WEARABLES - INSIDABLES - IOT - CONNECTED DEVICES - QUANTIFIEDSELF
87.1K views | +0 today
Follow

Belgique : des "patchs connectés" remboursés pour les diabétiques de type 1

From www.mediplanet.be

La Belgique est le premier pays européen à rembourser un dispositif connecté pour mesurer en continu la glycémie des patients diabétique.

Florence Boy's curator insight, June 21, 10:32 AM
Tiens, on en parlait en 2010 !

La santé connectée s'intéresse au bien être des animaux

From pharmageek.fr

Pour ses dix ans, l'Université d'été de la e-santé (5, 6 et 7 juillet) consacrera une après-midi entière à la santé connecté des animaux
Lionel Reichardt / le Pharmageek's curator insight, June 21, 11:59 AM

L'Université d'été de la e-santé, qui se déroule à Castres, consacrera son après-midi du 7 juillet 2016 à la santé connectée pour les animaux. Découvrez quatre de ces dispositifs !

The future of tracking: Measuring health, fitness and happiness in 2017 and beyond

From www.wareable.com

The future of tracking: Measuring health, fitness and happiness in 2017 and beyond
No comment yet.

Why researchers are flocking to Fitbit in the fight against diseases

From www.wareable.com

The go-to wearable tech brand for millions of hardcore gym bunnies, part-time fitness lovers and well, anyone seeking the exercise holy grail of 10,000 steps a day, Fitbit has another key fan base in the form of the medical research community.
No comment yet.

Why the NHS should prescribe wearable fitness trackers

From theconversation.com

It’s not yet clear whether wearable fitness trackers, such as Fitbits, Jawbones and Microsoft Bands, really do encourage us to become healthier over the longer term. They might make us move more and eat healthier in the first few days of strapping them around our wrists, but how long before the novelty wears off?

No comment yet.

Les trois quarts des Français possèdent au moins un objet connecté

From m.leparisien.fr

76% des Français déclarent posséder des objets connectés dans leur maison, selon l'étude annuelle sur l'équipement domestique de
No comment yet.

The Wearable Life 2.0 : Connected living in a wearable world

From www.pwc.fr

Cabinet de services financiers, de conseil et expertise technique, PwC vous accompagne dans l’audit et la certification des comptes de votre entreprise.
No comment yet.

​Welcome to the 100 million club: Wearable sales soar in 2016

From www.wareable.com

​Welcome to the 100 million club: Wearable sales soar in 2016
No comment yet.

Quelles compétences pour inventer les objets connectés de demain ?

From www.usine-digitale.fr

Bien que les chiffres varient selon les sources, les études en­­­ France et dans le monde s’emploient à confirmer qu’une explosion rapide du nombre d’objets connectés accompagnera les années à venir ; leur nombre passant de moins de 6 milliards en 2016 à plusieurs dizaines de milliards d’ici 2020. Une multiplication due à la convergence de technologies (du smartphone au cloud et au big data) ainsi qu’à la convergence d’usages personnels, professionnels et publics. Le gouvernement français, a ainsi placé le domaine des objets connectés dans la liste des 34 priorités industrielles françaises.
 Pour les futurs ingénieurs, l’internet des objets (IoT) est aussi synonyme de parcours innovants et d’entrepreneuriat. Il reste en effet beaucoup à inventer, ne serait-ce que dans des domaines comme la santé ou l’éducation. Aujourd’hui, de nombreuses écoles proposent des formations orientées IoT, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il existerait pour l’ingénieur une discipline unique, spécialisée ou nouvelle concernant ces objets.


 DES OBJETS EXTRÊMEMENT DIVERSIFIÉS
Les champs d’applications des objets connectés sont beaucoup plus vastes et diversifiés que ne le laissent penser les applications les plus connues que sont les pèse personnes et bracelets connectés. Il existe une multitude de domaines et d’applications pour ces objets, avec une très importante incidence sur notre environnement et nos modes de vie : habitation connectée du compteur d’eau jusqu’au pommeau de douche, appareils médicaux communicants, etc. Mais ce sont aussi des applications industrielles, des clôtures intelligentes, des dispositifs d’éclairage public, de sécurité. En vérité, les applications à venir ne sont limitées (ou presque) que par l’imagination.
 
PAS DE NOUVELLES COMPÉTENCES MAIS DE LA POLYVALENCE
La bonne nouvelle, peut-on dire, est que l’IoT n’exige pas de nouvelles compétences puisque les technologies utilisées ne sont pas « nouvelles ». Il s’agit d’une agrégation de technologies existantes concernant l’univers des systèmes embarqués, le développement web ou mobile, et la communication sans fil ; cette dernière étant facilitée grâce à l’émergence de nouveaux réseaux bas-débit dédiés (comme Sigfox ou LoRa).
 
Les objets connectés mettent donc en jeu de nombreuses technologies et compétences qui vont des bases électriques jusqu’à l’électronique en passant par la programmation, l’analyse, l’intégration, et l’optimisation énergétique. Des briques ou modules de bases, matériels ou logiciels sont ainsi combinés afin de former des systèmes plus complexes. Il n’y a donc rien de nouveau, en termes de notions fondamentales, dans le cursus de l’ingénieur. Plus « nouveau » est le fait que l’interdisciplinarité et une grande polyvalence sont désormais perçues comme de véritables atouts en ce domaine.

No comment yet.

Innovation : le bracelet qui alerte d’une crise d’asthme. #hcsmeufr

From www.metronews.fr

Voilà une innovation qui va en soulager plus d’un. Des scientifiques de l’université de Caroline du Nord (Etats-Unis) viennent de développer un bracelet intelligent capable de prévenir l’arrivée d’une crise d’asthme. Son nom : Health and Environmental Tracker (HET). Encore au stade de prototype, ce dispositif innovant devrait être testé à grande échelle dès cet été. Sa technologie est décrite dans la revue Journal of Biomedical and Health Informatics.
No comment yet.

Vêtements connectés : +46% de croissance par an jusqu'en 2021

From www.zdnet.fr

Jusqu'alors réservés aux sportifs de haut niveau, les vêtements connectés commencent à percer dans d'autres domaines. Partant d'un marché de niche, ces nouveaux vêtements toucheront le grand public certes, mais surtout les professionnels.
No comment yet.

Propeller, un inhalateur connecté qui réduit la fréquence des crises d'asthme - Le Parisien

From m.leparisien.fr

Un inhalateur intelligent, propeller, se propose de coacher les personnes asthmatiques pour les aider à mieux gérer leur maladie. L'efficacité de cette innovation technologique a été validée par un essai clinique portant sur 49
Lionel Reichardt / le Pharmageek:

Je dispose de Propeller depuis plusieurs mois et j'en fais régulièrement la démonstration.

 

umanlife's curator insight, June 6, 5:15 AM

Prévue dans le cadre de la loi santé votée il y a quelques mois, l’ouverture des données de santé va permettre d’étudier les maladies, les évolutions...

Huawei s'associe au français Visiomed dans la santé connectée

From www.lefigaro.fr

Le géant chinois a décidé de signer un partenariat avec l'ETI française. Une marque de reconnaissance pour cette société créée en 2007.
No comment yet.

Weaknesses in Medical Device - e.g., Essure - Approvals by #FDA

From www.ncbi.nlm.nih.gov

There have been thousands of reported adverse events tied to the Essure permanent birth control implant. Now, researchers are looking at how gynecologic devices like Essure are regulated and approved in the first place.

 

Recent controversies surrounding obstetrics and gynecology devices, including a permanent sterilization device, pelvic meshes, and laparoscopic morcellators, highlight the need for deeper understanding of obstetrics and gynecology medical device regulation.

 

The U.S. Food and Drug Administration premarket approval database was queried for approvals assigned to the obstetrics and gynecology advisory committee from January 2000 to December 2015.

 

Eighteen device approvals occurred in the time period studied. The most common clinical indications included endometrial ablation (33%), contraception (28%), and fetal monitoring (17%). The median approval time was 290 days (range 178-1,399 days).

 

Regarding the pivotal trials leading to approval, there were 11 randomized controlled trials, one randomized crossover study, five nonrandomized prospective studies, and two human factor studies. Fourteen devices (78%) met their primary clinical efficacy endpoint. Only 12 of 18 devices were required to conduct postmarket surveillance. A significant proportion of devices (42%) were approved on the basis of nonrandomized controlled trials.

 

Three devices have been withdrawn after approval, all of which were either not referred or not recommended for approval by the obstetrics and gynecology advisory committee. Of the three devices withdrawn from the market, two failed to demonstrate clinical benefit in their pivotal trials. One device was not required to undergo postmarketing surveillance and was subsequently withdrawn as a result of patient safety concerns.

 

Our results reveal significant weaknesses in the preapproval and postapproval regulation of high-risk obstetrics and gynecology devices. Greater specialty group involvement is necessary to ensure the development of safe and clinically effective devices.

No comment yet.

Applications, montres connectées... : les Français se convertissent à l’e-santé

From www.lesechos.fr

Les applications de suivi de l’activité et de l’alimentation sont plébiscitées, ainsi que les traqueurs d’activité et les tensiomètres.

Des objets connectés pour surveiller sa santé, des téléconsultations médicales, mais pourquoi faire  ? Le cabinet Deloitte a réalisé une enquête auprès de 1.745 personnes et livre quelques indices. 

Logiquement, 78 % des sondés veulent que se développent les dispositifs de suivi et de consultation à distance, et une proportion croissante disent utiliser des objets connectés pour leur santé : ordinateur, montre ou smartphone. Plébiscités par les jeunes à 44 % et par les CSP+ à 29 %, les applications de suivi de l'activité physique devancent les applications de suivi de l'alimentation. Viennent ensuite les traqueurs d'activité et les objets connectés pour le sommeil.

Parmi l'échantillon, 19 % des sondés disent utiliser au moins un objet connecté pour leur santé, et 25 % pensent qu'ils le feront à l'avenir. Demain, ils veulent recourir au dossier médical électronique (33 %), aux outils de consultation à distance (25 %). Les applications de suivi de la santé ou les solutions de télésurveillance suscitent moins d'espérances. Et ils croient au déclin à venir des outils de prise de rendez-vous en ligne, pourtant utilisés par 28 % d'entre eux aujourd'hui, et des sites Internet et communautés, que 45 % des sondés fréquentent.

En moyenne, un quart des Français sont prêts à payer pour des outils de santé connectée : traqueurs d'activité (34 %), tensiomètres (34 %), capteurs pour le sommeil (26 %), thermomètre (19 %), glucomètre (17 %), pilulier (14 %). Les jeunes (18-24 ans) sont disposés à verser 10 à 12 euros par mois, quand les CSP+ préfèrent 4 à 7 euros.

No comment yet.

Objets connectés: les 5 secteurs qui vont le plus en profiter

From lexpansion.lexpress.fr

En ces temps de croissance rachitique, il y a des projections qui font d'autant plus rêver. Selon le cabinet de conseil américain A.T. Kearney, les répercussions de la généralisation des objets connectés pourraient se traduire par un gain de 7% de PIB d'ici 2025 pour la France. 

D'après cette étude , le secteur du transport sera le premier bénéficiaire de l'essor des objets connectés.

No comment yet.

Clinical Grade Wearables Will Accelerate Growth Opportunities for Internet of Medical Things

From hitconsultant.net

The global healthcare wearable devices market earned $5.1 billion and is expected to reach $18.9 billion in 2020, at a compound annual growth rate (CAGR) of 29.9%, according to new analysis from Frost & Sullivan. Additionally, consumer health wearables are expected to grow at a CAGR of 27.8%, and medical and clinical-grade wearables are expected to grow at a CAGR of 32.9%.

The report finds wearables dedicated to chronic disease monitoring and other clinical applications are expected to transform care provision models, due to newly commercialized solutions and pent up demand. Clinical grade wearables technologies enable care anywhere-anytime support paradigms. Market dynamics in high-acuity or other medical use cases dictate attention towards interoperability, affordability and data accuracy.

While the market for consumer fitness technologies provide large market opportunities and simplified paths to market, these devices face high degrees of competition and narrow product lifecycles before being supplanted by the next buzzworthy device. Recognizing these dynamics, developers are investing greater focus towards medical grade gadgets that provide greater relevancy and reliability in health management.

“Clinical wearables must concurrently justify their value to payers, patients and clinicians to gain market foothold,” noted Frost & Sullivan’s Transformational Health Research Director, Venkat Rajan. “Confidence in the accuracy of collected data is paramount to the utility of information in any medical decision support.”

No comment yet.

3 Ways Big Data and IoT Can Improve Our Health - Electronic Health Reporter

From electronichealthreporter.com

Just a few years ago, big data and the Internet of Things (IoT) were terms generally unheard of. This year they continue to revolutionize technology and the ways in which we acquire and process data, but what do they mean for the healthcare industry?

Xenon Health describe IoT as “a phenomenon through which the operational aspects of the physical world become increasingly integrated with digital platforms, enabling information to move seamlessly toward the computational resources that are able to make sense of it.” Essentially, IoT goes hand-in-hand with the mobile age and the diversity of data that is currently being retrieved from agile and mobile locations.

No comment yet.

Objets connectés dans la pratique médicale : une place en devenir

From www.lequotidiendumedecin.fr

Selon une enquête des Échos Études et du Vidal, présentée le 19 avril, seuls 9 % des médecins généralistes interrogés déclarent utiliser en
umanlife's curator insight, May 23, 3:46 AM

Objets connectés dans la pratique médicale : une place en devenir

Electronic device detects molecules linked to cancer, Alzheimer's and Parkinson's

From phys.org

A biosensor developed by researchers at the National Nanotechnology Laboratory (LNNano) in Campinas, São Paulo State, Brazil, detects molecules associated with neurodegenerative diseases and some types of cancer.
No comment yet.

The global ecosystem of IoT and mHealth

From www.linkedin.com

When she started career as a nurse working in Silicon Valley, patients were already searching their symptoms online. According to the Pew Research, 59% of U.S. adults researched online for health
No comment yet.

Asthme : des inhalateurs et aérosols connectés dans un futur proche

From www.sciencesetavenir.fr

Reliés à des smartphones, ces dispositifs, en plus de délivrer le traitement, géolocaliseront les patients, analyseront l'air ambiant et conseilleront ou non le
umanlife's curator insight, May 11, 10:00 AM

Reliés à des smartphones, ces dispositifs, en plus de délivrer le traitement, géolocaliseront les patients, analyseront l'air ambiant et conseilleront...

Puma créé un robot personnel pour vous faire courir plus vite

From www.danstapub.com

Les équipementiers sportifs se tirent de plus en plus la bourre pour créer une multitude d’objets connectés à leur image. Aujourd’hui, c’est au tour de Puma de nous proposer un nouvel object. Celui-ci n’est pas un wearable (équipement que l’on porte sur soi) mais plutôt un compagnon sportif. Comme nous le montre la vidéo ci-dessous, […]
No comment yet.

Wearables Are Old News. Swallowables Are the Next Big Thing. Are They Just Big Nags?

From www.cnbc.com

In the evolution of computing, from the desktop computer to the smartphone to the watch, it seemed like just a matter of time before the technology would come to be swallowable — and now it is.

The innovation at the heart of it is an FDA-approved ingestible sensor housed in pills, designed to help patients adhere to the medications their doctors prescribe. Except the sensor isn't powered by a battery, it's powered by the gut of the patient swallowing it, using technology discovered two centuries ago.

"We have a small, food-particle-sized piece of silicon, an integrated circuit, and on one side of that circuit is a film of copper, on the other side a very thin film of magnesium," explained Proteus Digital Health co-founder Dr. George Savage. "When you swallow, these minerals get wet and two dissimilar metals in aqueous contact define a battery, so you become a battery." From there, the powered pill sensor sends a signal to a patch worn on the body, which sends data via Bluetooth to a phone or tablet and on to the cloud for a doctor or caregiver.
No comment yet.