogiques formule, à l'occasion de la conférence nationale sur l'évaluation (nov.-déc 2014), 10 reproches à l'évaluation actuelle des élèves, et 10 propositions pour l'améliorer.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

La Machine à Influencer - Une bande dessinée pour éduquer aux médias, sous un angle historique

La Machine à Influencer - Une bande dessinée pour éduquer aux médias, sous un angle historique | questions d'éducation | Scoop.it
Format : 17x23 cm, broché 208 pages bichromie Prix de vente : 22 euros ISBN : 978-2-916207-96-4 Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il (...)
alozach's insight:

"

Pourquoi le chiffre de 50 000 victimes revient-il aussi souvent dans les médias américains ? Les journalistes devraient-ils annoncer leurs intentions de vote ? Internet radicalise t-il nos opinions ? Ce sont quelques-unes des questions soulevées par Brooke Gladstone, journaliste spécialiste des médias pour la radio publique américaine NPR. Avec l’aide du dessinateur de bande dessinée documentaire Josh Neufeld, elle retrace dans La Machine à influencer l’évolution des médias d’information et des pratiques journalistiques. Des premières dérives de l’information sous l’empire romain jusqu’aux errements des médias américains au moment de l’entrée en guerre contre l’Irak, Brooke Gladstone s’interroge et livre une grande leçon de journalisme.

Passionnant manifeste, La Machine à influencer réfute les théories qui représentent les grands médias en tireurs de ficelles tout-puissants. De la censure aux journalistes "embedded" en zones de guerre, le livre recense les stratégies des politiques pour s’accommoder du quatrième pouvoir, décortique les différents biais qui affectent les journalistes, décrit le circuit des sondages et statistiques qui parviennent jusqu’à nous et explique comment nous en venons à croire ou rejeter certaines informations. Brooke Gladstone et Josh Neufeld nous fournissent ainsi des outils pour décrypter les médias et rester des consommateurs (voire des producteurs) d’information vigilants."

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

La réussite pour tous à l'école ? Partagez votre expérience - appel et initiative du CESE

La réussite pour tous à l'école ? Partagez votre expérience - appel et initiative du CESE | questions d'éducation | Scoop.it
alozach's insight:
Faites-nous part de vos réussites et de vos interrogations …. Rejoignez notre réflexion !

 

Dans le cadre de la préparation d’un projet d’avis sur le sujet, la section éducation, culture et communication du CESE lance à travers cette plateforme un appel à témoignage.

L’objectif ?  Mettre en lumière les initiatives et les bonnes pratiques encore dispersées, mal connues, pas assez encouragées ou peu exploitées, qui font fonctionner une école de la République qui libère les potentiels de tous les enfants.

 

 

Le besoin est réel. De nombreuses études confirment que notre système éducatif est non seulement plus inégalitaire mais aussi qu’il figure en tête des pays de l’OCDE où le poids des inégalités sociales sur les performances scolaires est le plus important….

Or l’action en faveur des publics les plus défavorisés et de leurs apprentissages conduit en réalité à améliorer la réussite de tous.

Élaborons ensemble les conditions qui favorisent la réussite de tous les enfants !

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Le code, nouvelle discipline scolaire ? | Stéphanie de Vanssay fait le point

Le code, nouvelle discipline scolaire ? | Stéphanie de Vanssay fait le point | questions d'éducation | Scoop.it

Stéphanie de Vanssay répond à l’Ajéduc.
Professeure des écoles, conseillère technique sur les questions du numérique à l’école au SE-UNSA, conceptrice du TwittMOOC pour aider à apprivoiser Twitter, Stéphanie de Vanssay est immergée de manière militante et volontariste dans les usages pédagogiques du numérique.

alozach's insight:

Extrait : 

 

ll s’agit de préparer nos élèves à devenir des citoyens éclairés dans une société numérique et à les confronter aux questions soulevées par les usages et enjeux du numérique : Comment s’exprimer en ligne ? Quels sont les modèles économiques en jeu ? Quels sont les principes de fonctionnement des logiciels utilisés ? Comment contribuer au partage des savoirs en ligne, etc.

Cela suppose que tous les enseignants soient concernés et non qu’ils se reposent sur le seul professeur d’informatique !  Quant au bac « Humanités Numériques » c’est une proposition intéressante, mais le numérique doit être présent dans tous les bacs (y compris les bacs pro) et il faudrait revoir les modalités d’examen à l’aune du numérique aussi ! Dotons nos élèves (sans oublier les profs et leur hiérarchie) d’une solide culture numérique où le code informatique a toute SA place mais certainement pas toute LA place !

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

"Faire la classe en ligne" - ou comment privatiser un bien commun : l'éducation nationale

"Faire la classe en ligne" - ou comment privatiser un bien commun : l'éducation nationale | questions d'éducation | Scoop.it

et c'est sur le blog de MilaSaintAnne qu'on retrouvera ce coup de gueule salutaire.

alozach's insight:

Extraits :

 

Aujourd’hui, j’ai appris qu’une start-up française venait d’achever la levée d’1,2 million d’euros auprès de Bpifrance, du fonds Partech Ventures et de business angels pour « faire la classe en ligne** ».
Je reprends les propos de Julien Cohen-Solal***, co-fondateur du site  : « J’avais monté plusieurs projets web et appris à développer et parallèlement je donnais des cours de soutien en mathématiques. J’ai constaté qu’il y avait un manque de contenus éducatifs fiables et facilement accessibles en France. J’ai eu l’idée de créer un éditeur scolaire gratuit pour les élèves suite à ces expériences.« 

 

« Nous réfléchissons à une version freemium avec des services complémentaires payants et nous sommes également déjà en contact avec Samsung pour monétiser notre audience » décrit Sarah Besnaïnou [L'autre co-fondateur, ndlr]. Les deux cofondateurs discutent également régulièrement avec des représentants académiques de l’Éducation nationale et envisagent de se financer en démarchant des chefs d’établissements scolaires.« 

Oui, vous avez bien lu. Le but de ces jeunes gens est de créer de l’argent avec leur plateforme.
Grand bien leur fasse.
De le prendre chez des industriels (qui paient leurs employés une misère) etdans l’Éducation nationale en faisant payer les établissements, avec l’assentiment de responsables académiques.

De faire payer l’Éducation nationale pour un service qu’elle fournit déjà gratuitement.

 

more...
No comment yet.